"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 décembre 2008

Sainte Samthann, abbesse Orthodoxe de Clúain Brónaig (Clonbroney, + 739)


Clonbroney se trouve en Irlande, (Meath, comté de Longford), vers le centre de l'île. Cluain signifie "pré". Samthann (Samthana, Samtana), d'après une étymologie populaire, s'interprète "feu d'été."
Samthann est morte en 739; certains mentionnent sa fête au 18 décembre.
La sainte fut d'abord prieure à Urney, entre Tyrone et Donegal. Mais son activité s'exerça surtout dans le Comté de Meath. Les § 20 et 24 de sa Vie sont d'une haute portée spirituelle. La Vita de cette Mère de l'Église de l'Occident Orthodoxe est cependant intéressante dans son ensemble. La version entière est tardive, résumant une version antérieure, perdue, mais elle ne comporte pas d'erreurs historiques (sauf §26) et les noms propres se prêtent à des recoupements concordants.
Par la prière, Samthann tira une âme de l'Hadès (§ 13); c'est un exploit attribué à très peu parmi les grands Saints Chrétiens. Arriver à arracher une âme de l' Hadès par la prière n'était cependant pas quelque chose d'inhabituel chez les saints Irlandais; un érudit a même appelé cela une "caractéristique presqu'exclusivement Celtique."
Samthana serait normalement la moniale Irlandaise qui fonda l'abbaye de Clonbroney près de Granard dans le Comté de Longford. Une tradition locale rapporte que le couvent de Clonbroney aurait été fondé par saint Patrick pour les filles de son maître précédent, Milchu. Une autre petite tradition affirme qu'il fut fondé par les disciples de sainte Brigitte. Mais par la suite, on attribua à Samthann cet honneur. Ce couvent fut un des 3 plus importants d'Irlande, avec ceux de Kildare et Cloonburren. Sa dernière abbesse connue mourut en 1160.
La vénération de Sainte Samthann fut introduite sur le Continent et promue par saint Virgile de Salzbourg (27 novembre). Son nom est présent tant dans la Litanie que dans le Canon du Missel de Stowe, de même que dans l'ancienne Litanie de Salzbourg, Autriche.

Résumé de la Vie de sainte Samthana


1. Samthann était d'origine ultonienne, c'est-à-dire que sa famille venait de l'Ulster. Son père s'appelait Diamran (Diamaran, Dimaran, Diaran) et sa mère Columba. Elle fut employée chez le roi du pays, dans l'actuel comté de Longford, qui décida de la marier avec un noble. Le noble eut une vision avant ses noces vers minuit, il voyait le lit où Samthann reposait avec les 2 filles du roi ses compagnes, éclairé comme d'un rayon de soleil. Alors il allait à sa jeune femme, qu'il trouvait la face inondée de lumière. Et il était heureux de cette épouse baignée de clarté. Les noces furent célébrées. Au soir, dans la chambre, le jeune homme dit à Samthann "Déshabille-toi." Elle répondit "Attendons que la maisonnée dorme." Il consentit, et s'endormit. Elle suppliait Dieu de sauver sa virginité. Dieu l'entendit. Vers minuit, toute la demeure parut flamber : c'était comme si une flamme avait jailli de la bouche de la vierge jusqu'aux toits. Un cri retentit au dehors : tous, au dedans, bondirent pour éteindre le feu.
2. La vierge en profita pour aller se blottir dans des fougères voisines. Le feu cessa. Il n'avait rien brûlé. Au matin, le roi trouva la vierge, qui lui dit : "Ton palais a brûlé? Non. - - Ah! j'en remercie Dieu... Mais pourquoi avez-vous tenu à marier une pauvre servante du Dieu tout-puissant? -- Eh bien je ne te livrerai plus à un homme. Décide de ton sort. - - Offrez-moi en épouse à Dieu." Le roi plia les genoux, et dit "Nous t'offrons au Fiancé divin que tu désires." Alors elle entra dans un monastère, avec la permission de son mari. Elle y fut bientôt cellérière dévouée et fidèle.

3. Un jour, un lépreux, sur la rive de l'étang, implorait le passage. Samthann le passa elle-même sur son bac. Elle lui donna une vache et son veau et ajouta la majeure partie de son propre manteau, comme saint Martin. Et puis le lépreux disparut, laissant la vache et le veau. Quant au manteau, intact pas de trace de déchirure!

4. Samthann était donc cellérière. Il y avait au monastère un pot de beurre qui suffisait depuis un an aux besoins des soeurs et des hôtes : quelle bénédiction! Un jour, une postulante entre dans la salle aux provisions, et dit devant le fameux pot "Apparemment, de beurre, on ne manquera jamais!" Là-dessus, la vierge sainte arrive, et trouve le pot vide. D'abord ahurie, elle se reprit et dit "Oui... Ici on ne sera jamais dans l'abondance." Et cela s'est réalisé.

5. La fondatrice d'un monastère vit en songe Samthann qui arrivait sous forme d'étincelle, et tout brûlait. Elle dit à ses soeurs "Samthann est ardente du feu de l'Esprit-Saint. Ses vertus feront briller notre maison." Et elle lui déféra le commandement.

6. Samthann devint supérieure. Elle fit bâtir un oratoire en bois. Un jour, un de ses charpentiers, dans la forêt, se disait "Ah! si on avait 40 pains, du beurre, du fromage et du lait!" Tout cela aussitôt arriva. La servante du Christ lui dit en souriant : "C'est bien ce que tu voulais? - Pour ça oui, mère. Ni plus ni moins! " Et l'on mangea commodément, remerciant Dieu et Sa servante.

7. Samthann fit prier le roi Kennedus [probablement Cinaed (+ 728)] de libérer un prisonnier. Le roi refusa. Nouvelle ambassade. "Si le roi ne le délivre pas, dites au captif : Au Nom de la Sainte Trinité, sois délié, et viens en paix à Samthann, servante de la Trinité." Le roi refusa. Le captif, informé, dit "Je crois en elle." Le roi doubla les liens, posa 8 gardes à la porte du cachot, et 8 à la porte de la place. A minuit, les liens tombèrent. Notre homme passa devant les premiers gardes.
"Eh ! là! qui es-tu? - Je suis Fallamain, qui étais prisonnier. - Si c'est toi, ne l'dis donc pas!" Il évita le 2ème poste, et parvint chez la sainte.

8. Par sa prière, la vierge rendit inoffensives les bêtes de l'étang qui nuisaient aux hommes et au bétail.

9. Avec le lait d'une seule vache, la vierge nourrit un jour largement 50 hôtes.

10. Pour nourrir un abbé avec 140 personnes, elle prit une mesure de farine qu'elle divisa en 2 : cela fournit à manger et à boire pour une semaine.

11. Un clerc mondain vint au monastère des soeurs; il remarqua une jolie fille et une amourette se noua. Il devait l'attendre à la forêt voisine. Avant de partir, le clerc vint saluer Samthann et se recommander à ses prières. "N'ennuie pas mes soeurs par des paroles qui seraient des pièges, ni par de mauvaises actions. - Oh! Jamais de la vie, mère!" Arrivé à une rivière, il entre dans l'eau. Elle monte, il en a jusqu'à la ceinture. Une énorme anguille le mord aux reins et le ceinture vigoureusement. Affolé, il revient à la vierge de Dieu, s'effondre à genoux, demande pardon. Samthann pardonne, l'anguille tombe. Le clerc jura qu'il n'entrerait plus dans un monastère de vierges.

12. Les gens du Connaught et le peuple de Tethbra firent la paix après un long conflit. Le roi de Tethbra retint en otage le fils d'une veuve. Sur la demande de celle-ci, Samthann envoya au roi sa prieure avec 5 vierges et 2 hommes, pour demander la libération de l'otage. "J'accorderai tout, répondit le roi, sauf cela." Alors la prieure dit au détenu : "Au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ et de sainte Samthann Sa servante, laisse tes chaînes et viens avec nous." Malgré une garde renforcée, il fut bientôt avec l'ambassade de l'abbesse.

13. Un bienfaiteur du monastère ne partait jamais en guerre sans avoir demandé une bénédiction à Samthann. Un jour, il omit cette précaution, et fut tué. A l'heure où il mourait, la sainte dit aux soeurs : "Priez bien! Notre ami Fland a son âme menée par les démons au lieu des tourments." Elle entra en extase, puis, après un moment : "Remerciez Dieu. Il a fait passer l'âme des tourments au repos."

14. Pour agrandir le monastère, on devait déplacer des locaux. Un immense personnel était indispensable au transfert de l'oratoire. On demanda des renforts. Mais la sainte pria si bien que 8 hommes seulement purent effectuer le travail.

15. Les ouvriers étaient avec la prieure Nathea dans la forêt à prendre du bois pour le nouvel oratoire. On allait abattre un arbre; le maître du chantier dit : "S'il tombe par ici, ça n'ira pas; par là, ça ira." L'arbre s'inclinait du mauvais côté, quand la prieure, qui avait sur elle la ceinture de Samthann, la fit poser dans cette direction. Un coup de vent violent, et l'arbre s'écroule en sens inverse. [Voir dans la Règle de saint Isidore de Séville, 20 (Patrologie Latine t. 88, col. 889) où là aussi c'est le prieur qui s'occupe des charpentiers et artisans.]
16. La prieure et les bûcherons cherchaient des pins. Rien pendant 3 jours! Le quatrième, on allait rentrer chez soi, quand Nathea vit en songe Samthann qui lui dit : "Coupez les saules; vous trouverez là des pins abattus." Au jour, on exécuta l'ordre et on trouva les pins. Le propriétaire de ce bois intervint: "Il faut me payer ces arbres!" Santhea consentit. La nuit suivante Samthann apparut au propriétaire. "Quoi? tu veux retirer à Dieu ce qu'on lui offre?" Et de son bâton, elle frappa l'homme au côté : "Misérable, si tu ne te repens pas, tu mourras bientôt." L'homme lâcha ses troncs. Les gens du pays prêtèrent 60 paires de boeufs, qui traînèrent tout ce bois au monastère.

17. [Probablement après la mort de Samthann], le roi Niall (763-778) demanda le bâton de la sainte, pour l'orner d'or et d'argent. Mais le bois était tordu et vieux, et se prêtait mal aux enjolivements. On accrocha le bâton au-dessus du lit royal. A cause de la dévotion du roi et des vertus de la sainte, le Christ redressa le bâton.

18. Deux moniales vivaient près du monastère de l'abbé Kynnechus (Cainnech, 11 octobre). L'une d'elles tomba enceinte par suite d'une suggestion diabolique et enfanta un fils. Pour éviter le scandale, elle ne voulut pas le nourrir. Les 2 soeurs allèrent trouver Samthann avec le bébé. Celle-ci recueillit l'enfant et fit partir les soeurs nuitamment, pour éviter tout bavardage fâcheux. Dans un bois, elles tombent sur des voleurs. Mais le Seigneur fit s'ouvrir un tronc d'arbre énorme : l'écorce se referma sur elles dès qu'elles furent à l'intérieur. Et voleurs de chercher en vain. Les soeurs purent repartir tranquilles. Samthann fit instruire l'enfant, qui devint un abbé illustre au monastère de saint Cainnech.

19. Samthann voyageait en char quand elle trouva sur son chemin un chêne colossal, avec une branche si basse qu'elle ne pouvait passer assise. Elle frappa l'obstacle de son bâton en disant : "Ote-toi!" La branche se leva.

20. Un moine demanda à la sainte comment prier : prosterné? assis? debout? Elle dit : "Dans toutes les postures, il faut prier."

21. Une femme stérile vint trouver la sainte qui la bénit et lui dit : "Tu auras un fils que tu appelleras Inrechtach. Il sera un sage, le seigneur de son pays."

22. La patrie des geôliers est envahie par l'ennemi, et le captif s'évade grâce à cette attaque.

23. Les moines de l'île d'Iona envoyèrent à la sainte un navire chargé de laine. Tempête. Sur le bateau, un jeune fou s'écria : "Balançons à la mer la laine de la vieille! Sans ça, on coule!" Le patron réplique: "Non! on vivra ou on mourra avec la laine pour la vieille dame." Cela dit, c'est le calme plat : il faut ramer. Sur ce, le jeune fol de dire : "Pourquoi la vieille, maintenant, ne nous envoie-t'elle pas une risée?" Alors le patron: "Nous croyons que par son intercession, Dieu nous aidera." Et voilà le vent qui gonfle les voiles. Ils arrivent chez la sainte et lui baisent la main. "Qu'est-ce que tu disais donc de moi, quand la tempête vous menaçait?" demande la vierge au jeune gars, qui rougit et reste muet. Elle reprend : "Ce n'est pas un crime, va! mais si une autre fois tu es en danger, appelle-moi au secours sans hésiter."

24. Un professeur dit à la vierge : "J'ai l'intention de faire passer l'étude au second plan, pour vaquer à la prière." Elle objecta : "Qu'est-ce qui pourra donner de la stabilité à ton esprit, pour qu'il ne coure pas partout, si tu négliges l'étude spirituelle?" Le professeur reprit : "Je désire passer la mer pour aller en pèlerinage." Elle répondit : "Si sur ces rivages nous ne trouvons pas Dieu, inutile de passer la mer. Puisque le Seigneur est proche de tous ceux qui L'invoquent [Ps. 144,18], il n'est pas nécessaire que nous passions la mer. De n'importe quelle terre on peut parvenir au Royaume des Cieux."

25. Elle était une bonne maîtresse pour tous ceux qui étaient sous ses ordres, avec tous les dehors d'une servante très humble. Elle était pauvre en esprit et en réalité. Elle répugna à posséder des champs et n'eut jamais plus de 6 vaches à la fois. Elle était d'une charité diligente pour tous, mais spécialement pour ceux de sa maison. Recevait-elle des dons? Sa part personnelle passait en supplément pour chaque soeur. Elle donnait avec joie, recevait avec modestie. Elle savait compatir avec bonté, venir en aide avec efficacité.

26. La nuit de sa mort, le saint abbé Lasrianus (*) vit 2 lunes. L'un de ces astres descendit à lui. Il comprit ce que cela signifiait, car il avait demandé à la sainte de s'arrêter chez lui avant de monter au ciel. Et l'astre s'éleva.
[(*) ou Molaisse, fondateur de Devenish, mort vers 570 : c'est le seul anachronisme de cette version de sa Vie]

Bibliographie : Charles C. Plummer, Vitae sanctorum Hiberniae, t. 1, 1910, p. 34, 87-88, 94; t. 2, 253-261, 368.
The Martyrology of Gorman, éd. W. Stokes, 1895, p. 242, 392
The Martyrology of Oengus, éd. W. Stokes, 1905, p. 252, 260 (19 décembre)
The Stowe Missal, éd. G. F. Warner, 1915, p. 14 (S. Samdine)
The Martyrology of Tallaght, éd. Richard Irvin Best & Hugh Jackson Lawlor, 1931, p. 87, 108, 124 : Bradshaw Soc., t. 9, 29, 32, 68.
Life of St. Samthann, Medieval Hagiography: An Anthology, par Dorothy Africa, Thomas Head editor, New York, Garland Publishing, 2000. 97-110


Sainte Samthan est reprise dans le ménologue des saints Orthodoxes d'Occident du p. Andrew Philips (EORHF / Folkestone)
http://www.orthodoxengland.org.uk/saintss.htm
.

Aucun commentaire: