"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

30 août 2008

Grèce: l'athéisme européen ne sera pas obligatoire à l'école


L'Église condamne une décision contre les cours de religion
http://www.ekathimerini.com/4dcgi/_w_articles_politics_100012_27/08/2008_99903


Hier [26/08/08], expliquant que c'était une violation de la Constitution, le Saint Synode de l'Église en Grèce a condamné une initiative du gouvernement donnant aux écoliers le droit de ne pas participer aux cours de religion sans que leurs parents aient à fournir une raison.
Entre-temps, une nouvelle circulaire du Ministère de l'Éducation et des Cultes stipulait que les élèves qui choisissaient de ne pas participer aux cours de religion seraient obligés de suivre des cours complémentaires de grec ou d'une autre matière dans laquelle ils auraient des faiblesses.
Mais le Saint Synode a appelé à la mise en application d'une circulaire du ministère de 2006, qui permet aux élèves d'être dispensés des cours de religion à condition que leurs parents fournissent une explication écrite. "Les cours de religion sont obligatoires pour les élèves grecs-orthodoxes, conformément à l'article 16 de la Constitution," a rappelé le Saint Synode dans sa déclaration.
L'initiative du ministère a aussi provoqué la colère du doyen de l'Institut de Théologie de l'université Aristote à Thessalonique, m. Ioannis Kogoulis. Dans une lettre adressée au minstre Evripidis Stylianidis, Kogoulis dit que cette initiative "contribue grandement aux efforts de tous ceux qui cherchent à ignorer, cacher voire déformer les sacrifices et la contribution de l'Église Orthodoxe à la nation."


m. Kogoulis

-*-*-*-*-


Finalement, après un bras-de-fer d'un mois, le gouvernement se serait rangé ce 29 août aux arguments de l'Église. Seuls les rares élèves non-Orthodoxes pourront, sur demande écrite, être dispensés de l'enseignement religieux.
A l'origine de cette crise, on trouve une décision de la Cour européenne de justice, qui voulait que cette dispense des cours de religion soit accordée sans que les parents déclarent leur confession, une information considérée comme une donnée personnelle par les athées qui dirigent le Parlement Européen. Mais pas pour les citoyens Grecs : il y a 3 ans, une consultation publique lancée par l'Église, au sujet de la mention de la religion sur la carte d'identité, avait obtenu plus de 98% de partisans au maintien de cette mention...


Pages en anglais du Saint Synode de Grèce
http://www.ecclesia.gr/english/Enindex.html

Aucun commentaire: