"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

17 janvier 2007

Duc in altum – fin du M904 De Brouwer

pavillon Force Navale - Zeemacht vlagDe nos jours, peu de gens le savent encore, et nos politiciens ne font pas exception, mais la Force Navale belge ("Zeemacht")a été la Marine militaire la plus réputée au monde, des décennies durant, pour la lutte contre les mines. Au point que l'école de lutte anti-mines de l'OTAN sera installée à Oostende, et que nos démineurs marins ont même été envoyés au Cambodge pour leur apprendre à se débarrasser des millions de saletés mortelles truffant leur terre. Ou que les Américains nous avaient confiés le déminage de parties "délicates" à l'embouchure du Tchat-El-Arab, durant la 2ème guerre du Golfe, en 1991, eux-mêmes n'osant pas s'y aventurer... etc.
Nos matafs (dont j'ai fait partie 12 ans durant) se défonçaient pour obtenir des résultats nickel sur des navires toujours trop vieux, toujours en manque de matériel, toujours en manque de finances. Le personnel a toujours accompli des prouesses. Le mauvais temps qui faisait reculer bien des autres commandants, les nôtres ne le redoutaient pas, et on sortait en mer, ça branlait dans tous les sens, on se retrouvait avec le bastingage arraché, superstructures déchirées, antennes en panade, mais la mission était accomplie.

Pourquoi nos dirigeants ont-ils laissé tant d'expérience et de savoir-faire partir à l'eau? Pourquoi? Est-ce que le fait que tous nos navires étaient bilingues, ça leur faisait mal à la panse? L'expérience coûte des années d'essais, d'échecs et de travail ingrat, pour être acquise. Et il s'agissait de sauver des vies, en mer comme à quai. Avait-on le droit de se priver de cette expérience? Avait-on le droit de faire des "économies" sur ce qui sauve toujours des vies? Satanée politique qui se fiche bien des vies humaines, ça n'a plus rien de la bonne gestion de la cité que ce mot, politique, signifie...

Duc in Altum... devise du premier navire à bord duquel je suis monté, comme jeune stagiaire de pas encore 18 ans... Duc in altum.. qu'est-ce qu'on les a parcourues, ces eaux profondes... C'est aussi une devise biblique (Luc 5,4), tout un symbole...
En 1984, notre beau M904 De Brouwer, chasseur de mines océaniques aux innombrables voyages et missions, portait fièrement le pavillon du chef de la flotte de chasse aux mines de l'OTAN. Au cours des missions accomplies cette année-là, il a tout gagné sans coup férir, remontant le plus de mines à lui seul que tous les autres navires Otan réunis. On remettra le couvert avec l'équipe suivante et le M906 Breydel (à la casse l'an dernier), puis le M908 Truffaut, puis le M903 Dufour.. comme bien d'autres auparavant et encore après, du moins tant que nous auront ces bons vieux MHSO en service et... relativement bien entretenus.... Puis vinrent les "nouveaux", les CMT.. au lieu de continuer à entretenir les anciens, qui étaient bien plus valables pour les missions en haute mer mais qui nécessitaient un équipage plus nombreux, l'administration militaire ne s'en est plus occupée. Ils avaient fait leurs preuves, et après?...

copyrighted photo Tuut M904 Doggy - le De Brouwer a Stanavforchan 1984Maintenant, dans le dock "réserve", à Zeebrugge, il y a même un chasseur "tripartite" (CMT) en attente d'acquéreur, d'autres ayant déjà été revendus (ceux-là mêmes qui avaient couvert le pays de gloire durant la seconde guerre du Golfe!), et ceux qui naviguent ou sont en réserve ne sont pas au mieux de leur forme, d'après ce que m'en ont dit des collègues qui naviguent à leur bord...

Le M904 De Brouwer quitte Zeebrugge, en route vers son dernier port, le chantier de démolition à Gent (Gand). Dans les jours à venir, le M903 Dufour, le M908 Truffaut et le M909 Bovesse subiront le même sort. Pour finir, le A961 Zinnia sera amené vers le même chantier et lui aussi détruit.
Encore un morceau de nostalgie, de la Belgique d'antan, qui disparaît...

M904 De Brouwer verlaat Zeebrugge op weg naar zijn laatste rustplaats, de sloophamer in Gent.
In de komende dagen zullen de M903 Dufour, M908 Truffaut en M909 Bovesse hetzelfde lot ondergaan.
Uiteindelijk wordt daarna ook de A961 Zinnia naar dezelfde sloper gebracht
Weeral een stuk nostalgie die verdwijnt

Un collègue me confiait encore récemment que très peu des "anciens" allaient traîner leurs savates du côté du dock réserve, tant voir tous nos vieux et glorieux navires laissés à l'abandon, en état de pourriture, leur faisait mal au coeur. Et surtout de savoir que certains avaient été "refaits" avant d'être laissés à l'abandon, comme le Truffaut. Quel gâchis.

Bon voyage, mon cher navire, toi et moi on n'est pas de cette époque, on n'y est pas chez nous...

Nouveau site internet (blogue) dédié aux anciens navires de la Force Navale :
http://zm-fn.blogspot.com/

Aucun commentaire: