"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 mai 2007

Calendrier: Ancien, Nouveau, Julien, Julien réformé ou grégorien. Quelles différences? Quelle importance?


AAAAhhh, le calendrier, en voilà une question qu'elle est bonne, en voilà une question qui révèle surtout bien des choses tant chez ceux qui la posent que ceux qui y répondent.
La voici telle que posée sur un forum internet anglophone de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières, Église où à présent la *quasi* totalité des paroisses, chapelles et missions font usage de "l'ancien calendrier" (ou
"calendrier Julien"), souvent sans savoir pourquoi ils font cela ni pourquoi une autre partie des Orthodoxes font autrement. Ce qui donne régulièrement lieu à des disputes stériles voire des anathèmes ridicules.
Cependant, il est nécessaire de rappeler que les conditions dans lesquelles
a eu lieu le Concile de Constantinople (10 mai 1923 - 8 juin 1923) qui a traité de cette réforme de calendrier n'étant pas correctes, il était hélas inévitable que des problèmes surgiraient très vite. Les espoirs du délégué Serbe dont l'article est cité par le clerc EORHF et reproduit ci-dessous n'ont donc pas été rencontrés, et ne le sont toujours pas.
J-M

---------------------------------------------------------------------------------
> DDD wrote:
> Did he at any time serve in Constantinople under the New Calendar?
> I've tried to find out just when the New Calendar was introduced, and gotten three different articles saying 1922, 1923, and 1924 respectively.
> Does anyone know the answer--when was the New Calendar introduced and did Metr. Anastassy ever serve there using it?

(> DDD écrivait:
> Est-ce qu'étant à Constantinople, il a célébré en utilisant le Nouveau Calendrier?
> J'ai essayé de trouver la date d'introduction du Nouveau Calendrier, et j'ai 3 articles disant respectivement 1922, 1923 et 1924.
> Qui connaît la réponse – la date d'introduction du Nouveau Calendrier et est-ce que le métropolite Anastassy [*] y a célébré en l'utilisant?

---------------------------------------------------------------------------------

(*) ndt : Anastasy (Gribanovsky) de Kishinev (1873-1965), évêque de l'Église Orthodoxe de Russie, puis après la Révolution bolchevique, second hiérarque de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières. Il a participé au concile de Constantinople dirigé par le bizare patriarche Meletios Metaxakis, qui aurait avoué sur son lit de mort avoir volontairement tenté de détruire l'Église du Christ de l'intérieur. Ce qui à voir ses diverses autres décisions ne m'étonne guère.

Réponse à la question sur le métropolite Anastasy, par le Lecteur Nectarios :

---------------------------------------------------------------------------------
Qu'importe?

Saint Jean Maximovitch était évêque de plusieurs dizaines de paroisses d'Europe Occidentale vivant selon le Nouveau Calendrier. Il y a servit suivant le nouveau calendrier. Cela n'a en rien enlevé à sa sainteté personnelle. Saint Nicolas Planas a aussi servi sous le nouveau calendrier, lorsqu'on l'y a obligé, bien qu'il préférait le calendrier traditionnel. Le calendrier n'est pas un problème majeur, c'est l'oecuménisme qui est le problème majeur, qui est la racine du problème. D'aucun pourrait dire que le nouveau calendrier a engendré l'oecuménisme, que l'introduction du calendrier papiste dans notre sainte Église a été le début d'un horrible effet de domino.

Quelques bons articles à propos du nouveau calendrier:
[ndt : pages anglophones de groupes en faveur de l'ancien calendrier]
http://www.orthodoxinfo.com/ecumenism/zervakos_calendar.aspx

http://www.sv-luka.org/misionar/n3_churchandtime.htm

http://www.orthodoxengland.btinternet.co.uk/meletios.htm

http://www.orthodoxengland.btinternet.co.uk/calendar.htm

[ndt : par l'encyclopédie orthodoxe en ligne, relativement neutre]

http://orthodoxwiki.org/Revised_Julian_Calendar

En réponse à votre question, octobre 1923. Le concile a eu lieu en mai 1923. D'après les décisions du concile : [...]

[ndt : ensuite il cite le centre de l'article que je retraduis intégralement ci-dessous]

Reader Nectarios Chad
Honolulu, HI

---------------------------------------------------------------------------------

Le Nouveau Calendrier des Églises Orthodoxes Orientales
Par Miriam Nancy Shields, Popular Astronomy, August 1924, pp. 407-11
http://personal.ecu.edu/mccartyr/orthodox-reform.html

Dans le n° 5279 de la revue "Astronomische Nachrichten", paru le 18 mars 1924, on trouve un article de M. Milankovitch de Belgrade, daté d'octobre 1923. Il s'intitule "La fin du Calendrier Julien et le Nouveau Calendrier des Églises Orientales." M. Milankovitch, comme indiqué ci-dessous, était un délégué au concile qui a décidé de ce nouveau calendrier; il est une légère amélioration par rapport au calendrier Grégorien. Pensant que c'est d'un intérêt général, j'ai traduit cet article, faisant tout mon possible pour donner une reproduction fidèle de ce qu'exprime l'auteur.

En Mai 1923, un concile des Églises Orthodoxes Orientales s'est rassemblé à Constantinople sous la présidence du patriarche oecuménique, Meletios IV - Églises dont celles de Russie, de Grèce, de Serbie et de Roumanie sont les plus importantes -, concile qui décida d'une réforme du calendrier Julien, ou plutôt, de son remplacement par un nouveau calendrier. Cette décision a déjà été accomplie par l'Église de Russie: les autres pourraient suivre rapidement, de sorte que le calendrier Julien, vieux de près de 2000 ans, cessera d'être utilisé.

J'ai eu l'honneur de prendre part à ce concile en tant que délégué du gouvernement des Serbes, Croates et Slovènes, et en tant que représentant de la science astronomique. Dès lors, permettez-moi de rapporter les importantes décisions de ce concile concernant cette question du calendrier, et de les expliquer brièvement.

Comme on le sait, jusqu'à présent, toutes les Églises Chrétiennes orientales s'en tenaient au calendrier Julien, qui est en retard de 13 jours sur le Grégorien. Cet état de fait a prouvé être problématique, en particulier dans les royaumes nouvellement organisés des Slaves du Sud et des Roumains, avec leurs populations mélangées de Grec-Orthodoxes et catholiques-romains, où les nombreux jours de fêtes étaient donc célébrés 2 fois. Une réforme du calendrier Julien était dès lors une nécessité urgente, en particulier depuis que son inadéquation avait été démontrée depuis longtemps par la science. Cependant, une adoption complète du calendrier Grégorien n'était pas recommandable, que ce soit d'un point de vue religieux ou scientifique, parce que les données astronomiques concernant la longueur de l'année tropicale qui se trouvent à la base de la réforme grégorienne étaient à présent remplacées par d'autres. Il fut dès lors conseillé de supprimer la différence de 13 jours précitée, mais en répartissant des années bissextiles pour permettre de s'adapter aux progrès de l'astronomie. Cependant, afin de ne pas aller trop loin et de créer une nouvelle divergence entre les 2 calendriers chrétiens à l'avenir, une règle de calcul des années bissextiles proposée par moi fut acceptée, qui diffère de la règle Grégorienne mais cependant est en accord avec jusqu'en 2800.

Le principe de cette règle des années bissextiles est très simple. Dans le calendrier Julien, l'année bissextile tombait tous les 4 ans, ce qui donnait à l'année calendrier une durée moyenne de 365 jours 6 heures, qui est 11 minutes plus longue que la durée de l'année tropicale. Sur base de cela, le calendrier Grégorien ne compte comme année bissextile que les années des siècles dont les 2 premiers chiffres sont exactement divisibles par 4. Au cours des siècles à venir, seules les années 2000, 2400, 2800, etc, seront années bissextiles De la sorte, en l'espace de 800 ans, cela ne laisse que 6 jours de côté – au contraire du calendrier Julien – et dès lors cela donne une durée moyenne de l'année-calendrier qui diffère de 26 secondes par rapport à la durée de l'année tropicale.

Au contraire, la nouvelle règle de calcul des années bissextiles pour les Églises Orthodoxes est établie comme suit. Les siècles dont les 2 premiers chiffres de l'année de commencement divisée par 9 donne un reste de 2 ou 6 seront bissextiles Dès lors, les années-siècles 2000, 2400, 2900, etc, seront bissextiles Tout d'abord, on remarquera que de la sorte, la première divergence avec le calendrier Grégorien aura lieu après 877 ans; deuxièmement, que par cette règle de calcul, durant un laps de temps de 900 ans, 7 jours sont retirés du calendrier Julien. Cela donne une durée moyenne pour l'année-calendrier de 365 jours, 5 heures, 48 minutes et 48 secondes, qui ne diffère que de 2 secondes par rapport à l'actuelle durée de l'année tropicale.

La fixation de la date de Pâques a posé quelques difficultés au concile. Comme on le sait, la date de Pâques dépend des phrases de la lune, puisque Pâques doit tomber le dimanche qui suit la première pleine lune après l'équinoxe de Printemps. Cette règle, qui a été acceptée par toutes les églises chrétiennes, est si claire et si explicite que (semble-t'il) nulle différence ne serait possible quant à la date de Pâques si l'on déterminait les phases de la lune avec précision et non pas d'après les anciennes règles de calcul qui donnent des résultats imprécis. Pour cette raison, le concile de Constantinople a décidé – sur proposition de son président – que les phases de la lune nécessaires pour fixer la date de Pâques seraient établies par des calculs astronomiques précis dans lesquels la date du méridien de Jérusalem est déterminante.

Sur base de cet aménagement, les dates de Pâques des 2 calendriers chrétiens différeront 6 fois au cours des 50 prochaines années, en 1924, 1927, 1943, 1954, 1962 et 1967. Les dates de Pâques pour les Églises Orthodoxes ces années-là sont : 23 Marcs 1924, 24 Avril 1927, 28 Mars 1943, 25 Avril 1954, 25 Mars 1962, et 2 Avril 1967, alors que dans le calendrier Grégorien les dates seront 20 Avril 1924, 17 Avril 1927, 25 Avril 1943, 18 Avril 1954, 22 Avril 1962, et 26 Mars 1967. La raison de cette divergence est la suivante : les années 1924, 1943 et 1962, la véritable pleine lune arrive plusieurs heures après l'équinoxe de Printemps, alors que le mode de calcul Grégorien, utilisant l'epact, la place avant l'équinoxe. Les années 1927, 1954 et 1967, la véritable pleine lune tombe un dimanche, alors que les calculs selon l'epact la placent un samedi.

[ndt : epact = différence de jours entre l'année solaire et l'année lunaire]

De plus, il est espéré que ces différences seront vite aplanies, car le concile de Constantinople a décidé de faire des pas dans cette direction afin d'aboutir à un accord complet entre les calendriers chrétiens, ce qui devrait être très facilement atteint pourvu qu'il y ait de la bonne volonté des 2 côtés.

Après ces remarques d'introduction, la liste suivante des décisions du concile de Constantinople sur la question du calendrier seront entièrement compréhensibles.

1. Treize jours sont retirés au calendrier Julien, qui représentent sa différence en temps dont la cause est dans le décompte en années solaires depuis le premier Concile Oecuménique à Nicée. Dès lors, le 1er octobre 1923 sera compté comme 14 octobre 1923.

2. Les Fêtes qui devaient avoir lieu durant les jours enlevés seront soit célébrées ensemble le 14 octobre 1923, ou lorsque l'évêque diocésain ordonnera de le faire.

3. Tous les mois de l'année conserveront à l'avenir le même nombre de jours qu'ils avaient dans le passé. Comme auparavant, le mois de février aura 29 jours les années bissextiles

4. Comme auparavant, il y aura 2 sortes d'années, les années normales avec 365 jours, et les années bissextiles avec 366 jours. Sont années bissextiles celles dont le chiffre divisé par 4 donne un chiffre entier, comme cela était le cas jusqu'à présent. Seules les années commençant un siècle feront exception, que la règle du paragraphe suivant traite.

5. Les siècles-années (qui se terminent par 2 zéros) ne seront bissextiles que si le chiffre du siècle, quand divisé par 9, donne un reste de 2 ou 6. Tous les autres siècles-années seront des années normales. Dès lors, parmi les siècles-années suivants, seuls ceux en gras seront des années bissextiles :

2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 2800
2900 3000 3100 3200 3300 3400 3500 3600 3700
De la sorte, la durée moyenne de l'année civile est de 365 jours, 5 heures, 48 minutes et 48 secondes, en quasi harmonie avec la durée de l'année solaire.

6. Les fêtes fixes conservent la date à laquelle elles avaient lieu jusqu'à présent.

7. Les fêtes mobiles dépendent de la date de Pâques. En accord avec les décisions canoniques qui demeurent inchangées, Pâques sera célébrée le dimanche qui suit la première pleine lune après l'équinoxe de Printemps.

8. La pleine lune de Pâques sera déterminée par des calculs astronomiques; on saura donc tenir compte d'amélioration attendue de notre connaissance. La date de Pâques sera toujours déterminée par le temps de la Ville Sainte, Jérusalem.

9. Le patriarche oecuménique demandera aux observatoires ou chaires de science spatiale d'Athènes, Belgrade, Bucarest et Pulkowa (Saint-Petersbourg) de calculer des tables de Paschalie de longue durée et les transmettra à toutes les Églises Orthodoxes.

10. Cette réforme du calendrier Julien ne peut en rien être un frein à une modification ultérieure qui pourrait y être apportée par toutes les églises chrétiennes.

Addendum au point 5.
Le nouveau calendrier est plus précis que le Grégorien, dont la durée moyenne des années diffère de 24 ou 25 secondes par rapport à la durée de l'année tropicale. La différence entre la durée de l'année civile du nouveau calendrier et du Grégorien est si petite que la différence de date n'apparaîtra qu'après 877 ans. Les années suivantes en gras sont des années bissextiles du calendrier Grégorien :

2000 2100 2200 2300 2400 2500 2600 2700 2800
Une première divergence apparaît en l'an 2800.

Addendum au point 8.
Puisque le jour est calculé de minuit à minuit, la date civile de la première pleine lune après l'équinoxe de Printemps sera déterminée par le calcul du temps selon le méridien de l'Église du Saint Sépulcre. Le premier dimanche après cette date c'est Pâques. Si cette date tombe un dimanche, Pâques sera célébrée le dimanche suivant.

Université de Denver, Mai 1924.

Aucun commentaire: