"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 mai 2006

P. Alexander Turner : Servir comme prêtre en mission.

http://homepage.mac.com/gthurman/iblog/C931234280/E20050728232557/index.html
J'ai trouvé cette citation du p. Alexander Turner sur les exigences du service comme Père Basilien dans les années 1950:

"Il doit combiner l'humilité du serviteur avec la force de l'athlète, n'attendant rien mais préparé contre toutes les sortes de découragements. Aucune foule de convertis enthousiastes n'attendent la magie de ses paroles. Aucune paroisse pleine de réussite n'a de place pour lui. Aucune âme ne sera transformée automatiquement par le fait de son ordination à lui. Ses labeurs n'ont pas de succès assuré, parce qu'ils sont les oeuvres du Seigneur. L'histoire de l'Eglise montre moins les succès de Dieu que les échecs des hommes et les martyres. Ponce Pilate a eu lui aussi des successeurs. Et ceux qui oeuvre en Russie et en Chine le savent. Les tribulations d'un autre genre attendent le missionnaire Orthodoxe Américain [*]. Elles sont plus subtiles, plus prosaïques, plus durables. Souvent il doit travailler des années durant dans la solitude, dans une loyauté sans faille à son appel. Ceux qui installent l'électricité dans un immeuble peuvent bien ne pas vivre assez longtemps pour y voir les lumières allumées. Et dans le nouvel immeuble qu'est l'Amérique [*], ceux qui se sentent appelés à la vie de la Société de Saint Basile ne doivent pas attendre gloire, amusement ou reconnaissance. Car ils batissent pour un futur qu'ils pourraient bien ne pas voir. Et s'ils sont sincères, patients et des ouvriers bien persévérants, ils défient le sort qui n'applaudit pas aux oeuvres du Seigneur."

Une réflexion qui semble être plus que jamais d'application, si pas plus encore, dans un monde devenu post-Chrétien 50 ans plus tard.

p. Matthew Thurman
Posté: jeudi 28 juillet 2005

[* et en Europe aussi!]

Aucun commentaire: