"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 octobre 2006

Halloween sans hystérie – lettre à l'école, conseils en paroisse, historique, etc


Questions "Halloween" à un prêtre
http://www.acrod.org/education/halloween.HTML



QUESTION:
Cher Père,
Gloire soit à Jésus-Christ!

Comment est-ce qu'un Orthodoxe devrait considérer Halloween? Devrions-nous autoriser les fêtes d'Halloween dans nos écoles du Dimanche et sorties? Si non, pourquoi? Je me souviens avoir participé à des fêtes d'Halloween à l'église, sans mauvais effets. Où et quand est-ce qu'Halloween a commencé?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

RÉPONSE:

Tout d'abord, laissez-moi commencer en disant qu'aucune directive n'a été émise par notre métropolite Nicholas interdisant expressément aux paroisses / groupes de jeunesse / écoles du Dimanche d'avoir des fêtes d'Halloween. Cependant, ayant dit ceci, je voudrais répondre à votre question en vous partageant certaines de mes pensées (et combats) en tant que prêtre Orthodoxe et père de 2 fils – âgés de 5 et 7 ans.

En tant que Chrétien Orthodoxe et prêtre – je lutte avec le principe Chrétien qui veut qu'on doit être "dans le monde, et cependant ne pas faire partie du monde." Je veux que mes enfants soient capables de vivre dans le monde, je ne veux pas les en isoler, et cependant, je ne veux pas qu'ils deviennent sécularisés et placent des idoles à place du Seigneur. C'est pourquoi je limite leur consommation de télévision et je minimise les aspects commerciaux que l'on a attribués à Noël et Pâques (Pascha). Une période de l'année qui m'est particulièrement pénible, c'est bien Halloween.

Halloween est l'évolution moderne d'une fête païenne appelée Samhain, qui était célébrée le 1er novembre. Les anciens [païens] Celtes, les plus anciens à l'avoir célébrée, croyaient que Samhain était un temps où la division entre le monde des vivants et celui des morts devenait très mince, où les forces surnaturelles hostiles étaient actives, et où fantômes et esprits étaient libres d'errer où bon leur semblait. Samhain était la nuit suprême de jubilation démoniaque. Les esprits des morts sortaient des tombes et erraient dans la campagne, tentant de revenir dans les maisons où ils avaient vécu. Les villageois apeurés tentaient d'apaiser ces esprits errants en leur offrant des dons de fruits et de noix. Telle est l'origine de notre actuel "trick-or-treat" – "pactise / paye ou je te fais un mauvais coup".
Ils ont commencé cette habitude de placer les plats de l'alimentation la meilleure et des petites gâteries que le ménage avait à offrir sur son seuil, comme cadeaux, pour apaiser la faim des vagabonds fantômes. S'ils n'étaient pas apaisés, les villageois craignaient que les esprits viendraient tuer leurs troupeaux ou détruire leur propriété. Les gens se déguisaient en costumes de fantômes et de démons pour leurrer les mauvais esprits. Ils creusaient des citrouilles pour en faire, comme on le fait de nos jours, des lanternes d'aspect maléfique, en anglais "Jack-O-Lanterns" – des lanternes ressemblant à un démon. Au fil des siècles, l'Église en Occident a tenté de christianiser cette fête païenne. Ils ont remplacé la fête de Samhain par la fête de la Toussaint. Le mot Halloween provient de All Hallows Eve, en anglais "veille de la Toussaint." Les partisans de la célébration d'Halloween estiment qu'elle a évolué pour devenir une fête innocente – vide de toute signification religieuse – n'étant plus qu'une simple fête costumée un peu élaborée. Il y a un peu de vérité en cela, en ce qu'elle est devenue incroyablement sécularisée – les Américains dépensent 2,5 milliards de dollars pour Halloween!

Ce qui me trouble, c'est que certains, de nos jours, CÉLÈBRENT VRAIMENT Samhain – ceux qui pratiquent la sorcellerie, appelée de nos jours "wicca" en anglais. Ils se réunissent souvent lors d'Halloween pour pratiquer des rituels sataniques, pour jeter des mauvais sorts, pour s'en prendre aux églises et aux familles, pour accomplir des actes sacrilèges, et même offrir des sacrifices sanglants à Satan. Les "wiccans" (sorciers) sentent que leurs "pouvoirs" sont plus forts durant Halloween. Souvenez-vous de ces lames de rasoirs trouvées dans des bonbons et autres choses pareilles durant nos propres enfances. Certains pourraient être tentés de dire que sorciers et tout cela, ce n'est que de la fumisterie. Mais ne vous y trompez pas : certains ont des pouvoirs, et les pouvoirs qu'ils ont et les esprits maléfiques auxquels ils font appel viennent de Satan. Vous vous rappellerez peut-être avoir entendu dans les media cette histoire d'une conductrice de bus à Monroe, Connecticut, qui a été condamnée pour détournement de mineur d'un jeune gamin – au tribunal, ils ont découvert qu'elle était "wiccan", sorcière, et qu'elle avait forcé le gamin à boire du sang et à participer à des rituels sataniques. Le problème dans notre célébration d'Halloween, même sur une base limitée, c'est que nous nous plaçons nous-mêmes dans un danger spirituel. Nous attirons aussi involontairement l'attention sur Satan, et souvent dans une lumière favorable. Ou pire encore, nous nions la réalité même de l'existence de Satan et de ses démons – faisant croire à nos enfants le plus grand de tous les mensonges – que Satan ne serait pas bien réel.

Une des réalités les plus perturbantes que j'ai découvertes dans l'éducation religieuse, que ce soit au sein de la paroisse, ou à Camp Nazareth [camp de jeunesse], nos enfants peuvent s'ennuyer totalement avec la leçon qu'on leur enseigne, mais aussitôt qu'on discute de Satan – alors ils sont intéressés! C'est parce que nous vivons dans un monde où il y a tant de péché et de mal, et en effet, c'est une influence. Le mal est si séduisant!

En tant que parent, je m'efforce de protéger mes enfants contre la maladie, le danger, le crime, les abus, etc. J'aimerais aussi les protéger autant que possible du mal. Alors quand vient Halloween, je le DIMINUE en limitant le petit chantage à quelques rares endroits et J'INTERDIT les costumes de nature satanique ou démoniaque. Cette année, plus que probablement, je vais METTRE UN TERME à leur participation ACTIVE.

En bref, oui, quand j'étais enfant, j'ai participé à ces petits chantages et j'ai été à des fêtes d'Halloween. Et oui – je ne suis pas devenu un adorateur de Satan. Pour en revenir à votre question originelle, à savoir s'il faudrait ou non avoir des fêtes d'Halloween au niveau paroissial, nous devrions toujours nous souvenir que le ministère ultime de l'Église est : proclamer que le Christ est "la Lumière du monde." Il y a suffisamment de mal dans le monde, il y a suffisamment de sécularisme pour que nous en rajoutions nous-mêmes, volontairement. En effet, nous devrions prévoir des activités appropriées qui intéressent notre jeunesse. Il n'y a en effet rien de mal à faire la fête ou à avoir d'autres activités sociales. Le critère ultime que nous devrions utiliser pour évaluer l'opportunité de toute activité paroissiale, en particulier à la lumière de la situation de notre monde contemporain, c'est de savoir si elle sert à nous rapprocher de l'Église et du Dieu VIVANT Qui est et devrait toujours être la PERSONNE LA PLUS IMPORTANTE dans nos vies.
Prêtre Peter Paproski

*-*-*-*-*-*

LETTRE D'UN PRÊTRE EN FAVEUR D'ÉLÈVES
HALLOWEEN: Lettre pour écoliers
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2004/10/halloween-letter-for-school-children.html
Chère madame la directrice, cher monsieur le directeur,

L'Église Orthodoxe Chrétienne tient fermement qu'Halloween est une fête païenne, et vraiment satanique, dont l'essence même est de glorifier le mal, et pour cette raison, elle décourage fortement ses membres de participer d'une manière ou d'une autre à n'importe laquelle de ces manifestations.

Nous déployons les plus grands efforts possibles pour protéger nos enfants et nous-mêmes contre les maladies et ce qui est nuisible. Nous leur enseignons à bien s'alimenter, à avoir une bonne hygiène personnelle et à prendre garde. Nous les décourageons de s'engager dans la fornication, dans l'usage de drogues et dans les autres actes immoraux et dangereux. Pourquoi alors leur permettons-nous de tremper dans les ténèbres? Même si Halloween pouvait être un bon amusement, propre, innocent, de quel bénéfice – spirituel, intellectuel ou autre – serait-il pour un Chrétien? Enseignons à nos enfants de s'entourer eux-mêmes de ce qui est bon et de "marcher en enfants de la Lumière" (Ephésiens 5,8).

Je vous demande respectueusement de bien vouloir dispenser l'enfant porteur de cette lettre d'activités scolaires se rapportant à Halloween le [date(s)].

Meilleures salutations,

N.
Recteur de la paroisse

*-*-*-*-*-*
HALLOWEEN: un peu d'histoire
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2004/10/halloween-some-history.html
C'est l'époque de l'année où la société séculière se prépare pour la fête d'Halloween. Il n'est pas surprenant, en notre époque d'apostasie et de relativisme, que la véritable signification d'Halloween a été égarée dans une joyeuse superficialité et des farces enfantines. Halloween est regardé comme une occasion parmi tant d'autres de faire la fête sans la moindre curiosité la plus élémentaire à propos de l'arrière-plan historique de ladite fête, sans la moindre considération pour les conséquences religieuses et mystiques. Cela n'a rien de surprenant lorsque nous voyons que les plus grandes fêtes du Christianisme telles que Pâques et la Nativité du Christ, pour lesquelles nos ancêtres se préparaient dans le jeûne, les prières et les larmes, ne sont à présent pour la plupart que de simples dates pour s'empiffrer, boire et échanger des cadeaux.
Dans le même esprit, le public américain moderne classe Halloween parmi les fêtes détournées et dépréciées de saint Valentin et saint Patrick. Le premier a été métamorphosé en une sorte d'Eros ou de Cupidon du milieu de l'hiver, et le second est généralement prit comme une espèce de saint Nicolas celtique.
Aussi appelée Vigile de la Toussaint, All Hallows Eve, Allhallowe'n et Hallowmas, cette fête d'Halloween a commencé aux temps pré-Chrétiens. C'était à l'origine une fête celtique célébrée très largement parmi les peuples des Îles Britanniques et du nord de la France. Ces peuples païens croyaient que la vie était née de la mort. Dès lors, ils célébraient le début de la "nouvelle année" à l'automne, lorsque, comme ils le croyaient, la saisons du froid, de la ténèbre, de la décomposition et de la mort commençait. [..]


(photos BBC)

La veille de cette fête, les druides, qui étaient les prêtres du culte celtique de la nature, donnaient instruction au peuple d'éteindre tous les foyers et lumières. Un immense feu de joie réalisé avec des branches de chêne [*], qu'ils croyaient être sacré, était allumé en un lieu élevé. Sur ce feu on sacrifiait des produits des récoltes, des animaux, et même des êtres humains, qui étaient brûlés en offrande afin d'apaiser et de cajoler [les divinités païennes]. On croyait aussi que [ces divinités païennes], appréciant leurs offrandes fidèles, permettaient aux âmes des morts de revenir dans leurs maisons pour une visite festale en ce jour. Des créatures froides et sombres emplissaient la nuit : méchantes sorcières, gobelins, et d'autres méchants esprits apparaissaient sous la forme d'hideux chevaux noirs. Des démons, de méchantes fées et des goules vadrouillaient alors que les portes des tumulus funéraires s'ouvraient largement, leur donnant libre accès au monde des vivants. C'est de cette croyance qu'a grandit la pratique de se promener à la nuit tombante en étant déguisé en costumes imitants fantômes, gobelins, fées, elfes, farfadets, korygans, lutins, kabouters et autres petits démons. Les vivants entraient en relation et communion avec les "morts" par ce qui était, et est toujours, un acte rituel d'imitation; par le costume et l'activité de vadrouillage, de la même manière que l'on croyait que les âmes des morts vadrouillaient.
Le dialogue du chantage – je te jette un sort ou tu me donne quelque chose – est aussi partie intégrante de ce système de croyances et pratiques. On croyait que les âmes des morts étaient entrées dans le monde des ténèbres, de la décomposition et de la mort, et dès lors en totale communion et soumission avec les divinités païennes, portaient la grande affliction d'être affamées, lorsqu'elles venaient pour leur visite festale. De là provint la pratique de mendier, qui devint plus tard une interprétation rituelle et une imitation de ce que les Celtes croyaient être les activités des âmes lors de leur visite. Associé à cela, on trouve l'implication suivante, que si les âmes des morts n'étaient pas apaisées avec les "gâteries" (offrandes), alors la vengeance et la colère des divinités païennes, dont les âmes étaient devenues imitatrices de leurs anges et serviteurs, serait déclenchée par un ensemble de "tours" (maléfices). Par leur vengeance, les récoltes étaient détruites, les troupeaux tuées, le lait devenait sûr, et la vie en général était rendue misérable. Le temps passant, certains villageois furent choisis pour prendre mystiquement les attributs et pouvoirs des goules. Ces "mimes" comme ils étaient appelés, se traînaient de maison en maison, collectant de l'argent comme pour obtenir protection.
Saint Patrick, le saint patron de l'Irlande et des autres pays Celtiques, opposa une ferme résistance aux prêtres druides. Après l'appel d'éteindre tous les feux, saint Patrick monta sur une colline et alluma un grand feu qui pouvait être clairement vu par le chef des druides. Sur ordre, des soldats furent envoyés pour le tuer, mais par la puissance de Dieu, il devint invisible à leurs yeux.

Il y a d'autres pratiques associées avec Halloween dont nous devons nous abstenir. Comme
mentionné plus haut, les fidèles devaient éteindre leurs feux et lumières et se rassembler autour d'un feu pour sacrifice. Du fait que c'était un feu considéré comme sacré, c'est de celui-là que le feu du nouvel an avait à être emmené dans le but de rallumer le foyer et les lumières à la maison. Des légumes (navets) étaient creusés et sculptés en imitation d'un mort et utilisés comme lanternes pour ramener la nouvelle lumière et le feu à la maison, où la lanterne était laissée à brûler toute la nuit durant. L'utilisation de ces potirons ou citrouilles d'halloween, ou "jack-o'lantern", entraîne la célébration et la participation à cette fête païenne de la mort.
La divinisation était aussi associée à cette fête. Les druides examinaient soigneusement les formes que prenaient les victimes sacrificielles dans le feu, et de leur agonie et mort, ils prédisaient le futur du village. Après que le feu se soit éteint, les druides examinaient les restes des sacrifices afin de prédire, comme ils croyaient que cela était possible, les événements de l'année à venir. A notre époque, toute sorte de magies, diseuses de bonne aventure, divinisation, jeux de hasard – et plus fâcheusement encore – de culte de satan et de sorcelleries sont pratiqués.
[...]
*-*-*-*-*-*
[*] dans certains des villages des environs, où la plupart des paroisses sont vides et les chapelles tombent en ruine, on trouve à nouveau depuis 2 semaines des amoncellements de gros bois en des endroits précis, endroits qui servent chaque année pour ce genre de feu, comme aussi "brûler bonhomme hiver" et la "saint" Jean, etc. Le paganisme est très vivace et les signes distinctifs, la violence, la destruction du tissus familial, etc, sont bien là. Je le répète parce qu'on n'y réfléchit pas assez, mais en Wallonie, terre retournée au paganisme sauvage, 8 mariages sur 10 finissent par un divorce, ce sont les chiffres officiels du ministère de l'intérieur publiés ce mois-ci. Et nombre de remariages amènent souvent de la violence voire de la pédophilie à l'encontre des enfants du conjoint : ce sont des faits, des statistiques. Le paganisme hait les familles, parce que celui qui l'inspire, satan, hait les familles et tout ce qui touche à la vie de près ou de loin. Si vous ne voulez pas de cette violence chez vous, c'est simple : ne sombrez pas dans la panique et l'hystérie, mais ne vous laissez pas non plus attraper par les faux-semblants de soit-disante "innocence" d'halloween, car c'est satan et personne d'autre qui est derrière. Céder pour faire comme tout le monde, c'est céder à satan, et c'est l'inviter dans votre maison, volontairement. Il faut en être conscient.
Pour ceux qui seraient tentés de dire "bah, ce sont des histoires d'Irlande, on n'a rien à voir dedans", c'est faux. Chez nous, Samhain s'appelait Samonos. Les druides du Continent allaient se "former" en Angleterre, même Jules César en parle.
Pour ceux qui diraient "moi je ne suis pas concerné, je ne suis pas croyant d'une quelconque religion", je demanderai ceci : alors pourquoi pratiquez-vous cette religion-là, puisque c'est bien et bien, indubitablement, une religion? Et pourquoi parler de "démocratie" et de "droits de l'homme" et aller célébrer une fête où des hommes, des femmes et des enfants étaient parfois déchirés, brûlés vifs, pour qu'on puisse y "lire l'avenir"? Est-ce que vous croyez qu'on peut "lire l'avenir" dans les gigotements des fumées de flammes de victimes? Et est-ce que c'est, pour vous, un exemple à donner aux enfants, un idéal "humaniste", est-ce que vous croyez qu'ils n'ont pas assez d'ultra-violence à la télévision, dans la rue, dans le comportement irresponsable des responsables politiques d'ici et d'ailleurs?

C'est uniquement pour rire, ces histoires? Vous en êtes certains?
Le sacrifice de nouveaux-nés à l'idole Cruaich, c'est digne de célébrer? (Squire, The mythology of the British Islands, Londres, 1905, p.38).
Les sacrifices humains et massacres rituels de prisonniers pratiqués en Gaule, c'est ça l'humanisme sous-jacent de ce genre de fête que vous trouvez que cela ne mérite pas qu'on s'en préoccupe? (Revue des études anciennes, 1913, p.435; D'Arbois, I, 154; etc).
La mythologie affirmant que la déesse Becuma, mariée à un roi d'Irlande, était stérile, il fallu expier par un secrifice d'un enfant fils d'une vierge. Etc. Tout ça, c'est aussi le fond d'Halloween. Est-ce que vous voulez vraiment célébrer tout ça? Est-ce l'idéal pour vos enfants, et ceux du pays où vous vivez - la violence que vous permettez d'être enseignée par les écoles (même "catholiques") aux enfants finira bien par se retourner contre vous aussi, est-ce que tout ça est un bien, intrinsèquement bien?
Tout n'était pas comme cela, les Celtes ont été une très grande civilisation, mais avec ses zones d'ombres aussi noires que celle des Romains ou celle des Grecs antiques. L'oublier et reprendre leurs pratiques, c'est non seulement risquer de reproduire, mais la dépêche de presse suivante, qui est loin d'être exception, est là pour le dire : c'est un fait concret, un danger qui se produit et reproduit.


Le satanisme capte une jeunesse rebelle
"Le satanisme fait de plus en plus d'émules chez les jeunes! Profanations, meurtres et actes déviants se multiplient depuis dix ans... Il faut savoir qu'une quinzaine d'enfants se sont suicidés dans la Région Nord-Pas-de-Calais, ces derniers mois. Et tous se revendiquaient satanistes!"
lire la suite :
http://www.lefigaro.fr/magazine/20060317.MAG000000328

La fête d'Halloween s'ouvre par quelques arrestations
http://news.yahoo.com/s/ap/20061029/ap_on_re_us/halloween_party
29/10/2006
Madison, Wisconsin – Du piéton au profane, les étudiants universitaires costumés et d'autres ont parcouru le centre-ville samedi, pour ce week-end annuel de fête qui, au cours des récentes années, s'est terminé dans des pagailles de soulards et aspersion par la police de gaz au poivre.
[...] suite en ligne, en anglais.

Photo Yahoo! News / Associated Press

*-*-*-*-*-*
POINT DE VUE ORTHODOXE SERBE SUR HALLOWEEN
http://www.sv-luka.org/articles/haloween.htm
St. Luke's Orthodox Mission
P.O. Box 74584, 270 The Kingsway, Etobicoke, ON, M9A 3T0, Canada


Extrait
[...]
Dans l'antique Église Celtique, qui était strictement Orthodoxe, les saints Pères ont tenté de contre-carrer cette fête du nouvel-an païen en établissant le même jour une fête de Tous les Saints (en Orient, cette fête est célébrée un autre jour). La nuit avant la fête (à savoir "All Hallows Eve", veille de la Toussaint), un office de Vigile était célébré, et au matin, célébration de l'Eucharistie. Cette coutume a créé le terme "Halloween". Mais la partie du peuple restant païen et dès lors anti-Chrétien réagit à cette tentative de l'Église de supplanter leur fête par une ferveur accrue en ce soir-là, de sorte que la nuit précédant la fête Chrétienne de la Toussaint devint une nuit de sorcellerie et autres pratiques occultes, nombre d'entre elles impliquant des actes sacrilèges et des moqueries des pratiques et croyances Chrétiennes. Des costumes de squelettes, par exemple, se sont développés pour se moquer de la vénération des saintes reliques par l'Église. Des objets sacrés furent volés et utilisés dans des rituels sacrilèges. La pratique de mendier devint un système de persécution contre les Chrétiens qui refusaient de participer à ces festivités. Dès lors, la tentative de l'Église pour contre-carrer ce festival impie échoua.
Ceci est simplement une brève explication de l'histoire et de la signification de la fête d'Halloween. Il est clair que nous, en tant que Chrétiens Orthodoxes, ne pouvons pas participer à cet événement, à quel que niveau que ce soit (même si on ne fait que le classer parmi les activités "marrantes"), et notre implication dans cette fête ne serait qu'une trahison idolâtrique envers notre Dieu et notre sainte Foi. Car si nous imitons les morts en nous déguisant ou rôdant dans le noir, ou mendiant avec ceux qui le font, alors nous avons volontairement cherché la compagnie des morts, dont le seigneur n'est pas une divinité celtique, mais satan, le mauvais, qui s'oppose à Dieu. Dès lors, si nous nous soumettons à ce dialogue de "mauvais tour ou pactiser" (trick or treat), notre offrande ne va pas à d'innocents enfants, mais plutôt à satan lui-même. Souvenons-nous de nos ancêtres les saints martyrs Chrétiens de l'Église des premiers temps, de même que de nos nouveaux Martyrs de Serbie, qui ont ont refusé, malgré de terribles amendes et d'horribles persécutions, d'adorer, de vénérer ou d'obéir de quelque manière que ce soit aux idoles qui sont des anges de satan. La fondation de notre sainte Église est bâtie sur leur propre sang.
Dans notre monde actuel livré à l'apathie spirituelle et à l'apathie tout court, qui sont les racines de l'athéisme et détournent de Dieu, on nous exhorte à ne pas tenir compte des racines et origines spirituelles de pratiques séculières lorsque leur apparence externe semble quelconque, divertissante et inoffensive. Le dogme de l'athéisme sous-tend nombre de ces pratiques, niant tant l'existence de Dieu que de satan. Notre sainte Église, par Jésus-Christ, enseigne que Dieu seul juge tout ce que nous faisons et croyons et si nos actions sont soit contre soit pour Dieu. Nul ne peut servir deux maîtres [*]. Dès lors, n'agissons pas comme les païens Celtes, n'éteignons pas nos foyers et ne rôdons pas dans le noir en imitant les âmes des morts. Allumons les lampes de vigile devant nos Icônes à la maison [Icônes des "Slava", saints familiers], et ensemble, en famille, demandons à Dieu de nous accorder foi et courage pour rester Chrétiens Orthodoxes en ces temps très difficiles, et de nous délivrer du Malin.
Amen.

*-*-*-*-*-*-*

[*] Ce n'est rien de plus que l'enseignement du Christ! Ce n'est pas une "invention des Orthodoxes" – qui n'inventent rien puisqu'eux seuls tiennent tout des Apôtres du Christ et ont tellement qu'ils n'ont nul besoin d'inventer quoi que ce soit.
On ne sait pas être au service des fantaisies de ce monde destinées à faire oublier Dieu voire le nier voire lutter contre Dieu, et en même temps pouvoir penser appartenir à Dieu [cfr Matthieu 6,24].

Des paroisses baptistes-protestantes où on fête Halloween? Apparemment c'est normal! Jusqu'à avoir une "maison hantée" fabriquée dans la cave, etc. En grandissant, le futur p. Joseph a compris l'erreur. Mais tout autour de lui, le monde ne vivait que comme ça, avec cette dichotomie entre une croyance en Christ et les fêtes païennes "parce que c'est marrant", sans même se donner la peine de réfléchir au "pourquoi" des choses – du danger de ces systèmes religieux qui prônent une séparation entre "foi" et vie quotidienne...

Le p. Joseph a bien réfléchi - c'est pas pour rien qu'il est devenu Orthodoxe et prêtre par dessus-tout! et sa réflexion (en anglais) sur le fond des choses mérite le détour.
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2004/10/halloween-because-its-fun.html
Ca ne l'a pas empêché, cependant, étant étudiant séminariste anglican (épiscopalien) avant de devenir Orthodoxe, de jouer un vilain tour à des jeunes voulant l'effrayer au cours de cette "fête"..
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2005/10/halloween-hypocrite.html


Un alternative pour la jeunesse? Une fête de tous les saints, costumée, avec des personnages bibliques. Comme dans cette paroisse du Patriarcat d'Antioche :
http://www.allsaintsorthodox.org/eventsAllSaintsCelebrate.html


















Cette page de commentaire du p. Joseph indique d'autres paroisses le faisant - grecque-orthodoxe, etc.
Une de ses lectrices signale que dans son ancienne paroisse baptiste-protestante, ils avaient aussi ce temple de l'horreur bâtit à l'intérieur de leur église...
http://www.haloscan.com/comments/huneycutt/113071165406598542/

Halloween : other views, facts & such
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2004/10/halloween-other-views-facts-such.html

Certains sites mentionnent Samhain comme étant un "dieu païen", alors qu'il s'agit de la dénomination de cette période de l'année en ancien gaélique. L'erreur viendrait d'un drôle d'historien Anglais, le Col. Charles Vallency, en 1770, et elle aurait fait son petit bonhomme de chemin.
Le prêtre d'origine Irlandaise qui a fait cette mise au point (ainsi que sur d'autres aspects, rappelant la quantité de sang animal qui coulait à Jérusalem à la même époque, certes pour une autre raison mais tout de même), termine par une touche d'humour qui vaut son pesant d'Irish Stew copieusement arrosé de Beamish Stout :
"Et est-ce que je vous ai parlé de l'Arche d'Alliance, dont tout enfant Irlandais sait qu'elle repose sous la chapelle en ruine sur la montagne de Cashel? :)"
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2006/10/halloween-shape-shifting-samhain.html

Cependant, un "héros" Celtique s'appelant Samhain aurait bien existé à l'époque pré-Chrétienne, mais ce n'était donc pas une divinité païenne, encore moins un "Seigneur de la Mort". On nous apprend aussi le pourquoi de cette fête en cette saison - les anciens Scots (terme qui désignait aussi bien l'Irlande que l'Écosse jusque passé l'An Mil, fameuse "soupe" pour les historiens!) ne connaissaient que 2 saisons, été et hiver, et c'était simplement la fête du passage de l'une à l'autre. Ca signifie en gaélique des Scots "fin de l'été". On prononce Samhain "sah-van", bien que les néo-païens se plantent dans la prononciation.
http://www.religioustolerance.org/hallo_sa.htm

Monde à l'envers : une école interdit Halloween... parce que ça manque de respect envers les sorcières, qui comptent des représentantes dans son canton... pourquoi pas interdire à Pavaroti de chanter, parce que ça manque de respect aux chanteurs-casseroles qui s'époumonent sous leur douche, tant qu'ils y sont....
http://abcnews.go.com/US/print?id=184701

Un regard Orthodoxe sur Halloween :
http://www.orthodoxie.com/2006/10/radio_regards_o.html

Un regard chrétien sur Halloween - émission radio orthodoxe en ligne
(31 octobre 2004)
Présentation :
Le prêtre orthodoxe français Marc-Antoine Costa de Beauregard, agrégé de lettres, va parler sur les implications des pratiques d'Halloween par rapport au christianisme et à la culture de France. Un étudiant à l’Université de New York, Michael Breck, et un prêtre orthodoxe du Québec, Père Stephane Bigham, vont partager avec nous quelques-unes de leurs observations concernant la célébration d’Halloween aux Etats Unis et au Canada. Et un jeune enseignant français, Christophe Levalois, va parler des efforts que les chrétiens des diverses confessions ont fait en France pour faire comprendre à leurs concitoyens les vrais raisons de l'importation de Halloween et le fait qu'il n'est s'agit pas là d'un phénomène implacable.
Réécoutez en ligne sur internet :
http://ortradio.free.fr/E09_2004-10-31_Halloween.mp3

et dans le numéro 1 de la revue orthodoxe (gratuite) "La Voile", un dossier historico-spirituel et pastoral complet :
http://www.orthodoxes.net

Aucun commentaire: