"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 novembre 2008

Saint Hilarion le Géorgien, moine et thaumaturge de Thessalonique



http://ocafs.oca.org/FeastSaintsViewer.asp?FSID=103336

Commémoré le 19 novembre
Saint Hilarion le Géorgien était le fils d'un aristocrate Kakheti. Il y avait d'autres enfants dans la famille, mais seul Hilarion fut consacré à Dieu dès sa naissance. Le père d'Hilarion construisit un monastère sur sa propre terre, et le garçon y fut élevé.
A l'âge de 14 ans, Hilarion quitta le monastère et la garde de son père, et s'installa dans une petite caverne, dans le désert de Davit-Gareji (*). Il y demeura 10 ans.
Bien vite, dans tout l'Est de la Géorgie, on apprit l'existence de l'angélique jeûneur et infatigable intercesseur en prière. Des foules s'amassèrent près de sa caverne pour recevoir instruction, bénédictions et conseils. Lorsque l'évêque de Rustavi vint visiter Hilarion, il l'ordonna prêtre. Peu après, il fut élu higoumène de la Laure de saint Davit de Gareji.
Après son ordination, le saint père fut plus que jamais loué par son peuple, et il décida de quitter sa patrie. Hilarion choisit un des frères pour le remplacer comme higoumène du monastère, et partit en pèlerinage à Jérusalem.
En chemin, le vénérable Hilarion fut attaqué par une bande de cruels brigands. Ils essayèrent de tuer le saint père, mais leurs mains se desséchèrent aussitôt. Lorsque les bandits terrifiés comprirent que Dieu les avait punis pour avoir osé lever la main et tenté de tuer le saint, ils tombèrent à genoux devant saint Hilarion et implorèrent son pardon. Le bienheureux père les bénit du Signe de la Croix, les guérit et les laissa repartir en paix.
Saint Hilarion vénéra les lieux saints à Jérusalem, puis s'installa dans une caverne dans le désert du Jourdain – selon la tradition, le saint prophète Élie avait séjourné dans la même caverne.
Une nuit, saint Hilarion eut une vision : il se tenait devant la très sainte Mère de Dieu, au milieu de 12 hommes, sur le Mont des Oliviers, à l'endroit de l'Ascension de notre Seigneur. La sainte Vierge lui dit : "Hilarion, rentre dans ta patrie, et prépare un repas pour le Seigneur, mon Fils!"
Se réveillant, Hilarion comprit cette vision tant avec son coeur qu'avec son esprit, il se leva et repartit aussitôt pour sa patrie.
A son retour en Géorgie, saint Hilarion apprit le décès de son père et de ses frères. Sa mère lui donna, comme unique fils, l'héritage familial.
Le bienheureux Hilarion fonda un couvent avec les ressources qu'il avait héritées, donna des terres à la communauté monastique, et lui donna ses règles. Il rassembla ensuite 76 ascètes fort dignes, et fonda un monastère pour hommes. Il distribua le restant de ses biens aux pauvres et nécessiteux.
Comme autrefois, les nouvelles des exploits spirituels de saint Hilarion se répandirent rapidement dans toute la Géorgie. Nombreux voulurent recevoir ses bénédictions et conseils, mais lorsque le clergé annonça son intention de le faire consacrer évêque, il quitta la Géorgie pour la seconde fois. Il prit 2 compagnons de voyage et partirent ensemble pour Constantinople.
Après le long voyage, Hilarion et ses compagnons parvinrent pour finir au Mont Olympe, en Asie Mineure, et s'installèrent dans une vieille petite église abandonnée. Lors des Vêpres du samedi de la tyrophagie, le responsable des veilleuses du monastère saint Joannice le Grand vint dans cette église pour allumer une veilleuse devant une Icône. Voyant que quelque personnes s'y étaient installées, il leur amena de la nourriture.
Le samedi suivant, lors de la fête de saint Théodore Tyron, le même moine revint dans cette église, et il vit que les frères avaient passé toute la semaine à n'avoir que quelques lentilles pour manger. Ils n'avaient pas touché à la nourriture qu'il leur avait apportée. Alors le moine demanda à saint Hilarion ce dont ils avaient besoin, et Hilarion demanda des prosphores et du vin pour le Sacrifice non-sanglant, l'Eucharistie. C'est ainsi que saint Hilarion put célébrer la Liturgie au moment approprié, recevoir la sainte Communion, et donner les saints Dons aux frères.
Lorsque l'higoumène de la Grande Laure apprit qu'une Liturgie avait été célébrée par un prêtre inconnu, dans une langue autre que le grec, il se fâcha et ordonna à son assistant de cellule et à plusieurs autres moines de chasser les étrangers de la propriété du monastère. Mais saint Hilarion répondit en grec au serviteur, et demanda la permission de passer la nuit dans l'église, promettant de partir au matin.
Cette nuit-là, la Mère de Dieu apparut dans une vision à l'higoumène de la Laure. Elle se tint au pied de son lit et lui adressa des reproches, disant "Espèce de fou! Qu'est-ce qui t'a poussé à chasser ces étrangers, qui ont quitté leur patrie par amour pour mon Fils et Dieu? Pourquoi as-tu enfreint le commandement de l'hospitalité, et de faire miséricorde à l'étranger et au pauvre? Ignores-tu qu'il y en a beaucoup qui vivent sur cette montagne et qui parlent la même langue que ces gens-là? Eux aussi louent Dieu ici. Celui qui manque de les accueillir, il est mon ennemi, car mon Fils m'a confié de les protéger et de veiller à ce que leur Foi Orthodoxe ne vacille pas. Ils croient en mon Fils et ont été baptisés en Son Nom!"
Le lendemain matin, l'Ancien tomba à genoux devant saint Hilarion, supplia son pardon pour son impertinence, et demanda qu'il veuille bien rester au monastère. Saint Hilarion consola l'ancien et accepta de rester.
Saint Hilarion resta 5 ans sur le Mont Olympe, puis repartit pour Constantinople, afin d'y vénérer la Vivifiante Croix de notre Seigneur. De là, il fit le voyage vers Rome afin de vénérer les tombeaux des saints Apôtres Pierre et Paul. En chemin pour Rome, il guérit par ses prières un homme paralysé. Après avoir passé 2 ans à Rome, saint Hilarion repartit pour Constantinople. En chemin, dans la ville de Thessalonique, le bienheureux Hilarion s'arrêta à la maison du préfet pour se reposer. A son arrivée, une servante portait hors de la maison un garçon de 14 ans, paralysé, et elle le déposa au soleil. Le saint demanda de l'eau à la femme, et lorsqu'elle la lui eu apportée, il bénit l'enfant avec le Signe de la Croix, et le guérit. Aussitôt le garçon courut vers sa maman, et saint Hilarion quitta vite l'endroit.
Mais le préfet, qui était le père de l'enfant, avait vu le miracle se produire, et il ordonna de rechercher le thaumaturge. Lorsqu'ils l'eurent trouvé, ils le lui amenèrent, et le préfet supplia saint Hilarion de rester à Thessalonique, et de se choisir lui-même un lieu pour demeurer et continuer son oeuvre miraculeuse.
Reconnaissant en ce préfet un véritable ami de Dieu, le saint donna suite à la supplique et accepta de rester. Le préfet bâtit une église au lieu choisit par Hilarion, et il ne fallut pas longtemps avant que toute la ville n'ait entendu parler de saint Hilarion et de ses miracles.
Saint Hilarion vécu le restant de ses jours à Thessalonique. Lorsque le Seigneur lui fit connaître le jour de son repos, il appela le préfet, le remercia, et lui donna instruction d'aimer les moines et tous les miséreux, et d'être juste et miséricordieux.
Le saint s'endormit dans le Seigneur le 19 novembre 875, et le préfet affligé lui fit préparer un tombeau de marbre. Ceux qui étaient malades et approchaient de la tombe de saint Hilarion avec foi furent guéris de leurs infirmités.
Le préfet et l'archevêque de Thessalonique informèrent l'empereur Basile le Macédonien (867-886) au sujet des miracles qui avaient lieu sur la tombe du saint père. L'empereur informa à son tour les moines du Mont Olympe venus le visiter, et parmi eux, il advint que se trouvait l'higoumène qui autrefois avait voulu chasser saint Hilarion de l'église. L'empereur Basile s'intéressa aux disciples de saint Hilarion et à ses compatriotes, suite aux récits des miracles d'Hilarion. Les 3 disciples de saint Hilarion lui furent présentés, et l'empereur fut frappé de leur sainteté, au point qu'il les envoya auprès du patriarche de Constantinople pour recevoir sa bénédiction. Reconnaissant aussitôt que les 3 anciens étaient remplis de la grâce divine, le patriarche recommanda à l'empereur de les combler d'honneurs.
Alors, l'empereur invita les 3 anciens à choisir pour eux et pour leurs compatriotes un des monastères de Constantinople. Les pères déclinèrent doucement la proposition, car ils ne voulaient pas vivre dans la grande ville si bruyante. Ils demandèrent plutôt de l'empereur de leur faire construire des cellules hors de la capitale. C'est ainsi que l'empereur fit construire une grande église dédiée aux saints Apôtres, en un lieu que les pères Géorgiens avaient choisit, dans un ravin, où tombait une cascade d'eau fraîche, en bas d'une petite colline, et il se creusa une cellule pour lui-même. Le monastère fut appelé "Romana," du nom du ruisseau.
Plus tard, l'empereur envoya ses 2 fils, Léon et Alexandre, afin qu'ils soient éduqués par les saints pères. L'empereur Basile chercha à ramener les saintes reliques de saint Hilarion dans la capitale, mais le peuple de Thessalonique ne le permit pas. A la fin, il fut nécessaire pour les envoyés de l'empereur de cacher le cercueil sacré et de l'emporter en secret à Constantinople.
L'empereur, le patriarche et tout le peuple se rassemblèrent pour l'arrivée des reliques de saint Hilarion et les reçurent avec des hymnes de gloire et des prières. Avant d'avoir pu construire un mausolée dédié, l'empereur conserva les saintes reliques de saint Hilarion dans sa propre chambre. Trois nuits après l'arrivée des reliques, Basile fut réveillé par un parfum inhabituel. Nul à la court ne pu en découvrir la source.
Lorsque l'empereur se réveilla à nouveau, saint Hilarion lui apparu dans ses appartements et lui dit : "Tu as fait un beau geste en voulant préparer une demeure pour mes restes. Mais le doux parfum que tu sens, il a été gagné dans le désert, pas dans la ville. Dès lors, si tu désires les bénédictions divines, rapporte-moi au désert!"
L'empereur expliqua cet événement merveilleux au patriarche et au préfet, et avec leur consentement, il amena les saintes reliques de saint Hilarion au monastère de Romana.



Temps de tempête sur une baie de Géorgie,
par Frederick Horsman Varley


(*) Le désert de Davit-Gareji se trouve dans le sud-est de la Géorgie. La région tire son nom d'un des 13 Pères Syriens, saint Davit de Gareji, qui s'y était installé. Quelques 20 monastères et sketes, dont la Laure Saint Davit (aussi appelée monastère Davit-Gareji) et le monastère de saint Jean le Baptiste se trouvent dans ce désert de Davit-Gareji. De nos jours, 3 sont encore actifs.

Excellente question SMS de Pieter : quelle relation avec "saint Hilarion d'Ibérie" mentionné (je présume) dans certaines autres traductions du calendrier liturgique pour ce 19 novembre?
Réponse : il s'agit du même saint. L'Ibérie est l'ancien nom d'une partie importante de l'actuelle Géorgie; on parle parfois d'Ibérie caucasienne pour ne pas la confondre avec la Péninsule Ibérique (Espagne & Portugal).

Voir aussi sur le site de Claude Lopez-Ginisty une section dédiée aux saints de Géorgie, aussi peu connus chez nous que nos propres saints Orthodoxes (ça situe..)
http://orthodoxologie.blogspot.com/search/label/Saints%20G%C3%A9orgiens

Quelques uns en anglais, et des notes techniques sur l'hagiographie géorgienne:
http://www.angelfire.com/ga/Georgian/index2.html

et le livre à acquérir (en anglais) :
"The Lives of the Georgian Saints," by Archpriest Zakaria Machitadze
http://www.sainthermanpress.com/catalog/chapter_five/Lives_of_the_georgian_saints.htm


Informations (en anglais) sur le livre, raisons de sa traduction & republication, extraits de diverses Vies :
http://www.pravoslavie.ru/english/7213.htm


mise à jour 20/11

Réponse à la question d'un lecteur (voir commentaires ci-dessous), à savoir quand la Géorgie a-t'elle commencé à recevoir le Christ Sauveur :
c'est sainte Nina, une esclave, qui a apporté le saint Évangile du Salut en Géorgie, dans les années 300 (4ème siècle). Voir ces divers articles en anglais & en français:

http://www.fatheralexander.org/booklets/english/saints/nina_georgia.htm

A pilgrimage to Orthodox Georgia

http://orthodoxie.sosblog.fr/Premier-blog-b1/Ste-Nina-ou-Nino-Egale-aux-Apotres-illuminatrice-de-la-Georgie-14-27-janvier-b1-p183.htm



1 commentaire:

Anonyme a dit…

Savez-vous quand les Géorgiens ont été christianisés ? J'ai vu ici : http://www.villemagne/site_fr/jerusalem-pierre-l-ibere.php qu'au Ve siècle un price géorgien envoyé à la cour de l’empereur Théodose II à Constantinople s'était rendu ensuite en pèlerinage à Jérusalem, mais en Géorgie même, y avait-il déjà des chrétiens à cette époque ?