"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

30 novembre 2008

Le rassemblement de nos ennemis est sonné (saint Jean Climaque)

http://thehandmaid.wordpress.com/2008/11/19/the-assembly-of-our-foes/

Les cloches festives
Mikhail Yakovlevich Villie (1838-1910)


Observons un peu, et nous découvrirons que les cloches de l'église servent de signal extérieur pour rassembler les frères, mais elles servent aussi de signal invisible pour le rassemblement de nos ennemis. Car certains d'entre eux se tiennent auprès de notre lit, et quand nous nous levons, ils nous encouragent à nous recoucher aussitôt : "Attends," disent-ils, "jusqu'à ce que les hymnes d'ouverture soient achevés; ensuite tu pourra aller à l'église." D'autres font s'effondrer de sommeil ceux qui se tiennent en prière. Certains provoquent de fortes douleurs d'estomac, inhabituelles. D'autres nous poussent à papoter à l'église. Certains instillent des pensées impures dans les esprits. D'autres nous font nous tenir appuyés contre le mur comme si on était fatigué. Parfois, ils nous poussent à bailler. Certains nous font attraper des quintes de rire durant la prière. D'autres nous poussent à nous presser pendant la lecture, ou de chanter vaguement par paresse; d'autres encore suggère que nous devrions chanter plus lentement par plaisir pour le chant; et parfois ils se tiennent auprès de notre bouche et la referme, de sorte que nous n'arrivons presque plus à l'ouvrir.
Celui qui considère du fond du coeur qu'il se tient en prière devant Dieu sera un pilier inébranlable, et aucun des démons précités ne parviendra à l'ébranler.
saint Jean Climaque
.

Aucun commentaire: