"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 mars 2008

Jeûner: La belle leçon de la grande duchesse-martyre Anastasia

La véritable princesse Anastasia ne se trouve pas dans le dessin animé hollywoodien bien connu, mais au Ciel, d'où elle intercède, elle aussi, pour qui la prie de le faire. Et nous qui entamons le jeûne du Grand Carême dans l'opulence et les facilités, regardons un peu cette famille martyre qui, soumise aux manques et persécutions, ne négligeait cependant pas ses devoirs sacrés, comme veiller aux soins de son âme, et jeûnait (au point d'en ressentir les effets physiques) et se préparait toute la semaine durant pour aller à l'église, et s'en réjouissait. Quelle leçon!


sainte grande duchesse martyre Anastasia de RussieEnfant-martyre impériale et porteuse de la Passion,
grande duchesse Anastasia,
prie Dieu pour nous, моли Бога о нас!


Anastasia, fille cadette [du couple impérial russe], naquit en 1901; au départ, c'était un peu un garçon manqué et le clown de la famille. Elle était de plus petite taille que les autres, avait un nez droit, et de magnifiques yeux gris. Raffinée et spirituelle, elle avait aussi des talents de comédienne et faisait rire tout le monde. Elle était douce et aimait les animaux. Elle avait un petit chien [appelé Shvybzik], de race japonaise, que toute la famille appréciait. Anastasia emporta son chien dans ses bras, lorsqu'elle descendit dans la cave à Ekaterinburg, en cette nuit fatale du 4 juillet, et le petit chien fut massacré avec elle.
massacre de la sainte famille imperiale de Russie en 1917
Biographie traduite de (Source: Orthodox America (Newspaper) Editor: Mary Mansur., par Matushka Natalia Sheniloff de Baltimore, Maryland- Vol. XVI, No.6 (146)., February, 1997., pp. 8 & 10)

Pendant des décennies, l'Occident a vécu avec une image de la famille impériale qui lui avait été fournie par .. les assassins, les dirigeants de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Une image déformée, contredite par tous les témoins directs d'époque. On ne comprend pas pourquoi nos media, nos livres scolaires, etc, ont toujours préféré les versions mensongères à celles des témoins directs, comme p.ex. Celle de m. Pierre Gilliard, ce citoyen Suisse qui avait été précepteur des enfants impériaux de 1905 à 1918, ayant suivit volontairement leur exil et été forcé par les soviétiques à les abandonner 2 mois avant le martyre. Ou les ambassadeurs, et autres personnalités ayant fréquenté la famille impériale de Russie. Qui tous donnaient une image radicalement différente. Et puis il y avait les courriers des martyrs. Même ceux la jeune Anastasia, comme le montre cette lettre de Tobolsk, adressée à sa tante Xenia Romanova, soeur du Tsar saint Nicolas II. Elle l'a écrite dans cette avant-dernière étape, en Sibérie, avant l'Oural, avant le martyre. Le Parti Socialiste Soviétique, les Bolchéviques donc, a déjà le contrôle du pays, la famille sait que son sort est scellé. Leur vie y était éprouvante. Et pourtant..


Grande Duchesse Xenia Romanovna -->

Tobolsk 8/21 Mars 1918
Ma chère et douce tante Xenia,

Mille mercis pour la carte postale qui vient juste d'arriver. Pour le moment, grâce à Dieu, nous sommes vivants et en bonne santé. Nous sommes toujours si heureux de recevoir de vos nouvelles. Comment va la santé de grand-mère? Nous nous souvenons et parlons souvent de vous tous.

Ces jours-ci sont presque toujours ensoleillés et il commence à faire chaud, c'est plutôt agréable! Nous faisons notre possible pour aller pendre l'air. Nous ne savons plus glisser de la colline (quoi qu'elle soit encore là) car ils l'ont endommagée, et ont placé un drainage à travers, de sorte que nous ne pouvons plus l'utiliser. Apparemment, ils semblent s'être calmés à ce sujet car ça choquait la vue pour beaucoup de gens tout un temps durant. C'est vraiment bête et pathétique.

C'est bien, nous avons trouvé de nouvelles choses à faire. Nous scions, coupons et fendons le bois de chauffage, et c'est une tâche très utile et agréable. Nous y sommes déjà plutôt adroites. Ce faisant, nous pouvons en aider beaucoup, et pour nous c'est un passe-temps. Nous nettoyons les allées et le porche, nous sommes devenues gardiennes des portes! Je ne suis pas encore devenue un éléphant, quoi que cela pourrait bien vite arriver. Je ne sais vraiment pas pourquoi tout ça, peut-être est-ce à cause du manque de mouvement, bien que je n'en sache rien.

Je vous en prie, pardonnez mon écriture hésitante, ma main tremble si terriblement. Nous avons tous jeûné cette semaine et chanté les hymnes entre nous à la maison. Pour finir, nous avons pu aller à l'église! Et nous avons pu y recevoir la Communion.

Quant à vous, comment allez-vous tous, et comment vous en sortez-vous? Rien de particulier ne nous est arrivé que je devrais mentionner.

A présent je dois terminer, car nous allons au jardin pour travailler, etc. Nous vous embrassons tous très fortement, et moi aussi, et tous les autres ici!
Au revoir, Tantine bien-aimée!
Dieu vous sauve! Tout le monde vous remercie beaucoup pour vos salutations et vous envoie les sienne aussi.
Votre A. chérie
Anastasia Nikolaevna




Aucun commentaire: