"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 juin 2007

p. G. Poulos: l'Icône miraculeuse "Axion esti"


Fêtée le 11 juin

par le prêtre G. Poulos

La sainte montagne de l'Athos est fréquemment mentionnée dans les discussions internes à l'Orthodoxie. Le Mont Athos est ce que nous appelons une "république spirituelle." C'est un État indépendant qui ne fait allégeance seulement au Dieu Tout-Puissant. Le Mont Athos est perché sur une péninsule de quelque 30km de long sur 12km de large, face à la côte de Macédoine. Les monastères qu'on y trouve sont parmi les plus anciens dans la Chrétienté. Des moines, des ermites et de saints hommes y ont vécu depuis le 3ème siècle.

Au cours de l'ère byzantine, la population totale dépassait les 50.000 hommes. Les femmes n'ont jamais été admises sur le Mont Athos. La Toute Pure et Toujours Vierge Marie, la Mère de Dieu, est la "sainte patronne" de la république spirituelle du Mont Athos. Dans un des magnifiques monastères, on trouve une immense Icône de la Bienheureuse Vierge Marie qui a été appelée "Axion Esti", ce qui signifie "Il est digne en vérité" [de te bénir, O Vierge]. Cette magnifique Icône a été peinte au 7ème siècle et depuis lors, elle orne les murs sacrés de la cathédrale sur le Mont Athos.

Aujourd'hui, nous commémorons l'anniversaire du miracle qui a eu lieu en face de cette Icône il y a quelque mille ans d'ici, un 11 juin. Au cours de la célébration de la Divine Liturgie dominicale, nous entendons l'hymne splendide et inspirante appelée "Il est digne en vérité", "Axion esti" en grec, qui (au moment où nous nous agenouillons) suit la prière appelée "Epiklesis" (épiclèse). Cette hymne a été composée en 720 par saint Cosmas, un des plus grands hymnographes de l'Église Chrétienne. Cependant, l'hymne commençait par les paroles suivantes : "Toi plus vénérable que les Chérubins" (Tin Timioteran). C'est une bonne centaine d'années plus tard que cette hymne fut ajoutée à la Divine Liturgie, mais augmentée d'un nouveau début suite à l'événement miraculeux suivant :

Le 11 juin 980, un groupe de moine était occupé à célébrer une Vigile de toute une nuit devant l'Icône de la Bienheureuse Vierge Marie. Ils remarquèrent soudain un moine se tenant à droite de l'Icône, qu'ils ne reconnaissaient pas. Il était inconnu des moines, et nul ne pouvait expliquer sa soudaine présence. Ce moine non-identifié commença à chanter l'hymne magnifique composée par saint Cosmas, mais en commençant par les paroles "Axion Esti os Alethos Makarizin Se Tin Theotokon", ce qui signifie "Il est digne en vérité de te célébrer, ô Mère de Dieu, bienheureuse et très pure et Mère de notre Dieu." Le moine expliqua alors aux autres qu'il était l'Archange Gabriel et que ces paroles devraient être ajoutées à l'hymne. L'Archange disparu ensuite de leur vue, laissant les moines émerveillés face à la puissance de Dieu. Depuis ce jour du 11 juin 980, les paroles additionnelles à l'hymne de saint Cosmas ont été chantées par tous les Chrétiens Orthodoxes, dans le monde entier. L'Icône de la Mère de Dieu "Axion Esti" est encore vénérée de nos jours à la cathédrale du Mont Athos.

"Il est digne en vérité de te célébrer, ô Mère de Dieu, bienheureuse et très pure et Mère de notre Dieu. Toi plus vénérable que les Chérubins et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins, toi qui sans tache enfantas Dieu le Verbe, toi véritablement Mère de Dieu, nous t'exaltons."


Aucun commentaire: