"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 décembre 2008

Dimanche des saints Pères ou Dimanche avant la Nativité (explications & homélie)


Dimanche des saints Pères
http://en.wikipedia.org/wiki/Nativity_Fast#Liturgical_aspects

Le Dimanche avant la Nativité embrasse un panel de commémorations bien plus large encore que le dimanche précédent, en ce qu'il commémore tous les justes qui ont été agréables à Dieu depuis la Création du monde jusqu'à saint Joseph. Les Menées prévoient un service liturgique encore plus complet pour ce jour que pour le dimanche précédent. Aux Vêpres, on lit des extraits de la Vigile de toute la nuit, des péricopes (paroemia) de l'Ancien Testament : Genèse 14,14-20, Deutéronome 1,8-17 et 10,14-21. L'Épître lue à la Divine Liturgie est composée de versets d'Hébreux 11,9-40; l'Évangile est celui de la Généalogie du Christ, dans l'Évangile selon saint Matthieu 1,1-25.



Commémoré le 23 Décembre (en 2008)
http://ocafs.oca.org/FeastSaintsViewer.asp?SID=4&ID=1&FSID=81
Le Dimanche avant la Nativité du Seigneur (célébré entre le 18 et le 24 décembre) est aussi appelé Dimanche des saints Pères. Ce jour-là, l'Église commémore tous ceux qui, au fil des siècles, ont été agréables à Dieu, depuis Adam jusqu'à saint Joseph l'époux de la très sainte Mère de Dieu, ceux qui sont mentionnés dans la Généalogie chez saint Luc 3,23-38. Les saints prophètes et prophétesses sont aussi commémorés, en particulier le prophète Daniel et les 3 saints jeunes gens dans la fournaise (17 décembre).
Le tropaire du prophète Daniel et des 3 saints jeunes gens ("Ils sont grands les exploits de la foi..") est assez semblable au tropaire de saint Théodore le Conscrit (17 février & premier samedi du Grand Carême). Le kondakion à saint Théodore, qui souffrit le martyre du feu, nous rappelle aussi qu'il avait la Foi comme cuirasse (cfr 1 Thess. 5,8).



il y avait foule à la paroisse grecque de Chatelineau, ce dimanche, où on m'a fait la grâce de me faire proclamer le saint Évangile et de lire cette belle généalogie mystique du Christ. Ca sera encore mieux pour Noël - Il vient, le Seigneur!


Archevêque Seraphim: Dimanche avant la Nativité ou dimanche des saints ancêtres du Seigneur
http://www.archdiocese.ca/e_bishop/desk/2006/2006.12.17.SundayBeforeNativity.htm
Hébreux 11,9 – 10, 17 – 23, 32 – 40; Matthieu 1,1 - 25
Au Nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.

Je suppose que nombre d'entre vous ont déjà vu ce vieux film appelé "It’s a Wonderful Life" ("La vie est belle", de Frank Capra, 1946). Vous devriez pouvoir le trouver dans votre vidéo-club habituel. C'est une belle histoire, mais elle n'est pas particulièrement chrétienne, nottament cette histoire d'anges qui retrouvent leurs ailes quand les cloches sonnent. C'est vraiment un peu trop sentimental, moderniste. Cependant, ce film dit quelque chose d'intéressant.
Si vous ne connaissez pas l'histoire, je vous la résume : c'est un homme qui est tenté de se suicider parce que soudainement, sa vie est devenue un enfer. Un ange vient le voir, et lui montre comment la vie autour aurait été différente s'il n'était pas né. Il avait fait un voeu du genre de ne jamais avoir dû naître, et il pensait que sa vie était un échec complet, et inutile. Il avait mené son entreprise à la faillite, etc. Je ne vous raconterai pas tout. Mais s'il n'avait pas vécu, toutes sortes de catastrophes auraient eu lieu. Il était une sorte de catalyseur pour les bonnes choses dans la vie d'autres personnes. Lorsque des gens sont tentés par le diable de cette manière-là, c'est bien une des choses qu'ils n'arrivent pas à voir : comment serait la vie sans eux. Ils oublient que même si leurs vies peuvent être pleine de souffrance, le Seigneur les utilise pour que du bien surgisse de nombre de manières inattendues.
Il est important que nous nous souvenions de ce détail précis en ce jour où nous commémorons les ancêtres du Seigneur. Nous entendons la généalogie du Seigneur jusqu'aux origines, 14 générations fois 3. Tous ces gens qui sont repris dans la généalogie sont des gens qui ont préparé le chemin pour la venue du Christ. Ils sont ceux dont les vies ont dit "oui" au Seigneur, préparant la voie pour que la Mère de Dieu elle-même prononce son "oui" ultime. Son "oui" dans la vie n'a pas été juste un "oui" à l'Incarnation, mais aussi un "oui" au Sauveur pour tout dans toute sa vie. Si un de ces ancêtres de la généalogie aurait dû ne pas être né, elle n'aurait pas été convenablement préparée pour devenir la Mère de Dieu.
A présent, nous vivons après le fait, après le fait de l'Incarnation. La même chose s'applique à nous, à vous, et à moi. Chacun d'entre nous a été créé comme personne unique par le Seigneur. Il nous aime chacun de manière unique. Aussi pénible, douloureuse, et pleine de malheur que notre vie puisse parfois nous paraître (et parfois nous semblant à nos yeux totalement inutile), au moins nos vies sont inutiles. Nous traversons toutes ces difficultés dans nos vies avec les yeux de notre coeur tournés vers le Seigneur. C'est important pour nous que nous surmontions toutes ces difficultés, avec nos yeux tournés vers le Sauveur, avec pleine confiance en Lui.
Tôt ce matin, j'ai reçu un appel téléphonique, alors que j'étais seulement occupé à me lever; c'était une famille habitant quelque part à l'Est, fraîchement émigrés dans ce pays, et qui avaient un tas de difficultés. Ils parlaient suffisamment bien la langue d'ici, donc là n'était pas la source de leurs ennuis. Ils étaient arrivés et devaient faire face à toutes les difficultés qu'un immigré peut rencontrer. C'était une grande famille, dont la plupart n'avaient pas le droit de travailler. Ils n'avaient pas d'argent, et ils luttaient et luttaient. Cependant, ils étaient décidés à garder leurs coeurs tournés vers le Sauveur, et de faire ce qui leur avait été enseigné, à savoir de Lui faire confiance, quand bien même ils avaient envie de tout laisser tomber et de fuir au loin. Grâce à leur fidélité, le fait qu'ils mangeaient une prosphore, et ils buvaient un peu d'eau bénite tous les matins comme le font les fidèles croyants, pour finir, les portes s'ouvrirent, et ils obtinrent enfin leurs cartes d'identité, et de là, leurs permis de travail. Ils voulaient juste m'appeler ce matin pour rendre grâce à Dieu pour le fait que tout cela était finalement arrivé, et malgré toutes les difficultés qu'ils avaient à s'installer dans ce pays, le Seigneur leur avait ouvert les portes pour un futur emploi. Je connaissais cette famille depuis plusieurs années, quand ils étaient encore en Europe. Ce sont de très bons fidèles qui pourront faire beaucoup de bien pour notre Église dans ce pays. Ils ont aussi un don en matière d'agriculture. J'attend de voir ce que le Seigneur va faire avec cette famille-là.
Et il en est de même pour vous et moi. Nous luttons. Oui, nous luttons, mais le Seigneur est avec nous. Mais sans nous, sans notre persévérance, et notre lutte, d'autres pourraient chuter et être perdus. Le Seigneur ne nous montre pas toujours, ni à vous ni à moi, qui est touché par notre fidélité, bien que parfois nous puissions en recevoir un aperçu. Mais ce qui est important, ce n'est pas à quoi je sers dans le monde. Car ici en Amérique du Nord, nous sommes bien trop matérialistes: tout est question d'utilité. A quoi peut bien servir une fourmi pour l'humain? Est-ce qu'un hippopotame a une utilité pour l'homme? C'est la manière dont nous ne cessons d'évaluer les choses. En quoi une personne est-elle utile à une autre? Quelle dégradation de la dignité de la Création de Dieu!
Notre valeur ne se situe pas dans notre mérite utilitaire. Notre utilité est dans ce que nous sommes: en premier lieu, le fait que nous existions. Que nous ayons un impact positif sur les autres, certes, c'est bien, mais ce qui est important, c'est que Dieu nous ai créé, vous et moi. Il nous a créés parce qu'Il nous aime. Peu importe la manière précise dont cela c'est passé, que les professeurs et scientifiques comprennent tous à présent, et qui est enseignée dans les écoles. Les êtres humains naissent et ont été créés de la sorte depuis des millénaires. Ce qui importe, c'est qu'il s'agit de l'amour de Dieu. C'est ce qui est sous-jacent qui est important.
Tout ça, c'est parce que Dieu nous aime. Il vous aime, et Il m'aime, tous d'une manière unique, et Il nous aime tous ensemble parce qu'étant Ses enfants. Notre valeur est dans cet amour qui nous crée, et cet amour qui nous fait vivre. Cet amour, et cette communion entre nous et Lui, c'est vraiment ça qui est notre valeur, à vous et moi. Oui, il est bon qu'il y ai tant d'effets positifs invisibles et inconnus dans la lutte, et dans la vie de chacun d'entre nous. In fine, ce qui reste toujours le plus important, c'est que Dieu nous aime. Nous L'aimons, et nous vivons dans cet amour.
C'est bien de tout cela qu'il s'agit dans la généalogie entendue ce jour. Alors répondons à
cette manifestation de l'amour de Dieu pour nous, ce souci maternel qui nous est montré dans cette généalogie : le soin tendre, unique et personnel qu'Il donne à chacun d'entre nous. Rendons grâce au Seigneur pour cela, et vivant à la lumière de cela, menons une vie qui glorifie notre Sauveur, Jésus-Christ, avec Son Père, Qui est éternel, et Son tout Saint, bon et Vivifiant Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.


† Seraphim

Archdiocèse du Canada - Orthodox Church of America






.

Aucun commentaire: