"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 mars 2007

Voir la gloire de Dieu (Jn 11,40)

Un des versets de l'Évangile de la Liturgie de ce jour m'a toujours fortement touché, parce qu'il rappelle à quel point le Seigneur respecte intégralement notre liberté de conscience :

Jn 11,40 : "Ne t'ai-je pas dit, répond Jésus, que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu?"

"Si tu crois"... nulle part ailleurs dans les Saintes Écritures je n'ai trouvé de plus bel exemple de la liberté que Dieu donne à l'homme: libre de croire ou pas. S'il y avait étalage de miracles, ça convaincrait surtout ceux qui suivent au gré des modes et des vents. Les feuilles mortes s'en vont avec le vent dominant. Dieu aspire à ce que nous L'aimions, mais Il sollicite cet amour (Apocalypse 3,20), Il ne l'impose pas. D'où cet appel à Lui faire confiance, du fond du coeur. Et alors, et alors seulement, tout devient possible, puisqu'on rentre dans l'élan du Souffle de Dieu, ce Souffle ténu (1 Rois 19,12) mais omnipotent (Ps 104,30)!

Deo gratias.

Posté en la fête de sainte Marie de Paris, qui soumis toute sa vie Chrétienne au Souffle de l'Esprit Saint, et porta de l'abondant fruit jusque dans l'enfer de Ravensbrück.. et aujourd'hui encore pour toutes celles et ceux qui s'adressent à elle et sollicitent son aide.



Diacre John Chryssavgis: Dimanche des Rameaux, l'Entrée de notre Seigneur à Jérusalem

Dimanche des Rameaux (Jean 12,1-18)
Diacre John Chryssavgis
Holy Cross School of Theology
Brookline, MA

Le Dimanche des Rameaux est crucial pour comprendre Pâques : l'ethos liturgique Orthodoxe a comme caractéristique l'absence de célébration impromptue. Dans notre calendrier liturgique, une fête guide vers, est une préparation pour, et est accomplie par la fête suivante. Aujourd'hui existe la tentation de perdre cette unicité de notre culte liturgique quand nous pensons à aller à l'église lors de plusieurs jours importants durant l'année mais sans pleinement comprendre leur interrelation et leur relation avec Pâques, la Fête des fêtes. Le Dimanche des Rameaux est l'avant-fête de la Résurrection; et nos hymnes y font référence comme étant "avant le commencement de la Croix."

Comme nous achevons le Grand Carême, nous entrons dans la Semaine Sainte par la célébration de 2 fêtes majeures: la résurrection de Lazare et le Dimanche des Rameaux. "L'esprit" de Carême est rompu quand nous célébrons ces 2 événements majeurs dans la vie du Christ. Au 21ème siècle, nous ne savons pas facilement apprécier comment notre Église sait se réjouir après 40 jours de solennité et de jeûne, et seulement quelques jours avant la Crucifixion du Christ. Et cependant, la joie de la Résurrection est déjà apparente. Nous commençons déjà à entr'apercevoir des rayons de cette Lumière qui, le Dimanche de Pâques, "rempli tout."

Le Samedi de Lazare, nous nous rappelons comment le Christ a déclaré la guerre à la mort; en disant les mots "Lazare, sors dehors", le Christ défie la mort face à face, en la personne de Lazare, Son ami.

Le Dimanche des Rameaux, nous nous commémorons la triomphante entrée du Christ à Jérusalem. Certes mais pourquoi avec des rameaux? Malheureusement, le Dimanche des Rameaux est devenu une grande fête pour les enfants dans la plupart des endroits parce que les enfants aiment voir, tenir et même jeter des rameaux durant les Offices. En Amérique, on n'a pas rencontré de tels problèmes, parce que nous aimons garder nos églises propres. Et dès lors, nous nous séparons des rameaux ou les déposons tous dans un coin. Alors, qu'est-ce qu'il y a d'unique avec les rameaux? Certains disent "bah! Un objet saint de plus dans l'église, ça ne peut pas faire de tort"; et d'autres "parce que c'est écrit ainsi dans la Bible." Oui, mais pourquoi? Qu'y-a-t'il d'unique dans cet événement?

Il est unique de la manière suivante : le Christ a toujours, systématiquement et radicalement évité d'être glorifié, exalté, voire même appelé "Dieu"; aussitôt que cela survenait, Il disparaissait de la foule – pensez à l'incident où les gens avaient voulu Le proclamer Roi. Et cependant, aujourd'hui, Il accepte toutes leurs salutations messianiques, "Hosanna." Il est le Messie; Il est le "Roi" – et ces termes ne sont pas tant religieux que cosmiques et politiques. Le Christ provoque tout cela parce qu'au moins pour un bref instant, Il veut montrer qu'Il est aussi Roi de ce monde, et non pas uniquement d'un autre monde, métaphysique : Son Royaume est une réalité "à venir" mais aussi "proche." C'est en tant que Roi qu'Il sera cloué à la Croix. Et les rameaux qui seront donnés à la fin de la Liturgie sont précisément un symbole de notre obéissance à Son égard, à Lui Qui va être crucifié et Qui est Roi du monde.

Aujourd'hui, le Christ organise et provoque Son combat personnel avec la mort. Comme dans le récit de la résurrection de Lazare, Jésus ne veut pas arriver trop vite et simplement guérir Lazare, mais Ses mouvement sont lents, calculés, précis... parce qu'Il n'a pas peur d'affronter la mort; aussi donc, dans la lecture de l'Évangile de ce jour, le Christ monte lentement sur un ânon et entre dans Jérusalem. Mais dans les Évangiles de Matthieu et de Marc, les détails sont encore plus précis; chaque mot a son poids; chaque mouvement est histoire; le récit progresse lentement, l'action est graduelle: voir Marc 11,1-10.

Et ainsi le Christ S'avance volontairement et sûrement vers Sa Passion et vers notre résurrection.


Dimanche des Rameaux, entrée dans Jérusalem et Zachée
Psautier de Würzburg, anno 1255
Psalterium Codex 1903, folio 10r
Benediktinerstiftes, Melk, Autriche

P. Schmemann: Samedi de Lazare (The Christian Way, 1961)


La joie qui imprègne et éclaire l'Office du Samedi de Lazare met l'accent sur un thème majeur : la prochaine victoire du Christ sur l'Hadès. "Hadès" est le terme biblique pour la Mort et sa puissance universelle, pour l'indéniable ténèbre qui engloutit toute vie et empoisonne le monde entier par son ombre. Mais maintenant – avec la résurrection de Lazare – "la mort commence à trembler." Un duel décisif entre la Vie et la Mort commence, nous donnant la clé de tout le mystère liturgique de Pâques. Déjà au 4ème siècle, le Samedi de Lazare était appelé "annonce de Pâques." Car en effet, il annonce et anticipe la merveilleuse Lumière et paix du Samedi qui suit – le Grand Samedi -, jour de la Tombe vivifiante.

Lazare, l'ami de Jésus, personnifie l'humanité entière et aussi chaque homme, comme Béthanie – la maison de Lazare – symbolise le monde entier – la maison de l'Homme. Car chaque homme a été créé en tant qu'ami de Dieu et appelé à Son amitié : la connaissance de Dieu, la Communion à Dieu, le partage de la vie avec Lui : "En Lui était la Vie, et la Vie était la Lumière des hommes" (Jean 1,4). Et cependant cet ami, que Jésus aime, qu'Il a créé dans l'amour, est détruit, annihilé par une puissance que Dieu n'a pas créée : la mort. Dans Son propre monde, le fruit de Son amour, sagesse et beauté, Dieu rencontre une puissance qui détruit Son oeuvre et annihile Son premier dessein. Le monde n'est que lamentation et affliction, complainte et révolte. Comment est-ce possible? Comment est-ce arrivé? Telles sont les questions implicites de la narration lente et détaillée donnée par Jean de la progression de Jésus vers la tombe de Son ami. Et une fois sur place, Jésus pleura, dit l'Évangile (Jean 11,35). Pourquoi donc pleura-t'Il si Il savait qu'un instant plus tard, Il ramènerait Lazare à la vie? Les hymnographes byzantins n'ont pas bien rendu la véritable signification de ces larmes. "Comme homme, Tu pleura, et comme Dieu, Tu le releva de la tombe.." Ils arrangent les actions du Christ selon Ses deux natures : la Divine et l'humaine. Mais l'Église Orthodoxe enseigne que toutes les actions du Christ sont à la fois divines et humaines, qu'elles sont les actions d'une seule et même personne, le Fils Incarné de Dieu. Celui Qui pleure n'est pas seulement homme, mais aussi Dieu, et Celui Qui appelle Lazare hors de la tombe n'est pas seulement Dieu, mais aussi homme. Et Il pleure parce qu'Il contemple l'état misérable du monde, créé par Dieu, et l'état misérable de l'homme, le roi de la Création.. "Il sent déjà" disent les Juifs pour tenter d'empêcher Jésus d'approcher du corps, et ce "il sent déjà" peut être appliqué à toute la Création. Dieu est Vie, et Il a appelé l'homme à cette divine réalité de la vie, et lui, "il sent déjà." A la tombe de Lazare, Jésus rencontre la Mort – la puissance du péché et de la destruction, de la haine et du désespoir. Il rencontre l'ennemi de Dieu. Et nous qui Le suivons, nous sommes à présent introduits dans le coeur même de cette heure de Jésus, l'heure qu'Il a si souvent mentionnée. Les ténèbres de la Croix qui arrivent, sa nécessité, sa signification universelle, tout ça nous est donné dans le plus court verset de l'Évangile – "et Jésus pleura."

Nous comprenons à présent que c'est parce qu'Il pleura, c-à-d aimait Son ami Lazare et était bouleversé pour lui, qu'Il avait la puissance de le ramener à la vie. La puissance de la Résurrection n'est pas une divine "puissance par elle-même", mais c'est la puissance de l'amour, ou plutôt, l'amour comme puissance. Dieu est Amour, et c'est l'amour qui crée la vie; c'est l'amour qui pleure à la tombe et c'est dès lors l'amour qui restaure la vie.. Telle est la signification de ces divines larmes. Ce sont des larmes d'amour, et dès lors, en elles se trouve la puissance de la vie. L'amour, qui est le fondement de la vie et sa source, est à nouveau à l'oeuvre, recréant, rachetant, restaurant la vie enténébrée de l'homme : "Lazare, sors dehors!" Et c'est pourquoi le Samedi de Lazare est le véritable commencement des deux : la Croix, en tant que sacrifice d'amour suprême, et la résurrection commune, en tant que triomphe ultime de l'amour.

"La joie de tous, le Christ, la Vérité, la Lumière, la Vie, la Résurrection du monde, S'est révélé dans Sa bonté à ceux qui sont sur la terre. Il est devenu le modèle de la résurrection, donnant à tous l'absolution divine."

Protopresbytre Alexander Schmemann
in : "The Christian Way", 1961
icone de la resurrection de Lazare, liturgie orthodoxe byzantine du Samedi de Lazare
Samedi de Lazare à Jérusalem
http://www.moinillon.net/post/2007/03/31/la-resurrection-de-Lazare-a-Eleon


P. Hopko: Samedi de Lazare et Dimanche des Palmes


La semaine qui suit le Dimanche de saint Marie l'Égyptienne est appelée Semaine des Palmes ou Rameaux. Lors des Offices du mardi de cette semaine, l'Église rappelle que Lazare, l'ami de Jésus, était mort, et que le Seigneur venait pour le relever d'entre les morts (Jn 11). Les jours se rapprochant du samedi, l'Église, dans ses hymnes et versets, continue de suivre le Christ en direction de Béthanie, vers la tombe de Lazare. Le vendredi soir, veille de la célébration de la résurrection de Lazare, les "grands et salutaires 40 jours" du Grand Carême sont officiellement arrivés à leur terme:

"Parvenus au terme des 40 jours, Seigneur Ami des Hommes, nous Te demandons de voir aussi la sainte semaine de Ta Passion, pour glorifier en elle Tes hauts faits et l'oeuvre ineffable de Ton Salut, en chantant d'une même voix : Seigneur, gloire à Toi!" (Hymne des Vêpres, Lucernaire)

Le Samedi de Lazare est une célébration Pascale. C'est l'unique moment de toute l'année ecclésiale où l'office résurrectionnel du dimanche est célébré un autre jour. A la Liturgie du Samedi de Lazare, l'Église glorifie le Christ comme étant "la Résurrection et la Vie" qui, en ressuscitant Lazare, a confirmé la résurrection universelle de l'humanité avant même Sa propre souffrance et mort.

"Confirmant la résurrection commune avant Ta Passion, Christ Dieu, Tu as relevé Lazare des morts. Portant comme les enfants les signes de la victoire, nous Te disons, à Toi qui as vaincu la mort : "Hosanna au plus haut des Cieux, béni est Celui qui vient au Nom du Seigneur" (Tropaire).

"La joie de tous, le Christ, la Vérité, la Lumière, la Vie, la Résurrection du monde, S'est révélé dans Sa bonté à ceux qui sont sur la terre. Il est devenu le modèle de la résurrection, donnant à tous l'absolution divine" (Kondakion).

Au cours de la Divine Liturgie du Samedi de Lazare, les versets baptismaux de Galates "Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ" (Gal. 3,27) remplacent le Trisagion, marquant ainsi le caractère résurrectionnel de la célébration, et le fait que le Samedi de Lazare comptait jadis parmi les quelques grands jours baptismaux de l'année dans l'Église Orthodoxe. Du fait de la résurrection de Lazare d'entre les morts, le Christ fut salué par les masses comme étant le Messie-Roi d'Israël si longtemps attendu. Dès lors, en accomplissement des prophéties de l'Ancien Testament, Il entra dans Jérusalem, la Ville du Roi, "assis sur le petit d'une ânesse" (Zach. 9,9; Jn 12,12). Les foules le saluèrent avec des rameaux de palmiers et en lançant des cris de louange : "Hosanna! Béni est Celui qui vient au Nom du Seigneur, le fils de David!" (Luc 19,47; Jn 11,53; Jn 12,10).

La fête de l'Entrée du Seigneur à Jérusalem, Dimanche des Rameaux ou des Palmes, est une des 12 fêtes majeures de l'Église. Les Offices de ce dimanche se déroulent dans le même esprit que ceux de la veille. L'église conserve sa splendeur résurrectionnelle, résonnante des hymnes qui répètent sans cesse le Hosanna offert au Christ en tant que Messie-Roi qui vient au Nom de Dieu le Père pour le Salut du monde.

Le tropaire principale du Dimanche des Rameaux est le même que celui chanté lors du Samedi de Lazare. Il est chanté à tous les Offices et utilisé à la Divine Liturgie comme 3ème antienne, où il suit les versets psalmiques qui remplacent ce jour-là les antiennes liturgiques habituelles. Le deuxième tropaire de la fête, de même que le kondakion et les autres versets et hymnes, continuent de célébrer le triomphe du Christ dont la puissance resplendit "6 jours avant la Pâque", où Il Se donnera Lui-même à la Cène et sur la Croix pour la vie du monde.

"Aujourd'hui la Grâce du Saint Esprit nous a réunis. Et tous élevant Ta Croix, nous disons : Béni est Celui qui vient au Nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des Cieux!" (Grandes Vêpres, 1ère stichère du Lucernaire / 1er verset des Vêpres).

"Ensevelis avec Toi dans le Baptême, O Christ notre Dieu, nous avons été rendus dignes de la vie immortelle par Ta Résurrection et nous Te chantons : Hosanna au plus haut des Cieux! Béni est Celui qui vient au Nom du Seigneur!" (Second tropaire, apolytikion, ton 4).

"Christ Dieu sur le Trône dans le Ciel, et porté par un petit âne sur la terre, Tu as reçu la louange des Anges et la célébration des enfants qui Te disent : Tu es béni, Toi qui viens rappeler Adam!" (Kondakion, ton 6).

Durant la Vigile de la fête du Dimanche des Rameaux, les prophéties de l'Ancien Testament au sujet du Messie-Roi sont lues en même temps que les passages de l'Évangile rapportant l'Entrée du Christ dans Jérusalem. A Matines, on bénit les branchages que les fidèles conservent tout au long de la célébration, montrant par là qu'ils glorifient eux aussi Jésus et reconnaissent en Lui leur Sauveur et leur Roi. Il s'agit habituellement de branches de palmier, ou, dans les Églises slaves, de branches de saules, du fait qu'elles sont plus faciles à trouver et qu'elles fleurissent de manière précoce au printemps.

Les fidèles, qui brandissent ainsi leurs rameaux et acclament de leurs chants le Seigneur en ce Dimanche des Rameaux, sont jugés de la même façon que la foule de Jérusalem. Car ce sont les mêmes qui criaient "Hosanna" au Christ qui, quelques jours plus tard, hurlèrent "Crucifiez-Le!" Ainsi, tout en glorifiant le Christ avec "les rameaux de la victoire", les fidèles se soumettent à Son Jugement et abordent avec Lui les jours de Sa "Passion volontaire."
Protopresbytre Thomas Hopko
*-*-*-*-*-*-*

Textes liturgiques pour le Dimanche des Rameaux
http://forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=1830


30 mars 2007

1 Pierre 3,4: "L'intérieur de votre coeur", retraite pour le clergé antiochien prêchée par l'Archimandrite Zacharias (Maldon)

http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2007/02/hidden-man-of-heart-pt-7.html

Ces courtes notes ont été prises durant la retraite annuelle du clergé du diocèse de Wichita et Centre des États-Unis, du 6 au 9 février 2007.

La retraite était prêchée par l'archimandrite Zacharias, du monastère stavropégique Saint John the Baptist, à Tollesthunt Knights, Maldon, Essex, Grande-Bretagne.

Ce sont mes notes personnelles, prises au vol. Si vous y trouvez quelqu'erreur que ce soit, c'est une faute de ma part, exclusivement. Pardonnez-moi.
Prêtre Joseph Huneycutt, patriarcat d'Antioche

*-*-*

La tragédie de l'homme contemporain, c'est qu'il vit hors de son coeur.

Le coeur est le champs de bataille de notre Salut.

Le coeur est le véritable temple où a lieu la rencontre avec Dieu.

Dieu, Qui est un Dieu jaloux, ne S'installera pas dans un coeur partagé.

Nous sommes captifs des passions, ne laissant pas de place dans le coeur.

Dieu frappe à la porte de notre coeur, et nous encourage à frapper pour faire appel à Sa miséricorde.

Cette action [frapper] contient la possibilité de notre relèvement du royaume des ténèbres vers le Royaume de Lumière – c'est le moment où l'homme revient à lui-même.

Notre but est de convaincre Dieu que nous sommes Siens.

Lorsque l'homme fit le mouvement vers le péché, son esprit a été dispersé. Lorsqu'il "revient à lui-même", l'esprit revient dans le coeur... et de là à Dieu le Père (Fils Prodigue).

Le Christ a porté nos péchés en montant sur la Croix de honte. Nous faisons la même chose dans la confession.

La grâce purifie le coeur de sorte que l'Homme sait tenir en présence de Dieu.

La repentance purifie et justifie.

Lorsque l'esprit et le coeur s'unissent – alors l'Homme possède sa nature.

Dans notre état déchu, nous sommes divisés [pensant (ou ressentant) une chose avec le coeur et pensant une autre avec l'esprit, etc]

Nul être humain ne sait pleurer en ayant deux pensées. Quand nous pleurons, nous avons l'unité de pensée (sentiment).

Repentance = prouver que Dieu est bon et que l'Homme est un menteur.

*-*-*
Sur la mémoire de la mort.

Les puissantes oeuvres de Dieu surviennent après que les gens aient lutté dans le silence du coeur.

"Tout ce que nous faisons est mort – il n'y a que le travail que nous accomplissons dans notre coeur qui demeure." (père Sophrony)

L'Homme voulait devenir Dieu ... pas par amour et soumission divine.

Les passions tendent à éteindre même le souvenir de Dieu.

Après la Chute, notre lutte est centrée sur la survie.

Si la vie s'achève avec la mort – rien n'a la moindre signification.

Mémoire de la mort = "tout est vanité (vain)."

[non pas la mémoire de simplement mourir – une réalité qui, je vous le dit, n'est pas salvatrice.]

L'Homme projette son désespoir sur toute la Création – quand tout semble insignifiant ("tout est vanité") – cela est un pas en direction du Salut (mémoire de la mort).

La mémoire de la mort devient possibilité de vie.

La mort, qui est punition du péché, devient une étape vers la réunion des facultés et de la vie avec Dieu.

Le renoncement à soi, couplé à la mémoire de la mort, est ce qui est le plus approprié pour la prière.

Notre séjour sur cette terre est pour apprendre comment mourir. Cependant, notre vie ici nous prépare à tout sauf à sa fin.

La manière dont nous mourrons importe peu; c'est la manière dont nous approchons la mort qui compte.

*-*-*

La religion & la volonté déchue de l'Homme

Il n'existe qu'une seule religion dans le monde : le Christianisme.

Elle nous est révélée d'en haut à travers le Dieu-Homme.

Le moment de notre mort est le plus grand moment de notre vie.

Nous devons avoir notre protection pour ce grand jour préparée à l'avance.

Le corps = humilité. Il est terre et retournera à la terre.

Ce qui est précieux, c'est le souffle de Dieu – C'EST l'image et la ressemblance.

Forgez-vous une habitude de renoncement à vous-mêmes.

Notre Seigneur l'a dit, la condition pour Le suivre, c'est le renoncement à soi-même.

Préparez-vous pour l'heure de la mort – de sorte que vous puissiez mourir joyeusement (alors vous ne mourrez pas mais vivrez éternellement avec Dieu).

Nous n'arrivons jamais à nous habituer à la pensée de la mort – parce qu'elle doit toujours encore survenir.

A notre "Amen" commence le "Bienheureux les.." de Dieu.

"Il est impossible de vivre en Chrétien – il est seulement possible de mourir en Chrétien." (p. Sophrony)

*-*-*

Mémoire de la mort avec crainte de Dieu

1. Le réveil du coeur par la crainte de Dieu

2. Le réveil du coeur en venant honteux au Sacrement de Confession

A. Adam a transgressé (regardant vers la Création plutôt que vers le Créateur). Il fut dépouillé de l'habit de lumière du souffle divin.

B. Ainsi nu, il se cacha.

Lorsqu'il est loin de Dieu, il est dans les ténèbres et ne sait pas percevoir à quel point il a chuté (loin de la Grâce).

Quiconque est orgueilleux... ne sait pas aimer.

C'est l'auto-divinisation luciférienne.

*-*-*

Construire le coeur par la vigilance et la prière

Vigilance = vigilance de l'esprit

Nous devrions régler notre attitude envers Dieu dès le début du jour.

Exercer la retenue et la patience durant la prière = aide à diriger l'intellect.

Trois types de prière:
1) vocale
2) en pensée
3) de l'esprit dans le coeur

La Prière de Jésus est basée sur la relation révélée avec la Sainte Trinité .. les autres prières/chemins n'ont pas la même base.

Se désaisir du monde n'est que la moitié du modèle.
Avoir l'âme constamment revêtue de la Grâce de Dieu (est l'autre moitié).

Dieu a montré Son amour en offrant Sa douleur et souffrance.
L'Homme peut réciproquer cela en offrant à Dieu sa douleur et souffrance.

Quand nous sommes inattentifs à Dieu, l'Ennemi nous pourfend.

Les Pères disent : l'oubli de Dieu = la plus grande passion.

*-*-*

La prière en tant que Création Infinie

La prière = preuve d'être (créé) à l'image et ressemblance de Dieu.

La communication, Homme avec Dieu, a été rompue dans la Chute. Le Fils de Dieu est venu dans la chair pour rétablir, poursuivre la communication.

La prière accompagne l'Homme en accomplissant son Salut.

L'Homme, de lui-même, n'est pas la vraie source de vie.

La foi dans la divinité de Jésus-Christ constitue un commencement de relation avec le Divin.

Notre unique souci = ne pas perdre un tel but.

La prière porte les fruits de la repentance.

Crucifié, et dès lors libéré, l'esprit se tourne lui-même vers le Seigneur – et descend dans le coeur.

La contemplation du Christ frappe l'âme d'émerveillement.

Je dois laisser voir ma difformité au Christ; je ne peux pas Le voir sans que je ne L'ai laissé me voir.

"Il doit croître – mais je dois décroître."

Transition du niveau psychologique au niveau ontologique.

"L'amour agit comme un transformateur" (à toutes les étapes).

- utilise chaque sensation, reçue des mots créés, pour intensifier son dialogue avec Dieu.

Le Christ n'a pas tourné Son attention horizontalement. Au contraire, Il l'a tournée vers le Père : "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font."

Le désespoir charismatique donne des ailes à la prière.

*-*-*

Bâtir le coeur par la grâce de la repentance.

Se réjouir dans la tentation: une opportunité de prouver notre fidélité à Dieu.

Nous ne choisissons pas notre croix – mais nous acceptons la Croix de la Providence.

Choisir une croix peut mener à devenir timoré.

