"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

23 mars 2008

Souhaiter un bon Dimanche de saint Grégoire Palamas & anecdote avec p. Meyendorf

De : Galina
Date : dim. 23 Mar 2008 01:00:42 -0400
Objet : Saint Gregory Palamas
forum: alt.religion.christian.east-orthodox

Pour tous les Grégoires sur votre liste d'adresses courriels, ne manquez pas de leur envoyer une e-carte de leur saint patron, saint Grégoire Palamas, via le site suivant, une Icône sera accompagnée de ce texte (en version US):

Description du Dimanche de saint Grégoire Palamas

Ce divin père, qui était d'Asie Mineure, fut élevé dès son enfance à la court impériale de Constantinople, où il fut éduqué tant dans la sagesse religieuse que séculière. Plus tard, étant encore jeune homme, il quitta la court impériale et mena la lutte de l'ascèse sur le Mont Athos, et dans le Skete à Berée (Beroea). Il passa quelque temps à Thessalonique pour être soigné d'une maladie née de son rude style de vie. Il assista au Concile convoqué à Constantinople en 1341 contre Barlaam de Calabre, et au Concile de 1347 contre Acindynus, qui était de même esprit que Barlaam; Acindynus et Barlaam prétendaient que la grâce de Dieu est créée. Au cours de ces 2 Conciles, le saint soutint courageusement les vrais dogmes de l'Église du Christ, enseignant en particulier que la grâce divine n'est pas créée, mais que ce sont les énergies incréées de Dieu qui sont répandues sur toute la Création; autrement, si la grâce était créée, il serait impossible à l'homme d'avoir une véritable communion avec le Dieu incréé.
En 1347, il fut nommé métropolite de Thessalonique. Il s'occupa de son troupeau d'une manière toute apostolique pendant quelque 12 ans, et rédigea nombre de livres et de traités sur les plus hautes doctrines de notre Foi; puis, ayant vécu quelque 63 ans, il reposa dans le Seigneur en 1359. Ses saintes reliques sont conservées à la cathédrale de Thessalonique. Un Office complet fut composé pour sa Fête par le patriarche Philoteos en 1368, lorsqu'il fut décidé que sa fête serait célébrée en ce jour.
Puisque des oeuvres sans la juste Foi ne servent à rien, nous plaçons l'Orthodoxie de la Foi comme fondement de tout ce que nous accomplissons durant le Jeûne, en célébrant le Triomphe de l'Orthodoxie le dimanche précédent, puis le grand défenseur des enseignements des saints pères en ce jour.

La page d'envoi de la e-carte avec Icône:
http://www.iconograms.org/sig.php?eid=1055

et le mode d'emploi en anglais http://www.iconograms.org/about.php

C'est gratuit.

---------------------------------------------------------

De : Galina
Date : dim. 23 Mar 2008 02:16:43 -0400
Objet : Saint Gregory and a Small Story
Forum : alt.religion.christian.east-orthodox

Belle grande Icône de saint Grégoire sur wikipedia:

Une belle biographie en anglais: http://www.antiochian.org/gregory-palamas

Un document (en anglais) sur la controverse à propos de l'hésychasme palamite:
http://faculty.washington.edu/ewebb/R327/Hesychastic_Controversy.pdf

P. Jean Meyendorff à propos de l'hésychasme de Palamas:
holytrinitymission.org/books/english/byzantine_theology_j_meyendorf.htm
Voir aussi son étude sur "saint Grégoire Palamas et la mystique Orthodoxe"

Le p. Meyendorff venait célébrer pour nous les Présanctifiés à notre OCF (Orthodox Christian Fellowship), à l'université de Yale, à la fin des années 1960, lorsqu'une intéressante discussion eut lieu entre lui et le professeur Dino Geanokopoulos, qui enseignait sur Palamas à l'université. Le p. Meyendorff avait traduit et publié certains ouvrages de Palamas et le prof. Dino Geanokopoulos (dont l'ouvrage "Byzantine East and Latin West" est un classique et qui avait écrit un livre en anglais sur l'histoire du patriarcat de Constantinople) l'avait aussi étudié. Ce fut ce dernier qui mentionna une intéressante petite étude par Arnakis dans une sorte de journal du début des années 1950 - t comme je travaillais à l'époque à la bibliothèque, dans les pièces de la réserve des livres, et que j'étais plutôt habituée à fouiller les étagères et que j'aimais particulièrement rechercher les listes de lecture pour les étudiants du prof. Geanokopoulos, je fouillai et trouvai l'étude en question.
Cette discussion après les Présanctifiés à l'OCF fut en fait ma première véritable introduction à une discussion sur Palamas, en un jour pas si différent de ce jour mais il y a 40 ans d'ici. L'Autel était la table de repas dans un appartement. Nous étions tous serrés et avions communié puis nous étions assis à même le sol, pour les plus jeunes d'entre nous, et pour les plus âgés sur un divan, une chaise de salon ou de cuisine et avons échangé. Ce même jour, j'avais pour la première fois goûté à de l'aubergine syrienne cuite avec du riz et des amandes, d'une boîte, et appris comment disséquer proprement un pamplemousse à main nue afin d'obtenir des quartiers sans pépins.
A l'époque, New Haven, Connecticut, était une ville plutôt violente, et je sentais que je m'étais sauvée moi-même et une colocataire, de 4 voyous qui avaient tenté de nous embarquer, en la récitant [la prière hésychaste] de sorte que je n'avais pas été effrayée. Miraculeusement, je n'avais ressenti nulle peur, j'ai réussi à arracher mon amie des mains du gars qui venait littéralement de la pousser dans une voiture, j'avais quelque peu repoussé les autres agresseurs et nous nous étions encourues. Ils n'avaient réussi qu'à me prendre mon porte-monnaie et le peu qu'il contenait, car j'avais vraiment très peu, et en arrivant à la maison, nous avions pu nous réjouir avec ses parents, faire changer les serrures, et continuer nos vies. Lorsque quelqu'un, je ne me souviens plus qui, posa la question de savoir comment un homme tel que saint Grégoire, avec toute sa connaissance philosophique, pouvait s'accrocher à quelque chose d'aussi répétitif et simpliste que la récitation de la Prière de Jésus, ma seule contribution à la soirée en tant que plus jeune présente en dehors de bébés, fut de suggérer que j'avais découvert que lorsque quelqu'un était effrayé, réciter cette prière mettait le monde de côté, et avec lui, la peur, et cela nous plaçait dans un monde entièrement différent, et que ça, cela avait une valeur concrète.
Seigneur, ait pitié de moi, pécheur.

***************

Une autre Icône, avec tropaire, kondakion et brève biographie, en anglais :
http://ocafs.oca.org/FeastSaintsViewer.asp?SID=4&ID=1&FSID=103303


Tropaire du dimanche de saint Grégoire Palamas, ton 8
Flambeau de la vraie Foi, soutien et docteur de l'Église, * modèle des moines, défenseur invincible des théologiens, * fierté de Thessalonique, prédicateur de la grâce et thaumaturge, * intercède toujours, ô Grégoire, pour le Salut de nos âmes.


Saint Grégoire Palamas fut laïc, puis moine, puis prêtre, puis évêque. Il a donc connu divers états de vie au sein de la vie de l'Église. J'ai régulièrement des requêtes sur comment / pourquoi devenir moine, moniale, prêtre chez les Orthodoxes, de rite byzantin ou bénédictin, voici un article de 2006 qui en parlait :
http://stmaterne.blogspot.com/2006/10/devenir-moinemoniale-ou-prtre-dans-une.html

Chez les Orthodoxes, on "ne marie pas" un prêtre, on peut être ordonné _après_ mariage, ce mariage est une partie de l'état de marié du prêtre, car il est aussi marié à sa paroisse, un mariage céleste:
http://stmaterne.blogspot.com/2006/11/prtres-un-mariage-ralis-par-le-ciel-la.html

Aucun commentaire: