"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 avril 2007

P. Calivas: Jeudi Saint, commentaires sur les thèmes principaux (Holy Cross School, MA)



Le Jeudi Saint, l'Église met l'accent sur les événements qui ont eu lieu dans la Chambre Haute et au Jardin de Gethsemani. Dans la Chambre Haute, pendant le repas, Jésus établit et institua le Mystère ou Sacrement de la sainte Eucharistie et aussi lava les pieds de Ses disciples. Le Jardin de Gethsemani attire notre attention sur l'obéissance rédemptrice et la sublime prière de Jésus (Mt 26,36-46). Il nous place aussi devant l'acte lâche et traître de Judas, qui trahit le Christ par un baiser, le signe de l'amour et de l'amitié.


L'Eucharistie
A la Cène Mystique, dans la Chambre Haute, Jésus donna un sens radicalement nouveau à la nourriture et boisson du repas sacré. Il S'identifia Lui-même avec le pain et le vin : "Prenez, mangez, ceci est Mon Corps.. Buvez-en tous, car ceci est Mon Sang de la Nouvelle Alliance" (Mt 26,26-28).
Nous avons appris à assimiler la nourriture avec la vie, car elle soutien notre existence terrestre. Dans l'Eucharistie, la nourriture humaine, caractéristique et unique – le pain et le vin – devient notre don de vie. Consacrés et sanctifiés, le pain et le vin deviennent le Corps et le Sang du Christ. Ce changement n'est pas physique mais mystique et sacramentel. Bien que les qualités du pain et du vin demeurent, nous participons au véritable Corps et Sang du Christ. Dans le repas Eucharistique, Dieu entre dans une telle communion de vie qu'Il nourrit l'humanité avec Son propre être, dont en demeurant toujours distinct. Selon les mots de saint Maxime le Confesseur, le Christ "nous transmet la vie divine, Se rendant mangeable." L'Auteur de la vie bouleverse les limitations de notre état de créature. Le Christ agit de sorte que "nous puissions devenir participants de la nature divine" (2 Pierre 1,4).
L'Eucharistie est au centre de la vie de l'Église. Elle est sa plus profonde prière et principale activité. Elle est à la fois tant la source que le sommet de sa vie. Dans l'Eucharistie, l'Église manifeste sa véritable nature et est continuellement transformée, d'une communauté humaine devenant le Corps du Christ, le Temple du Saint Esprit, et le Peuple de Dieu.
L'Eucharistie est le Sacrement sur-éminent. Elle complète tous les autres et récapitule l'entière économie du Salut. Notre nouvelle vie en Christ est constamment renouvelée et accrue par l'Eucharistie. L'Eucharistie donne la vie et la vie qu'elle donne, c'est la vie de Dieu.
A travers le Baptême et la chrismation, nous sommes entrés dans un nouveau mode d'existence. C'est une existence de devenir constant. Les Écritures décrivent cela comme une nouvelle naissance, la mort du vieil homme qui est en nous, le dépouillement de la vieille nature et le revêtir de la nouvelle nature. Cette nouveauté, ce changement radical dans le mode d'existence, ce n'est pas accompli pas l'effort humain. C'est un don de Dieu. Enracinée dans le siècle à venir, cette nouvelle existence est maintenue et nourrie par l'Eucharistie. A chaque Divine Liturgie, nous entendons les bonnes nouvelles du Christ et entrons dans le processus de conversion. Nous recevons la possibilité d'acquérir pour nous-mêmes la manière eucharistique d'exister. Petit à petit, nous devenons nous-mêmes communion et amour. Lors de la Divine Liturgie, les éléments tragiques de notre existence déchue – orgueil, individualisme, blasphème, vanité, hypocrisie, jalousie, colère, division, peur, désespoir, douleur, tromperie, mensonge, méchanceté, avidité, vice, gloutonnerie, passions, corruption, mort – sont continuellement vaincus, afin de nous rendre capables de devenir amour, liberté et vie."
Cene Mystique, icone grecqueL'Eucharistie est offerte à toute l'Église non pas comme récompense, mais comme remède contre le péché, comme source de vie, la communion du Saint Esprit, et une ouverture aux autres. Chaque Chrétien Orthodoxe, baptisé et chrismé, devrait recevoir régulièrement et fréquemment les divins Mystères. Il faut cependant prendre soin que la sainte Communion soit approchée avec discernement spirituel et préparation adéquate. Un jeûne intégral, tel que décrit auparavant, précède notre réception de la sainte Communion. L'observation des Commandements de Dieu constitue la préparation essentielle et la disposition adéquate pour la participation au Sacrement.
Dans l'Eucharistie, l'Église commémore et reprend sacramentellement l'événement rédempteur de la Croix et participe en sa grâce salvatrice. Ceci ne suggère pas que l'Eucharistie tente de rappeler un événement passé. L'Eucharistie ne répète pas ce qui ne sait pas être répété. Le Christ n'est pas à nouveau et sans cesse mis à mort. C'est plutôt que la nourriture eucharistique est concrètement et réellement changée en Corps et Sang de l'Agneau de Dieu, "Qui S'est donné Lui-même pour la vie du monde." Le Christ, le Theanthropos, continue de S'offrir Lui-même aux fidèles à travers les Dons consacrés, c-à-d, vraiment Son propre Corps ressuscité et déifié, qui est mort pour nous et à présent vit (Héb 10,2; Apoc. 1,18). Dès lors, les fidèles viennent à l'église semaine après semaine pas seulement pour adorer Dieu et entendre Sa Parole. Ils viennent, en tout premier lieu, pour expérimenter encore et encore le Mystère du Salut, et pour être intimement unis à la Passion et à la Résurrection du Seigneur Jésus-Christ.
Par le pouvoir de Son sacrifice, le Christ nous attire dans Sa propre action sacrificielle. L'Église offre aussi un sacrifice. Cependant, le sacrifice offert par l'Église et ses membres ne peut qu'être une offrande donnée en retour à Dieu, du fait des richesses de Sa bonté, miséricorde et amour. Ce sacrifice est avant tout un sacrifice de louange et d'action de grâce. Il a aussi d'autres formes, dont l'attachement à l'Évangile, la loyauté envers la vraie Foi, la prière constante, le jeûne, les luttes contre les passions, et les oeuvres de charité. Cependant, au niveau le plus profond, cette offrande en retour est un acte de kénose (Luc 9,23-25). Il se constitue de notre volonté à perdre notre vie pour la regagner (Mt 16,28).
Dans l'Eucharistie, nous recevons et participons à la Résurrection du Christ. Nous partageons Son Corps sacrifié, ressuscité et déifié, "pour le pardon des péchés et la vie éternelle" (Divine Liturgie). Dans l'Eucharistie, le Christ répand en nous – en tant que don permanent et constant – le Saint Esprit, "L'Esprit Lui-même (qui) atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Sommes-nous enfants? donc héritiers aussi: héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ" (Rom. 8,16-17).
Le fruit central de l'Eucharistie, c'est la communion du Saint Esprit. Le Saint Esprit est le Donateur de Vie, qui nous prépare pour la résurrection et nous fait avancer en sa direction (Rom. 8,2-9,8). Les autres fruits de l'Eucharistie sont relatifs à ce don central. Vigilance de l'âme, pardon des péchés, une conscience pure sont à la fois la préparation et le résultat de notre communion avec le Saint Esprit. La familiarité et la compagnie des saints, la manifestation de l'amour dans l'unité de la Foi, et l'héritage du Royaume céleste sont obtenus par la communion du Saint Esprit.
Saint Grégoire Palamas, dans un passage pénétrant, nous aide à comprendre la puissance et la merveille de l'Eucharistie:
"Le Christ est devenu notre frère en partageant notre chair et notre sang, et étant ainsi assimilé à nous.. Il nous a joints et liés à Lui-même, comme un époux à son épouse, en devenant une seule chair avec nous à travers la communion à Son Sang; Il est aussi devenu notre Père par le divin Baptême qui nous fait ressembler à lui, et Il nous nourrit à Sa propre poitrine comme une tendre mère nourrit ses bébés... Venez, dit-Il, mangez Mon Corps, buvez Mon Sang... de sorte que vous ne serez plus seulement créés à l'image de Dieu, mais deviendrez dieux et rois, éternellement et célestement, vous revêtant de Moi, le Roi et Dieu."

P. Alkiviadis C. Calivas, Holy Cross Theological School, Masachussets
SEMAINE SAINTE et PÂQUES

Église Grecque-Orthodoxe

P. Alkiviadis C. Calivas

HOLY CROSS ORTHODOX PRESS

Brookline, Massachusetts 02146



http://holycross.hchc.edu/pages/facultyprofiles/acalivas.asp



Aucun commentaire: