"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 avril 2008

Dimanche de saint Jean Climaque, 4ème dimanche du Carême (p. Seraphim Holland)

La guérison du garçon possédé par un esprit sourd et muet
http://www.orthodox.net/sermons/great-lent-sunday-04-2001-demoniac-boy.html

Saint Marc 9,17-31
Un homme de la foule lui répondit: "Maître, je T'ai amené mon fils: il est possédé d'un esprit muet; partout où il le saisit, il le jette à terre; alors il écume et grince des dents et devient tout raide. Et j'ai prié Tes disciples de le chasser, mais ils n'ont pu le faire." Alors, Jésus leur répondit: "Engeance incrédule, jusques à quand resterai-Je auprès de vous? Jusques à quand vous supporterai-Je? Amenez-le près de Moi!" On le Lui amena. Dès que l'enfant vit Jésus, l'esprit l'agita violemment; il tomba sur le sol et se roulait en écumant. Jésus questionna le père: "Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il?" - "Depuis son enfance, dit-il; l'esprit l'a souvent jeté dans le feu et dans l'eau pour le faire périr. Mais si Tu y peux quelque chose, aide-nous par pitié!" Et Jésus de lui dire: "Si tu peux quelque chose! Tout devient possible pour celui qui croit." Aussitôt le père de l'enfant s'écria: "Je crois! Viens en aide à mon manque de foi!" Alors Jésus, voyant accourir la foule, menaça l'esprit impur et lui dit: "Esprit muet et sourd, c'est Moi qui te l'ordonne, sors de cet enfant, et n'y rentre plus!" Après force hurlements et convulsions l'esprit sortit. L'enfant resta comme mort, si bien que la plupart des gens assuraient qu'il venait de trépasser. Mais Jésus le prit par la main, le releva, et il se tint debout. Quand Jésus fut entré à la maison, Ses disciples Lui demandèrent en particulier: "Pourquoi n'avons-nous pu chasser ce démon?" Et Il répondit: "Cette espèce-là ne peut être expulsée que par la prière." Partis de là, ils traversèrent la Galilée, et Jésus ne voulait pas qu'on le sût. Il instruisait en effet Ses disciples: "Le Fils de l'Homme, disait-Il, va être livré aux mains des hommes, et ils Le tueront, et Il ressuscitera 3 jours après Sa mort."



Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Aujourd'hui, nous sommes le 4ème dimanche du Grand Carême, et en ce jour, nous lisons à propos de la guérison, à la demande de son père, d'un garçon qui était possédé d'un démon. Il y a bien des choses à comprendre dans cette péricope évangélique, mais nous n'en aborderons que quelques unes cette fois-ci. Pour aujourd'hui, je voudrais que vous considériez ce que ce démon faisait au garçon. Le père vient au Christ et décrit sa détresse, une pitoyable détresse. Ce garçon est jeté dans le feu et dans l'eau par ce démon, ce démon sourd et muet. D'après les Pères, sourd parce qu'il ne voulait pas permettre au garçon d'entendre la Parole de Dieu, et muet parce que le garçon ne savait pas prononcer de louange à Dieu.

Et qu'est donc ce feu? Ce n'est pas seulement le feu matériel comme c'était le cas pour ce garçon, mais c'est aussi le feu de la colère, envie, de ces péchés brûlants dans lesquels nous semblons avoir tant de plaisir à nous vautrer, et qui semblent avoir une telle emprise sur nous. Ca c'est le feu. Jalousie, haine, rage. Toutes ces sortes de choses sont du feu.

Et qu'est l'eau? Hé bien, l'eau est également pernicieuse pour l'âme. C'est être enfoncé dans les soucis mondains – comme écrit le bienheureux Théophylacte, "s'enfoncer dans les vagues et les tourbillons des soucis de ce monde." C'est ça, l'eau. Il n'est pas un péché que vous pourriez penser qui ne serait ni feu ni eau. Ca n'existe pas.

Voilà donc que ce garçon était complètement possédé. Il était incapable d'une pensée libre. Il était incapable d'un action libre, du fait que le démon le contrôlait. Il l'emmenait où il voulait, le faisait chuter là où il voulait, le jetait dans l'eau ou dans le feu, et le père du garçon n'arrivait qu'avec grande difficulté à le sauver d'être brûlé ou noyé. Ce n'est pas tellement différent en ce qui nous concerne. Nous nous accoutumons hélas aux péchés – feu et eau. Notre détresse aussi est terrible. Nous sommes accoutumés, nous devons l'admettre. Nous devons admettre que nous avons besoin d'aide. Nous devons nous voir nous-mêmes tels que nous sommes réellement, et alors nous pourrons venir au Christ pour être guéris.

Le Christ a dit à l'homme qui voulait que son fils soit guérit : "Tout est possible à celui qui croit." C'est vrai. Nous comprenons cela. Nous l'acceptons. Nous sommes Chrétiens. Nous disons "assurément, Dieu sait tout faire. Dieu sait guérir n'importe qui, Dieu sait relever quelqu'un d'entre les morts, faire marcher le paralytique et voir l'aveugle." Ah, mais alors nous perdons notre foi quand il s'agit de l'eau et du feu, comme cet homme l'avait aussi fait. Parce que quand nous regardons vers nous-mêmes, nous doutons. Nous doutons que Dieu sait vraiment nous guérir. Il sait guérir quelqu'un d'autre, et Il sait sûrement guérir des problèmes physiques. Nous le croyons. Nous lisons les vies des saints, nous lisons l'Écriture sainte, nous croyons que lorsqu'on y lit que Tabitha a été relevée de la mort, c'est vraiment ce qui s'est passé. Nous croyons que lorsque Lazare est sortit de la tombe, Dieu lui avait rendu le souffle de la vie. Nous croyons.

Mais croyons-nous que Dieu sait nous délivrer de nos péchés, de nos passions, de ces choses que nous faisons "depuis notre enfance"? La plupart de nos péchés remontent à notre enfance. Ils sont construits dès l'enfance. Nous sommes formés en petites "machines à pécher" quand nous sommes petits, et c'est très très dur de nous extirper nous-mêmes par la suite de nos passions et nos difficultés. Ce garçon était depuis tout petit jeté dans le feu et l'eau, et il en est de même pour nous. Maintenant, croyons-nous que Dieu sait nous délivrer de nos passions? Le croyons-nous vraiment? L'évidence que j'ai, comme pasteur, c'est celle du contraire. La plupart d'entre nous luttent vigoureusement en manquant de confiance. Et de ce fait, nous ne faisons pas les progrès que nous devrions. Nous devons croire.

Nous avons les exemples des vies des saints pour montrer que Dieu a pris des gens qui ont parfois péché bien plus terriblement que nous, et en a fait des géants, les a rendus parfaits et saints. Nous avons l'exemple de sainte Marie l'Égyptienne, que nombre d'entre vous ne viendrez pas entendre [l'année de ce sermon, sa fête tombait le mercredi de la 5ème semaine du Grand Carême, en même temps donc que la lecture du Grand Canon de saint André de Crête; ndt]. Parce que... je ne sais pas pourquoi vous ne le feriez pas. Mais nombreux ne seront pas présents ce mercredi soir pour écouter l'exemple, écouter comment Dieu a complètement guérit une personne. Marie n'a pas douté. C'était une femme qui avait été une prostituée, et pire qu'une prostituée. Elle avait eu des milliers d'amants, et commis toutes les impuretés imaginables et même inimaginables pour la plupart d'entre nous. Elle s'était souillée encore et encore. Et qu'a-t'elle fait quand elle en est venue à la repentance? Elle a crû que Dieu la changerait. Elle a crû que Dieu pourrait la délivrer du feu. Elle n'était pas troublée par l'eau; pour elle, c'étaient les brûlantes passions qui allaient la détruire et la brûler. Mais elle crû.

Maintenant, nous devons croire. Ces mots sont des paroles difficiles parce qu'il nous est difficile de croire, de réellement penser que nous pouvons changer. Nous ne cessons de douter de nous-mêmes. Nous ne cessons de douter que Dieu sait nous enlever tel ou tel péché. Ou parfois, pour être bien franc à propos du problème, parfois il y a un péché que nous aimons, et que nous ne voulons pas vraiment voir Dieu nous enlever. Et quand nous faisons cela, il y a ce sentiment de culpabilité en nous qui nous éloigne des choses saintes, et qui cause ensuite l'incrédulité.

Oui, ce sont des paroles dures, et notre Seigneur le sait. C'est pour cela que les paroles de cet homme ont été rapportées. Notez bien ces paroles, car elles apportent l'espoir. "Seigneur, je crois. Viens à l'aide de mon peu de foi." C'est quoi, une devinette? Non, c'est ce que Dieu fait pour l'âme. Il prend notre incrédulité, et s'il y a le moindre, même ténu signe de foi en nous, Il le fait croître. Dans l'Évangile de saint Mathieu, Il explique après la guérison que si notre Foi était comme une graine de (moutarde) sénevé, Dieu saurait tout faire. Une graine de moutarde, c'est très petit; vous pouvez à peine la voir. C'est comme une graine de céleri, très très petit. Mais c'est très fort, et ça parfume un plat tout entier, et quand ça grandit, ça donne un très grand arbre, partant d'un tout petit début. Dès lors, si vous êtes incrédule, suppliez Dieu de vous aider à croire. Maintenant vous devez aussi faire les autres démarches. Il y a un important exemple de vie Chrétienne, c'est vraiment en microcosme toute l'importance de l'Incarnation, à la fin de la guérison de ce garçon. Soyez à présent bien attentifs à ce que dit l'Écriture! Bien souvent, elle enseigne une incroyable profondeur de connaissance en 2 ou 3 moi. Très laconique. Pas comme moi; elle a besoin de très peu pour dire de grandes choses!

Qu'est-il advenu au garçon après qu'il eut été guérit? Le père avait un petit peu de foi et Dieu dit "Je vais le guérir. Je t'ordonne, esprit sourd et muet, de sortir de lui, et de ne plus y revenir." Très important. Nous en reparlerons une autre fois. Mais le garçon tombe par terre. Il est comme mort. Les gens pensent qu'il est mort. Mais le Christ le prend par la main et le relève. Dieu fait homme nous relève. Dieu prend nos infirmités et nous rend capables de vivre. C'est cela que vous devez comprendre. C'est l'implication de l'Incarnation. C'est pourquoi nous savons être sauvés. Dieu a rendu notre chair capable de vivre – Il nous relève. Toute la signification de l'Incarnation – elle nous rend capables de vivre!

Qu'advint-il alors une fois le garçon relevé? Il nous est dit "il se leva." Le garçon se leva, il fut aidé, et puis il se leva. Et tel est notre tâche dans la vie Chrétienne. C'est notre oeuvre en réponse à l'aide de Dieu. Maintenant, si vous n'oeuvrez pas, vous aurez des problèmes d'incrédulité, parce que la Foi, ou la pureté et la Foi, sont parfaitement liées au labeur. C'est pourquoi lorsque l'homme vint à Lui avec le garçon, notre Seigneur dit "Oh génération incrédule et perverse." C'est ce qu'Il dit chez saint Mathieu. Sans Foi et perverse. De la perversité, agissant de manière non-naturelle – en passant, le péché est perversité – provient l'incrédulité et le manque de Foi. De la pureté vient la fidélité. Ils sont dans un cercle, soit dans le cercle vicieux, la spirale qui va toujours plus bas à cause du manque de pureté et de fidélité, ou dans un cercle bienheureux, où Dieu, quand Il voit notre désir de nous relever, nous aide et nous comble de plus de connaissance. Et notre Foi est accrue, et notre connaissance est accrue. Et nous sommes si reconnaissants quand nous avons Dieu qui nous est révélé, de sorte que nous en devenons meilleurs. Et plus purs. Et comme nous devenons plus purs, Dieu, qui Se révèle Lui-même aux purs, Se révèle encore plus à nous.

Vous devez comprendre ce mécanisme du Salut si vous voulez être sauvés. Vous devez croire, et vous devez agir conformément à ce que vous croyez. Dieu vous relèvera, mais vous devez ensuite vous tenir debout. A présent, je ne sais que vous exhorter à vous tenir debout – je ne sais pas vous faire tenir debout. Dieu vous aidera à tenir droit, mais Il ne le fera pas pour vous. C'est un acte de votre volonté, que vous devez vous tenir debout, que vous devez oeuvrer, et que vous devez marcher dans la vie Chrétienne. Maintenant, si vous avez un problème avec votre foi, vous pouvez regarder en vous et vous verrez le coeur de cette incrédulité. Vous verrez, si vous regardez bien, que c'est parce que vous ne menez pas une vie Chrétienne. Pas vraiment, pas autant que vous devriez le faire. Il y a beaucoup de paresse, beaucoup d'inactivité quand il s'agit d'accomplir les Commandements. C'est pourquoi vous êtes perturbés dans la foi.

Mainte, vous avez peut-être quelques soucis avec quelque passion et vous désirez changer. Très bien, Dieu a une réponse pour vous. L'homme dit "Seigneur, je crois. Viens à l'aide de mon manque de foi." Nous doutons tous. C'est hélas une partie de notre nature humaine. Nous voyons tant de chose qui ne tournent pas rond en nous, et c'est difficile pour nous de croire que ça pourrait être changé. Pour moi, c'est bien la chose la plus douce dans le Christianisme. Dieu veut nous changer. Nous ne serons plus comme maintenant dans la vie future. Nous changerons. Il n'y aura plus de souffrance. Il n'y aura plus de problèmes de colère, d'envie. Il n'y aura plus de tristesse. Il n'y aura plus de dysfonctionnement. Dieu nous changera. Nous devons y croire.

Si nous ne le croyons pas, nous ne sommes pas vraiment Chrétiens, et Dieu ne nous changera pas si nous ne croyons pas. Ou au moins, si nous n'avons pas cette toute petite graine foi comme une graine de moutarde. Cultivez-la bien, frère et soeur. Cultivez cette graine. Nourrissez-là par votre labeur, votre jeûne, votre prière, votre désir, en vous efforçant à prier quand vous n'en n'avez pas envie, en venant à l'église quand vous ne le voulez pas, en vous donnant du temps pour la confession quand il est bien trop facile de, dirons-nous, vous laissez noyer dans l'eau, dans les soucis de ce monde. Cultivez cette graine de foi. Alors Dieu écoutera votre prière. Quand vous direz "Seigneur, je crois, aide mon manque de foi," Il l'entendra. Et Il renforcera votre foi. Et alors, quand vous sentirez Sa main prendre la vôtre, tenez-vous debout.
Amen.

St. Nicholas Orthodox Church, Dallas, Texas
2102 Summit, McKinney TX 75070
Rectory Phone
972/529-2754
http://www.orthodox.net



Aucun commentaire: