"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 mars 2007

Découverte d'une rare icône du maître iconographe Emmanuel Tzanes

Découverte d'une Icône rare

Par Dimitris Alexopoulos
28 Février 2007 17:54:00
Sources: ΝΕΤ-ΝΕΤ 105.8
Une Icône rare de saint Jean Prodromos [saint Jean le Baptiste], datant de 1646, oeuvre du maître iconographe de Rethimi, Emmanuil Tzanes, a été découverte par hasard dans une église à Kranidi après avoir enlevé le cadre en argent couvrant la plus grande partie de l'Icône. Elle va être restaurée dans l'église de Kranidi où elle a été découverte pour éviter tout changement dans le taux d'humidité ambiante qui pourrait avoir un impact négatif sur le bois. Après restauration, l'Icône sera restituée à l'église à laquelle elle appartient.

source & (c) photos de l'Icône : Athens News Agency


ville de Kranidi, Peloponese, GreceLa cathédrale et ville de Kranidi

Prêtre iconographe Emmanuel Tzanes
Emmanuel Tzanes, ou Emmanuel Tzanes Bouniales (né vers 1610 à Rethymnon; + le 28 mars 1690 à Venise), était l'un maître Iconographes célèbres de Crête au 17ème siècle.Venise, paroisse orthodoxe San Giorgio dei Greci
Tzanes était théologien et prêtre. Il peignait ses Icônes conformément à la tradition byzantine, suivant les grands maîtres de "l'École Crétoise" du 15ème siècle. Cependant, il adapta ses oeuvres quant aux techniques en suivant les méthodes d'Italie.
Avec l'invasion de Rethymnon par les Turcs mahométans en 1646, il s'échappa vers Corfou, et de là gagna Venise, où il décida de se fixer. Il y avait depuis longtemps à Venise une importante communauté grecque. Le p. Tzanes y continua son oeuvre iconographique.
Il devint prêtre de la paroisse grecque-orthodoxe locale, San Giorgio dei Greci. Il mourut à Venise le 28 mars 1690.

photo : la paroisse San Giorgio
Source (en allemand) :
http://de.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Tzanes


Icône de la Mère de Dieu ""Amolyntos", 1641
Source de cette Icône et liens vers d'autres Icônes d'Emmanuel Tzanes :
http://www.iconsexplained.com/iec/iec_masters.htm#tzanes

D'autres Icônes du maître, au musée Paul et Alexandra Canellopoulos
http://www.canellopoulosmuseum.gr/fr/p5/index.htm

saint Georges, icone du p. Emmanuel TzanesIcône de saint Georges (23 avril), par Emmanuel Tzanes (1660-80)
église Saint-Sauveur, Khania, Crête


Une rare Icône du 17ème siècle identifiée
http://www.ana-mpa.gr/anaweb/

Une Icône peinte par Emmanuel Tzanes, un artiste influent de ce qu'on appelle l'École Crétoise de peinture, a été découverte par hasard lorsqu'elle fut amenée pour travail de restauration par une église à Kranidi, dans le nord-est du Peloponnese, dans le sud de la Grèce.
Le ministre de la Culture George Voulgarakis a déclaré mercredi que l'Icône était unique et n'était pas reprise dans les catalogues officiels, et qu'elle est préservée dans un bon état parce qu'elle avait été exposée derrière une vitre anti-effraction.
L'Icône provient de la région de Nafplio, une importante ville médiévale de l'est du Péloponnèse, et date de 1646. Elle dépeint saint Jean le Baptiste debout et tenant un agneau en ses bras. L'image du saint est entourée de 12 scènes miniatures de sa vie.

D'après les experts en art, la signature du peintre était couverte lorsque l'Icône fut enchâssée dans un "rizza" en argent en 1760. Le nom de l'artiste a été découvert lorsqu'on a retiré ce coffrage en argent pour restaurer l'Icône.
L'École Crétoise est une remarquable école de peinture, florissante aux 16ème et 17ème siècles dans une Crête sous domination Vénitienne. Les artistes influencés par ce style, dont El Greco, on développé un style particulier d'iconographie mélangeant tant les traditions orientales qu'occidentales et les mouvements artistiques.
Mercredi 28 février 2007. ANA-MPA / STR
*-*-*-*-*


Le ministre de la culture Giorgos Boulgarakis présente l'Icône
Une Icône nouvellement découverte de saint Jean est exposée durant une présentation au ministère de la culture à Athènes, mercredi 28 février 2007. L'Icône, qui provient de la paroisse de Kranidi dans le sud de la région grecque de Nafplil, date de 1646, est unique et absente des catalogues officiels. On a découvert par hasard au dos de l'Icône la signature de l'iconographe, Emmanuel Tzanes – le principal représentant de l'École Crétoise de peinture.
ANA-MPA/CULTURE MINISTRY/STR

source et (c) photos de l'Icône : Athens News Agency

Nombreux sites étrangers en parlent aussi, par exemple

Au Québec :
"Une icône du XVIIe siècle découverte en Grèce
Des experts grecs ont identifié une icône représentant Saint Jean-Baptiste attribuée au grand maître grec Emmanuel Tzanes datant de 1646, provenant d'une église de Kranidi, dans l'est du Péloponnèse, a annoncé mercredi le ministre de la Culture, Georges Voulgarakis...."
lire la suite : http://www.cyberpresse.ca/

Au Mexique :
Presentan icono recién descubierto de San Juan

En Afrique du Sud :
Hidden 17th century icon discovered

Au Brésil :
Restauradores gregos descobrem ícone raro do século 17

Gregos descobrem ícone raro do século XVII

Aucun commentaire: