"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 novembre 2008

Acariâtre? Invoquez saint Achaire, évêque de Tournai-Noyon! (+ 639)

Saint Achaire, évêque de Tournai et Noyon (latin: Acharius) est mort en 640. Il fut moine au monastère de Luxeuil durant l'abbatiat de saint Eustache (abbé dès 611), second abbé de cette célébrissime école des futurs saints prêtres et évêques d'Europe fondée par saint Columban. Ensuite en en 621 il devint évêque de Noyon-Tournai.
Saint Achaire favorisa le travail de l'évêque missionnaire saint Amand. Le roi Dagobert Ier lui confirma l'évêché de Thérouanne, fondé au siècle passé par saint Antimond, qui avait été envoyé par saint Rémi. Saint Achaire est le patron de la commune de Haspres. Voici sa vie.

Né en Bourgogne, Achaire quitta de bonne heure la noble famille dont il était issu, pour entrer dans le monastère de Luxeuil; là, il médita sur le néant des choses de ce monde, et se prépara à la haute mission que le Seigneur lui réservait. L'esprit de saint Colomban, qui avait fondé ce monastère, y était encore dans toute sa vigueur primitive, sous le sage gouvernement du bienheureux Eustaise / Eustache : la sainteté et la science y marchaient sur la même ligne. Achaire, mettant à profit les leçons qu'il recueillait de la bouche de ses maîtres, et les exemples de vertu qu'il avait sous les yeux, devint bientôt un moine accompli. Sa piété ne le cédait en rien à celle d'Omer, de Vaubert, et de ses autres condisciples, dont plusieurs furent dans la suite de grands évêques, d'éloquents prédicateurs, des chefs d'abbayes, la gloire de l'Église, les modèles et les soutiens des fidèles.
Rien n'était cher au saint comme la solitude de Luxeuil; il n'en sortait que pour aller exercer, au sein des populations voisines, un ministère de charité, de paix et de Salut. Dans son humilité, Achaire voulait vivre ignoré des hommes, et attendre dans le silence, la prière et l'ascèse, le grand jour de l'éternité; mais Dieu ne permit pas qu'une si brillante lumière restât cachée sous le boisseau : Il l'appela à éclairer l'Église de ses bienfaisantes oeuvres. Trahi par la réputation de ses vertus, Achaire fut élevé malgré lui à l'épiscopat, et placé à la tête du vaste diocèse de Noyon et de Tournai, dans ce nord des Gaules où tant de moines sortis de Luxeuil seront faits évêques pour refonder la Foi.
En même temps, comme si l'administration de 2 importantes Églises locales ne suffisait pas à son active sollicitude, le roi mérovingien Clotaire 2 l'appela dans ses conseils. Le bienheureux usa de l'influence que la sainteté de sa vie lui donnait sur l'esprit du roi et des grands, pour la prospérité de l'État, et surtout pour l'extension de la prédication du Royaume de Jésus-Christ. Ce divin Maître était encore ignoré dans plusieurs parties du diocèse de Tournai, où le démon avait réussi à maintenir le culte des idoles. Achaire, dans l'impossibilité de pourvoir par lui-même aux besoins spirituels d'un si nombreux troupeau, eut recours au zèle apostolique de saint Amand, que ses instances, unies à celles de saint Ouen et de saint Éloi, venaient de réconcilier avec Dagobert 1er : il le chargea donc d'aller évangéliser ces contrées. Tandis qu'Amand travaillait à dissiper les pratiques superstitieuses par le souffle de la parole évangélique, Achaire consacra tous ses soins au diocèse de Noyon. Il se fit humble et petit pour instruire et gagner au Sauveur les habitants des campagnes; il parut surtout au milieu des pauvres et des affligés, dont il se plaisait à soulager les nécessités et à calmer les souffrances ; les pécheurs ne l'entendaient jamais sans être émus, et il fut assez heureux pour en convertir un grand nombre. Mais il était aussi d'un caractère explosif, et certains pécheurs impénitents tremblaient à l'entendre.. Une vieille tradition culturelle locale affirme que c'est même de son nom que le terme acariâtre dériverait..
Considérant les monastères comme un refuge contre les dangers du monde, un asile pour la piété, la vertu et la science, un lieu de repentance où la prière et les saintes austérités convertissent vraiment, il en édifia plusieurs, tant par ses libéralités propres qu'avec les aumônes des fidèles.
La sollicitude d'Achaire pour ses ouailles ne le rendait pas étranger à la vie générale de l'Église; il siégea au concile tenu à Reims, en 630, avec Marin de Beauvais, Agomare de Senlis, et environ 40 autres évêques. Il travailla, de concert avec ses vénérés collègues, à déraciner les abus et les erreurs du temps, à restaurer la discipline, à faire disparaître la simonie, et à effacer les maux causés par les discordes civiles.
Achaire aimait à faire connaître à ses enfants les vertus, la gloire et la puissance des saints du Christ : comme, dans son diocèse, plusieurs miracles avaient éclaté au tombeau d'un humble serviteur de Dieu, appelé Momble, il fit solennellement lever de terre le corps du bienheureux qui avait été préservé de la corruption, et inscrivit son nom au catalogue des Saints. Par ces actes, et tant d'autres semblables, ayant comme préparé les voies à l'illustre saint Éloi qui devait lui succéder sur le siège de Tournai-Noyon, il termina sa carrière terrestre le 27 novembre de l'an 639, à l'âge de 70 ans, et alla recueillir au Ciel le prix de ses travaux. Il fut enseveli dans l'église de Saint-Pierre et Saint-Paul, appelée aujourd'hui Sainte-Godeberte, près de Noyon.

*******************************

Erreur hétérodoxe et germanique du 19ème siècle dans cette image des 14 "saints auxiliaires", intercesseurs bien connus de nos régions : saint Achaire (Acarius) se retrouve remplaçant saint Acace (Acacius) - voyez la différence d'une lettre en latin :
Hl. Vierzehn Nothelfer
Les 14 saints auxiliaires

Lithographie de 1890, par E. Mager / Donauwörth, Mönchengladbach, 250 x 182 mm
La liste des saints : Barbara (Barbe), Catherina (Catherine), Margaretha (Marguerite), Aegidius (Gilles), Dionysius (Denis), Eustachius (Eustache), Blasius (Blaise), Pantaleon (Panteleimon), Erasmus (Erasmos), Acharius (Achaire), Vitus (Vit), Christopherus (Christophe), Cyriacus (Cyriaque), Georgius (Georges).
source

Notons que les saints "auxiliaires" (Четырнадцать святых помощников) sont tous de l'époque Orthodoxe de l'Europe. Mais toujours pas de reconstitution des Icônes d'époque..

Tropaire de saint Achaire ton 3
Comme le Christ, en Sa sainte colère,
Expulsa les marchands du Temple de Dieu,
Tu t'élevas avec grande violence
Contre les vices et les péchés
Qui détournaient le peuple du droit chemin.
Et c'est pourquoi, en ce jour de ta fête,
Nous te chantons, Achaire, saint évêque :
Intercède auprès du Seigneur afin qu'Il sauve nos âmes.



saint Amand, le collaborateur d'évangélisation de saint Achaire


.

Aucun commentaire: