"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 décembre 2008

Pèlerin à Vatopedi (guide 1993 du monastère - Athos)

Vatopedi, la cour, le réfectoire, etc, vus de l'hôtellerie ce 29/10/2008


http://en.wikipedia.org/wiki/Talk:Vatopedi_monastery



Theotokos Pyrovolithissa


J'entrai dans le monastère à midi en passant par une lourde double porte en bois toute cloutée. Au dessus de moi, dans un coffret en verre, une Icône de la bienheureuse Vierge appelée la "Pyrovolitisa." Comme je l'apprendrai par la suite, l'Icône tient son nom du fait qu'un soldat turc lui avait tiré dessus ("pyrovolo" – tirer) en 1822; la balle avait troué la main droite de la Vierge. Suite à cela, le soldat devint fou, et se pendit à un olivier en dehors du monastère. Cette Icône est une des nombreuses Icônes locales de la sainte Vierge; chacune a sa propre histoire, inspirante, et des événements miraculeux qui lui sont associés. L'influence de la Vierge est ressentie partout dans le monastère, comme elle l'est partout sur la sainte montagne de l'Athos. L'église principale de Vatopedi (katholikon) est dédiée à l'Annonciation, et le monastère renferme aussi une sainte relique de la Vierge, la sainte Ceinture. Le nom du monastère provient de 2 mots grecs, "vatos", qui signifie un buisson de ronces, et "paidi" qui signifie un enfant. Arcadios, le fils de l'empereur Théodose de Constantinople, fut sauvé de la noyade par l'intervention de la sainte Vierge : il fut miraculeusement ramené à terre, et par la suite, des marins le retrouvèrent endormi sous un buisson de ronces. En remerciement pour ce miracle, l'empereur reconstruisit le monastère, qui avait été détruit auparavant par Julien l'Apostat.

La Mère de Dieu sauve Arcadios
détail d'une chalcographie du monastère, 1792



Théodose, monnaie impériale


Afin d'atteindre la maison d'accueil, j'ai dû parcourir la cour intérieure. On la dirait sortie d'un conte de fées, avec son pavement de vieilles dalles tout en pente, et tout autour ces bâtiments colorés et majestueux. L'église centrale, toute rouge, datant du 10ème siècle, qui possède une tour à horloge, est au fond de la cour. A côté de l'église se trouve la tour avec le clocher – le plus grand et le plus vieux de l'Athos. En face de l'église on trouve le magnifique réfectoire en forme de croix grecque, dont l'intérieur est orné de fresques du 18ème siècle. Dans cette cour, on trouve aussi les chapelles des saints Côme et Damien ainsi que de la Sainte Ceinture, le magasin à huile, et la boulangerie. La cour elle-même est entourée par les bâtiments qui s'élèvent haut, faisant ressembler les murs du monastère à une forteresse. Ces bâtiments comportent le secrétariat, les quartiers de l'higoumène, l'infirmerie, la bibliothèque, l'hôtellerie principale et les cellules des moines. Cette apparence de forteresse est un héritage du turbulent passé de Vatopédi, qui a été dévasté par les Arabes, pillé par les Turcs et mis à sac par les pirates Catalans.

Dans l'hôtellerie datant du 18ème siècle, on m'a offert un loukoum, un verre d'eau et un petit verre d'une boisson semblable à l'ouzo. Les grandes chambres se trouvant en haut sous les toits étaient propres, et pouvaient héberger 6 personnes fort confortablement. La fourniture de propres essuies, bien rangés sur le lit, et d'une paire de pantoufles en dessous du lit, donnait une sensation de chez soi. La vue depuis la chambre était spectaculaire; du genre que si cela avait été un hôtel, j'aurais payé cher pour avoir celle-là. Vatopedi est situé sur la partie nord-est de la péninsule de l'Athos, et est tournée vers la Mer Égée, où de petits bateaux de pèche blancs vifs sillonnent silencieusement ses eaux sereines, pendant que des cormorans plongent merveilleusement et frôlent sa surface.

Les Vêpres commençaient à 19 heures, alors que l'horloge de la cour en indiquait 22. La vie monastique à Vatopedi est fixée sur l'heure de l'empire romain du temps de Constantinople, une heure qui varie entre 3 et 6 heures de plus par rapport à notre temps "du monde de dehors;" un rappel que vous êtes de passage dans ce monde ancien. L'Office était bref par rapport à l'Office de 4 heures en pleine nuit, et fut suivit du souper. Ce dernier fut partagé dans le réfectoire, où je me retrouvai assis avec les autres hôtes à une table en marbre en forme de fer à cheval. La nourriture était simple, saine et abondante, comportant fruits frais et légumes, olives et pain. Il n'était pas permis de parler pendant le repas; un moine lisait un saint livre depuis un pupitre élevé au centre du bâtiment. De temps à autres, l'higoumène faisait arrêter la lecture, et il développait ou expliquait un passage. Il fallait manger avec une certaine hâte, car après 10 minutes, à la suite des prières, les moines sortaient, suivis de tous les hôtes.




L'Office de Complies était ensuite célébré dans le katholikon. Après l'Office, on nous fit faire la visite de l'église principale. En plus d'un bref aperçu historique du monastère, on nous raconta l'histoire de certaines des Icônes, y compris celle de la Théotokos Esphagmeni ("sphago," massacrer). Le sacristain de l'église, à l'époque de l'empire, à cause de ses charges, arrivait souvent en retard pour ses repas, et un jour, le moine en charge du réfectoire lui refusa le repas. Il retourna à l'église, en colère, et se tourna vers la Vierge en disant "combien de temps encore vais-je devoir te servir et peiner ainsi, alors que toi tu ne te soucie même pas de ce que je devrais manger?" Puis il prit un couteau et frappa l'Icône, en pleine face de la Vierge. Aussitôt du sang en jaillit, et le moine tomba aveugle et fou. Il resta 3 ans durant dans cet état, années pendant lesquelles il ne cessa d'implorer le pardon de la Vierge. Elle apparu un jour à l'higoumène, lui disant que le sacristain avait été pardonné, et que sa santé mentale et sa vue seraient guéries, mais que la main ayant causé l'offense serait condamnée lors de la Parousie. Lorsque le moine mourût, et que quelques années plus tard son corps fut déterré [pour porter le crâne à l'ossuaire; ndt], tout son corps était décomposé, sauf la main de l'offense, qui resta intacte mais totalement noire.
Une autre importante Icône, c'est celle de la Théotokos Paramythia; une Icône qui montre toute l'étendue de l'amour de la Mère de Dieu pour l'humanité, et la liberté d'une mère pour parler et implorer son Fils. A l'époque de l'empire, l'higoumène entendît l'Icône dire "n'ouvrez pas les portes du monastère ce jour, mais allez sur les murs et chassez les pirates." L'Icône répéta les paroles, et alors que l'higoumène faisait demi-tour, il vit le Saint Enfant placer Sa main sur la bouche de la sainte Vierge et dire : "Mère, ne veille pas sur ce troupeau de pécheurs; laisse-les passer par l'épée, car ses impiétés se sont multipliées." La sainte Vierge, retirant la main du Christ de sa bouche, tourna sa tête vers le côté et répéta pour la 3ème fois à l'higoumène les mots qu'elle avait dit. Le monastère fut ainsi sauvé d'une attaque de pirates.


La Theotokos Paramythia
source


Il y a aussi nombre de saintes reliques dont : la sainte Ceinture fabriquée et portée par la sainte Vierge; le crâne de saint Jean Chrysostome; et une parcelle de la Vraie Croix. Vatopedi possède aussi une grande collection de manuscrits, dont "la géographie" de Ptolémée, et un fragment des 4 Évangiles datant du 6-8ème siècle.

[ndt: la sainte Ceinture a été ornée de fil d'or par une impératrice et a vécu une histoire mouvementée qui l'a vue finir en 3 morceaux..]

Au crépuscule, les portes extérieures du monastère sont refermées, et les moines se retirent pour une nuit de prière. L'Office matinal commençait à 4 heures (7 heures du matin en heure impériale, si vous préférez), et était annoncée par une rythmique frappée sur un talanton en bois [grande planche sculptée]. Les hôtes ne sont pas obligés de participer au long Office dans son entièreté. Cependant, assister à la transformation de l'église, passant des ténèbres à la lumière, avec les visages des saints sur les Icônes et les murs peints qui sont toujours plus illuminés alors que les rayons du soleil se diffusent depuis le haut; respirer le puissant et parfumé encens; écouter le profond et vibrant chant Orthodoxe oriental, tout cela, c'est assister et rendre témoignage à un acte de vénération qui est resté immuable depuis des siècles, et ça vaut vraiment l'effort.

Ensuite venait le petit déjeuner, qui n'aurait pas dénoté s'il avait eu lieu à l'heure du dîner, vu qu'il comportait du vin blanc bien rafraîchissant et des fèves cuites; puis je m'en allai, comblé des bénédictions des moines.

Entrer dans le monastère de Vatopedi, c'est entrer dans le monde historique de l'empire romain à l'époque de Constantinople, et bien que je sois heureux d'avoir pu le faire, je savais que je n'avais fait qu'effleurer la surface de ses trésors matériels et spirituels.

Source: "A Pilgrim’s Guide to The Great and Holy Monastery of Vatopaidi," Mount Athos, 1993


**********************

notes de traduction:
1. Dans le texte original, au lieu de l'expression "empire romain au temps de Constantinople," il y a l'expression plus courte de "byzantin", que j'utilise régulièrement. C'est pourtant une erreur historique, même si ça raccourcit le texte! Car en 326, Constantin le Grand, qui avait déménagé de Trêves en Gaule Belgique vers Byzance (Βυζάντιον), et fait effectuer de grandissimes travaux dans cette ville, la fit renommer Constantinople (Κωνσταντινούπολις). Le mot "byzantin" pour qualifier l'empire romain et sa survivance en Orient après l'effondrement en Occident en 476 appartient aux intellectuels français du 19ème siècle, pas au langage de l'Église. Mais bon, admettons que c'est commode et rapide comme raccourci.. tant qu'on n'oublie pas la réalité que cela couvre!
2. La version francophone du guide ne possède pas ce texte, d'où sa traduction pour le lectorat de Saint-Materne.
ISBN-10: 960-85391-2-9

à (re)lire : saint Gennadios de Vatopedi et l'Icône de la Mère de Dieu Elaiovrytissa
http://stmaterne.blogspot.com/2008/11/saint-gennadios-de-vatopedi-et-licne.html


Vatopedi vu du ciel – ancienne photo (c) Unesco


David et le Lion, Psautier, 11ème s.
Monastère de Vatopedi, codex manuscrit 761m f1 1v.

Les moissons. Monastère de Vatopedi, codex 602, fol. 415v (13ème s.)



timbre de la poste de Grèce, pour le millénaire du monastère



Рождество Христово.
Ръкопис от XIV в. от Ватопедския манастир в Св. Гора (Атон).
Източник: The Friends of Mount Athos




(c'est sur la terrasse sur les "excroissances blanches" en haut à droite du batiment que je faisais sêcher ma lessive ;-)

les dalles du côté gauche dans le katholikon datent du 4ème siècle – c'était une église qui était ici, pas encore un monastère, petite erreur historique du récit du pèlerin ci-dessus.

Theotokos "Pantanassa," autre Icône miraculeuse du monastère
source des 5 photos & Icône ci-dessus

La Théotokos du Mont Athos, sainte souveraine de la sainte montagne
Света Гора (Атон) - ΑΓΙΟΝ ΟΡΟΣ - Святая гора Афон
(sainte montagne de l'Athos)


La Toute Sainte "Paramythia", Icône grecque moderne
ΠΑΝΑΓΙΑ Η ΠΑΡΑΜΥΘΙΑ

.

Aucun commentaire: