"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

03 février 2007

P. Thomas Hopko : Mes yeux ont vu Ton Salut (l'Hypapante, clôture de la Pâques d'Hiver)

groups.google.fr/group/alt.religion.christian.east-orthodox/msg/997da40fd658e0e7Sainte Rencontre ou Purification de Marie, icone medievale anglaiseLorsque le vieux Siméon tint le Christ Enfant en ses bras lors de leur Rencontre dans le Temple le 40ème jour après la naissance de Jésus, il dit alors qu'il était prêt à mourir. Il pouvait partir en paix parce que ses yeux avaient vu le Seigneur Christ, le Salut que Dieu avait préparé depuis la fondation du monde et qui était à présent révélé en présence du peuple entier. D'après l'Évangile de saint Luc, Siméon entona un cantique en portant le Christ Enfant en ses bras, et bénit Dieu Son Père. Ce cantique est devenu une partie de la liturgie Orthodoxe, étant chanté chaque soir aux Vêpres.

Tu peux maintenant, Maître souverain, laisser Ton serviteur s'en aller en paix,
Selon Ta parole;
car mes yeux ont vu Ton Salut
Que Tu as préparé pour tous les peuples,
Lumière pour éclairer les nations,
Gloire de ton peuple Israël. (1)

Ces paroles du vieux Siméon sont placées sur les lèvres de tous les Chrétiens à la fin de chaque journée, qui est le début de chaque journée liturgique – car la Bible dit "il eut un soir, il y eut un matin, jour un" Genèse 1,5 – parce que tous ceux qui ont rencontré le Seigneur sont prêts à mourir, car leurs yeux ont contemplé le Salut du monde. Le vieux Siméon fut inspiré par le Saint Esprit, l'amenant à venir rencontrer l'Enfant Jésus dans le Temple. Il fut inspiré par le Saint Esprit, afin de savoir qu'il ne mourrait pas avant de L'avoir vu. Il fut inspiré afin de savoir Le reconnaître lors de Sa venue. Il fut inspiré pour Le proclamer en tant que Messie qui devait "causer la chute et le relèvement de beaucoup d'hommes en Israël, et devenir un signe qui provoquera la contradiction.... ainsi de bien des coeurs vont se dévoiler les pensées" (Luc 2,34-35). Et il fut inspiré afin de prédire les souffrances que Sa mère Marie aurait à endurer lorsqu'Il se retrouverait cloué sur la Croix, offrant Sa vie pour la vie du monde. Car telle est l'interprétation traditionnelle de ses paroles concernant l'épée qui allait transpercer l'âme de Marie (cfr Luc 2,35).

Siméon fut inspiré par l'Esprit de Dieu pour rencontrer Jésus-Christ; pour voir et pour rendre témoignage. Assurément, il vit des choses que d'autres n'auraient jamais pu voir, et de fait n'ont pas vues, bien que se trouvant dans la même situation. Car il était "juste et pieux, attendant la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui" (Luc 2,25). Cependant, ce que Siméon vit, aussi inspiré était-il, c'est bien en dessous – au moins au plan humain – que ce que bien d'autres ont pu voir. C'est certainement moins que ce que nous-mêmes avons vu, nous qui vivons au 21ème siècle de l'ère Chrétienne. Nous qui vivons aujourd'hui dans l'Église du Christ, nous avons vu Jésus Enfant. Mais nous avons aussi vu le Christ devenu adulte. Nous n'avons pas seulement vu le Seigneur comme petit Enfant âgé de 40 jours. Mais nous avons appris l'Annonciation de l'Ange à la Vierge. On nous a donné à voir la face cachée de la manière miraculeuse dont Il est né. Nous avons observé Sa circoncision au 8ème jour, et Sa Rencontre dans le Temple avec Siméon et Anne au 40ème jour. Nous avons été présents au Jourdain et avons été témoins de Sa rencontre avec le Baptiste. Nous avons entendu le témoignage du Précurseur, l'ami de l'Époux qui était envoyé en avant pour préparer Son chemin. Nous avons été présents au Baptême, l'Épiphanie dans le Jourdain. Nous avons entendu la voix du Père et avons vu l'Esprit descendre et demeurer sur Lui, L'oignant en Son humanité pour être le Seigneur Christ, le Messie de Dieu, Qui est le Seigneur Lui-même en tant que Fils bien-aimé de Dieu. Nous L'avons suivi au désert pour être tentés par le démon. Nous avons entendu Ses paroles et vu Ses miracles. Nous avons été confrontés à Sa question : Que dites-vous que Je suis? Et nous avons répondu avec Pierre et tous les Apôtres : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant! Et nous L'avons accompagné jusque Jérusalem. Nous avons mangé avec Lui dans la Chambre Haute, appréciant l'hospitalité du Maître, nos esprits en étant exaltés. Nous nous sommes retrouvés près de la Croix. Nous avons été à la tombe. Nous L'avons vu Ressuscité et glorifié. Il nous a soufflé dessus et nous avons reçu Son Esprit. Les langues de feu qu'Il est venu répandre sur terre ont été envoyées sur nous. Nous avons reçu l'onction par Son Esprit, été remplis de la puissance d'En Haut – ce même Esprit Qui inspira le vieillard Siméon afin qu'il sache qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Sauveur, l'Esprit qui l'avait guidé ce jour-là pour venir au Temple et l'avait poussé à chanter le cantique qu'à présent nous chantons tous les soirs de nos vies : Car mes yeux ont vu Ton Salut!

Nos yeux ont en effet vu le Salut de Dieu. Car nous avons vu le Christ. Et plus encore. Nous avons vu ceux qui ont vu le Christ. Nous avons vu Siméon et Anne, et avec eux, la Vierge Marie et Joseph. Nous avons vu le Précurseur Jean, avec tous les Apôtres. Nous avons vu leurs successeurs, de même que leurs prédécesseurs. Nous avons vu les trois jeunes hommes dans la fournaise à Babylone, et nous les avons contemplés alors qu'ils chantaient et dansaient dans les flammes. Nous avons vu et entendu la grande assemblée des ancêtres, et nous avons célébré leur mémoire dans l'allégresse. Nous avons observé les patriarches et prophètes qui nous ont annoncé la venue du Christ. Et lorsqu'Il est apparu, nous avons vu ceux qui L'ont rencontré et ceux qui L'ont reçu. Venant à la suite des Apôtres, nous avons vu les confesseurs et les martyrs, et avons chanté les louanges à leur sang versé en tant que semence de l'Église. Nous avons glorifié les saints de la Nouvelle Alliance, les pères et mères : Basile, Grégoire, Jean, Macrine, Nonna, Anthusa.. et les innombrables saints qui ont vu et aimé le Seigneur à travers les siècles, jusqu'au nôtre, avec parmi eux notre bien-aimé saint Germain d'Alaska et notre bien-aimé père Alexander [Schmemann; ndt]. Humainement parlant, nous avons vu bien plus que Siméon n'a vu ce jour-là dans le Temple; incomparablement plus! Malgré cela, il faut dire avec regret qu'avec les yeux de nos esprits, nous avons vu incomparablement moins. S'il en est ainsi, ce n'est pas la faute du Seigneur. Car Il a tout fait afin que nous puissions Le voir au sein de Son Église. Il a tout fait pour que les paroles de l'épître de saint Pierre dans les Saintes Écritures puissent nous être directement appliquées :

"Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ! Dans Sa grande miséricorde, Il nous a fait renaître par la Résurrection de Jésus Christ d'entre les morts, pour une espérance vivante, pour un héritage qui ne se peut corrompre, souiller ni flétrir, et qui vous est gardé dans les Cieux, à vous que la puissance de Dieu réserve, à cause de votre foi, pour le Salut qui est prêt à se manifester dans les derniers temps. C'est ce qui fait votre joie, malgré l'affliction passagère que diverses épreuves doivent encore vous causer, pour que l'épreuve que subit votre foi - plus précieuse que l'or périssable que l'on ne laisse pourtant pas d'éprouver au feu - tourne à votre louange, à votre honneur et à votre gloire, lorsque Jésus Christ se manifestera. Ce Jésus, vous L'aimez sans L'avoir vu; vous croyez en Lui sans Le voir encore, et c'est pour vous la source d'une joie ineffable et éclatante, car vous êtes assurés d'obtenir comme prix de votre foi le Salut de vos âmes" (1 Pierre 1,3-9).

Nous n'avons pas vu Jésus avec nos yeux humains; et nous ne Le voyons pas maintenant. Mais nous croyons en Lui et nous L'aimons et nous nous réjouissons en Lui d'une joie ineffable et éclatante. Nous Le contemplons avec les yeux de nos esprits lorsqu'inspirés par Son Esprit, chaque année, nous célébrons dans l'Église la Pâque d'Hiver de Sa Venue.

L'Ami de l'Homme,
Qui accomplit tout dans la Loi,
Est à présent introduit dans le Temple de Dieu.
Le vieillard Siméon Le reçoit dans ses vieux bras en criant :
Maintenant laisse-moi partir pour la vie éternelle,
Car aujourd'hui je Te vois revêtu de la chair mortelle,
Toi le Seigneur de la vie et le Maître de la mort.

Tu T'es manifesté, O Seigneur,
O Lumière de révélation aux Nations.
Tu es le Soleil de Justice,
Siégeant sur une nuée radieuse.
Tu as accomplis les ombres de la Loi.
La grâce du renouvellement commence à luire.
Lorsque Siméon Te reçus, il s'écria de joie :
Libère-moi maintenant de la corruption,
Car aujourd'hui je T'ai vu, mon Maître!

Aujourd'hui la sainte Mère qui est plus que tous les temples,
Entre dans le Temple de Dieu.
Elle révèle au monde Son Créateur,
Et le Donateur de la Loi.
Siméon le vieillard Le reçoit en ses bras.
Il L'adore et s'écrie :
Maintenant laisse Ton serviteur s'en aller en paix,
Car je T'ai vu, Toi, le Sauveur de nos âmes! (2)

(1) Luc 2,29-32. Utilisation liturgique orthodoxe.
(2) Vêpres du dernier jour de l'après-fête de la Rencontre du Seigneur dans le Temple.

(Extrait de "The Winter Pascha" par le protopresbytre Thomas Hopko, SVS Press, 1984)

*-*-*-*-*-*-*

note : tous les événements cités ci-dessus par le p. Thomas Hopko, introduits par "nous avons vu", ont été présentés sur ce blogue, soit par ses commentaires à lui, extraits de ce même livre "the Winter Pascha", soit par d'autres (p. Schmemann, p. Men, etc). Voir menu sélectif dans la marge de gauche, entre avril 2006 et janvier 2007. En route pour le Grand Carême et la Pâque de l'éternel Printemps de l'Église du Christ!

Aucun commentaire: