"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 avril 2007

P. Alexander Men: La Passion (Matt. 27,27-50)


Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit!
Aujourd'hui, nous lisons le récit de la Passion selon l'Évangéliste Matthieu. A nouveau, nous nous rappelons et nous revivons ces événements depuis le Jardin à Gethsemani jusqu'au tombeau, où ils déposèrent le Corps du Seigneur. Durant tout ce temps, nous allons refaire connaissance et remplir nos âmes avec les événements de la Passion du Christ. Pourquoi avons-nous besoin de nous rappeler de ces événements? Nous trouvons la réponse dans la Sainte Écriture; le Chrétien doit entrer profondément dans la Passion du Christ Sauveur, parce qu'Il souffrit afin que la souffrance puisse être balayée de la surface de la terre. Il souffre avec nous, conjointement à nous, parce que des gens souffrent encore partout sur terre. Et si Lui, saint et pur, devait apparaître au milieu de nous, alors Il apparaîtrait sur la Croix.
Mais ne pourrions-nous pas dire, "bien sûr, Seigneur, Tes souffrances ont été immenses, mais considère les souffrances des autres, qui ont été assassinés, torturés et exécutés." Si nous ne parlons que des souffrances physiques du Seigneur Jésus, elles ne pourraient certainement pas dépasser les innombrables souffrances qui se sont abattues sur toute l'humanité. En rien Son Sang, versé sur le Golgotha, ne pourrait contrebalancer les océans de sang qui ont été répandus tout au long de l'histoire humaine. Et malgré cela, la Passion du Seigneur fut la plus pénible et tourmentée de toutes. En quoi donc? Bien que cela nous soit difficile à comprendre, considérez l'exemple suivant qui pourrait aider à expliquer ce point. Imaginez vous-mêmes comme une maman qui aime profondément son fils. Pas simplement attachée à lui, ou le traitant simplement en parent, mais aimant vraiment et profondément votre enfant. Là, d'un coup, sous vos yeux, il a été mis à mort, et vous voyez à présent un homme abattu, qui n'est même plus considéré comme un homme, et il n'y a que vous, sa mère, à penser : "Oui, c'est en effet mon fils." Pour les autres, il n'est qu'un exclu, un méchant, qui doit être pendu le plus vite possible. Et il n'y a rien de plus amer que le sort d'une mère qui survit à la disparition de son enfant. Repensez un peu à quel point ce fut dur pour vous, à quel point ce fut pénible et cruel lorsque disparu un de vos bien-aimés.
Et maintenant imaginez un tout petit peu comment notre Seigneur, notre Père, Qui aime tout un chacun, voit surgir tant de mal de chacun d'entre nous, et de la ruse, et de la méchanceté. Si les péchés de l'homme était semblables à de la fumée, alors le monde entier serait comme un four, d'où une épaisse colonne de fumée noire monterait sans discontinuer, siècle après siècle, millénaire après millénaire... une fumée noire, dense. Cette fumée monte jusqu'à Dieu, s'élève depuis les bien-aimés enfants de Dieu, depuis l'Homme, empoisonnant la divine existence de Dieu et Le faisant souffrir.
Voilà pourquoi le Seigneur vient sur terre, afin de pouvoir avec nous prendre le poids de nos péchés. Sans péché, Il partage le funeste sort des pécheurs, devient au même niveau que nous. Nul autre personne n'est capable de cela, car quand bien même nous pourrions être capables de répondre pour nos proches et amis, nul humain n'est capable de répondre pour toute l'humanité. C'est la raison pour laquelle le Seigneur agonisa en termes humains, cria que cette coupe était si lourde. Sa nature humaine protesta contre ça, mais Sa nature divine répondit : "qu'il en soit ainsi, parce que les humains sont incapables de répondre de leurs péchés." Dès lors, Il prit le chemin du Golgotha.
Imaginez qu'un énorme rocher, une falaise, se trouve prêt à vous tomber dessus, et que quelqu'un survenait et trouvait la force nécessaire pour retenir cette falaise de sorte qu'elle ne puisse vous écraser. Hé bien voilà ce que fait notre Seigneur, afin que nous ne soyons pas broyés sous le poids de nos péchés. C'est pour cela que Sa charge est si énorme, et pourquoi Ses souffrances sont incomparables aux souffrances habituelles de la mort. Ses souffrances sont plutôt comme celles dont parlait le prophète Isaïe (*) :
"Or ce sont nos souffrances qu'il portait
et nos douleurs dont il était chargé...
Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes,
écrasé à cause de nos fautes.
Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui,
et dans ses blessures nous trouvons la guérison."
Amen.
(*) Chant du "Serviteur souffrant" ou "Messie de douleur", Isaïe 53; ndt


Jesus chez les soldats de Pilate, le manteau de pourpre, les coups et moqueriesLe manteau de pourpre, les coups, les moqueries


La flagellation, Simon de Cyrène et le chemin du Golgotha


La Crucifixion


Icone de la Descente de la CroixLa descente de la Croix


La mise au tombeau

Icônes/fresques ci-dessus provenant de cette intéressante page (en anglais) consacrée à la tradition de Pâques en Grèce:
http://2tee-n-smyrn.att.sch.gr/religioneaster.htm


Aucun commentaire: