"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 janvier 2008

Mariage & Orthodoxie: directives & spiritualité; Cana, ou le couronnement du mariage (Dynamis, orthodoxwiki, Tertullien, Euchologue)

Directives pour le mariage dans l'Église Orthodoxe Grecque

Une partie des points ci-dessous provient d'un article du p. Rev. Stanley Harakas, titré "The Stand of the Orthodox Church on Controversial Issues;" d'un livret réalisé par le p. Charles Joanides, "Pastoral Guidance for Interfaith Marriage;" et des "Pastoral Resources and Instructions for Weddings..." que l'on trouve dans le Greek Orthodox Archdiocese Yearbook et qui est édité avec des suppléments par le p. Peter Orfanakos.

Introduction.
L'aspect le plus caractéristique du Christianisme Orthodoxe, c'est son culte liturgique. Ce culte est la partie centrale de la vie de l'Église, parce qu'il est le lieu où la relation la plus importante pour la vie humaine a lieu : la relation avec Dieu. Le culte comporte le moyen principal par lequel Dieu S'est révélé à l'humanité; l'Écriture sainte et la Tradition vivante de la Foi. Il n'existe pas d'office dans l'Église Orthodoxe sans utilisation de la Bible. De plus, le culte liturgique apporte notre vie dans son entièreté dans la vie du Royaume de Dieu. L'Église Orthodoxe ordonne son culte liturgique de sorte que le temps soit sanctifié, comme le sont tous les aspects de la vie humaine. Le culte liturgique rend aussi vivant et présent pour le fidèle tous les puissantes actions de l'histoire du Salut. La plupart des Fêtes sont présentées dans les offices comme ayant lieu maintenant, "aujourd'hui." L'exemple principal étant la Semaine Sainte, qui est là pour aider le fidèle à revivre les événements de la mort et de la Résurrection du Christ.

Cependant, plus important encore, c'est l'aspect sacramentel du culte liturgique, à travers lequel l'oeuvre salvifique de Jésus-Christ est répandue par l'Église en chaque personne. Le Baptême introduit le fidèle dans la vie du Royaume. La sainte Onction ou Chrismation accorde le don du Saint Esprit pour la croissance à l'image et à la ressemblance de Dieu. L'Eucharistie ou sainte Communion réalise le Royaume de Dieu partout où elle est célébrée, et unit le communiant au Corps et Sang même du Seigneur. Le sacrement de Pénitence sert pour accorder et assurer le Chrétien pénitent du pardon de Dieu. Le mariage unit un homme et une femme, incorporant l'union naturelle dans la vie du Royaume, "dans le Seigneur." L'ordination met à part un petit nombre de fidèles pour le service spécial de l'Autel. L'Onction des malades transmet guérison et grâce du pardon au fidèle. C'est autour de ces expériences liturgiques que le Chrétien Orthodox vit sa vie Chrétienne.

Le Sacrement du Mariage.
Le mariage est un des Sacrements de l'Église Orthodoxe. Les Chrétiens Orthodoxes qui se marient doivent se marier à l'Église afin d'être en communion sacramentelle avec l'Église. Selon les Canons de l'Église, un Chrétien Orthodoxe qui se marie hors de l'Église ne peut plus recevoir la sainte Communion et ne peut plus servir de parrain pour le Baptême d'un Chrétien Orthodoxe ni servir de témoin pour un mariage dans l'Église Orthodoxe. L'Église permet le mariage d'un Chrétien Orthodoxe avec un chrétien "trinitaire;" c'est possible par le concept Orthodoxe d'économie, une sorte d'assouplissement théologique pour certains cas. Le souci de l'Église va pour le Salut de chaque personne, et dès lors elle ne désire pas placer un obstacle insurmontable devant ses fidèles en refusant le Sacrement de Mariage à ceux qui demandent un mariage inter-chrétien.

Paranymphos/Paranymphy ou Témoin.
Puisque seuls les Chrétiens Orthodoxes sont autorisés à participer aux Sacrements de l'Église Orthodoxe, les témoins (en grec on dit Paranymphos ou Paranymphy) qui échangent les alliances et couronnes de mariage doivent être des Chrétiens Orthodoxes pratiquants. Dans un mariage Chrétien Orthodoxe, le témoin est bien plus qu'un simple témoin légal. Le témoin sert de porte-parole auprès de l'assemblée Orthodoxe, affirmant l'état de préparation spirituelle du couple qui va entrer dans la communauté du mariage. Dans la stricte interprétation de l'Église, le témoin n'est pas la même personne que l'homme ou la dame d'honneur, quoique parfois ils peuvent être la même personne lors du mariage.[.]

Le témoin est aussi un témoin ecclésiastique, c'est la personne qui, dans bien des cas quoique cependant pas toujours, reçoit le privilège de baptiser (en tant que parrain) le premier enfant du couple. Il/elle est aussi la personne vers laquelle se tourne le couple pour conseil et recommandation dans leurs vies si le temps et les circonstances sont appropriés à un tel soutien. Le couple peut souhaiter avoir pour leur mariage à la fois un témoin et une personne d'honneur, ou cela peut être la même personne. Bien que le rôle de la personne d'honneur soit d'assister et donc d'être quelque part aussi témoin, c'est passivement, au contraire du rôle du paranymphos/paranymphy, qui est un rôle actif. Lui/elle échange les alliances et les couronnes, et tient les rubans pendant que le couple tourne autour de la table de cérémonie en tant qu'époux et épouse. Traditionnellement, le témoin achète les couronnes de mariage, le panier en argent, les amandes, les bougies, etc, qui serviront pendant la cérémonie.

Si le témoin provient d'une autre paroisse, il lui faudra aussi apporter une lettre d'introduction de son prêtre. Une personne qui n'appartient pas à une paroisse du diocèse, ou qui appartient à une paroisse qui n'est pas en communion avec l'Église Orthodoxe, ne peut pas servir dans ce rôle si important. Une personne dont le mariage n'a pas été bénit dans l'Église Orthodoxe ne sera pas autorisée à servir d'une manière sacramentelle, canonique, dans le mariage. Les non-Orthodoxes ne peuvent pas servir à ce titre précisément parce que telles sont les responsabilités sacramentelles et canoniques des membres de l'Église. Il n'y a pas de restriction quant à l'âge des participants à la suite de la mariée.

Les partenaires Orthodoxes doivent être conscients que si leur mariage n'est pas célébré (n'a pas lieu) au sein de l'Église Orthodoxe, ils ne sont plus en bonne situation canonique et ils ne sont plus autorisés à recevoir les Sacrements ou à participer aux Sacrements en tant que témoins dans l'Église Orthodoxe. Le mariage en dehors de l'Église Orthodoxe empêche aussi de recevoir par la suite des funérailles Chrétiennes Orthodoxes.

Réunions de préparation au mariage.
Ces séances ont été instaurées dans certaines paroisses pour informer les couples engagés, et pour aider à contribuer à un mariage réussi. Lors de ces rencontres, les problèmes du mariage dans le domaine religieux, social, physique, émotionnel et moral sont examinés, de même que ce que le mariage signifie pour les Chrétiens Orthodoxes. Comme bien des choses dans la vie, le mariage est une expérience qui se vit, qui s'acquiert. Apprendre comment donner, comment aimer, comment partager, comment prendre des décisions en commun avec votre conjoint, de sorte de devenir un en pensée, un en action, et ne faire plus qu'une seule chair. Le Saint Mariage n'est pas seulement un Sacrement au moment de la cérémonie. C'est un Sacrement qui continue d'être expérimenté tout au long de la vie du couple.
Le couple est aussi encouragé à recevoir le Sacrement de Confession et le Sacrement de la sainte Communion comme faisant partie de leur préparation au mariage. Ce faisant, ils ont la possibilité d'apporter une nouvelle vitalité, un esprit et un lien dans leur mariage, lien qui grandira et approfondira leurs vies.

Jours où la célébration du mariage n'est pas autorisée.
Dans l'Église Orthodoxe, le Sacrement de Mariage n'est pas célébré les jours de jeûne ou durant les périodes de jeûne de l'Église Orthodoxe. Cela comprend : durant le Grand Carême et la Semaine Sainte; du 1er au 15 août; le 29 août (martyre de saint Jean le Baptiste); 14 septembre (Exaltation de la Sainte Croix); et du 13 au 25 décembre. On ne célèbre pas non plus de mariage la veille ou le jour d'une Fête majeure du Seigneur, y compris Noël (24 et 25 décembre); Théophanie / Épiphanie (5 et 6 janvier); Présentation du Christ au Temple (1er & 2 février). Les mariages ne sont pas non plus célébrés durant les fêtes mobiles de Pâques, Ascension et Pentecôte, ni la veille de ces Fêtes. On ne peut célébrer le saint Mariage en une de ces dates qu'uniquement en cas d'extrême urgence et avec dispense accordée par l'évêque.

Le mariage dans l'Église Orthodoxe.
Pour que l'union d'un homme et d'une femme puisse être reconnue comme sacramentellement valide par l'Église Orthodoxe, le Sacrement du Mariage doit être célébré par un prêtre Orthodoxe d'une juridiction Orthodoxe canonique, selon la tradition liturgique de l'Église Orthodoxe, dans une paroisse Orthodoxe canonique, et avec l'autorisation de l'évêque diocésain. Avant de demander à son évêque la permission de célébrer le mariage, le prêtre doit vérifier que:

1. aucune des 2 parties n'est déjà mariée avec quelqu'un, ni ici ni dans un autre pays;
2. les parties en question ne sont pas liées par un degré de parenté qui constituerait un empêchement;
3. si une ou les 2 parties sont dans le veuvage, il faut avoir présenté le certificat de décès de l'époux défunt;
4. si une ou les 2 parties ont déjà été mariées dans l'Église Orthodoxe, elles ont obtenu le divorce tant civil que religieux;
5. si une ou les 2 parties sont membres d'une autre paroisse que celle où le mariage va être célébré, il faut avoir fournit un certificat déclarant qu'elles sont bien membres actifs dans cette paroisse pour l'année en cours;
6. et si un certificat de mariage civil a été obtenu des autorités civiles.

Personne ne peut se marier plus de 3 fois dans l'Église, et la permission pour un troisième mariage n'est accordée que par extrême économie (oikonomia). Dans le cas d'un mariage concernant un Orthodoxe et un chrétien non-Orthodoxe, ce dernier doit avoir été baptisé, dans l'eau, au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. L'Église ne peut pas bénir le mariage d'un Chrétien Orthodoxe avec un non-Chrétien. Le témoin (Paranymphos/Paranymphy) doit fournir une attestation stipulant qu'il est un Chrétien Orthodoxe pratiquant actif dans l'Église. Une personne qui n'appartient pas à la paroisse, ou qui appartient à une paroisse d'une juridiction qui n'est pas en communion avec l'Église Orthodoxe, ou qui, si mariée, n'a pas eu son mariage bénit par l'Église Orthodoxe, ou, si divorcée, n'a pas obtenu le divorce ecclésiastique, ne peut être témoin.

Les relations de parenté suivantes constituent un empêchement au mariage:

1. les parents avec leurs propres enfants, beau-fils/belle-fille, petits-enfants ou arrière-petits-enfants; ou les filleul/les de même parrain/marraine;
2. Les beaux-frères et belles-soeurs;
3. Oncles et tantes avec nièces et neveux;
4. Cousins de premier et second degré entre eux;
5. Parents adoptifs avec enfants adoptés, ou enfants adoptés avec les enfants de parents d'adoption;
6. Parrains/Marraines avec filleul/les, ou parrains/marraines avec les parents de leurs filleul/les.

