"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 septembre 2007

Sainte Croix et 1600ème anniversaire de saint Jean Chrysostome


Exaltation universelle de la Croix Vivifiante


Jeûne strict
2èmes Vêpres : Proverbes 3,11-18
11. Mon fils, ne méprise pas la correction du Seigneur,
ne te rebute pas quand il te reprend,
12. car le Seigneur châtie celui qu'il aime,
et gourmande le fils qu'il chérit.
13. Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse,
celui qui est parvenu à l'intelligence,
14. car mieux vaut ce gain que celui de l'argent,
et le profit qu'on en tire est meilleur que l'or fin;
15. elle a plus de prix que les perles,
aucun joyau ne peut l'égaler.
16. Dans sa main droite, elle apporte longue vie,
dans sa gauche, richesse et considération;
17. ses chemins sont semés de délices,
et ses sentiers vont vers la paix.
18. Pour qui la saisit elle est un arbre de vie,
qui s'y attache est un homme heureux.

Épître : 1 Corinthiens 1,18-24
Évangile : Saint Jean 19,6-11, 13-20, 25-28, 30-35


Sagesse - Proverbes 3,11-18 LXX, en particulier le verset 18 : "Pour qui la saisit (la Sagesse) elle est un arbre de vie, qui s'y attache comme sur le Seigneur est un homme heureux"
Il nous avait été enseigné que dans l'antique Paradis, "Le Seigneur Dieu fit surgir du sol toutes sortes d'arbres à l'aspect agréable et aux fruits comestibles, et l'arbre de vie au milieu du jardin, avec l'arbre de la connaissance du bien et du mal" (Gen. 2,9). Il y avait aussi une condition que nous ne pouvons oublier – Dieu avait donné cet ordre à l'homme : "Tu peux manger du fruit de tous les arbres du jardin; mais le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas, car du jour où tu en mangerais, tu mourrais certainement" (Gen. 2,16-17).

Souvenons-nous aussi comment le péché et la mort sont survenus. Notre ennemi mortel a fait miroiter à l'esprit de la femme quelque chose qui était en fait un mensonge : "Non, tu ne mourras pas" (Gen. 3,4). Alors, comme le fait remarquer saint Jean Chrysostome, lorsque non seulement "elle ne se détourna pas" de satan, mais que plus encore, elle révéla "tous les secrets des prévenances du Seigneur, jetant dès lors des perles au porc.. Elle exposa toutes les perles au porc, à la bête maléfique, c'est-à-dire au démon agissant à travers elle, ces divines perles" des mystères de Dieu. Il en résulta – exactement comme l'Apôtre l'enseigne, "la compagnie du mal corrompt les bonnes habitudes" (cfr 1 Co. 15,33) – qu'elle aussi vit ce qu'elle n'avait pas perçu auparavant, "que le fruit de l'arbre était bon à manger, appétissant d'aspect, et précieux pour ouvrir l'intelligence" (Gen. 3,6), et elle en mangea.

Bien-aimés de Dieu : quelle était la sagesse, que dis-je, la présomption à prendre le fruit qui était interdit par le Créateur? Où est la sagesse à considérer comme valable le conseil du serpent, comme ayant plus grande valeur que le Commandement de Dieu? Et n'allez pas croire que l'homme fut meilleur en la matière. Il prit aussi ce qu'il savait être défendu, et il en mangea. Prêtez attention à la parole de Dieu : "Alors leurs yeux à tous deux s'ouvrirent" (Gen. 3,7). Qui les leur a ouverts? Saint Jean Chrysostome nous apporte aussi la réponse suivante : Dieu "fit en sorte que dès lors ils pourraient faire l'expérience de leur nudité et de la perte de la gloire dont ils jouissaient avant d'avoir mangé (le fruit).. A partir de cet événement, la connaissance du péché entra en scène, et la honte avec elle..", et la mort ne resta pas en reste; mais ils ne gagnèrent aucune sagesse par le fait de leur désobéissance!

La Sagesse n'était accessible que par cet autre arbre en Eden, comme nous l'explique la lecture de la Sainte Écriture de ce jour (Proverbes 3,18). Cependant, puisque nous sommes exclus du jardin d'Eden, parce que Dieu y a placé des gardiens, des Chérubins "à l'épée de feu tournoyante en tous sens, barrant l'accès à l'arbre de la Vie" (Gen. 3,24), est-ce que la véritable sagesse serait désespérément hors de notre portée? Serions-nous condamnés à n'accumuler que de la connaissance, mais à ne jamais trouver la Sagesse? Ce n'est en tout cas pas du tout ce que dit le texte! La parole du Seigneur pour nous est : "Heureux l'homme qui a trouvé la Sagesse" (Prov. 3,13).

Mais alors, comment trouverions-nous la sagesse? Voyez ce qu'en dit l'Apôtre : "Le Christ est la puissance de Dieu et la Sagesse de Dieu" (1 Co. 1,24). Dieu a rendu Sa Sagesse Incarnée, c'est-à-dire, Il S'est Lui-même rendu accessible aux humains de manière tangible; Il est devenu un homme comme nous. Dès lors, le conseil de Dieu dans les Proverbes devrait être associé avec cette idée : nous devons "gagner" cette sagesse (Prov. 3,14). Le terme original fait clairement référence au commerce. Le Seigneur Jésus le confirme explicitement : "Vends tout ce que tu possèdes.. et puis viens, et suis-Moi" (Lc. 18,22). Il est la perle de grand prix; Il est la Sagesse; Il est plus grand que toute connaissance que nous puissions acquérir, où que ce soit. Vendez tout pour Lui.

Tout ce qui est dit à propos de la sagesse dans ce passage du Livre des Proverbes s'applique au Christ Qui a été crucifié sur l'Arbre de la Croix pour nous (Prov. 3,14-18). Il a fait de la Croix l'Arbre de la Vie! Puisque nous sommes exclus du Jardin d'Eden, Il vint dans cette chose pesante et pleine de tracas que nous appelons la vie, nous offrant la Sagesse : la vie et la gloire et la justice et la paix en Lui-même.

O très vénérable Croix, entourée de la jubilation des armées des Anges, élève le Christ Dieu, surabondant en bonté, et nous tomberons prosternés dans la Foi devant toi, Son divin repose-pieds.


Symposium pour le 1600ème anniversaire du "dies natalis" de saint Jean Chrysostome


Le 14 septembre 2007, c'est le 1600ème anniversaire du repos éternel de saint Jean Chrysostome, la "Bouche d'Or." Pour l'Église Orthodoxe, saint Jean est une des plus radieuses lumières parmi les pères et les saints qui ornent son histoire. Il est principalement connu pour ses sermons et commentaires des saintes Écritures, pour son intrépide manière de diriger en tant que hiérarque principal et berger de l'Église, pour son souci désintéressé envers les pauvres et les malades, et pour la Liturgie qui porte son nom. L'Office pour la fête des 3 hiérarques le loue comme égal à saint Grégoire le Théologien (de Nazianze) et saint Basile le Grand. Cependant, saint Jean n'est pas réputé comme un interprète des dogmes de la Foi.
Quelle est dès lors la place de saint Jean Chrysostome parmi les pères de l'Église? Tel est le thème de ce symposium qui aura lieu à Saint-Louis, du 28 au 30 septembre 2007. Nos éminents orateurs vous proposeront leurs connaissances sur le sujet. Nous vous invitons à participer et à prendre part aux discussions.
Pour conclure le Symposium, samedi soir et dimanche matin, il y aura une grande Vigile hiérarchique (Vêpres et Matines) et une Divine Liturgie à l'église orthodoxe russe Saint John Chrysostom à House Springs, MO. Son éminence le métropolite Laurus, premier hiérarque de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières, présidera, assisté d'autres évêques et d'un nombreux clergé. Nous vous invitons chaleureusement à participer à toute la célébration, ou à une des 2 parties.
Dimanche 18 septembre est le dimanche après l'Élévation de la Croix. C'est en la Fête de l'Élévation de la Croix qu'il y a 1600 ans d'ici, saint Jean Chrysostome entra dans le Royaume.

De tes lèvres comme un flambeau la grâce a jailli, ô Jean à la bouche d’or, et ton enseignement a illuminé l’univers ; tu as découvert au monde les trésors de la pauvreté et les grandeurs de l’humilité, soutiens-nous par tes paroles, ô Jean Chrysostome, notre père, et prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Vie complète (en anglais) par saint Dimitri de Rostov :
http://chrysostom1600.org/sjc1600/life/

Acathiste (en anglais) :
http://chrysostom1600.org/sjc1600/akathist/

Extrait traduit de l'Acathiste :
Prière à notre père parmi les saints, Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople
O grand et saint hiérarque Jean Chrysostome, tu as reçu des dons divers et nombreux du Seigneur, et tel un bon et fidèle serviteur, tu as bien fait fructifier les talents qui t'étaient confiés. Dès lors, tu devint un véritable docteur pour le monde entier, car les hommes de tous âges et métiers ont été enseignés par toi. Tu es le modèle d'obéissance pour les enfants, une balise de chasteté pour la jeunesse, encourageant les hommes à travailler avec diligence, enseignant aux vieillards à être candides, une règle d'abstinence pour les moines, un guide inspiré par Dieu pour ceux qui prient, un éclairage pour la pensée de ceux qui cherchent la sagesse, une source intarissable de paroles de vie pour les orateurs aimant la vérité, une étoile de bonté aimante pour les charitables, une image de règle de sagesse pour ceux qui gouvernent, une inspiration au courage pour ceux qui aiment la justice, un maître en patience pour ceux qui sont persécutés pour l'amour de la justice : tu as été donné sous toutes ces facettes au monde entier, afin que par tous ces moyens tu puisse en sauver. Pour tous, tu as acquis cet amour qui est le lien de la perfection, et dès lors, comme par la divine puissance, tu as unis en ta personne tous les dons spirituels. Et ce même amour qui réconcilie tout ce qui est séparé, tu l'as prêché aux fidèles dans ton interprétation des paroles des Apôtres.
Mais nous, pécheurs, possédant chacun son propre don, nous ne possédons pas l'unité en esprit dans le lien de la paix, car nous sommes devenus pleins de suffisance, nous provoquant et nous enviant les uns les autres. A cause de cela, les dons qui ont été distribués parmi nous ne sont pas pour la paix et le Salut, mais sont utilisés pour l'hostilité et pour notre propre condamnation.
Dès lors, bien que déchirés par la désunion, nous tombons à genoux devant toi, ô saint hiérarque de Dieu, et avec un coeur contrit, nous te demandons : par tes supplications, éloigne de nos coeurs tout l'orgueil et toute la jalousie qui nous divisent, afin que le corps de l'Église puissent consister en de nombreux membres, de sorte que, comme tu l'as dit dans ta prière, nous puissions nous aimer les uns les autres, et dans l'unité de coeur et d'esprit, confesser le Père, le Fils et le Saint Esprit, Trinité consubstantielle et indivisible, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Menées :
14/9
L'universelle Exaltation de la précieuse et vivifiante Croix. (Jour de jeûne strict.) (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome IX des Ménées. Suppléments athonites traduits par le même au tome IX du Supplément aux Ménées. Acathiste traduit par le même au tome IX du Supplément aux Ménées à la date du 16 septembre. Office votif traduit par le même au tome IX du Supplément aux Ménées à la date du 18 septembre. Acathiste traduit par le même au tome XVI du Supplément aux Ménées à la date du 16 septembre.)
Dormition de notre saint Père JEAN CHRYSOSTOME, laquelle est transférée au 13 novembre à cause de la fête d'aujourd'hui, afin de pouvoir célébrer plus brillamment saint Chrysostome (407). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome IX des Ménées.)

13/11
Saint JEAN CHRYSOSTOME, natif d'Antioche, archevêque de Constantinople (398-404), "colonne de l'Eglise et docteur de l'Univers" (+ 14 septembre 407). (Office traduit en français par le père Denis Guillaume au tome XI des Ménées. Acathiste traduit en français par le père Denis Guillaume au tome XI du Supplément aux Ménées.)

Vie de saint Jean Chrysostome en français, par saint Nicolas Velimirovich


La prière de saint Jean Chrysostome
exonarthex, paroi est, tympan au-dessus de la porte
latérale nord,
premier et deuxième rang,
Monastère de Hilandar, Athos - Catholicon
source & (c)

Tropaire de saint Jean Chrysostome (ton 8)
Resplendissante de clarté, la grâce de ta bouche a brillé sur l’univers, révélant au monde les trésors où l’avarice n’a point de part, et nous montrant la grandeur de l’humilité.
Père saint dont la parole nous instruit, Jean Chrysostome, intercède auprès du Verbe, le Christ notre Dieu, pour le salut de nos âmes !

Kondakion de saint Jean Chrysostome (ton 6)
Tu as reçu la divine grâce depuis le ciel, et de tes lèvres tu appris au monde entier l’adoration de l’unique Dieu en la Trinité. Jean Chrysostome, vénérable Père bienheureux, selon tes vertus nous t’acclamons comme Docteur enseignant les réalités de Dieu !


Sacramentaire Gélasien dit de Gellone
Lettre : T
Enluminure sur parchemin. Diocèse de Meaux, vers 790-795
© BnF

L'Élévation de la Croix - p. Alexander Schmemann


Une nouvelle Icône de sainte Barbara trône à présent à l'entrée



12 septembre 2007

Oecuménisme : L'Unité vue par la commission des évêques Orthodoxes canoniques des USA (SCOBA)


En réponse au récent document publié par le Vatican, voici le point de vue Orthodoxe sur "l'Unité", une position qui, si elle a été exposée il y a 50 ans d'ici, mérite vraiment lecture...
P. JosephDéclaration des représentants de l'Église Orthodoxe à la conférence d'étude nord-américaine Foi et Constitution, Oberlin, Ohio, 3-10 septembre 1957. (1)

En tant que délégués à la conférence d'étude nord-américaine "Foi et Constitution", nous voulons exprimer les points suivants.

Nous sommes contents de prendre part à une conférence-débat concernant un besoin aussi basique que l'unité pour le monde Chrétien. Tous les Chrétiens devraient rechercher l'Unité. D'un autre côté, nous sentons que tout le programme des discussions à venir a été cadré d'un point de vue qu'en toute conscience, nous ne pouvons admettre. "L'unité que nous recherchons" est pour nous une Unité donnée qui n'a jamais été perdue, et, en tant que don de Dieu et une marque essentielle de l'existence Chrétienne, n'aurait pas pu avoir été perdue. Cette unité dans l'Église du Christ est pour nous une Unité au sein de l'Église Historique, dans la plénitude de la Foi, dans la plénitude de la vie sacramentelle ininterrompue. Pour nous, cette Unité est incarnée dans l'Église Orthodoxe, qui a conservé, katholikos et anelleipos, à la fois l'intégrité de la Foi Apostolique et l'intégrité de la Succession Apostolique.

Notre participation dans l'étude de l'Unité Chrétienne est résolue par notre ferme conviction que cette Unité ne peut être trouvée que dans la communion de l'Église Historique, préservant la plénitude de la tradition catholique (2), tant dans la doctrine que dans la succession apostolique. Nous ne pouvons nous engager dans la moindre discussion au sujet de ces points de base, comme si elles n'étaient qu'hypothèses ou problématiques. Nous commençons ici avec une conception claire de l'Unité de l'Église, que nous croyons avoir été incarnée et réalisée dans l'histoire multi-séculaire de l'Église Orthodoxe, sans le moindre changement ou la moindre interruption depuis les temps où l'Unité visible de la Chrétienté était un fait évident et était attestée et démontrée par une unanimité oecuménique, à l'époque des Conciles Oecuméniques.

Nous admettons, bien entendu, que l'Unité de la Chrétienté a été bouleversée, que l'unité de Foi et l'intégrité des ordres apostoliques ont été fortement brisés. Mais nous n'admettons pas que l'Unité de l'Église, et plus précisément de l'Église "visible" et historique, ait jamais été brisée ou perdue, de sorte que ce serait à présent un problème de recherche et de découverte. Dès lors, le problème de l'Unité est pour nous le problème du retour à la plénitude de la Foi et de l'Ordre apostolique, dans la totale fidélité au message des saintes Écritures et de la Tradition et en obéissance à la volonté de Dieu : "Que tous soient unis."

Bien longtemps avant la rupture de l'unité de la Chrétienté Occidentale, l'Église Orthodoxe avait un sens aigu de l'importance essentielle de l'unité des croyants Chrétiens, et dès son début (3) elle a déploré les divisions au sein du monde Chrétien. Que ce soit actuellement ou dans le passé, elle se lamente sur la désunion parmi ceux qui affirment être disciples de Jésus-Christ, dont le but dans le monde était d'unir tous les croyants en un seul Corps. L'Église Orthodoxe estime que, du fait qu'elle n'a pas été mêlée à la rupture de l'unité religieuse en Occident, elle porte la responsabilité particulière de contribuer à la restauration de l'unité Chrétienne qui seule peut rendre effectif le message de l'Évangile dans un monde perturbé par les menaces de conflits mondiaux et une incertitude généralisée à propos de son avenir.

C'est avec humilité que nous exprimons clairement la conviction que l'Église Orthodoxe peut apporter une contribution spéciale à la cause de l'unité Chrétienne, parce que depuis la Pentecôte, elle a possédé la véritable unité voulue par le Christ (3). C'est avec cette conviction que l'Église Orthodoxe est toujours prête à rencontrer des Chrétiens d'autres communions dans des réflexions inter-confessionnelles. Elle se réjouit du fait qu'elle est à même de se joindre à celles parmi les autres confessions dans des conversations oecuméniques qui tendent à faire tomber les barrières vers l'unité Chrétienne. Cependant, en toute honnêteté, en tant que représentants de l'Église Orthodoxe nous nous sentons obligés de confesser que nous devons préciser notre participation, comme c'est rendu nécessaire par la Foi historique et la pratique de notre Église, et aussi d'exprimer la position générale qui doit être adoptée dans cette conférence interconfessionnelle.

En considérant de prime abord "la nature de l'unité que nous recherchons", nous souhaitons commencer par établir clairement que notre approche diverge de ce qui est habituellement recommandé et généralement attendu de la part de représentants participants. L'Église Orthodoxe enseigne que l'unité de l'Église n'a jamais été perdue, parce qu'elle est le Corps du Christ, et que dès lors, ne saurait être divisée. C'est le Christ Qui est à sa tête, et l'inhabitation du Saint Esprit qui garanti l'unité de l'Église à travers les siècles.

La présence d'imperfections humaines parmi ses membres est impuissante à effacer l'unité, car le Christ Lui-même a promis que "les portes de l'Hadès ne prévaudraient pas contre l'Église." Satan a toujours semé de l'ivraie dans le champs du Seigneur, et les forces de désunion ont souvent été menaçantes, mais en réalité, elles n'ont jamais réussi à diviser l'Église. Aucune puissance ne pourrait être plus forte que la volonté omnipotente du Christ, Qui a fondé une Église uniquement pour amener les hommes à l'unité avec Dieu. L'unité est une marque essentielle de l'Église.

S'il est vrai que le Christ a fondé l'Église comme un moyen d'unifier les hommes divisés par le péché, alors il doit naturellement s'ensuivre que l'unité de l'Église a été préservée par Sa divine omnipotence. L'unité n'est dès lors pas seulement une promesse, ou une potentialité, mais elle appartient à la nature même de l'Église. Ce n'est pas quelque chose qui a été perdu et qui devrait être retrouvé, mais plutôt c'est la caractéristique permanente de la structure de l'Église.

L'amour Chrétien nous pousse à parler avec franchise de notre conviction que l'Église Orthodoxe n'a pas perdu l'unité de l'Église voulue par le Christ, car elle représente l'unité qui, dans la chrétienté occidentale, n'a été qu'une potentialité. L'Église Orthodoxe enseigne qu'elle n'a nul besoin de chercher après une quelconque "unité perdue", puisque sa conscience historique dicte que c'est elle qui est l'Unam Sanctam et que tous les groupes chrétiens hors de l'Église Orthodoxe ne peuvent retrouver leur unité qu'en entrant dans le sein de cette Église qui a préservé son identité avec le Christianisme antique.

Ce ne sont pas des affirmations qui proviendraient d'une audace, mais d'une conscience historique interne de l'Église Orthodoxe. En effet, tel est le message spécial de l'Orthodoxie Orientale à la chrétienté occidentale divisée.

Fidèle à sa conscience historique, l'Église Orthodoxe déclare qu'elle a maintenu une continuité ininterrompue avec l'Église de la Pentecôte, en préservant la Foi et l'Ordre Apostolique inaltérés. Elle a gardé "la Foi transmise une fois pour toute aux saints" libre de toute déformation due à des innovations humaines. Les doctrines inventées par des hommes n'ont jamais réussi à s'imposer dans l'Église Orthodoxe, puisqu'elle n'a aucune association nécessaire dans l'Histoire avec le nom d'un seul Père ou théologien (4). Elle possède la plénitude et la garantie de l'unité et de l'infaillibilité par l'opération du Saint Esprit et non par le ministère d'une personne seule. C'est pour cette raison qu'elle n'a jamais senti le besoin envers ce qui est connu comme "un retour à la pureté de la foi apostolique." Elle maintien la nécessaire balance entre la liberté et l'autorité, et évite dès lors les extrêmes de l'absolutisme et de l'individualisme, qui tous deux ont fait violence à l'unité Chrétienne.

Nous réaffirmons ce qui a été déclaré à Evanston (5) et ce qui a été déclaré dans le passé au cours de toutes les conférences interconfessionnelles auxquelles des délégués de l'Église Orthodoxe ont participé. Ce n'est en rien dû à notre mérite personnel, mais c'est à la divine condescendance que nous devons de représenter l'Église Orthodoxe et sommes à même d'exprimer ses affirmations. En conscience, nous sommes tenus à déclarer explicitement ce qui est logiquement suggéré; à savoir que tous les autres corps [chrétiens] ont été directement ou indirectement séparés de l'Église Orthodoxe. D'un point de vue Orthodoxe, l'unité signifie le retour des entités séparées à l'Église Orthodoxe historique, l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

L'unité que l'Orthodoxie représente repose sur l'identité de Foi, d'ordre hiérarchique et de culte. Tous trois, ces aspects de la vie de l'Église sont extérieurement préservés par la réalité de la succession ininterrompue d'évêques qui est l'assurance de la continuité ininterrompue de l'Église avec les origines apostoliques. Cela signifie que la plénitude non-compromise de l'Église requiert la préservation tant de sa structure épiscopale que de sa vie sacramentelle. Respectant avec ténacité son héritage Apostolique, l'Église Orthodoxe maintien qu'aucune unité réelle n'est possible là où l'épiscopat et les sacrements sont absents, et s'afflige du fait que ces 2 institutions ont été soit abandonnées soit dénaturées dans certaines parties de la chrétienté. Tout accord sur la Foi doit reposer sur l'autorité des déclarations des 7 Conciles Oecuméniques qui représentent l'esprit de l'Église indivise de l'antiquité et la tradition subséquente telle que préservée dans la vie de l'Église Orthodoxe.

Nous regrettons que le problème si capital du Ministère ordonné et celui de la Succession Apostolique, sans lesquels selon notre point de vue il n'y a ni unité ni église, n'ont pas été prévu au programme de la Conférence. Tous les problèmes de ministère ordonné semblent manquer au programme. Ceux-là sont, selon notre opinion, des points basiques pour toute étude de l'Unité.

L'unité visible exprimée dans l'union organisationnelle ne détruit pas la centralité de l'esprit entre les fidèles, mais au contraire atteste de la réalité de l'unité de l'Esprit. Là où il y a plénitude de l'Esprit, là aussi il y aura la concorde externe. Depuis les temps apostoliques, l'unité des fidèles Chrétiens a été manifestée par une structure visible, organisée. C'est l'unité dans le Saint Esprit qui est exprimée dans une organisation unifiée visible.

La Sainte Eucharistie, en tant qu'acte suprême du culte, est l'affirmation extériorisée de la relation interne jaillissant de l'unité dans le Saint Esprit. Mais cette unité implique un consensus de Foi parmi ceux qui participent. L'intercommunion est dès lors possible uniquement lorsqu'existe l'accord sur la Foi. Dans tous les cas, le culte commun [concélébration] doit présupposer une Foi
commune. L'Église Orthodoxe maintien que le culte de quelque nature que ce soit ne saurait être sincère à moins qu'il n'y ait unité de Foi parmi ceux qui y participent. C'est suite à cette conviction que les Orthodoxes hésitent à se joindre à des offices de prière commune et s'abstiennent strictement d'assister à des offices de Communion interconfessionnels

Une Foi commune et un culte commun sont inséparables dans la continuité historique de l'Église Orthodoxe. Cependant, dans l'isolation, aucun des deux ne saurait être préservé intégral et intact. Tous deux doivent être gardés dans une relation organique et interne l'un avec l'autre. C'est pour cette raison que l'unité Chrétienne ne saurait être réalisée simplement en déterminant quels articles de foi ou quel Credo devrait être considéré comme constituant la base d'unité. En plus de souscrire à certaines doctrines de Foi, il est nécessaire de réaliser l'expérience d'une tradition commune ou du "communis sensus fidelium" préservés par le culte commun dans le cadre historique de l'Église Orthodoxe. Il ne saurait y avoir de vraie unanimité de Foi à moins que la Foi ne demeure au sein de la vie et de la tradition sacrée de l'Église, qui est identique à travers les siècles. C'est dans l'expérience liturgique que nous affirmons la véritable Foi, et inversement, c'est dans la reconnaissance d'une Foi commune que nous assurons la réalité du culte en esprit et en vérité.

Dès lors l'Église Orthodoxe en chaque localité insiste sur l'accord de Foi et de culte avant qu'elle n'envisage de partager la moindre activité interconfessionnelle. Les différences doctrinales constituent un obstacle sur le chemin d'une participation sans restriction à de telles activités. Afin de protéger la pureté de la Foi et l'intégrité de la vie liturgique et spirituelle de l'Église Orthodoxe, l'abstention de participation aux activités interconfessionnelles est encouragée au niveau local. Il n'existe pas un seul aspect de la vie de l'Église qui ne soit lié à sa Foi. L'intercommunion avec une autre église doit être ancré dans un consensus de Foi et une compréhension commune de la vie sacramentelle. En particulier, la sainte Eucharistie doit être la démonstration liturgique de l'unité de Foi.

Nous sommes pleinement conscients des profondes divergences qui séparent les confessions chrétiennes les unes des autres, dans tous les domaines de la vie et de l'existence chrétienne, dans la compréhension de la foi, dans la manière de vie, dans les habitudes cultuelles. En conséquence, nous cherchons une unanimité de Foi, une identité d'ordres ministériels, une fraternité dans la prière. Mais pour nous, ces trois points sont organiquement liés les uns aux autres. La communion dans le culte liturgique n'est possible que dans l'unité de la Foi. La Communion présuppose l'Unité. Dès lors, le terme "intercommunion" nous semble être l'épitomé de cette conception que nous sommes forcés de rejeter. Une "intercommunion" présuppose l'existence de plusieurs confessions séparées et divisées, qui se regroupent occasionnellement pour mener certains actes ou actions en commun. Dans la véritable Unité de l'Église du Christ, il n'y a pas de place pour plusieurs "confessions." Il n'y a dès lors pas de place pour une "intercommunion." Quand tous seront unis en vérité dans la Foi et l'Ordre Apostolique, il y aura une Communion et une Fraternité totale en toutes choses.

Déjà en 1937, à Edimbourg (6), les délégués Orthodoxes avaient déclaré que nombre de problèmes étaient exposés dans le cadre des Conférences "Foi et Constitution" d'une manière et d'une position qui étaient extrêmement peu sympathiques pour les Orthodoxes (7). Nous sommes obligés de répéter cela ici aussi. Mais à nouveau, comme il y a quelques années à Edimbourg, nous voulons témoigner de notre préparation et de notre volonté à participer à cette étude, afin que la Vérité de l'Évangile et la plénitude de la Tradition Apostolique
puissent être portés à la connaissance de tous ceux qui, vraiment, de manière désintéressée et pieusement cherchent l'Unité dans notre Seigneur béni et Son Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique.



Protopresbytre Georges Florovsky



Protopresbytre Eusebius A. Stephanou



Prêtre George Tsoumas

Prêtre John A. Poulos

Prêtre John Hondras

Prêtre George P. Gallos

Texte ayant circulé par courriel du 12 juillet 2007 au sein du "St Raphael Clergy Brotherhood" du diocèse de Wichita et Mid-America (USA) (patriarcat Grec-Orthodoxe d'Antioche, archidiocèse américain)


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Ce texte est aussi en ligne sur le Orthodoxe Research Institute


Ahh, que c'est rafraîchissant de lire un si beau texte – notez bien, il est co-signé du p. Georges Florovsky...
Merci à ces évêque et prêtres du Christ pour cette belle déclaration - elle mériterait de rejoindre celle de saint Léon III de Rome, gravée dans l'or et l'argent et placardée à la porte des cathédrales des différents patriarches de l'Église!
Participer ainsi à une telle assemblée, où d'emblée on exprime bien clairement la doctrine de l'Église, où on ne prétend pas que les autres participants auraient la moindre petite ombre de légitimité apostolique, c'est tout de même autre chose que tout ce qu'on voit de nos jours. Et parler ainsi et en cette compagnie, stricto sensu, les Canons ne l'interdisent pas, je pense du moins, puisque les autres participants sont bien renvoyés à leur cruel manque : celui de l'absence d'unité, d'une unité impossible à trouver là où ils sont et comme ils vivent. Un manque ne leur laissant pas d'autre alternative que le retour au sein de l'unique Église du Christ, dont, comme le disent fort bien ces évêques Orthodoxes, ces gens-là ne font pas partie. Et donc s'ils ne sont pas dans l'Église, ils ne sauraient trouver d'unité qu'en y revenant. Et puisqu'ils ne sont pas en communion avec l'Église, ils n'ont pas la Foi apostolique, et ils n'ont pas un clergé légitime et réel, aucun d'entre eux. A méditer et à faire circuler, d'urgence. Oremus.

La Tradition vivante, selon les saints et très Orthodoxes Pères de l'île de Lérins au 6ème siècle, c'est ceci :

Sicut Scriptum est
Quia Scriptum est
Quae docet sanctus Apostolus
Secundum praeceptum Domini
Sicut Dominus dixit

(Règles des 4 Pères, Règle 2, p.212, SC297)
Et nous ne quitterons pas cette Tradition vivante pour faire plaisir au prince de ce monde et à ses supplétifs (pour la plupart, il est vrai, inconscients du rôle réel qu'ils jouent)

Notes de traduction.
(1) Déclaration qui ne changera rien aux projets des participants hétérodoxes : "Il faudra encore traverser deux guerres mondiales et une crise économique avant que ne se réunisse la première (et unique) Conférence sur Foi et Constitution en Amérique du Nord qui eut lieu à l’Oberlin College (Ohio) en 1957 et déboucha sur la création d’une Commission permanente sur Foi et Constitution au sein du Conseil national des Eglises aux Etats-Unis. Après le Concile Vatican II, l’Eglise catholique des Etats-Unis devint membre de la Commission Foi et Constitution ; ne faisant donc plus figure d’ ‘ Eglise à part ’ dans le panorama américain, elle participe désormais de manière active et constructive au mouvement oecuménique."
http://www.oikoumene.org/fileadmin/files/wcc-main/2007pdfs/WPCU2008_Livret_FRA.pdf

(2) Doctrinalement, l'Église que nous disons "Orthodoxe", c'est un qualificatif que nous lui donnons en référence à la droiture intégrale de doctrine qu'elle professe depuis les Apôtres, sans discontinuité. Mais si ce terme de "catholique" a été usurpé par les chefs d'un État temporel européen, c'est pourtant l'Église Orthodoxe - et elle seule - qui est l'Unam, Sanctam, Catholicam et Apostolicam Ecclesiam, comme nous disons dans le Credo. D'où nos évêques utilisent aussi pour parler de nous ce terme de "catholique". Car en l'Église Orthodoxe ne "subsiste" pas un restant d'unité, au contraire, elle incarne la plénitude de l'unité.

(3) A savoir lors de la Pentecôte, puisque c'est à ce moment précis que l'Église a été fondée par le Saint-Esprit sur LES Apôtres, et à Jérusalem et nulle part ailleurs, comme en attestent de manière irréfutable les saintes Écritures.

(4) Ou Apôtre ou groupe d'Apôtre pris isolément de l'ensemble.

(5) Evanston, Illinois, USA, 15 - 31 Août 1954

(6) A Édimbourgh, capitale de l'Écosse, en 1937, des dirigeants de groupes se réclamant du Christ se sont rencontrés et ont décidé d'établir un Conseil Oecuménique des églises (WCC / COE). Sous les apparences d'une idée bonne et généreuse - à laquelle j'avoue avoir naïvement cru il y a quelques années, par manque de recul et de réflexion - , c'est le principe de "nivellement par le bas" qui règne en maître – trouver des "plus petits dénominateurs communs" en matière théologique et faire l'impasse sur tout ce qui gène aux entournures. Créer une sorte de nouvelle religion christianisante qui puisse être acceptée par tous, y compris par ceux qui ne veulent pas du Christ, et permettre à ceux qui croient à cette nouvelle religion christique de vivre dans la société selon les normes de la société, sans être gênés par des normes divines. Bref, un projet et une méthodologie clairement F-M, comme le déclarent sans ambages les saints moines de Roumanie ou de l'Athos.
En Afrique, il est avéré que ce Conseil Oecuménique a été directement impliqué dans le soutien aux mouvements marxistes qui endeuillent sans discontinuer le Continent depuis 50 ans. Il soutient tout ce qui est avortement, styles de vie "alternatifs", etc, et ne reconnaît bien entendu pas la Foi et les Ordres Apostoliques, les 8 Conciles Oecuméniques, etc.
Un certain nombre d'Églises Orthodoxes locales y participent à titres divers, mais plusieurs s'en sont déjà retirées, voyant que la masse catholique-romaine & protestante empêche objectivement tout cheminement positif. Il est à rappeler que l'Église Orthodoxe Russe Hors-Frontières avait mis cette sortie du COE comme préalable décisif à sa réunification avec le patriarcat de Moscou. Hélas, on sait ce que ce juste préalable est devenu.

(7) En effet, dans le contexte de la "belle idée généreuse", la seule Église qui se retrouve systématiquement accusée, c'est l'Église du Christ! Tout ce qu'elle tient des Apôtres et des saints est présenté comme archaïque et juste bon à jeter aux poubelles de l'Histoire. Le respect demandé envers "les autres chrétiens" est toujours à sens unique. Il est légitime de se poser la question de l'utilité d'une présence dans ce groupe ouvertement opposé à l'Église.


11 septembre 2007

Du bon usage de l'argent (2)

Un autre exemple du bon usage de l'argent, par saint Alfred le Grand.

marque-page
"Cet objet complexe en or, incrusté de crystal de roche et d'émail cloisonné, a une inscription en Vieil Anglais disant qu'Alfred l'a fait réaliser. L'ornement en tête d'animal tient une sorte de cavité ronde que l'on suppose avoir contenu une baguette. On a interprêté cela comme étant un marque-page ou un pointeur, tels que ceux que le roi Alfred avait promis d'envoyer à tous les évêchés du royaume, en même temps qu'une copie de la traduction en Vieil Anglais de l'ouvrage de saint Grégoire le Grand, le Pastoral. Le vainqueur des Danois et joueur de harpe l'aurait traduit lui-même mais je ne le pense pas. Les rois ne coupaient même pas leur propre viande."
Le "Alfred Jewel", à présent au Ashmolean Museum, Oxford."
source texte & image ci-dessus

Petite précision sur l'appréciation de saint Alfred par l'auteur : on possède encore un manuscrit autographe d'une des traductions réalisées par saint Alfred le Grand, qui ne s'est pas limité à une seule oeuvre...


PRIÈRE:
O Souverain Seigneur, qui amena sur un trône troublé Ton serviteur Alfred, afin qu'il puisse rétablir la paix dans un pays ravagé et faire revivre l'érudition et les arts dans son peuple : Réveille en nous aussi, nous T'en supplions, un profond désir d'accroître notre entendement pendant que nous sommes dans ce monde, et une profonde aspiration pour la vie éternelle où tout deviendra clair; par Jésus-Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, Dieu Un, pour les siècles des siècles. Amen.

10 septembre 2007

Mauvaise recette hitlérienne en Nouvelle Zélande

Le créneau du mauvais goût publicitaire semble faire recette dans le monde de la cuisine industrielle, et de nouvelles limites à ne pas franchir le sont pourtant allègrement jour après jour. Faisant suite à l'Inde l'an dernier, c'est au tour de la Nouvelle Zélande d'avoir sa lamentable affaire d'utilisation d'Hitler pour une pub'..

En Allemagne, la nouvelle ne déclenche pas des flots d'hilarité
Neuseeland: Pizzakette "Hell Pizza" warb mit Adolf Hitler
http://www.shortnews.de/feedback.cfm?fanz=1&fbid=3197839

Hitler Pizza! (25/8/2007)

La chaîne de Pizza Hell arrête sa campagne de pub' "Hitler" (Der Spiegel)
http://www.spiegel.de/international/


Jusqu'à quel point peut-on être de mauvais goût? Une chaîne de pizzerias en Nouvelle Zélande est sous un feu roulant de critiques pour une récente campagne de publicité qui montrait Adolf Hitler faisant son salut en tenant un quartier de tarte au fromage. Après que des citoyens locaux aient protesté, l'entreprise a remplacé Hitler – par le pape de Rome Benoît 16.
La chaîne néo-zélandaise de pizzerias "Hell Pizza" est actuellement fortement critiquée pour avoir collé des affiches montrant l'homme qui avait déclenché la seconde guerre mondiale et était responsable pour le génocide de millions de gens, affiches collées sur des panneaux dans 4 villes du pays. La publicité montrait Hitler faisant son "sieg heil" avec son quartier de tarte en main et comme slogan : "il est possible d'amener les gens à croire que le paradis, c'est l'enfer", une citation attribuée à Hitler.
"Nous pensions que les gens seraient capables de comprendre le côté humoristique d'un gars faisant le salut hitlérien tout en tenant un quartier de pizza en main," déclare Kirk MacGibbon, de la société de publicité Cinderella, basée à Auckland (NZ). "Si vous riez de quelque chose, vous lui enlevez sa puissance."
Cependant, il a rajouté "qu'il y a certaines choses dont nous ne sommes pas encore capables de rire" et il a dit qu'il y avait eu une poignée de plaintes de la part de résidents Juifs.

*-*-*-*-*-*

note de traduction : on comprendra mieux la tentative d'humour déplacée de ces gens en rappelant que leur nom, "Hell Pizza", signifie "Pizza d'enfer", "hell" voulant dire "enfer"
D'où leur utilisation de phrases parlant de l'enfer et prononcées par des "célébrités"

*-*-*-*-*

Hell Pizza botte Hitler dehors
http://www.stuff.co.nz/4175807a10.html



C:\Download6\actualites6\hell-pizza_hitler_nouvelle-zelande240807.jpg

Par WARREN GAMBLE - The Press - Vendredi 24 août 2007

La chaîne de pizzerias Hell Pizza retire ses affiches d'Hitler faisant le salut nazi en tenant un quartier de pizza, suite aux plaintes de la communauté Juive.
La chaîne de restauration, qui a déjà subit bien des plaintes à propos de ses méthodes de publicité, y compris une série d'envois postaux de préservatifs l'an dernier, dit que les affiches d'Hitler à Auckland, Wellington et Christchurch n'étaient pas destinées à choquer mais étaient une satire d'Hitler.
Le dirigeant nazi est montré faisant son salut hitlérien tout en tenant un bout de pizza en main, avec sa citation "il est possible d'amener les gens à croire que le paradis, c'est l'enfer."
Hier après-midi, l'affiche Hitler sur la Lincoln Road à Christchurch a été remplacée par une autre, montrant un autre fruit de la célèbre campagne de citations de la chaîne – le pape Benoît disant "l'enfer est réel et éternel."
Kirk MacGibbon, de Cinderella, la société de publicité d'Auckland qui réalise les publicités de la chaîne, a dit hier qu'il avait reçu 3 plaintes de Juifs habitant à Auckland, qui avaient été choqués par l'affiche Hitler.
Certains avaient perdu des leurs dans l'Holocauste (Shoah).
"Nous espérions que ça marcherait et que les gens trouveraient marrant de voir Hitler avec un bout de pizza" dit MacGibbon.
"Nous reconnaissons qu'il s'est passé (avec lui) de terribles choses et que si des gens ne comprennent pas que c'est une satire, alors nous sommes confrontés à un problème et nous retirerons cela."
Sussanne Bonnemann, une citoyenne de Christchurch née en Allemagne, s'est plainte auprès de l'autorité de régulation de la publicité, l'Advertising Standards Authority (ASA), après avoir vu cette affiche d'Hitler samedi à Addington.
Dès hier après-midi, le panneau d'affichage avait reçu une nouvelle affiche.
"J'étais tout simplement choquée", disait hier mme Bonnemann.
"De toute évidence, vous pouvez vous rendre compte que les gens qui sont derrière cette campagne ont envie de provoquer, mais là ils ont été trop loin. Ca montre aussi qu'ils n'ont pas idée de tout ce que cet homme a pu faire et combien sont morts durant son régime politique, et ça montre leur manque de respect envers leur prochain."
L'an dernier, la campagne de Hell Pizza d'envois postaux de préservatifs pour faire la promotion de sa Lust Pizza (Pizza Désir) avait provoqué 685 plaintes, et l'ASA avait décrété qu'ils avaient enfreint les normes de décence et de responsabilité sociale.
La chaîne a aussi reçu des plaintes, en particulier de groupes conservateurs, au sujet de son magazine Hell-o, qui faisait étalage du mannequin Nicky Watson en couverture.
MacGibbon dit que l'agence n'avait pas pour but d'offenser ou de provoquer des troubles avec sa publicité.
Il dit que la chaîne Hell avait un style humoristique et controversé.
"Je voudrais aussi dire que ce qui est mièvre et insipide ne vous attire pas, vous, les media. Nous nous efforçons de créer quelque chose qui frappe la mémoire, mais dire que nous aimons causer des troubles publics n'est pas correct," a-t'il rajouté.

*-*-*-*-*-*-*

Dans cette infâme chaîne de fast-food, je suppose qu'on y sert ce genre de breuvage


et que le bâtiment est chauffé avec cette marque-ci de radiateurs


Et fréquenté par ce genre de malheureuses clientes?

source & (c) de l'image


Assez divagué, le sujet est grave.

Comme vous l'avez lu plus haut et probablement en réaction au boycott auquel les chefs catholiques-romains ont appelé à cause de la dénomination de ces établissements, la chaîne de "restauration" a modifié sa pub'.. Comme mentionné ci-dessus, après Georges W. Bush et Hitler, ils ont choisi... Benoît 16... Désolé, mais pour moi, des gens pareils ne devraient pas avoir leur place sur des affiches. Car comme disait Goebbels, un autre de la bande des nuisibles planétaires, qu'on dise du mal d'eux ne les ennuie pas puisqu'on parle d'eux.

C'est ignoble en tout cas que de faire de la pub' en utilisant des "personnalités" ayant causé du tort à l'humanité, d'une manière ou d'une autre. A défaut de bon goût, ces publicistes et leurs employeurs pourraient au moins avoir un brin de respect pour les victimes.


Le pire, c'est que c'est voulu, comme l'entrevue du publiciste le dit fort bien. C'est peut-être
pas orthodoxe pour un sou, mais il est des jours où on se met à rêver pour des gens pareils, puisqu'ils le font en exprès de ne produire que de la m...., qu'un jour, alors qu'ils croisent en rue un équivalent local d'une moto-crotte parisienne, un incident technique inverserait malencontreusement le mécanisme d'aspiration... oeuvre de salut public..

Comme on le voit, la Nouvelle Zélande dispose d'une éthique publicitaire qui ne fonctionne qu'a posteriori, quand les dégâts sont déjà commis. Notez que chez nous, on a aussi un jury d'éthique publicitaire.. Mais ça n'empêche pas les dérives et toujours dans le même sens bien entendu. Car nous avons ces pubs' pour une mauvaise bière industrielle (Rod...ch) où on se moque des martyrs Chrétiens Orthodoxes. Ou ces dames montrées nues en postures à peine suggestives afin de vendre de la poudre à lessiver ou des pneus.. Et on s'étonne que la société occidentale soit en phase terminale d'existence. On récolte ce qu'on sème; on sème l'ordure donc on récolte la vomissure.

nous vivons une époque for-mi-da-ble



09 septembre 2007

Explication Orthodoxe du Second Avènement du Christ - p. Demshuk, homélie du 15ème dimanche après la Pentecôte

1 Thessaloniciens 4,13-5,11
Au sujet des morts, nous ne voulons pas frères, que vous soyez dans l'ignorance, afin que vous ne vous affligiez pas, comme le font les autres hommes, privés d'espérance. Si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité, il nous faut croire aussi que Dieu emmènera avec Lui ceux qui sont morts en appartenant à Jésus. Voici ce que, d'après la parole du Seigneur, nous vous déclarons: lors de l'Avènement du Seigneur, nous, les vivants qui serons encore là, nous ne devancerons pas les morts. Au signal donné, à la voix d'un Archange, au son de la trompette de Dieu, le Seigneur Lui-même descendra du Ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront les premiers. Ensuite, nous, les vivants qui serons encore là, nous serons enlevés ensemble avec eux sur les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs. Ainsi, pour toujours, nous serons avec le Seigneur. Que ces paroles soient donc votre mutuel réconfort. Pour ce qui est de l'époque et du moment, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous écrive. Vous savez très bien vous-mêmes que le Jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront: "Paix et sécurité", c'est alors qu'une catastrophe soudaine fondra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils n'y échapperont pas. Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Vous êtes tous enfants de la Lumière et enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres; ne dormons donc point comme les autres, mais veillons, et soyons sobres. Ceux qui dorment, s'endorment la nuit; ceux qui sont ivres, s'enivrent la nuit. Si nous sommes enfants du jour, soyons sobres; prenons pour cuirasse la foi et la charité, pour casque, l'espérance du Salut. Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à la possession du Salut par notre Seigneur Jésus Christ. Il est mort pour nous, afin que, à l'état de veille ou dans le sommeil, nous vivions en union avec Lui. Ainsi donc, comme vous le faites déjà, réconfortez-vous les uns les autres, et édifiez-vous mutuellement.

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

Christ est parmi nous! Hristos po sredi nas!

Dans l'Office des funérailles des défunts de l'Église Orthodoxe, la lecture de l'Épître est prise dans la première épître du saint Apôtre Paul aux Thessaloniciens. L'Apôtre Paul parle du Second Avènement du Seigneur. Voici notamment ce qu'il en dit : "...lors de l'Avènement du Seigneur, nous, les vivants qui serons encore là, nous ne devancerons pas les morts. Au signal donné, à la voix d'un Archange, au son de la trompette de Dieu, le Seigneur Lui-même descendra du Ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront les premiers. Ensuite, nous, les vivants qui serons encore là, nous serons enlevés ensemble avec eux sur les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs. Ainsi, pour toujours, nous serons avec le Seigneur. Que ces paroles soient donc votre mutuel réconfort" (1 Thes. 4,15b-18).

Lorsqu'il est question de la manière dont s'accomplira le retour du Seigneur, c'est soit cause d'anxiété soit une source d'encouragement.

Nous devons garder à l'esprit que les différents Chrétiens ont des opinions différentes sur la Seconde Venue du Seigneur et sur ce qui est parfois appelé la "Grande Tribulation." Dans les Écritures, le mot "tribulation" est utilisé pour décrire des contraintes d'ordre général ou quelques trouble, mais certains passages associent ce terme avec un temps particulier de colère souffrante associée aux événements de la fin des temps, qui surpassent tout trouble déjà expérimenté au cours de l'histoire humaine (Math. 24,21). Ces différentes péricopes bibliques, Daniel 12,1; Matthieu 24,1-31; Marc 13,1-30; Luc 21,5-28; et Apocalypse 7,9-14 écrit par Jean le Théologien, toutes parlent de la fin des temps, et cette période de terribles épreuves pour les fidèles croyants. Le débat est vivace au sujet de la manière d'interpréter 1 Thessaloniciens 4,13-18 (passage souvent appelé "le Ravissement"), et son accord avec ces autres péricopes. Le Livre de l'Apocalypse doit être compris à la lumière des Pères de l'Église, et ce que nous savons – et ne savons pas – avec certitude à propos du Retour du Seigneur.

En tant que Chrétiens en général, et Chrétiens Orthodoxes en particulier, nous pouvons dire que nous n'y pensons pas beaucoup, ou que nous ne pensons pas être prêts pour cela, ou que nous y réfléchissons, ou que cela nous inquiète un peu.
Chers frères et soeurs, il y a bien des points de vue au sujet de la fin des temps et quant à savoir si la période de tribulation viendra avant ou suivra le Retour du Seigneur. Par exemple, certains Chrétiens croient que le Seigneur viendra et les enlèvera ("ravissement") de ce monde avant une période de terribles épreuves. Pour appuyer leur croyance, ils citent les paroles du saint Apôtre Paul en 1 Thes. 5,9 : "Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à la possession du Salut par notre Seigneur Jésus Christ."

D'autres Chrétiens croient que les disciples du Seigneur sont destinés à traverser une période de terribles épreuves avant qu'Il ne revienne pour "ravir" l'Église. Ils voient dans ces mêmes paroles de l'Apôtre Paul (1 Thes. 5,9) un avertissement pour ne pas vivre selon les normes impies de ceux promis à la colère. Il pourrait y avoir de la souffrance, mais tous persévéreront et resteront fidèles à Dieu malgré l'opposition ou la persécution.

Ce que nous croyons à ce sujet n'est pas basé sur nos propres circonstances personnelles mais plutôt sur la compréhension de la Bible que nous donne l'Église Orthodoxe. Et comment l'Église Orthodoxe applique ce qu'elle croit à propos de la fin des temps, ceci est étroitement lié avec ce qu'elle enseigne au sujet du Second Avènement du Seigneur.

Considérons par exemple ce qui frappe les croyants en Chine. Nombre de Chrétiens Chinois doivent se réunir dans des maisons afin d'éviter les restrictions imposées à ceux qui participent au culte religieux dans les églises publiques. Mais selon un article récent du BosNewsLife, la Chine s'est attaquée à ce qu'elle considère des "activités religieuses illégales." Les autorités persécutent ouvertement les Chrétiens qui utilisent leur maison comme lieu de culte, ont arrêté nombre de dirigeants d'églises de maison, et en ont détenu ou harcelés d'autres pour avoir soit distribué soit reçu des Bibles. Selon l'article, une campagne d'un mois a récemment été lancée pour "fortement réduire la religion illégale et les mauvaises activités religieuses afin d'éliminer les éléments politiques instables dans la campagne." Les Chrétiens sont la cible principale de cette campagne.


En Chine, croire en Jésus résulte souvent en difficultés. Ceux qui prêchent l'Évangile en Chine seraient négligents s'ils ne rappelaient pas à leurs auditeurs que croire en Jésus peut amener à perdre amis et connaissances, à la persécution et à la pauvreté. Mais dans le monde Occidental, un évangile différent est parfois prêché; on le surnomme "évangile de prospérité." D'après un journaliste du Christian Post, cet "évangile" met l'accent sur la relation entre foi et prospérité. Un pasteur protestant est cité disant "Dieu nous donne la puissance pour avoir la richesse. Est-ce que cela voudrait dire qu'Il veut que vous dépendiez de l'assistance sociale publique?"


Ceux qui prêchent cet "évangile de la prospérité" croient que Dieu veut bénir les Chrétiens avec un style de vie confortable. En général, ils enseignent que le bien-être matériel devrait être la norme pour les Chrétiens et non pas l'exception.

En rentrant chez nous ce jour, pensons un peu à ces 2 groupes de Chrétiens : l'un vivant dans un pays où les croyants sont persécutés, et l'autre vivant dans un environnement relativement libre de problèmes et un haut niveau de stabilité économique et de prospérité.

Sommes-nous préparés à souffrir la colère pour notre Foi?

Il y a 2 leçons importantes dans cette lettre de l'Apôtre Paul aux Thessaloniciens. La première, c'est que nous devons attendre après ce Retour du Seigneur et ne pas laisser nos circonstances de vie nous entraîner au désespoir. Un jour, tout ceci s'achèvera. Un jour, nous serons enlevés de ce monde, de sorte que nous pourrons passer l'éternité avec le Christ. Sachant que le Christ va revenir, cela nous donne un point vers où regarder.
Et la seconde leçon, une que bien des croyants oublient, c'est que le Second Avènement du Seigneur sera précédé voire accompagné de destruction, jugement, et – pour certains – d'une séparation éternelle d'avec Dieu. Les fidèles sont avertis qu'ils doivent s'attendre à la tribulation et ne pas vivre comme s'ils ne devaient jamais expérimenter des moments très pénibles.

Pour des gens comme ces Chrétiens de Chine, la tribulation est déjà une réalité. Ceux qui mènent une vie plus confortable ou qui ont souscrit à cet "évangile de la prospérité" peuvent trouver dur d'accepter que "..tous ceux qui voudront vivre pieusement dans le Christ Jésus auront à subir la persécution" (2 Timothée 3,12). C'est peut-être à propos de gens qui avaient ce point de vue, de ce genre de personnes non-préparées pour les temps difficiles, que l'Apôtre Paul était le plus soucieux, lorsqu'il dit aux Thessaloniciens qu'ils ne devraient pas être surpris de la soudaineté du Retour du Seigneur.
Les Écritures semblent bien claires pour dire que les temps qui précéderont le Retour du Seigneur ne seront pas de tout repos pour ceux qui professent leur Foi en Lui. Les fidèles croyants ont besoin de s'encourager et de se soutenir mutuellement, dit l'Apôtre Paul aux Thessaloniciens (1 Thes. 5,11). Ce faisant, lorsqu'arriveront les temps des épreuves, ils ne succomberont pas à la tentation d'abandonner leur Foi.

Demandons à Dieu la sagesse pour savoir comment préparer le Second Avènement de Son Fils, et la force et la puissante volonté pour faire ce qui est nécessaire pour persévérer jusqu'au bout – peu importe arrivera ce Second Avènement.
Amen.

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

Christ est parmi nous! Hristos po sredi nas!

Prêtre Vladimir Demshuk, Nativity of the Theotokos (St Mary’s) Serbian Orthodox Church, Clairton PA, September 9/27, 2007, 15ème dimanche après la Pentecôte, saint Pimen le Grand (vers 450), et Synaxe des Docteurs et Illuminateurs de la Serbie
8 / 9 / 2007 4:09:49 AM – First Draft; 9/8/2007 6:01 PM - Revised

La Mère de Dieu Odigitrija
Icône du monastère d'Hilandar, milieu du 13ème siècle
source & (c)

L'amour, cette mesure démesurée.. (Trinité 14, R.O.O Eorhf)

Matines
Psaume 74. Confitebimur tibi
Ps 75. Notus in Judaea

Sophonie 1,1-18
Je ferai tout disparaître de la surface du sol - oracle du Seigneur, je ferai périr hommes et bêtes, oiseaux du ciel et poissons de la mer; je ferai disparaître les impies avec leurs scandales, j'extirperai les hommes de la surface du monde - oracle du Seigneur. Sur Juda j'étendrai la main, ainsi que sur les gens de Jérusalem, et j'extirperai de ce lieu ce qui reste de Baal, jusqu'au nom de ses desservants et de ses prêtres; ceux qui se prosternent sur les toits devant l'armée des cieux, et ceux qui se prosternent en faisant leurs serments, tantôt au nom du Seigneur, tantôt en celui de leur dieu; et ceux aussi qui se détournent du Seigneur, qui ne le cherche pas et n'ont cure de lui. Silence devant le Seigneur Dieu! Car le Jour du Seigneur est proche; le Seigneur a disposé un sacrifice, il a sanctifié ses invités. Au jour du sacrifice du Seigneur, je châtierai les chefs et les princes royaux, et tous ceux qui s'habillent à la mode étrangère. Je châtierai en ce jour-là tous ceux qui sautent par dessus le seuil, et qui remplissent la maison de leur Maître de biens fraudés ou extorqués par violence. En ce jour-là - oracle du Seigneur, il y aura des cris violents à la porte des Poissons, des hurlements du côté du faubourg, un grand fracas du côté des collines. Lamentez-vous, habitants du Mortier, car tout le peuple des marchands est anéanti, tous les trafiquants d'argent sont exterminés. En ce temps-là, je fouillerai Jérusalem avec des lanternes, et je ferai justice des hommes qui, restant accroupis sur leur lie, se disent en eux-mêmes: "Le Seigneur ne fait ni bien ni mal." Leur avoir sera livré au pillage, leurs demeures seront saccagées. Ils auront bâti des maisons qu'ils n'habiteront pas, ils auront planté des vignes dont ils ne boiront pas le vin. Le voilà, le grand Jour du Seigneur! Il approche, il approche, il vient en toute hâte. Il est affreux, le bruit que fait le Jour du Seigneur, le plus brave y poussera des cris. Ce sera un jour de colère que ce jour-là, jour d'angoisse et d'affliction, jour de ruine et de dévastation; jour de ténèbres et d'obscurité, jour de nuées et de brouillards épais, jour de trompette et d'alarme, contre les villes fortes et les donjons élevés. Je plongerai les hommes dans la détresse; ils marcheront comme des aveugles parce qu'ils ont péché contre le Seigneur. Leur sang sera répandu comme de la poussière, et leurs entrailles comme de l'ordure. Ni leur argent ni leur or ne les pourront sauver au jour du courroux du Seigneur. Au feu de sa jalousie le pays entier sera dévoré, car il en anéantira brutalement toute la population.

1ère Épître de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 13,1-13
Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je ne suis qu'un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Quand j'aurais le don de prophétie, et quand je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais une foi totale, à transporter les montagnes, si je n'ai pas
l'amour, je ne suis rien. Quand je distribuerais tous mes biens pour l'entretien des pauvres, quand je livrerais mon corps au feu, si je n'ai pas l'amour, cela ne m'avance à rien. L'amour est patient, l'amour est dévoué. L'amour n'est pas envieux, il n'est pas infatué ni hautain. Il ne fait rien de malséant, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'emporte pas, il ne tient pas compte du mal. Il ne prend pas plaisir à l'injustice, mais trouve sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passe jamais. Les prophéties disparaîtront; le don des langues cessera; le don de connaissance disparaîtra. Notre science est imparfaite, nos prophéties sont imparfaites; mais, quand sera venue la perfection, alors disparaîtra ce qui est imparfait. Quand j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. En devenant homme, j'ai éliminé tout ce qu'il y avait de puéril. Aujourd'hui, nous voyons comme dans un miroir, confusément; alors, nous verrons face à face. Aujourd'hui, je ne connais que partiellement; alors, je connaîtrai comme je suis connu. Actuellement, trois choses demeurent: la foi, l'espérance, l'amour; mais le plus grand des trois, c'est l'amour.

COLLECTE POUR DIMANCHE TRINITÉ 14
Dieu éternel et Tout-Puissant, augmente en nous la Foi, l’Espérance et la Charité; et afin que nous puissions obtenir ce que Tu nous as promis, fais-nous aimer ce que Tu nous commande; Par Ton Fils Jésus-Christ, notre Seigneur, Qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, Dieu Un, pour les siècles des siècles

Divine Liturgie (Sarum)
Épître : Galates 5,16-25
"Je vous dis donc: laissez-vous conduire par l'Esprit, et vous ne donnerez pas satisfaction aux désirs de la chair, car les désirs de la chair s'opposent à ceux de l'Esprit, et ceux-ci à ceux de la chair; il y a entre eux opposition, et c'est pour cela que vous ne faites pas ce que vous voudriez. Mais si l'Esprit vous mène, vous êtes indépendants de la loi. On sait ce que produit la chair: débauche, impureté, libertinage, idolâtrie, magie, inimitiés, discordes, jalousies, emportements, cabales, dissensions, factions, envie, ivrognerie, orgies et autres excès de ce genre. Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait: ceux qui s'y livrent n'hériteront pas du royaume de Dieu. Le fruit de l'Esprit au contraire, c'est charité, joie, paix, longanimité, affabilité, bonté, fidélité, douceur, tempérance. Contre de telles choses, point n'est besoin de loi. Or les hommes du Christ Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses convoitises. Si nous vivons par l'Esprit, conduisons-nous aussi selon l'Esprit."

Évangile : Saint Luc 17,11-19
Toujours en chemin vers Jérusalem, Jésus passait aux confins de la Samarie et de la Galilée. Comme Il entrait dans un village, 10 lépreux vinrent à Sa rencontre; s'arrêtant à distance, ils élevèrent la voix: "Jésus, Maître, disaient-ils, aie pitié de nous!" Jésus les vit et leur dit: "Allez vous montrer aux prêtres." Comme ils y allaient, ils furent purifiés. L'un d'eux, se voyant guéri, revint alors sur ses pas, glorifiant Dieu tout haut. Il se prosterna aux pieds de Jésus et le remercia. Or, c'était un Samaritain. Jésus lui dit: "Tous les 10 n'ont-ils pas été purifiés? Où sont les 9 autres? Il ne s'est donc trouvé que cet étranger pour revenir remercier Dieu..." Puis Il ajouta: "Lève-toi, va, ta foi t'a sauvé."


HOMÉLIE DU DIMANCHE TRINITÉ 14

Homélie 2007
La 2ème lecture des Matines de ce jour est la définition classique de l'amour Chrétien telle que donnée par saint Paul en 1 Corinthiens 13.
Il y a fort peu de choses qu'un prédicateur sensible pourrait ajouter à ce chapitre – que faire d'autre que de le lire, de le méditer, de l'appliquer, car en lui se trouve le coeur de ce que nous cherchons pour suivre le Chemin du Christ.
Jésus Lui-même nous exhorte à donner aux pauvres (Math. 19,21) et loue l'acte de donner sa vie pour autrui (Jean 15,13). Cependant, même ces actes de don pur sont sans profit pour nous s'ils sont accomplis sans amour. Le problème est de savoir ce qu'est l'amour véritable. Comment pouvons-nous dire si nous avons cet amour? Après tout, si nous accomplissons ce genre de chose, prenons l'acte le moins extrême, celui de l'aumône aux pauvres, si nous le faisons sans espoir de "retour sur investissement", assurément, par définition, n'est-ce pas de l'amour?
La réponse nous est présentée dans ce 13ème chapitre de la première épître que saint Paul adressa aux Chrétiens de Corinthe. Nous devrions considérer notre acte et l'évaluer en lisant la définition de saint Paul jusqu'au bout. Alors nous saurons si nous l'avons accompli par amour – ou pour quelqu'autre raison que ce soit.
Saint Paul nous dit que si nous ne nous comportons pas avec envie de ce que les autres ont (par exemple une paroisse plus grande et plus belle), ne sommes pas jaloux, ne paradons pas pour être vus, ne sommes pas arrogants ou hautains, si ce n'est pas une manière de parvenir à nos fins, si nous ne sommes pas facilement en colère, si nous sommes pas rancuniers, si nous ne nous réjouissons pas des échecs et manquements d'autrui mais sommes plutôt miséricordieux face à ces chutes-là, si nous supportons ce qui nous irrite chez autrui, si nous nous réjouissons dans le triomphe de la vérité, confiants en Dieu même si il y a échec en apparence, et que nous ne manquons pas de donner malgré des abus, alors c'est peut-être bien le vrai amour. Seul l'amour survit à travers le temps, quand tous les autres dons ou attributs chutent ou meurent.
Dès lors, nous devons mesurer nos actes à l'aune de cette mesure-là. Nous cherchons à suivre la Voie que le Christ nous a enseignée, et c'est le moyen central pour suivre cette Voie. Voulons-nous toujours nous y accrocher et faire usage de la Vérité? L'amour que nous recherchons, il se réjouit dans la vérité, alors assurément, nous nous réjouiront en trouvant la vérité en toute situation. Après examen, nous découvrirons si notre comportement et nos actes sont soit conformes à la définition de saint Paul, ou ne le sont pas. S'ils ne le sont pas... il faudra que nous les amendions.
Nous ne faisons pas cela seulement comme personnes individuelles, mais comme un corps – car en tant qu'assemblée du peuple de Dieu, nous devons mesurer nos actions communes avec cette même "unité de mesure", pour déterminer si nous sommes le corps des Chrétiens qui s'aiment les uns les autres et traitent les autres avec un véritable amour, de sorte que nous devenions dès lors un groupe attractif pour tous ceux qui observent nos actions. La meilleure prédication possible que nous puissions adresser au monde, que ce soit comme personne individuelle ou en tant que groupe, c'est de s'aimer les uns les autres et d'aimer tout le monde comme le Christ nous aime.

Icône
Ubi caritas et amor, Deus ibi est
partition


"4. Fixons nos regards sur le sang du Christ et apprenons combien il est précieux aux yeux de Dieu son Père : répandu pour notre salut, il a offert au monde entier la grâce de la pénitence. 5. Parcourons tous les âges et nous verrons que, de génération en génération, le Maître " a laissé place à la pénitence " (Sg 12, 10) pour tous ceux qui ont voulu se convertir à Lui. 6. Noé prêcha la pénitence, et ceux qui l'écoutèrent furent sauvés."
Epître de saint Clément de Rome aux Corinthiens, 7,4-6

Homélie 2006
L'épître de la Liturgie de ce jour est un de ces écrits Pauliniens qui nécessitent un peu d'explication si on veut en retirer plus que la simple compréhension au premier degré. L'Apôtre commence en nous exhortant à "marcher dans l'Esprit" afin que nous "ne donnions pas satisfaction aux désirs de la chair". Il s'étend sur le sujet en disant que "la chair s'oppose à l'Esprit et l'Esprit à la chair", nous sommes dès lors empêchés de faire les choses que nous voudrions faire avec notre meilleure volonté. Quand il utilise le mot "chair", Saint Paul ne parle pas ici du corps, mais au contraire, il parle de toutes les sortes de mauvaises actions et des tendances aux mauvaises actions qui existent en chacun d'entre nous. C'est cette tendance qui nous dirige dans une direction contraire à la direction que notre volonté à nous aligner nous-mêmes sur ce que Dieu veut pour nous (l'Esprit) nous aurait amené à prendre. Le mot "chair" est quelque peu trompeur dans ce passage car sa signification dans d'autres passages semblables est souvent différente. Ici, cela signifie la volonté dépravée, la volonté mondaine – en toutes les choses qu'il est possible de contrôler, quoiqu'après une vie entière à leur avoir cédé, reprendre le contrôle malgré elles est aussi difficile que de vaincre une grave dépendance. En fait, c'est la même chose qu'une dépendance par rapport à une autre personne : quand quelqu'un a passé sa vie à se soumettre à la volonté d'un autre, décider soudain de se libérer et d'exercer sa propre volonté peut sembler impossible. Il en est de même avec la décision personnelle de s'aligner sur la volonté de Dieu : nous devons d'abord rompre avec le notre soumission permanente à notre volonté charnelle.
Tout au long du Nouveau Testament, et par les Pères, on nous apprend que nous ne pouvons pas y parvenir de nous-mêmes, et que si nous essayons sans l'aide de Dieu, nous échouerons. Cette volonté dépravée, cet esprit mondain et tout ce qui vient avec doit nécessairement être crucifié, il doit être rejeté comme étant le "vieux moi", continuellement rejeté afin que le nouveau Chrétien puisse grandir en nous. Ce nouveau "moi" Chrétien doit toujours être endossé, parce que le vieux "moi" mondain ne se laisse pas facilement évacuer. Lorsque le nouveau "moi" réussi à s'installer en soi, alors nous voyons le monde avec des yeux très différents. Le problème est qu'il y a étonnamment peu de gens qui font réellement l'effort pour y parvenir. C'est l'affaire d'un travail vraiment très difficile – et la nature de ce travail, nous n'y sommes pas habitués, et ce travail, l'esprit du monde nous dit constamment qu'il n'apporte pas de résultat visible, pas de bénéfice. Il est dès lors bien plus facile de se contenter des apparences de Chrétien, aller une fois par semaine à l'église n'est pas un grand sacrifice – si nous parvenons à nous convaincre que ça, avec un peu de générosité et quelques prières, ça nous permettra de réussir, de justesse, à entrer le Royaume. L'esprit du monde – l'emprise de Satan en nous – va nous permettre de nous enfoncer dans cette apparence – parce que cela ne nous assurera résolument aucune place dans la promesse du Christ. Ce qui est nécessaire, c'est une bonne dose de grande attention, sans beaucoup de résultat facilement perceptible durant cette vie – aucun résultat visible. A moins de croire totalement la promesse du Christ, nous n'accomplirons pas cet effort de volonté pour réaliser notre part de l'effort requis. Il est plus facile de se contenter des apparences et de nous convaincre nous-mêmes que nous sommes sur le chemin du Ciel.
Le fidèle Orthodoxe cherche à vivre dans l'Esprit : pour vivre dans la communion la plus permanente avec Dieu, pour voir le monde de la manière dont Dieu nous demande de le faire, pour vouloir aligner sa volonté sur celle de Dieu. Alors Dieu, Qui Seul peut juger la sincérité de notre volonté, agit pour rendre notre décision possible. Il agit alors en toute proximité avec nous, et alors, Il va faire en sorte que nous ne tombions plus ou lorsque nous chutons quand-même, Il nous relèvera et nous ramènera sur Son Chemin de Lumière. Le fidèle Orthodoxe sait que cette alignement de notre volonté sur celle de Dieu est la seule manière d'obtenir la pleine récompense au Ciel, et il sait fort bien que l'Église sait nous guider pour parvenir à une telle volonté, parce qu'elle seule possède la clé des Écritures et les Mystères (Sacrements) que Dieu donne pour nourrir et assister ceux qui cherchent sincèrement à aligner leur volonté sur la Sienne.

enluminure


p. Michaël, higoumène (abbé), Saint-Petroc monastery, EORHF/Rocor
http://www.orthodoxresurgence.co.uk/

------------------------------------------------------------------------

Byzantins : 15e dimanche après la Pentecôte, "avant la Croix" - saints Joachim et Anne

Épître : Gal. 6,11-18
Évangile : saint Jean 3,13-17
Homélie du prêtre Vladimir Demshuk

Anne et Joachim, Marie et les "frères" de Jésus

========================



traduit et publié en la fête des saint Omer, évêque de Théouranne, de saint Kieran, un des 12 Apôtres de l'Irlande, et du saint martyr Alexander Men (+ 9/9/1990)