"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 août 2006

Madonna : appel au boycott par l'Eglise Orthodoxe de Russie

Kommersant Daily – 5 août 2006
http://www.kommersant.com/

Le p. Vsevolod Chaplinn, du département des affaires internationales du Patriarcat de Moscou, dit que l'Eglise ne recommande pas aux fidèles Orthodoxes d'assister au concert de Madonna à Moscou.





L'Eglise Orthodoxe de Russie exhorte
ses fidèles à boycotter la chanteuse Madonna

L'Eglise a demandé ce vendredi aux paroisses de ne pas aller au concert de Madonna, ce 11 septembre à Moscou. Le clergé dit qu'ils ne veulent pas que les fidèles voient Madonna exploitant les symboles religieux à ses propres fins.
Le p. Vsevolod Chaplinn, du département des affaires internationales du Patriarcat de Moscou, dit que l'Eglise ne recommande pas aux fidèles Orthodoxes d'assister au concert de Madonna le 11 septembre à Moscou. "Madonna fait usage de crucifix, de statues de Notre Dame et d'autres symboles religieux. C'est inacceptable," a-t'il déclaré à Kommersant.
Le Patriarcat est indigné par la nouvelle tournée de Madonna, "Confession Tour". La chanteuse y exécute le chant "Live to Tell" avec une couronne d'épines, avec derrière elle un crucifix géant incrusté de diamants Swarovski et cristaux. La première présentation de la tournée à Los Angeles mis en colère les représentants de diverses confessions.

Ce n'est pas la première fois que Madonna se dresse contre l'Eglise. Le pape [de Rome] Jean-Paul II avait exhorté ses paroisses à la boycotter lors de ses concerts de 1990. Auparavant, l'Eglise Catholique-Romaine avait fustigé la vidéo de la chanson "Like a prayer" qui montre des croix en feu et un Jésus-Christ noir.

D'autres confessions ne publient pas de tels commentaires. Le porte-parole de la Fédération des Communautés Juives de Russie a estimé qu'aller au concert de Madonna était affaire de choix personnel. Les Musulmans sont d'un autre avis, cependant. "Les musulmans n'ont pas besoin d'un décret de leurs chefs religieux pour comprendre qu'ils ne devraient pas aller au concert – c'est limpide comme de l'eau de roche!," a déclaré Geidar Dhzemal, président du Comité Islamique de Russie.
Par Andrey Kozenko et Alexander Voronov

* * *

du site catholique-romain américain "LifeSite"
Un cardinal appelle à l'excommunication de Madonna
Par Peter J. Smith
ROME, 4 août 2006 (LifeSiteNews.com) – Un cardinal du Vatican a appelé à formellement excommunier la chanteuse pop Madonna, considérant son intention d'accomplir un blasphématoire simulacre de crucifixion dans la Ville Eternelle comme un "acte ouvert d'hostilité." "Ce concert est un défi blasphématoire..."
Lire la suite en anglais :
http://www.lifesite.net/ldn/2006/aug/06080409.html


* * *

Alors elle sort sa carte "joker médiatique" et criera probablement sur scène "bouuuuh les vilains religieux qui veulent m'empêcher de gagner du fric pour aider les pauvres d'Afrique"...

Du "Fil RSS" du quotidien Le Soir
Madonna veut aider les orphelins du Malawi
Madonna est pleine de ressources. Dernièrement, la chanteuse a abattu sa carte humanitaire en affichant son désir de venir en aide aux orphelins vivant au Malawi, un pays africain ravagé par le Sida. Depuis quelques années (...), je me sens responsable envers tous les enfants du monde, a déclaré la chanteuse de 47 ans (mère de Lourdes, 9 ans, et Rocco, 5 ans). Pour ce projet, Madonna compte amasser au moins 2,35 millions d'euros pour aider ces orphelins africains. La chanteuse s'est également entretenue avec l'ancien président des Etats-Unis Bill Clinton pour importer des médicaments à bas prix dans la région. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 4/08/2006 20:15

* * *

Cette histoire de demande d'excommunication fait sourire quand on sait qu'elle
s'adonne à la Kabale depuis 1997 et que c'est depuis son tout premier disque, "like a virgin", qu'elle tourne le Christianisme en dérision. Et que le Vatican l'a maintes fois menacée depuis tant d'années, mais sans jamais donner suite, bien entendu.
Sur ce sujet, à lire, en anglais :
"Le cardinal Ersilio Tonino, s'exprimant avec l'approbation du pape [de Rome] Benoît 16, déclare : "Cette fois les limites ont vraiment été dépassées."
A Bit Late?

Et un tour complet avec historique, photos, etc, du problème, un article de votre blogue préféré (merci, merci, n'en jetez plus, les vases sont remplis de fleurs)
"Madona en Messie..."


Mise à jour 7 août - Eglise de Russie : la chanteuse Madonna "a besoin d'assistance spirituelle".
http://www.interfax.ru/e/B/0/28.html?id_issue=11567129
MOSCOU, 5 août 2006, 17h20 (Interfax) – L'Eglise Orthodoxe de Russie a expliqué que la chanteuse populaire américaine Madonna "avait besoin d'assistance spirituelle" et déconseillait aux Chrétiens Orthodoxes d'aller assister à ses concerts à Moscou.
"Ce n'est pas la première année que cette dame mélange ses chansons sur les passions humaines à des symboles Chrétiens – croix, statues de la Vierge, chapelets, et à présent son auto-crucifixion. Cela signifie que la chanteuse a besoin d'assistance spirituelle," a déclaré à Interfax l'archiprêtre Vsevolod Chaplin, vice-président du département des affaires ecclésiales extérieures du Patriarcat de Moscou.

Auparavant, un cardinal Italien, Ersilio Tonini, avait accusé Madonna de blasphème et l'avait menacée d'excommunication par l'Eglise Catholique-Romaine pour ses spectacles dans lesquels elle porte une couronne d'épines et pend à une croix recouverte de miroirs.

"Il semble que, par son intérêt pour le symbolisme Chrétien, un intérêt plus qu'étrange, la chanteuse cherche à justifier ses propres passions et à résoudre ses propres problèmes internes," dit le p. Chaplin.

04 août 2006

Liban : désastre humanitaire et écologique, manichéisme et intox médiatique (article fort long!)

[les photos appartiennent à leurs auteurs - en général au site qui s'ouvre lorsqu'on clique sur l'image]

Commençons par tordre le cou au manichéisme.
Les souffrances du peuple du Liban sont tout simplement insupportables – pour ceux qui les subissent, mais spirituellement et moralement, elles le sont aussi pour le restant de l'humanité. Enfin, pour ceux qui n'en font pas que physiquement partie s'entend. Ces horreurs ne doivent pourtant pas nous empêcher de penser le problème de manière non-dualiste. Habituellement, on nous déforme la pensée de la manière suivante : si on est "de gauche", on est censé être "contre" le camp X, et si on est "de droite", c'est l'inverse. Ca c'est la vision "selon le monde", qui est un monde déchu. Je dis "non merci", car mon Seigneur, Dieu et Sauveur nous dit : "Mon Royaume n'est pas de ce monde" (Jean 18,36).
C'est pourquoi je préfère penser, avec le philosophe, que
"le Chrétien n'est ni de gauche, ni de droite. Même pas d'en haut. Mais il est de partout où l'homme est écrasé". Gustave Thibon, philosophe français.

La manière habituelle de comprendre et d'analyser le problème que la société attend de nos, ce sera de se contenter des informations dont on sera abreuvé par les media. Qui seront soit pour le camp X, soit pour l'autre, selon les intérêts financiers qui les dirigent. C'est la manière manichéenne à laquelle on nous habitue par le matraquage médiatique orienté dans nos pays où règne la sur-information à géométrie variable.

Or, si il est d'une évidence irréfutable que le gros du drame se déroule pour le peuple Libanais, une fois de plus martyr, je pense qu'il serait un peu léger de se contenter de fustiger celui qui appuie sur le bouton de son canon israélien.
Ce serait faire l'impasse sur le fait que le Hezbollah n'est pas un groupe d'enfants de choeur. Et que le but premier de sa branche armée, ainsi que d'une partie de ceux qui se planquent dans la partie politique et religieuse tout en n'étant que des guerriers, n'est pas l'amour du Liban "mère patrie". Et que la manière dont il a phagocyté le pays fait qu'en effet, quelque part, le Liban est tout entier son otage. C'est le record de prise d'otage, "digne" d'un "guiness book" de l'horreur, aux côtés des exploits des Staline, Lénine, Trostky, Pol Pot, Hitler et autres déments de la même eau noire. Tout cela, sans oublier qu'au sein du Hezbollah, il y a un certain pourcentage de gens qui sont simplement musulman chiites, comme on peut en croiser dans nos rues d'Europe occidentale, et qu'ils sont là parce que c'est le seul parti de leur pays leur proposant un programme qui - en apparence au moins - correspond à leur idéal religieux personnel. Pensons-y : combien de partis politiques de chez nous ont en réalité d'autres intentions que ce qu'ils affichent aux élections?...

Par delà les évidences des combats, ces victimes innocentes par milliers côté Liban et par dizaines côté Israël et Palestine, il serait bon, je pense, de réfléchir à "qui". Qui a intérêt à ce que le Liban ne soit pas un pays paisible? Qui a intérêt à ce que la région – comme l'Afrique "des Grands Lacs" – soit toujours en "fusion", prête à exploser? Qui? Parce que déterminer avec précision ce "qui", cette "ombre" qui fait couler le sang des autres si généreusement, est nécessaire pour savoir comment empêcher cette "ombre" de recommencer, et lui faire payer argent comptant tous les dégâts matériels. Car les dégâts humains, eux, sont irréparables. Et inestimables, une vie humaine n'a pas de prix, toute vie humaine est sacrée.

Les pots cassés
"Qui casse paie", dicton de simple bon sens – mais comment faire payer les coupables si on ne détermine pas clairement qui sont-ils? Parce qu'il ne faudrait pas en oublier un seul. Et ne pas se contenter de regarder uniquement vers ceux qui tirent avec des canons, dont beaucoup le font à contre-coeur et par obéissance militaire ou simplement et réellement pour défendre leurs familles bombardées sans arrêt depuis tant d'années (voir plus bas), passant à côté de ceux qui tirent les ficelles ... et de ceux qui tirent les marrons du feu..

A côté du terrible drame humanitaire, aux conséquences directes, il y a aussi ce que l'on appelle par euphémisme "les dégâts collatéraux annexes", et au premier plan, l'environnement. Tout le Liban n'est plus qu'un grand champ de résidus d'explosifs, dont une partie non-explosée. L'usage par les Israéliens d'armes chimiques interdites, ils ne le cachent même pas. Ca va avoir des influences longtemps durant, exactement comme les obus à l'uranium utilisés par les Américains en Irak (autre guerre régionale en échec, aux prétextes "anti-terroristes" fumeux). A présent, la mer du Liban est dans un état catastrophique, qui met en péril le futur rétablissement du pays et son autonomie alimentaire via les ressources halieutiques!

Le Liban, ce magnifique pays du Moyen-Orient le plus proche historiquement de nous, les dirigeants des grandes nations du monde le regardent brûler tout en faisant les moulins à vent avec leurs belles déclarations. Notez que pour une fois, je n'ai pas honte de mon pays : dans ce domaine, on a déjà commencé à essayer, activement, d'aider.

Il est évident aussi que l'arsenal du Hezbollah n'est pas normal, pas acceptable. Il n'est pas normal qu'un pays libre aie en son sein une milice indépendante qui a plus d'armement que ce pays. Comme dans d'autres pays ayant connu des troubles pareils, cette milice aurait dû être désarmée et incorporée à la légitime armée de l'Etat. Mais voulait-"on" VRAIMENT que le Liban puisse parvenir à ce désarmement et cette intégration?

Car une analyse du "problème Hezbollah" n'est pas possible si on se contente de la clé de lecture que veulent nous imposer les coupables occultes de la guerre évoqués plus haut. La dernière semaine de Juillet, sur Europe 1, un ancien ministre du Liban rappelait que lors de l'occupation du Liban par Israël il y a 20 ans d'ici, et en présence des troupes Américaines, "on" avait volontairement laissé le Hezbollah devenir ce qu'il est, et surtout, recevoir de grandes capacités militaires. Machiavéliquement. Parce qu'escomptant créer un Liban où les factions seraient nombreuses, divisées, et toutes suffisamment armées pour que règne toujours suffisamment de violence pour empêcher le pays de vivre en paix. Mais jamais assez pour l'emporter l'une sur l'autre. Le résultat a été conforme aux espoirs des âmes noires qui ont planifié cette monstrueuse machination. Du temps de mes années à l'armée, j'ai vu exactement la même méthode machiavélique être utilisée, pour détruire l'ex-Yougoslavie en général, et la Serbie en particulier. Et de nos jours, les effets de cette politique monstrueuse s'y font plus que jamais ressentir. Comment en serait-il autrement pour le Liban, qui a "bénéficié" d'encore plus de livraisons d'armes et de finances occultes depuis tant d'années? Liban où la Vallée de la Beekaa, connue depuis tant d'années comme une vaste plaine de culture de drogues, était aussi le repaire connu de mouvements n'ayant même pas tenté de cacher leurs intentions belliqueuses.


La suite plus périlleuse que le début?
On pointe toujours vers la Syrie, ennemi très opportun, d'autant que militairement plus en état de mener quoi que ce soit de sérieux, à peine se défendre, et qui aurait tout à perdre à un embrasement régional. Absolument tout, jusqu'à son existence. On attend d'ailleurs encore de voir la première preuve concrète de sa participation à certaines actions dont elle a été accusée ces dernières années (je ne dis pas "à toutes" mais "certaines", je ne suis pas naïf non plus).
Plus dangereux cependant, bien plus dangereux, on "allume" un "allumé" de la région qui n'a pas besoin de ce genre de prétexte pour s'enflammer. Car lui, il est vraiment dangereux et a les moyens de mettre ses menaces en pratique. Pour le plus grand malheur de la planète toute entière.
- - -
du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
La solution radicale d'Ahmadinejad
La solution de la crise au Proche-Orient est de détruire Israël a déclaré le président iranien, repris par les médias d'Etat. Ahmadinejad a également appelé tous les pays musulmans à couper tous leurs liens politiques et économiques -qu'ils soient publics ou secrets- avec le faux et illégal régime sioniste en représailles aux attaques israéliennes sur le Liban, ainsi qu'à un cessez-le-feu immédiat. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 3/08/2006 14:08
- - -
Ce disciple local du "docteur Follamour" est prêt à tout faire péter, enfermé dans ses convictions de l'Age de Glace. Il faut prier pour qu'il change dans sa tête et ouvre son âme à Dieu, il en va de l'existence de ce monde..














Notons aussi, tant qu'à faire, qu'il faut vraiment que l'Occident se rende compte à quel point il est tombé bas (conséquence logique de son rejet du Christ et Sa Sainte Eglise Orthodoxe), pour que divers pays en viennent à tolérer être dirigés par des dictateurs, voire carrément en élire – parce que l'Iran a largement élu son président actuel - et en plus, élire des gens qui leur promettent le néant, et pour eux et pour le restant de l'humanité... On ne fait plus rêver les autres et on perd toute légitimité à "donner des leçons", quand on a des pédophiles et autres dégénérés et malpropres qui règnent dans nos pays corrompus moralement et sociologiquement, qu'on y tue les enfants et les socialement improductifs par millions.. Passons...


Revenons à ces fauteurs de guerres. Ces occultes et machiavéliques planificateurs avaient oublié un détail : une fois armée, une milice qui a plusieurs ennemis ne va pas nécessairement se contenter de s'en prendre à un seul. Surtout si, contre toute attente, elle se réconcilie avec lui, voire même coopère et entre au gouvernement par le biais d'élections démocratiques. Et Israël de recevoir des roquettes de manière récurrente depuis fin 2001, depuis la Palestine ou le sud du Liban, même si sans commune mesure (pour le moment) avec la guerre qu'Israël est occupé à mener au Liban. Dans un élan de folie bien pensé, parce que ce "nouveau Proche Orient" annoncé par les USA, Israël l'annonce aussi, et le prépare sur les ruines d'alentour. Pourtant, l'échec Américain flagrant tant en Irak qu'en Afghanistan (etc) aurait dû les faire réfléchir – et regardons près de chez nous, où la pauvre Serbie n'en finit de subir les contre-coups de ces politiques inconséquentes et criminelles. La violence n'amène que la violence, jamais la paix. Et contre le "terrorisme" - dont les auteurs deviennent parfois le surlendemain "d'honorables dirigeants démocratiques et anciens résistants", Israël est bien placé pour le savoir! - l'envahissement et la destruction d'un pays n'ont jamais réussi qu'à écraser les innocents. Folie.

Israël, en plus d'une des meilleures armées régulières au monde, possède aussi le meilleur service de renseignement au monde – le Mossad. Capable de manipuler la CIA.. et nos media..
Le "renseignement" n'est pas infaillible (Cana...) mais puissant. Même un groupe très cloisonné et fanatisé comme le Hezbollah est infiltré. On le voit aisément avec l'audacieuse opération "coup-de-poing" menée à Baalbeck par des commandos héliportés le week-end dernier sur un "hôpital privé", couverture qui, monstrueusement et très sûrement à l'insu des patients et voisins, abritait un état-major du Hezbollah, dont ils ont tué certains et enlevé d'autres membres. Tout en ratant le grand chef local. Les limites du renseignement dans un groupe fermé se situent notamment dans la difficulté de communiquer les changements de dernière minute.
Ces commandos, les opérations d'Entebe et consorts sont là pour nous rappeler leur efficacité. Pour que cessent les attaques sur Israël, si c'était le seul but de la guerre, vraiment le seul but, un ultimatum à l'ONU aurait été justifiable. 15 jours pour envoyer une force de désarmement avec mandat d'usage de la force au moindre problème ou refus de rendre les armes. Mandat clair afin de rendre le pouvoir à l'Etat libanais et la paix régionale. Israël a les moyens d'apporter les preuves de ces bunkers bourrés d'armes et de missiles, diaboliquement cachés sous des magasins, des hôpitaux, des écoles, etc. Ca ne s'est pas construit sans être minutieusement surveillé, et par satellite (voyez les photos sur google, les détails déjà en version gratuite!), et par espions infiltrés dans les groupes. Au contraire du pitoyable cirque de l'Américain Colin Powel le 5 février 2003 à l'ONU sur les soit-disantes "armes de destruction massive" de l'Irak, prétexte pour "justifier" l'invasion des champs de pétrole irakiens (la CIA a laissé son rapport bidon en ligne), Israël aurait vraiment été capable de prouver et ainsi exiger une résolution ONU avec envoi de troupes lourdement armées. Et seulement si cela avait été refusé, ils seraient intervenus eux-mêmes. Et avec des commandos, si bien entraînés, et un mandat ONU bien clair, ils auraient enlevé à moindre dégâts le "problème" du terrain. Mais le "qui" de la question du début d'article, voulait-il cette solution de moindre mal? Voulait-il une solution pouvant même se dérouler pacifiquement? Ou voulait-il que la haine refleurisse, pour justifier ces prochaines campagnes par peuples et armées interposés?

Car tout ce déchaînement incessant de violence a d'ores et déjà alimenté un "fond de haine" pour les décennies à venir. Un "fond de haine" qui n'avait pas besoin de ça pour être alimenté, vu l'histoire locale des 50 dernières années.. Un fond qu'il aurait fallu solder une bonne fois pour toute par une paix durable pour tous. Mais qu'on recommence à remplir. Et ceux qui auront semé ce vent de colère récolteront immanquablement les fruits amers d'une tempête de colère. Dont le peuple qu'ils prétendent défendre risque de faire les frais. Encore du sang innocent.

Et il ne va pas couler uniquement dans la région où les germes de la haine ont été semés : le monde entier risque de se transformer à nouveau en gigantesque champ de bataille
- - -
du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
Des centaines de kamikazes
L'Indonésie et l'Australie disent enquêter sur des affirmations d'un leader islamiste indonésien selon lesquelles des centaines de kamikazes seraient en cours de déploiement afin de frapper des intérêts juifs en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Australie. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 4/08/2006 10:57

- - -





Seule la prière pourra briser ce cercle vicieux de la haine, de la violence et de la vengeance.















Jean-Michel

"On n'est pas seulement responsable de ce que l'on fait mais aussi de ce qu'on laisse faire"
Yves RENAUD, C.E.R.N


Kibboutz Kerem Shalom.
Le Moyen-Orient est vraiment une terre de bénédiction
qu'il vaut mieux apprendre à partager, ou tout sera détruit.

* * *

Appel aux dirigeants du monde
"Leaders du monde,

Cette lettre constitue un appel au secours de la part du peuple libanais et des amis du Liban. Nous vous pressons d’exercer votre influence politique afin de faire appliquer un cessez-le-feu entre Israël et le Hezbollah. Des négociations doivent avoir lieu. La violence qui sévit au Liban perd tout contrôle et la situation devient insoutenable. Le peuple libanais souffre. L’économie du Liban sera gravement perturbée pendant des années. Comme vous le savez sûrement, la colère, la rancune et la pauvreté ne peuvent mener qu’à plus d’extrémisme. Pour le bien-être des citoyens libanais et israéliens, pour la stabilité du Moyen-Orient et également du monde, nous vous implorons d’agir aussi vite que possible pour empêcher l’escalade de la violence, de la destruction et des pertes humaines.

Cordialement,

Le peuple du Liban et ses amis
------------------------------------

La Maison Blanche: comments@whitehouse.gov
Vice-Présidence US: vice_president@whitehouse.gov

Ministre Israélien de la Défense : pniot@mod.gov.il
Ministère Israélien des Affaires Etrangères : feedback@mfa.gov.il

Président de la République Française:
Allez sur ce site : http://www.elysee.fr/
Cliquez sur "Ecrire au President" et faites un copier-coller du texte dans la case fournie.

Gouvernement Britannique :
public.enquiries@homeoffice.gsi.gov.uk
Premier Ministre Britannique :
http://www.pmo.gov.uk/output/Page821.asp

Les adresses courriel de l'Union Européenne :
http://europa.eu/geninfo/mailbox/inst_en.htm"

* * *
Communiqué de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France sur la situation au Liban et lettre au président Jacques Chirac
http://www.orthodoxie.com/2006/08/communiqu_de_la.html

* * *









Mgr Elias Awde, métropolite de Beyrouth, présidant une journée de prière, Cathédrale Saint-Georgios (Patriarcat Grec-Orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient), Beyrouth (photos Société Biblique du Liban)

* * *

Lebanongrad
(texte du Doyenné de Grande-Bretagne de l'archidiocèse Antiochien en Europe Occidentale)
http://www.antiochian-orthodox.co.uk/lebanese_crisis.htm

Rapport et commentaires de la situation actuelle au Liban par un Chrétien Orthodoxe Libanais du Patriarcat d'Antioche.

Lebanongrad: 19 jours d'enfer (mise à jour du 30 juillet)

Les faits

* Le mercredi 12 juillet, au petit matin, Israël ouvre les hostilités, lançant une guerre destructrice contre son faible voisin du nord, le Liban.

* Jeudi 13 les Israéliens créent un blocus terrestre, maritime et aérien autour du Liban.

* Dès le départ, nulle partie du Liban sera épargnée : le sud, Beyrouth (capitale), Mont-Liban, le nord et la Vallée de la Beqaa. Le sud du Liban est devenue une terre brûlée et Beyrouth un terrain nivelé.

* L'Armée Israélienne a un arsenal massif de destruction à sa disposition, de très haute technologie, tant pour la guerre terrestre, aérienne que maritime. Durant leurs actuels bombardements, ils utilisent des produits phosphoriques et chimiques et d'autres armes interdites par les lois internationales.

* Ils visent les civils innocents, au mépris absolu de toutes les lois internationales, de tous les principes du monde civilisé et de toutes les conventions humaines. Ils ont déjà commis nombre de carnages et de massacres parmi les civils Libanais. C'est une guerre immorale, injuste, inhumaine et barbare.

* L'Armée Israélienne bombarde sauvagement le pays par terre, mer et air. Ils détruisent toutes les infrastructures civiles: aéroports, ports, ponts, routes, autoroutes, barrages, centrales électriques, centrales hydrauliques, câbles et tours de téléphonie fixe et mobile, infrastructures pétrolières, fabriques d'alimentation, hôpitaux et dispensaires, ambulances et camions de pompiers, écoles et universités, télévisions et radios, etc. En plus, ils bombardent aussi les édifices religieux, Chrétiens comme musulmans, et les maisons civiles. C'est ce que nous pouvons appeler du terrorisme d'Etat.

* Nous manquons de nourriture, d'eau, de médicaments, d'abris, de carburant et de gaz. L'eau, l'électricité et les télécommunications ont été coupées. Suite à cela, on craint que de grandes épidémies se répandent.

* Les gens vivent dans un grand désespoir, dans la dépression, la peur, la panique et la terreur. C'est une tragédie gigantesque, un désastre, une catastrophe. Tous les Libanais, Chrétiens et musulmans, sont otages du déluge de feu et du terrorisme d'Israël.

* Ce bombardement agressif et intensif affecte tous les Libanais sans exception, Chrétiens et musulmans, y compris la communauté Chrétienne Orthodoxe (qui dépend du Patriarcat d'Antioche).

* Mardi 18, vers midi, l'Armée Israélienne a bombardé – par terre et par air – la vieille église Orthodoxe de Saint-Georges à Rashaiya Fakhar (Hasbaiya, Sud Liban) de même que sa salle de réunion, la maison du prêtre et l'école Orthodoxe, les criblant de 15 bombes, dont certaines phosphoriques. Le mur sud de l'église a été détruit, un grand incendie a éclaté. A ce moment-là, nombreux paroissiens se cachaient et priaient avec leur prêtre, demandant la protection de Dieu. Dix ont été brûlés et blessés. Je me dois de préciser qu'il y avait un drapeau blanc sur le toit de l'église.

* Depuis mercredi 19, l'Armée Israélienne tente d'envahir le pays après en avoir fait une terre brûlée.

* Vendredi 28, vers midi, l'Armée de l'Air Israélienne a bombardé et détruit l'église catholique-maronite à Safad Battikh (Sud Liban).

* A ce jour, Dimanche 30, les premiers résultats de ces attaques de bombardement sont :
- Des milliers d'attaques aériennes Israéliennes sur le Liban
- Des milliers de tonnes de bombes Israéliennes ont été larguées chaque jour sur Beyrouth
- Plus de 800 civils ont été tués, dont un tiers d'enfants
- Plus de 2.000 civils ont été blessés et brûlés
- Plus d'un million (1.000.000) de réfugiés civils vivent dans des écoles, plaines de jeu, garages, parkings, tentes ou même en plein air
- Plus de 200.000 civils ont fuit le pays
- Plus de 6 milliards de dollars de dégâts (3 milliards de livres sterling, près de 5 milliards d'euros).


* Pour résumer en un mot : ENFER. Dès maintenant, vous pouvez appeler le Liban "Libangrad" (Lebanongrad, référence à Stalingrad).

Le silence du monde

* Le pire de tout, le "monde civilisé" regarde "Libangrad" brûler; comme Néron regardait Rome brûler.

* Le vendredi 14, durant la réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU à New York, les Etats-Unis d'Amérique ont opposé un veto à toute résolution condamnant Israël. Depuis lors, le président Georges Bush a expliqué qu'il était contre tout cessez-le-feu. Le Dimanche 16, durant le sommet du G8 à Saint-Petersbourg, il l'a redit.

* Le Mardi 18, la Grande-Bretagne a commencé à évacuer ses citoyens du "dangereux" Liban. Les Américains, Français, Allemands et autres pays d'Europe sont aussi occupés à évacuer des dizaines de milliers de leurs citoyens qui y sont coincés, laissant les Libanais souffrir seuls.

* Le mercredi 19, le premier ministre Anglais Tony Blair a répété ce que Bush disait, c'est-à-dire qu'il était contre tout cessez-le-feu. Depuis lors, m. Blair a plusieurs fois répété sa déclaration contre tout cessez-le-feu.

* Le Lundi 24, m. Blair a décrit la situation au Liban comme étant une "catastrophe".


Espoir et demande
* Nous avons une très puissante arme de construction massive : la PRIERE.
S'il vous plait, priez, priez et priez.

Priez afin que Dieu accorde au Liban et à son peuple la paix d'En Haut, qu'Il les protège, mette un terme à leurs souffrances et leur accorde Miséricorde.

* Priez en particulier pour nos métropolites Orthodoxes et tout leur clergé, moines et paroissiens.

Souvenez-vous de:
- Elias de Tyr et Sidon (Sud Liban)
- Elias de Beyrouth
- George de Byblos et Botrys (Mont-Liban)
- Elias de Tripoli et Koura (Nord Liban)
- Paul d'Akkar (Nord Liban)
- Spyridon de Baalbeck et Zahleh (Vallée de la Beqaa)

* * *

15.000 tonnes de pétrole répandues en mer : une crise écologique majeure menace la Mer Méditerranée
29 Juillet 2006 23h32
http://news.ert.gr/en/8/19757.asp
Au milieu des plages de sable et rochers du Liban s'écoule une large ceinture de vase noire. De 10 à 30.000 tonnes de pétrole se sont répandues dans la Méditerranée après qu'Israël aie bombardé une centrale électrique.
Le ministre de l'Environnement du Liban a déclaré que le pétrole s'est écoulé dans la mer lorsque les avions Israéliens ont frappé les réservoirs de la station de Jiyyeh au sud de Beyrouth les 13 et 15 juillet, créant une crise écologique locale que le gouvernement Libanais n'a ni les finances ni l'expertise pour traiter.
"Nous n'avons jamais subit une pareille pollution dans l'histoire du Liban. C'est une catastrophe majeure," a déclaré Yacoub al-Sarraf, ministre de l'Environnement, à l'agence Reuters.
L'équipement dont nous disposons est pour faire face à des fuites mineures. Nous l'utilisons une fois toutes les calendes grecques pour nettoyer de petites pollutions de 50 tonnes ou quelque chose du genre. Pour nettoyer tout ceci, il nous faudrait une armada.. Le coût du nettoyage pourrait s'élever à 40 à 50 millions de dollars."
Poussée par un vent nord-est, la marée noire a voyagé 70 à 80 km le long des côtes du Liban, qui est bombardé par Israël depuis 16 jours, dans sa guerre contre le Hezbollah.

La Grêce prête à aider.
Par satellite, la Grèce a localisé l'immense marée de pétrole qui glisse au large des côtes du Liban. Le ministre de la Marine Marchande a averti tous les pays avoisinants, pendant que l'Autorité Portuaire Grecque a mis tous ses moyens en alerte pour traiter la pollution maritime, au cas où elle parviendrait dans les eaux territoriales grecques.
Le souci premier du ministre, c'est de protéger la vie maritime grecque, en particulier dans l'Est de la mer Egée, tout en étant prêt à offrir son savoir-faire si sollicité.

* * *
La guerre vue par le caricaturiste de la Gazet Van Antwerpen

Encore une cible civile victime au Liban : une certaine colombe

* * *
Israël dit que l'arsenal du Hezbollah serait à moitié détruit...

"Déjà tiré..."

* * *

"J'ai vraiment l'impression que la brutalité de la réaction israélienne ne sème que la haine chez tous les Libanais. (..) Je commence à en avoir marre que les commentateurs ne parlent que des Israéliens, des Palestiniens, des Syriens. On oublie que les victimes, c'est des Libanais! (..) 200 civils morts en une semaine, personne n'en parle. Ce pays n'en peut plus! (.) On ne voit pas où se trouve le Hezbollah dans les ports, dans les centrales électriques. A croire qu'ils veulent détruire le Liban, politiquement et sociologiquement."
Antoine Sfeir, Franco-Libanais, journaliste, politologue, spécialiste de l'Orient et directeur des "Cahiers de l'Orient"
Mardi 18 juillet, France 5, émission "C dans l'air"




* * *

Les célébrations de la Saint-Elie à la Mission Orthodoxe Russe d'Haïfa accompagnées par les explosions et sirènes d'alerte
http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=1795
Moscou, 02 Août 2006, 17h17, Interfax – L'Office divin pour la fête patronale de l'église du Prophète Elie, représentation de la Mission Orthodoxe Russe à Jérusalem, sur le Mont-Carmel à Haïfa, a été accompagnée par le bruit des sirènes d'alerte et des explosions de missiles, a déclaré à Interfax le département des relations ecclésiales extérieures du Patriarcat de Moscou, suite à un rapport reçu de la mission.
Il y avait moins de paroissiens que d'habitude pour la Fête de Saint Elie. A peu près 2 douzaines d'habitants russophones et 3 douzaines d'Orthodoxes d'origine Arabe, de Nazareth et autres lieux du nord d'Israël, sont venus à l'église pour prier. Les années précédentes, le nombre de fidèles s'élevait à plusieurs centaines.
"Mais à présent, Haïfa est une ville à moitié morte; ses habitants ne viennent plus qu'en cas d'urgente nécessité," a déclaré un représentant de l'église.
L'Office a été présidé par le métropolite Kyriakos Georgopetris de Nazareth, 52 ans. Ses concélébrants étaient l'archiprêtre Russe Miroslav Vitiv, chef de la représentation de la Mission Orthodoxe Russe à Haïfa, un archimandrite Grec et 2 prêtres Arabes de l'Eglise Orthodoxe de Jérusalem.
D'après le père Miroslav, 5 explosions ont été entendues à proximité de l'église durant la liturgie. Un autre missile a explosé durant la procession avec la Croix autour de l'église. Des sirènes d'alerte ont appelé les gens à se réfugier dans les abris anti-bombes, sonnant à 3 reprises durant l'Office, à savoir durant le chant du Credo, le Canon Eucharistique et la procession avec la Croix.
Personne du clergé ni des paroissiens n'a quitté l'Office. Cette fois, il n'y a pas eu de victimes du bombardement du Hezbollah, quoique la maison d'un paroissien Arabe aie été endommagée, et le père de famille avait été blessé dans une attaque antérieure.
L'archiprêtre Miroslav Vitiv, 46 ans, avait refusé la proposition de partir pour un endroit plus sûr, mais y a envoyé son épouse et leurs 3 enfants. Le prêtre croit qu'il est de son devoir de rester avec son troupeau, leur donnant le soutien pastoral et continuant les Offices divins dans l'église.


* * * *

En Palestine, ça chauffe aussi pour les autres grands oubliés de la région, les Chrétiens natifs du lieu, descendants directs des disciples du Christ. On voit aussi se profiler la suite du "le turban plutôt que la tiare papiste" – face à une autre oppression, ça devient ici "le turban plutôt que la kippa"...

Au pays de Jésus, les Chrétiens luttent
Par Steve Chambers
http://www.nj.com/


Les conditions empirant, leur nombre diminue
Dimanche 30 juillet 2006
Par STEVE CHAMBERS
Star-Ledger Staff

BETH-LEHEM - Nakla Qaber, dont les racines Grecques-Orthodoxes remontent à plusieurs générations en arrière de présence dans une enclave Chrétienne en Cisjordanie, dirige un restaurant prospère en une époque où la plupart des Palestiniens essaient de s'en sortir.
Mais lorsque vint le moment pour son fils et ses 3 filles de se lancer dans la vie, ils partirent suivre des études aux Etats-Unis d'Amérique et au Canada et ne revinrent jamais.
"A chaque fois que je vais à l'église, je regarde autour de mois et je vois le nombre de fidèle décliner, dimanche après dimanche," dit Quaber, 63 ans, qui vit à Beil Jala, près de la grande ville Chrétienne de Beth-lehem. "Personne ne veut quitter son pays, car c'est chose misérable, mais si mes fils et filles restent à l'étranger, un jour je les y rejoindrai."
L'exode des Chrétiens de Terre Sainte trouble les fidèles du monde entier. Avec les tensions de ces 5 dernières années et les conditions économiques qui s'aggravent, certains ont commencé à murmurer à propos d'un jour où la population Chrétienne native aura entièrement disparu.
Maintenant, avec cette nouvelle guerre en cours entre Musulmans et Juifs, les Chrétiens se retrouvent à nouveau pris entre le marteau et l'enclume. La vaste majorité sont des Arabes Palestiniens vivant en Cisjordanie, qui souffrent des mêmes frustrations et dangers que leurs voisins Musulmans.
Nombre d'entre eux blâment les Etats-Unis d'Amérique pour avoir échoué à amener la paix et la stabilité dans la région – dès lors permettant la hausse du fondamentalisme religieux qui a augmenté les tensions envers les descendants des premiers Chrétiens.
"L'Islam radical n'aime pas même les Musulmans modérés, comment pourrait-il être bon pour les Chrétiens?", demande Jacques Khazmo, un Chrétien Orthodoxe Syrien qui édite un magazine politique pro-Palestinien, al Bayader Assiyasi. "Nous Chrétiens appartenons à cette terre et à notre pays, mais la la hausse du radicalisme va affecter notre présence."

UNE FORCE DE MODERATION
Les experts disent que la population Chrétienne en Israël et dans les territoires Palestiniens a grandement diminué ces récentes années et pourrait ne plus être que de 50.000. Depuis 1948, lorsque les Chrétiens avaient été évalués comme représentant 20 pour-cent de tous les Palestiniens de la région, le nombre a chuté jusqu'à moins de 2 %, d'après la Fondation "Holy Land Christian Ecumenical Foundation", un groupe basé à Bethesda, Md.
"On craint de perdre la présence Chrétienne en Terre Sainte," dit Antonios Kireopoulos, vice-secrétaire général pour les Affaires Internationales du Conseil National des Eglises. "Nous ne voulons pas être simplement remisés à l'entretien des monuments historiques. Mais nous réalisons que les tensions et la violence croissante sont réels."
Les dirigeants Chrétiens locaux expliquent que ce serait désastreux si la population Chrétienne native disparaissait – pas seulement pour un peuple qui est si enraciné dans la terre qu'on a souvent parlé d'eux comme des "pierres vivantes", mais aussi pour la stabilité régionale. Plus riches, mieux cultivés et avec des liens plus forts avec l'Occident que la plupart des Arabes Palestiniens, ces Chrétiens ont longtemps été la force modératrice en Cisjordanie.
Malgré cela, les membres des 15 dénominations de Chrétiens Palestiniens se plaignent souvent de se sentir invisibles, quand bien même ils font partie d'Eglises plus grandes aux Etats-Unis et en Europe. Les Chrétiens conservateurs en Amérique ont tendance à soutenir Israël, et nombre de pèlerins qui visitent les lieux saints à Jérusalem le font sans même prendre conscience de ce qu'il reste de population Chrétienne native.
Tout en luttant, nombre de Chrétiens de Cisjordanie s'efforce d'avoir de l'influence au sein de l'Autorité Palestinienne. Un Chrétien y tient un poste dans un Cabinet du gouvernement dirigé par le Hamas, 7 sont membres du Parlement et d'autres dirigent des villes telles que Beth-lehem et Beit Jala, qui ensemble comprennent une enclave historique Chrétienne.
George Sa'adeh, député-maire de Beth-lehem, dit que malgré les tensions occasionnelles entre Chrétiens et Musulmans, les groupes sont généralement unis pour demander plus de liberté de mouvement pour les Palestiniens et la réduction des tensions avec les Israéliens. "Tous le peuple veut la paix, même le Hamas", dit-il. "Le peuple est frustré. Nous devons faire cesser le massacre, et je crois que les Etats-Unis ont le pouvoir de faire régner la paix si ils veulent qu'il y ait la paix."

PARDON ET JUSTICE
La paix et la guerre ne sont pas des notions abstraites pour Sa'adeh, un Chrétien Grec Orthodoxe. Un jour de mars 2003, alors qu'il faisait ses achats avec son épouse et leurs 2 enfants, des soldats Israéliens ont confondu sa voiture avec une autre, transportant 2 terroristes fugitifs. Ils l'ont criblée à la mitrailleuse, le blessant lui et sa fille de 15 ans, et tuant sa fille de 12 ans, Christine.
Assis dans son bureau surplombant la basilique de la Nativité, construite il y a 17 siècles d'ici à l'emplacement même où la tradition situe la Nativité du Christ, Sa'adeh tire de son portefeuille une photo de sa souriante Christine, et rappelle comment un groupe de familles Israéliennes endeuillées sont venus le trouver pour le réconforter.
"Parler de la paix et mettre un terme à la guerre nécessite beaucoup de foi et de courage," dit-il. "Comme Jésus nous l'a enseigné, nous devons pardonner. Mais quand je lance un appel à la paix, je lance en même temps un appel à la justice et à la fin de l'occupation (Israélienne)."
Sa'adeh et les Chrétiens ont besoin d'un passeport spécial du gouvernement Israélien pour quitter la Cisjordanie et se rendre dans leurs églises à Jérusalem. Nisreen Kunkar, qui s'occupe des relations publiques pour Beit Jala, n'a jamais pu se rendre dans la maison de sa belle-famille à Jérusalem, bien qu'elle soit mariée depuis des années.
De tels obstacles, disent nombre de Chrétiens, aggravent les tensions en Cisjordanie et aident à persuader nombre de leurs frères en religion à émigrer.
Raji Zeidan, Chrétien, maire de Beit Jala, dit que la chose la plus déconcertante et frustrante qui soit arrivée à sa ville d'un kilomètre carré et demi depuis une décennie, c'est la récente construction d'un mur séparant Israël des territoires contrôlés par les Palestiniens en Cisjordanie.
Le mur en béton de 3 mètres de haut, que le gouvernement Israélien a commencé à construire en 2002 pour tenir à distance les candidats à l'attentat-suicide, serpente à travers la ville, isolant des magasins, séparant les enfants de leurs plaines de jeu, et plus important aux yeux de Zeidan, déniant aux Chrétiens l'accès à leur propre terre.
"Beit Jala n'est qu'une petite ville, essentiellement Chrétienne, et nous possédons la plupart des terrains non-construits," dit-il. "C'est notre seule chance de prospérer et nous développer, mais à présent tout cela est confisqué du fait du mur. Si vous perdez toute opportunité, que se passera-t'il? Vous partirez."
Zeidan et les autres Chrétiens interrogés ont minimisé l'importance des tensions entre Chrétiens et Musulmans, expliquant qu'ils avaient bien plus en commun entre eux qu'avec les Juifs Israéliens.

AMITIE ET RESPECT
Les frères Khader et Mitri Abu, tous 2 Chrétiens Grecs Orthodoxes, et leurs amis Musulmans Ishmael Sorur, Abuzayed Odeh et Abu Iyad se connaissent depuis aussi longtemps qu'ils peuvent se souvenir.
Une chaude et ensoleillée journée de la semaine passée, à Beth-lehem, les amis se tenaient assis dans le magasins d'articles pour automobile des frères Abu, regardant les dernières nouvelles de la guerre sur Al Jazeera.
"Nous vivons ensemble, et nous ne sommes pas de la propagande sioniste," dit Khader Abu, 38 ans. "Nous sommes nés ensemble, nous avons été à l'école ensemble, et nous vivons les uns près des autres."
"Nous partageons tout dans la vie, les bons comme les mauvais moments", ajoute Iyad. "Nous nous félicitons dans nos fêtes mutuelles, participons aux mariages familiaux et funérailles familiales respectives."
Les amis ont un loisir en commun, élever des chèvres chamois, sous la conduite d'Odeh, 51 ans, ancien carrier, qui leur montre l'art délicat d'obtenir des chèvres avec un grand et large museau et de belles et grandes peaux.
Lorsque le chef du Hezbollah rapporte à la télévision leur action militaire dans laquelle ils auraient tué 8 soldats Israéliens, les amis sont d'accord pour dire que cette guerre avec les Israéliens va à nouveau leur causer des souffrances.
"C'est la pression israélienne qui chasse les plus jeunes Chrétiens hors de Palestine," dit Mitri, 36 ans. "Ces pressions et ces humiliations nous forcent à partir."
A la question de savoir s'il était inquiet que la montée du Hamas pourrait signifier des problèmes pour les Chrétiens, Mitri pouffa de rire.
"Nous avons voté pour le Hamas parce que l'autre parti (Fatah), ce sont des voleurs," dit-il. "Nous voulons du changement."
Mais Kunkar, la porte-parole à Beit Jala, dit que la plupart des électeurs de sa ville n'avait pas soutenu le Hamas et étaient plutôt inquiets à propos de l'avenir.
"J'ai grandit parmi les Musulmans et nos relations sont faites de respect," dit-elle. "Mais je sais que le Hamas est un mouvement fondamentaliste, dès lors il y a du souci après cette élection, qu'ils pourraient instaurer des règles religieuses. Jusqu'à présent, ils nous ont respecté."
Hamas est dans une position délicate, a-t'elle ajouté, parce que pendant que des factions au sein du parti veulent modérer leurs positions afin de gouverner de manière efficace, la guerre renforce l'aile militante. Elle dit que l'élimination de l'aide occidentale à l'Autorité Palestinienne, qui a suivit la victoire du Hamas aux récentes élections parlementaires, a accru les épreuves économiques.
"L'occupation a causé des tensions pour tous ici, et les bombes ne font pas la différence entre Chrétiens, Musulmans ou Juifs," dit Sa'adeh, le député-maire de Beth-lehem. "Mais quand bien même une bonne partie de ma famille est partie, je ne partirai jamais. Je considère le fait de rester ici comme mon devoir en tant que Chrétien."
Steve Chambers est contactable via schambers@starledger.com or (973) 392-1674.


* * * *

Massacre de Qana / Cana
Les habitants l'ignoraient, mais un film semble démontrer qu'il y aurait bien eu des lanceurs de roquettes présents à Cana.
Reportage tv 30/7/2006 en "Flash"
http://media2.foxnews.com:80/073006/073006_world_wilson_300.swf
Notez que le film vient de l'armée Israélienne, et que c'est la TV pro-Bush qui le diffuse et je n'ai trouvé nulle autre source pour recouper l'information. C'est ennuyeux : ils y mettent en doute la parole des habitants survivants qui disent qu'il n'y avait rien de militaire dans le coin avant l'attaque. Or, il y a différence entre lanceur "fixe" et lanceur mobile (sur véhicule), le second pouvant bien entendu être ignoré des habitants.
Et rien ne dit que si ce film est bien réel et non-trafiqué – les 2 camps pratiquent ce genre de manipulation à but de propagande interne et externe, classique de la guerre psychologique – rien ne dit qu'il ne s'agissait pas de lanceurs mobiles, pouvant être arrivés peu avant, et repartis aussitôt leur mortel chargement tiré sur les populations civiles d'Israël, Arabes et Israéliens, Chrétiens et Musulmans et Juifs confondus. Par ailleurs, Human Right Watch, une ONG américaine qu'on ne peut certes pas taxer de "pousse-à-la-guerre" ni de "pro-Bush", a enquêté sur place et n'a pas trouvé de traces de débris de matériel militaire dans les ruines. Donc si le film est réel, les lanceurs mobiles sont la seule conclusion possible. Le fait de prendre des civils en otage, les 2 camps ne se sont jamais gênés, donc hélas rien de surprenant dans ces dégoûtantes méthodes. Une guerre de commandos éviterait dans la plupart des cas ce genre de terribles et révoltants massacres d'innocents.
La guerre des chiffres sur le nombre de victimes n'intéressera que les extrémistes des 2 camps. Il est tout à fait normal, logique, que suite à un bombardement, dans l'état de choc général des intervenants, il y règne aussi une sorte de chaos dans l'administration et les macabres statistiques de victimes.


du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
Tsahal ignorait la présence de civils à Cana
L'armée israélienne affirme dans un rapport d'enquête sur le bombardement dimanche à Cana, au Liban sud, qui a fait 52 morts, ne pas avoir su qu'il y avait des civils dans le secteur touché. "Tsahal a opéré en fonction d'informations selon lesquelles le bâtiment n'était pas habité par des civils et était utilisé comme cache par des terroristes", affirme le rapport transmis au ministre de la Défense, Amir Peretz. "Si nous avions eu des informations indiquant que des civils se trouvaient dans le bâtiment, l'attaque n'aurait pas eu lieu", précise le texte. Le rapport souligne que les habitants du village avaient été avertis de l'imminence de l'attaque par l'armée de l'air israélienne qui les a enjoint de quitter leur domicile. Le document fait en outre valoir que depuis le début du conflit, le 12 juillet, plus de 150 roquettes ont été tirées par le Hezbollah depuis Cana et ses environs, en direction du nord d'Israël. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 3/08/2006 10:05


Guerre psychologique, 2 exemples
a. des tracts sont envoyés par avion (voire déposés par des agents infiltrés) pour désolidariser du Hezbollah

b. le site internet d'Al Anwar (Hezbollah) piraté et "refacé"

* * * *

L'EAU DE CANA TRANSFORMEE EN SANG
Par son éminence le métropolite PHILIP
Primat de l'archidiocèse Chrétien Orthodoxe Antiochien d'Amérique du Nord
31 Juillet 2006
http://www.antiochian.org/water-of-cana
Cana (orthographe moderne est "Quana") est un petit village du Sud Liban qui a été béni par la présence de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, Sa sainte Mère et Ses disciples. Cana est le village où le Christ a accompli Son premier miracle en changeant l'eau en vin à la fête des noces (Jean 2,1-11). Dès lors, Cana est profondément enraciné dans notre histoire Chrétienne.
Hélas, à l'époque moderne et à cause du conflit entre Israël et les nations Arabes, y compris le Liban, Cana a été 2 fois la victime d'une agression israélienne : la première fois en avril 1996, lorsqu'une roquette israélienne tua 105 Libanais, hommes, femmes et enfants. Et la seconde, ce Dimanche matin 30 Juillet 2006, lorsqu'une roquette israélienne a tué 60 personnes, dont 37 enfants. Ce massacre sans distinction est contre la Convention de Genève, la Charte des Nations Unies et toutes les lois des nations civilisées.
Cette guerre sauvage est entre Israël et le Hezbollah. Le Liban n'a pas de force aérienne, pas de marine militaire ni de grande armée terrestre. De ce fait, l'armée libanaise n'est pas du tout impliquée dans cette guerre, en rien. Cette guerre, dès lors, est entre Israël et le Hezbollah. Pourquoi donc Israël bombarde-t'il les villes, villages, ponts, et routes du Liban, tuant d'innocents hommes, femmes et enfants – au sud et au nord, à l'est et à l'ouest du Liban? D'après les statistiques de l'ONU, plus de 800 civils ont été tués, nombre d'entre eux étant des enfants, et plus de 800.000 Libanais se sont retrouvés réfugiés ailleurs dans leur propre pays. Israël sait fort bien où se trouve le Hezbollah. Pourquoi est-ce qu'Israël ne combat pas le Hezbollah sur son propre terrain? Pourquoi est-ce qu'Israël bombarde des voitures civiles, motos et camions transportant de la nourriture pour un peuple affamé et des fournitures médicales pour les blessés? Le Liban est un pays pauvre; l'infrastructure dévastée va coûter des milliards de dollars pour la reconstruction.
Nous déplorons les massacres et destructions des 2 côtés. Nous savons que le Hezbollah dispose d'armes qui causent de malheureuses morts et destructions en Israël. Mais le Hezbollah n'a pas des armes américaines comme les F-16, F-15, hélicoptères Apaches et bombes guidées, etc..

Lorsque j'ai vu les gens de la Croix Rouge Libanaise retirer les tendres corps morts des petits enfants de dessous les ruines et que j'ai vu leurs visages innocents et iconiques, j'ai pleuré.
J'avais en effet honte de voir jusqu'où allait la cruauté et le barbarie de notre monde. Ce matin, lorsque la télévision libanaise "Lebanese Broadcasting Company" a montré les photos de la ville de B'int-Jbeil qui a été complètement rasée par l'armée de l'air israélienne, je me suis souvenu de la destruction de Stalingrad et de Berlin durant la Deuxième Guerre Mondiale. Nous, et le monde entier, à l'exception des Etats-Unis d'Amérique, de la Grande Bretagne et d'Israël, nous appelons à un cessez-le-feu immédiat. Si nous permettons à la loi de la jungle de prévaloir, et si nous permettons à nos principes moraux d'être piétinés par des pieds barbares, que restera-t'il de notre civilisation?

Le comportement de m. Ehud Olmert dans cette guerre me rappelle le comportement de son lointain ancêtre, Josué, tel que rapporté dans le Livre de Josué 6,21. "Ils (l'armée de Josué) vouèrent à l'interdit, en les passant au fil de l'épée, tout ce qui s'y trouvait (dans la ville de Jéricho), hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu'aux boeufs, aux moutons et aux ânes." Grâce à m. Olmert, il ne reste plus rien à B'int-Jbeil, si ce n'est des chiens affamés qui se dévorent les cadavres.


* * *

Jane's Defense est en général une source d'informations militaires mondiales généralement fiable - nous en faisions large usage, à la Marine, dans le département où je travaillais.

Une de leurs analyses est que Qana va alimenter le recrutement de candidats terroristes contre Israël.
Mais aussi que, comme pour le bombardement d'un poste de l'ONU, c'est une tactique bien claire du Hezbollah que de planquer ses postes de tir dans près d'endroits sensibles : écoles, mosquées, hopitaux... Et comme on l'a vu à Cana, de décamper aussitôt leurs tirs terminés, laissant les civils seuls, sans les avertir de ce qu'ils venaient de faire.

Israel's dilemma after Qana
http://www.janes.com/security/international_security/news/jid/jid060803_1_n.shtml









Group profile: Hizbullah
http://www.janes.com/regional_news/africa_middle_east/news/jwit/jwit060726_1_n.shtml
(informations générales sur le Hezbollah, sa formation, entrainement militaire, etc)

Hizbullah hits Israel's INS Hanit with anti-ship missile 18/7/2006
http://www.janes.com/regional_news/africa_middle_east/news/jdw/jdw060718_1_n.shtml
"iranian-made C-802 Noor (Tondar) radar-guided anti-ship missile"

IDF setback at Bint Jbeil 01/8/06
http://www.janes.com/regional_news/africa_middle_east/news/jdw/jdw060801_1_n.shtml
"Une unité d'élite israélienne a subit un échec majeur dans son avance au sud Liban le 26 juillet lorsqu'elle s'est accrochée à des combattants de la Résistance Islamique - l'aile armée du parti de Dieu Shiite Libanais (Hezbollah) - sur au sommet de la colline stratégique du village de Bint Jbeil." (suite en ligne)

On voit comment Tsahal a "résolu" son échec de Bint Jbeil : raser toute la ville, habitants civils compris :
Bint Jbail, Liban, 31/7/2006 : l'attaque israélienne laisse toute la ville en ruine. reportage TV en format vidéo "flash" Fox News (pro-Bush)
http://media2.foxnews.com:80/073106/073106_palkot_lebanon_300.swf


* * *

Souffrances des 2 côtés de la frontières.

L'info quotidienne en direct du Nord - 02/08/06 Claude Lévy – Saint Jean d'Acre (Akko)
jeudi 3 août 2006 – 09:01
La vie dans une ville tous les jours bombardée, les difficultés au quotidien, etc.
http://www.a7fr.com/



Alerte aux roquettes et fuite dans un abri – une jeune Israélienne filme son quotidien. Saisissant.
http://www.youtube.com/watch?v=kbE08G_CTuI

"Canadairs" d'Israël à l'oeuvre, suite incendie par roquettes

Les roquettes Katiouchka - nom russe du modèled'origine, qui date de la 2ème guerre mondiale et surnommé alors "les orgues de Staline" – s'appellent au Moyen-Orient des "Kassam"








Type de roquetteKassam 1Kassam 2
Kassam 3
Longueur 79 cm
180 cm
200+ cm
Diamètre
60 mm
150 mm
170 mm
Masse totale
5,5 kg
32 kg
90 kg
Masse explosifs
0,5 kg
5 - 7 kg
10 - 20 kg
Portée
3 km
8 km
10 km

(merci à Jean-Louis pour les chiffres du tableau)

Intéressant historique de ces roquettes (en anglais) avec précisions sur l'origine des pièces..
http://www.strategypage.com/htmw/htweap/articles/20060330.aspx
Depuis le 12 juillet, plusieurs Kassam sont tombés à plus de 40km de leur point de tir. Ce 2 août, une roquette est tombée à 70km de son point de départ. Il y a donc de toute évidence une "version 4" en réserve... qui n'annonce rien de bon pour la suite.

- - - - - - - - -

Haaretz, un quotidien Israélien visiblement anti-guerre, donne un autre son de cloche que les bulletins officiels Israéliens, Américains et Anglais qui monopolisent la plupart de nos media. D'abord un rappel qu'il y a aussi des victimes civiles en Israël, tout aussi innocentes que celles qui tombent au Liban. Un nombre de victime et de dégâts certes faibles, face à la destruction systématique du Liban, mais qu'il faut aussi mentionner. Tout sang innocent mérite mémoire.

La chute
Par Gideon Levy, 28 juillet 2006, Haaretz
http://www.haaretz.com/hasen/spages/743686.html

Il n’est pas convenable d’ouvrir un article par sur une roquette Katioucha tombée en terrain ouvert, sans faire ni blessés ni dégâts. Ce n’est pas bien d’ouvrir par une roquette Katioucha isolée, tombée au milieu de nulle part, un article parlant d’une journée de 100 Katiouchas qui ont tué, blessé et démoli. Mais il arrive que la subjectivité soit la plus fidèle servante de l’objectivité. Comme d’autres Israéliens en ce jour terrible, nous n’oublierons pas non plus rapidement notre chute de roquette Katioucha "privée". La roquette Katioucha a sifflé au-dessus de nos têtes, est tombée dans un champ bordant la route, à peine à quelques dizaines de mètres, secouant la voiture et nous secouant le cœur.
Toute la journée, nous avons parcouru la route 899, la plus au nord des routes de notre pays, tout près de là où se déroule la guerre. Dimanche, il n’y avait là pas un moment de calme. Des panaches de fumée blanche et de poussière s’élevaient dans chaque champ, chaque bosquet, "baoum!" après "baoum!", coups de tonnerre tantôt proches tantôt allant en s’éloignant, obus et missiles, "arrivées" et "départs", ballets d'hélicoptères et d'avions, le feu de nos forces et le feu de leurs forces. De Margaliot à saint Jean d'Acre, la Galilée brûlait et le feu dévorait. La paix en Galilée ne paraît pas en vue, cette semaine, même si le vide omniprésent la semaine dernière a fait place au maigre trafic de ceux qui ont perdu la patience ou la capacité de s’enfermer chez eux, de ceux qui ont décidé de combattre la guerre.
Le pays des chambres d’hôtes est devenu d’un coup le pays des slogans. Le "Nous vaincrons" de la banque, le "Ensemble, nous gagnons" de l’agence publicitaire, le "Fort et courageux" de l’entreprise de fabrication d’enseignes et le "Israël est fort" du journal, tous en bleu national, collés partout. La rengaine des autocollants. Les blindés ont pris la route avec les autocollants bleus collés à l’avant - les camions de transport de munitions, les engins de pompiers, les stations d’autobus, même un canon, tout est couvert du bleu israélien dans cet "autocol-land". Si l’esprit n’est déjà plus aussi ferme, du moins le papier tient le coup.
Même les soldats paraissent changés : des soldats qui, dans les Territoires occupés, fuient les caméras comme la peste, hostiles et violents à l’égard de ceux qui tentent d’enregistrer ce qu’ils font, se sont métamorphosés ici en soldats qui vous font bonjour de la main, fièrement, depuis leur char ou le barrage routier : "Photographiez-nous!"
Baoum! Une roquette Katioucha est tombée près de nous. Qui l’a envoyée? Qu’a-t-il fait en se levant ce matin? Qu’a-t-il fait hier? Que voulait-il devenir quand il était enfant? De quoi a-t-il l’air? Que dit l’autocollant collé sur son cœur?
La ville brûle. Kiryat Shmona est entouré de feux de broussailles dus aux roquette Katiouchas tombées dans les collines environnantes et des avions des services de pompiers tournoient en essayant d’éteindre ce que 1.000 pompiers n’ont pas réussi à éteindre. Les œufs s’accumulent dans les poulaillers de Margaliot. Au bout de la rue, à l’extrémité du moshav, Yossi Sarid est là : il est quasiment le dernier à être resté pour éteindre la lumière dans le moshav. Hier une roquette Katioucha est tombée tout près. Les détonations montent de la vallée et de la colline et les poules affamées font tout un vacarme de caquetages. Des drapeaux israéliens flottent sur de nombreuses maisons, mais les maisons sont vides.
"Nous vaincrons" est même collé sur le casque des soldats de l'Armée de l'Air au barrage de la sortie vers la route du nord. Ils viennent d’apprendre qu’une roquette Katioucha est tombée sur l’école technique de Haïfa où ils étudiaient encore il y a 2 ans. Le moral est haut. Ils se mettent en rang pour une photo du barrage. Un drapeau israélien a été peint sur une maison en ruine ici et un drapeau libanais sur une ruine semblable là, au-delà de la clôture. Entre les 2 drapeaux, la terre est brûlée, noircie. Dans les élevages de volailles d’Avivim, les œufs s’accumulent encore plus qu’à Margaliot. Même les malheureuses poules tournent le regard en direction de Maroun al-Ras.

Un tracteur remonte par à-coups de la vallée, tirant derrière lui une remorque avec une citerne d’épandage. Comme dans un film nominé pour l’Oscar du film étranger, monsieur et madame Bitton, Shimon 71 ans et Elisa 68 ans, paraissent, côte à côte sur le tracteur, en une image touchante. Tout le monde a abandonné Avivim. Pour le Shabbat, il n’y avait même pas le minimum requis de 10 hommes à la synagogue, malgré les soldats passant aux alentours, en un lieu où une quarantaine d’hommes prient chaque matin. Bitton, édenté, barbu et portant une kippa en velours noir défraîchi. Elisa tenant la main de Shimon, sur le tracteur. Eux aussi ont quitté une fois Avivim, il y a longtemps, pour la cérémonie de circoncision d’un petit-fils à Modi’in.

Les Bitton avaient 3 enfants. Shoulamit a été tuée dans l’attaque d’un autobus d’enfants en mai 1970. Elle avait 9 ans. Un fils a été tué dans un accident de voiture. Il ne leur reste que Sigalit qui a obtenu une maîtrise et qui vit à Modi’in. Sigalit leur rend visite une fois par mois. Elle ne voulait pas rester ici, "elle avait peur de la frontière", explique son père. Originaires d’un village proche de Marrakech, au Maroc, ils sont ici depuis 1963. Maintenant, montés sur le vieux tracteur, ils reviennent du poulailler. Alors que les gens de leur âge se reposent sur des Philippins, eux ramassent des œufs.

Ils n’ont pas peur. "Si nous mourons maintenant, qui nous prendra? Dieu seul", dit Elisa. "Nous fermons toutes les portes et les fenêtres et nous allons dormir." Dans une maison en face de laquelle ont lieu les combats pour Maroun a-Ras. "Ayez pitié de nous", demande-t-elle, sans qu’on sache si elle en a à son destin ou à son envie de rentrer déjà chez elle. Et Shimon met le tracteur en route. Un autobus portant l’indication "Enfants" déverse un groupe de soldats. A 2 doigts de Sidon.

La récolte 2006 est menacée. Comme les pommes à Avivim ou le raisin à Yaroun. Personne ne cueille, personne ne vient. Deux camions de munitions de l’armée israélienne passent devant l’entreprise viticole locale, avec à l’avant des calicots écrits en lettres cyrilliques. "Tsahal vaincra" en russe? "Israël est fort"? Le tombeau du prophète Isaïe, du moins d’après le petit panneau rouge placé en bordure de la route. "De leurs glaives (ils) forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes; un peuple ne tirera plus l’épée contre un autre peuple, et on n’apprendra plus l’art des combats" (Isaïe 2, 4 - d’après la traduction rabbi Z. Kahn, Colbo).

Deux hélicoptères crachent le feu dans le ciel de Maroun a-Ras, laissant une traînée blanche qui se dissipe dans le ciel. Des soldats font bonjour de la main depuis leur char, à l’entrée de Baram. Il ne manque que Sharon agitant la main en suivant du regard les chars fonçant devant lui vers le Liban, pour que l’image soit complète. Les détonations s’intensifient, se faisant plus fréquentes et de plus en plus proches, tandis que nous passons, à Netuah, devant le panneau annonçant les "Cabanes de Yolanda". "Un moment d’enchantement", annonce un autre panneau. D’autres, "Domaine Van Gogh" et "Café Tamouz", vous invitent au kibboutz d'Ayalon.

Des champignons de poussière s’élèvent de temps à autres à côté de la route, impact après impact. Une boule de feu, petite et brillante, traverse tout à coup le paysage devant nous, volant rapidement vers sa cible. Est-ce à nous? A eux? Vision majestueuse et terrifiante. Des bosquets de chars et des vergers de blindés : le paysage change pendant la guerre. Près de l’autoroute Tel Aviv-Haïfa, il y a déjà une base d’hélicoptères et, à côté de Hanita, une position d’artilleurs.

Chemise blanche couvrant leurs vêtements noirs, un groupe d’étudiants de yeshiva Meshi se tient là, à observer depuis le bord de la route, les artilleurs occupés à tirer des obus depuis les positions de Hanita, comme on suivrait de loin un match de football. Les soldats tirent obus après obus, et des volontaires de l’organisation "Visite et assistance aux malades" des Juifs Hassidim de Belz sont venus avec leur dirigeant, Mordechai Fried, voir ce qui se passait. Cela fait déjà 8 jours qu’ils distribuent des médicaments et des friandises dans les abris des alentours et maintenant, ils se sont arrêtés un moment pour voir le bruit. Le Rabbi de Belz leur a personnellement imposé ce commandement et leur a aussi accordé la bénédiction "Dieu aidera".
Fried, un homme de 30 ans père de 4 enfants : "Vous connaissez le Rabbi de Belz? Nous avons appelé cette action 'De cœur à cœur’' Nous étions maintenant à Nahariya, nous avons pris toute une rue. Comment s’appelle cette rue? Eli Cohen. 'Donnez-moi encore de quoi boire, donnez-moi encore de quoi boire, j’ai encore un petit-fils' - là-bas, tout le monde fait des réserves de nourriture. Chacun tente d’attraper davantage. On ne sait pas ce que sera demain. Nous sommes allés à Carmel, là haut. Il y a des missiles Patriot. Une base. Nous essayons d’aider. Le Rabbi de Belz, longue vie à lui, donne de la force à notre main. Il nous donne de la force et il nous encourage."
"Regardez, regardez, le soldat prend un obus blanc. C’est comme ça qu’il prépare le bombardement", poursuit-il. "Faites comme ça avec vos oreilles, bouchez-les". Baoum. Que pense-t-il de la guerre? "Je ne pense pas", répond-il. "Que Dieu aide. Mais les Arabes ne comprennent que quand on leur donne des coups. Que ferait la Suède si - qu’est-ce qu’il y a à côté de la Suède? La Norvège? - si la Norvège la bombardait? Vous êtes de quel journal? Haaretz? C’est un journal de droite?"
La question de savoir s’il voudrait être à la place des soldats qui bombardent en ce moment suscite chez lui de l’étonnement. "Qu’est-ce que ça veut dire? Qui ferait le travail que nous faisons? A chacun son travail. A chacun son bienfait. Le Rabbi nous a dit de lire des Psaumes chaque jour après la prière et de chanter pour que les soldats réussissent et que ça se termine sans pertes. Il y a une yeshiva de Belz à Haïfa et au début, le Rabbi a dit de ne pas partir. Mais alors les familles, inquiètes, ont téléphoné de l’étranger et alors le Rabbi a dit d’aller à Jérusalem."

Six obus partent en une salve réglée qui couvre complètement de son vacarme le champ de tir de Hanita, en direction du Liban. Fried et sa compagnie se bouchent adroitement les oreilles. Un camion de pompier portant un drapeau israélien file par les rues du village arabe de Cheikh Danoun, non loin du carrefour de Kabri, pour aller éteindre un autre feu. A Nahariya, ils n’ont pas encore évacué les débris de verre de la semaine passée, boulevard Haga’aton, à l’entrée du magasin "Bellissimo", robes de mariée, touché par une roquette Katioucha.
Miracle en ville : rue Hagueoula, au coin de la rue Hadas, à Acre, un missile est tombé dans l’après-midi, blessant grièvement un habitant âgé, démolissant à moitié une maison, faisant voler une voiture dans une clôture et l’incendiant complètement. Il n’est resté que la bibliothèque avec les livres saints. Maintenant, les habitants, tout émus et agités, ont appelé le rabbin de la ville, Yossef Yashar, à venir voir de ses propres yeux le miracle. Même les vitres qui protègent les livres saints de la poussière, n’ont pas été touchées. Le rabbin est venu voir le miracle : "C’est stupéfiant. Cette maison est une maison de sainteté. C’est la maison de gens qui observent les prescriptions religieuses."
Sainteté ou pas, la destruction y est très importante. Les poissons dans l’aquarium sont, il est vrai, toujours là, mais tout le reste est dévasté. Démolis, les meubles de jardin et les jouets d’enfants dans la cour. Brûlé, le parterre de gazon synthétique. Les fenêtres sont brisées et les murs sont fissurés, une épaisse poussière recouvre les fauteuils en cuir noir.
La Katioucha a atteint la route, entre 2 maisons de la rue Hadas, ouvrant un large cratère et faisant voler une voiture, une Subaru familiale rouge ancien modèle, maintenant enfoncée dans une clôture, dressée en l’air, carbonisée. La Mazda de la compagnie Bezeq qui était stationnée près de la maison suivante dans la rue, celle de la famille Malka, a elle aussi été frappée par une roquette Katioucha mais la moitié est encore entière et un de ses phares avant est même allumé. Des dégâts ont été semés aussi au 1, rue Yitzhak Sadeh, la 2ème rue à droite. Nous nous rendons là-bas également et à nouveau, les sirènes d’alarme se font entendre, montant et descendant, et tout le quartier prie en retournant dans les cages d’escalier et les abris.
- - -

Attaques de roquettes sur Nazareth et Haifa (Israël), 19 juillet reportage TV en format vidéo "flash" Fox News (pro-Bush) http://media2.foxnews.com:80/071906/071906_kellogg_haifa_300.swf


Haifa, sans les roquettes

Les abris anti-bombes où les civils vont se planquer pendant les bombardements de roquettes – le commentaire "ça sent mauvais déjà plusieurs étages au-dessus avant d'y arriver..."
http://kishkushim.blogspot.com/2006/07/why-dont-you-stay-in-bunker.html









- - -

Jours de ténèbres.

http://www.haaretz.com/hasen/spages/744061.html
version hébraïque : http://www.haaretz.co.il/hasite/spages/744202.html

Par Gideon Levy, 31 juillet 2006, Haaretz

A la guerre comme à la guerre : Israël est occupé à sombrer dans une atmosphère véhémente, nationaliste, et les ténèbres commencent à tout recouvrir. Les freins que nous avions encore s'usent, l'insensibilité et l'aveuglément qui caractérisent la société Israélienne des années récentes s'intensifient. Le front de l'arrière est coupé en deux : le nord souffre et le centre est serein. Mais tous les 2 se sont enflammés avec des tons de chauvinisme impitoyable et de vengeance, et les voix de l'extrémisme qui caractérisaient auparavant ceux qui étaient en marge dans chaque camp s'expriment à présent en leurs centres. La gauche a une fois de plus perdu sa voie, emmurée dans le silence ou "admettant des erreurs." Israël présente une face unifiée, nationaliste.

Les dévastations que nous semons au Liban ne touchent personne ici et ne sont pour la plupart même pas montrées aux Israéliens. Ceux qui veulent savoir à quoi Tyr ressemble doivent se brancher sur des chaînes étrangères – le reporteur de la BBC nous apporte de terrifiantes images de là-bas, du genre qu'on ne verra pas ici. Comment pourrait-on ne pas être choqué par les souffrances d'autrui, de nos mais, quand bien même le nord de notre pays souffre? La mort que nous semons en même temps, droit sur Gaza, avec près de 120 morts depuis l'enlèvement de Gilad Shalit, 27 ans, mercredi dernier, nous touchent encore moins. Les hopitaux à Gaza sont remplis d'enfants brûlés, mais qui s'en soucie? Les ténèbres de la guerre au nord les recouvrent, aussi.

Puisque nous avons grandit en nous habituant à penser que la punition collective était une arme légitime, il n'est étonnant qu'aucun débat ne soit apparu au sujet de la cruelle punition du Liban pour les actions du Hezbollah. Si c'était acceptable pour Naplouse, pourquoi pas pour Beyrouth? Le seule genre de critique que l'on entend au sujet de cette guerre concerne les tactiques. Tout le monde est général à présent, et ils poussent pour la plupart l'Armée Israélienne à intensifier ses activités. Les commentateurs, ex-généraux et politiciens, font la compétition avec des propositions extrêmes, à qui placera la barre le plus haut possible.

Haim Ramon "ne comprend pas" pourquoi il y a encore de l'électricité à Baalbek; Eli Yishai propose de transformer le sud Liban en "bac à sable"; Yoav Limor, correspondant militaire pour la première chaîne de télévision Channel 1, propose d'exposer les corps de morts du Hezbollah et le lendemain d'organiser une parade de prisonniers en sous-vêtements, "afin de renforcer le moral du front arrière."

Il n'est pas difficile de deviner ce que nous penserions d'une télévision arabe dont les commentateurs diraient quelque chose du genre, mais que surviennent encore quelques autres pertes ou échecs de Tsahal, et la proposition de Limor sera appliquée.
Y-a-t'il un meilleur signe pour montrer à quel point nous avons perdu la raison et notre humanité?

Le chauvinisme et un appétit de vengeance montent dans les esprits. Si, il y a 2 semaines d'ici, seuls des fous du genre de Safed Rabbi Shmuel Eliyahu parlaient de "raser tout village d'où une roquette Katyusha a été tirée", à présent un officier supérieur de Tsahal parle de la même manière dans les colonnes principales du quotidien Yedioth Aharonoth. Les villages libanais n'ont peut-être pas encore été tous rasés, mais nous avons franchit notre propre ligne rouge depuis longtemps.

Un père endeuillé, Haim Avraham, dont le fils a été enlevé et tué par le Hezbollah en octobre 2000, tire un obus d'artillerie sur le Liban pour les reporteurs. Sa vengeance pour son fils. Sa photo, embrassant un obus d'artillerie décoré, est une des plus monstrueuses photos de cette guerre.
Un groupe de jeunes filles a lui aussi été photographié alors qu’elles ornaient des obus de l’armée israélienne d’inscriptions arrogantes.

Les pages de Maariv - le « Fox » israélien - s’ornent d’un slogan chauviniste évoquant une machine de propagande particulièrement basse, « Israël est fort », ce qui témoigne justement de faiblesse. Et un commentateur de télévision appelle à bombarder une station de télévision.

Le Liban qui n’a jamais fait la guerre à Israël, un pays avec 40 quotidiens, 42 universités et une centaine de banques différentes, est en train d’être détruit par nos avions et nos canons, et presque personne ne prend en compte le prix de la haine que nous semons. L’image d’Israël dans l’opinion internationale est devenue monstrueuse et cela non plus, en attendant, n’est pas enregistré à la rubrique "dette" de cette guerre. Israël est marqué de lourdes taches morales qu’on n'enlèvera pas rapidement. Il n’y a que chez nous qu’on ne veut pas les voir.

Le peuple veut une victoire mais nul ne sait au juste ce qu'elle serait, ni quel en sera le prix. Une guerre qui n’amènera jamais rien de décisif s'enlise sans que personne puisse en fixer le terme.

Face à tout cela, la gauche sioniste a perdu elle aussi toute pertinence. Comme lors de toute rude épreuve dans le passé - au moment, par exemple, où les 2 Intifadas ont éclaté - la gauche a, cette fois encore, échoué au moment précis où sa voix aurait été si vitale pour faire contrepoids aux roulements de tambours de la guerre. A quoi bon une gauche, si à chaque véritable épreuve, elle se joint au choeur national ? Le Parti Travailliste s’est à nouveau révélé être un partenaire dévoué à tout gouvernement : même Yuli Tamir et Shelly Yacimovich, on ne les entend plus du tout; le mouvement "La Paix Maintenant" est frappé de mutisme; même le Meretz se tait, sauf la courageuse députée Zehava Gal-On. Quelques jours d’une guerre voulue et déjà Yehoshua Sobol avoue s’être trompé sur toute la ligne : "La Paix Maintenant" est tout à coup, selon lui, un "slogan infantile". Ses amis se taisent et leur silence ne résonne pas moins. Seule l’extrême-gauche donne de la voix, mais c’est une voix que personne n’écoute.

Les ténèbres à la face de l’abîme : bien avant que la guerre ne soit terminée, on peut déjà établir qu’à son coût croissant s’ajoute aussi l’obscurité morale qui nous enveloppe et qui ne menace pas moins notre existence et notre image que les roquettes Katiouchas du Hezbollah.


[précision importante hors article du Haaretz : les fillettes habitent Kiryat Shmona, sur la frontière avec le Liban, et sortaient des abris où toute la population se trouve depuis le début du conflit. Ca n'excuse rien, mais ça explique.]


* * *

Les premières désertions commencent en Israël, et c'est par milliers qu'Arabo-Israéliens protestent publiquement contre cette sale guerre, rejoints tout de même aussi par des Juifs Israéliens. Et les dirigeants, même considérés comme "pacifistes", s'enferment dans leur logique auto-destructrice : ce mercredi sur Europe 1, le ministre Israélien Shimon Peres parlait d'encore plusieurs semaines de guerre...










Un soldat condamné à 28 jours de prison pour avoir refusé de servir au Liban
(Soldier sentenced to 28 days for refusing to serve in Lebanon)
par Amos Harel, Yuli Khromchenko, Lily Galili, Gideon Alon et Yoav Stern
31/07/2006 07:36
lire la suite (en anglais) :
http://www.haaretz.com/hasen/


De Gallipoli au Liban
Un échec militaire peut créer un traumatisme national et aveugler les dirigeants du pays.
Gallipoli et le bourbier libanais
Par Moshe Arens
lire la suite (en anglais):
http://www.haaretz.com/hasen/spages/744861.html



* * *

Tout ce déchaînement de puissance militaire et de violence peut-il réduire à néant un groupe qui comporte autant de terroristes réels que des gens qui croient sincèrement être d'authentiques résistants, voire même des musulmans convaincus qu'ils oeuvrent pour le bien de leur religion et de leur pays? Le Figaro pose la question bien simple :


"Israël peut-il vraiment détruire le Hezbollah?"
http://www.lefigaro.fr/international/
En tout cas, en Irak, avec des effectifs bien supérieur, les USA n'y sont pas encore parvenus, et n'y parviendront probablement jamais.


Hezbollah & Liban, l'amour fou ou la cohabitation forcée?
Attention : on lit un peu partout "les Chrétiens contre X ou Y". Il faudrait d'abord s'entendre sur ce que signifie le mot "chrétien" dans la tête de ceux qui écrivent cela. Lors des massacres de Sabra et Shatilla, des milices "chrétiennes" étaient aux ordres des Israéliens pour massacrer les Palestiniens. Mais de quel genre de "chrétiens" s'agissait-il? En tout cas, pas de ceux que l'on trouve dans les paroisses de l'unique Eglise, celle qui s'exprime par la bouche de mgr Georges au Mont-Liban ou mgr Elias à Tyr et Sidon...


Beyrouth-Sud, avant et après les attaques, vues par satellite (citation partielle, tous droits réservés aux auteurs des photos)


Bunker détruit au milieu de la ville
Les Libanais n'ont pas fabriqué ces bunkers. Le porte-parole de Tsahal, sur Europe 1 ce jeudi 3 août, parlait d'un immense bunker à 45m de profondeur, d'un autre situé sous un centre commercial, donc à l'insu des clients. Ca ne se construit pas en un jour, ni sans financements et moyens énormes. Si Tsahal a donc ces informations, la manière la plus logique, si la défense du pays était le but premier, c'était de communiquer à l'ONU, et de donner un délai de X jours pour envoyer une force étrangère de désarmement, pour rendre au gouvernement Libanais son autorité sur le pays. Puis d'attaquer avec des commandos, si efficaces. Bien plus qu'un tapis de bombes.









Les Commandos, arme fatale d'Israël (2 août, Le Figaro)

Des bunkers du Hezbollah cachés au milieu de la population, souvent à son insu, le porte-parole de Tsahal ne dévoile rien de secret, certains media en parlaient déjà le mois dernier :
http://24heures.ch/vqhome/le_journal/monde/bunker_220706.edition=ls.html
[...] "Dans le village de Maroun Ras, à 2 km au nord-est d'Israël, les unités spéciales de la Brigade Golani ont ainsi perdu deux hommes mercredi. Après des combats acharnés, elles ont fini par découvrir une porte blindée donnant accès à un complexe sous terrain en béton, camouflé et impossible à repérer par avion. Alors qu'elles donnaient l'assaut à ce bastion jeudi, elles ont été prises sous les tirs croisés des miliciens du Hezbollah qui y étaient retranchés, et ceux d'un bunker similaire du village voisin. Le mouvement chiite y a entreposé vivres, canons de mortier et munitions, pour piéger Israël.
Le seul moyen de déloger ces combattants très motivés, c'est le corps à corps. L'Etat hébreu ne peut pas faire l'économie de cette dangereuse intervention terrestre. Il veut «nettoyer» le terrain pour créer une zone «stérile» de 1,5 km de profondeur au Liban sud interdite au Hezbollah. Plus question de s'exposer à des infiltrations et à des kidnappings. Tsahal espère qu'après la conquête de plusieurs de ces places fortes, tout le réseau s'écroulera comme un château de cartes.
«Les opérations peuvent durer des semaines», affirme cependant le général Udi Adam, commandant du Front nord." [...]




Des canons au milieu des villages...





* * *

Deux C-130 de la Force Aérienne belge transportant des secours ont été interdit d'atterrissage à Beyrouth, capitale du Liban.. par l'armée d'Israël.. Mais notre pays est prêt à participer à une force de protection pour le Liban.

du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
Deux C-130 belges refoulés
Deux C-130 de la Force aérienne belge qui devaient acheminer de l'aide humanitaire vers le Liban n'ont pas été autorisés par les autorités israéliennes à atterrir à l'aéroport de Beyrouth. Selon le ministre de la Défense Nationale, André Flahaut, ce refus temporaire, qui a également été adressé, pour des raisons de sécurité, à d'autres pays, l'a amené à post-poser ces deux vols. Le ministre de la Défense nationale qui a regretté ce contretemps a dit son espoir d'obtenir les autorisations requises dans les jours à venir. Il a précisé qu'il faisait examiner dès à présent d'autres voies d'acheminement. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 31/07/2006 20:15

du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
Flahaut favorable à l'envoi de soldats belges
Le ministre de la Défense André Flahaut s'est dit favorable à l'envoi de soldats belges dans une force d'interposition de l'Onu au Liban après cessation immédiate des hostilités. Le ministre attend que l'Onu élabore un mandat clair, précis et robuste pour cette force d'interposition, afin d'assurer au maximum la sécurité des militaires qui y seraient engagés. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 2/08/2006 13:28

Dessin Gazet Van Antwerpen

du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
De Gucht pour la Belgique au Liban
Le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, s'est dit favorable, devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre, à la participation de la Belgique à une force internationale d'interposition qui serait mise sur pied pour sécuriser le sud du Liban. Il a ajouté que la décision appartient au gouvernement et qu'aucun engagement n'avait été pris jusqu'à présent. La participation de la Belgique doit être conditionnée par des accords clairs et précis quant au mandat de cette force qui ne pourra être valablement déployée qu'après un accord de cessez-le-feu durable, a-t-il ajouté. La Commission des Affaires étrangères a été convoquée d'urgence ce mercredi pour procéder à un échange de vues sur la crise au Liban. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 2/08/2006 15:16

L'aide humanitaire belge est à Beyrouth
Le vol vers Beyrouth aurait dû avoir lieu lundi dernier. Il a été postposé pour cause d'aéroport «surchargé». Surchargé de quoi, on se le demande encore. Hier jeudi, à 1h25 du matin, le Lockheed C-130 H Hercules codé CH-11 de la composante Air est enfin là, sous la pluie battante, en bout de la piste R 25 de l'aérodrome de Melsbroek, versant militaire de Zaventem. 4/08/2006 0:00
Lire la suite ...
http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=83&art_id=299482

Mais alors que le monde entier, du moins non-Anglo-Saxon, ferraille diplomatiquement pour que cesse ce qui est devenu une agression et non plus une guerre d'auto-défense, la Grande-Bretagne, qui a déjà fait capoter le travail dans l'Union Européenne, toujours aussi alignée sur Washington, se prononce contre la paix. Et Israël a bien compris le message.

Tony Blair soutient le droit d'Israël de se défendre contre les terroristes
LONDRES, 2 août - RIA Novosti. Le premier ministre britannique, Tony Blair, s'est prononcé en faveur du droit d'Israël de défendre sa sécurité contre les terroristes et les extrémistes. 2/08/2006 13:33 Lire la suite :
http://fr.rian.ru/world/20060802/52158370.html

Bons et mauvais dictateurs, internet sans oeillières



Qui soutient le cessez-le-feu?

La diplomatie progresse moins vite que les destructions...
Le Figaro, 03/8/2006 :

http://www.lefigaro.fr/liban/20060803.WWW000000275_liban_terrain.html

Et les combats d'une armée régulière, même sur-armée et sur-entraînée et sur-motivée, n'ont jamais été courts et faciles contre une milice de commandos habituée au terrain :
http://www.lefigaro.fr/international/

L'offensive israélienne entre dans sa quatrième semaine EuroNews - Jeudi 3 aout 2006, 8h05
http://www.euronews.net/
Dans la nuit de mercredi à jeudi Tsahal a repris les bombardements dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah. Au moins 4 explosions ont retenti dans la capitale libanaise qui était épargnée depuis plusieurs jours. Plus au sud les combats font rage au sol où près de 10.000 soldats israéliens ont été déployés. Ce qui n'empêche pas Tsahal de poursuivre les bombardements non loin de la frontière. L'armée israélienne affirme avoir pris le contrôle d'une colline à Al Aoueida, point stratégique d'où l'on peut observer les combats du secteur. Non loin de là, les villages d'Aïta Chaab et de Kfar Kila sont pilonnés par les tirs d'obus et les raids aériens. Un soldat de Tsahal a été tué ce jeudi ce qui porte à 56 le nombre de victimes israéliennes. Beyrouth affirme pour sa part que près de 850 Libanais, des civils pour la plupart, ont été tués depuis le début de l'offensive, le 12 juillet dernier. Un bilan qui risque encore de s'alourdir.

Voir la vidéo en ligne (format Real Media)


du Fil Rss du quotidien "Le Soir"
Jusqu'à la fin de la semaine prochaine
L'offensive israélienne au Liban se poursuivra jusqu'à la fin de la semaine prochaine, a affirmé, sur les ondes de la radio publique, le ministre israélien de la Justice Haïm Ramon. Et ce, alors que quelque 160 roquettes tirées par le Hezbollah à partir du Liban se sont abattues ce mercredi sur Israël, soit le plus grand nombre de ces projectiles depuis le début du conflit. by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 2/08/2006 15:36


La prière plutôt que la guerre
jeudi 3 aout 2006, 10h27
L'armement du Hezbollah "n'est pas une question sacrée", selon Trad Hamadé
PARIS (AP) - Trad Hamadé, l'un des ministres du Hezbollah dans le gouvernement libanais, déclare dans une interview publiée jeudi par "Le Figaro" que la question de l'armement de l'organisation chiite pro-iranienne n'est "pas sacrée".
"Nous préférons prier que faire la guerre"
lire la suite :
http://www.lefigaro.fr/liban/


Alors le drapeau du Hezbollah, c'est un drapeau de prière?
La kalashnikov, c'est juste pour asperger d'eau bénite?




Ca ne doit alors pas être les
mêmes qui disent cela,
et ceux
qui vont là pour prier.






* * *

Yedioth Internet – Terribles combats au Liban : 6 brigades déployées
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3285734,00.html






(VIDEO) Des milliers de soldats sont en opération sur le territoire libanais, 6km au delà de la frontière; opérations de "nettoyage" pour tuer les terroristes et s'emparer de leurs armes.
Efrat Weiss
VIDEO – L'armée israélienne Tsahal continue d'élargir ses opérations dans le Sud Liban ce jeudi. Des milliers de soldats – près de 6 brigades – opèrent dans la région. De terribles batailles ont lieu en plusieurs endroits. Parmi les unités qui opèrent, il y a Golani, Nahal, la 7ème Brigade blindée, un Corps de Génie et d'autres – tous sous intense couverture aérienne.
Les troupes opèrent autour de 20 villages le long de la frontière, donc certains sur la côte, jusqu'à 6km de la frontière.
Les troupes ont reçu l'ordre de "nettoyer" les bâtiments des terroristes et des caches d'armes. Il y a des combats dans certains villages, par exemple, à Aita al-Shaab, il y a eu des affrontements avec des combattants du Hezbollah mais aucun soldat n'a été blessé.
Le sergent Adi Cohen, 18 ans, d'Hadera, a été tué dans ce village mercredi et 8 autres ont été blessés, dont un grièvement.

Olmert : 15.000 soldats nécessaires.
L'armée a reçu l'ordre d'accélérer ses opérations, prévoyant que les pressions internationales sur Israël pour arrêter son offensive vont s'intensifier en prévision de la réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour résoudre la crise.

Voir la vidéo (Windows Media) :
http://mz12.mediazone.co.il:80/mediazone/34/3298!3742.wmv


Mais les 15.000 soldats aguerris réclamés par Israël pour force d'interposition sont difficile à recruter. Il y a déjà bien des pertes en Afghanistan, mandat ONU..

Israël-Liban: le difficile recrutement de "casques bleus"
20:37 04/08/2006
Par Viktor Litovkine, RIA Novosti
Le conflit israélo-libanais se poursuit depuis bientôt un mois. En Israël comme au Liban, on dénombre des dizaines de morts et de blessés, des villes dévastées, des maisons détruites ou brûlées et des milliers de réfugiés. Ces derniers ont été particulièrement nombreux à quitter le Liban-Sud, presque un quart de million, selon les agences d'information. Mais les opérations menées par l'armée israélienne contre le mouvement islamique radical Hezbollah n'en finissent pas. Tsahal a déjà occupé la zone tampon, large de 3 à 6 km, en dehors du territoire israélien, alors que le premier ministre de l'Etat hébreu, Ehud Olmert, a déclaré que son armée ne quitterait les territoires occupés qu'après l'introduction d'un contingent international de l'ONU composé de 15.000 "casques bleus".
lire la suite en ligne :
http://fr.rian.ru/analysis/20060804/52285195.html


Hélas, certains qui portent le nom de "Chrétien" et donc le déforment, qui sont des millions, aux Etats-Unis, poussent à la guerre, à l'anéantissement. Il paraît qu'ils auraient lu ça dans la Bible. Ils y auraient même lu (chez Ezechiel, rien que ça) que la Russie allait attaquer Israël, puis la Chine allait faire de même, et les Américains et les Anglais allaient tout arranger, tout atomiser je présume, et leur Messie à eux, qui porte un nom connu (Jésus) allait débarquer et instaurer un royaume terrestre de mille ans. On est en plein chez les témoins de jéhovah. Mais on en rirait si ces gens-là n'étaient si influents auprès de leur gouvernement, et donc co-responsables de tant de massacres sur terre. Après tout, en 1936, au nom d'une même lecture de la Bible, en Allemagne, on sait qui a soutenu qui... Lire l'article (en anglais) - il résume fort bien les opinions que vous trouverez dans quantité de milieux évangéliques nord-américains. Kyrie eleison.
http://abcnews.go.com/Nightline/print?id=2258864


Liban: les Israéliens poussent chrétiens et musulmans à une guerre civile (REPORTAGE)
05/08/2006, 16h19
Par Pavel Davydov
BEYROUTH, 5 août - RIA Novosti. De nombreux Libanais sont convaincus qu'en dirigeant ses frappes aériennes contre des régions majoritairement chrétiennes, Israël souhaite déclencher une guerre civile dans le pays du Cèdre.
Lire la suite :

http://fr.rian.ru/world/20060805/52301483.html



* * *

Pour se tenir informé par les gens qui sont sur place, internet est une source efficace, mais attention aux photos qui sont parfois tout simplement terrifiantes. Les opinions d'internautes du Liban et d'Israël donnent une bonne image de l'état d'esprit des 2 côtés de la frontière. Voici des blogues "coopératifs", où des internautes publient des commentaires communs. Certains sont plus intéressants que d'autres, surtout quand il n'y a pas de manichéisme, pas d'oubli de victimes, ni d'idéalisation des soldats de quelque côté que ce soit.
http://lebanon.rampurple.com/
http://bloggingbeirut.com/
http://lebop.blogspot.com/
http://lebanonheartblogs.blogspot.com/
http://lettersapart.blogspot.com/
http://perpetualrefugee.blogspot.com/




http://www.yeshgvul.org/index_e.asp
http://ontheface.blogware.com/blog
http://israelibunker.blogspot.com/
http://kishkushim.blogspot.com/
קישקושים






* * * *
Voici, je pense, la réponse à la question du début de ce long article sur "à qui profite le crime" : au Veau d'Or.

"Quelle guerre? Pendant que les canons continuent à tonner au nord, la Bourse de Tel Aviv continue à grimper."
Market Report / Teva helps forget about war
By Nathan Sheva
lire la suite (en anglais) :
http://www.haaretz.com/hasen/spages/742772.html

Le journaliste n'a eu qu'à se pencher sur les chiffres de la Bourse pour le constater. Et comme Israël achète ses missiles aux USA, regardons du côté des fabriquants et voyons ce que ça donne en Bourse à Wall Street

Prennons 2 exemples :

a.le fournisseur d'électronique de défense, de missiles guidés, Lockheed Martin :

http://www.nyse.com/about/listed/lmt_news.html
en hausse...

b. Raytheon Company, même secteur d'activité
http://www.nyse.com/about/listed/rtn.html
en hausse...


Si c'est un hasard, c'est que le journaliste et toute personne regardant ces chiffres n'y comprennent rien. Mais excusez-moi, j'ai comme qui dirait de sérieux doutes...


















Photos de la statue du taureau devant Wall Street.
Le veau a bien grossi, avec tout le sang dont il s'est abreuvé...



* * * *



KYRIE ELEISON !
KYRIE ELEISON !
KYRIE ELEISON !