2008 Saint Barbara Greek Orthodox Church
Phone: (203) 795-1347 | E-mail: church@saintbarbara.org
Prêtre Peter J. Orfanakos, recteur de la paroisse

Cana, couronnement de l'institution du mariage


http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/768
Évangile : saint Jean 2,1-11
Deux jours après, on célébrait des noces à Cana, en Galilée. La mère de Jésus y était; et Jésus fut également invité avec Ses disciples. Le vin manqua. La mère de Jésus Lui dit: "Ils n'ont plus de vin." Jésus lui répondit: "Femme, en quoi cela nous concerne-t-il? Mon heure n'est pas encore venue." Sa mère dit aux serveurs: "Tout ce qu'Il vous dira, faites-le." Or il y avait là, destinées aux ablutions des Juifs, 6 auges de pierre, qui contenaient chacune 2 ou 3 mesures. Jésus leur dit: "Remplissez d'eau ces auges." Ils les remplirent jusqu'au bord. "Puisez maintenant, leur dit-Il, et portez-en au maître d'hôtel." Et ils en portèrent. Le maître d'hôtel goûta cette eau changée en vin et, ignorant sa provenance (tandis que les serveurs qui avaient puisé l'eau la connaissaient bien), il se tourna vers l'époux et lui dit: "L'usage est de servir d'abord le bon vin, puis, lorsqu'on a bu copieusement, le moins bon. Mais toi, tu as gardé le meilleur jusqu'à maintenant." Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des signes [miracles] de Jésus. Il manifesta Sa gloire, et Ses disciples crurent en Lui.

Le premier des Signes – en particulier le verset 11 de cette péricope : "Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des signes [miracles] de Jésus. Il manifesta Sa gloire, et Ses disciples crurent en Lui."
Les 11 premiers chapitres de l'Évangile de saint Jean forment une unité distincte dans son oeuvre, étant structurés autour de 7 "signes" ou miracles accomplis par le Seigneur : le changement de l'eau en vin (2,1-11); la guérison du fils de l'officier (4,46-54); la guérison du paralytique (5,1-15); nourrir les 5000 fidèles (6,1-14); marcher sur l'eau (6,15-21); rendre la vue à un aveugle (9,1-41); et enfin, ressusciter Lazare, qui gisait mort depuis 4 jours (11,38-44).
En un verset (Jn 2,11), l'Évangéliste expose les 2 buts de ces signes : attirer l'attention sur la Divinité du Seigneur Jésus, Qui manifeste 7 aspects de la gloire de Dieu; et susciter dévotion et soumission au Christ en tant que Seigneur.
Le signe qui est au centre du récit de ce jour a eu lieu lors d'une réception de mariage, et il comporte un échange d'importance entre le Seigneur et Sa mère. Il y convertit un grand volume d'eau en vin de première qualité.
Examinons tout d'abord le cadre de ce premier signe : une célébration de mariage à laquelle le Christ avait été spécialement invité. Cependant, la présence du Seigneur au mariage changea l'entière "équation" de ce qu'est le mariage.
Comme le dit le prêtre John Mack, "en étant à ce mariage, et en y accomplissant Son premier miracle, Jésus bénit à jamais le mariage, et le met à part comme étant un chemin de vie sanctifié." La gloire divine du Dieu et Sauveur Incarné manifestée au mariage à Cana proclame le potentiel divin de tous les mariages, partout.
Le Christ a élargi la vérité fondamentale de l'Ancien Testament, disant que Dieu avait créé l'humanité en tant qu'homme et femme "afin de porter du fruit et de se multiplier" (Gen. 1,28). Le mariage n'est plus limité à un contrat légal entre un mari et sa femme, car toute la gloire de Dieu révélée en Christ est à présent manifestée dans, à travers et pour le mariage. Le mariage Chrétien est un appel à manifester la totalité de la rédemption, du Salut, de l'amour, du pardon, et de la connaissance de la gloire de Dieu qui sont nôtre en Christ. Cette mission élargie amène l'Église à appeler le saint mariage un Mystère ou Sacrement.
Comme le dit le p. John Meyendorff, le mariage Chrétien est "l'union unique de 2 êtres dans l'amour, 2 êtres qui peuvent transcender leur propre humanité et être unis non seulement 'l'un avec l'autre', mais aussi 'en Christ'." Le Seigneur Jésus rend Sa gloire disponible pour tous les mariages. Lorsque l'Évangéliste dit que les disciples de Jésus "crurent en Lui," cela signifie que la Foi Chrétienne compte à présent aussi la redéfinition du mariage élargie par le Seigneur comme un saint Mystère.
Ensuite, considérez l'échange entre Sa mère et le Sauveur. Elle initia une action spirituelle glorieuse par ses paroles à elle "Ils n'ont plus de vin" (v. 3). En veillant aux besoins, elle assuma un de ses rôles majeurs, celui de l'intercession. De plus, la réponse du Seigneur ne doit pas être lue comme si elle s'était faite sèchement repousser. Au contraire, Il clarifie qu'Il n'est plus sous son autorité, ni soumis à ses souhaits, quelque chose qu'elle aurait encore pu attendre – voir Luc 2,51 et Matthieu 12,47-48. Ses années d'éducation étaient achevées. Notez bien qu'elle ne s'offusque pas de Ses paroles, mais qu'elle continua son rôle d'intercession : "Tout ce qu'Il vous dira, faites-le" (v. 5). Ici aussi, la gloire de Dieu est dévoilée en magnifiant le rôle de Sa mère Vierge comme étant la première à intercéder pour ceux dans le besoin.
Et enfin, il y a eu ce changement de l'eau en vin. L'échec humain à pourvoir aux besoins a été contrebalancé par la grâce et l'amour du Christ notre Dieu. Le Seigneur Incarné a révélé la glorieuse vérité, à savoir que Dieu sait transformer toute chose terrestre en un don vivifiant, en bonnes choses célestes remplies de Son Esprit. Voyez-vous, en S'incarnant, Dieu nous a donné Ses saints Mystères.

O Seigneur, Toi Qui merveilleusement changea de l'eau en vin, envoie Ta divine flamme sur notre feu éteint. Transforme l'eau de notre être en vin du Royaume, afin que nous puissions être comme Toi; et l'étant, que nous puissions vivre dans Ton Royaume éternel, avec Tes glorieux Anges. Amen.
(saint Nicolas Velimirovic, évêque d'Ochrid et Zica)


Mariage (Orthodoxwiki)
http://orthodoxwiki.org/Marriage

Saint Mariage
La vie mariée n'est, pas moins que la vie monastique, une vocation spéciale, requérant un don particulier, ou charisme, du Saint Esprit, un don octroyé dans le Sacrement du Saint Mariage. Le mystère Trinitaire de l'unité dans la diversité s'applique à la doctrine du mariage, comme il le fait pour l'Église. La famille créée par ce Sacrement est une petite église.

L'Église Orthodoxe enseigne que l'homme est créé à l'image de la Trinité, et que Dieu ne l'a pas voulu vivant seul, mais en famille, sauf dans des cas spéciaux. Et de même que Dieu a bénit la première famille, commandant à Adam et Eve de porter du fruit et de se multiplier, ainsi l'Église donne à présent sa bénédiction pour l'union d'un homme avec une femme. Le Sacrement du mariage Chrétien, dans l'Église, donne à un homme et à une femme la possibilité de devenir un seul esprit et une seule chair d'une manière qu'aucun amour humain ne pourrait réaliser. Le Saint Esprit est donné de sorte que ce qui a été commencé sur terre est accomplit et continue de manière plus parfaite dans le Royaume de Dieu.

Office du Mariage
Pour le Chrétien Orthodoxe, l'office du mariage est la reconnaissance officielle par l'Église de l'unité du couple, une image créée de l'amour de Dieu, qui est éternelle, unique, indivisible et sans fin. L'Église ancienne reconnaissait simplement l'expression d'amour mutuel du couple dans l'Église, et leur union était bénie par leur participation mutuelle à la Sainte Eucharistie.

Lorsque l'Office du mariage s'est développé dans l'Église, il fut modelé d'après les Offices de Baptême et de Chrismation. On s'y adresse au couple de la même manière qu'à la personne individuelle dans le Baptême. Ils confessent leur Foi et leur amour de Dieu. Ils sont introduits dans l'église en procession. On prie sur eux et on les bénit. Ils écoutent la Parole de Dieu.

L'Office ne comporte ni voeux ni serments. En essence, il est le "baptême et la confirmation" de l'amour humain par Dieu en Christ dans le Saint Esprit. Il est la déification de l'amour humain dans la divine perfection et l'unité du Royaume éternel de Dieu, tel que révélé et donné à l'homme en l'Église. Il n'y a pas de "légalisme" dans le Sacrement Orthodoxe du mariage. Ce n'est pas un contrat juridique, c'est un lien spirituel.

La cérémonie du mariage est divisée en 2 parties, auparavant elles avaient lieu séparément, mais à présent [en Amérique] elles sont célébrées ensemble.

L'Office des Fiançailles
Lors de l'Office des Fiançailles, l'élément central de la cérémonie, c'est la bénédiction et l'échange des alliances. Les anneaux sont bénis par le prêtre au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Le couple échange alors les alliances, prenant l'anneau de la fiancée et le plaçant au doigt du fiancé et vice-versa. Ensuite ils se les échangent à nouveau, symbolisant que chaque époux sera constamment complémentaire et enrichissant l'autre par l'union. C'est aussi un symbole extérieur qu'ils s'unissent dans le mariage de leur propre volonté et libre consentement. C'est célébré dans le vestibule (narthex) de l'église, avant la procession d'entrée dans la nef de l'église.

L'Office du Couronnement
La deuxième partie est la cérémonie du Couronnement, dans laquelle la tête des époux est couronnée par le prêtre. Dans la tradition Russe, les couronnes sont en or ou en argent, alors que la tradition Grecque utilise des couronnes de feuilles et de fleurs.

Les couronnes sont des couronnes de joie, mais aussi des couronnes de martyre, car le mariage implique le sacrifice de soi accomplit par chaque partie.

A la fin de la célébration, le couple nouvellement marié boit de la même coupe de vin. Cette coupe commune est un symbole du fait qu'à partir de ce moment-là, ils feront vie commune. Cela rappelle aussi le miracle à la fête des noces à Cana en Galilée.

Mariages mixtes
Le Sacrement Chrétien du mariage ne sait être donné qu'à ceux qui appartiennent à l'Église; à savoir uniquement pour les baptisés communiants.

Veuves et veufs
La tradition Orthodoxe Chrétienne encourage veuves et veufs à rester fidèles à leur défunt conjoint, car il est mort à ce monde mais vivant en Christ.

Divorce
L'Orthodoxie regarde le lien du mariage comme étant indissoluble, et elle condamne la rupture de mariage comme étant un péché et un mal. L'Église Orthodoxe permet le divorce et le remariage, par exception, une concession nécessaire au péché humain. Tout en condamnant le péché, l'Église désire aider les pécheurs et leur accorder une autre chance, dans un acte d'oikonomia. Lorsqu'un mariage a entièrement cessé d'exister dans les faits, l'Église Orthodoxe regarde la réalité en face avec philanthropia (bienveillance et amour).

Second mariage
L'Église Orthodoxe enseigne qu'une seconde union matrimoniale ne saurait jamais être la même que la première. Dans l'Office de célébration d'un remariage, certaines des éléments joyeux sont omis et remplacés par des prières pénitentielles.

Vie de famille
* "Raising Children With Christ, Compassion, and Commitment", par le p. Peter E. Gillquist (Again Magazine and Beliefnet)

Voir aussi
* Directives pastorales pour les mariages (en anglais)
http://orthodoxwiki.org/Pastoral_Guidelines#Weddings

D'autres lectures (en anglais):
* On Marriage and Family Life by St. John Chrysostom. (Crestwood, New York: St. Vladimir's Seminary Press, 1997.) ISBN 9780913836866
* Marriage: An Orthodox Perspective by Fr. John Meyendorff. (Crestwood, New York: St. Vladimir's Seminary Press, 2000.) ISBN 9780913836057
* Preserve Them, O Lord by Fr. John Mack. (Ben Lomond, California: Conciliar Press, 1996.) ISBN 1888212012
* Preparing for Marriage (Marriage in the Orthodox Church, v. 1) by Dr. Peter M. Kalellis. (Westfield, New Jersey: Ecumenical Publications, 1984.)
* Holy Matrimony (Marriage in the Orthodox Church, v. 2) by Dr. Peter M. Kalellis. (Westfield, New Jersey: Ecumenical Publications, 1984.)
* After the Honeymoon: How to Maintain a Happy Marriage by Dr. Peter M. Kalellis. (Pittsburgh: Syndesmos, 1999.)
* Attending to Your Marriage: A Resource for Christian Couples by Fr. Charles Joanides. (Minneapolis: Light and Life Publishing Company, 2006.) ISBN 1880971992

*-*-*-*-*

Grand Euchologue et archihieratikon : Offices des Fiançailles, du Couronnement (mariage), de la Déposition des Couronnes (8 jours après le mariage, après quoi il pourra être "consommé") et Mariage dans le cérémonial pontifical:
http://membres.lycos.fr/stjeantheo/euch.html
mise en garde concernant ce site-là : lycos, l'hébergeur, impose des publicités dans la marge de droite, et certaines sont parfois "sulfureuses" et il n'y a pas moyen de contrôler. Autant ne pas y cliquer sur autre chose que les pages de l'Euchologue...


"Où trouver des paroles pour exprimer toute l'excellence et la félicité d'un mariage chrétien? L'Église en dresse le contrat, l'oblation divine le confirme, la bénédiction pastorale y met le sceau, les Anges qui en sont témoins l'enregistrent, et le Père céleste le ratifie. Douce et sainte alliance que celle de 2 fidèles portant le même joug, réunis dans une même espérance, dans un même voeu, dans une même discipline, dans une même dépendance! Tous deux, ils sont frères, tous deux serviteurs du même Maître, tous deux confondus dans une même chair, ne forment qu'une seule chair, qu'un seul esprit. Ils prient ensemble, ils se prosternent ensemble, ils jeûnent ensemble, s'enseignant l'un l'autre, s'encourageant l'un l'autre, se supportant l'un l'autre. Vous les rencontrez de compagnie à l'église, de compagnie au banquet divin. Ils partagent également la pauvreté et l'abondance, la fureur des persécutions ou les rafraîchissements de la paix. Nuls secrets à se dérober, ni à se surprendre mutuellement; confiance inviolable, empressements réciproques; jamais d'ennui, jamais de dégoûts. Ils n'ont pas à se cacher l'un de l'autre pour visiter les malades, pour assister les indigents; leur aumône est sans disputes, leurs sacrifices sans scrupules, leurs saintes pratiques de tous les jours sans entraves. Chez eux point de signes de croix furtifs, point de timides félicitations, point de muettes actions de grâces. De leurs bouches, libres comme leurs cœurs, s'élancent les hymnes pieux et les saints cantiques. Leur unique rivalité, c'est à qui célébrera le mieux les louanges du Seigneur.
Voilà les alliances qui réjouissent les yeux et les oreilles de Jésus-Christ, celles auxquelles Il envoie Sa paix. "Là où il se trouve deux Chrétiens, Il Se trouve Lui-même;" là où Il Se trouve Lui-même, l'ennemi de notre Salut est absent. Telles sont les instructions que l'Apôtre nous a laissées dans cette courte parole."
Tertullien, Ad uxorem II (2ème lettre à sa femme)
chapitre 8 en latin & en anglais, chapitre 9 dans la traduction française du 19ème s.

Quintus Septimus Florens Tertullian


Mariage et vie de famille (Païssios l'Athonite) - comment bien choisir son futur conjoint et pourquoi l'Église recommande un parcours spirituel avant le mariage



Aucun commentaire: