"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 août 2008

Saint Aidan de Lindisfarne, abbé-évêque et thaumaturge, apôtre de la Northumbrie




L'évêque Aedan est né en Irlande à la fin du 6ème siècle, et mourut en 651. Saint Aidan fut disciple de saint Senan (8 mars) sur l'Ile Scattery, mais on ne sait rien de plus de certain sur sa vie antérieure à son entrée comme moine à Iona. Il fut bien accueillit par le roi saint Oswald (9 août), qui avait vécut en exil parmi les moines Irlandais à Iona et y avait demandé des moines pour évangéliser son royaume. Le premier missionnaire, Corman, n'eut pas de succès à cause de la rudesse de ses méthodes; dès lors Aidan fut envoyé pour le remplacer. Oswald accorda l'île de Lindisfarne ("Ile sainte") à Aidan pour y fonder son siège épiscopal; son diocèse s'étendra du Forth jusqu'à l'Humber.

cliquez sur l'image pour voir l'île en grand format


Par ses actions, il montra que jamais il ne chercha ni n'aima les biens de ce monde; les présents que le roi ou les riches lui offraient, il les donnait aux pauvres. Il vint rarement à la table royale, et jamais sans y emmener l'un ou l'autre de son clergé, et se hâtant toujours de quitter pour rejoindre ses tâches. Le centre de son activité était Lindisfarne, au large de la côte du Northumberland, entre Berwick et Bamburgh. Là, il établit un monastère sous la Règle de saint Columcille (Columba d'Iona); il n'était pas inapproprié de l'appeler l'Iona anglais, parce que de là, le paganisme fut progressivement éliminé en Northumbrie et les coutumes barbares sapées. La communauté n'était pas autorisée à accumuler des richesses; les surplus étaient utilisés pour les besoins des pauvres et le rachat avec affranchissement des esclaves (manumission). De Lindisfarne, Aidan voyagea à pied à travers le diocèse, visitant son troupeau et fondant des centres missionnaires.
L'apostolat d'Aidan fut facilité par des miracles innombrables, rapportés par saint Bede (25 mai) qui rédigea sa biographie. Il fut aussi aidé par le fait qu'Aidan prêcha en Irlandais et que le roi fit la traduction. Saint Aidan fit entrer 12 jeunes Anglais dans son monastère, pour les y élever, et il était infatigable pour s'occuper du bien-être des enfants et des esclaves, et pour l'affranchissement de ces derniers, il utilisa pour leur manumission nombre des aumônes qu'on lui accorda.
Le grand roi saint Oswald assista son évêque de toutes les manières possibles jusqu'à sa mort à la bataille contre le roi païen Penda en 642. Une belle histoire préservée par saint Bède nous rapporte qu'Oswald était attablé pour dîner un jour de Pâques, saint Aidan à ses côtés, quand on lui apprit qu'un grand groupe de pauvres demandait l'aumône à la porte. Prenant un plat en argent massif, il le chargea avec la viande de sa propre table et ordonna de la distribuer parmi les pauvres, puis qu'on brisa le plat d'argent et qu'on en partagea les morceaux entre les pauvres. Aidan, nous dit Bède, prit la main droite du roi, disant "Que jamais cette main ne périsse!" Sa bénédiction s'accomplit. Après la mort d'Oswald, son bras droit incorrompu fut conservé comme sainte relique.
Saint Oswin (20 août), le successeur de saint Oswald, soutint aussi l'apostolat d'Aidan. Et lorsqu'en 651, Oswin fut assassiné par Gilling, Aidan ne lui survécut que 11 jours. Il mourût au château royal de Bamburgh, qu'il utilisait comme centre missionnaire, gisant contre un mur de l'église où une tente avait été dressée pour l'abriter. Il fut d'abord enterré dans le cimetière de Lindisfarne, mais quand la nouvelle église Saint-Pierre fut achevée, on y transféra son corps. Les moines de Lindisfarne, fuyant les attaques répétées des Vikings, abandonnèrent leur sainte île en 875, emportant les reliques de saint Oswald et saint Aidan placées dans le cercueil contenant le corps incorrompu de saint Cuthbert. Durant 100 ans, les moines errèrent, s'installant de ci de là, et fondant des églises. En 995, craignant une nouvelle attaque des envahisseurs Danois, les moines s'enfuirent à nouveau avec leurs précieuses reliques. Selon la tradition, quand les moines approchèrent de la ville de Durham, le cercueil devint de plus en plus lourd, et un moine eut un songe dans lequel Cuthbert dit que son corps trouverait son repos final à "Dunholme". Aucun des moines ne connaissait un tel lieu mais, interrogeant les villageois, ils entendirent 2 femmes parler d'une vache perdue qui se serait égarée dans "le Dunholme". Les moines investiguèrent ce détail et découvrirent que c'était un promontoire boisé sur une boucle de la Rivière Wear, où de nos jours se trouve la cathédrale de Durham.
Les moines de Glastonbury affirmèrent que dès le 11ième siècle, ils possédaient les ossements de saint Aidan de Lindisfarne (Northumberland). Nous savons que ce n'était pas le corps entier, car il est reconnu que la moitié du corps se trouve à Iona en Écosse, et une partie du restant se trouve à la cathédrale de Durham. Saint dont le corps n'était pas entier et pourtant le plus ancien enregistré, il semble qu'Aidan est le seul saint "nordique" dont les reliques furent amenées au sud à Glastonbury par Tyccea, bien qu'apparemment pas sous la menace Viking.
Saint Bède loue hautement l'Irlandais Aidan qui fit tant pour porter l'Évangile à ses frères Anglo-Saxons. "Jamais il ne rechercha ni n'aima quoique ce soit de ce monde, mais fit ses délices à distribuer immédiatement aux pauvres quoique ce soit que rois ou riches du monde lui donnèrent. Il traversa villes et pays à pied, jamais à cheval, sauf si pressé par une urgente nécessité. Partout où il rencontrait quelqu'un, riche ou pauvre, il l'invitait, si païen, à embrasser le mystère de la Foi; ou s'il s'agissait d'un croyant, il cherchait à le renforcer dans leur Foi, exhortant par des paroles et actions pour les aumônes et bonnes oeuvres."
Il écrivit que saint Aidan "était un homme d'une gentillesse remarquable, bon et modéré, zélé pour Dieu; mais pas complètement selon la connaissance..." Par cela, Bède veut dire qu'Aidan suivait et enseignait la Liturgie et les coutumes disciplinaires des Chrétiens Celtes, qui différaient de ceux de la Chrétienté continentale romaine. Montague note qu'un des efforts de l'éducation anglo-saxonne dirigée par les moines Irlandais était que l'écriture anglaise se distinguait par son orthographe irlandaise. Aidan amena en Irlande la coutume du jeûne du mercredi et du vendredi (voir Didachè).

Dans l'art, on représente Saint Aidan en évêque avec en main le monastère de Lindisfarne et un cerf à ses pieds (parce que la tradition rapporte que sa prière rendit invisible un cerf poursuivit par des chasseurs). Il peut aussi être représenté
(1) tenant une torche allumée;
(2) donnant un cheval à un pauvre;
(3) calmant une tempête; ou
(4) éteignant un incendie par sa prière. Il est particulièrement vénéré à Glastonbury, Lindisfarne, et Whitby



Office à notre père parmi les Saints Aidan, évêque de Lindisfarne, Illuminateur de la Northumbrie (en anglais) :
http://orthodoxengland.org.uk/servaida.htm



ancienne fresque de saint Aidan


Tropaire de Saint Aidan ton 5
O saint évêque Aidan,
Apôtre du Nord et luminaire de l'Église Celtique,
Glorieux en humilité,
Noble dans la pauvreté,
Moine zélé et missionnaire plein d'amour,
Intercède pour nous pécheurs
Afin que le Christ notre Dieu accorde Miséricorde à nos âmes.



récits d'un pèlerinage à Lindisfarne ("Holy Island") et Durham (en anglais)
http://www.orthodox-iona.co.uk/pilgrimage_2006.htm




source & (c) de ces Icônes :
http://www.aidanharticons.com/western_orthodox_saints.html






nb : le 31 août, nous fêtons aussi saint Paulin de Trêves (Gaule Belgique); sainte Eanswythe de Folkestone (sainte patronne de la paroisse Orthodoxe de Rite Occidental de cette région-là); la translation des reliques de saint Columban de Luxeuil; saint Honoré de Marseilles; sainte Florentine de Digne; saint Ailhe de Rebais (Meaux); sainte Cuthburge de Wimborne; saint Victor ermite à Cambon (Nantes); saint Gauzlin de Toul; etc etc...


Page d'un évangéliaire célèbre de Lindisfarne

.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

merci à celui/celle/ceux qui ont rédigé cette page car enfin je trouve quelque chose de super beau à ajouter au livre de mon fils que j'ai prénommée Aïdan heureuse de découvrir un si beau saint.
Merci de tout mon cœur
LETIZIA