"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 novembre 2008

Lettre aux Uniates Grecs (Paul, métropolite de Glyfada, 4/11/2008)

Agios Konstantinos, la cathédrale du métropolite Pavlos de Glyfada


http://www.im-glyfadas.gr/04/2008/20081104.asp


Lettre du métropolite de Glyfada, Paul, aux Uniates Grecs

Traduction anglaise :
OODE, Athènes
traduction française : Stmaterne


—————————————-


À L'EXARQUE APOSTOLIQUE DES CATHOLIQUES DE RITE BYZANTIN DE GRÈCE

Voula, le 4 Novembre 2008

Protocole N° 1562

A l'exarque apostolique
Des catholiques de rite byzantin de Grèce
M. Demetrios Salahas

Cher monsieur,

"Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur!"

Il y a quelques jours, j'ai été informé du contenu de votre homélie, prononcée lors de votre ordination-intronisation comme évêque des catholiques de Grèce de rite byzantin. C'est à ce sujet que je vous écris les pensées que cela m'inspire, avec tout le franc-parler d'un évêque Orthodoxe de l'Église de Grèce; quelqu'un qui est né à Hermoupolis sur l'île de Syros, et qui a été élevé et a vécu dans son île natale jusqu'à la fin de ses études secondaires dans l'école supérieure renommée de Syros.

Votre homélie, bien longue, a été adressée au troupeau d'une " communauté ecclésiale numériquement faible de fidèles, à Athènes et Yannitsa." Ces fidèles, d'après votre exposé, sont "en pleine communion avec l'église de Rome," bien "qu'appartenant à la tradition byzantine orientale." Et vous continuez, insistant sur "cette double identité ecclésiale qu'ils ont – comme catholiques et orientaux – étant en pleine communion avec le siège apostolique de la vieille Rome et son primat l'évêque de Rome, et en même temps restant loyaux aux traditions patristiques sacrées, aux trésors théologiques et à la Divine Liturgie de l'Orient Chrétien, enrichit cette même Église catholique de Grèce – qui appartient historiquement dans sa presque totalité à la tradition occidentale latine – et cela constitue une expression de "l'héritage commun," la communion et l'unité au sein de l'Église catholique elle-même."

Cet esprit, qui transparaît dans nombre de paragraphes de votre discours, a été un peu plus loin embellit par l'affirmation que "notre vision et notre état d'esprit est unifiant et non pas 'Uniate'," et fut renforcé par votre supplique : "ne me considérez pas comme un Uniate, mais comme un hiérarque unifiant," condamnant de plus "catégoriquement tout acte de prosélytisme, d'où qu'il puisse provenir."

Vu vos affirmations précitées, permettez-moi je vous prie, de vous poser quelques questions – qui surgissent de ma propre expérience de nombreuses années de vie à Syros [1], de même que de ma familiarité avec la manière de coexister entre Orthodoxes et catholiques-romains – des questions qui, bien entendu, expriment mes préoccupations propres et personnelles :

Êtes-vous conscient à quel degré le mode d'opération de votre communauté ecclésiale provoque de la confusion parmi les fidèles de l'Église Orthodoxe, dans les innombrables communautés urbaines de ces 2 cités, et en particulier dans le faubourg athénien très peuplé de Patisia, rue Acharnon, que nombre d'Orthodoxes fréquentent, ignorant le véritable arrière-plan ecclésiologique et théologique qui est tapi derrière une apparence extérieure orthodoxe?
Pourquoi donc votre clergé porte-t-il les vêtements canoniques de la Tradition Orthodoxe, construit des églises dans le style Orthodoxe oriental, accomplit les Offices sacrés selon les Rites de l'Église Orthodoxe Orientale, utilise essentiellement les livres liturgiques publiés par l'organisation "Apostoliki Diakonia" [= diaconie apostolique] de l'Église de Grèce? N'est-ce pas précisément ce qu'est l'uniatisme? N'êtes-vous pas un évêque uniate? Que signifie exactement "hiérarque unifiant"?

Quel est la nécessité pour un Uniate d'être présent dans les dialogues théologiques entre l'Église Orthodoxe et la confession catholique-romaine? Est-ce ainsi que l'union va prospérer? Ne serait-ce pas un geste de bonne volonté de la part du pape de Rome – pour le progrès des dialogues théologiques – que de ne plus nommer un évêque uniate, exarque pour les catholiques de Grèce de rite byzantin? Pourquoi une telle persistance du pape de Rome pour l'uniatisme?
Êtes-vous capable d'estimer ce que représente vraiment ce "petit nombre de membres" de la communauté des catholiques de Grèce de rite byzantin, et de justifier pour quelle raison il y aurait un besoin d'élire et d'instituer un évêque Uniate en Grèce?

Si votre communauté est en effet numériquement petite – même avec les récents groupes de fidèles artificiellement augmentés – pourquoi ne pourraient-ils pas être desservis par les pasteurs du clergé de confession catholique-romaine en Grèce? Pourquoi ces gens ne pourraient-ils pas être administrés par des évêques catholiques-romains, qui sont reliés au vatican de manière évidente et manifeste; dont les vêtements religieux sont de tradition latine – comme ceux qui participent à vos ordinations (comme on le voit dans les photos concernées) – de sorte que votre communauté puisse apprendre à connaître Jésus-Christ de cette manière?

De plus, à chaque fois que je me souviens de l'hospitalisation sans problème de mon inoubliable mère il y a 20 ans, dans l'hôpital Pammakaristos [2], ce souvenir est toujours gâté par la question posée à l'époque par l'aumônier de l'hôpital, d'apparence Orthodoxe (mais catholique-romain de croyance) : "Voulez-vous que je vous apporte la Sainte Communion?" Malgré la préparation théologique de ma mère et son état de conscience, et le fait qu'elle lui donna la réponse appropriée : "Non, merci, j'ai un fils qui est prêtre et il veillera assurément à ce que je reçoive la Communion d'une manière Orthodoxe;" nous nous demandons si vous poursuivez cette même tactique, dans le domaine sensible de la douleur et de la consolation.. En effet, que faites-vous dans les autres hôpitaux?

Je me demande quels étaient le motif et l'objectif cachés du chant d'un "Trisagion" [3] au cours des funérailles à Rome du pape récemment défunt, par du clergé Uniate, tant évêques que prêtres, habillé en Orthodoxe, et selon le Rite Orthodoxe, et en grec?

Tous les faits précités donnent l'impression – à une multitude de personnes intelligentes et prudentes – de comporter des actions de prosélytisme, et de tentative de s'emparer des âmes des Chrétiens Orthodoxes par des moyens sournois.


Notre souhait, c'est que tous ces faits ne soient pas le reflet de la réalité. C'est pourquoi, notre espoir est que vos intentions sincèrement écrites soient vraiment sincères, et ne cachent pas la moindre tromperie, qui offenserait l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique du Christ.

Avec mes prières dans le Seigneur,

Le moindre d'entre les évêques,
Le métropolite

† PAUL DE GLYFADA [4]



------


Notes OODE:

[1] Skyros est une île grecque sur laquelle vit un nombre relativement important de membres de la communauté catholique-romaine
http://en.wikipedia.org/wiki/Skyros

[2] L'hôpital Pamakkaristos est la propriété de l'exarchat gréco-catholique de la communauté catholique-romaine de Grèce

[3] http://www.oca.org/QA.asp?ID=99&SID=3

[4] Glyfada est un faubourg d'Athènes : http://en.wikipedia.org/wiki/Glyfada

[ndt : toute ma gratitude à notre ami Claude pour la relecture-correction]

Aucun commentaire: