"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

13 avril 2008

Dimanche de sainte Marie l'Égyptienne (Triodon, Rutebeuf, hymnologie, iconographie)


L'âme quitte une chair jusqu'à l'os amaigrie :
couvre, ô terre, les os, ces restes de Marie.

En ce jour, 5ème Dimanche du Grand Carême, nous avons été exhortés à commémorer notre juste mère Marie l'Égyptienne

A l'âge de 12 ans, elle s'échappa de chez ses parents et partit pour Alexandrie, où elle vécut 17 ans dans la débauche. Ensuite, mue par la curiosité, elle s'embarqua avec de nombreux pèlerins pour Jérusalem, afin d'assister à l'Exaltation de la vénérable Croix. Mais là, elle s'adonna à toute sorte de licence et entraîna beaucoup d'hommes dans le gouffre de perdition. Voulant entrer à l'église, le jour où l'on exaltait la Croix, elle éprouva 3 ou 4 fois une puissance invisible qui l'empêchait d'entrer, alors que la foule pouvait pénétrer sans obstacle. Elle en eut le cœur meurtri et décida de changer de vie, afin de trouver grâce auprès de Dieu par la pénitence. Alors, retournant vers l'église, elle y put entrer sans difficulté. S'étant prosternée devant la vénérable Croix, le jour même elle quitta Jérusalem, traversa le Jourdain et pénétra au cœur du désert. Pendant 47 ans, elle y mena une vie très austère, une existence surhumaine, seule à seul avec Dieu dans la prière.

Au sujet de la fin de sa vie: elle rencontra un ermite du nom de Zosime et, lui ayant raconté sa vie depuis le début, elle le pria de lui porter les Saints Mystères pour y communier; ce qu'il fit l'année suivante, le Jeudi Saint. Revenu l'année d'après, Zosime la trouva morte, étendue sur la terre; près d'elle une inscription disait : "Abba Zosime, enterre ici le corps de la pauvre Marie. Je suis morte le jour où j'ai communié aux Saints Mystères. Prie pour moi." Sa mort advint en 378.

La mémoire de la Sainte Anachorète, qui est célébrée le 1er avril, a trouvé place également en ce dimanche, à l'approche de la fin du Carême, pour inciter à la pénitence les négligents et les pécheurs, grâce à l'exemple de la Sainte fêtée.
Par ses intercessions, Ô Dieu, aie pitié de nous et sauve nous. Amen.

Textes liturgiques de ce 5ème Dimanche du Grand Carême:
http://www.forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=2273

Tropaire de sainte Marie l'Égyptienne
Illuminée divinement par la grâce de la Croix, tu devins un brillant flambeau de conversion en renonçant aux ténèbres des passions. C’est pourquoi saint Zosime t’a vue, vénérable Mère Marie, dans le désert comme un Ange de Dieu. Puisqu’avec lui tu habites les Cieux, intercède auprès du Christ en faveur de nous tous !

Tropaire de sainte Marie l’Egyptienne, ton 8
En toi, vénérable Mère, la divine image se reflète exactement. Afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ; et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, pour nous occuper plutôt de l’âme, qui vit jusqu’en la mort et au-delà. C’est ainsi que ton esprit se réjouit, sainte Marie, avec les Anges dans le Ciel.

Kondakion de sainte Marie l'Égyptienne
Fuyant les ténèbres du péché et faisant briller sur ton cœur la lumière du repentir, tu t’avanças vers le Christ, choisissant, pour intercéder auprès de Lui, Sa sainte Mère immaculée. C’est pourquoi tu as trouvé la rémission de tes fautes, vénérable Marie, et sans cesse avec les Anges tu exultes de joie. Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles, Amen.

Introduction écrite par le hiéromoine Nicolas Molinier pour sa traduction de la "vie de Ste Marie l'Egyptienne composée par Sophrone archevêque de Jérusalem", et éditée par le monastère St Antoine-le-Grand (Font-de-Laval F-26190 St Laurent-en-Royans, France), métochion de Simonos Petra.
http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/SteMariel'Egyptienne.htm


Sainte Marie l'Égyptienne, extrait des "Oeuvres complètes de Rutebeuf, trouvère du 13ème siècle" - http://gallica.bnf.fr - PDF, version "français médiéval" avec français contemporain en regard, sur 2 colonnes :
makarios/doc/stemarieegypte-rutebeuf13s.pdf


2 commentaires:

Anonyme a dit…

A beautiful icon; thank you for sharing.

Anonyme a dit…

Je trouve la vie de Sainte Marie l'Egyptienne très fascinante et inspirante. Merci d'avoir partagé cette histoire avec nous.

~ Soeur Hildegarde