"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 juin 2007

DYNAMIS: La prophétie du Christ donnée par Moïse


Moïse recevant les tables de la Torah / Loi
Bible de Moutier-Grandval, dite de Tours ou d’Alcuin, 9ème siècle
source

12 juin 2007 – Jeûne des Apôtres
Vénérable Onouphrios le grand
Kellia: Deutéronome 18,15-22
"Le Seigneur ton Dieu te suscitera parmi tes frères un prophète comme moi: c'est à lui que vous prêterez l'oreille. C'est ce que tu as toi-même demandé au Seigneur ton Dieu, à l'Horeb, quand tu Lui as dit, le jour de l'assemblée: "Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, ni voir ce feu ardent; j'ai peur d'en mourir!" Sur quoi le Seigneur me dit: "J'approuve ce qu'ils disent là; Je leur susciterai un prophète comme toi parmi leurs frères: Je lui mettrai Mes paroles dans la bouche et Il leur fera connaître Mes ordres. Celui qui refusera d'écouter ce qu'il dira de Ma part, Je lui en demanderai compte. Mais le prophète qui aurait l'audace de proférer en Mon Nom une parole que Je n'aurai pas ordonné de dire, ou qui osera parler au nom d'autres dieux, ce prophète-là doit mourir." Si tu te dis: "Comment distinguer la parole qui ne vient pas du Seigneur?" Lorsque le prophète aura parlé au Nom du Seigneur, si ce qu'il a dit ne se réalise pas, c'est que ce discours ne vient pas du Seigneur. C'est présomptueusement qu'aura parlé le prophète. N'aie pas peur de lui."

Épître: Romains 7,14-8:2
Évangile : saint Matthieu 10,9-15

La prophétie du Christ faite par Moïse, Deutéronome 18,15-22 LXX, en particulier le verset 18 : "Je leur susciterai un prophète comme toi parmi leurs frères: Je lui mettrai Mes paroles dans la bouche et Il leur fera connaître Mes ordres." C'est l'unique passage d'un des 5 livres attribués à Moïse où le grand prophète fait référence à lui-même comme étant un prophète (v. 15); et c'est exactement dans ce même passage qu'il proclame l'avènement du Christ – "un prophète comme moi" (v. 15). Remarquez dans ce passage 1) les qualités que Dieu requiert d'un véritable prophète (Deut. 18,22) et 2) comment le Seigneur Jésus remplit les prérequis de cette prophétie. Moïse était un vrai prophète de Dieu qui perçu la venue du Christ, le "prophète qui devait venir dans le monde" (Jean 6,14).

Par Moïse, Dieu annonçait la venue du Seigneur Jésus (Deut. 18,18), car ce que le Christ a prophétisé s'est soit réalisé à l'époque, soit le sera à la fin des temps. Dieu a envoyé le Christ pour Son peuple (Deut. 18; Mt. 15,24). Selon la chair, le Seigneur appartient au peuple d'Israël, c'est-à-dire qu'Il est un "parmi leurs frères" (Deut. 18,18; Jn. 1,11). Les paroles de Dieu le Père sont en Sa bouche, et rien d'autre (Deut. 18,18; Jn. 8,26). Tout ce qu'Il dit ne vient pas de Lui-même mais : "Je dis ce que Mon Père M'a enseigné" (Deut. 18,18; Jn. 8,28).

Moïse avait prédit que Dieu susciterait "un prophète comme moi" (Deut. 18,15), et notre Sauveur, bien qu'étant le Verbe de Dieu préexistant, Qui était en Dieu et était Dieu depuis les origines (Jn. 1,1-2), "ne S'est pas prévalu de Son égalité avec Dieu; mais Il S'est anéanti Lui-même en prenant la condition d'esclave et Se faisant pareil aux hommes" (Phil. 2,7-8). Dès lors, comme l'homme Moïse, le Seigneur Jésus fut comme homme et comme Juif parmi Ses frères, le peuple d'Israël. Le Seigneur Jésus servit comme Moïse l'avait fait, médiateur entre Dieu et les hommes, car dans l'Incarnation, le but de Dieu était d'éviter de parler de
Sa Voix assourdissante et depuis ce "grand feu" (Deut. 18,16). Dès lors, Il vint sous la même forme supportable que Moïse – comme homme, S'humiliant Lui-même et étant "obéissant jusqu'à la mort" (Phil. 2,8).

Comme Dieu l'avait annoncé par Moïse, le Seigneur Jésus est Lui-même un grand prophète, car toutes Ses paroles, comme celles de Moïse, se sont accomplies, prouvées vraies (Deut. 18,22). Lorsqu'Il rencontra Nathanaël, Il dit de lui : "Voici un Israélite sans détour!" (Jn. 1,47), ce qui avait surpris Nathanaël, l'amenant à demander "Comment me connais-Tu?" (Jn. 1,48). Ce à quoi le Seigneur lui répondit qu'Il l'avait vu "sous le figuier" (Jn. 1,48) – clairvoyance prophétique [*]. De plus, Il prédit aussi à Nathanaël "tu verras des choses plus grandes encore" (Jn. 1,50), ce qui fut accompli par les nombreux miracles auxquels Nathanaël assista par la suite, et par dessus tout dans la Résurrection du Seigneur.

La rencontre avec Nathanaël n'était que le début, car le Seigneur prophétisa bien plus encore : que certains de Ses disciples ne croiraient pas en Lui (Jn. 6,64), et "dès ce moment-là, nombre de Ses disciples se retirèrent et ne Le suivirent plus" (Jn. 6,66). Il annonça que Judas Le trahirait (Jn. 6,64; Luc 22,21); et en effet, Judas guida "la cohorte et des gardes dépêchés par les grands prêtres et les pharisiens" jusqu'au jardin de Getsemani (Jn. 18,3). De même, longtemps avant la nuit au cours de laquelle Il "Se livra Lui-même pour la vie du monde", Il prédisit que le Fils de l'Homme aurait "à souffrir beaucoup, et serait rejeté... et tué, et 3 jours après Se relèverait" (Mc 8,31) – et tout cela s'est accompli.

Par dessus tout, cela amène à reconnaître que le Christ était aussi comme Moïse d'une autre manière, fort significative: seules les paroles de Dieu étaient en Sa bouche. Comme Il le dit à Ses compatriotes Juifs, "Ma doctrine n'est pas de Moi, mais de Celui Qui M'a envoyé. Si quelqu'un veut accomplir la volonté de Dieu, il verra bien si Ma doctrine est de Dieu, ou si Je parle de Moi-même" (Jn. 7,16-17). Bien qu'étant Dieu, Il parla en paraboles, sachant que nombre de gens n'étaient pas préparés à "connaître les mystères du Royaume de Dieu" (Mc. 4,11).

O Toi Qui a suscité Moïse comme témoin de Ta divinité, en faisant un précurseur de l'Évangile de la libération à travers la Croix et la Résurrection, O Seigneur, gloire à Toi!


note de traduction:
[*] dans le midrasch, le figuier représente la Torah, la Loi. Le Christ mentionne par là que Nathanaël est un de ces rares Israélites vivant vraiment la Loi Mosaïque, pas uniquement en apparence. Il fallait être Dieu, scrutant les coeurs et sondant les reins, pour savoir faire la différence, vu les apparences extérieures semblables entre vrais et faux pratiquants! Nathanaël ne s'y trompe pas.


Aucun commentaire: