"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 mars 2008

Mont Athos: la persécution contre Esphigmenou prend une tournure sinistre

Situé sur la sainte Montagne de l'Athos, ce fameux monastère eut pour célèbre supérieur saint Grégoire Palamas, avant que ce dernier ne devienne archevêque de Thessalonique, et principal opposant aux hérésies de l'Occident déchu. Et à toute idée d'uniatisme avec les religions et dirigeants de cet Occident déchu, uniatisme déjà proposé à l'époque au détriment de la Foi et par pur intérêt politique. On a toujours vu ceux qui voulaient simplement suivre ce que l'Église enseigne de suivre afin de parvenir à la vie éternelle se faire taxer d'extrémistes, de fanatiques, etc. Parfois, ils en sont même réduits à se durcir, afin de passer à travers les persécutions que les "non-fanatiques" ne se privent pas de leur faire subir. Monde étrange.

Du site officiel de ce monastère du Mont Athos qui refuse toute allégeance à Bartholomeos I de Constantinople - et ils ont raison, l'Athos n'étant pas dans la juridiction canonique d'Asie Mineure, cfr 28ème Canon de Chalcédoine - on apprend que déjà 5 moines sont morts pour s'être vus interdire tout accès aux soins médicaux requis. Ils ont des diabétiques et des cardiaques, et les médecins sont interdits d'accès par la police mandée par le patriarche Bartholomeos I.

Oui, cette fois, c'est bien plus grave que de faire attaquer le monastère par des hommes de main, armés de masses, quoique cette fois-là, les dits attaquants blessèrent 3 moines dont un grièvement.

Et faire envoyer 200 hommes des forces spéciales de police pour tenter de faire évacuer les lieux par leurs occupants (canoniquement) légitimes, c'est ignoble, ça situe la collusion entre les milieux politiques et le patriarcat actuel, mais ça reste du domaine du "péché humain de l'orgueil au quotidien," bref, bassement humain.

Et couper les vivres, faire confisquer le tracteur, couper le téléphone (et le détourner vers une fausse communauté créée sous le même nom afin que les dons aboutissent là..), etc, ça relève du harcèlement bête et méchant, non-Orthodoxe bien entendu, mais passe encore.

Par contre cette fois, on est face à des cas de mise en danger de mort, de non-assistance à personnes en danger, et d'atteintes directes à la vie d'autrui. On ne peut pas d'un côté aller prêcher la réconciliation avec des gens d'autres religions (et qui croient le contraire de ce qu'enseigne l'Église depuis 2000 ans, comme on vient de voir le 6 mars), et de l'autre, persécuter et (faire) attenter à la vie de ses frères en Christ.

Car c'est bien beau d'aller parler de droits de l'homme devant le parlement européen si c'est pour bafouer ces mêmes droits en cachette, loin des médias. Bon, les histoire de "vieux calendristes," on le sait, c'est pas ma tasse de thé. Cependant là n'est pas la question : ce monastère subit des persécutions criminelles de la part de gens se disant Orthodoxes, et ce n'est pas admissible.
Que la Toute Pure daigne protéger les victimes et que les coupables (de tous bords) profitent du Grand Carême pour se repentir. Le Seigneur ne veut pas la mort du pécheur, Il veut qu'il se convertisse. C'est bien la moindre des choses que l'on puisse souhaiter pour les protagonistes.




L'archimandrite Methodios, higoumène du monastère depuis 1999



Texte original et photo de la traduction ci-dessous :
http://sbn-nathanael.livejournal.com/2008/02/20/


Site internet officiel du monastère d'Esphigmenou : http://www.esphigmenou.com/

- 18 février 2008 : LES PERSÉCUTIONS CONTRE LES MOINES D'ESPHIGMENOU PRENNENT UNE SALE TOURNURE!
* Parmi les derniers rebondissement, il y a 16 moines zélés qui ont été inculpés "d'occupation illégale" des terrains du monastère Esphigmenou sur le Mont Athos, et inculpés d'empêcher la fausse fraternité d'Esphigmenou du patriarche Bartholomeos d'emménager dans le monastère.
* Deux des moines, dont l'higoumène Methodios, ont aussi été inculpés "d'interférer avec les 'travaux' d'archéologues" qui furent apparemment envoyés au monastère afin d'en examiner les reliques. A présent, non seulement les moines zélés sont victimes de persécutions, mais aussi tout associé (le père d'un des moines est aussi inculpé!) qui les assistent dans leur vie humaine au jour le jour.
* Fr. Nathanael: Deux policiers du Mont Athos et un civil ont aussi été accusés d'être complices des "crimes" des zélés moines. Les policiers pour être censés avoir manqué d'arrêter et de fouiller le véhicule qu'un civil conduisait au monastère. Le "crime" du chauffeur civil était d'avoir été apporter des fournitures de secours [médical] au monastère!
* Peut-être que les employés de la Croix Rouge et autres organisations humanitaires feraient bien de noter : plus besoin d'assister les victimes de persécutions ou de guerre parce qu'il y a un précédent dans le monde occidental démocratique, *qui comprend la Grèce*, que l'assistance à des gens dans le besoin fait de vous un "criminel" parce que vous aider à la survie de gens dont le droit à occuper leur lieu de résidence est remis en question par les tyrans de notre époque. Il est peut-être plus sûr de faire de l'humanitaire au Soudan!


===========================================================

Toute cette lamentable et terrible histoire ne peut que rappeler au fidèle Orthodoxe un terrifiant précédent historique, qui apporta nombre de martyrs au calendrier de l'Église : Zografou.

icone des 26 saints martyrs du monastere de Zografou, sur l'Athos, victimes des armees du pape de Rome
"Les saints martyrs du monastère de Zografou, Mont Athos, célébrés le 10 octobre.
Lorsque l'empereur Michel Paléologue signa l'infâme Union de Lyon avec le pape de Rome afin de recevoir son aide contre les Bulgares et les Serbes, les moines de la Sainte Montagne adressèrent une protestation à l'empereur à l'encontre de cette union, et l'exhortèrent à la rejeter et à revenir à l'Orthodoxie.
Durant ces temps de terribles épreuves pour la Sainte Montagne, vivait un moine qui demeurait près du monastère de Zografou et qui menait une vie ascétique solitaire, dans les grands labeurs et efforts.
Ce moine avait cette sainte coutume de lire de nombreuses fois l'hymne Acathiste pendant qu'il priait devant cette Icône de la Mère de Dieu. Un jour, alors qu'il chantait "Réjouis-toi, épouse inépousée," il entendit les paroles suivantes provenant de l'Icône : "Réjouis-toi aussi, ô Ancien de Dieu!" L'Ancien fut effrayé mais la voix continua paisiblement : "Ne crains rien, mais précipite-toi vers le monastère et annonce aux frères et à l'higoumène s'approchent les ennemis de mon Fils et les miens. Que quiconque est faible en esprit se cache et prenne patience. Ceux souhaitant la couronne du martyre n'auront qu'à rester dans le monastère. Pars vite."
Le pape de Rome envoya une armée à l'aide de l'empereur, et cette armée de Rome envahit la Sainte Montagne et s'y livra à de tels actes de barbarismes que même les Turcs n'en avaient pas commis en 500 ans. Pendant les membres du Conseil et massacrant nombre de moines de Vatopedi, Iviron et d'autres monastères, les Latins attaquèrent ensuite Zografou. Le bienheureux higoumène Thomas expliqua sous l'inspiration aux frères que ceux qui désiraient se sauver des Latins devraient fuir le monastère, et ceux qui désiraient une mort de martyr devrait rester. Vingt-six hommes restèrent : 22 moines avec leur higoumène et 4 laïcs qui travaillaient pour le monastère. Ils s'enfermèrent dans la tour du monastère. Lorsque les Latins arrivèrent, ils incendièrent la tour, et ces 26 héros trouvèrent la mort comme martyrs dans les flammes. Pendant que la tour brûlait, ils chantaient l'Hymne Acathiste à la Mère de Dieu, et ils remirent leurs âmes entre les mains de Dieu le 10 octobre 1282. En décembre de cette même année, l'infâme empereur Michel Paléologue mourut dans la misère, le roi Milutin de Serbie ayant lancé une révolte contre lui pour défendre l'Orthodoxie."


"Le monastère de Zografou se trouve sur une pente dans la partie sud-ouest de la péninsule et est dédié à saint George. Le Katholicon a été construit au début du siècle dernier et suit le type athonite. Le monastère a 8 chapelles à l'intérieur et 8 chapelles à l'extérieur. Le monastère possède aussi 2 ateliers à Karyes et le Kellion de la Transfiguration.
Selon la tradition, le monastère a été fondé au 10ème siècle par 3 frères, Moïse, Aaron et Ioannis, d'Achris. Plus tard pendant la période byzantine, le monastère fut détruit par des pirates Catalans, et reconstruit avec le soutien financier de la dynastie Paléologue, de même que d'autres dirigeants d'Europe orientale.
icone miraculeuse de saint George, monastere de Zografou, Athos Initialement, le monastère était habité par des Bulgares, des Grecs et des Serbes. Depuis 1845, il n'est habité que par des moines Bulgares.
En plus de 2 Icônes miraculeuses de saint Georges et de 2 de la Vierge de l'Acathiste et de la Vierge Epakouousa, le monastère possède d'autres anciens objets et vases liturgiques.

La bibliothèque contient 126 manuscrits grecs et 388 slavons, et près de 8.000 livres.
Auteur : Ioannis Tavlakis, archéologue"
source texte Zografou :
http://www.culture.gr/h/2/eh251.jsp?obj_id=1521


le président Bulgare visite Zografou - monastère qui vient de lancer un vibrant appel à son pays à s'opposer à l'imposture d'indépendance de la province serbe du Kosovo, et de fait, la Bulgarie s'y oppose.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

tout est supercherie. Ils manipulent les gens, les informations, même les photos de victimes de LEURS actions violentes sont détournées pour faire croire que c'est une victime de chez eux. Ils souillent la Sainte Montagne depuis 40 ans déjà. Ca n'a RIEN à voir avec l'oecuménisme ou le patriarche Bartholomeos I, mais avec la folie humaine. Il est grand temps que la police investisse et envoie en prison ces fous, avant qu'ils n'attirent le malheur sur tout l'Athos.

http://www.johnsanidopoulos.com/search/label/Esphigmenou%20Issue