"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 janvier 2007

P. Alexander Men: A propos de l'Église Une


A propos de l'Église
(Eph. 2,19-22)





Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit!
icone du saint martyr le pretre Alexander Men
Dans le monde entier, on trouve de splendides églises honorant notre Seigneur Jésus-Christ. Peu importe à qui elles sont dédicacées, un saint patron, le Saint Esprit, la Sainte Vierge ou une Fête particulière, toute église, en son essence même, est en premier lieu un temple de Dieu, une église du Christ. L'église est une demeure où le peuple peut se rassembler, de sorte qu'il peut y saluer, louer et aimer le Sauveur, Jésus-Christ. Lui seul est le Sauveur, et a racheté tant ces saints à qui nous nous adressons que Sa Bienheureuse Mère. Le Salut est en Christ seul. Et l'apparence de l'église est immatérielle. Qu'ils aient élevé un temple majestueux et immense, ou un humble petit bâtiment comme le nôtre, ou même lorsqu'il n'y a pas de bâtiment du tout, le Nom du Christ est élevé et loué.
La majorité des églises sont des oeuvres d'art. Pourquoi devraient-elles être conçues par de célèbres architectes et peintes par de grands artistes? Nous voulons montrer que la maison de Dieu est un saint lieu auquel nous pouvons consacrer nos coeurs, talents, compétences et forces. Mais il y a un Temple unique que le Seigneur Dieu Lui-même construit. Ce temple n'est pas visible et toutes les églises sur cette terre ne sont qu'une ombre et une image de cet unique et invisible temple du Christ, l'Église universelle du Christ. C'est à cette Église que se réfère l'Apôtre dans la lecture de ce jour :
"Or donc, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage; vous êtes concitoyens des saints, de la famille de Dieu, vous êtes bâtis sur les apôtres et les prophètes en guise de fondations, et la pierre d'angle, c'est le Christ Jésus Lui-même. C'est en Lui que tout l'édifice parfaitement coordonné s'élève jusqu'à former un temple saint dans le Seigneur; c'est en Lui que vous aussi vous entrez ensemble dans la structure de l'édifice pour former une demeure de Dieu dans l'Esprit."

Tout l'édifice. Regardez comment l'Apôtre décrit ce temple. La fondation est le Seigneur Jésus, les saints et les Apôtres sont les bâtisseurs, et les briques sont tous les croyants, qui forment le temple éternel de l'Église Une.
Une bonne centaine d'années après la mort de l'Apôtre Paul, vivait à Rome un prophète Chrétien nommé Hermas. Il eut une vision d'une femme, majestueuse et sage, qui rassemblait des pierres et construisait un mur. Hermas lui demanda qui elle était, et elle lui répondit : "Je suis l'Église, et je suis occupée à bâtir mon édifice avec des pierres vivantes."
[ndt = "Le Pasteur", d'Hermas]
Des pierres vivantes, c'est-à-dire, des âmes humaines, âmes sauvées par le Seigneur. Regardez comment l'Apôtre exprime cela. Ces âmes ne sont pas étrangères ou inconnues, mais elles sont frères et soeurs des saints sous Dieu le Père. C'est ce que nous sommes.
Si quelqu'un se trouve hors de cet édifice, alors bien sûr, c'est un étranger. Elle est brève, la vie humaine, nous entrons et partons de ce monde en larmes, passant notre bref temps sur terre dans le regret, les ennuis et la maladie. De l'inconnu, l'homme arrive, et il part pour l'insondable, en étranger et inconnu. Comme un bref sommeil, comme de la lumière reflétant dans l'eau et qui disparaît en un moment, telle est la vie de l'homme. Nous sommes en vérité des pèlerins, semblables aux feuilles tombant à l'automne, en ce qu'elles sont impossible à compter. Les feuilles tombent, sont piétinées, la neige tombe, et bientôt, il ne restera plus qu'un peu de poussière et de boue. De même que nos ossements se décomposeront, comme les ossements de nos ancêtres, comme le témoignage que nous avons un moment été hôte sur cette terre. Mais qui se rappellera de cette poussière après quelques générations? Tel est le sort de l'homme.
Mais si nous sommes sauvés par le Seigneur et reçus en Lui, si nous sommes lavés en Son Sang, alors nous ne sommes plus étrangers ou inconnus, mais devenons enfants de Dieu en ce monde. Alors la vie devient complètement différente. Nous sommes nés sous la Providence de Dieu et vivons sous la protection de Son amour (que la vie se déroule dans la tristesse ou la joie, la maladie ou la bonne santé). Et alors, quand nous quittons cette vie, ce n'est pas pour le néant ou le vide, mais nous entrons dans l'éternité.

Chacun d'entre nous, par nos prières, actes d'amour et de foi, contribue à quelque petite ajoute à la construction de l'Église Une du Christ, le temple de la foi qu'il est impossible de détruire. Les églises terrestres sont sujettes à destruction, peuvent être incendiées ou simplement abîmées. Des milliers d'églises se sont effondrées et n'ont simplement jamais été reconstruites, mais pas ce Temple Un qui est construit par le Seigneur Lui-même. Cette véritable Église du Christ est indestructible, car comme le Seigneur dit, "Je bâtirai Mon Église sur un roc et les portes de l'Hadès ne prévaudront pas contre elle." Il ne faisait pas référence à un bâtiment concret, aussi magnifique puisse-t'il être, ni même à une cathédrale avec des tours à coupole, aussi splendide puisse-t'elle être. Mais Il parle d'un édifice inébranlable et indestructible, l'Église invisible, constituée ici sur terre.
Mes chers amis, ceci a une implication directe pour nous. Car nous devrions nous demander à nous-mêmes "quel type de pierre suis-je? En quoi ai-je contribué à cette Église du Christ? Que suis-je capable de faire?" Bien sûr, nous ne pouvons que fort peu agir, mais le talent principal que chacun d'entre nous possède se trouve dans le coeur. Lorsque nous donnons notre coeur à quelqu'un d'autre, à notre prochain, nous le donnons au Seigneur, car Il a dit : "ce que vous aurez fait au plus petit d'entre ceux-ci qui sont Mes frères, c'est à Moi que vous l'aurez fait." Notre travail, amour, service et foi sont les pierres que nous posons aux fondations et notre contribution à la construction de cette Église invisible. Comme disait l'Apôtre, nous seront concitoyens des saints qui, même si leurs corps mortels sont morts, continuent de vivre avec nous dans l'Esprit. Nous seront parents et amis unis dans le Seigneur, notre Dieu, en Jésus-Christ, un homme et notre Frère incarné parmi nous sur terre. Amen.
P. Alexander

Aucun commentaire: