"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 décembre 2006

"Venite, exultemus Domino" : l'invitatoire de l'Occident Orthodoxe et son utilisation ultérieure

Ci-dessous, une brève étude montrant comment l'utilisation liturgique d'un Psaume par l'Occident Orthodoxe au premier millénaire a finit par se retrouver dans d'autres traditions ecclésiales nées ultérieurement en Occident (c-à-d catholiques-romains & anglicans), et comment ce Psaume retrouve à présent sa place chez les Orthodoxes, grâce à la renaissance de l'Orthodoxie occidentale.
L'étude visite l'usage anglican et sarum, puis l'usage au sein du Patriarcat d'Antioche, vicariat de Rite Orthodoxe Occidental. D'autres usages Orthodoxes occidentaux pourront avoir d'autres pratiques, la Liturgie est responsabilité épiscopale, une Église locale n'étant pas l'autre.
En ce temps de l'Avent, où nous chantons "Veni, Emanuel" dans l'attente de la Venue du Sauveur, ce Psaume nous invite à la prière et à l'adoration. Ce texte n'est donc pas uniquement à but "technique" ou "documentaire".
JM

Invitatorium : "Venite, exultemus Domino"
Sur le Psaume Invitatoire des Laudes ou Matines
par le sous-diacre Benjamin J. Andersen
Vicariat de Rite Orthodoxe Occidental
Archidiocèse Antiochien d'Amérique du Nord
paroisse Saint-Mark, Denver
Le Psaume 94 (95), plus communément connu par son incipit en latin "Venite, exultemus Domino", est prévu pour ouvrir la récitation des Psaumes du jour pour la prière du matin dans le livre anglican de Prières Publiques (Book of Common Prayer). Cet usage, cependant, est bien plus ancien que le "Prayer Book" lui-même. Comme le commente J. H. Blunts, "Ce Psaume a été utilisé depuis des temps immémoriaux comme une introduction aux louanges de l'Office Divin; et il a probablement été adopté par l'Église en provenance des offices du Temple." (1)
L'usage rituel du "Venite" est mentionné très tôt, dès saint Augustin d'Hippone au 4ème siècle. La grande antiquité de cet usage est attestée par le fait que la traduction latine de l'invitatoire "Venite" telle que contenue dans le Bréviaire vient de l'ancien Psautier Italique, qui est antérieur au Psautier de la Vulgate de saint Jérôme, au 4ème siècle. (2)
La récitation du "Venite" en entier avant l'heure de Matines est une particularité des Rites Occidentaux. Cependant, dans le Rite Oriental, un "epitome" (comme l'appelle Blunt) des 3 premiers versets du Psaume 94 est chanté au début de l'Office Divin. (3)
Au 13ème siècle, Durandus, un commentateur liturgique de langue latine, expliquait que le "Venite" était chanté pour appeler la congrégation à l'église pour célébrer, d'où le titre "invitatoire." (4)

Corroborant la théorie de Durandus sur l'origine du "Venite" dans l'Office matinal, William Palmer affirme qu'à l'époque de saint Jean Cassien – un Romain qui avait visité les Pères du Désert d'Égypte et ramené en Occident, au début du 5ème siècle, les coutumes Orientales de l'Office quotidien – le premier Psaume de l'office était chanté pendant que le clergé et le peuple se rassemblaient, après quoi il n'était plus permit à quiconque d'entrer.
A la fin du 5ème ou début du 6ème siècle, saint Benoît de Nursie, dans sa codification de l'Office bénédictin, continua cette pratique, et désigna 2 Psaumes fixes à chanter durant le rassemblement des participants, un des 2 étant le "Venite". (5)
Apparemment, avec le temps, l'utilisation des autres Psaumes à titre d'invitatoire finit par disparaître, et seul le "Venite" subsista. C'était un usage Bénédictin original, pas quelque chose adopté de Rome. Cependant, avec le temps, il finit par être adopté à Rome, et de là entra dans le Bréviaire de Sarum (Salisbury). Vu que la Prière du Matin du "Prayer Book" est en fait une combinaison et une simplification pour usage ordinaire en paroisse des anciennes heures monastiques de Matines, Laudes et Prime (tel qu'on les retrouve dans le Bréviaire de Sarum), le "Venite" fut naturellement conservé.
Le dr. Blunt offre une explication profondément mystique et théologique pour cette place :

"Il est beaucoup plus probable que son caractère complet, en tant qu'adoration du Christ, est ce qui a suscité l'Inspiration Divine sur laquelle l'Église s'est fondée pour placer ce Psaume au début de son Office de Louange." (6)

Un commentateur médiéval, Honorius d'Autun, au début du 12ème siècle, dans son "Gemma Animae", voit "le maître de chapelle qui entame l'invitatoire (tel) le héraut qui convoque les soldats de garde pour venir monter la garde, et lorsqu'il a terminé sa partie, tous s'unissent pour chanter le 'Venite' pendant que les soldats se rassemblent dans le camp pour louer leur Roi. Et ensuite ils répartissent entre eux les tours de garde, comme ils commencent à chanter les 3 nocturnes (ou 'groupes de Psaumes')." (7)

Saint Bède le Vénérable décrit ainsi tant le sens littéral que mystique du 'Venite':
"Louange dénote la dévotion de la voix, chant la joie de l'esprit, pour David, CHRIST NOTRE SAUVEUR, de sorte qu'à la fin nous puissions nous rassembler et nous réjouir, non pas en de vaines réjouissances, mais dans le SEIGNEUR. Le prophète, ayant vu à l'avance que les Juifs seraient capables de résister au CHRIST, lors de la première ouverture, invite les tribus au chant des Psaumes, décrivant les louanges au SEIGNEUR avec la plus douce vérité. 'Venez, chantons pour le Seigneur.' Ensuite, le SEIGNEUR Lui-même parle, disant que le peuple en question ne devrait pas s'endurcir le coeur, sinon leur arriverait ce qui était arrivé à leurs pères, qui n'étaient pas entrés dans la Terre Promise. 'N'endurcissez pas vos coeurs'." (8)

Anciennement, des antiphonaires spécifiques étaient placés au début et à la fin du "Venite", et placés en divers endroits tout au long du Psaume. Dans le Bréviaire Romain traditionnel entièrement développé, il y a des antiphonaires prévus pour chaque jour de la semaine, de même que pour les saisons ecclésiales, et les fêtes majeures de l'année. Le premier Livre de Prières Publiques, du roi Edouard VI (1549), restaura le "Venite" à sa forme primitive, sans antiphonaire. En effet, la rubrique originale de 1549 placée devant le "Venite" spécifie : "Alors sera dit.. sans le moindre invitatoire.. le Psaume 94."
Le dr. Blunt suppose que les Phrases d'Ouverture (Opening Sentences) pour la Prière du Matin et du Soir, ajoutées pour la première fois en 1552, étaient là comme substitut aux anciens Antiphonaires Invitatoires (9). Dans le Livre de Prière Américain de 1928 (et dans l'édition Anglaise proposée de 1928), certains des anciens antiphonaires invitatoires saisonniers étaient restaurés.

Anciennement, aux paroles "Venez, adorons et prosternons-nous," un geste de révérence était accompli, une coutume que le dr. Blunt rapporte comme encore courante à son époque, en particulier dans le Nord de l'Angleterre, et qui dérive apparemment de la coutume de prosternation des temps plus anciens (10).

Dans l'ancien usage et dans l'usage du Livre de Prière anglais, il est indiqué que l'on doit réciter l'entièreté du Psaume 94, y compris les 7 derniers versets, à partir de "Aujourd’hui, si vous entendez Sa voix, etc." Cependant, dans le Livre de Prières américain depuis sa première édition en 1789, les 7 derniers versets sont omis, et remplacés par 2 versets du Psaume 95 : "adorez le Seigneur, revêtus d'ornements sacrés, etc". C'est une étrange innovation, qui n'a pas de précédent dans le moindre usage ancien ou médiéval (excepté peut-être en Orient avec cet "épitome" du "Venite" signalé plus haut). En effet, un commentateur l'a même signalée comme une "mutilation" (11). La raison de ce changement semble avoir été une aversion pour le vocabulaire sévère des 7 derniers versets, et leur apparente application limitée à l'Ancienne Alliance juive. Peut-être aussi un désir d'abréger l'Office de Prière du Matin aura contribué à cette décision. Cependant, il est courant dans nombre de paroisses utilisant le Livre de Prière de 1928 d'utiliser la fin originale durant le Grand Carême, l'Avent, et en d'autres occasions pénitentielles. L'aversion envers l'admonition adressée aux fidèles de l'Ancienne Alliance juive est certainement non-fondée, car l'admonition s'adresse à l'Église de la Nouvelle Alliance, comme le commente le dr. Blunt :

"Les derniers versets de cette seconde division du Psaume consistent en un avertissement de la part du Bon Berger au troupeau Chrétien, avertissement tiré de l'histoire de Son troupeau Juif. 'Ainsi, hâtons-nous d'entrer dans ce repos, de peur de succomber à notre tour dans une semblable infidélité.' [Heb. 4,11.]" (12)
Le Jour de Pâques, le Livre de Prières ordonne qu'au lieu du "Venite", un groupe spécial d'antiphonaires (habituellement appelés ensemble "Pascha nostrum") soit chanté, consistant en passages de 1 Corinthiens et de Romains. Blunt fait remarquer que ces antiphonaires "représentent la coutume primitive du matin de Pâques, lorsque le verset "Le Christ est Ressuscité" et sa réponse "Il est vraiment Ressuscité" étaient la salutation solennelle entre Chrétiens" (13).
Le "Pascha nostrum" a ses racines particulières dans l'usage d'un des antiphonaires ("Christus resurgens ex mortuis jam non moritur") dans l'Office au Sépulcre avant les Matines, le matin de Pâques, tel qu'on le trouve dans le "Sarum Processionale". (14) Et aussi, le premier antiphonaire ("Pascha nostrum immolatus est Christus") était le verset de Communion pour la Messe de Pâques dans l'usage de Sarum. (15)

NOTES.

1. The Annotated Book of Common Prayer: Being an Historical, Ritual, and Theological Commentary on the Devotional System of the Church of England. (New York:E. P. Dutton and Company, 1903), p. 187.
2. Apel, Willi. Gregorian Chant. (Bloomington & Indianapolis:Indiana University Press, 1990), p. 242.
3. "Venez, adorons et prosternons-nous devant Dieu notre Roi. / Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ notre Roi et notre Dieu. / Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu." En anglais: The Liturgikon: The Book of Divine Services for the Priest and Deacon. (Englewood, N.J.:Antakya Press, 1989).
4. The Annotated Book of Common Prayer, pp. 187-8.5. Origines Liturgicae, or Antiquities of English Ritual, and a Dissertation on Primitive Liturgies. Vol. I. (London: Francis & John Rivington, 1845), pp. 249-50.
6. The Annotated Book of Common Prayer, pp. 188.
7. Neale, J.M. and Littledale, R.F. A Commentary on the Psalms from Primitive and Mediaeval Writers; and from the Various Office-Books and Hymns of the Roman, Mozarabic, Ambrosian, Gallican, Greek, Coptic, Armenian, and Syriac Rites. Third Edition. Vol. III. (London: J. Masters & Co.), p. 217.
8. Quoted in Ibid, p. 216.
9. Blunt, The Annotated Book of Common Prayer, pp. 188.
10. Ibid., pp. 188-9.
11. Ratcliff, E.C. "The Choir Offices", Liturgy and Worship: A Companion to the Prayer Books of the Anglican Communion. W.K. Lowther Clarke, editor. (London: Society for Promoting Christian Knowledge, 1932), p. 272.
12. Blunt, The Annotated Book of Common Prayer, pp. 597-8.
13. Ibid., p. 290.
14. Ratcliff, "The Choir Offices." Liturgy and Worship, p. 272-3.
15. Blunt, The Annotated Book of Common Prayer, p.289.
in : revue "The Lion", de la paroisse Saint-Mark Lion 2001/09
*-*-*-*-*-*

Documentation intéressante :
Sur l'évolution liturgique
http://www.boydell.co.uk/70252063.HTM

Sur l'évolution liturgique chez les Anglo-Saxons (avant & après 1066)
http://www.boydell.co.uk/70252217.HTM


L'Avent, c'est aussi le temps du Carême de la Nativité du Christ...
Repas de Carême préparatoire à la Nativité ou orgie nocive pour la santé, à chacun son choix...





















Mais le prix remporté sera en fonction de ce choix...




.....aussi physiquement!


Sainte Catherine d'Alexandrie, Livre d'Heures, usage Sarum
Article traduit et mis en page avec l'aide spirituelle de notre bien-aimée sainte patronne et mère dans la Foi. Ora pro nobis!

Aucun commentaire: