"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 juin 2007

Sanctus Lambertus, ora pro nobis!

Office de ce samedi 2 juin 2007
Saint Lambert de Liège
Icône byzantine peinte par mère Théodora
couvent de la Mère de Dieu Portaïtissa
Trazegnies (Charleroi)
(Photo que j'ai prise à la crypte de la cathédrale, pendant le pèlerinage)






Film: Office d'intercession et d'action de grâce et acathiste byzantine


Note : tout lecteur me connaissant un tant soit peu se doute de mon état d'esprit sur place : posséder un TRÉSOR inestimable pareil aux Offices Orthodoxes composés en Belgique, composés par des saints que l'Église Orthodoxe reconnaît intégralement, et ne pas les utiliser (voire ouvertement refuser de le faire), c'est pas normal. Quand en plus une majorité est d'origine occidentale et que ça se déroule sur les lieux mêmes de la vie du saint occidental qu'on dit vouloir honorer, je trouve tout simplement que c'est lamentable. Que ça plaise ou non, c'est mon avis et c'est bien une chose sur laquelle je n'ai jamais changé et j'ai encore le droit d'avoir un avis! C'est lamentable, parce que tous ces saints et leurs oeuvres sont dons de Dieu. C'est donc le don de Dieu, et le Donateur, qui sont ainsi quelque part repoussés. Et on s'étonne que nos saints ancêtres dans la Foi ne nous aident pas plus que ça : mais c'est nous qui refusons leur aide! Kyrie eleison.
Car venir me dire "non parce que c'est en latin ou alors il faut le traduire parce qu'on s'est battu pour avoir les liturgies en langues locales", et puis célébrer en faisant aussi usage de grec liturgique et slavon, je ne sais pas qualifier ça autrement que de "lamentable prétexte." Et on s'étonne que je suis outré, écoeuré?

Et tout ça est d'autant plus triste que l'Office en question est connu, mis en ligne en 2004, réannoncé en 2005, et aussi en 2006, et même lors de l'annonce de leur pélé', j'en avais reparlé. "D'accord sur le principe mais il faut le traduire" m'avait-on dit. Ben voyons! On sait toujours trouver des Occidentaux convertis pour travailler à composer un Office oriental, mais jamais des bonnes volontés pour aider à (re)traduire le fruit des oeuvres de SAINTS DU CHRIST.... Et on s'étonne que les gens qui étaient en visite ne s'émerveillaient pas en entendant chanter ici, en Belgique, un Office oriental - cette semaine encore, on me l'écrivait, qu'on avait l'air "d'originaux", avec nos histoires orientales. Tous ces convertis voulant être "plus Russe que les Russes et plus Grecs que les Grecs", on ne suit même pas les exemples des saints missionnaires Russes ou Grecs qui ont été porter l'Évangile un peu partout en suivant les principes de saint Paul en matière culturelle.

Concernant saint Lambert, l'annonce de ce pèlerinage comportait des informations historiques & iconographiques de très grande valeur, je vous y renvoie donc :
"Pèlerinage Orthodoxe à saint Lambert, Liège, 2 juin 2007, organisé par la fraternité orthodoxe de Bruxelles & la fraternité saint Jean Maximovitch"

Et voir une photo d'un manuscrit original de cet Office à saint Lambert, avec les neumes d'époque, sur la page de cet autre Office composé par le même auteur:
Office Orthodoxe occidental à la Sainte Trinité (10ème siècle), par saint Étienne, évêque de Liège (+ 920). Partition, analyse, apologétique et héritage.

Que la route du retour de l'Église en Occident est longue! Et qu'il est affligeant de voir certains Occidentaux semer, du dedans de l'Église, plein de cailloux sur cette route, et des clous, et de l'ivraie, au lieu de se retrousser les manches et de travailler à la restauration spirituelle du lieu où ils vivent, où ils sont nés, où leur famille se trouve, etc....
Basta! Je m'en tiendrai là.

Saint Lambert, prie Dieu pour nous.
Sanctus Lambertus, ora pro nobis.


01 juin 2007

Film: Divine Liturgie de Pentecôte à Bruxelles (en français)

Intégrale de la belle Divine Liturgie célébrée à la Pentecôte, dimanche 27 mai 2007, en la paroisse saint Silouane l'Athonite et saint Martin de Tours (patriarcat de Constantinople), Bruxelles. Essentiellement en français, elle comporte quelques prières en grec liturgique, en roumain et en néérlandais.
Site internet de la paroisse :
http://www.orthodoxe.be

Note : ce film est un travail amateur et n'engage en rien la paroisse, son clergé et ses fidèles.



ancien code :


Informations techniques.
Ce petit film a été réalisé avec mon vieil ordinateur, qui a quelques soucis de stabilité face à la demande en ressources que nécessite la vidéo.
Les séquences ont été filmées avec une petite "webcam" permettant aussi de faire office de mini-caméscope, la Camileo, de Toshiba. Vendue entre autres chez Padeg, dont le personnel du magasin à Charleroi a été de très bon conseil. Et ce qui ne gâche rien, ils le vendent à un tarif largement inférieur aux meilleurs prix d'internet.
Le manuel et les sites d'essais ne parlaient que de cartes 2gb SD, mais ils ont testé avec une marque particulière de cartes 4gb SD, en SDHC donc, et contrairement à ce qu'on peut lire sur internet, grâce à eux j'ai pu voir que ça fonctionnait impeccablement. Et c'est ce dont j'avais besoin comme capacité, vu les durées à filmer.
C'est sûr qu'un véritable caméscope numérique fera bien mieux, et en haute définition, mais de toute manière, ma vieille carne de pc n'aurait pas pu traiter les fichiers obtenus. Rien que pour la Divine Liturgie de Pentecôte ci-dessus, le fichier de travail en "320x240 haute qualité" faisait 21gb, soit presque l'intégrale de mon espace libre..

Le montage a été réalisé avec une version librement téléchargeable d'un logiciel "pro", avec très peu d'options donc mais suffisament pour y parvenir. C'est Movie X-one 4.0, que l'on trouve sur l'excellent site Gratilog.net, la mine d'or du logiciel libre de droits.

31 mai 2007

Elvis va à l'école (K9)


Depuis 2 semaines, notre "CsV" Elvis va 2 fois par semaine à un club canin.
C'est un club canin, donc pas un centre de formation pour chiens.
Si la crise de caractère que l'éleveur nous disait normale entre 9 mois et 12 mois s'est bien passée - il ne nous a pas fuit, en rien, et est resté le gros zouave jovial d'avant cette petite "adolescence" - en attendant, il est à présent devenu un sacré costaud. Je suis tranquille pour ma famille, il nous est très obéissant. Mais une fois qu'on est face à quelqu'un d'autre, il est très très protecteur. Trop pour une promenade sans devoir le remettre à sa place à plusieurs reprises. Quand ça s'est passé de manière un peu sèche, après ça on peut même croiser un autre chien de sa taille (ou proche, vu le mastodonte!), il ne bronchera pas. Tout au plus, par la position de ses oreilles et son regard croisé, on pourra sentir si "l'autre" lui est indifférent ou s'il le tient bien à l'oeil. Idem pour les humains que l'on croise.
A force de travail patient et doux, on a réussi à obtenir un petit 10% de "rappel", sur des distances de maximum 10 mètres. Sa race n'est pas réputée pour être très bonne côté "rappel", on ne crie pas victoire, mais c'est ce petit début de rappel peut être très important en cas de pépin. Pour rapporter des objets, c'est uniquement si ça plaît à môssieur. Ca aussi, c'est normal pour ça race, mais on aimerait bien détourner son côté "jouette" vers le jeu du "retour à l'expéditeur"; comme il n'y a pas grand nombre d'objets qui le fassent réagir (ou alors il les bousille affectueusement! :-), c'est pas gagné d'avance.

En tout cas, c'est une phase très délicate pour nous. Nous devons être attentifs au moindre signe suspect, à la moindre velléité d'agressivité ou de désobéissance; on ne peut rien lui laisser passer. Elvis passe à l'âge adulte, et il faut sans cesse lui rappeler sa place dans notre famille : chien, pas chef. Combiner ça avec une "scolarité" en matière d'obéissance
basique un peu plus avancée que ce qu'il avait déjà appris avec nous - les "classiques" genre debout, assis, sauter, s'arrêter avant de traverser, etc, qu'il effectuait déjà très bien - c'est pas évident.
Et puis il y a le plus délicat : comment va-t'il réagir avec les autres chiens, maintenant qu'il est seul chez nous? On n'ose pas encore trop le laisser "froucheler" avec les autres. Mazette, si en jouant, un caniche mordille les papattes d'un malinois, ça fait une écorchure, c'est tout.
Si le nôtre fait pareil et que l'autre riposte un peu sèchement, vu la "salle à manger" de notre gaillard, ça risque bien de faire une patte en moins pour l'autre.. et ça rien qu'en jouant. On le laisse donc progressivement se sociabiliser. Il semble déjà avoir ses préférences, quelques autres chiens avec lesquels il ne réagit pas en étant sur ses gardes (surtout quand ils m'approchent!) mais avec une attitude de jeu - une jeune Malamoute, un magnifique jeune Bouvier des Flandres, un croisé chien de berger genre écossais - c'est bon signe.

C'est vrai aussi que depuis le triste et soudain décès de notre berger allemand, Sultan, en décembre, Elvis s'est retrouvé tout seul pour continuer sa croissance. Ca n'aide pas à la partie "sociabilité": croiser des autres chiens en promenade, c'est pas pareil que vivre avec un autre chien. Enfin, au club canin, s'il n'aime pas devoir se glisser dans des pneus (il préfère les déchiqueter) ou dans un tunnel (il préfère sauter au dessus du tonneau), tout ce qui est grimpette, y compris sur des tables branlantes ou des sommiers en treillis métallique, il aime.
Et escalader les petites montagnes de planches pour sauter d'en haut, c'est en courant qu'il le fait. D'ailleurs, à la maison, il ne fait rien d'autre que ça, tout seul comme un grand, à réaménager sans arrêt son petit 80m2 de chenil en empilant les plantes et palettes et briques pour se fabriquer sa "rivière sauvage" et sa brousse à lui!





30 mai 2007

L'Icône de la Pentecôte - explication & catéchèse

L'Icône porte un message théologique. Le rôle de l'iconographe n'est pas de faire une photo d'un événement, mais de porter, par le dessin, l'enseignement apostolique, de lui donner une présence symbolique visuelle. Elle comporte donc des symboles qui ne sont pas forcément chronologiquement exacts, mais qui approfondissent la réflexion spirituelle sur le sujet qui est représenté, en relation avec le tout et avec l'événement célébré, la Pentecôte. Voici un bref explicatif catéchétique – la signification spirituelle définitive et s'imposant à tous n'existe pas. Chacun aura un regard spirituel différent face à l'Icône, en fonction de son parcours spirituel et du progrès de sa formation.
JM


L'Icône de la Fête de la Pentecôte est appelée "La Descente du Saint Esprit." C'est une Icône riche en nuances de rouge et d'or, caractérisant le grand événement. Le mouvement de l'Icône va du haut vers le bas. En haut de l'Icône on trouve un demi-cercle avec des rayons qui en jaillissent (1). Les rayons pointent vers les Apôtres, et on voit les langues de feu descendre sur chacun d'entre eux, indiquant la descente du Saint Esprit (2).

1. Le demi-cercle de rayons pointant vers chacun des Apôtres (détail).

2. Une langue de feu se pose au sommet de la tête de saint Pierre (détail).

Le bâtiment à l'arrière-plan de l'Icône représente la chambre haute où les disciples du Christ s'étaient rassemblés après l'Ascension. Les Apôtres sont présentés assis en demi-cercle, pour montrer l'unité de l'Église (3). On trouve aussi saint Paul dans le groupe d'Apôtre (4), qui bien que n'étant pas présent le jour de la Pentecôte, devint un Apôtre de l'Église et le plus grand des missionnaires. Les 4 Évangélistes sont représentés – Matthieu, Marc (5), Luc (6) et Jean tenant les livres d'Évangile, pendant que les autres Apôtres tiennent des rouleaux qui représentent l'autorité d'enseigner qui leur a été donnée par le Christ.


3. Les Apôtres dans la chambre haute sont remplis du Saint Esprit.


4. Saint Paul, qui n'était pas présent le jour de la Pentecôte, est repris parmi les Douze (détail).



5. Saint Marc l'Évangéliste, qui ne devait pas être présent avec les Douze ce jour-là, est représenté (détail).



6. Saint Luc l'Évangéliste, qui ne devait pas non plus être présent avec les Douze ce jour-là, est représenté (détail).

Au centre de l'Icône, en dessous des Apôtres, un personnage royal est représenté sur un fond de couleur foncée. C'est un personnage symbolique, Cosmos, représentant les peuples du monde vivant dans les ténèbres et le péché, et vivant dans le culte païen (7). Cependant, le personnage tient entre ses mains un linge contenant des rouleaux qui représentent l'enseignement des Apôtres (8). La tradition de l'Église enseigne que les Apôtres ont porté le message de l'Évangile partout dans le monde.



7. "Cosmos", apparaissant au centre de l'Icône, représentant les peuples du monde (détail).



8. Les rouleaux qui sont portés par "Cosmos" représentent l'enseignement des Apôtres (détail).

Dans l'Icône de la Pentecôte, nous lisons l'accomplissement de la promesse du Saint Esprit, envoyé sur les Apôtres qui enseigneront aux nations et les baptiseront au Nom de la Sainte Trinité. Nous voyons ici que l'Église est rassemblée et soutenue dans l'unité par la présence et l'oeuvre du Saint Esprit, que l'Esprit guide l'Église dans l'effort missionnaire à travers le monde, et que l'Esprit nourrit le Corps du Christ, à savoir l'Église, dans la vérité et l'amour.

"Festival Icons for the Christian Year", John Baggley (Crestwood, NY: St. Vladimir's Seminary Press, 2000), pp. 157-159.


28 mai 2007

Huizingen (B): fête Grecque & Orthodoxe - commémoration du 29/5/1453

Le lundi de Pentecôte est jour du Saint Esprit. C'était aussi jour de fête pour tous les Orthodoxes, principalement de tradition et / ou de culture grecque, du Benelux et de France, qui se sont retrouvés à Huizingen, à 13km au sud de Bruxelles.Un clergé nombreux et une belle foule ont participé à la Divine Liturgie ouvrant la journée.
Elle a été célébrée en plein air, comme les autres années, juste à côté du parking à vélo à l'entrée du domaine provincial d'Huizingen. Le "plein air", pour la Liturgie, j'aime. Dans le coeur de tous nos concitoyens se loge cet appel "On a enlevé notre Seigneur et nous ne savons pas où on L'a mis" - là ils ont la réponse claire et évidente.
Je ne sais pas citer tout le monde, voici donc en bref :
La présidence était bien sûr par mgr Panteleimon, le métropolite Grec Orthodoxe, accompagné de ses 2 évêques auxiliaires mgr Maximos et mgr Athenagoras.
Durant les Matines, l'hexapsalme a été chanté par le p. Nikolaos Diakostavrianos (paroisse Sainte Barbe, Chatelineau).
La Divine Liturgie a été célébrée par le p. Spyridon Tsekouras (paroisse Saint Nectaire d'Égine, Mons) et le diacre Cyprian Popescu (paroisse Saint Nicolas, Schaarbeek)


















A la fin de la Divine Liturgie, le métropolite Panteleimon a fait une commémoration pour le décès de l'empereur Constantin Paléologue.
29 mai 1453: La chute de Vassilevoussa - article de "Diaspora grecque" (2007):

Article de Saint-Materne (2006):
29 mai 1453: La chute de Constantinople



le film présente en survol les Matines, la Divine Liturgie (avec prières FR & NL), l'intégrale de l'homélie de mgr Panteleimon, quelques clichés des étals, et plusieurs séquences des danses grecques et du groupe qui animait la fête.



Dynamis: Jour du Saint Esprit – l'Église, Nouvel Israël

Pentecôte
Petites Heures de Jean de Berry
BNF, LAT 18014, fol. 69
France, Paris 14ème s.

Jour du Saint Esprit
lundi 28 mai 2007, Jour de commémoration aux États Unis d'Amérique
fête de saint Germain, évêque de Paris
3èmes Vêpres de la Pentecôte : Ezechiel 36,24-28
"Je vous retirerai du sein des nations, Je vous rassemblerai de tous les pays, et Je vous ramènerai sur votre sol. Je verserai sur vous des eaux pures qui vous purifieront de toutes vos souillures et de toutes vos abominations. Je vous donnerai un coeur nouveau et mettrai en vous un esprit nouveau; J'ôterai de votre sein votre coeur de pierre et vous donnerai un coeur de chair. Au dedans de vous Je mettrai Mon Esprit, faisant en sorte que vous obéissiez à Mes Lois et que vous suiviez et observiez Mes préceptes. Vous habiterez le pays dont J'ai fait présent à vos pères; vous serez mon peuple et Je serai votre Dieu."

Épître : Ephésiens 5,9-19
Évangile : saint Matthieu 18,10-20

Retour à la maison : Ezéchiel 36,24-28, en particulier le verset 24 : "Je vous retirerai du sein des nations, Je vous rassemblerai de tous les pays, et Je vous ramènerai sur votre sol." L'aspiration nationaliste des Juifs dispersés dans le monde, pour retrouver une patrie, est en partie un résultat durable de prophètes tels Ezéchiel, qui fut lui-même exilé à Babylone. A partir du milieu du 19ème siècle après Jésus-Christ, des théoriciens Juifs ébauchèrent un mouvement de retour vers Sion, qui deviendra en 1897 l'Organisation Sioniste, dédiée à s'assurer une patrie en Palestine. Le Sionisme pratique, au départ, ne parvint pas à faire mieux que de fonder quelques rares implantations agricoles Juives isolées en Palestine, mais dans les années 1920, après que la région soit passée sous mandat Britannique, des portions plus importantes de terres furent acquises et l'immigration s'accru. En 1929 et 1936, des protestations majeures eurent lieu de la part des Arabes Palestiniens, tant Chrétiens que musulmans, et cela fit naître l'idée d'une partition. Au cours de la période qui suivit la Seconde Guerre mondiale, Israël devint un État après 2 guerres locales. Une immigration à large échelle s'ensuivit, et depuis lors il n'y a certes pas eu de diminution des tensions.

Comment les Chrétiens Orthodoxes, étant le véritable Israël – le véritable Peuple de Dieu – doivent comprendre la prophétie d'Ezéchiel? Que signifie ce "Je vous ramènerai sur votre sol", puisque nous sommes un peuple mondial répandu en nombre de pays? Bien que les premier et dernier versets de cette prophétie parlent de "sol", la péricope traite en réalité de la promesse de Dieu de transformer les coeurs de Son Peuple par Son Saint Esprit, ce qui rend ces versets appropriés pour la fête de la Pentecôte. C'est l'oeuvre de l'Esprit dans les coeurs du Peuple de Dieu qui fait que nous puissions obéir à Ses Lois et suivre Ses préceptes, et être Son Peuple pour qui Il est Dieu (vv. 27 & 28).

La prière Orthodoxe à l'Esprit Saint utilisée régulièrement au début de nos Offices, nous enseigne que le Saint Esprit est "partout présent et rempli tout." Dès lors, il ne saurait exister de pays qui ne serait sous la souveraineté de Dieu, ni qui serait au delà de Son règne et de Sa providence. Il en découle que partout où nous nous trouvons, c'est notre pays aussi longtemps que nous aspirons à être comblés de l'Esprit, et en toutes choses nous nous efforçons à suivre et observer Sa bienveillante guidance. Par dessus tout, notre "propre patrie", c'est le Royaume du Christ; mais, comme le Seigneur Jésus l'a dit à Ponce Pilate, "il n'est pas de ce monde" (Jn 18,36). Malgré ça, nous parvenons à ses "frontières" à chaque fois que nous nous rassemblons en Église.

Quand nous sommes assemblés en Église, l'Esprit est particulièrement connu pour "venir et demeurer en nous et nous purifier de toute souillure," comme le révèle la prière à l'Esprit Saint. En fait, si Il ne vient pas en nous et ne nous purifie pas, nous ne savons pas même être l'Église. Son oeuvre de rénovation et de purification devient bien plus évidente quand nous recevons le Mystère Chrétien, car par là Dieu nous accorde "une nouvelle naissance par l'eau et par l'Esprit." Par Son action, nous recevons le pouvoir de renverser les idoles qui polluent nos coeurs, nous séparent de Dieu et nous rendent étrangers au Royaume.

Les Mystères Chrétiens reçus dans les assemblées de l'Église sont les moyens même par lesquels Dieu nous dit ceci : "Je vous donnerai un coeur nouveau et mettrai en vous un esprit nouveau; J'ôterai de votre sein votre coeur de pierre et vous donnerai un coeur de chair" (Ezéch. 36,26-27). C'est pourquoi lors de chaque célébration de la Divine Liturgie, nous prions le Seigneur d'envoyer Son Saint Esprit, non seulement "sur les dons ici présents", mais aussi "sur nous,.. pour la Communion à Ton Saint Esprit, pour l'accomplissement du Royaume des Cieux, par audace envers Toi, et non pour le jugement ou la condamnation," de sorte que nous "puissions... vouloir observer les préceptes de Dieu" (v. 27).

Pendant que les Juifs cherchent encore et toujours, désespérément, après leur "propre sol", et à y fonder leur nation par la force humaine, nous sommes bénis, encore et encore, pour faire l'expérience du Royaume sur lequel Dieu règne maintenant et toujours. Mes bien-aimés, par la puissance du Saint Esprit, nous sommes en demeure de "vivre dans la terre que le Seigneur a donnée." Car nous sommes Son peuple, et Il est notre Dieu (cfr v. 28).

Tout Saint Esprit, Qui procède du Père et viens sur nous à travers le Fils, sauve et sanctifie tous ceux qui Te connaissent comme Dieu, Vie et Donateur de Vie.

Lundi de Pentecôte - quelques citations et méditations


Page spirituelle pour le temps de la Pentecôte (homélies, catéchèses, méditations)
http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/spiritualite/pentecote.htm

L'expérience du Saint- Esprit, catéchèse de l'archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
http://orthodoxe.typepad.com/paroisse/2007/02/lexprience_du_s.html


chez les Antiochiens, etc :
Afshenaf e-epshoi e-ni fi-owi, af o-ourpi nan em pi Paracleton!
Anelson ys ooranos, axiton Paracleton!
Sa'ada ila 'ala samawat, wa arsal lana el-Paraclete!
Il est monté aux Cieux, et il nous a envoyé le Paraclet!

Quelques citations de saints Pères sur la fête de la Pentecôte...

"Après cette solennité (Pâques), nous célébrerons aussi la fête des semaines, appelée Pentecôte, au cours de laquelle nous allons moissonner en parfaites gerbes et purs épis ce qui aura fleuri au printemps."
Dydime d'Alexandrie

"Au printemps, nous avons Pâques, le moment où je suis sauvé; à l'été, nous avons la Pentecôte, quand nous célébrons la gloire de la Résurrection d'après la manière du temps à venir."
Saint Ambroise de Milan

".. passant jour après jour la Pentecôte sacrée, que nous considérons comme une fête au dessus de la fête, nous célébrerons la fête de l'Esprit Saint qui est déjà auprès de nous par le Christ Jésus."
Saint Athanase le Grand

"Dans les temps anciens, Moïse reçut la Torah sur le Mont Sinaï et il proclama les Commandements du Souverain devant le peuple. Là, la divinité descendit sur la montagne, ici l'Esprit Saint devint visible par ces langues de feu se divisant."
Saint Augustin d'Hippone

"En ce jour-là, la Torah fut donnée selon l'Ancienne Alliance, et en ce même jour, l' Esprit Saint vint selon la nouvelle grâce; en ce jour-là, Moïse reçut les Tables de la Torah, le même jour, le choeur des Apôtres reçu l'Esprit Saint descendant sur eux, à la place des Tables qui avaient été données à Moïse."
Saint Jean Chrysostome

Nous vivons pour Lui. Nous vivons de par Lui.
Paix et grâce.
Agape,
Maranatha!

27 mai 2007

Pentecôte: l'Office d'Agenouillement (ou Génuflexion)


Prières de l'agenouillement de la Pentecôte
"Ces prières ont lieu dans les églises le Dimanche de Pentecôte, alors que les fidèles sont rassemblés dans l'attente de la venue du Saint Esprit. Ces prières appartiennent à l'Office des Vêpres qui est en pratique célébré immédiatement après la Liturgie le dimanche de Pentecôte. C'est la pratique courante, qui s'est développée depuis une centaine d'années, que ces prières soient célébrées à la fin de la Divine Liturgie.
Le but de ce déplacement du moment de ces prières est d'inclure le plus possible de membres de la communauté. Quand les Vêpres sont célébrées ce jour après la Divine Liturgie, beaucoup ne restent pas et les prières ne sont célébrées qu'avec une poignée de paroissiens. Il ne devrait pas en être ainsi! Particulièrement le dimanche, notre désir devrait d'être ensemble en prière.
Comprenons cela et prions pour désirer embrasser la plénitude de notre tradition Chrétienne Orthodoxe. Ce désir nous viendra dans la maturité de notre foi. Alors, en communauté, nous ne désirerons pas seulement que la totalité de la prière soit célébrée pour nous, mais en communauté, nous désirerons tomber à genoux et en serons joyeux."


Les postures dans la prière : l'agenouillement
http://orthodoxwiki.org/Worship#Kneeling
"L'agenouillement est aussi pratiqué par certains Orthodoxes durant leurs Offices. S'agenouiller s'appelle aussi la petite pénitence (metanoia mikra). La génuflexion occidentale moderne, où l'on plie le genoux droit, est pratiquée dans l'église catholique-romaine.
Dans certaines églises, les bancs sont équipées de reposoirs en face du banc où l'on est assis, de sorte que les membres de l'assemblée peuvent s'y agenouiller au lieu de le faire à même le sol. Bien que ces reposoirs soient peu courants dans les bâtiments d'églises Orthodoxes, on les trouve parfois. C'est souvent le cas là où il y a des bancs dans le bâtiment, ou quand le bâtiment a été racheté à des églises catholique-romaine ou protestante."


"Aujourd'hui, 7 Prières d'Agenouillement sont dites par le prêtre durant les Vêpres qui suivent immédiatement la Divine Liturgie du jour, et tout le monde se tient à genoux; c'est la première fois que l'agenouillement est autorisé depuis la Sainte Pâques. Durant les Prières d'Agenouillement, chaque membre de l'église participe à la conception de la couronne faite d'herbes odoriférantes fraîchement coupées, herbes avec lesquelles l'iconostase est décorée ce jour, ainsi que le sol de notre paroisse Saint Sava."


Pourquoi, tous les dimanches et de Pâques à la Pentecôte, les prières sont-elles dites à l'église sans s'agenouiller?
Comme il ressort clairement des Saintes Écritures, se courber, s'agenouiller et se prosterner, toutes ces postures étaient utilisées dans la prière même au temps de l'Ancien Testament. Le saint prophète et roi David parle dans nombre de Psaumes de se courber devant Dieu ou Son Temple, tels par exemple : "Rendez au Seigneur la gloire due à Son Nom; revêtez vos habits de fête, prosternez-vous devant Lui" (Ps 28,2); "Pour moi, grâce à Ta grande bonté, je pénètre dans Ta maison; je me prosterne dans Ton sanctuaire, pénétré de respect" (Ps. 5,8); "Venez, prosternons-nous en adoration, à genoux devant le Seigneur qui nous a créés" (Ps 94,6); "Entrons dans Sa demeure, prosternons-nous devant l'escabeau de Ses pieds" (Ps. 131,7); etc.

A propos de l'agenouillement, nous savons ceci du saint prophète Daniel, par exemple: "Trois fois le jour, agenouillé, il continua, comme auparavant, à prier et à louer Dieu" (Dan. 6,10). Des prosternations complètes sont aussi mentionnées dans les livres de l'Ancien Testament. Par exemple, les prophètes Moïse et Aaron : "Ils se prosternèrent la face contre terre en disant: 'Ô Dieu, Dieu des esprits de toute chair, un seul homme a péché, et Tu sévirais contre toute l'assemblée!" (Nombres 16,22); c'est ainsi qu'ils suppliaient Dieu d'être miséricordieux envers les enfants d'Israël qui avaient gravement péché. Dans le Nouveau Testament aussi, on avait préservé la coutume de s'agenouiller, se prosterner, et bien entendu de se courber; tout cela était toujours en usage durant la vie terrestre de notre Seigneur Jésus-Christ, Qui sanctifia cette coutume de l'Ancien Testament par Son propre exemple, priant à genoux et tombant face contre terre. Ainsi donc, nous savons par les saints Évangiles qu'avant Sa Passion, dans le jardin de Gethsemani, Il S'agenouilla et pria (Matth. 26,39), "Se jeta contre terre et Se mit à prier" (Mc 14,35). Et après l'Ascension du Seigneur, à l'époque des saints Apôtres, cette coutume, dont les saintes Écritures parlent aussi, demeura inchangée. Par exemple, le saint protomartyr et diacre Étienne "tomba à genoux et s'écria d'une voix forte: "Seigneur, ne leur compte pas ce péché!" (Actes 7,60); l'Apôtre Pierre, avant de relever Tabitha d'entre les morts, "s'agenouilla et pria" (Actes 9,40). C'est un fait indiscutable que, de même qu'avec les premiers successeurs des Apôtres, au cours des périodes plus tardives de l'existence de l'Église du Christ, s'agenouiller, se courber et se prosterner sur le sol, tout cela a toujours été utilisé par les véritables croyants dans leurs prières domestiques et divins offices. Dans l'antiquité, parmi les autres manifestations corporelles externes, l'agenouillement était considéré comme la manière de prier la plus agréable à Dieu. C'est pour cela que saint Ambroise de Milan écrivait : "Avant tout autre labeur ascétique, l'agenouillement a la puissance d'adoucir la colère de Dieu et de provoquer Sa miséricorde" (Livre 6 sur les Six jours de la Création, ch. 9).

"Ce qui est à Toi, le tenant de Toi, nous Te l'offrons, en tout et pour tout."
Pentecôte – cathédrale Saint-Innocent
30 Mai 2004 Diocèse d'Alaska (Orthodox Church of America / OCA)


Dans les monastères on observe les Canons à présent acceptés dans l'Église Orthodoxe au sujet des prosternations et agenouillements, tels qu'on les trouve repris dans les livres des divins offices, et en particulier le Typikon de l'Église [coutumier, ordo]. Mais en général, les laïcs Chrétiens Orthodoxes zélés sont bien entendu autorisés à prier à genoux à l'église et de se prosterner entièrement quand ils le souhaitent, sauf pendant la proclamation de l'Évangile, et les lectures de l'Épître, de l'Ancien Testament, de l'hexapsalme et de l'homélie. La sainte Église les considère avec amour et ne réfrène pas leurs pieux sentiments. Cependant, les exceptions concernant les dimanches et les jours entre Pâques et Pentecôte s'appliquent en général à tout le monde. D'après l'ancienne tradition et une loi canonique claire, l'agenouillement ne peut pas être effectué ces jours-là. La brillante solennité des événements que l'Église célèbre tout au long de la période de Pentecôte et les dimanches exclu, en et par elle même, toute manifestation de tristesse ou de lamentation sur ses péchés: car depuis Jésus-Christ a pour toujours "détruit l'acte rédigé contre nous [..]; Il l'a réduit à néant en le clouant à la Croix. Il a dépouillé les Principautés et les Puissances, Il les a livrées en spectacle de dérision en triomphant d'elles par la Croix" (Col. 2,14-15). Et "désormais donc, il n'y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus" (Rom. 8,1). Pour cette raison, la pratique a été observée par l'Église depuis les tous débuts, et sans aucun doute transmise par les Apôtres, qu'en tous ces jours, du fait qu'ils sont consacrés à la commémoration de la glorieuse victoire de Jésus-Christ sur le péché et la mort, il était requis de célébrer les divins offices publiques avec faste et solennité, et en particulier sans agenouillement, puisque c'est un signe de regret plein de repentance pour les péchés. Tertullien, un auteur du 2ème siècle, témoigne de cette pratique : "Le Jour du Seigneur (c-à-d le dimanche), nous considérons comme inapproprié de jeûner ou de s'agenouiller; et nous jouissons aussi de cette liberté de Pâques jusqu'à la Pentecôte" (Sur la Couronne, chapitre 3). Saint Pierre d'Alexandrie (3ème siècle – cfr son Canon 15 dans le Pedalion / Gouvernail = Droit Canon), et les "Constitutions Apostoliques" (Livre 2, chap. 59) disent aussi la même chose.

Suite à cela, le premier Concile Oecuménique considéra nécessaire d'en faire une règle par un Canon spécial d'application pour l'Église entière. Le Canon 20 dit ceci : "Comme quelques-uns plient le genou le dimanche et aux jours du temps de la Pentecôte, le saint Concile a décidé que, pour observer une règle uniforme dans tous les diocèses, tous adresseront leur prières à Dieu en restant debout."


Prières de l'Office d'agenouillement
Pentecôte – cathédrale Saint-Innocent
30 Mai 2004 Diocèse d'Alaska (Orthodox Church of America / OCA)

Pointant vers ce Canon, saint Basile le Grand explique (Canon 91 de saint Basile) le pourquoi et la signification de la pratique qu'il établissait ainsi : "Et nous faisons nos prières debout le premier jour de la semaine [= le dimanche; ndt], mais nous n'en connaissons pas tous la raison; car, ressuscités que nous sommes avec le Christ et obligés d'aspirer vers les choses célestes, nous ne rappelons pas seulement à notre esprit par la station debout pendant la prière la grâce, qui nous a été accordée en ce jour de résurrection, mais aussi que ce premier jour de la semaine semble être en quelque sorte l'image de l'éternité à venir; c'est justement parce qu'il est le début des jours que Moïse dit à son sujet non pas "le premier", mais le jour "un". Vu que ce jour revient à plusieurs reprises, il est en même temps un et huitième, manifestant par lui-même le jour vraiment un et huitième que le psalmiste rappelle dans l'inscription de certains psaumes, et qui représente par lui-même l'état qui suivra notre temps présent, ce jour sans fin, sans nuit, sans succession, l'éternité sans terme et toujours nouvelle. Il est donc nécessaire que l'Église enseigne à ses disciples de faire leurs prières en se tenant debout, afin que par le continuel rappel de la vie sans fin, nous ne négligions point les moyens d'atteindre ce passage. De même, toute la sainte cinquantaine des jours après Pâques est un rappel de la résurrection espérée. Car ce jour un et premier, multiplié sept fois par sept constitue les sept semaines de la sainte cinquantaine; commençant et finissant par un, elle déroule ce même un cinquante fois; elle imite ainsi l'éternité, commençant, comme dans un mouvement cyclique, au même point et terminée au même; pendant cette cinquantaine la coutume de l'Église nous a appris à préférer la station debout pour la prière, transportant pour ainsi dire notre esprit du présent à l'avenir par ce rappel manifeste. Par ailleurs chaque fois que nous plions les genoux et que nous nous relevons, nous démontrons en acte avoir été jetés à terre par notre péché et rappelés au Ciel par la Miséricorde de Celui qui nous a créés." Les 3 prières d'agenouillement pour la Pentecôte, bien connues et composées par ce grand Père de l'Église, ne sont dès lors pas lues à Tierce, quand on commémore la descente du Saint Esprit sur les Apôtres, ni à la Liturgie de Pentecôte, mais aux Vêpres, qui font déjà partie du lendemain, après l'Entrée. Le saint Père était déterminé à ne pas briser l'ancienne coutume de l'Église.

Dans le Canon 90 du Concile de Trullo, tenu conjointement avec le 6ème Concile Oecuménique, nous lisons : "Nous avons reçu de nos pères le canon qui nous dit de ne pas fléchir les genoux aux jours de dimanche, en l'honneur de la Résurrection du Christ. Or pour avoir une idée claire de son observation, nous faisons connaître aux fidèles qu'après l'entrée du clergé au sanctuaire aux vêpres du samedi selon l'usage reçu, personne ne doit fléchir les genoux, jusqu'au soir du dimanche qui suit, où après l'entrée du lychnicon fléchissant à nouveau les genoux nous offrons au Seigneur nos prières. Nous considérons en effet la nuit qui vient après le samedi comme annonciatrice de la Résurrection du Sauveur et nous commençons à partir de ce moment nos cantiques spirituels, faisant tenir la fête depuis les ténèbres de la nuit jusqu'à la lumière du jour, en sorte que nous célébrons la Résurrection une nuit et un jour entiers." Expliquant ce Canon, Jean Zonaras dit : "Divers Canons ont prohibé l'agenouillement les dimanches ou pendant les 50 jours de la Pentecôte, et Basile le Grand a aussi donné les raisons pour lesquelles ce fut interdit. Ce décret canonique ne s'intéressant qu'au dimanche, indique clairement à partir de quelle heure et jusque quelle heure s'agenouiller, et dit : 'Après l'entrée du clergé au sanctuaire aux vêpres du samedi selon l'usage reçu, personne ne doit fléchir les genoux, jusqu'au soir du dimanche qui suit, où après l'entrée du lychnicon fléchissant à nouveau les genoux nous offrons au Seigneur nos prières. Nous considérons en effet la nuit qui vient après le samedi comme annonciatrice de la Résurrection du Sauveur', ce que, d'après les termes de ce Canon, nous devons passer à chanter des Psaumes, portant la fête des ténèbres à la lumière, et d'une telle manière, célébrer la Résurrection le jour entier et la nuit" (Livre des Canons avec interprétation, p. 729 dans l'édition anglaise).

On trouve aussi dans le Typikon de l'Église une consigne sur la manière dont le prêtre doit s'approcher et embrasser l'Évangéliaire après l'avoir lu lors de la Vigile Pascale de la Résurrection : "Ne vous prosternez pas au sol, mais courbez-vous légèrement, jusqu'à ce que la main touche le sol [= métanie; ndt]. Car le dimanche et les fêtes du Seigneur et durant les 50 jours entre Pâques et Pentecôte, on ne plie pas le genoux" (Typikon, ch. 2).

In fine, se tenir debout lors des divins offices le dimanche et les jours entre Pâques et Pentecôte était le privilège de ceux qui étaient en pleine communion avec l'Église; mais ceux qui étaient appelés les "pénitents" n'étaient pas dispensés de s'agenouiller, même en ces jours-là.

Nous clôturerons cet article par ces paroles du célèbre interprète des Canons de l'Église, Théodore Balsamon, patriarche d'Antioche : "Préservez les décrets canoniques, peu importe et malgré la manière dont ils ont été composés; et ne dites pas qu'il y a des contradictions entre eux, car le très Saint Esprit les a tous formulés" (Interprétation du canon 90 du Concile in Trullo).
In: Orthodox Life, Vol. 27, No. 3 (Mai-Juin 1977), pp. 47-50.



Office de l'Agenouillement, paroisse Saint Silouane et saint Martin de Tours, Bruxelles, 27/5/2007






Pentecôte dans le Rite Orthodoxe Occidental (EORHF)

Matines
Psaume 67
Joël 3,1-4,21
Épître aux Romains 8,1-18

COLLECTE POUR DIMANCHE DE PENTECÔTE
O Dieu, Qui en ce temps-là instruisis les coeurs de Ton fidèle peuple, y répandant la Lumière de Ton Saint Esprit : accorde-nous par ce même Esprit d'avoir un juste jugement en toutes choses, et de toujours nous réjouir en Son saint réconfort.
Par notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, Qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit, Dieu Un, pour les siècles des siècles.

Divine Liturgie (Sarum)
Épître : Actes d'Apôtres 2,1-11
Évangile : Saint Jean 14,15-31
"Si vous M'aimez, vous observerez Mes Commandements. Et Moi Je prierai le Père, et Il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'Il demeure éternellement avec vous. C'est l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne Le voit pas et ne Le connaît pas. Mais vous, vous Le connaissez parce qu'Il demeure avec vous, et est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins; Je reviendrai près de vous. Dans bien peu de temps, le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me reverrez, parce que Moi Je vis et que vous vivrez. Ce jour-là, vous connaîtrez que Je Suis en Mon Père, vous en Moi et Moi en vous. Celui qui a Mes Commandements et qui les observe, c'est celui-là qui M'aime. Et celui qui M'aime sera aimé de Mon Père; Je l'aimerai et Je Me ferai connaître à lui." Jude (non pas l'Iscariote) Lui dit: "Seigneur, comment se fait-il que Tu Te feras connaître à nous, et non pas au monde?" Jésus lui répondit: "Si quelqu'un M'aime, il gardera Ma Parole et Mon Père l'aimera, et Nous viendrons à lui, et Nous ferons chez lui Notre demeure. Celui qui ne M'aime pas ne garde pas Mes Paroles. Mais la Parole que vous entendez n'est pas de Moi; elle est du Père qui M'a envoyé. Je vous ai dit ces choses, tandis que Je demeure encore avec vous. Mais le Paraclet, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en Mon Nom, vous enseignera toutes choses et vous remettra en mémoire tout ce que Je vous ai dit. Je vous laisse la paix; Je vous donne Ma paix à Moi, et Je ne vous la donne pas comme la donne le monde. Votre coeur ne doit ni se troubler ni s'alarmer. Vous M'avez entendu dire: Je m'en vais, et Je reviens à vous. Si vous M'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que Je vais auprès du Père, car le Père est plus grand que Moi. Et maintenant Je vous ai dit ces choses avant qu'elles n'arrivent, afin que, lorsqu'elles seront arrivées, vous croyiez. Je ne M'entretiendrai plus guère avec vous; car le Prince de ce monde vient; il ne peut rien contre Moi, mais il faut que le monde connaisse que J'aime le Père, et que J'agis selon le commandement que Mon Père M'a donné."

HOMÉLIE DU DIMANCHE DE PENTECÔTE
"Après cela, il arrivera que Je répandrai Mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront; vos vieillards auront des songes, vos jeunes gens, des visions; même sur les esclaves et sur les servantes, en ces jours-là, Je répandrai Mon Esprit" (Joël 2,28).
"Alors ils furent tous remplis de l’Esprit saint" Actes 2,4.
"Mais le Paraclet, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en Mon nom, vous enseignera toutes choses" Jean 14,26.
Et quel est dès lors le résultat de la venue du Saint Esprit? Depuis lors, il n'y a plus de condamnation qui pèse sur ceux qui vivent selon l'enseignement de Jésus, qui ne voient plus les choses de manière séculière, selon l'esprit de ce monde, mais dès maintenant les voient comme le Saint Esprit les leur montre. Car le chemin de l'Esprit de la vie dans le Christ Jésus nous libère de la loi du péché, qui résultait en la mort éternelle. Ce que la Loi de l'Ancien Testament ne savait pas faire, car elle avait été affaiblie par les humains qui l'avaient pervertie, Dieu envoyant Son propre Fils sous l'apparence humaine pouvait le faire, et dès lors cela condamnait la manière humaine séculière. L'ancienne Loi pouvait dès lors être maintenant accomplie en nous, parce que nous pouvons voir les choses de la manière dont le Saint Esprit nous guide.
Les gens de ce monde ne pensent qu'aux choses séculières, tandis que ceux qui sont guidés par le Saint Esprit voient le monde comme l'Esprit voudrait qu'on le voit. La voie de l'humanisme séculier ne nous mène qu'à la mort éternelle; mais la vie éternelle et la paix viennent lorsque nous sommes guidés par l'Esprit Saint. L'esprit de l'humanisme séculier est littéralement en guerre contre Dieu, parce qu'il n'est pas soumis à la Loi de Dieu, et ne sait être soumis à Dieu. Ces gens-là ne savent pas plaire à Dieu. Mais nous ne sommes pas des humanistes séculiers, nous sommes le peuple qui est guidé par l'Esprit Saint, si nous avons permis à l'Esprit de Dieu d'entrer en nous et de guider nos vies. Quiconque ne permet pas à l'Esprit du Christ de le guider n'appartient pas au Christ. Si cependant le Christ est le centre de votre vie, alors votre intérêt insatiable pour le monde séculier et toutes ses tentations s'évanouit, et le Saint Esprit vous prend et vous guide en une vie agréable à Dieu.
Si l'Esprit de Dieu – Qui a relevé Jésus d'entre les morts – vit en nous, alors nous devons comprendre que Dieu, Qui a relevé le Christ d'entre les morts fera aussi revivre nos corps mortels par Son Esprit vivant en nous. Dès lors, nous n'avons rien à faire avec la manière séculière et humaniste de vivre, et nous ne vivons pas de la sorte. Si nous devions néanmoins faire le choix de vivre de cette manière-là, nous savons que nous serions éternellement condamnés.
Mais, si avec l'aide du Saint Esprit, nous l'emportons sur ce désir présent en nous de vivre selon la manière séculière, et nous sommes vainqueurs des tentations qui nous entourent, alors nous vivrons éternellement. Ceux qui sont guidés par le Saint Esprit de Dieu sont enfants de Dieu. Car ils ne sont plus asservis par les peurs naissant du style de vie séculier, mondain, mais ont été adoptés, et dès lors peuvent dire "Notre Père.."
Le Saint Esprit nous convainc que nous sommes enfants de Dieu – et si nous sommes les enfants de Dieu, alors nous sommes les héritiers de Dieu, co-héritiers avec le Christ. Si nous souffrons des tentations dans ce monde comme Il l'a fait, alors nous les surmonteront comme Il l'a fait, et nous serons aussi glorifiés comme Il l'a été (cfr Romains 8,1-17).
Amen.

Hiéromoine Michael,
abbé du monastère Saint-Petroc.
Extrait du sacramentaire-pontifical Saint-Colman, usage autorisé dans les paroisses de Rite Orthodoxe Occidental au sein de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières (EORHF)

Le bien ne réside pas dans le désir de plaire à tout le monde. Il faut choisir : aimer la vérité au point de mourir pour elle et vivre éternellement, ou bien faire ce qui est agréable aux hommes, être aimé par eux, mais détesté par Dieu.
Saint Nil Sorsky

P. Seraphim Holland: homélie de Pentecôte


Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Je vous salue en ce saint jour de la Pentecôte. Et en ce jour, nous entendons "vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia!" (1). Nous entendons aussi aujourd'hui "Par toute la terre a retenti leur message, * leur parole jusqu'aux limites du monde" (2).

Quel est ce bruit tonitruant que l'on entend? C'est le bruit du vent qui s'engouffre, du puissant souffle. Mais même au milieu de ce vacarme, il y a des gens qui sont sorts, comme la vipère qui a bouché ses oreilles (3), parce que les Pharisiens ont entendu ce même bruit. Les Pharisiens avaient vu le Christ, avaient vu Ses miracles, et ils ne croyaient pas. Ils ont entendu – et bien entendu – et n'ont toujours pas cru.

Qu'il y ait ou non des gens sans importance qui ne savent pas croire la vérité telle quelle, et chanter "Alléluia!" (4), le son s'est répandu à travers le monde entier, cela ne fait aucun doute. Les Apôtres l'ont répandu, et leurs disciples, et les disciples des disciples, et même jusqu'à nos jours, par quelqu'un d'aussi indigne que moi, étant dans leur lignée – non pas comme apôtre mais comme prêtre. Et la parole continue de se répandre, et vous avez la possibilité de l'écouter ou non.

La Bonne Nouvelle, ce n'est pas seulement que le Christ a rendu notre chair capable de vivre, par Sa Crucifixion, et la Résurrection subséquente par Sa propre puissance, rendant la chair capable de Dieu. Ce n'est pas seulement cette nouvelle-là, mais la bonne nouvelle aujourd'hui, c'est que le Saint Esprit va nous aider. Il est appelé le Consolateur (5). Le Saint Esprit cherche les choses de Dieu, les choses profondes, au sujet desquelles nous ne savons pas même dire une parole, des choses que nous ne savons pas même concevoir, mais qui nous motivent et nous transforment. Il cherche ces choses-là, et Il nous les donne.

Il voudrait bien les donner à tout le monde, mais tout le monde ne veut pas écouter. Le Christ a aussi dit dans un contexte différent "Jérusalem, Jérusalem, [..] Que de fois J'ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu!" (6) Le Saint Esprit illumine l'homme lorsqu'il souhaite être illuminé. Le Saint Esprit rempli l'homme lorsque ce dernier se vide de lui-même de tout ce qui le rempli d'impur et de corrompu. Mais de nouveau, je dis que la bonne nouvelle c'est que le Saint Esprit nous aide même en cela, à nous vider nous-mêmes. Sans le Saint Esprit, nous ne savons pas vivre. Sans le Saint Esprit, nous ne serions pas capables d'actualiser la Résurrection en notre vie; nous n'en aurions pas la capacité.

Jésus parla du Saint Esprit, et le Saint Esprit parle sans cesse du Christ, éternellement. Il nous révèle ce qui concerne le Christ (7). Il ne parle pas à propos de Lui-même; Il parle du Christ. Et le Christ, occasionnellement, de même qu'Il parle de Son Père et de Lui-même, nous parlera, de manière mystérieuse, du Saint Esprit. Parce que je vous le dis, la doctrine du Saint Esprit, qui est capitale dans la Foi Chrétienne, est une chose fort obscure. Ce n'est pas quelque chose dont on sait parler avec une extrême exactitude. L'Esprit Saint illumine un homme comme souffle le vent (8). Nous ne savons pas comment souffle le vent, nous ne savons pas où il va, nous ne savons pas d'où il vient. Mais il amène la vie sur terre. De même, le vent amène l'eau sur terre. Nous ne savons pas comment. Nous pourrons en savoir un peu plus par la science, mais nous ne saurons pas tout avec précision. Il en est de même avec le Saint Esprit. Il souffle par l'Église, et illumine ceux qui vont s'arrêter dans le vent, et se tenir dans le vent, et désirer changer.

Le Christ a dit, "celui qui croit en moi; l'Écriture le dit: De son sein jailliront des fleuves d'eau vive.." (9). Nous devrions nous arrêter parfois pour méditer les inexprimables splendeurs des saintes Écritures. "De son sein jailliront des fleuves d'eau vive.." Quelle splendide image que voilà – mais pas seulement une image, parce que de Son sein coulera la grâce du Saint Esprit. Le Saint Esprit va raviver l'homme, et de même que l'eau s'écoule en bas de la montagne et ne sait pas être arrêtée, et enrichit et ravive tout, ainsi en est-il du Saint Esprit, qui s'écoulera en l'homme et ne s'arrêtera pas, et jaillira, et encore, et encore, et jamais ne se tarira, et ravivera non seulement cet homme, mais tous ceux qui l'entourent, si il vit dans l'Esprit.

Qu'est-ce à dire, "dans l'Esprit"? Nous parlons de vivre dans l'Esprit; qu'est-ce que cela signifie? Ce n'est rien de moins qu'écouter la volonté de Dieu, la Parole de Dieu, la Loi de Dieu, et la mettre en pratique. Être obéissant aux enseignements de la Toute Sainte Trinité; vivre selon Qui Dieu est. Voilà ce qu'est vivre dans l'Esprit. Et je vais vous dire ceci, si vous vivez de la sorte, alors vous serez illuminés par l'Esprit, dans les petites et grandes choses. Et vous ne douterez plus, et Dieu vous aidera en toutes choses.

Mais un effort est requis, un effort particulier pour vous permettre à vous-même d'être rempli de l'Esprit. Nous ne parlerons pas beaucoup aujourd'hui des détails et difficultés à mener une vie Chrétienne; on en reparlera plus tard. Avez-vous remarqué que dans les Actes d'Apôtres, c'est à propos des Apôtres parlant à tout le monde dans d'autres langues que nous réfléchissons. Nous n'allons pas approfondir comment l'Esprit ravive l'homme, mais si vous relisez le livre des Actes, vous le verrez. Et si vous relisez les Épîtres, vous le verrez. Et si vous relisez les Évangiles, vous le verrez. Et si vous venez aux Offices et que vous écoutez la beauté de nos chants, vous le verrez. Dieu sera présent. Vous Le sentirez et Le connaîtrez. "De votre sein couleront des fleuves d'eau vive." Vous ne serez plus soumis à la corruption; vous serez vivant. Le but de notre vie, c'est de connaître Dieu. Parce que connaître Dieu, c'est devenir comme Lui, parce qu'il ne saurait en être différemment, parce que celui qui aime devient comme ce qu'il aime. Il en est toujours ainsi.

A présent, nous avons le désir. Peut-être est-ce un petit désir, peut-être un grand, et peut-être, dans certains cas, ce n'est que le désir de désirer! Peu importe, si nous avons quelque désir quelque part, Dieu nous aidera à devenir comme Lui. Le but de notre vie. Rien d'autre n'est vraiment important. Et aujourd'hui, nous célébrons le grand don que Dieu nous a donné, de sorte que nous puissions accomplir ces choses que nous désirons. Le Saint Esprit est ce grand don. Puissions-nous être dignes d'un si grand don.
Amen.

(1) Au cours de la Divine Liturgie, au lieu de l'hymne du Trisagion habituel ("Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, ait pitié de nous"), nous chantons "Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ. Alléluia!"
(2) Prokimenon de la Pentecôte et des Saints Apôtres, en ton 8, chanté avant la lecture de l'Épître.
(3) (Psaume 57,4-5) Dès le sein maternel, les impies sont dévoyés * dès leur naissance les menteurs se sont fourvoyés.
Leur venin ressemble au venin de serpent * d'une vipère qui fait la sourde en se bouchant les oreilles
(4) Celui de l'Acathiste
(5) (Jean 14,26) "Mais le Paraclet, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en Mon Nom, vous enseignera toutes choses et vous remettra en mémoire tout ce que Je vous ai dit" (et dans d'autres versets aussi).
(6) (Mat 23,37) "Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés! Que de fois J'ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu!"
(7)(Jean 16,13-15) "Quand le Paraclet, l'Esprit de vérité, sera venu, Il vous mènera vers la vérité tout entière. Car Il ne parlera pas de Son chef, mais vous dira tout ce qu'Il entend, et Il vous annoncera ce qui doit arriver. Il Me glorifiera, parce qu'Il tirera de Mon bien ce qu'Il vous communiquera. Tout ce que possède le Père est à Moi. C'est pourquoi J'ai dit qu'Il prendra de Mon bien ce qu'Il vous communiquera."
(8) (Jean 3,8) "Le vent souffle où il veut, et tu entends le bruit, mais tu ne sais d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit."
(9) Jean 7,38

Actes d'Apôtres 2,1-11
Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous réunis. Soudain retentit du ciel un fracas semblable à celui d'une bourrasque de vent et ce bruit remplit toute la maison où ils étaient assis. Alors ils virent paraître comme des langues de feu qui, se partageant, vinrent se poser sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler des langues étrangères selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. Or, en ce moment, séjournaient à Jérusalem des Juifs et des hommes pieux, originaires de toutes les nations qui sont sous le ciel. À ce bruit, ils accoururent en foule, tout interdits de ce que chacun entendait parler sa propre langue. Hors d'eux-mêmes, ils manifestaient leur stupéfaction: 'Hé quoi! tous ces gens qui parlent, ne sont-ils pas Galiléens? Comment se fait-il alors que nous les entendions parler chacun notre langue maternelle? Parthes, Mèdes, Élamites, gens de Mésopotamie, de Judée, de Cappadoce, du Pont et d'Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d'Égypte et des provinces de Libye voisine de Cyrène, pèlerins de Rome, Juifs ou prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu!"

Prêtre Seraphim Holland
St Nicholas Orthodox Church, Dallas, Texas, USA
(Église Orthodoxe Russe Hors Frontières)
serap...@orthodox.net Ph:972/529-2754 MOBILE & VOICE MAIL 214 336-3464
FAX: 603/908-2408 Home Address: 2102 Summit, McKinney, TX 75070, USA
WEBMASTER FOR: St Nicholas Home Page - http://www.orthodox.net


Pentecôte
Novgorod, 16ème siècle
source