Saint Ambroise d'Optina: "Il n'y a pas de meilleure règle de prière que celle qui nous est donnée par le Publicain – 'Seigneur, aie pitié de moi, pécheur'."

Deux étapes vers la repentance:
1) rompre les liens avec le monde
2) trouver le coeur / l'unité avec Dieu.

Foi & repentance = condition de l'Église pour le Baptême (2ème naissance).
Notre 3ème naissance est accomplie par nous-mêmes: les larmes de repentance.

La repentance contient toutes les vertus.

La repentance brise les murs qui entourent le coeur.

Mêlez la prière aux larmes – même si elles sont psychologiques, rendez-les spirituelles.

Par la repentance, l'Homme devient vrai.

L'Homme est infaillible quand il confesse ses péchés devant Dieu.

Le Seigneur accepte la confession comme une Action de Grâce .. et en retour, accorde la Grâce, qui mène à la Vie.

L'appel du Christ à la repentance ne reste pas vain – le Larron se repentit sur la croix (et se vit accorder le Paradis pour le jour même).

L'Homme ne sait en venir à la véritable repentance que lorsqu'il a entrevu l'autre Monde.

Dieu est Lumière et nous devons devenir aussi transparents qu'Il l'est.

Demeurer dans le moindre souvenir qui apporte la contrition à votre âme.

Nous ne devrions pas souffrir uniquement de douleurs – mais inclure le Seigneur Jésus-Christ.

Saint Silouane: "Si nous répliquons quand nous sommes corrigés, nous haïssons notre propre âme. Nous ne devrions pas avoir le dernier mot. Notre dernier mot devrait être : Amen."

*-*-*

Si vous comprenez l'anglais, vous pouvez écouter vous-même cette retraite :
"The Hidden Man of the Heart", la retraite du clergé diocésain de Wichita et Centre des États-Unis, prêchée par l'archimandrite Zacharias d'Essex est à présent disponible dans une collection de 7 disques compacts audio.
Chaque CD contient un des enseignements en plus des fréquents apartés du p. Zacharias, et les perspicaces scéances de questions & réponses qui suivaient chaque exposé. Ci-dessous, les titres et autres détails.
Prix par collection : US $55.00 + frais d'envois (se renseigner)
Eighth Day Books.
2838 E. Douglas
Wichita, KS 67214 U.S.A.
316.683.9446
http://eighthdaybooks.com/

"The Hidden Man of the Heart" (1 Pi. 3,4)
L'anthropologie Chrétienne de l'Ancien Sophrony d'Essex, fils spirituel de saint Silouane l'Athonite.

Disque 1: "The Mystery of Man's Heart"

Disque 2: "The Awakening of the Heart by the Mindfulness of Death and the Moment of Death"

Disque 3: "The Awakening of the Heart by the Fear of God and by Bearing Shame in the Sacrament of Confession"

Disque 4: "The Building Up of the Heart by Vigilance and Prayer"

Disque 5: "The Building Up of the Heart by the Grace of Repentance"

Disque 6: "Go In and You Will Find Rest"

Disque 7: "The Vulnerability of the Gift of Speaking in Tongues"

*-*-*-*-*-*-*

La paroisse Saint Silouane et saint Martin, à Bruxelles, vient de poster son calendrier liturgique 2007 en ligne :
"TEMPS LITURGIQUES ET FÊTES EN 2007"
http://www.orthodoxe.be/



P. Schmemann: fin de la sainte Quarantaine - Samedi de Lazare

Grande Entree, Samedi de Lazare, diocese d'AlaskaSamedi de Lazare, dans le diocèse d'Alaska : la Grande Entrée

Le Grand Carême s'achève et trouve sa fin dans 2 jours radieux, festifs, ou plutôt, dans deux jours de fêtes qui n'en font qu'une. C'est le Samedi de Lazare, rappelant la résurrection par le Christ de son défunt ami Lazare, rappelant aussi le Dimanche des Rameaux (Palmes), où nous célébrons l'entrée triomphante du Christ à Jérusalem, 6 jours avant qu'Il ne soit trahi, pour souffrir et mourir sur la Croix. Au cours de ces 2 jours radieux, l'Église nous révèle l'authentique signification du sacrifice volontaire du Christ et de Sa mort salvatrice, avant que nous ne soyons à nouveau témoins des souffrances du Christ.

Le Christ était loin de Jérusalem, lorsque Lazare mourut, et ce ne fut pas avant 4 jours qu'Il arriva à Béthanie et rencontra les soeurs de Lazare, Marthe et Marie, et leurs amis en pleurs et en deuil. L'Évangile de saint Jean rapporte cette rencontre en détail, commençant par Sa conversation avec Marthe et Marie. Toutes deux disent au Christ : "Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.." (Jn 11,21, 32). Et le Christ de répondre : "Ton frère ressuscitera" (Jn 11,23). Mais malgré cette réponse, lorsqu'il vit les larmes des soeurs et de leurs amis, Lui-même "frémit en Son esprit..." (Jn 11,33). Approchant de la tombe, Il pleura Lui aussi, et ceux qui étaient là dirent : "Comme Il l'aimait!" (Jn 11,36). Le Christ ordonna que la pierre roulée devant l'entrée de la tombe soit enlevée. Et lorsqu'ils eurent enlevé la pierre, "Il cria d'une voix forte: 'Lazare, sors!' Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandelettes.." (Jn 11,43-44).

Quelle est la signification de cet événement que l'Église célèbre si brillamment, si joyeusement, si victorieusement, le Samedi de Lazare? Comment pouvons-nous concilier la tristesse et les larmes du Christ avec Sa puissance pour relever les morts? Tout au long de la célébration, l'Église répond que le Christ pleure parce qu'en voyant la mort de son ami, Il voit aussi la victoire de la mort sur le monde entier; Il voit que la mort, que Dieu n'a pas créée, a usurpé le trône et à présent règne sur le monde, empoisonnant la vie, transformant tout en un flot insignifiant de jours qui s'écoulent sans pitié vers l'abîme. Alors survient cet ordre, "Lazare, sors!" Nous avons ici le miracle de l'amour triomphant de la mort, la notification par laquelle le Christ déclare la guerre à la mort, une promesse que la mort elle-même sera détruite et mise à mort. Et afin de détruire la mort et ses ténèbres, le Christ Lui-même, et ça veut dire Dieu Lui-même, l'Amour en Personne, la Vie en Personne, descend dans la tombe pour affronter la mort face à face, afin de l'annihiler et de nous donner la vie éternelle, que Dieu a créée afin que nous la possédions.
[Extrait de "Celebration of Faith" Sermons ("Homélies sur la Célébration de la Foi"), Vol. 2, "The Church Year" par le Protopresbytre Alexander Schmemann, SVS Press, 1994]


Ministre: servir ou se servir?

L'origine du mot "ministre"
Ce nom, qui désigne aujourd'hui un des personnages les plus importants d'un État, a une origine bien modeste : il vient du mot latin "minister", serviteur. "Minister" est formé sur "minus", moins, comme "magister", maître, est formé sur "magis", plus. Jusqu'au 16ème siècle, ce mot a surtout été employé au sens de "serviteur de Dieu".. puis s'est étendu au vocabulaire politique, le ministre étant un "serviteur" de la nation!
J. Dutrieu, "Quelle est l'origine de...?"
In: page du 27 mars 2007 du calendrier-almanach des assurances ABB/CBC

"La différence entre un homme politique et un Homme d'Etat, c'est que le premier pense à la prochaine élection et le second à la prochaine génération". J. F. Clarke, USA, 1810-1880.
(Clarke qui est né et mort les mêmes années que l'inventeur de la célèbre pétoire, Oliver F. Winchester)

Humour de Carême
- Tu ne dines donc plus chez toi?
- Non, ma femme suit scrupuleusement le Carême.. je vais au restaurant pour ne pas froisser ses convictions religieuses.

29 mars 2007

Que ma prière s'élève...

Autel famillial fleuri, 25 mars 2007Seigneur, je crie vers Toi, exauce-moi,
entends la voix de ma supplique quand je crie vers Toi.
Que ma prière s’élève comme l’encens devant Toi,
et l’élévation de mes mains comme le sacrifice vespéral.
Ainsi vers Toi, Seigneur, je tourne mon regard,
j’espère en Toi, ne repousse pas mon âme.


28 mars 2007

Des moines et des chiens: l'entraînement canin façon "Newskete" passe à la télévision (K9)

Divins chiens : avec les moines du monastère New Skete
http://www.cablemediasales.com/pages/nets/?cp=nets&sp=prgdt&id=anpl_4196


Premieres, lundi 16 avril 2007 à 20h00 ET.

Dévouement. Obéissance. Épanouissement. Voici quelques unes des choses que les moines de New Skete, un monastère de moines Orthodoxes byzantins, s'efforcent d'atteindre. Mais une de leurs manières d'y parvenir est unique : en élevant et entraînant des chiens. Chaque semaine, ce programme suit frère Christopher et les autres moines occupés à entraîner des chiens "à problèmes" dans leur pittoresque monastère s'étendant sur 200 hectares, dans les collines de Cambridge, état de New York. Les visiteurs vont voir comment leur approche hollistique de l'entraînement peut faire même du plus chien le plus obstiné dans son mauvais comportement un compagnon aimant et obéissant, pour la plus grande joie de sa famille humaine, auparavant frustrée. Utilisant leurs adorables chiots de bergers allemands comme exemples, les moines vont aussi démontrer comment la plupart des mauvaises habitudes de chiens adultes peuvent être étouffées étant tout jeunes, par une variété d'entraînements quotidiens simples qui sont destinées à créer un environnement calme et stable pour le meilleur ami de l'homme. (Genres: Animaux/vie sauvage, séries)

*-*-*-*
Le monastère New Skete, stavropégie de l'Orthodox Church of America


http://www.newsketemonks.com/


Note : les vidéos de la série "Raising your Dog with the Monks of New Skete" ne sont plus disponibles auprès des moines de New Skete. Quand bien même les moines de New Skete et nos techniques d'entraînement sont montrées dans ces vidéos, les moines de New Skete ne perçoivent aucun revenu de la vente de ces vidéos. Si vous avez commandé ces vidéos auprès de quelqu'entreprise de vente que ce soit, nous ne pouvons pas faire de démarche à propos du service que vous recevrez ni dire si seulement vous recevrez les vidéos commandées.


Entraînement
http://www.newsketemonks.com/training.htm
Nombre de gens se renseignent à propos du programme d'entraînement des chiens au monastère.

A New Skete, nous proposons un cours de 3 semaines d'obéissance de type AKC (American Kennel Club), incluant les valeurs de notre environnement monastique dans l'enseignement des exercices standard d'obéissance. L'objectif est d'apprendre aux chiens à revenir au pied, s'asseoir, rester sur place, venir, se coucher, et rester coucher, d'une manière qui rehausse la relation globale entre le propriétaire et le chien. Nous essayons aussi d'aider les propriétaires qui sont confrontés à des difficultés de comportement qu'ils pourraient nous avoir indiquées. Notre méthode, décrite in extenso dans nos livres "How To Be Your Dog's Best Friend" (comment être le meilleur ami de votre chien") et "The Art of Raising a Puppy" (l'art d'élever un chiot") et dans notre série en vidéo "Raising Your Dog with the Monks of New Skete", emploie une philosophie de félicitation, d'impartialité et de discipline, avec en arrière-plan la patience, la répétition et le dévouement.



Brother Christopher
Monks of New Skete
PO Box 128
Cambridge, N.Y. 12816, USA
Il faut savoir qu'il y a habituellement une liste d'attente
de plusieurs mois pour faire participer son chien au programme d'entraînement.






*-*-*-*-*-*-*

A (re)lire :Tous les chiens vont au Ciel – hommage à mon Sultan (K9). Méditation
sur le sort des animaux, par le p. John Dresko (OCA); hommage à mon défunt berger allemand, Sultan; nouvelles de notre chien-loup, notre "petit" Elvis (devenu bien grand entretemps).


27 mars 2007

Université de Valparaiso: un iconographe laisse sa marque dans la chapelle

18 Mars 2007

Par Bob Burns
Post-Tribune correspondent


Un iconographe de Chesterton a peint une sainte assemblée pour la chapelle de la Résurrection à l'université de Valparaiso (VU).

Les ministres de la chapelle Luthérienne ont lu l'histoire de Kenneth Dowdy l'été dernier et l'ont contacté pour le projet.

"Les ministres servent un corps estudiantin diversifié et peuvent avoir voulu les Icônes pour servir cette diversité dans leur assemblée," dit Dowdy.

Les Icônes qu'il a créées des Douze Apôtres ont été placées dans des encastrements sur les côtés de l'autel qui représente les Apôtres rassemblés en communion.

"Il y a d'autres oeuvres d'art dans la chapelle, et nous pensons que les Icônes expriment la même spiritualité," dit le rev. James Wetzstein, pasteur associé.

Fred Frey, ancien professeur à la VU, a dessiné l'autel, dit Wetzstein, et conçu les niches pour qu'elles soient conformes à la croix de procession qui a des ouvertures similaires pour les traditionnels clous qui font partie du ministère de réconciliation à la cathédrale anglicane de Coventry, Angleterre.

"M. Frey dit que les 12 niches lui font penser aux apôtres," dit Wetzstein, "et c'est alors que nous avons commencé à penser aux icônes."

"(Dans l'Église Orthodoxe d'Orient), une Icône est la représentation visuelle d'une personne ou d'un événement saint," dit Dowdy. "Ces images sont une partie très importante de ce qui est appelé la Sainte Tradition, et elles sont vénérées par les fidèles, pas idolâtrées."

Dowdy dit qu'il s'est marié dans la foi Orthodoxe par sa femme, Marianne. Ils sont membres de la paroisse grecque-orthodoxe "Saints Constantine and Helen" à Merrillville. Il a étudié l'iconographie avec le grand-oncle de son épouse, qui était un iconographe Grec.
Saints Constantine and Helen orthodox parish, Merrillville, USADowdy dit qu'il a produit plus de 300 panneaux et Icônes murales depuis 1977, pour nombre de personnes individuelles et d'églises, dans tout le pays et au Canada.

Dowdy explique que les saintes Icônes, comme les saintes Écritures, sont une expression de révélation divine et, en décrivant leur réalisation, on utilise souvent le mot "écrire" plutôt que "peindre."

"En les regardant et en les contemplant," dit-il, "c'est comme en lisant la Bible, on espère que le fidèle croyant sera transfiguré en une proximité spirituelle avec Dieu."

Dowdy a eu accès à des peintures et photographies d'anciennes Icônes sur lesquelles modeler ses Douze Apôtres. Il dit qu'il n'essaye pas tant de reproduire les attributs physiques que spirituels.

"Un aspect joyeux peut être absent de l'Icône de la Vierge Marie tenant l'Enfant Jésus, de même que la souffrance ne fait pas partie de l'Icône de Jésus sur la Croix," dit-il. "Un sourire fait apparaître des choses qui sont moins sérieuses – une blague ou un moment joyeux. Nous transmettons les aspects plus sérieux et spirituels de nos vies, plutôt que le côté temporel."

Dowdy dit qu'il a réalisé toutes les Icônes de l'église catholique-romaine "St. Nicholas Byzantine Catholic Church" à Munster, et qu'il est occupé à compléter une fresque du Sermon sur la Montagne pour cette église.

Dowdy a un studio au deuxième étage dans sa maison de Chesterton, où il expose les matériaux qu'il utilise.

"J'utilise des matériaux non-traditionnels, telles que les peintures en acrylique et les panneaux en fibre de haute densité, pour question de facilité d'utilisation et de longévité," dit-il.
Kenneth Dowdy orthodox iconographer presentation pannel

*-*-*-*-*-*-*

"Kenneth D. Dowdy, Chrétien Orthodoxe par conversion et iconographe, écrit des Icônes depuis 1977. Il a étudié avec le grand oncle de sa femme, John Terzis, qui a apprit sous Photios Kontoglou, l'iconographe byzantin renommé."

*-*-*-*-*-*-*

J'ai trouvé cet article intéressant en ce qu'il montre l'ambiguïté de certaines démarches ad extra. Je veux parler bien sûr des réflexions non pas de l'iconographe, mais du responsable de cette chapelle. La symbolique de l'Église est prise selon la clé de lecture externe à l'Église, et on rajoute des Icônes pour faire spirituel ou oecuménique ou joli. Une emplâtre sur une jambe de bois. Oui, le p. Schmemann avait raison d'insister pour dire qu'hors de l'Église, même si on est de très bonne volonté, on sera toujours incapable de comprendre l'enseignement de l'Église. Saint André Roubliev, prie Dieu pour nous.
JM

A (re)lire :
L'art du sacré et le véritable rôle d'un iconographe

26 mars 2007

L'Annonciation dans le Rite Orthodoxe Occidental romain (EORHF)

Le Sacramentaire-Pontifical "Saint Colman Prayer Book" n'a été approuvé pour usage dans l'Église Orthodoxe (EORHF) qu'en septembre 2005. Le monastère Saint-Petroc suit le calendrier Julien ("ancien calendrier") comme la plupart des paroisses et missions en dépendant. Or il n'y a pas encore eu d'occasion depuis 09/2005 pour une fête de l'Annonciation "ancien calendrier" tombant un dimanche, même non-lié à une festivité du Grand Carême. Le "propre" doit donc encore être rédigé. On m'a fait transmettre une partie du matériau liturgique qui servira pour la composition de ce Propre. Ce n'est donc pas ci-après la version définitive, officielle; c'est un aperçu informatif pour qui est intéressé, ne reprenant que les lectures de la Liturgie et une prière.

Ce Rite Romain est basé sur la version compilée connue sous le nom de "Sarum"; il a été débarrassé des ajouts déviants et défigurants que les rites occidentaux ont tous subis après le Schisme. Tout comme la liturgie du Temple a été "orthodoxisée" par les saints Apôtres, c'est ce cette même purification que ce texte a reçu. Sauf que lui, auparavant, était Orthodoxe. C'est donc une restauration, d'autant plus légitime que pleinement autorisée par l'Église, et même encouragée. Deo gratias.

La remarque d'introduction explique le report de la fête mentionné hier dans les paroisses antiochiennes de rite occidental; cependant, l'Annonciation étant l'autre facette de la Résurrection, puisqu'on y fête l'Incarnation - liturgiquement c'est Alpha, et à Pâques c'est l'Omega – il est possible que le calendrier EORHF occidental, tout comme dans le Rite byzantin, ne pratiquera pas ce report.

En la fête de saint Ludger de Münster, notre père dans la Foi, qui envoya Charlemagne paître lorsque celui-ci tenta de le faire mander alors qu'il était occupé à l'Office divin...

JM
Psautier de Borch, enluminure, l'Annonciation
*-*-*-*-*

Missel de Sarum - Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie [25 Mars]

"Si cette fête devait correspondre avec un dimanche du grand Carême, elle sera toujours transférée au lendemain; si elle survient un autre jour qu'un dimanche durant le temps de la Passion, elle sera célébrée solennellement ce jour-là. Mais si elle survient le Jeudi Saint ou un des 2 jours qui suivent, ou durant la semaine de Pâques, elle sera transférée au premier jour de semaine vacant après l'octave de Pâques qui sera trouvé approprié pour la célébrer.
Et la même règle sera observée au sujet des autres fêtes doubles qui ont lieu durant la période précitée. Et toujours durant le grand Carême, lorsqu'il y a pour un saint du jour un office en 9 leçons, la Messe de la fête sera célébrée après Tierce, et la Messe de Carême après None, toutes deux au Maître-Autel; et la prosternation aura lieu après le Sanctus. Et les prières de férie sont dites de la manière habituelle lors de la Messe de Carême, même si c'est une fête double."

Première lecture : Isaïe 7,10-15
"Le Seigneur dit encore à Achaz: "Demande au Seigneur ton Dieu de t'accorder un signe venant du fond du séjour des morts ou de là-haut." Achaz répondit: "Je n'en ferai rien, je ne veux pas mettre le Seigneur à l'épreuve." Isaïe répondit: "Écoutez, maison de David! Cela ne vous suffit-il pas de lasser la patience des hommes, que vous lassiez aussi celle de mon Dieu? Aussi le Seigneur va-t-Il vous donner Lui-même un signe: la jeune vierge va concevoir et enfanter un fils, et tu le nommeras Emmanuel."

Séquence
Réjouis-toi, Marie, espoir de toute l'humanité!
Réjouis-toi, douce vierge à l'esprit de sainteté!
Réjouis-toi, par la grâce divine comblée!
Réjouis-toi, vierge telle que nul n'a jamais connu,
Dont le Buisson Ardent était la préfiguration,
Lui qui brûlait sans se consumer!

Réjouis-toi, ô toi la plus belle des roses!
Réjouis-toi, ô toi qui est sortie de la lignée de Jessé!
Dont le fruit naturel à notre triste état
apporta la liberté!

Réjouis-toi, à qui on ne saurait trouver d'égale;
Tu as rendu le son de la joie à la terre
qui gémissait depuis la nuit des temps.
Réjouis-toi, qui porta en ton sein
un Fils dont la puissance allait vaincre
et défaire les liens de la mort.

Réjouis-toi, lumière des vierges à éclairer,
par qui d'en haut vint la Lumière
sur ceux qui étaient dans les ténèbres.
Réjouis-toi, vierge, que le Roi des Cieux
ne repoussa pas pour naître,
et qui fut nourrit par toi.

Réjouis-toi, perle précieuse, luminaire céleste,
Réjouis-toi, sanctuaire du Saint Esprit.
O que cette virginité est cause d'émerveillement et digne de toute louange,
en qui, éveillée à la Lumière par le Paraclet
brilla la fécondité!

O Toute Sainte, ô sérénissime
O noble, ô toute douce
que doit être cette vierge
qui avait repoussé la chaîne au loin,
ouvert largement la porte du Ciel,
et ramené la liberté.

O lys de pure chasteté,
supplie Ton saint Fils,
car Il Se plaît dans l'humilité,
Afin qu'au triste jour du Jugement
Il ne nous repousse pas,
Mais par ta toute gracieuse prière,
Il nous purifie de toute iniquité,
Afin que nous puissions régner dans la radieuse demeure;
que toute créature dise "amen"!


Évangile selon saint Luc 1:26-38
"Au sixième mois, l'Ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph; le nom de la vierge était Marie. L'Ange lui dit en entrant: "Je te salue, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi." Bouleversée par ces paroles, elle se demandait ce que signifiait pareille salutation. L'ange lui dit: "Rassure-toi, Marie, tu as gagné la faveur de Dieu. Tu vas concevoir et enfanter un fils, à qui tu donneras le nom de Jésus. Il sera grand: on l'appellera Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu Lui donnera le trône de David, son père; Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et Son règne n'aura pas de fin." Mais Marie dit à l'Ange: "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?" L'ange répondit: "L'Esprit-Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de Son ombre. Aussi l'Être saint qui naîtra de toi sera-t-Il appelé Fils de Dieu. D'ailleurs Élisabeth ta parente vient de concevoir, elle aussi, un fils dans sa vieillesse; et celle qu'on disait stérile est à son sixième mois: pour Dieu, rien n'est impossible." Marie dit alors: "Voici la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon ta parole." Et l'Ange la quitta."

Prière de Collecte
Ô Seigneur, nous Te supplions de répandre Ta grâce dans nos coeurs; afin que, puisque par le message d’un Ange, nous avons appris l’Incarnation de Ton Fils Jésus-Christ, nous soyons aussi conduits par Sa Croix et par Sa Passion à la gloire de Sa Résurrection. Par Jésus-Christ notre Seigneur, Qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, Dieu Un, pour les siècles des siècles.

Homélie de saint Ambroise, évêque de Milan
(Livre 2 sur l'Évangile selon saint Luc)
Sans doute, les divins Mystères sont cachés; et il n’est pas facile à un homme, selon la parole des prophètes, de pouvoir pénétrer les desseins de Dieu. Cependant, d’après tous les autres actes et préceptes du Seigneur Sauveur, nous pouvons saisir la raison plus spéciale pour laquelle fut tout particulièrement choisie, pour enfanter le Seigneur, celle qui était fiancée à un époux. Pourquoi, en effet, ne fut-elle pas enceinte avant d’avoir été fiancée? Sans doute afin qu’on ne dît pas qu’elle avait conçu par suite d’adultère.
"Et l’Ange entra chez elle." Apprenez à connaître la vierge par ses actes, apprenez à connaître la vierge par sa modestie, apprenez-le par l’oracle de l’Ange, apprenez-le par ce mystère. C’est le propre des vierges de trembler, de s’effrayer devant toutes les démarches d’un homme et de craindre tous les entretiens d’un homme. Que les femmes apprennent à imiter cet exemple de modestie. Elle est seule dans l’intérieur de sa demeure, aucun homme ne l’aura vue, seul l’Ange l’aura découverte : seule sans compagnon, seule sans témoin; pour qu’elle ne soit pas rabaissée par un entretien vulgaire, c’est par un Ange qu’elle est saluée. Ce ne fut pas en effet la bouche d’un homme, mais celle d’un Ange qui devait exposer le mystère d’un si grand message. Aujourd’hui, pour la première fois, on entend dire: "L'Esprit-Saint viendra sur toi ." On entend et on croit. Enfin, "Voici", dit la vierge, "la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon ta parole." Voyez l’humilité, voyez le dévouement. Elle se dit la servante du Seigneur, celle qui est choisie pour sa mère; et elle ne s’enorgueillit point de cette promesse inattendue.
+ Ambroise

Londres ou Londonistan? Une école primaire anglicane supprime "les 3 petits cochons" pour "ne pas choquer"

Les "Trois Petits Cochons" deviennent des chiots pour éviter d'offenser des élèves musulmans dans une école de l'Église d'Angleterre
http://www.interfax-religion.com/?act=mosaic&div=135

Londres, 18 Mars, Interfax – Les organisateurs du "Kirklees Primary Music Festival" de l'école primaire Honley, dépendant de la "Church of England" (= Anglicane; ndt) à Huddersfield ont modifié le récit traditionnel "Les 3 Petits Cochons" pour qu'il soit plus politiquement correct.

Les principaux personnages du récit sont devenus "Les 3 Petits Chiots" parce que les organisateurs du festival étaient soucieux que ne fut-ce que mentionner des cochons pourrait offenser les sentiments religieux des enfants musulmans.

"Nous devons être délicats si nous voulons être multi-culturels. Il a été ressenti que ce serait plus responsable de ne pas utiliser les 3 petits cochons," dit Gill Goodswen, une des organisatrices du festival. Mais le Conseil de la ville a fait annuler cette décision, disant qu'elle était bien intentionnée mais erronée.

"Chacun connaît l'histoire des Trois Petits Cochons, de même que les autres histoires racontées au jardin d'enfant. Nous les avons tous lues à nos propres enfants et petits-enfants. Je suis certain que personne n'est offensé par la moindre formulation de ces contes traditionnels," a déclaré un conseiller communal au Telegraph.

*-*-*

Quelques liens en anglais :
BBC : Comeback for 'non-offensive' pigs
http://news.bbc.co.uk/1/hi/england/bradford/6456961.stm


"16.03.07: Church school renames Three Little Pigs to avoid offending Muslims"
http://www.thisislondon.co.uk/news/article-23389123-details/



Excellente touche d'humour brittanique par un des lecteurs de ce dernier article : "Diantre, mais si ils sont si soucieux du politiquement correct, pourquoi ne suppriment-ils pas leur festival de musique? Après tout, c'est offensant pour les sourds."


École primaire "Honley", appartenant à la "Church of England", Huddersfield, West Yorkshire

L'article dans le Daily Telegraph
http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml
Philip Davies, depute conservateur de Shipley

qui se conclut par la croustillante réaction du député conservateur Philip Davies, député MP de Shipley:

"Mon point de vue est que les gens responsables de cela sont complètement dingues. C'est le genre de 'politiquement correct' qui fait bondir les gens.
Comme d'habitude, c'est fait au nom de minorités ethniques, mais c'est perpétré par gens de race blanche, de classe moyenne (bourgeois), des bonnes âmes ayant un complexe de culpabilité et beaucoup trop de temps à perdre."


Amsterdam : une école doit annuler les cours sur la vie à la ferme, les élèves musulmans refusant d'entendre parler du cochon.
http://www.nisnews.nl/public/270407_1.htm



Le Patriarcat de Moscou confirme l'existence des différences théologiques avec les catholiques-romains

http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=2776

cité par:
http://www.directionstoorthodoxy.org/mod/news/view.php?article_id=375


Moscou, 22 Mars, 14:49, Interfax – L'Église Orthodoxe de Russie a exprimé son désaccord avec l'opinion de l'archevêque catholique-romain de Vienne, le cardinal Christoph Schönborn, à propos des différences théologiques.

"Nombre de débats théologiques des décennies passées ont montré que les églises Orthodoxes et Catholiques pensent la même chose sur presque tous les problèmes théologiques", a déclaré l'archevêque de Vienne dans une entrevue publiée mardi par le quotidien Trud.

Le cardinal a dit que la différence majeure était la place du pape de Rome dans la hiérarchie Chrétienne.

pretre Igor Vyzhanov, secretaire aux relations inter-chretiennes, patriarcat de Moscou"Cette opinion est largement répandue parmi les clercs catholiques-romains de haut rang. Nous pourrions l'appeler triomphante," dit le p. Igor Vyzhanov, chef du secrétariat pour les relations inter-chrétiennes au sein du département des affaires extérieures du Patriarcat de Moscou.

L'évaluation des différences théologiques entre Orthodoxes et catholiques-romains est la prérogative de la commission théologique internationale, qui a été fondée fin des années 1970, début des années 1980, dit-il.

"L'activité de cette commission montre que nous avons des choses à discuter. Le problème ne devrait pas être sous-évalué. Il y a des différences, qui ont émergé après plus de 1.000 ans d'existence séparée," dit-il.

Par contraste avec l'idée catholique-romaine générale qu'il n'y aurait pratiquement aucune différence avec l'Église Orthodoxe, "quasiment tous les clercs Orthodoxes en Russie, Grèce et autres pays croient que les différences existent," a-t'il rajouté.

==========================

Les choses sont donc bien claires : le Patriarcat de Moscou rejette de manière indirecte mais explicite les récentes affirmations de son évêque à Vienne, mgr Hilarion (Alfeyev), des déclarations controversées qui avaient "enflammé" bien des fidèles de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières, comme on a pu le voir sur divers forum sur internet, fidèles inquiets et Dieu merci peu enclins au relativisme théologique et à la braderie sacramentelle.

25 mars 2007

P. Schmemann: L'Annonciation



Le patriarche Alexis II, de l'Église Orthodoxe de Russie, relâche des colombes blanches au monastère de Donskoi à Moscou, samedi 7 avril 2001, pour marquer la fête de l'Annonciation (ancien calendrier) (AP Photo/str)


L'Annonciation! A une époque, c'était un des jours les plus lumineux et les plus joyeux de l'année, une fête qui consciemment, et même inconsciemment, était liée à une intuition jubilatoire, une vision radieuse du monde et de la vie. L'Évangile de saint Luc rapporte l'histoire de l'Annonciation.

"Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph; le nom de la vierge était Marie. L'ange lui dit en entrant: "Je te salue, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi." Bouleversée par ces paroles, elle se demandait ce que signifiait pareille salutation. L'ange lui dit: "Rassure-toi, Marie, tu as gagné la faveur de Dieu. Tu vas concevoir et enfanter un fils, à qui tu donneras le nom de Jésus. Il sera grand: on L'appellera Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu Lui donnera le trône de David, son père; Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et Son règne n'aura pas de fin." Mais Marie dit à l'ange: "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?" L'ange répondit: "L'Esprit-Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. Aussi l'être saint qui naîtra de toi sera-t-il appelé Fils de Dieu" (Luc 1,26-35).

Bien entendu, quand on le regarde d'une perspective pseudo "scientifique" athée, ce récit de l'Évangile fournit quantité de raisons pour parler de "mythes et légendes." Le rationaliste dira "Depuis quand est-ce que des anges apparaîtraient à des jeunes femmes et discuteraient avec elles? Est-ce que les croyants pensent vraiment que les gens du vingtième siècle, vivant dans une civilisation de haute technologie, pourraient croire cela? Est-ce que les croyants ne peuvent pas se rendre compte à quel point c'est stupide, non-scientifique et impossible?" Le croyant n'a jamais qu'une seule réponse possible à cette sorte de controverse, de dénigrement et de ridiculisation : oui, hélas, c'est impossible de faire rentrer cela dans votre étroite vision du monde. Aussi longtemps que vos arguments à propos de Dieu et de la religion restent au niveau superficiel de l'expérimentation chimique et des formules mathématiques, vous aurez facilement raison. Mais la chimie et les mathématiques ne sont d'aucune aide pour prouver ou réfuter quoi que ce soit dans le domaine de Dieu et de la religion. Dans le langage de votre science, les mots ange, bonnes nouvelles, joie et humilité sont bien entendu vides de sens. Mais pourquoi limiter la discussion à la religion? Plus de la moitié de tous les mots sont incompréhensibles pour votre langage rationaliste, et dès lors en plus de la religion, vous avez aussi à supprimer toute poésie, toute littérature, toute philosophie, et virtuellement toute l'imagination humaine. Vous souhaitez que le monde entier pense comme vous le faites, en termes de production et de puissance économique, d'entreprise collective et de programmes. Et cependant, le monde entier ne pense naturellement pas de cette manière, et il doit être enchaîné et forcé pour le faire, ou plutôt, pour avoir sembler le faire. Vous dites que toute imagination est fausse parce que "l'imaginaire" n'existe pas, et cependant, l'imagination est ce dont les peuples ont toujours vécu, vivent maintenant, et vivront aussi à l'avenir. Car tout ce qui est plus profond et plus essentiel dans la vie a toujours été exprimé dans le langage de l'imagination.

Je ne prétend pas comprendre ce qu'est un ange, ni, en utilisant le langage limité du rationalisme, je ne saurais expliquer l'événement qui a eu lieu il y a quelque 2.000 ans d'ici dans une petite ville de Gallilée. Mais ce qui me frappe, c'est que l'humanité n'a jamais oublié cette histoire, que ces quelques versets ont été repris dans d'innombrables peintures, poèmes et prières, et qu'ils ont inspiré et continuent à inspirer. Cela signifie bien sûr que les gens entendent quelque chose d'infiniment important pour eux dans ces mots, quelque vérité qui ne pourrait apparemment pas être exprimée d'une manière autre que dans le langage joyeux et enfantin de l'Évangile de Luc. Quelle est cette vérité? Ce qui s'est passé quand la jeune femme, à peine sortie de l'enfance, entendit soudain – avec quelle intense profondeur, avec quelle transcendante hauteur! - cette merveilleuse salutation : "Réjouis-toi!" Car tel est en effet le message adressé par l'ange à Marie : Réjouis-toi!

Le monde est rempli d'innombrables livres parlant de lutte et de compétition, tous tentant de montrer que la voie vers le bonheur est dans la haine, et dans aucun d'entre eux vous ne trouverez ce mot "joie." Les gens ne savent même pas ce que ce mot signifie. Mais cette joie même annoncée par l'ange reste une force entraînante, qui a encore la capacité de surprendre et de secouer les coeurs humains. Entrez dans une église la veille de l'Annonciation. Restez-y, attendez pendant que le long Office se déploie lentement. Puis vient le moment, après la longue attente, doucement, avec une beauté si divinement exquise, le choeur commence à chanter l'hymne familier de la fête :

"Avec la voix de l'Archange, nous te crions, ô Toute Pure : Réjouis-toi, ô pleine de Grâce, le Seigneur est avec toi!"

Des siècles et des siècles se sont écoulés, et cependant, quand nous entendons cette invitation à se réjouir, la joie remplit notre coeur d'une vague de chaleur. Mais quelle est cette joie? Par dessus tout, nous nous réjouissons de la présence même de cette femme, dont la face, dont le visage, est connue à travers le monde, qui nous regarde depuis les Icônes, et qui est devenue une des plus sublimes et pures figures de l'art et de l'imagination humaine. Nous nous réjouissons de sa réponse à l'ange, de sa fidélité, de sa pureté, de son intégrité, de son don absolu et de son humilité infinie, de tout cela qui résonne à jamais dans ses paroles : "Je suis la servante du Seigneur; qu'il m'en soit fait selon ta parole." Dites-moi, existe-t'il quoi que ce soit en ce monde, où que ce soit dans son histoire riche et complexe, qui soit plus sublime et plus beau que cet être humain-là? Marie, la Toute Pure, celle qui est Comblée de Grâce, est véritablement celle en qui, comme le chante l'Église, "toute la Création se réjouit." Au mensonge à propos de l'homme, ce mensonge qui le réduit à n'être que terre et appétit, bassesse et brutalité, mensonge qui dit qu'il est perpétuellement réduit en esclavage des lois immuables et impersonnelles de la nature, l'Église répond en pointant vers l'image de Marie, la toute pure Mère de Dieu, celle à qui, selon les mots d'un poète Russe, "les déversements des plus douces larmes humaines sorties de coeurs débordants" sont offertes dans un flot ininterrompu. Le mensonge continue à imprégner le monde, mais nous nous réjouissons parce qu'ici, dans l'image de Marie, le mensonge est montré pour ce qu'il est vraiment. Nous nous réjouissons dans le ravissement et l'émerveillement, car cette image est toujours avec nous tel un réconfort et un encouragement, une inspiration et une aide. Nous nous réjouissons parce qu'en contemplant cette image, il est SI facile de croire dans la céleste beauté du monde et dans l'appel de l'homme, céleste et transcendant. La joie de l'Annonciation, c'est la Bonne Nouvelle de l'ange, disant que le peuple a trouvé grâce auprès de Dieu et que bientôt, très bientôt, à travers elle, à travers cette femme de Gallilée totalement inconnue, Dieu commencerait à accomplir le mystère de la rédemption du monde. Il n'y aurait plus ni tonnerre ni peur en Sa présence, mais Il viendrait à elle dans la joie et la plénitude de l'enfance. Par elle, un Enfant sera maintenant un Roi : un Enfant, faible, sans défense, et cependant, à travers Lui, toutes les puissances du mal sont à jamais dépouillées de leur puissance.

Voilà ce que nous célébrons le jour de l'Annonciation, et pourquoi la fête a toujours été, et demeure si joyeuse et radieuse. Mais je le répète, rien de ceci ne peut être compris ou exprimé dans les catégories limitées et dans le langage familier à l'athéisme "scientifique", ce qui nous amène à conclure que cette approche-là a volontairement et arbitrairement déclaré une dimension entière de l'expérience de l'être humain comme étant non-existante, inutile et dangereuse, en même temps que le sont aussi tous les mots et concepts utilisés pour exprimer cette expérience. Pour débattre de cette approche en utilisant strictement ses propres termes, ce serait comme d'abord s'enfoncer dans une fosse profonde et noire où, puisqu'on ne verrait pas le ciel, on en nierait l'existence. Le soleil ne peut être vu, donc le soleil n'existe pas. Tout est sale, repoussant et noir, et dès lors la beauté est inconnue et son existence est niée. C'est un endroit où la joie est impossible, et dès lors tout le monde est triste et hostile. Mais si vous quittez cette fosse et grimpez à l'air libre, tout d'un coup vous vous retrouvez au milieu d'une église retentissante et joyeuse où vous entendrez à nouveau :

"Avec la voix de l'Archange, nous te crions, ô Toute Pure : Réjouis-toi!"

[Extrait de, "Celebration of Faith" Sermons, Vol. 3, "The Virgin Mary", par feu le protopresbytre Alexander Schmemann, 1995.]

Homélie de saint Proclus, évêque de Cyzique, prononcée en 429 dans la grande église de Constantinople, en présence de Nestorius au trône.
Une revue catholique-romaine traditionnelle a récemment republié un discours attribué à saint Proclus, qui avait été publié en français dans une autre revue catholique-romaine en 1959. L'introduction est typiquement hétérodoxe. Elle reprend aussi l'introduction de l'article de 1959; j'ai cherché dans une des collections canoniques citées, mais n'ai pas trouvé le texte de l'homélie. Par contre, une encyclopédie en anglais en ligne le mentionne, toutefois sans donner le contenu. Je mentionne cependant, ce texte méritant lecture.




Textes liturgiques pour la fête de l'Annonciation
http://forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=1808


Podcast de la radio orthodoxe sur la fête de l'Annonciation
http://www.orthodoxie.com/2007/03/radio_lannoncia.html

Si ce 5ème dimanche de Grand Carême n'avait pas coïncidé avec le 25 mars, fête immémoriale de l'Annonciation, il aurait dû être consacré à sainte Marie l'Égyptienne.
Voici quelques enluminures de la fin du Moyen-Age occidental sur cette grande ascète, exemple de la conversion sans retour, et de la force que l'ascèse donne au Chrétien.


Sainte Marie-Madeleine et sainte Marie l'Égyptienne
Office des morts
Den Haag KB ms 76 G 17, folio 187v


Den Haag KB ms 76 G 17, folio 187v, détail


Sainte Marie l'Égyptienne, en bas à droite
Den Haag KB, ms 76F5, folio 34v


34v detail
fragment de Psautier
style rigoureusement identique à celui du Psautier de Saint-Bertin!

Sainte Marie l'Égyptienne
Par Rutebeuf, un trouvère parisien du 13ème siècle


Le Triode de Carême
Moniale Evfrosyna
Exposé présenté au 5ème Stage de Chant liturgique du Diocèse d'Europe
Occidentale au Couvent de Lesna en juillet 1997

traduit du russe par C. Savykine