"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 avril 2007

Dimanche de Pâques, Matines du Rite Orthodoxe Occidental EORHF, homélie de saint Maxime de Turin

Matines du Dimanche de Pâques
Première lecture : Exode 12,1-14
Deuxième lecture : Apocalypse 1,4-18
Psaumes 2, 15, 110

Collecte pour le Jour de Pâques
Dieu Tout-Puissant, Qui par Ton Fils unique Jésus-Christ, as vaincu la mort, et nous as ouvert la porte de la vie éternelle; humblement nous Te supplions afin que par Ta grâce répandue en nous, Tu inspire de pieux désirs en nos esprits; de sorte que par Ton continuel secours, nous puissions accomplir de bonnes oeuvres. Par Jésus Christ, notre Seigneur, Qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, Dieu Un, pour les siècles des siècles.

Hiéromoine Michael,
abbé du monastère Saint-Petroc
extrait du sacramentaire-pontifical Saint-Colman, usage autorisé dans les paroisses de Rite Orthodoxe Occidental au sein de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières (EORHF)


Christus surrexit e mortuis,
morte mortem calcavit
et quibus in sepulcris
vitam donavit!


Homélie Pascale de Saint Maxime, évêque de Turin (+ 423) :
Pâques, l'aujourd'hui de toute notre vie (PL 57).
Laissons éclater notre joie, mes frères, aujourd’hui comme hier. Si les ombres de la nuit ont interrompu nos réjouissances, cette même nuit est pourtant jour de sainteté. Les ténèbres du soir séparent les temps, mais la clarté que répand la joie du Seigneur est éternelle. Le Christ nous illuminait hier; aujourd’hui encore resplendit Sa Lumière. "Jésus Christ est le même hier et aujourd’hui", dit le bienheureux Apôtre (Héb. 13,8).
Oui, pour nous Il S’est fait le jour. Pour nous, Il est né aujourd’hui, comme l’annonce par la voix de David, Dieu Son Père: "Tu es Mon fils et aujourd’hui Je T’ai engendré" (Ps 2,7). Aujourd’hui, Je T’ai engendré. Qu’est-ce à dire? Qu’Il n’a pas engendré Son Fils dans le jour, mais qu’Il L’a engendré Lui-même jour et Lumière. Et aujourd’hui où naît le Christ unique, nous découvrons en la venue de ce Sauveur, moins un homme qu’une clarté qui rayonne sur le monde et l’illumine tout entier. Il est notre "aujourd’hui": splendeur vivante et sans déclin, Il ne cesse d’embraser le monde qu’Il porte et ce flamboiement éternel semble n’être qu’un jour. eMille ans sont à tes yeux comme un seul jour", s’écrie le prophète (Ps 89,4). Oui, le Christ est ce jour unique, parce que unique est l’éternité de Dieu.
Il est notre "aujourd’hui": le passé, enfui, ne Lui échappe pas; l’avenir, inconnu, n’a pas de secrets pour Lui. Lumière souveraine, Il étreint tout, Il connaît tout, à tous les temps Il est présent, et tous Il les possède. Devant Lui, le passé ne peut s’effondrer, l’avenir se dérober. Et lorsque Dieu dit à Son Fils : "Aujourd’hui, Je T’ai engendré", cet aujourd’hui n’est pas, sachons-le bien, le temps où selon la chair, Il naquit de la Vierge Marie, ni celui où selon la divinité, Il sortit de la bouche de Dieu Son Père, mais le temps où Il est ressuscité d’entre les morts. "Il a ressuscité Jésus", dit l’apôtre Paul, ainsi est-il écrit au Psaume premier: "tu es mon fils, moi-même aujourd’hui, Je T’ai engendré" (Actes 13,32).
Vraiment, Il est notre aujourd’hui, quand, jailli de l’épaisse nuit de l'Hadès, Il embrase les hommes. Vraiment, Il est notre jour, Celui que les noirs complots des Juifs n’ont pu obscurcir. Nul jour mieux que ce jour n’a su accueillir la Lumière : à tous les morts, Il a rendu et le jour et la Vie. La vieillesse avait étendu les hommes dans la mort; Il les a relevés dans la vigueur de Son aujourd’hui. Réjouissons-nous donc et tressaillons d’allégresse, en ce jour où le Seigneur nous a apporté la Lumière, la Vie, la Paix. Oui, la paix est un don de la Résurrection du Christ. Au seuil de la mort, Il n’a pas hésité à donner cette paix au disciple qui Le livrait, Lui Qui a embrassé le renégat ainsi qu’Il embrasse le fidèle. Amen.
+ Maxime


Aucun commentaire: