"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 janvier 2007

P. Thomas Hopko : la Révélation

groups.google.be/group/alt.religion.christian.east-orthodox/msg/d83bf7312061bdceChaque matin, durant son Office de Matines, l'Église Orthodoxe proclame : "Le Seigneur est Dieu, Il nous est apparu; bénit soit Celui Qui vient au Nom du Seigneur" (Ps 117,26-27). Le premier fondement de la doctrine Chrétienne est trouvé dans ce verset biblique : Dieu nous est apparu.

Dieu est apparu Lui-même à Ses créatures. Il n'a rien dévoilé du plus intime de Son Être, car cette essence interne de Dieu ne pourrait être saisie par des créatures. Mais Dieu a clairement montré ce que les hommes savent voir et comprendre de Sa divine Nature et volonté.

La plénitude et la perfection de l'auto-révélation de Dieu est trouvée en Son Fils Jésus-Christ, l'aboutissement de la révélation partielle et graduelle de Dieu dans l'Ancien Testament. Jésus est l'unique véritablement "bénit.. Qui vient au Nom du Seigneur."

Le premier titre donné à Jésus par le peuple est celui de Rabbi, qui signifie littéralement "enseignant"; dans le Nouveau Testament en langues modernes, le mot Maître est aussi utilisé en relation avec Jésus dans le sens de celui qui enseigne, tel le maître d'école ou le titulaire d'une maîtrise universitaire. Ceux qui suivent Jésus sont aussi appelés disciples, ce qui signifie littéralement "élèves" ou "étudiants."

Jésus vint d'abord parmi les hommes en tant que l'Enseignant envoyé par Dieu. Il enseigne la volonté de Dieu et fait connaître Dieu aux hommes. Il révèle pleinement – aussi pleinement que les hommes sont capables de les saisir – les mystères du Royaume de Dieu.

La venue de Jésus en tant qu'enseignant est une de ses facettes en tant que Christ ou Messie. En grec, le mot "Christ" est le pendant de l'hébreux "Messiah", qui signifie l'Oint de Dieu. Car comme il était prophétisé, lorsque le messie viendrait, les hommes "allaient être enseignés par Dieu" (Is 54,13, Jn 6,45).

Jésus vient auprès des hommes en tant que divin Enseignant. Il l'a revendiqué en nombre d'occasions, que Ses paroles étaient celles de Dieu. Il parlait comme "quelqu'un ayant autorité", non pas comme les enseignants Juifs habituels (Mt 7,29). Et Il accusa ceux qui rejetaient Ses enseignements de rejeter Dieu Lui-même. "Qui croit en Moi, croit, non pas en Moi, mais en Celui Qui M'a envoyé; et qui Me voit, voit Celui Qui M'a envoyé. C'est comme lumière que Je suis venu dans le monde; ainsi celui qui croit en Moi ne reste pas dans les ténèbres. Si quelqu'un entend Mes paroles et ne les observe pas, ce n'est pas Moi qui le condamnerai; car Je ne suis pas venu condamner le monde, mais sauver le monde. Celui qui Me méprise et qui n'accepte pas Mes paroles a déjà son juge : la parole que J'ai exprimée, c'est elle qui jugera au Dernier Jour. En effet, ce n'est pas de Mon propre chef que J'ai parlé, mais le Père, Qui M'a envoyé, M'a dicté ce que Je dois dire et M'a prescrit ce que Je dois enseigner. Et Son Commandement, Je le sais bien, c'est la vie éternelle. Les paroles que Je profère, Je les profère donc conformément à ce que M'a dit le Père" (Jn 12,44-50)

Jésus a enseigné les hommes non seulement par Ses paroles, mais aussi par Ses actions; et en fait par Sa Personne même. Il faisait référence à Lui-même en tant que la Vérité (Jean 14,6) et la Lumière (Jean 8,12). Il a montré ne pas être simplement un porte-parole de Dieu, mais être Lui-même le Verbe Vivant de Dieu incarné dans la chair humaine, le Logos Qui est éternel et incréé, mais Qui est devenu homme sous Jésus de Nazareth afin de faire connaître Dieu au monde.
grand Bon Dieu de Trancremont, statue du 9eme s, vue laterale du visage du Christ en gloire"Dans le principe était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement près de Dieu. Toutes choses ont été faites par Lui, et sans Lui, rien n'a été fait. Ce qui a été fait en Lui était vie, et la vie était la lumière des hommes; et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point saisie. [..] Le Verbe était la véritable lumière Qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde a été fait par Lui, et le monde ne L'a pas connu. Il est venu chez Lui, et les Siens ne L'ont pas reçu. Mais à tous ceux qui L'ont reçu, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu; à ceux qui croient en Lui, qui ne sont nés ni du sang, ni du désir de la chair, ni du désir d'un homme, mais de Dieu. Et le Verbe S'est fait chair, et Il a dressé Sa tente parmi nous, et nous avons contemplé Sa gloire, la gloire qu'un Fils unique reçoit de Son Père, plein de grâce et de vérité. [..] De Sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce après grâce; car si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n'a jamais vu Dieu: le Fils unique Qui est dans le sein du Père, c'est Lui Qui l'a révélé" (Voir Jn 1,1-18. Lecture de l'Évangile dans la Liturgie de Pâques dans l'Église Orthodoxe)

Jésus, le divin Verbe de Dieu dans la chair humaine, vient pour enseigner aux hommes, par Sa présence, Ses paroles et Ses actes. Ses disciples sont envoyés dans le monde pour Le proclamer, Lui et Son Évangile, mot qui signifie littéralement "bonne nouvelle" du Royaume de Dieu. Ceux que Jésus envoie sont appelés Apôtres, ce qui signifie littéralement "ceux qui sont envoyés." Les Apôtres sont inspirés directement par le Saint Esprit de Dieu, l'Esprit de Vérité (Jean 15,26), pour "faire des disciples de toutes les nations", leur enseignant tout ce que le Christ avait commandé (Mt 28,19).

On nous rapporte que l'Église antique "était assidue à l'enseignement des Apôtres" (Actes 2,42). La doctrine est un mot qui signifie simplement enseignement ou instruction [du latin "docere", enseigner; ndt]. La doctrine des Apôtres est la doctrine de Jésus, et devient la doctrine de l'Église Chrétienne.
Elle est reçue par les disciples de toutes les époques et toutes les générations comme étant la doctrine même de Dieu. Elle est proclamée partout et tout le temps comme étant la doctrine de la vie éternelle par laquelle tous les hommes et le monde entier sont illuminés et sauvés.

Parvenus à ce point, il faut mentionner que bien que soit de première importance l'auto-révélation de Dieu dans l'Histoire à travers le peuple élu d'Israël, cette Révélation qui culmine dans la venue du Christ, du Messie, c'est aussi la doctrine de l'Église Chrétienne que tous les efforts authentiques des hommes en quête de vérité trouvent leur aboutissement en Christ. Toute authentique vision plongée dans la signification de la vie trouve sa perfection dans l'Évangile Chrétien. Dès lors, les saints pères de l'Église enseignent que les aspirations des religions païennes et la sagesse de nombre de philosophes sont aussi capables de servir à préparer les hommes pour les doctrines de Jésus et sont en effet des chemins valides et authentiques vers l'unique Vérité de Dieu.

De la sorte, les Chrétiens ont considéré certains philosophes Grecs comme ayant été éclairés par Dieu pour servir la cause de la Vérité et guider les hommes vers la plénitude de la vie en Dieu puisque le Verbe et Sagesse de Dieu est révélé à tous les hommes et est trouvé en tous les hommes qui, dans la pureté de leurs esprits et coeurs, ont été inspirés par la Divine Lumière qui éclaire tout homme qui vient en ce monde. Cette Divine Lumière est le Verbe de Dieu, Jésus de Nazareth dans la chair humaine, la perfection et la plénitude de l'auto-révélation de Dieu au monde.

On n'insistera jamais assez sur le fait que la révélation divine dans l'Ancien Testament, dans l'Église du Nouveau Testament, dans les vies des saints, dans la sagesse des Pères, dans la beauté de la Création... et plus pleinement et parfaitement que tout en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est la révélation de Dieu Lui-même. Dieu a parlé. Dieu a agit. Dieu S'est Lui-même manifesté et continuer de Se manifester dans la vie de Son peuple.

Si nous voulons entendre la voix de Dieu et voir les actions de l'auto-révélation de Dieu dans le monde, nous devons purifier nos esprits et coeurs de tout ce qui est mauvais et faux. Nous devons nous efforcer d'aimer la vérité, de nous aimer mutuellement, et d'aimer tout dans la bonne Création de Dieu. Selon la Foi Orthodoxe, la purification de la fausseté et du péché est le chemin vers la connaissance de Dieu. Si nous nous ouvrons nous-mêmes à la grâce divine et nous purifions nous-mêmes de tout mal, alors il est certain que nous serons capables d'interpréter convenablement les Écritures et d'entrer en communion vivante avec le Dieu vrai et vivant, Qui S'est révélé Lui-même et continuer de Se révéler à ceux qui L'aiment.
Protopresbytre Thomas Hopko

*-*-*-*-*-*-*-*


"Li vî bon-Diu" - Le Vieux Bon Dieu
Oeuvre pré-romane remarquable exposée dans la chapelle du hameau de Tancrémont, sur les hauteurs de Pépinster. Dommage que rideaux et fratras moderne de mauvais goût viennent gâcher cet héritage de nos Pères, qui est hélas en mains étrangères.


"Un Christ en croix dit "Vieux Bon Dieu", bois polychrome sculpté dans un atelier mosan vers 1000, exposé dans la Chapelle de Tancrémont en Belgique, a été étudié à l’Institut royal du patrimoine artistique à Bruxelles. En tilleul pour lequel, il n’y a pas encore de courbe dendrochronologique, la sculpture du Christ a été datée par le 14C entre 799 et 946; ce qui la rend bien antérieure au bois de la croix qui se place entre 1308 et 1412 et qui a sans doute remplacé une première croix. De même on a pu retrouver les mains du Christ, en bouleau, qui avaient été éliminées et remplacées par des mains en chêne en 1932. L’histoire de la polychromie de la sculpture a pu être corrélée à ces transformations structurales."
In : CNRS - Centre de recherche et de restauration des musées de France
Journée d'information du 22 Mars 2002 - archéologie, patrimoine culturel et datation par le carbone 14 par spectrométrie de masse par accélérateur
www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/methodes/documents/carbone14.pdf

Aucun commentaire: