"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 avril 2006

Eglise, controverse et paix, amour et Vérité (1).


http://www.ocanews.org/reflections.html
Réflexions sur le scandale (texte OCA, 27/4/2006)

"Qu'est ce qui est important."

P. Alexander Schmemann (1949)

Lorsque des controverses s'allument et éclatent dans l'Eglise, ce qui, hélas, arrive et est souvent arrivé, nous entendons inévitablement des appels de cercles de l'Eglise pour cesser ces controverses au nom de la paix et de l'amour.

Bon, ceci devrait être source de grande joie, si seulement dans ces appels, on ne trouvait pas bien distinctement divers sous-entendus : "Votre controverse n'est pas importante. Cela ne concerne personne : seuls les "spécialistes" et les "érudits" peuvent comprendre cela, et donc toute cette discussion ne peut mener qu'à perdre et à nuire."

S'il en est ainsi, alors nous devons faire remarquer à ces accusateurs quelque chose de très important qu'ils ont apparemment oublié. Ils ont oublié que la paix et la concorde dans l'Eglise sont inséparables de la Vérité. Une personne étrangère à l'Eglise, qui ne croit pas, sourirait, hausserait les épaules en disant "Qu'est-ce que la vérité?". C'est exactement la question de Pilate à notre Sauveur se trouvant devant lui. Et le Sauveur ne lui répondit pas, parce que quelqu'un de l'extérieur ne croit pas dans la possibilité de la Vérité. Pour lui, la vérité est toujours relative et se mesure selon l'avantage, l'amélioration ou l'opportunité. Mais pour nous qui savons et croyons que l'Eglise est fondée sur la Vérité faite chair, que toute sa vie est en Celui qui a dit "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie", pour nous il n'existe rien sans importance dans l'Eglise, car tout est mesuré par cette Vérité et lui est subordonné.

Oui, il y a eu bien des controverses dans l'Eglise, et son histoire terrestre en regorge. Cela n'a pas seulement eu lieu durant les périodes de troubles, comme la nôtre, mais aussi lorsque la vie de l'Eglise était florissante, durant les ages d'or des Conciles Oecuméniques et des Pères de l'Eglise. Seulement en ces temps-là, nul n'aurait osé considérer quoi que ce soit dans l'Eglise comme sans importance. C'est pour cela qu'ils ont tant débattu, et pour cela qu'ils ont été persécutés et exilés pour un mot, pour un "iota" (une précision dans la controverse Arienne à l'époque de saint Athanase le Grand), car au-dessous tout sur terre, ils avaient placé la Vérité et la fidélité à la Vérité. Et dans ces controverses, on trouvait bien plus d'amour vrai pour l'Eglise et son peuple, que le Seigneur Lui-même par Son Incarnation a trouvé digne de la connaissance de la Vérité – plus d'ardeur, plus de foi, que dans les tièdes "latitude" et "tolérance" actuelles, quand tant dans l'Eglise s'est retrouvé dévolu au clergé seul et aux "spécialistes". On ne devrait pas être attirés par les controverses sur comment mettre la vie de notre Eglise en accord avec la Vérité, parce que dans ces controverses, on trouve une brûlante angoisse pour l'Eglise et sa destinée, mais plutôt nous laisser séduire par le flot d'indifférence présent dans la masse du peuple de l'Eglise, indifférence entourant ces controverses, et par le scepticisme avec lequel même des gens religieux traitent ces affaires "sans importance"..


Assurément, dans nos controverses, il y a tant de passion humaine, tant de péché et d'étroitesse de vue. Elles devraient être illuminées par la prière, l'amour et la patience. Personne n'embrasse la Vérité dans sa plénitude, mais il est requis de tout un chacun d'y aspirer, de toute son intelligence spirituelle, de toute sa volonté, et de tout son coeur, pour parvenir à "la connaissance de la Vérité."

"Vérifiez tout: ce qui est bon, retenez-le," disait l'Apôtre Paul (1 Thes. 5,21). Et si dans l'humilité nous tentons de toujours obéir à la Vérité, si nous nous efforçons sans cesse de vaincre tout ce qui est impie et étroit pour l'amour de la Vérité, alors nos controverses nées dans la faiblesse humaine pourront mener à la gloire de l'Eglise, "car la puissance du Christ se déploie dans la faiblesse."

Prêtre Alexandre Schmemann

"The Word of the Church", Paris, Décembre 1949

Translated from Russian by Robert Parent and first published in English in the Holy Trinity Cathedral LIFE, Vol.1. No. 6, February 1994

(Comme d'hab', traduit en français par JM Dossogne :-) ce 28/4/2006

Aucun commentaire: