"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 décembre 2008

Avortement: et pourquoi ne pas plutôt tuer l'autre enfant? (p. Demetrios)


Vladivostok, juillet 2007 : l'Église manifeste contre l'avortement par la prière..


L'avortement est l'actualisation du massacre des saints Innocents.. mais réalisé de manière industrialisée et hypocrite, derrière le voile pudique de la médecine dévoyée...
En France, la femme qui en est la promotrice légale a été reçue à l'Académie Française pour y siéger comme... "immortelle." Encore heureux pour cette personne sans coeur que ni le ridicule ni le scandale ne tuent.. au contraire de la loi mortifère dont elle est si fière d'avoir été la cheville ouvrière..



De: P. Demetrios Carellas
Date: Samedi 22 novembre 2008 10:25 PM
Sujet: Une proposition à propos d'avortement

Quelqu'un m'a envoyé ceci. Cela ne dure pas longtemps à lire, et ne nécessite pas de remarque introductive.
+ P. Demetrios

La sagesse d'un médecin.

Une femme inquiète vint en consultation chez son gynécologue et lui dit : "Docteur, j'ai un sérieux problème et j'ai désespérément besoin de votre aide! Mon bébé n'a pas encore un an et je suis à nouveau enceinte. Je ne veux pas un autre enfant si proche du premier.
Le médecin répondit : "Ok, et que voulez-vous que je fasse?"
Elle dit : "Je veux que vous interrompiez ma grossesse, et je compte sur votre aide pour ça."

Le médecin réfléchit un peu, silencieusement, puis il dit à la femme : "Je pense que j'ai une meilleure solution pour votre problème. Et bien moins dangereuse pour vous, en plus!"
Elle sourit, pensant que le médecin allait accéder à sa demande.
Et lui continua : "Vous voyez, pour que vous n'ayez pas à prendre soin de 2 bébés en même temps, tuons simplement celui qui est dans vos bras. Ainsi, vous pourrez vous reposer avant que l'autre ne naisse. Puisque nous allions devoir en tuer un des deux, ça n'a pas d'importance lequel c'est. Et au moins, il n'y aura ainsi aucun risque pour votre corps, si on prend celui qui est dans vos bras."

Visage horrifié de la femme. Elle glapit : "Oh non, docteur, c'est monstrueux, c'est un crime que de tuer un enfant!"
"Tout à fait d'accord avec vous," répondit le médecin. "Mais vous sembliez être prête à le faire, alors j'ai pensé que c'était en effet la meilleure solution."

Le médecin sourit, voyant qu'il avait bien fait comprendre l'étendue du problème. Il avait réussi à faire comprendre à la femme qu'il n'y avait pas de différence entre tuer un enfant déjà né et un qui était encore dans le sein maternel. Le crime est le même!

Si vous comprenez cela, s'il vous plaît, faites circuler ce texte.
Ensemble, nous pourrons aider à sauver de précieuses vies! AMEN.

P. Demetrios



L'Europe paganisée tue ses enfants en masse
Et elle interdit le retour de la Vie...



à (re)lire : p. Jean Breck, "le statut de l'enfant à naître"

.

Aucun commentaire: