"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 août 2006

Orthodoxie : Convertis, Revenus et Réordonnés (Converts, Reverts and Retreads)

ORTHODIXIE ... Southern, Orthodox, Convert, Etc.: CRTL: Converts, Reverts and Retreads

Convertis, Revenus et Réordonnés (Converts, Reverts and Retreads)

Présentation d'une émission sur la radio orthodoxe en ligne "Come and receive the Light"
http://www.receive.org/index.php?submenu=40
Par le prêtre Christopher Metropulos
Vendredi 28 juillet 2006

Un convertit à l'Orthodoxie fut approché à l'heure du café par une chère dame Orthodoxe. Elle fit remarquer que son nom de famille sur son badge n'était pas courant par rapport au groupe ethnique de cette paroisse. Mon ami lui répondit qu'il n'était pas de cette origine ethnique. La femme en eut un visage perplexe et demanda innocemment : "Mais alors, que faites-vous ici? Vous n'avez pas votre propre église où aller?"

Maintenant, avant que vous ne soyez trop dur envers cette femme, s'il vous plaît, comprenez qu'elle était sincèrement confuse, et non pas d'intention mauvaise. Il ne lui est jamais venu à l'esprit que quelqu'un sans relation ethnique avec l'Orthodoxie puisse jamais vouloir entrer dans l'Eglise Orthodoxe. Mais la vérité est qu'il y a des milliers de convertis qui rentrent chaque année dans l'Eglise, et pas seulement suite à des mariages mixtes. Les Chrétiens Américains viennent à l'Orthodoxie pour la profondeur de sa foi, sa stabilité de théologie, et la beauté de sa liturgie. En fait, certains de nos séminaires Orthodoxes sont remplis de convertis qui n'ont aucune relation avec les pays qui sont traditionnellement Orthodoxes, et ces hommes deviennent prêtres dans nos églises.

Certains pourraient trouver ceci négatif, mais ils auraient tort. La vérité est que l'Orthodoxie fait ce qu'elle a toujours fait. C'est baptiser le pays où elle se trouve, et à cet égard, l'Amérique du 21ème siècle n'est en rien différente de la Grèce du 4ème siècle ou de la Russie du 10ème siècle.

Comment faisons-nous face honnêtement à l'inévitable "choc culturel" qui vient de cet apport de "nouveaux visages"? Nous pourrions lutter contre cela et tenter de préserver nos églises comme étant tout au plus des "ambassades étrangères" d'autres pays, mais c'est une idée déplacée qui échouera en peu de générations. Nous pourrions tenter de nous "adapter" tant et si bien à ce pays que nous ressemblerions à n'importe quel autre groupe religion de la nation, mais cela voudrait dire que nous perdrions chacun des "points distinctifs" qui font de l'Orthodoxie l'Eglise originale fondée par les Apôtres.

Non, il y a une autre voie. Il y a la voie Orthodoxe, et c'est la voie de la transformation. Cette voie est plus lente, plus sage, et durable. Cette voie préserve les richesses, qui nous ont été confiées, la sagesse que nous avons apprise à travers les siècles, les traditions culturelles qui étayent profondément les vérités théologiques, et l'irremplaçable théologie qui place l'Orthodoxie à part de la confusion spirituelle qui est bien trop évidente dans le monde actuel.

Voici 3 aspects de cette Voie Orthodoxe qui vous nous aider tant à accueillir les autres avec la traditionnelle hospitalité Orthodoxe et à préserver ce qui est vraiment fondement de notre foi.

D'abord, cette Voie Orthodoxe dévoile. L'Orthodoxie est la plénitude de la foi Chrétienne, point final. Elle est l'hôpital spirituel où la pleine potentialité de l'Evangile Chrétien est préservée. Une foi Orthodoxe authentique révèle tant les parties divinement inspirées d'une culture que ses faiblesses. L'Orthodoxie sert au mieux une nation quand elle critique honnêtement la culture de cette nation. C'est la bénédiction que la foi amène à cette nation. Mais elle ne se contente pas de critiquer, elle baptise aussi. Il y a des parties de notre culture qui peuvent être transformées par la foi en un moyen de diffusion de la Foi Orthodoxe. La culture nous offre une amplitude sans précédent de liberté pour pratiquer notre foi, des opportunités économiques et éducationnelles sans équivalent qui nous permettent tant d'éduquer nos jeunes gens et d'être des philanthropes comme nul autre peuple dans le monde.

Deuxièmement, cette Voie Orthodoxe restaure. L'Orthodoxie change peuples et nations. Elle l'a toujours fait. En fait, une des marques de l'authentique foi Orthodoxe se voit dans le comportement transformé des peuples et gouvernements. L'Orthodoxie appelle les hommes et les femmes à une foi Chrétienne sérieuse et sobre qui les rend à ce pour qui ils avaient été créés pour devenir – des fils et filles de Dieu. L'Orthodoxie donne aux hommes et aux femmes exclusivement un chemin vrai et éprouvé vers la maturité spirituelle. Cette foi nous stimule à imiter la vie de Jésus-Christ dans les actions et attitudes. Cette foi produit des saints! Il n'est pas surprenant que les Américains fatigués spirituellement soient en recherche et trouvent la théologie mature et stable de l'Orthodoxie. Notre défi en tant qu'Eglise est de les aider à trouver "leur demeure", à être prêt à les recevoir, et à les intégrer dans notre famille en pleine croissance.

Pour finir, cette Voie Orthodoxe relie. L'Orthodoxie est aussi question de relations – notre famille, notre nation, et notre foi en Dieu. L'Orthodoxie ne bâtit pas des murs mais des ponts. Nous cherchons ce qui est perdu, de la même manière que le Seigneur nous cherche afin que nous puissions jouir d'une juste relation avec Lui et Son Père. L'Orthodoxie a toujours activement recherché des moyens d'amener ce message salvateur aux amis et voisin partout où l'Eglise se trouve. Et l'Orthodoxie n'est pas différente en Amérique qu'elle ne l'est dans toute autre nation. Une Orthodoxie authentique travaille pour rendre la foi accessible "à quiconque veut" entrer dans la foi. C'est pourquoi Jésus a décrit l'Eglise comme une ville sur une colline que nul ne saurait cacher. L'Orthodoxie est conçue pour être trouvée par quiconque aspire à la plénitude de la foi Chrétienne, même des gens qui ne pourraient pas avoir eu le heureux hasard d'être nés dans un pays traditionnellement Orthodoxe.

Notre foi Orthodoxe attire les gens en recherche spirituelle dans cette nation. C'est une tendance qui ira sans cesse croissant. Elle ne disparaîtra pas, et ce n'est pas quelque chose que nous sommes capables d'arrêter. Dieu merci! Dieu aime tous les peuples et Il attire vers Lui les hommes et les femmes de toutes origines ethniques, même l'Américain moyen qui ne sait pas exactement quelles sont ses origines ethniques. L'Orthodoxie est occupée à devenir une partie intégrante de l'Amérique, et nous réjouissons de vivre en cette période passionnante et de servir Son Eglise.

Cette semaine, je vais m'entretenir avec le prêtre Joseph Huneycutt. Il est l'auteur d'un nouveau livre "One Flew Over the Onion Dome" [ * ]
, publié par Regina Orthodox Press. Le p. Huneycutt, lui-même un convertit, nous aide tous à faire face aux inévitables défis de l'entrée dans l'Orthodoxie quand on vient d'autres traditions de foi. Que l'on soit un Orthodoxe de naissance ou un convertit, on trouvera ses intuitions de grande valeur pour bâtir une communion plus profonde avec les nouveaux arrivants dans nos assemblées.

A la semaine prochaine.

Bien à vous, pour la diffusion de l'Orthodoxie,

P. Chris Metropulos

[(*) = +/- "Vol au-dessus du dôme en forme de bulbe d'oignon", tel un dôme d'église slave]

*-*-*-*-*
(ré)écouter l'émission en ligne, via RealAlternative (ou Real Player)

ou via le menu en ligne cette semaine :
http://www.receive.org/index.php?submenu=23

*-*-*-*-*


Convertis, Revenus et Réordonnés
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2006/05/converts-retreads-reverts.html
Mercredi 24 mai 2006

En vérité, nous sommes tous des convertis. Nous sommes appelés à nous convertir quotidiennement au Christ : "Oui, je vous le déclare, si vous ne redevenez comme de petits enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux" (Mt 18,3). Nous savons dès lors que "naître Orthodoxe", ça n'existe pas. Mais lorsque les gens utilisent ce terme, ou "depuis le berceau" ("du berceau"), nous savons ce qu'ils veulent dire. Avec un peu de chance, on pourra dire la même chose de ces étiquettes-ci : Convertis, Revenus et Réordonnés. Convertis, cela se réfère à ceux d'entre nous qui sont venus à la Sainte Orthodoxie, ayant été élevés hors de l'Eglise. Les "Revenus" ont été élevés dans l'Eglise, pour la quitter par la suite, en général pour rejoindre un autre groupe chrétien, et par la suite revenir. Les Réordonnés sont ceux qui ont été ordonnés quelque part d'autre, pour, par la suite, être ordonnées dans l'Eglise Orthodoxe. Convertis, Revenus et Réordonnés pensaient comprendre la Vérité, pour finir par découvrir différemment à travers la Foi. Coûte que coûte, habituellement malgré de grands obstacles, ils ont trouvé l'Eglise Orthodoxe. Tous sont Orthodoxes, malgré tout.

Quels que soient nos origines, nous comprenons beaucoup les uns des autres. Cependant, il y a beaucoup qui se perd dans la traduction. C'est une chose pour les Convertis Américains d'adopter de nouvelles recettes, des phrases étrangères, et des coutumes; c'est encore une autre chose pour les "du berceau" pour comprendre d'où viennent les Convertis et pourquoi. Et c'est encore une toute autre chose quand des Convertis se mettent à parler avec un accent étranger! Et que dire du clergé qui doit guider ce troupeau coloré? Que Dieu les aide!

Pour ceux d'entre nous qui ont trouvé le Christianisme Orthodoxe après bien des luttes, il y a une période initiale d'euphorie, nos pieds ne touchent plus le sol. C'est un temps de découverte, un regard neuf, et un entrain incroyable. Cela peut être dur à pleinement apprécier pour pour nos frères et soeurs "du berceau". Cela peut être un temps amusant, excitant et exaspérant pour tout le monde.

Comme pour toutes choses hors du Paradis, cette phase initiale de conversion ne dure pas. Et c'est la "phase suivante", cruciale, de ce voyage, qui peut être un peu folle. Plus d'un Converti a fait l'expérience de "2 ans de mal-être" (ou 3 ou 4 ou 5). Durant cette phase, parfois après avoir été reçu dans l'Eglise, l'encens, le chant, les vêtements liturgiques et les icônes n'entretiennent plus l'enthousiasme comme auparavant.

Cette sorte de lutte est étrangère à la plupart des "du berceau". Certes, ces derniers peuvent chuter et quitter la Foi ou leur communauté ecclésiale. Mais, du fait des attaches familiales, ethniques et avec l'ancien pays, la plupart restent en course, contre vents et marées, fêtes et famines, aussi bas que puisse être leur zèle spirituel n'y changeant rien. Il n'en est pas ainsi du Converti Américain. Ayant lutté vaillamment pour parvenir à l'Orthodoxie et ayant été quelque temps durant stimulé par l'expérience, cette nouvelle et bien plus difficile lutte peut être extrêmement décevante. Cette phase peut s'avérer trop difficile pour certains, et, hélas, ils peuvent en arriver au point de quitter l'Eglise. Pour ceux qui ont réussi à franchir ce cap difficile, la plénitude de la Foi Orthodoxe est souvent appréciée dans une lumière nouvelle et inébranlable.

Au milieu de tout ceci, il y a des histoires personnelles à raconter. J'espère qu'en publiant certains de ces récits et de ces problèmes pastoraux, nous puissions tous, Convertis et "du berceau" ensemble, mieux nous comprendre mutuellement, et même partager quelques rires, pendant que nous seront à lutter ensemble pour arriver au Royaume.

Livre à commander chez "Regina Orthodox Press".

Des copies dédicacées sont possibles sur demande par courriel :-)

prêtre Joseph

*-*-*-*-*
Et la page de commentaires sur cet article :
http://www.haloscan.com/comments/huneycutt/114842398744591516/

Ils sont en général dans le style de celui-ci :
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2006/08/today-come-receive-light.html
J'ai juste achevé de lire "One Flew Over the Onion Dome - American Orthodox Converts, Retreads & Reverts" du p. Joseph David Huneycutt.
Je l'ai trouvé désopilant, mais ce n'est pas la raison pour laquelle je le recommande. J'ai trouvé ce livre pénétrant, perspicace, qui pourra être profitable non seulement au clergé, mais autant aux "convertis" qu'aux "du berceau" en tant que premier pas les uns envers les autres pour une compréhension mutuelle. Le livre met aussi en exergue certains des pièges dans lesquels tant les "convertis" que les "du berceau" tombent, et montre comment les gérer.

*-*-*-*-*

Pour l'avoir lu dès sa sortie – que dis-je, lu? dévoré! - je ne peux que chaleureusement recommander le livre du prêtre Joseph David Huneycutt à toutes celles et ceux qui comprennent l'anglais et qui aiment l'Eglise du Christ. Avec un humour décapant comme seul un Texan ose utiliser pour traiter des "sujets si sérieux", il vous décortique toutes les maladies des gens dans l'Eglise, qu'ils "y soient nés" ou qu'ils y soient entrés après un parcours ailleurs, quel que soit cet ailleurs. Et il parle en connaissance de cause. Il montre aussi, vu son origine ecclésiale – le Protestantisme Baptiste, le plus "rude" de tous – qu'en matière de "formation précédente" et autre "bagage spirituel", rien n'est un empêchement pour entrer dans l'Eglise, pourvu qu'on aime suffisamment le Christ.
A la lecture de l'introduction par le p. Chris, ne pensez pas qu'il veut nous parler d'un livre "pour Américains" : si quelques passages concernent en effet plus particulièrement la situation locale, on pourrait dire pour être plus précis qu'ils ne concernent alors que le Sud Profond, pas le restant des USA. Dans ces rares cas, nous ne sommes pas moins bien lotis que ceux de New York ou Cincinati. Par contre, le restant est applicable sans aucun doute à la situation de l'Orthodoxie dans tous les pays dont elle a disparu il y a près de mille ans (voire plus). Et vous ne regarderez plus jamais votre prêtre de la même manière après avoir lu ce témoignage du vécu au quotidien dans une simple paroisse sans prétention et sans problèmes extérieurs particuliers, comme on sait en rencontrer chez nous avec l'athéisation croissante de la législation civile..
Bref, c'est un livre formidable, et tous les commentaires de ceux qui l'ont lu, dans divers Patriarcats & Synodes, sont unanimes. Pour une fois. Zut, je suis encore une fois retombé dans un des travers que le p. Joseph décortique et contre lesquels il met en garde et donne la "médication" - il faut que j'aille le relire, vite! :-)

JM

Constantinople : le Patriarche célébrera la Dormition à Lesvos

Bartholomeos en visite à Lesvos
http://news.ert.gr/en/8/19987.asp
12 Août 2006 19:19:00
Sources: NET 105.8
A partir de ce samedi, le patriarche oecuménique Bartholomeos est en visite officielle de 5 jours à Lesvos, et participera à la Fête de la Dormition de la Vierge Marie au Saint Sanctuaire de la Panagia à Agiassos. Auparavant, le patriarche Bartholomeos visitera la mairie de Mytilene et la préfecture de Lesvos, puis ira inaugurer le Musée Mémorial des Réfugiés et le Refuge de la Culture d'Asie Mineure à Loutra, Lesvos.


Constantinople, Sainte-Sophie

11 août 2006

Bénédictins Orthodoxes : Joies de l'Oblation

Les joies de l'Oblation
par Dom James Deschene, OSB
Lors de ma récente visite à la paroisse Saint-Mark, ce fut une grande joie pour moi de recevoir officiellement trois paroissiens comme novices-oblats : frère David, frère Benedict et soeur Sophia. Ils ont fait leur acte officiel d'oblation monastique durant la Vigile de l'Ascension. Leurs actes écrits d'oblation ont été placés sur l'Autel et y sont restés durant la Messe de la fête de l'Ascension. Ils seront placés en permanence sur l'Autel du monastère Christminster à Rhode Island. Le symbolisme de tout ceci est très clair : l'Autel est là où l'on offre à Dieu la parfaite offrande (en latin "oblatio", d'où "oblats"), dans le saint Sacrifice de la Messe. C'est en union avec cette parfaite offrande que nous, nous faisons notre pauvre offrande de nous-mêmes, notre coeur et esprit, à Dieu, promettant de Le servir selon la sainte Règle de Saint Benoît, le père du monachisme Orthodoxe Occidental.
Dans la version latine de la Bible, la Vulgate, dans la prophétie d'Isaïe sur le Serviteur Souffrant, nous lisons le verset "Il a été offert parce que lui-même le voulait" - Oblatus est quia ipse voluit (Is. 53,7). Librement et sans aucune contrainte que ce soit, mais poussé par un amour infini, notre Sauveur S'est offert Lui-même pour nous sauver du péché et de la mort. Si nous voulons Lui exprimer la moindre gratitude pour cela, cela ne peut que prendre la forme d'une oblation similaire. En toute appréciation finale, vous et moi n'avons rien que nous puissions offrir à Dieu qui ne vienne déjà de Lui et donc Lui appartienne. La seule chose que nous ayons en propre et que donc nous puissions librement Lui donner, c'est notre volonté. C'est ce qu'Il ne nous contraindra pas à faire ni ne nous arrachera. Cela doit Lui être offert librement – offert parce que nous-mêmes le voulons. En finale, nous nous offrons nous-mêmes à Dieu ou nous nous gardons pour nous-mêmes.
Notre destinée éternelle dépend de ceci – un destin auquel nous travaillons instant après instant dans les choix que nous posons chaque jour. Chacune de nos actions, aussi petite soit-elle, implique soit une offrande et un abandon à Dieu, ou une décision pour soi-même. Chaque acte, d'une manière ou d'une autre, nous moule et confirme soit dans le don et l'obéissance à Dieu ou dans l'engagement envers soi-même et l'entêtement. A la fin de notre pèlerinage terrestre, nous nous serons formés et moulés par de tels choix quotidiens – pour Dieu ou pour soi-même, pour le Ciel ou pour l'enfer.
Dès lors, la vie quotidienne d'un Oblat, c'est la préparation à son offrande finale, en faisant consciencieusement de chaque action quotidienne une offrande dans l'obéissance, plutôt qu'un simple exercice de notre ego et de notre volonté d'autonomie. Au sens strict, c'est une mortification – une expérience de la mort – pour le vieux "moi" pécheur afin que l'homme nouveau, le nouveau "moi", puisse naître dans la reconnaissance d'un coeur entièrement ouvert à la volonté de Dieu. Cette mort quotidienne, accomplie dans l'amour, d'un coeur reconnaissant, est une saine préparation pour un saint trépas.
Ce n'est pas une tâche qui incombe aux Oblats seuls – c'est la tâche à laquelle tout fidèle Chrétien Orthodoxe est appelé. L'Oblat, s'engageant lui-même à vivre chaque jour d'une manière plus approfondie et disciplinée, est assisté dans sa tâche par les sages conseils de la Règle, des moines et de ses compagnons Oblats, et est soutenu par le cycle quotidien de la prière de l'Eglise à laquelle il se joint suivant sa manière librement consentie et choisie d'obéissance.
De même que ce fut une joie pour notre Sauveur de S'offrir et de Se donner entièrement pour nous, ainsi nous trouvons la joie du don de soi et de l'oblation dans notre propre offrande à Lui.

Dom James Deschene est Abbé du monastère Christ Sauveur (Christminster), Rhode Island, une communauté Bénédictine de Rite Occidental au sein de l'Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières.

Informations sur les Oblats
http://www.christminster.org/oblates.htm
Article extrait de la revue paroissiale "The Lion", Juillet 2006, volume 106, n° 7
http://www.westernorthodox.com/stmark/lion/lion2006-07

paroisse orthodoxe Saint-Mark,
Vicariat de rite occidental, Patriarcat d'Antioche
1405 South Vine Street
Denver, Colorado, CO 80210, USA


Les Oblats dans le Patriarcat (Orthodoxe) d'Antioche :

Oblats de Saint Benoît
http://www.stcolumbachurch.org/benedictine_oblates.html



Devenir Oblat Bénédictin est une possibilité offerte au sein du Rite Occidental; certains l'ont trouvé très gratifiante. La paroisse Saint-Columba est une parmi les diverses communautés de Rite Occidental qui sont occupées à développer un programme d'Oblats Bénédictins. Le père Les est devenu membre de l'ordre des Oblats et plusieurs fidèles de l'assemblée se sont impliqués dans le programme. Ce qui suit est une description du programme d'Oblat. C'est une des nombreuses options et opportunités qui sont disponibles dans l'Orthodoxie de Rite Occidental pour la rénovation et la croissance spirituelle.

INTRODUCTION
Saint Benoît de Nursie (vers 480-550) a été appelé patriarche du monachisme
occidental. On sait fort peu de sa vie, en dehors du fait qu'il fut élevé à Rome, où la débauche de la société contemporaine l'a poussé à se retirer du monde et à demeurer dans une caverne pour y vivre en ermite. Sa parenté spirituelle, c'était les Pères du Désert d'Orient, et il reproduisit leur ascétisme et auto-discipline tout au long de sa vie. Progressivement, une communauté grandit autour de lui et il sera le fondateur de 12 monastères de 12 moines chacun, avec des abbés nommés par lui. Par la suite, une jalousie locale l'amena à partir avec un petit groupe de moines vers Monte Cassino, où il demeura jusqu'à sa mort. C'est là qu'il composa sa Règle qui sera le fondement de nombre de communautés monastiques qui existent jusqu'à nos jours. Il demeura laïc tout au long de sa vie et apparemment n'eut pas l'intention de fonder un ordre pour clergé.
Hélas, le Grand Schisme de l'Eglise Occidentale d'avec l'Orthodoxie en 1054 emporta avec lui de grandes fondations monastiques de spiritualité bénédictine. Il en est maintenant dans l'Eglise Orthodoxe qui pensent que le temps est venu de rendre la Règle Bénédictine et sa spiritualité à l'Eglise de ses origines, en reconnaissant à nouveau que saint Benoît et l'Ordre qu'il a fondé étaient des fruits du Christianisme Orthodoxe Occidental. Ils ne sont pas nombreux, certes, ceux qui sont à même d'adopter l'engagement ascétique complet de saint Benoît et de ses moines, et ainsi se retirer complètement du monde. Cependant, il y a ceux qui, tout en vivant dans le monde, souhaitent s'identifier autant que possible avec la Règle de Saint Benoît et sa spiritualité.
Ces personnes, hommes et femmes, que nous appelons des Oblats, pratiquent la prière et les bonnes oeuvres, mais ne prononcent pas de voeux à vie, de règle de clôture, célibat ou pauvreté volontaire. Leur mission consiste essentiellement à exercer un rôle très actif dans la mission de l'Eglise dans le monde. Spirituellement associés à une communauté Bénédictine, ils s'engagent d'eux-mêmes à régler leur vie en accord avec l'esprit de la Règle de saint Benoît. Ils sont dès lors encouragés à être de fidèles témoins du Christ, en s'efforçant d'amener le message de l'Evangile et la voie de sainteté de Dieu au monde qui les entoure. C'est, en fait, leur principale raison d'être en tant qu'Oblats de saint Benoît.

Afin que les vies des Oblats puissent être une réponse vraie et efficace à l'appel de Dieu et de Son Eglise, ces lignes de conduites ont été rédigées afin d'aider les Oblats dans leur mission comme apôtres laïcs, de sortent qu'ils puissent porter ouvertement témoignage du Christ et promouvoir le Salut de l'humanité.

CONSTITUTION
1. Les Oblats de Saint Benoît sont des Chrétiens et des Chrétiennes qui s'engagent dans une union spirituelle avec l'ancienne tradition Bénédictine de la prière et de l'étude quotidienne.
2. Les Oblats ne vivent pas dans la maison monastique de la communauté, cependant, ils demeurent unis avec la tradition Bénédictine tout en continuant fidèlement à accomplir leurs devoirs de leur état de vie et occupation particuliers, où qu'ils puissent se trouver.
3. Dans le cadre de leur vie quotidienne au sein du monde, les Oblats s'efforcent de mener une vie entièrement Chrétienne, éclairée par leurs efforts personnels pour comprendre l'enseignement du Christ dans les Ecritures tel qu'interprété par saint Benoît dans sa Règle pour les moines. Les Oblats sont guidés et inspirés par leur continuelle association spirituelle avec la tradition Bénédictine.
4. Les Oblats sont le bras spirituel de la tradition Bénédictine, atteignant tous les domaines de la vie, cherchant à partager avec d'autres ce qu'eux-mêmes bénéficient en tant qu'Oblats de Saint Benoît. Leur affiliation à une communauté de moines ou moniales n'est dès lors pas uniquement pour leur bien personnel. C'est principalement par leur exemple Chrétien, dans le monde, là où ils vivent et travaillent, même par le simple fait de leur présence au milieu des autres, qu'ils espèrent amener l'idéal de Saint Benoît du service à Dieu et aux hommes.
5. Du fait que les Oblats de saint Benoît s'offrent en tout premier lieu pour le service de Dieu et des hommes, ils rechercheront dès lors l'honneur et la gloire de Dieu avant toute autre chose, gardant à l'esprit cette devise Bénédictine :
"Qu'en toutes choses, Dieu puisse être glorifié."

GUIDANCES POUR OBLATS

LES OBLATS S'EFFORCENT D'ETRE DES MEMBRES LOYAUX ET ACTIFS DU CHRIST ET DE SON EGLISE.

Les Oblats s'impliquent eux-mêmes dans la pleine vie de l'Eglise, "partageant le ministère sacerdotal, prophétique et royal du Christ... étant témoins du Christ et promouvant le Salut de l'humanité." Ils encouragent l'esprit oecuménique et rencontrent ceux qui ne sont pas de Foi Orthodoxe, s'efforçant de comprendre les croyances et coutumes religieuses des autres, recherchant des enseignements avec lesquels les autres peuvent être d'accord, entrant en discussion amicale sur les enseignements sur lesquels il y a désaccord, mettant de côté tout préjugé, et encourageant l'esprit de fraternité universelle en Dieu notre Père. Ils cherchent à être de véritables apôtres laïcs d'après leurs capacités et les circonstances de leur vie, dans un esprit missionnaire, un esprit de vocation de Dieu par le Saint-Esprit agissant en eux, désireux d'aider en proclamant et répandant la Parole de Dieu aux confins de la terre. Les Oblats reconnaissent que leur succès en tant qu'apôtres laïcs dépendent de leur vie qui doit être intimement liée à l'Esprit du Christ dans l'Eglise, et que cette union intime avec le Seigneur est en particulier nourrie dans le Sacrement de l'Eucharistie. Le service aux autres sera alors l'effet immédiat de leur véritable union au Christ.

LES OBLATS PERSEVERENT POUR LEUR PROPRE RENOUVELLEMENT ET AMELIORATION CHRETIENS PERMANENTS.

Autant que leur état de vie le permet, les Oblats font usage de différents moyens
pour s'améliorer eux-mêmes spirituellement, intellectuellement, culturellement et socialement, en participant aux Retraites, Récollections, Ateliers, Séminaires, Conférences, ou rencontres de prière, lorsque l'occasion s'en présente de temps en temps. Ils feront de l'étude et de la lecture de la Sainte Ecriture une partie importante de leur vie, se concentrant en particulier sur les enseignements du Christ dans l'Evangile. Ils écouteront attentivement la proclamation publique de la Parole de Dieu, et l'homélie du prêtre qui montre comment la Parole de Dieu est appliquée dans la vie quotidienne.


LES OBLATS S'EFFORCENT D'ETRE DES HOMMES ET DES FEMMES DE SPIRITUALITE PRATIQUE.

Ils combinent prière et travail en vivant et travaillant en présence de Dieu, conscients de la présence universelle de Dieu, sachant que Dieu est plus près d'eux qu'ils ne le pensent.
Ils sont patients, et contents du sort de leur vie dans la mesure où ils ne savent rien y changer pour quelque chose de mieux, acceptant calmement et courageusement les souffrances et épreuves qui frappent tôt ou tard tout un chacun. Ils pratiquent la patience, en particulier en acceptant volontairement et courageusement les croix et charges de la vie que le quotidien apporte, dans une totale confiance en Dieu, quelque soit le poids que ces charges puissent avoir, sachant que Dieu sait transformer ces souffrances en bénédictions.
Ils sont généreux et chaleureux envers le pauvre, le nécessiteux, le malheureux, le malade, le triste, l'affligé et l'esseulé.
Ils se soucient des besoins des autres, sans tenir compte de la race, nationalité, croyance, sexe, age, occupation, profession, ou statut social. Ils donnent généreusement d'eux-mêmes en travaillant à l'éducation religieuse et à la formation Chrétienne de la jeunesse. Ils accomplissent fidèlement les devoirs de leur état de vie, en particulier dans le soin de leurs familles et de ceux qui dépendent d'eux. Ils pratiquent l'esprit de pauvreté, en n'étant pas excessivement attachés aux biens matériels, en remerciant Dieu pour ce qu'ils ont, et en utilisant les dons de Dieu d'une manière sensible pour la gloire de Dieu et le bien de l'humanité. Ils cherchent à se réformer Chrétiennement ou à constamment renouveler leur vie en entretenant l'esprit d'obéissance, de stabilité et de fidélité, en accord avec les 3 voeux Bénédictins ou principes de vie Chrétienne que saint Benoît demande de pratiquer à ceux qui le suivent.
Ils lisent régulièrement des passages de la Règle de Saint Benoît et méditent sur comment elle peut être appliquée à leur vie. Ils sollicitent guidance et instruction quand ils sont dans le doute ou perturbés.

LES OBLATS S'EFFORCENT D'ETRE DES HOMMES ET DES FEMMES DE PRIERE.

Ils tiennent en haute considération la Divine Liturgie et prennent une part active et intelligente dans la célébration des Mystères sacrés de l'Autel. Ils s'efforcent chaque jour de prier une partie de l'Office divin ou Liturgie des Heures, pour autant que les circonstances de leur vie le permette. Ils s'efforcent d'apprécier la beauté et la richesse spirituelle contenue dans les Psaumes, qui forment le coeur de la prière de l'Eglise. Ils harmonisent leurs prières et dévotions privées et publiques avec les périodes et fêtes liturgiques de l'année.

LES OBLATS S'EFFORCENT D'ETRE DES HOMMES ET DES FEMMES DE VERTU CHRETIENNE.

Les Oblats proclament et pratiquent les vertus Chrétiennes de foi, espérance et charité, en croyant, espérant et faisant confiance à Dieu, et aimant Dieu et l'humain en pensée, parole et acte.
Les Oblats entretiennent une attitude Chrétienne positive envers les nombreuses autres vertus qui découlent de la pratique de la prudence, justice, persévérance et tempérance. Ils pratiquent la prudence Chrétienne, qui est la véritable sagesse divine, en dirigeant leur vie pour le but final à acquérir, Dieu, Qui leur est connu par la Foi et qu'ils aiment par la charité. Dès lors, ils utilisent les moyens qui leur sont fournis dans la prière et les Sacrements. La prudence les guide "cherchant d'abord le Royaume de Dieu et Son chemin de sainteté", et leur enseignant "d'être prudents comme la couleuvre et doux comme la colombe."
Ils pratiquent la vertu Chrétienne de justice en reconnaissant leurs responsabilités morales personnelle et sociale envers les autres personnes, envers leur communauté, ville, province et nation, et envers la société humaine en général, en oeuvrant pour le bien commun de tous.
Ils encouragent à un profond respect envers les droits donnés par Dieu aux autres, en particulier la vie humaine, le bien d'autrui, la liberté de religion, l'inviolabilité du domicile, le droit à tous de connaître la vérité et de parler de la vérité, la liberté de l'éducation de ses enfants, le droit et le devoir de travailler et de pourvoir aux besoins de soi-même et des siens. Ils paient à leur personnel un juste salaire et donnent à leurs employeurs le fruit d'un travail honnête en échange du salaire perçu. Ils protègent les droits des pauvres et des sans-défense, des opprimés et des persécutés, et de tous ceux qui sont victimes d'injustice de quelque sorte que ce soit.
Ils pratiquent la persévérance Chrétienne ou le courage en cherchant la volonté de Dieu en tout temps et sans crainte des difficultés et sacrifices impliqués, supportant charges et épreuves de la vie avec une confiance paisible dans la Miséricorde et la bonté de Dieu. Ils pratiquent la tempérance Chrétienne ou modération en faisant usage des bonnes choses de la vie de la manière dont Dieu a prévu qu'elles soient utilisées pour le bien de l'humanité.

LES OBLATS ENTRETIENNENT UN ESPRIT DE COMMUNAUTE.

Ils aiment la communauté Bénédictine à laquelle ils sont affiliés comme Oblats. Ils restent en contact avec leur communauté via leur Maître des Oblats. Ils parlent autout d'eux de leur communauté spirituelle, soutiennent ses travaux apostoliques, et encouragent les jeunes hommes et femmes dans leur vocation à la vie monastique.
Ils visitent occasionnellement un monastère ou un couvent, se familiarisent avec la vie monastique, et assistent à la Liturgie et à la prière communautaire aussi souvent que possible. Ils parlent autour d'eux des Oblats de Saint Benoît et encouragent à devenir Oblat ceux qui semblent être en recherche d'un pareille manière spéciale de vivre dans le monde.
Ils entretiennent l'esprit de communauté dans leur propre cercle familial, et au sein des groupes et organisations auxquels ils appartiennent.

LES OBLATS SONT DES HOMMES ET DES FEMMES DE PAIX.

Ils utilisent tous les moyens légitimes pour établir la paix dans le monde qui les entoure, soucieux du slogan Bénédictin vieux de tant de siècles : PAIX! Ils s'efforcent de pratiquer la vérité de Dieu dans l'amour et se joignent à tous les véritables amis de la paix en plaidant pour la paix et en travaillant pour y parvenir.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :
Prêtre Lester Michael Bundy
Saint-Columba Orthodox Church
726 N. 119th St
PO Box 377
Lafayette, Colorado
CO 80026, USA
Tel : 303-673-9193
lbundy@regis.edu


10 août 2006

Elvis est de bonne humeur

De grand matin, notre petit Elvis est de bonne humeur
Et il tient à ce que notre berger allemand le sache...


Elvis_bonnehumeur040806a
Vidéo envoyée par stmaterne

09 août 2006

Informatique anti-virus ou anti-église?

Une erreur de Symantec place les pasteurs anglicans dans l'embarras
http://www.zdnet.co.uk/print/?TYPE=story&AT=39280391-39020330t-10000025c
Tom Espiner
ZDNet UK
3 août 2006, 14:35 BST

Le département de publication de l'Eglise d'Angleterre a recommandé au clergé d'ignorer les avis de menace, après que son produit Norton Antivirus aie erronément identifié le logiciel ecclésial comme étant un logiciel-espion ("spyware").
Nombre de pasteurs de l'Eglise d'Angleterre utilisent un logiciel appelé "Visual Liturgy" pour
planifier, créer et diffuser les offices ecclésiaux. Il y a 4 semaines d'ici, le samedi 8 juillet, Symantec a diffusé un nouvelle mise à jour de la base de donnée virale qui a eu "un effet particulièrement nuisible sur Visual Liturgy," d'après la Church House Publishing (CHP), le département de publication de l'Eglise d'Angleterre.
La mise à jour automatisée de Norton a erronément identifié un fichier intégré à Visual Liturgy comme étant Sniperspy, un logiciel-espion. Après avoir reçu cette mise à jour, les utilisateurs se voyaient demander [par l'antivirus] d'accepter l'avis de mise en garde Sniperspy et d'effacer le fichier, appelé vlutils.dll. Ceci rendit Visual Liturgy inopérant.
"Près de 4.500 églises avec approximativement un million et demi de fidèles en ont été fortement affectés," dit David Green, responsable de communication pour CHP. "Habituellement, il en faut beaucoup pour perturber un pasteur, mais nous en avons eu pas mal au téléphone. Il n'a pas encore été question de mesures, mais nous verrons bien," a rajouté Green.
Visual Liturgy contient toute la liturgie autorisée pour l'Eglise d'Angleterre. Les pasteurs utilisent le logiciel pour choisir les offices, planifier les lectures Bibliques et créer des livrets.
CHP a été submergé de plaintes de pasteurs le 10 juillet, le lundi suivant la mise à jour. Certains pasteurs ont dit que leur service dominical a été perturbé.
Selon CHP, Symantec a aggravé son péché en ne répondant pas aux demandes répétées de rectifier la situation.
"Nous nous sommes adressés à Symantec le lundi matin, et on nous a répondu qu'il fallait remplir un formulaire de "faux positif" en ligne. On nous a dit que Symantec répondrait endéans les 4 semaines. De notre point de vue, ce n'était pas suffisamment bon," dit Green.
Green et la direction du CHP ont contacté Symantec à Londres, Dublin et aux Etats-Unis, tentant de leur faire prendre rapidement action sur leur plainte, et demandant à chaque fois qu'ils accélèrent. Ils ont contacté Dublin le matin et les Etats-Unis l'après-midi, chaque jour durant une semaine.
"On nous a dit qu'on devait en parler avec le Security Response Team, mais apparemment ce département ne répond pas aux appels téléphoniques," dit Green.
"Nous avons finit par discuter avec le service clientèle, d'après Symantec c'était là qu'on trouverait les meilleurs interlocuteurs. Le service clientèle était aussi assaillit par les pasteurs," dit Green.
"Hélas, Symantec ne répond pas à nos demandes. Nous n'avons pas eu de nouvelles de Norton."
"Cependant, Symantec affirme qu'il a répondu le lendemain à la demande du CHP du 10 juillet, mais n'a pas reçu d'autres communications de l'organisation."
"Ayant analysé la demande, le problème fut résolu et une réponse envoyée à CHP le 11 juillet, lui conseillant de relancer la mise à jour "Live Update" et de répondre pour confirmer que cela avait rectifié la signature [base de donnée] et corrigé le problème," a déclaré à ZDNet Grande-Bretagne une porte-parole de Symantec. "Deux semaines après, nous n'avons pas reçu de réponse après la demande initiale, on en a conclu qu'il n'y avait plus de problème et le dossier a été clôturé."
Thomas Allain-Chapman, chef de publication du CHP, affirme que CHP a été forcé de conseiller aux pasteurs d'ignorer les alertes virales de l'antivirus Norton, créant un risque de sécurité potentiel.
Green dit : "C'est frustrant, de toute évidence. Pour finir, nous ne voulons pas conseiller à nos clients d'ignorer les avis de menaces, parce que ce n'est pas une bonne idée, mais Norton ne répond pas."
Andrew Sweeney, qui deviendra le nouveau gestionnaire de media du CHP ce vendredi, dit qu'il était "difficile voire impossible pour une entreprise de travailler avec Symantec" pour rapporter des incidents pareils.
Un pasteur du Northumberland pensait qu'il avait été infecté par un logiciel espion, et aussitôt fit annuler toutes ses cartes de crédits, parce qu'il pensait que quelqu'un avait toutes ses données, dit Green. Le pasteur a mit 10 heures pour annuler les cartes et rectifier sa situation bancaire en ligne.

* * * * *

Aaahh, les erreurs logicielles dans les "Eglises modernes" :-)

Titre :"Avec un gsm spécial, le curé sait
actionner les cloches à distance"
Curé : "Excusez-moi, il était encore règlé sur 'écoute précédente"

Dessin désopilant (comme si souvent) de la Gazet Van Antwerpen

On n'est pas très "Europe", chez les Anglo-Saxons, on le constate dans tant de domaines. En matière informatique non plus. Dommage pour eux. Car en Europe, on conçoit de bien meilleurs logiciels, et même dans le domaine des anti-virus. AVG vient de Tchéquie, et c'est balaise depuis toutes les années qu'il existe.
http://free.grisoft.com/doc/1
"AVG Anti-Virus Free est libre pour usage privé, non-commercial, sur un ordinateur domestique uniquement. [...]
GRISOFT a de nouveau reçut la récompense VB100% Award par un expert indépendant en lutte anti-logiciels malveillants, Virus Bulletin, en juin 2006. AVG Anti-Virus a fait ses preuves en détectant tous les virus en circulation, sans générer la moindre fausse alerte, durant tant un "scan"à la demande qu'un "scan" durant accès, comme le rapportent les essais comparatifs du Virus Bulletin."


Ou Free-AV (Allemagne)
http://www.free-av.com/

ou Avast (Tchéquie)
http://www.avast.com/

Ou dans le domaine commercial, le célébrissime F-Prot, venu d'Islande, qui faisait la joie des BBS par l'excellente protection et le très rapide cycle de mises à jour. Ca n'a pas changé aujourd'hui. Il y a aussi le AVP de Kapersky, Sophos, etc. F-Prot existe aussi pour Linux – mais pour filtrer ce qui passe sur un serveur Linux, ce dernier n'ayant pas besoin d'anti-virus.
Les logiciels commerciaux ne sont pas d'office meilleurs que les logiciels "libres".

On voit aussi dans le problème évoqué par le CHP qu'utiliser un logiciel "tout en un" est peut-être pratique à l'usage normal, mais au moindre ennui dans un de ses modules, et tout est en panne. Ici le module "anti-espion" était en cause, mais c'est l'ensemble qui est affecté. Et même les meilleurs peuvent avoir des pannes. Et si le vendeur est un peu trop lié à un produit, ou le concepteur trop lié au système d'exploitation de l'ordinateur, et il en fera large publicité, là je me méfie encore plus. L'intégration plus profonde du produit veut dire qu'en cas de pépin, c'est au coeur du système que le problème surgira. Bonjour les dégâts.

On trouve plein de bons plans ici :
http://www.gratilog.net/securite1.htm
http://www.gratilog.net/securite2.htm

Vous voulez des avis d'alerte sérieux, pas des canulars?
En anglais, pour le systèmes sous microsoft windows (r) :

S'inscrire à la liste de diffusion "Security UPDATE" qui se trouver parmi une floppée d'autres listes d'informations sur:
http://list.windowsitpro.com/t?ctl=345FA:7D0DA9

Pour tous les systèmes d'exploitation :
http://www.us-cert.gov/cas/signup.html

Sans canulars, parce qu'ils sont légion - ne vous a-t'on jamais demandé d'envoyer un e-mail à tout votre carnet d'adresse parce que ça génère de l'argent pour sauver une pauvre petite fille pauvre et leucémique? Ou pour sauver la forêt amazonnienne? Ou que tel fichier sur votre pc était infecté, que l'avis venait de Microsoft ou de Norton? Etc.
Un site internet français bien utile récolte toutes ces fausses nouvelles :
http://www.hoaxbuster.com
Ce n'est pas comique. En plus de générer du trafic monstreusement proportionnel à la charge émotionnelle que provoque le canular, et donc de surcharger les relais internet, vous avez aussi le fait que les malveillants utilisent cette méthode pour récolter sans coup férir quantité d'adresses de courriel (e-mail) parfaitement valides. Et de les détourner à leur profit.

08 août 2006

In memoriam : Bois-du-Cazier, 8 août 1956


Le 8 août 1956, une date qui sonne terriblement fort aux oreilles et aux coeurs de bien des gens en Belgique, Italie, Grèce, Russie, Pologne, Algérie, etc..
Le charbonage du Bois-du-Cazier s'enflammera, et 262 ouvriers y trouveront la mort dans des conditions tout à fait atroces.

Comme le dira Mohamed Rharib dans son allocution prononcée au nom du GRAIR - Groupe de Rencontres et d'Actions Inter-Religieuses de Charleroi, dont l'Eglise Orthodoxe fait partie et dont on m'a demandé d'être le membre laïc - "la mort n'a pas de nationalité, pas de grade, pas de religion".
Il se fait que la communauté Orthodoxe a perdu elle aussi des membres dans cette gigantesque catastrophe minière qui a endeuillé tant de familles dans tant de pays.
Aussi nous étions présents non-seulement en tant que membres du GRAIR, mais aussi pour accomplir un devoir de mémoire à nos défunts.

Voici un premier mini-reportage video. Par la suite un autre, plus long et complet, le remplacera (une fois que j'aurai résolu "comment recadrer un fichier AVI"...)


Bois-du-cazier_grair08082006a
Vidéo envoyée par stmaterne

Après les célébrations officielles, nous avons été à l'église Hagia Barbara - la patronne des mineurs - et avons célébré une panychide à la mémoire des défunts.


Avec un groupe d'Orthodoxes - des laïcs, une moniale et 2 prêtres -, nous étions déjà venus ici l'an dernier, le 25 septembre, pour célébrer un Office complet sur les lieux mêmes de la catastrophe. Un de nos 2 prêtres Orthodoxes avait son cousin décédé en ces lieux ce 8/8/1956... Nous avions composé pour l'occasion un Office d'intercession (Moleben) à sainte Barbe (Hagia Barbara) et saint Eloi.

Mémoire éternelle.


Site internet officiel du Bois-du-Cazier:
http://www.leboisducazier.be


Télécharger la revue commémorative officielle :
http://www.leboisducazier.be/pdf/NEWS-BDC-8-9.pdf


Article de La Libre Belgique : 8 août 56, le jour le plus noir


Article de La Libre Belgique : cloture des commémorations



La mine de charbon ne tue plus chez nous, mais dans les pays en développement - Chine, etc, - ou pays anciennement soviétiques - Russie, Pologne, etc - comme en Colombie, ça n'arrête pas.

Du Fil RSS du quotidien Le Soir
http://www.lesoir.be/actualite/le_fil_info/index.shtml#460658
17:26 Coup de grisou en Colombie
Une explosion dans une mine de charbon du centre de la Colombie a causé la mort de six mineurs qui sont restés bloqués dans les décombres, ont indiqué des riverains du site. L'explosion, apparemment un coup de grisou provoqué par une accumulation de méthane, a eu lieu hier après-midi dans la mine La Toma, dans le village de Cucunuba, à 88 kms au nord de Bogota.
"Pendant toute la nuit, les sauveteurs et des mineurs ont cherché les mineurs restés bloqués mais en vain, car ils étaient déjà morts dans l'explosion, a indiqué Carlos Contreras, un habitant voisin de la mine."
by internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga) on 9/08/2006 19:26

07 août 2006

Citron mauve

Non, c'est pas une plante naturellement OGMisée ou l'heureux résultat d'une fuite non-dangereuse d'une inofensive centrale nucléaire ou autre "merveille" humaine..


c'est simplement un beau papillon sur un brin de lavande de notre jardin :-)
Bref, une merveille naturelle de Dieu

06 août 2006

"Dans Ta lumière, nous verrons la lumière" (Ps 35,10)

Sinaï, 12ème siècle




Clarifica nos caelesti misericordia, fons et origo luminis sempiterni: ut, ubertate domus tuae repleti, omnem iniquitatem et dolum cum procacitate ferocis superbiae renuamus.Éclaire-nous par Ta miséricorde venue du Ciel, Toi Qui es source et principe de la Lumière éternelle : comblés par les richesses de Ta demeure, que nous rejetions toute fraude et iniquité et toute l’impudence du sauvage orgueil.
[Collecte psalmique sur Ps. 35,10, série "romaine" (collectes d'Italie, alentours années 500) - "Oraisons sur les 150 Psaumes", traduction fr. Patrick Verbraken, OSB, moine de Maredsous - Collection Lex Orandi n° 42, éditions du Cerf, Paris, 1967]

M. Kovalevsky, la Transfiguration
paroisse de l'Ecof à Vichy

Dieu n'est pas connaissable en Son Essence, c'est le dogme. Tout ce qu'on pourra dire de Dieu sera nécessairement en dessous de la vérité. Nos paroles humaines, notre pensée, sont trop limités pour englober Celui que l'univers ne saurait contenir. La seule théologie qui ne risque pas de se tromper sera celle qui pratique l'apophatisme.

Cependant, par l'expérience des saintes Mères et saints Pères de l'Eglise, on a découvert que ce que l'Ecriture Sainte disait de Dieu – Lumière – était une réalité concrète. Qu'il fallait avoir les yeux de l'âme suffisamment purifiés pour s'en rendre compte, pour le vivre. Pour vivre dès ici bas dans la béatitude éternelle.

En cette Fête de la Transfiguration, n'étant pas un saint Patrick ou un saint Grégoire Palamas, je ne saurais vous exprimer de manière appropriée ce qu'il conviendrait de dire au sujet de cette grande Fête. Nulle étude, mais un panachage de "fleurs" spirituelles, que je vous propose à butiner. Alors voici ce florilège de lectures, prières et méditations que j'ai trouvées bien à propos en réfléchissant à cet extrait du Credo Nicéen au sujet du Christ :
"Lumen de Lumine"
"Lumière de Lumière"
"
φῶς ἐκ φωτός" ("Fós ek Fotós")

* * *

Exode 3,2 - Lorsque Moïse rencontra pour la première fois Dieu, ce fut dans le Buisson Ardent, ce Buisson qui flambait sans jamais se consumer.

Exode 34,35 – Moïse a laissé Dieu entrer dans sa vie et y régner. Par le combat spirituel, par l'ascèse – 40 jours de jeûne! - il se fait transparent à Dieu. Son visage en rayonne la lumière divine.

Exode 19,16 - Lorsque le peuple Hébreux, désobéissant, fut confronté à Dieu sur le Sinaï, la montagne s'embrasa.

Bénédiction traditionnelle dans la Bible : Nombres 6,24-26, dont le verset 25 dit:
"Que le Seigneur fasse pour toi rayonner Son visage.."

Psaume 4,7 - Il en est tant qui disent : "Qui nous fera voir le bonheur?" * Fais lever sur nous, Seigneur, la lumière de ta face.

Psaume 35,10 - Car en toi se trouve la source de vie * et c'est dans ta lumière que nous voyons la lumière.

Psaume 80,20 – "Seigneur Dieu Sabaoth, .., fais luire Ta face et nous serons sauvés"

Actes d'Apôtres 2,3 - Lorsque le Saint Esprit fonda l'Eglise en descendant sur les Apôtres réunis dans le Cénacle à la Pentecôte, Il se manifesta, fut "visible", sous forme de "langues de feu" se posant séparément sur chacun.

Actes d'Apôtres 9,3-4 - Lorsque Saül, en rage contre l'Eglise du Christ, voulu poursuivre et exterminer les fidèles, devant Damas, il rencontra le Christ dans un halo de lumière et en fut aveuglé.

1 Jean 1,5 - "Dieu est Lumière".

Vue du Mont Thabor

On pourrait encore longtemps citer des attestations tirées des saintes Ecritures sur ce qui a donné ce si "étrange" passage du Credo, qui passe si souvent inaperçu, qui est si peu commenté, et qui, en cette Fête de la Transfiguration, résonne si fort à mes oreilles.

Ce n'est certes pas pour rien que le Baptême, dans l'Eglise antique, reçut pour nom "illumination". Ce n'était pas un jeu de mot, une mode, pour "faire comme les gnostiques" et leurs "petits secrets", ces pseudo-enseignements "pour les purs". Le fait que Dieu est Lumière fait partie de notre Foi. Saint Clément d'Alexandrie appellera donc le Baptême "phôtismos", et dira "sainte lumière qui apporte le Salut", puisque c'est Dieu qu'on y accueille en son âme. Parce que, pour être "éclairé" de l'intérieur, pour "voir" Dieu, il faut accueillir Dieu dans sa vie, y aspirer du plus profond de son âme (Marc 12,30. Sinon on peut vivre à côté de Dieu sans même s'en rendre compte, enfermé dans les choses de ce monde déchu.

* * *

Cette expérience du "voir Dieu dans la lumière" n'appartient pas à l'Ancien ou au Nouveau Testament, comme si elle s'était arrêtée en tournant la dernière page de l'Apocalypse selon saint Jean. Jusqu'à nos jours, des hommes et des femmes voués à Dieu, vivant dans la Sainte Eglise comme laïcs ou moines/moniales, l'expérimentent une fois qu'ils ont atteint une étape du parcours spirituel de purification. Le plus célèbre récit est bien entendu celui de saint Seraphim de Sarov. On voit bien que quand on est dans la Foi, la vraie Foi en Christ "Lumière du monde" (Jn 8,12), Celui Qui a dit "Moi, Lumière" (Jn 12,46) Se révèle en effet à Ses disciples. Et qui a vu cette Lumière, resplendit lumière; c'était le cas pour Moïse, c'est le cas pour Seraphim.




















A gauche sur ces Icônes, une des scènes de vie représente cet épisode avec son disciple Motovilov


"[...]- Quand même, répondis-je, je ne comprends pas encore comment je puis être vraiment sûr d'être dans l'Esprit Saint! Comment puis-je en moi-même reconnaître Sa véritable présence?
Le Père Séraphim répondit : "J'ai déjà dit que c'était fort simple et vous ai raconté d'une façon détaillée comment les hommes peuvent être en la plénitude de l'Esprit Saint et comment il faut reconnaître Son apparition en nous. Alors que voulez-vous de plus?"
- Il me faut, dis-je, le comprendre vraiment bien...
Alors le Père Séraphin me serra fortement les épaules et dit
- Nous sommes tous les deux en la plénitude de l'Esprit Saint! Pourquoi ne me regardes-tu pas ?
- Je ne le puis, dis-je, car des foudres jaillissent de vos yeux. Votre face est devenue plus lumineuse que le soleil et mes yeux sont broyés de douleur !
- N'ayez pas peur, ami de Dieu. Vous êtes devenu aussi lumineux que moi; vous êtes aussi, à présent, en la plénitude de l'Esprit Saint Autrement, vous n'auriez pu me voir ainsi." Et inclinant la tête vers moi, il me dit doucement à l'oreille: "Remerciez le Seigneur de nous avoir donné Sa Grâce ineffable. Vous avez vu que je n'ai même pas fait un Signe de Croix; seulement, dans mon coeur, en pensée, j'ai prié le Seigneur Dieu et j'ai dit: "Seigneur, rends-le digne de voir clairement avec ses yeux de chair la descente de l'Esprit Saint, comme Tu l'as fait voir à Tes serviteurs élus quand Tu daignas apparaître dans la magnificence de Ta Gloire!" Et voilà, Dieu exauça immédiatement l'humble prière du misérable Séraphim! Comment pourrions-nous ne pas Le remercier pour ce don inexprimable accordé à nous deux? Réalisez que ce n'est pas toujours aux grands ermites que Dieu manifeste ainsi Sa Grâce. Telle une mère aimante, cette grâce a daigné panser votre coeur douloureux par l'intercession de la Mère de Dieu Elle-même. Alors, pourquoi ne me regardez-vous pas dans les yeux? Osez me regarder simplement et sans crainte. Dieu est avec nous.

Après ces paroles, je regardai sa face et une peur surnaturelle encore plus grande m'envahit. Représentez-vous la face d'un homme qui vous parle au milieu d'un soleil de midi.
Vous voyez les mouvements de ses lèvres, l'expression changeante de ses yeux, vous entendez sa voix, Vous sentez que quelqu'un vous serre les épaules de ses mains, mais vous n'apercevez ni ses mains, ni son corps, ni le vôtre, mais seulement cette éclatante lumière qui se propage à plusieurs mètres de distance tout autour, éclairant la surface de neige recouvrant la prairie, et la neige qui continue à nous saupoudrer, le grand Staretz et moi-même. Qui pourrait imaginer mon état d'alors!
- Que sentez-vous à présent ? demanda saint Séraphim.
- Je me sens extraordinairement bien !
- Mais... Comment cela, "bien" ? En quoi consiste ce "bien"?
- Je ressens en mon âme un silence, une paix, tels que je ne puis l'exprimer par des paroles...
- C'est là, ami de Dieu, cette paix même que le Seigneur désignait à Ses disciples lorsqu'Il leur disait: "Je vous donne Ma paix, non comme le monde la donne. C'est Moi Qui vous la donne. Si vous étiez de ce monde, le monde aurait aimé les siens. Je vous ai élus et le monde vous hait. Soyez donc sans crainte, car J'ai vaincu le monde!" (Jn 14,27; 15,19; 16,33)[...]"

J'ai adapté une vieille traduction, le texte est donc fiable. Sinon cette vielle traduction un peu bancale mais gratuite existe sur divers sites internet non-orthodoxes (peut-être d'autres aussi, je n'en sais rien). Vous en trouverez une bien meilleure et fiable du texte complet dans :
"Seraphim de Sarov", sa Vie, entretien avec Motovilov, Instructions spirituelles
Editions de l'abbaye de Bellefontaine, 2004, ISBN 2-85589-011-X-OC

Nous avons aussi un tiré-à-part de cet Entretien, plus pratique pour les enfants & les jeunes : Editions Arfuyen, 30 avril 2002, ISBN: 2845900104

Seraphim vit dans la Lumière incréé, irradie cette Lumière, et son disciple, lui aussi ascète bien que laïc, entre dans ce rayonnement, dans cette paix, dans cette joie. Il est transfiguré...

* * *

"Sur cette base s’édifie la mystique orientale du "phôtismos", appelée à jouer un rôle si important avec Grégoire Palamas et ses disciples. Car ils déclaraient contempler de leurs yeux corporels, à l’instar des apôtres à la Transfiguration, la lumière du Thabor, dont parle déjà Maxime. Et cette Lumière sainte ne serait autre chose que la déité même, sa gloire incréée qui resplendit depuis l’éternité. Nous n’avons pas à nous occuper de la curieuse métaphysique du "phôs" chez les hésychastes; mais il faut, au moins en passant, noter ses affinités avec la pensée patristique tout entière. La Lumière divine se trouve en germe dans la théologie mystique des maîtres byzantins, bien avant le 14ème siècle. Toutes les oeuvres spirituelles connues de nous l’attestent et, dans l’hymnologie de Syméon le Jeune, c’est l’évidence même qui éclate aux yeux les moins prévenus.
Voici ce que l’on doit retenir de l’ensemble impressionnant des témoignages: la vision de Dieu par la grâce est, toujours et partout, contemplation de la Lumière. Certes, une image sensible, si parfaitement adaptée qu’elle soit à la réalité intelligible, ne peut rendre la nature d’une essence; à plus forte raison, celle d’une essence, incognoscible "in se". Autrement dit, la lumière est bien l’aspect sous lequel Dieu se montre à sa création : sa révélation ou théophanie, se fait dans et par la lumière, inondant l’esprit, s’infiltrant en lui, l’entraînant dans le pelago luminis et luminosae aeternitatis (l’abîme de lumière et de lumineuse éternité) dont parlera admirablement le réformateur de Cîteaux (De diligendo Deo, X, 5). Dieu est donc lumière, au sens anagogique du mot. Répétons enfin avec saint Grégoire le Théologien: l’esprit devient lumière en pénétrant en Dieu. L’illumination, non seulement mène à la contemplation, elle l’est déjà. Mais voir Dieu, c’est le connaître par amour, et c’est aussi connaître qu’il est amour. Formule réversible. Et ce n’est pas tout. Connaître, nous l’avons déjà dit ailleurs, égale être: ici, être "la clarté immuable". Or, seul Dieu fait connaître Dieu et seul Dieu unit à Dieu. Ainsi les 2 voies, illuminative et unitive, finissent par se confondre en un large fleuve de lumière. De même, la theoria confine à la theologia, séparée de cette dernière par une imperceptible ligne idéale. C’est le sommet de la connaissance, de la gnôsis Theoû et de la possession extatique, qui ravit l’esprit humain en Dieu.
L’échelle angélique monte toujours. Après l’invasion déjà déifiante de l’Esprit, après les Noces mystiques avec le Christ de Gloire, l’âme est parvenue à son faîte: elle est admise à la vision de la Lumière trine, parce que digne de la refléter, parce que devenue son image parfaite. Une fois christifiée, l’âme entre d’elle-même dans la doxa. Ce sont les grands théoriciens de l’extase, Evagre, Maxime, Thalassios, qui ont le plus fortement saisi, en la justifiant spéculativement, la révélation dernière de la Trinité, qui est le mystère même de la vie intradivine, de son être un. Ici-bas, ce mystère ne peut qu’être effleuré: "Nous voyons en énigme et comme dans un miroir." Et c’est déjà la première, "la petite" résurrection (Évagre), anticipant sur la grande.
Mais la pensée si pénétrante de nos maîtres ne rend pas compte pleinement du phénomène psychologique, que seule la mystique allemande de l’école rhénane posera en termes exprès : Comment l’âme, en trouvant Dieu, se retrouve elle-même? Et, question contiguë complétant celle-ci en l’élargissant: en quoi cette âme est-elle l’image réelle de la divinité trine? Nous ne trouvons là-dessus que de rares suggestions dans la théologie grecque, toujours commandée par son anthropologie, dominée de haut par l’économie du dogme trinitaire, qui est pour elle, non une vérité abstraite, mais une véritable fête mystique vécue intérieurement. Anthropologie strictement orthodoxe, tout imprégnée de théognosie apophatique. - Rien d’incréé dans l’âme humaine, mais l’image de Dieu, imprimée au fond du noûs et indélébile : l’intelligence pure, principe de tout être, Paternité; la Sagesse manifestée, le Verbe proféré; enfin le souffle de Vie ou Esprit Saint, connaissance d’amour. La Trinité, indivisible en ses séparations, diakriseis, toujours une dans l’hénôsis inconcevable, se retrouve, se recompose dans l’âme dite intelligente, expurgée de toute passion, simplifiée, "convertie" à Dieu et immobilisée en lui. Pour unifier les 3 forces essentielles de son être, divisions intérieures d’une substance une, la créature a suivi le chemin ascendant de l’haplôsis: réformée par l’ascèse qui purifie, surélevée par la science qui illumine dans l’oraison ("garde de l’esprit" ou "du coeur"), elle n’atteint à son unité originelle que par la grâce de la caritas. Autrement dit, l’image divine, devenant similitude, se parfait par l’infusion du Saint Esprit. Et c’est là une expérience vécue double. L’âme se connaît en connaissant Dieu, en le saisissant en une vue globale dans l’alistos gnôsis (connaissance gratuite), car l’homme ne se comprend lui-même qu’en Celui qui est sa cause efficiente et sa cause finale, l’archè et le telos du cosmos.
Mouvements simultanés, convergents, qui sont à la fois une montée dans le rayonnement divin et une descente vertigineuse au tréfonds-abîme. Dans l’âme, unifiée à sa pointe, la monade trine se révèle entière : une seule puissance, une seule volonté d’amour, une intellection unique, soit toute la déité participée. Monade en laquelle, déclare Évagre, "il n’y a plus ni maîtres ni disciples, tous sont égaux" dans l’infinie connaissance qui est la gnose d’amour parfaite (cf. Bousset, Evagriosstudien, p. 321).
L’esprit "pauvre et immatériel" ayant tout perdu - et récupéré plus que tout - ne réfléchit, miroir limpide, que la splendeur de l’Incréé. Alors seulement "il est appelé Dieu, étant parvenu à la pleine image de son Créateur" (Évagre). État théopathique, déjà sabbatique, "semblable à la couleur du ciel spirituel où brille la Lumière de la Trinité", d’après le De Oratione d’Évagre. C’est le repos silencieux dans la "prière pure", qui pour Isaac de Ninive peut à peine être appelé prière. Repos de l’âme transfusée de lumière trine ou "entrée dans la lumière sans forme" (Maxime). Cime dernière de la chaîne, pic le plus élevé de la "montagne spirituelle escarpée dont il est difficile d’approcher" selon Évagre: le mystère de la Très Sainte Trinité y est contemplé dans le Verbe. Cette theia gnôsis ou agnosie angélique, connaissance au-dessus de toute science même intuitive, est, nous l’avons dit, la gnose de la sainte Trinité éprouvée comme une transverbération fulgurante par l’esprit ravi. Habitation dans le Christ. Silence, Paix: Hésychia. Prélude de la transfiguration totale, dans la plénitude des temps, lorsque le Royaume sera enfin venu et la Joie perdurable.
Maxime le Confesseur nous évoque cette vision grandiose (dans les Ambigua et les Quest. ad Thalass.) fidèlement reproduite par Scot Érigène, qui n’est ici que son écho. Ce sera, amplifiée, la vision même, scrutée déjà par les 2 Grégoire de Cappadoce et par Ambroise de Milan, le dernier des Pères Latins disciple des Grecs. Une apothéose, non seulement du genre humain, mais de l’âme individuelle renouvelée, achevée. La créature faite à la similitude du Créateur s’unira à lui, indissolublement. Et cela, sans jamais sombrer dans le gouffre sans fond et sans visage du Tout panthéiste:
le face à face béatifique de l’apôtre en est le désaveu solennel. L’Orient jamais ne l’oubliera. Les élus, ressuscités selon la loi même de leur être, deviendront les membres translucides du Corps Mystique dont le Christ-Logos est chef, naturellement. Tous, hypostases créées, ils rayonneront en lui et avec lui, incorruptibles images du "Père des lumières". En ce jour sans ombres du Règne sans fin, le Cosmos entier sera glorifié. Toute chair se fera esprit, comme tout verbe s’était fait chair. Par amour de l’homme - microcosme dont le Fils est la "préfigure" idéale - Dieu admettra l’univers à la gloire de la déification. Transfiguré, vibrant, tel un instrument sensible à mille cordes, (la cithare divine d’Origène) il vivra de la vie impérissable, dans le siècle des siècles. Et Dieu sera "tout en tous" (1 Co. 15, 28) Doxa-Théôsis. Non pas, encore une fois, qu’il y aura dissolution de toute substance autre que divine, mais conformité absolue de toute volonté avec le vouloir divin, mais pénétration de tout le créé par l’Incréé, d’où harmonie cosmique éternelle. Tout manifestera Dieu et, en ce sens, sera Dieu. Car rien ne pourra subsister ou paraître, en dehors de Lui (ektos Theoû). Tout manifestera Dieu et, en ce sens, sera Dieu. Théophanie perpétuelle d’où ne s’excluera que ce qui, par nature, n’existe pas, ne peut exister: le mal qui est néant. Sur cet accord parfait s’achève la symphonie magistralement orchestrée par l’Orient byzantin, héritier à la fois des Pères de l’Église et des Pères du désert."

In : "La doctrine de la déification dans l'Eglise grecque jusqu'au 11ème siècle"
par Myrrha Lot-Borodine
(1882-1945, théologienne Orthodoxe du renouveau néo-patristique et néo-palamite, même "école" que les plus célèbres Vladimir Lossky, p. Florovsky, etc.)
Revue d'Histoire des Religions (1932-33)


* * *

"La Vierge est le guide qui conduit par la main vers la sainte sérénité (hésychia) : cette paix, attitude de l’esprit dans le monde, oubli de ce qui est bas, initiatrice à ce qui est élevé, rejet des pensées en vue du mieux, cette pratique, absolument familière, moyen d’accès à la contemplation véritable, à la vision divine, elle seule marque vraiment la santé de l’âme... par elle, devenue pleinement elle-même, et établie hors d’atteinte du bourbier hétéroclite des fantasmes sous toutes leurs formes, nouvelle et mystérieuse voie tracée vers le Ciel, et si l’on peut dire, silence intellectuel, ... elle a mis en garde l’intellect, elle l’a engagé à faire retour sur lui-même par la divine prière ininterrompue... elle le dirige ainsi, en planant au-dessus de toutes les créatures, vers une vision de Dieu dans sa gloire, vision supérieure à celle de Moïse, initiée à la grâce divine, non-soumise aux facultés des sens, vision comblée de grâce et de sainteté des esprits et des âmes pures, d’où elle jaillit transformée comme des hymnes divins et comme une nuée lumineuse, car elle naît en effet de l’eau-vive, aube d’un jour mystique et char de feu du Verbe..."
Saint Grégoire Palamas, hagiorite, Père de l'Eglise et archevêque de Thessalonique

* * *

"La même nuit, au cours de mon sommeil, Satan m'assailli violemment, dont je
me souviendrai "tant que je vivrai dans ce corps". Il tomba sur moi comme un énorme rocher et tous mes membres étaient réduits à l'impuissance. Mais d'où vint à l'esprit de l'ignorant que j'étais l'idée d'invoquer Élie? Je vis à ce moment-là le soleil se lever dans le ciel et, tandis que j'appelais de toutes mes forces "Elie, Elie", voici que l'éclat de ce soleil tomba sur moi et aussitôt me libéra de toute misère. Et je crois que j'ai été secouru par le Christ, mon Seigneur, et que c'est son Esprit qui criait alors pour moi et j'espère qu'il en sera de même au jour de mon angoisse, comme il est dit dans l'Evangile "En ce jour-là, le Seigneur l'atteste, ce n'est pas vous qui parlez, mais l'Esprit de votre Père qui parle en vous."
Saint Patrick, Illuminateur de l'Irlande, évêque et Père de l'Eglise
Extrait du chapitre 3 de ses "Confessions" (traduction intégrale du texte amdg.be)


* * *

Théoclite, moine de Dionysiou – Dialogues Athonites sur la théologie de la prière du coeur :

8. PRIÈRE DU COEUR ET LUMIÈRE DIVINE
Par le nom de Jésus, ravage les ennemis.
Saint Jean le Sinaïte.

- "La prière du coeur, en l’absence de combat spirituel, pourrait conduire à diverses erreurs proches des systèmes gnostiques avec initiations mystiques et introspections, par lesquelles on avait cru pouvoir s’approcher de Dieu.

Par conséquent, comme l’esprit se disperse dans le monde extérieur par les sensations issues des forces intérieures des passions, et comme l’essence de l’intellect est distincte de son opération, son essence située dans le coeur et son opération dans l’encéphale, comme dans le fond du coeur habite l'Esprit Saint donné par le Baptême, comme Satan mène à la surface du coeur son combat invisible et comme finalement le champ de bataille, c’est l’homme intérieur, donc son coeur, il devient évident que c’est bien là qu’il faut rechercher l’ennemi et mobiliser notre volonté pour la lutte, en engageant la bataille suivant le mot d’ordre de Jean le Sinaïte : par le nom de Jésus, dévaste les ennemis."

- "Nous voici donc arrivés tout près du point central de notre sujet, à cette fameuse prière qui a suscité tant de polémiques."

- "Non, plutôt sur les bords, parce que nous n’en sommes pas encore à la phase dramatique du combat intérieur, aux larmes, à l’affliction aux gémissements du coeur."

- "C’est vrai, la voie négative fait progresser la purification du coeur : après une attente et une fatigue qui dépend de l’état du combattant, se lève l’illumination du coeur. O vraie lumière, sublime lumière qui illumine les yeux des Anges.
Voici ce que dit un Père de l’Église: Ô homme nouveau dans le Christ, homme de lumière, voyant par la lumière; il se regarde lui-même et voit la lumière et s’il regarde vers elle, il est lumière lui aussi, et tout ce qui a par elle la vision est aussi lumière. Et cela est union, elle est en tout cela."

- "Quel est d’après vous ce Père?" - "Saint Grégoire Palamas."

"Mais son devancier saint Syméon le Nouveau Théologien, qui souffrit les choses divines, a dit: Celui qui possède en son coeur la lumière de l’Esprit saint, ne pouvant plus supporter son action qui n’a aucun répit, tombe à terre, il appelle et crie de surprise et de peur, il voit et souffre un état spirituel bien au-delà de la raison et de la nature. Et il ressemble à l’homme dont brûle de lumière tout ce qui lui est intérieur. Incapable de supporter l’indicible plaisir de cet amour enflammé, il apparaît dans un état de ravissement. Ses larmes pleuvent autour de lui, sans qu’il puisse lui-même les maîtriser. Et plus elles le rafraîchissent, plus le feu du désir monte en lui, et plus ses larmes augmentent et le lavent, plus il resplendit. Et lorsqu’il s’est fait davantage lumière, s’accomplit alors le mot de saint Grégoire le Théologien : Dieu uni aux dieux, et connu d’eux [les humains divinisés]."

- "Cette âme est assurément demeurée sous l’emprise de l’opération de la Lumière incréée : sous le prisme de cette lumière sans créateur, ressentie par cette âme sainte, l’orthodoxie annonce au monde la bonne nouvelle de l’Incarnation rédemptrice."

- "Ce texte montre le débordement d’amour pour Dieu d’une âme illuminée par la lumière divine, dans le domaine de la grâce, chaque fois que l’âme achève le second stade de la plénitude, qui suit la première phase du renoncement (Kénose), chargée de peine, abreuvée de larmes."

- "Sur la prière spirituelle, on peut dire qu’au commencement était la peine et, comme le chantait le prophète Daniel, cette peine est en face de moi, jusqu’à ce que je rentre dans le sanctuaire de Dieu. Le plus pénible c’est la préparation de longue durée à cette oeuvre de haute spiritualité : chacune des oeuvres de la vertu est accompagnée de peine, mais celle de la vraie prière du coeur dépasse toutes les autres; bien des ascètes ne peuvent pas la supporter et ne parviennent pas à entrer dans le domaine des charismes."

In : "Ecrits du Mont Athos, une anthologie Hagiorite contemporaine", pp. 137-138
Recueil de textes choisis, traduits et adaptés par Maurice-Jean Monsaingeon
Editions Axios, Grez-Doiceau (B), 1989, isbn 2-87296-003-1


* * *

Icône de Lumière réalisée par le saint iconographe Russe "Théophane le Grec"

Lumière de Lumière.. Il faut néanmoins faire attention à ne pas se faire rouler par l'Ennemi, qui sait se déguiser en Ange de Lumière, imiter le Christ, la Mère de Dieu, ou n'importe quel saint(e) ami(e) du Christ déjà dans la gloire. Bien des gens peu au fait de la vie spirituelle, ou simplement aspirant aux dons et non pas au Donateur, en notre époque où tout ce qui brille est pris pour de l'or, se sont fait et se font avoir par l'Ennemi de l'humanité. Cela attire les foules.. et c'est tout. Mieux vaut travailler dans la voie de l'Eglise du Christ, qui, héritière de l'Ancien Testament et accomplissant le Nouveau, dispense un inestimable enseignement ascétique pour l'unique véritable vie spirituelle. Pour apprendre à laisser Dieu briller en soi, ce qui requiert l'ascèse et est donc moins facile que d'accepter les voies de ce monde... et se faire attraper par les démoniaques artifices.
Saint Diadoque, évêque de Photicé au 5ème siècle, Père de l'Eglise et maître spirituel, nous précise la mise en garde, et l'adresse aussi bien aux moines qu'aux laïcs :

"40. L’esprit, lorsque la lumière divine commence à agir en lui avec force, atteint une telle transparence qu’il peut voir la richesse de sa propre lumière. Il ne faut pas en douter; car cela arrive lorsque l’âme a acquis assez de force pour maîtriser les passions. Mais tout ce qui apparaît à l’esprit sous une forme quelconque, qu’il s’agisse de lumière ou de feu, vient des artifices trompeurs de l’ennemi : c’est ce que le divin Paul nous enseigne clairement en disant qu’il se transforme en ange de lumière (2 Co. 11,14). Il ne faut donc pas s’engager dans la vie ascétique avec un espoir de ce genre, de peur que Satan ne trouve par là l'âme prête à se laisser enlever, mais dans la seule perspective de parvenir à aimer Dieu en toute perception et plénitude du coeur, ce qui est l’aimer de tout notre coeur, de toute notre âme et de tout notre esprit. Celui en qui la grâce de Dieu réalise cela, chemine en étranger au monde, même s’il demeure dans le monde."
In : Philocalie des Pères Neptiques, volume 1 (collection épuisée), compilée par Olivier Clément.
Editions J.-C. Lattès, Paris, 1er Janvier 1995, ISBN: 2709615207

(Philocalie, nouvelle version en 7 volumes aux éditions de l'abbaye de Bellefontaine)





* * *

Pour nourrir sa vie spirituelle durant l'Octave de la Fête, je suggèrerais d'aller voir quantité de beaux textes dans :
"Joie de la Transfiguration d’après les Pères d’Orient"
Spiritualité Orientale SO 39
Textes présentés par Dom M. Coune, o.s.b., moine de Saint-André-lez-Bruges
Editions de l'abbaye de Bellefontaine, 1989, ISBN 2-85589-039-X-MP

Surtout le flamboyant texte d'Origène tiré de son "Commentaire sur Matthieu 12,36-43" (p. 23-32 = PG 13, 1066-1082)

* * *

Pour la conclusion, je laisse la parole à ce radieux "moine de l'Eglise d'Orient" – un Occidental comme son nom de Baptême ne l'indique pas – le père Lev Gillet, dont la lumineuse maxime orne le dessus toutes les pages de ce "blogue". C'est extrait du livre "Le visage de Lumière, reflets d'Evangile", éditions de Chevetogne, 1966. Je ne sais pas s'il a le bonheur d'avoir déjà été réédité, je cite donc l'édition originale et remercie les pères de Chevetogne pour cette publication d'un moine Orthodoxe.


LA LUMIÈRE LUIT DANS LES TÉNÈBRES


SEIGNEUR, tu as dit: "Je suis la « Lumière du Monde" (Jn 8, 12), et voici que tu viens à nous, au milieu de notre nuit, dans les ténèbres qui pèsent sur les hommes et sur les choses. "La lumière luit dans les ténèbres" (Jn 1, 5).
Tu viens à nous comme dans une nuit d’hiver. Tu viens vers les âmes où il fait noir. Ta lumière n’est perçue que par quelques-uns. Mais ceux-là savent que cette lumière, si restreinte qu’en soit maintenant le rayonnement, ne sera jamais étouffée et qu’elle finira par dissiper les ténèbres épaisses.
Tu avances dans l’obscurité. Tu es la seule lampe ardente dans la nuit. Tu éclaires l’étroit cercle d’espace qui t’entoure. Cette lumière permet de discerner, quoique confusément, ton visage. Elle éclaire aussi ta route et guide ceux qui veulent suivre tes pas. Et un reflet de la lumière de ta face tombe aussi sur tes compagnons.
Tu avances dans la nuit profonde, dans une nature d’hiver désolée. Les arbres ont perdu leurs feuilles. Ils se dressent, secs et noirs. Voici cependant que, lorsque tu frôles leurs branches, des feuilles semblent soudain pousser et s’ouvrir. Elles ont étrangement la forme de ce grêle feuillage des oliviers, dans le jardin du pressoir et de ton agonie. Sous tes pieds, parmi l’herbe pauvre et la mousse desséchée, des fruits rouges paraissent éclore.
Ton approche rend une verdeur et une vie à ce que l’on croyait mort. Qui donc pense à toi au milieu de la nuit? Quelques âmes privilégiées, certes. Elles sont dans l’enclos du Berger et savent qu’elles peuvent en paix reposer sous sa garde. Mais toi, tu ne penses pas seulement à elles. Tu penses à toutes les âmes qui, à cette heure, paraissent être sans toi ou contre toi. Tu penses même à ma pauvre âme, et déjà tu prépares pour elle ce que tu veux que demain lui apporte.


LUMIÈRE DU MATIN, LUMIÈRE DE MIDI
Jésus, Lumière du Monde, tu n’es pas seulement la lumière qui brille dans les ténèbres de la nuit. Tu es la lumière du matin, la lumière de toute journée nouvelle, de ses espoirs et de ses entreprises.
Le soleil s’élève peu à peu. De même, à l’aube de toute journée, tu veux, ô Lumière du Monde, percer à travers les ignorances et les faiblesses des hommes, au travers des bonnes volontés comme au travers des passions pécheresses. Tu veux créer chaque matin un monde neuf.
Rends-moi pieux envers toi, Lumière du jour qui se lève, afin que je ne flétrisse pas ce jour naissant et que j’accueille avec adoration tout ce que tu m’offres par lui.
Lumière du monde, tu es surtout le soleil qui resplendit en plein midi.
Un jour de cet été, à Jérusalem, j’ai essayé de fixer, à midi, le soleil d’Orient. J’ai levé mes yeux vers lui et j’ai entrevu, pendant une ou deux secondes une blancheur incandescente et insoutenable, - la blancheur plus blanche que la neige.
J’ai alors pensé à toi, Christ, Lumière du Monde. J’ai pensé que ce point fulgurant et rayonnant était la plus pure, la plus puissante représentation visuelle que nous puissions avoir de ton être.
Pour continuer à apercevoir ce soleil de midi, j’interposai entre lui et mes yeux les feuilles d’un petit rameau. Je compris alors autre chose. Je compris comment ta clarté aveuglante, ô Christ-Lumière, nous paraît tamisée, filtrée, à travers tes créatures qu’elle éclaire et réchauffe.
Lumière du Monde, montre-toi à moi dans la splendeur du milieu du jour.

Lever du soleil sur la Ville Sainte, Jérusalem
Shalom - salaam - paix sur toi, Jérusalem!