"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 mai 2007

Fidélité contre aventurisme théologique : réponse à "Rome sweet Rome"

Scott Hahn, ce tonitruant pasteur Protestant Presbytérien qui, avec son épouse Kimberley, s'est converti au catholicisme-romain, écrivait dans son livre "Rome Sweet Rome: Our Journey to Catholicism" ("Rome sweet Rome, notre cheminement vers le catholicisme"): "En continuant à étudier, j'en suis venu à la conclusion que l'Orthodoxie était magnifique en sa liturgie et sa tradition mais stagnante en théologie."

Clark Carlton, un célèbre Protestant Baptiste qui s'est converti et est entré dans l'Église Orthodoxe, lui répond dans son livre "The Truth: What Every Roman Catholic Should Know About the Orthodox Church" ("La Vérité : ce que tout catholique-romain devrait savoir à propos de l'Église Orthodoxe") :
"Si l'alternative à être 'stagnant' signifie changer le Symbole de la Foi (le 'filioque'), s'inquiéter à propos d'un lieu non-existant (purgatoire), payer de l'argent pour ne pas aller dans le lieu non-existant précité (indulgences), transformer la Vierge Marie en une sorte de surhumain (une co-rédemptrice conçue de manière immaculée) et faire de l'évêque d'une ville un potentat infaillible et universel avec souveraineté tant dans le domaine spirituel que temporel, alors c'est avec joie que les Orthodoxes resteront stagnants."


Aucun commentaire: