"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 avril 2007

Pâques en Chine, ou la lente remontée des catacombes

Saint Jean Maximovitch, Apôtre en Chine

"Dieu a permis que les Orthodoxes soient dispersés dans le monde afin d'annoncer à tous les peuples la véritable Foi Orthodoxe et de préparer la terre à la seconde Venue du Christ."
feu le métropolite Anastase (Gribanovski) de New York,
second primat de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières
Lettre encyclique d'octobre 1953



eglise orthodoxe saint Innocent d'Irkoutsk, Pekinéglise Saint Innocent d'Irkoutsk, Pékin

1. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, aujourd'hui, en 2007, l'Évangile n'a toujours pas résonné par toute la terre habitée. Il est un pays-continent, la Chine, où bien des tentatives ont été faites, mais où "ça prend mal."
Comme plus rien ou presque ne subsiste des 3 premiers siècles du Christianisme, pour les savants et les scientifiques, il ne s'est rien passé. Rien chez nous, rien nulle part, donc rien en Chine non plus. Ils vous le disent: ils n'ont rien trouvé, eux, donc il n'y avait rien. Garde à vous, circulez, il n'y a rien à voir!
On aura du mal à expliquer que certains pays à l'entour, comme l'Inde, aient pu recevoir les fruits de la mission de saint Thomas, l'Apôtre, que Pantène 3 siècles plus tard, venu depuis son Égypte natale, en constatera de visu et sur place les restes et les effets. Et que la Chine aurait été oubliée.. Ben voyons. Les Apôtres n'étaient pas des fonctionnaires travaillant au cachet et attendant les vacances pour aller se dorer la pillule à l'étranger, paroisse fermée et troupeau abandonné....

En attendant, si on n'a rien pour cette période-là, on a pour après. Les chroniques chinoises rapportent en effet que des missionnaires avaient apporté à Constantinople des vers à soie venant de l'Empire du Milieu. C'était dans les années 500. Mais on ne nous parle pas de mission à proprement parler avant le siècle suivant. Certes, pas du Christianisme purement Orthodoxe, puisque c'était des missionnaires Assyriens ou Nestoriens. Enfin, à cette époque-là, le conflit politique avec Byzance avait cessé, et nul ne conteste l'Orthodoxie intégrale de saint Isaac le Syrien. Pour bien des Pères, c'est même l'auteur le plus important pour la vie spirituelle. Donc ne jugeons pas trop vite sans avoir pu lire toute la doctrine qui a été prêchée en Chine. Et voyons ce que ces missionnaires ont laissé dans l'Empire du Milieu.

------------------

OLOPAN, PREMIER MISSIONNAIRE EN CHINE EN 635

OLOPAN, OLOPUEN ou Olopen (probablement la forme chinoise du syriaque Rabban, c-à-d "moine"). Vers 635, premier missionnaire Chrétien en Chine, si on ne prend pas en compte les récits assez vagues concernant saint Thomas, saint Barthélémy, etc. Fondateur de l'Église Nestorienne en Extrême Orient.
D'après l'inscription de la stèle de X'ian ou Si-ngan-fu, notre seule preuve archéologique, Olopan vint en Chine en provenance de Ta T'sin (l'Empire Romain) en la 9ème année de l'empereur T'ai-Tsung (+ 635), apportant livres et images sacrés. Il reçut un accueil favorable; son enseignement fut examiné et approuvé; ses Écritures furent traduites pour la bibliothèque impériale; et en 638, un décret impérial déclara le Christianisme religion tolérée. Le successeur de T'ai-Tsung, Kao-Tsung (650-683), fut encore plus amical, et Olopan devint un "gardien de l'empire" et un "seigneur de la grande loi." Après cela, entre 683 et 744, s'ensuivit une période de disgrâce pour les Chrétiens Chinois, puis vint une période de renouveau avec l'arrivée d'un missionnaire, Kiho, venant de l'Empire Romain.

La stèle de Si-ngan-fu, qui est le seul écrit restant relatant ces faits, a été érigée en 781, et redécouverte en 1625 par des ouvriers, qui creusaient dans la périphérie Chang-ngan de la ville de Si-ngan-fu. Elle comporte 1789 caractères chinois, racontant la mission chrétienne jusqu'en 781, de même qu'un aperçu de la doctrine nestorienne, le décret de T'ai-Tsung en faveur du Christianisme, la date où elle a été érigée, et le nom de diverses personnes reliées à l'Église en Chine lorsque le monument a été installé. Des notes complémentaires en syriaque (en caractères "estrangelo") répètent la date et les noms du patriarche nestorien en titre, de l'évêque nestorien en Chine, et d'un certain nombre de clercs nestoriens.

Voir Kircher, "China Illustrata"; Guillaume Pauthier, "De l'authenticité de l'inscription nestorienne de Si-ngan-fou" (Paris, 1857) et "L'inscription syro-chinoise de Si-ngan-fou" (Paris, 1858); Henry Yule, "Cathay, Preliminary Essay", xcii.-xciv. clxxxi.-clxxxiii. (London, Hakluyt Soc., 1866); F. Hirth, "China and the Roman Orient", 323, &c.; P. Henri Havret, "La stèle chrétienne de Si-ngan-fou", (Shanghai, 1895 et 1897) Tome 1, Tome 2, Tome 3; Dr James Legge's édition et traduction du texte, "The Nestorian Monument of Hsi-an-Fu" (London, 1888); Yule and Cordier, "Marco Polo", ii. 27-29 (London, 1903); C. R. Beazley, "Dawn of Modern Geography", i. 215-218.

------------------

L'Église Assyrienne et le christianisme en Chine
L'Église Assyrienne [..] aurait été fondée par les apôtres Thomas et Addai, et a été très répandue, pas seulement en Syrie, Mésopotamie (l'Irak actuel), mais aussi en Perse où le katholikos de Ktesiphon-Seleukeia servait comme évêque pour l'Église Orientale. L'évêque rejeta le Concile de Chalcédoine en 451 et suivit les enseignements de Nestorius, qui croyait en l'unité des natures humaine et divine de Jésus-Christ, contre le dogme des 2 natures du Christ (2 natures, en chinois : erxing erwei). L'évêque de l'Église Orientale servit comme chef pour tous les Chrétiens orientaux et encouragea les voyages missionnaires vers l'Inde et l'Asie centrale. Du 7ème au 11ème siècle, le nestorianisme fut le groupe de Chrétiens avec des fidèles répartis sur le plus grand des territoires. Il y a une stèle bilingue en chinois et syriaque (ugaritarian) dans la préfecture de Xi'an (les anciens textes l'écrivent : Si-ngan-fu), érigée en 781 et redécouverte en 1625, qui rapporte l'existence de paroisses nestoriennes (en chinois : Niesituoli) en Chine depuis le début du 7ème siècle. Les moines nestoriens vivaient dans le monastère "Perse" Yiningfang à Xi'an, et le première missionnaire était un Perse appelé "Aluoben" (Alopen). Après l'expulsion des missionnaires étrangers dans les années 840, la tolérance religieuse de la dynastie des Yuan envers les étrangers permit à une 2ème vague de missionnaires nestoriens (appelés dès lors erkehün, chinois: yelikewen) de venir oeuvrer en Chine. Depuis le 15ème siècle, le nestorianisme a perdu son influence en Chine, et a disparu vers 1550. De nous jours, le nombre de Nestoriens dans le monde est aux alentours de 150.000, et leur église est divisée en plusieurs branches. Au cours des récentes années, on a découvert nombre de documents en Chine à propos du nestorianisme, dans la partie de l'Asie centrale de la Chine, tels que la traduction des liturgies nestoriennes, le Xutingmi shi suo jing, et Yishenlun "Monothéisme".
A titre informatif, l'écriture syriaque utilisée par les Nestoriens a été la base pour la création des alphabets Mongols et Mandchou.











------------------

Quelques autres lectures sur le sujet, en anglais :
"Assyrian Christian Missions in China, 635 - 1550 AD" par Esha Emmanuel Tamras
http://www.edessa.com/history/monument.htm



"The monks of Kublai Kha, emperor of China,"
or
"The history of the life and travels of Rabban Sawma, envoy and plenipotentiary of the Mongol Khans to the kings of Europe, and Markos who was Mar Yahbh-Allaha III became patriarch of the Nestorian Church in Asia."
http://www.aina.org/books/mokk/mokk.htm




























Histoire de la redécouverte de cette stèle par les jésuites en 1625. L'intérêt du texte: il parle d'autres monastères fondés au 7ème siècle, et donne les impressionnantes dimensions de cette stèle (web.archive.org).
http://pages.infinit.net/amichine/special/stele.html

Lire aussi les informations dans les 272 pages de ce cours d'histoire de la Chine, université au Québec
http://classiques.uqac.ca/classiques/grousset_rene/




2. Les Nestoriens vivant repliés sur eux-mêmes, ne cherchant pas à guérir leurs plaies théologiques béantes – avec les siècles, le nestorianisme dur finit par l'emporter en interne - , arriva ce qui devait arriver: disparition. Ils eurent d'étranges successeurs. Des gens qui venaient prêcher aux populations qu'il fallait se soumettre à un chef d'un État séculier étranger pour être "bon chrétien", parce que ce chef d'État serait le remplaçant de Dieu sur terre, un Dieu qui en serait donc absent. Nous y reviendrons. Cela a bien sûr fait couler beaucoup de sang et très peu d'évangélisation. Bien sûr. Jusqu'à nos jours.

3. A partir du 17ème siècle, quand en Russie le grand mouvement d'évangélisation vers l'Asie a eu lieu, la Chine n'a pas été oubliée. Avoir des païens pour voisins, c'était toujours – et c'est encore – une source de soucis constants. Puisque votre vie les dérange, le simple fait d'être différent, de ne pas se vautrer dans la même boue, ça les gène, alors ils sont prêts à tout pour vous faire disparaître. La méthode militaire de conversion a montré sa totale impuissance – et aujourd'hui encore, ceux qui l'essaient, de la Tchétchénie à l'Irak, échouent tous, car bien des exemples le rappellent, ça se termine dans les larmes et le sang, pas dans le Christ.
Donc il faut des missionnaires. Là où c'était eux en avant et pas eux dans les bagages de l'armée, la Foi s'est implantée dans les âmes. En Asie, où les horreurs du chamanisme tenaient les populations sous la servitude de la terreur depuis si longtemps, progressivement, vint la libération des consciences. C'est lent et difficile, vaincre des millénaires d'erreur..
Quand ce n'était pas voulu, quand ce n'était pas des "incursions", c'est la Providence qui s'occupait de fournir des missionnaires pour la Chine... en permettant que des prêtres se retrouvent prisonniers des Chinois...

------------------

Histoire de l'Orthodoxie en Chine jusqu'à la Révolution de 1949
(page d'origine en grec, non-orthodoxe, traduction personnelle, donc approximative, et complétée d'autres sources)
http://www.tyxikos.gr/01-3-11.html


"L'Église Orthodoxe a sa propre histoire en Chine, où elle est venue à partir de 1685, un siècle avant les premiers protestants. Il y avait des accrochages répétés à la frontière sino-russe, et certains soldats Russes furent capturés et emprisonnés. Parmi les prisonniers se trouvait aussi un prêtre, le p. Maxime Leontiev. Lorsqu'avec le traité de paix de 1690, les combats ont cessé, certains des prisonniers libérés ont décidé de rester en Chine, et l'empereur K'anghi leur a prêté provisoirement un temple à Pékin, dédié à la divinité de la guerre, Guandi. En 1696, le métropolite Ignace de Tobolsk envoya un "antimension" et le saint Chrême, et les Orthodoxes ont transformé le temple en l'église Sainte-Sophie.

L'Église de Russie a encouragé le p. Leontiev à propager l'Orthodoxie, et après son décès en 1712, le tsar Pierre le grand a envoyé à Pékin l'archimandrite Hilarion (Léjaiski) et d'autres ecclésiastiques.
De 1715 jusque 1956, 20 arrivées de clergé ont eu lieu. Cependant, l'Église Orthodoxe, que le pouvoir séculier avait en partie soumise en Russie, était dès lors utilisée pour les intérêts du gouvernement russe, et ceux qui en dépendaient directement n'ont pas pu faire grand chose en Chine, au contraire des missionnaires.
En 1902, il existait 32 églises orthodoxes à Pékin, et 6.000 fidèles, et il y avait écoles et orphelinats.
Lors de la révolte des Chinois contre les puissances coloniales, la "Révolution des Boxers" (1898-1900), beaucoup de violence a été déployée contre les Chrétiens Orthodoxes – l'Église honore la mémoire de 222 martyrs Orthodoxes Chinois.

Après la Révolution communiste en Russie en 1917, l'Église Orthodoxe de Chine, qui avait entre-temps perdu le soutien de la Russie, est devenue un refuge pour les nombreux opposants au nouveau régime en Russie. Vers 1930, il y avait près de 50.000 Orthodoxes en Chine, pour la plupart des Russes.
Après la Révolution en Chine et la fondation de la République Socialiste en 1949, toutes les églises Orthodoxes ont été placées sous le contrôle de l'État, et la plupart des Russes ont fuit vers l'Australie, les États-Unis d'Amérique et ailleurs. L'archevêque Russe Viktor est rentré en Russie en 1956, refermant derrière lui cette partie capitale de l'histoire de l'Église Orthodoxe en Chine."

------------------
Au 20ème siècle, la Chine a connu bien des révoltes contre tous ces faux christianismes importés dans les bagages des colons occidentaux, qui tenaient le marché de l'opium en main et le peuple sous la dépendance opiacée. Le retour de bâton fut terrible. Et comme toujours, on ne fait pas dans le détail, et ce qui ressemble de près ou de loin à l'oppresseur et aux doctrines qu'il prêche, on bousille. On jette le bébé avec l'eau du bain. Mais malgré ça, les petits germes d'Église qui avaient été semés depuis la Russie continuaient à pousser, lentement mais sûrement. Et c'est ainsi que la Chine eut le bonheur, l'honneur, le privilège, de recevoir en saint Jean Maximovitch son plus grand et saint évêque, à Shanghaï – la Belgique et les États-Unis auront été les 2 autres privilégiés à avoir les fidèles du Christ guidés par un si saint pasteur.

4. Hélas l'infection née en Allemagne déchristianisée, le marxisme, qui avait finit par réussir à empoisonner les parties de la Russie les plus occidentalisées, se répandra aussi en Chine. Et ce pays, qui venait de connaître l'horreur de l'occupation militaire japonaise et de la barbarie sans nom que cet État athée y fit subir aux populations, allait "choisir" de passer de la vipère au cobra. La Chine devint une République Socialiste, où le seul dieu autorisé et même obligatoire était le président du parti, accompagné de la déesse Matérialiste.

5. Mais comment, après avoir eu la chance de recevoir la "religion de lumière", ont-ils pu tout rejeter ainsi? Comme je l'ai déjà dit, les "christianismes" qu'on leur a présentés étaient quasiment tous des produits accompagnant le colonialisme.
Quel pays au monde pourrait accepter qu'on prêche en ses frontières une doctrine disant à ses citoyens qu'ils doivent lui être infidèles au niveau séculier, qu'ils doivent se soumettre à une autorité temporelle étrangère?
Hé oui, saint Paul (Romains 13) ou saint Pierre disaient bien que le vrai signe du Chrétien, c'était aussi qu'il se soumette à ses autorités, celles du pays où il se trouve. Pas qu'il soit infidèle... Cette doctrine erronée qu'on leur prêchait portait en elle les germes de sa destruction, mais aussi par ricochet, de tout ce qui y ressemblerait de près ou de loin. Aujourd'hui, cela n'a pas encore changé. Et c'est pas sur la voie où ils se sont lancés, voie sans issue et sans demi-tour possible puisque tout est "dogme", que ça va changer.
Quand en prime les propagateurs de cette religion séculière se battent entre eux pour le contrôle de quelques poignées de "convertis", ça dégénère en bain de sang – voyez ce que les franciscains ont réussi à faire grâce à leur fraternelle amitié pour leurs frères jésuites : par jalousie, ils ont bouté le feu au ballot de paille sur lequel ils étaient assis tous ensemble, les faits sont là, terribles... et après avoir déclenché la catastrophe, ils osent qualifier leurs victimes de "martyrs", passons..
Ensuite, vous aviez ces autres étranges christianismes où tout un chacun a sa propre idée sur Qui Dieu est, ce qu'Il veut, et chacun interprète tout comme bon lui semble, peu importe que Dieu ait dit de faire le contraire. Je lisais récemment dans un mensuel issu d'un tel groupe le récit d'une "conversion" en Chine, par leurs "missionnaires." Sidérant. Le gaillard a reçu une Bible dans sa langue (ils sont très forts pour diffuser la Bible, une leçon pour nous), il en a lu 3 versets – pas plus, et il le dit bien lui-même! - et zouuu, il explique qu'il part "prêcher" ces 3 versets. Du Petit Livre Rouge à la Bible à couverture Noire, en gardant le même esprit et les mêmes méthodes. Visiblement, 2 Pierre 1,20 n'est pas le verset qu'on leur fait lire en premier lieu. En fait, jamais. Toujours est-il que la forte liaison de la plupart de ces groupes avec les puissances économiques américaines ou anglaises ou aux Loges (voire un mélange) les ont toujours rendus hautement suspects aux autorités locales. Et puis, fondés au 16ème siècle, sans la moindre apostolicité, comment porter du vrai fruit?

6. Cependant, les semences de Christianisme ont été répandues parmi les ronces mais aussi en bonne terre, et elles l'ont été par de grands saints. Cela ne peut rester sans lendemain. Le feu couve sous la cendre. Soufflons sur les braises. Peu importe quelle chapelle, quelle juridiction, tout cela est sans importance. Soufflons, par la prière. Pour que ce milliard de gens qui vivent dans les ténèbres puisse être éclairé de l'unique Lumière, le Christ, Ressuscité, remontant de l'Hadès, et accordant à l'humanité abondante miséricorde.

Car s'ils veulent sortir des ténèbres, tôt ou tard, il faudra qu'ils choisissent la Croix plutôt que les étoiles...

Concernant les missions de l'Église Orthodoxe de Russie, on se rapportera avec profit au petit ouvrage fort bien documenté "L'Église Orthodoxe Russe et ses missions", publié il y a quelques années dans une maison d'édition de "vieux calendristes", les éditions saint Jean le Roumain, à Lavardac (F). Il nous apprend aussi, sans détour, que ce n'est qu'à partir de la fin du 19ème siècle que tout a commencé à être sérieusement traduit en chinois... et que ce n'est qu'alors que la Foi a commencé à être vraiment diffusée, et que les conversions ont commencé. C'est logique. Inculturation ou échec. Saint Nicolas du Japon ou saint Tikhon en Alaska l'ont bien compris – et saint Tikhon aussi en ce qui concerne la diversité liturgique... C'est pareil pour l'Europe d'ailleurs!

------------------

Pékin : Les fidèles Orthodoxes célèbrent la Sainte Pâques
http://orthodox.cn/news/20070409beijing_en.htm

Les fidèles Orthodoxes en Chine ont célébré la grande fête de la radieuse Résurrection du Christ. A Pékin, dans l'ancien bâtiment de Red Fangzi, sur le territoire de l'ambassade de la Fédération de Russie auprès de la République Populaire de Chine, dans la plus importante paroisse de Chine – il y a eu une procession solennelle de Pâques suivie de la Divine Liturgie. Quelque 300 personnes ont participé à la procession. Le divin Office a été célébré par le hiéromoine Venedikt (Limonov), venu à Pékin au départ de la ville d'Ussurisk, au diocèse de Vladivostok.

Les Offices divins de la Semaine Sainte ont eu lieu à Red Fangzi à partir du 4 avril. Le Mercredi Saint, le hiéromoine Venedikt a donné le sacrement de la sainte Onction (Soborovanie), et quelque 40 personnes l'ont reçu.

Le Jeudi Saint, le jour de la commémoration de la Cène Mystique, la Divine Liturgie de saint Basile le Grand a été célébrée. La célébration des Matines du Vendredi Saint, avec la lecture des 12 Évangiles, a eu lieu dans la soirée du jeudi. Le Vendredi Saint – le jour de la Crucifixion et de la mort du Sauveur – les vêpres avec le rite de l'epitaphios (suaire-icône brodé avec la mise au tombeau) et les Matines du Samedi Saint avec la mise au tombeau.

Pour l'Annonciation – samedi 7 (ancien calendrier; ndt) – quelque 80 personnes ont communié durant la Divine Liturgie. Après la Liturgie, le père Venedikt a bénit les Kulichi (gâteaux de Pâques), fromages de Pâques et oeufs de Pâques. Les paroissiens ont fait de leur mieux pour décorer les pains qu'ils avaient préparés et colorer les oeufs, suivant les traditions russes et selon les conditions de vie en Chine.

Le Red Fangzi avait été décoré pour Pâques : des nouveaux chandeliers; un projecteur illuminant une image de 3 mètres de haut montrant la Résurrection du Christ, et l'image, dans un coffre en bois vitré, était placée derrière l'Autel.

A 23h30, l'Office de minuit de Pâques a commencé à Red Fangzi – une procession solennelle avec bannières, cierges, évangéliaire, Icônes. La procession au chant de la stichère de Pâques "Ta Résurrection, O Christ notre Sauveur", passa près du mur de Red Fangzi jusqu'à la croix dévotionnelle dans le parc de l'ambassade. A la fin, les fidèles se sont arrêtés devant les portes centrales du Red Fangzi, fermées, comme s'ils se trouvaient devant l'entrée de la Tombe du Seigneur. Sous le ciel de la nuit de Pékin, le prêtre proclama "Le Christ est Ressuscité!" - et les voix joyeuses répondirent "En vérité, Il est Ressuscité!"

Durant la Liturgie, l'Évangile fut proclamé en slavon, russe, français, anglais, allemand et chinois, puisque des citoyens Orthodoxes de divers pays participaient à la Liturgie (Russie, France, Ukraine, Grèce, Serbie, Pologne et États-Unis d'Amérique). Plus de 80 personnes ont communié durant la Liturgie. Avant Pâques – le 3 avril, avec la bénédiction du patriarche Alexis II de Moscou, une croix dévotionnelle a été placée dans le parc de l'ambassade de la Fédération de Russie auprès de la République Populaire de Chine, à l'emplacement même de la première église Orthodoxe de Chine, qui devint par la suite l'église de tous les saints Martyrs de la mission spirituelle Russe. Une plaque commémorative a été apposée, décrivant l'église et son histoire en bref. Le Mercredi Saint, la croix dévotionnelle a été bénie par le hiéromoine Venedikt.

Le jour de la sainte Pâques, au cours des Vêpres Pascales, avec la bénédiction du patriarche Alexis II de Moscou, le hiéromoine Venedikt a décoré de la médaille de saint Serge de 2ème classe monsieur E. Yu. Tomikhin, conseiller principal de l'ambassade de Russie auprès de la RPC. La distinction honorifique a été présentée à ce représentant officiel de l'ambassade de Russie comme signe de reconnaissance pour avoir organisé le transfert des restes du lieutenant-général V.O. Kappel d'Harbin à Moscou en décembre 2006.
Le 8 avril, une journée festive pour les enfants a été organisée par les paroissiens de la communauté, par les étudiants de l'école du dimanche, et par les étudiants des classes supérieures de l'école de l'ambassade. Les enfants ont eu droit à un spectacle de marionnettes représentant le compte Pascal "Kolobok." Durant le concert, des poèmes ont été déclamés, et des chants interprétés, tous dédiés à la Résurrection du Christ. Au cours des compétitions, les enfants ont reçu des oeufs de Pâques bénis et d'autres cadeaux.

Pâques a aussi été célébrée dans d'autres paroisses Orthodoxes. A Shenzhen et Guangzhou, les Offices de la Semaine Sainte et de Pâques ont été célébrés par le hiéromoine Melety (Sokolov), de l'Académie Théologique de Moscou, qui était venu à l'invitation des communautés Orthodoxes de la province de Guandong. A Shenzhen, la Divine Liturgie Pascale de minuit a été célébrée pour la première fois. Des fidèles Orthodoxes de Russie, Ukraine, États-Unis d'Amérique, Serbie et Roumanie sont venus participer aux Offices à Shenzhen, pendant que ceux à Guangzhou ont vu rassemblés des fidèles de Russie, Ukraine et France. Le prêtre Alexy Kiselevich a célébré les Offices de Pâques dans le bâtiment du Consulat Général de la Fédération de Russie à Shangaï. Les Consuls Généraux de Bulgarie et de Grèce, avec leurs épouses et des citoyens de ces pays, ainsi que des Russes, ont participé à la Divine Liturgie. Quelque 120 personnes ont participé à la Liturgie de Pâques.

Des Orthodoxes de Hong Kong, Russie, États-Unis d'Amérique, République Populaire de Chine, France, Ukraine et Serbie ont célébré la radieuse Résurrection du Christ dans l'église des Saints Pierre et Paul à Hong Kong, où les Offices ont été célébrés par le p. Dionisy Pozdnyaev. Pour les citoyens de République Populaire de Chine, la Liturgie à Hong Kong était la seule occasion de participer à une Liturgie de Pâques.

Crédit photos (entre autres!):
http://orthodox.cn/news/20070409beijing_en.htm

http://orthodox.cn/contemporary/beijing/innokentychurch_en.htm

http://orthodox.cn/contemporary/hongkong/20060125hongkong_en.htm

http://orthodox.cn/contemporary/hongkong/index_en.html





Aucun commentaire: