"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 septembre 2008

Un naufrage près du Mont Athos (Ivan Aivazovsky, 1856)

http://01varvara.wordpress.com/2008/08/03/ivan-aivazovsky-a-shipwreck-near-mount-athos-1856/

Navire faisant naufrage près du Mont Athos, par Ivan Aivazovsky, 1856


Ce tableau possède une dimension supplémentaire pour les Chrétiens Orthodoxes. Aussi appelé la Sainte Montagne, l'Athos est un des plus saints lieux de l'Orthodoxie. C'est une république monastique de quelque 20 monastères, avec quelques petites communautés (skete) rattachées, elle se trouve sur une péninsule dans la région de Thessalonique. Le fait le plus connu à propos de cet endroit, c'est qu'on n'y admet pas les femmes. A cet égard, aucune communauté monastique n'accepte vraiment la participation de personnes du sexe opposé, et normalement, les couvents préfèrent des prêtres âgés. C'est parce que les moines et moniales n'ont pas la moindre illusion quant à leur état de bonté. Ils se savent aussi pécheurs que le restant d'entre nous, et ils ne souhaitent pas la tentation.
Si un bateau avec des passagères devait faire naufrage sur les rives de l'Athos, je suis convaincue que les pères seraient doux et accueillants, et feraient preuve de toutes les marques de courtoisie et d'hospitalité. Et ils s'assureraient aussi que ces femmes quittent les lieux dans les meilleurs délais. C'est n'est pas une discrimination, c'est la vertu de prudence. Quelque chose dont nous avons grand besoin, de nos jours, n'est-ce pas?
Varvara

Aucun commentaire: