"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 mars 2008

Géorgie: bientôt la paix via le retour à la monarchie, grâce au patriarche?

Le Catholikos & patriarche de Géorgie, Elias II, devrait révéler le nom du nouveau roi de Géorgie dans un proche avenir
Publié 13 mars 2008

Sa sainteté Elias II, Catholikos-patriarche de Géorgie,
primat de l'Église Orthodoxe Apostolique de Géorgie


Avec le nombre croissant de Russes espérant la restauration d'une authentique monarchie Orthodoxe russe (et non pas luthérienne allemande, comme ce fut le cas en Grèce, Bulgarie et Roumanie), la nouvelle suivante vient d'arriver de Géorgie.

Au cours d'une de ses traditionnelles homélies dominicales, il y a quelques mois, le Catholikos et patriarche Elias II de Géorgie a parlé du besoin vital de la restauration de la monarchie en Géorgie, mais n'avait pas cité de date précise pour que le processus soit entamé. En Géorgie, ses paroles furent considérées comme indiquant une lointaine perspective. Cependant, dans l'édition de ce jour du quotidien géorgien Les Nouvelles, le recteur de la paroisse de la Sainte Croix, l'archiprêtre Tariel Sakinchilashvili, a déclaré que le patriarche nommera et sacrera le monarque géorgien dans un très proche avenir.


"Il est né il y a une trentaine d'années, lorsque notre patriarche monta sur le trône," dit p. Tariel. "Je suis convaincu que la Géorgie découvrira le nom de son monarque cette année. Au début, beaucoup seront surpris, l'opinion publique pourrait être divisée, mais endéans les 3 ans, tout se sera installé."

"On peut supposer que les actuelles autorités ne désirent pas voir la restauration de la monarchie, cependant, il y a préparation pour un tel changement même au sein des organisations de l'État."


"L'oint du Seigneur est déjà parmi nous, il a eu 30 ans lorsque le patriarche a annoncé que la renaissance de la monarchie était vitale. De toute évidence, il s'agit d'un représentant de la dynastie des Bagratides et il est Chrétien Orthodoxe." Le p. Tariel a refusé de dire si le future monarque était né en Géorgie ou à l'étranger. Cependant, il a insisté pour dire que bien vite, la Géorgie n'aurait plus un président, mais un roi, et que cela n'aurait pas lieu via une révolution et la violence, mais par la volonté de Dieu.

Tiflis 15/28 Février 2008
source
http://orthodoxengland.org.uk/georgia.htm

Note éditoriale: Si c'est bien exact, et Dieu voulant, alors c'est une très grande nouvelle pour tous les Chrétiens Orthodoxes. Notre théologie est plus orientée vers les formes traditionnelles de gouvernement, et pas sur la "démocratie" contemporaine, égocentrique et hédoniste, qui est une plus une forme de nihilisme qu'autre chose. Si la Géorgie restaure une monarchie ointe par Dieu, les chances sont en effet fort grandes que la Russie suive.

Portrait du Comte Pyotr Stolypin, par Ilya Repin, 1910

La monarchie n'exclut pas d'avoir une législature élue ou un premier ministre, comme, par exemple, l'ont abondamment prouvé le Comte Witte et le Comte Stolypin en Russie. Elle exclut plutôt un cirque électoral à la tête de l'État, et ça c'est une très bonne chose. Nous ne devrions pas oublier que les communistes ont glorifié la Révolution américaine pour avoir rejeté un roi qui avait été sacré. Un président manque de la "présence" théologique d'un roi, et les pays qui dépendent d'un régime présidentiel dégénèrent et sombrent dans la dépravation et l'immoralité, comme l'exemple de l'Amérique contemporaine le prouve manifestement.
"Varva"


sainte Tamara de Georgie, fresque medievaleque sainte Tamara bénisse et protège cette sainte restauration de l'institution monarchique en Géorgie!

Russie: l'Église exhorte à lancer une campagne contre la vie débauchée

http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=4399





Moscou, 14 Mars 2008, 17:03, Interfax – Le vice-président du département des affaires extérieures du patriarcat de Moscou, l'archiprêtre Vsevolod Chaplin, a exhorté à démasquer les fausses idées sur "l'attirance du vice et la vie heureuse des débauchés."

"Hélas, la science populaire et les grands médias de masse gardent quasiment le silence sur l'horrible réalité du péché. C'est pourquoi nous devrions dresser le véritable portrait d'un pécheur et d'une société pécheresse, basé sur des faits concrets. Je suis certain que ce serait totalement non-attrayant," écrit le prêtre dans sa "carte blanche" republiée en mars par le Pravoslavnaya Moskva [Moscou Orthodoxe].
Pravoslavnaya Moskva


"En passant," continue le p. Vsevolod, "on pourrait réaliser un tel comparatif : d'un côté, voici un couple heureux, tout juste marié, sortant de l'église après la cérémonie de mariage, et de l'autre, un pilier de comptoir nocturne, avec son verre de cognac, des prostituées et des pédérastes. Et puis "deuxième partie": 5 années se sont écoulés – le couple est avec ses enfants, alors que le guindailleur est à l'hôpital, mourant du s.i.d.a."

mariage Orthodoxe en Russie


Il fait remarquer que les bien pensants/gauchisants hurleront d'un coup "pourquoi devrions-nous effrayer les gens?"

Cependant, selon le prêtre, "il vaut mieux effrayer que de ne pas mettre en garde contre un danger mortel. Et nos contradicteurs sont indignés parce qu'ils savent bien que la vérité est de notre côté."

Et le représentant de l'Église Orthodoxe de Russie de citer les résultats des recherches du groupe de Paul Cameron [*]. Selon elles, la durée de vie des homosexuels et des lesbiennes est 20% moindre que celles des gens ordinaires au Danemark et en Norvège.

De plus, comme le démontre l'information de l'Université de Californie, les homosexuels envisagent 20% plus le suicide que les autres.

=======================================

[*] organisme américain étudiant scientifiquement les dégâts de la débauche sur la société

L'article en russe :
14 марта 2008 года, 13:00
В Русской православной церкви призывают ввести практику антирекламы порочного образа жизни
http://www.interfax-religion.ru/?act=news&div=23336


Archipretre Vsevolod Chaplin
Archiprêtre Vsevolod Chaplin
Протоиерей Всеволод Чаплин


on aime ou on n'aime pas, mais quand l'incendie est là, dire "bah c'est juste une flammèche, ça passera" ou crier "au feu, envoyez les pompiers" et prendre action, je préfère ceux qui ont la seconde attitude, quelle que soit la manière dont ils crient "au feu." Et nous sommes en plein dans l'incendie de fin de civilisation...

Message archipastoral pour le Grand Carême 2008 (metr. Herman)

http://www.oca.org/News.asp?ID=1489&SID=19


icone du Christ humilie


Message archipastoral de sa béatitude le métropolite Herman, au commencement du Grand Carême 2008



Aux très révérend et révérend clergé, moines et fidèles de l'Église Orthodoxe
en Amérique

Bien-aimés dans le Seigneur,

Parmi les offices liturgiques du Triodon du Grand Carême se distingue la Divine Liturgie des Saints Dons Présanctifiés. Dans l'introduction au livret d'office publié par le département d'éducation religieuse de l'OCA, le protopresbytre Thomas Hopko appelle la Divine Liturgie des Saints Dons Présanctifiés "un des grands chefs d'oeuvres de piété et de créativité liturgique Orthodoxe." A la fin de la Liturgie, nous entendons la prière devant l'Ambon. Dans cette prière, le Grand Carême est appelé "ces jours très saints pour la purification de nos âmes et de nos corps, pour la maîtrise de nos passions et dans l'espérance de la Résurrection."

Il peut être facile de regarder le jeûne comme une corvée. Quelque fois, l'arrivée du Grand Carême est même source d'une certaine appréhension. Il y a des offices plus nombreux, etc ça semble être une si longue période à vivre sans les nourritures et distractions qui nous sont si chères. Cependant, la prière ci-dessus nous rappelle que le Grand Carême ce sont "ces jours très saints." Dans l'Évangile, notre Seigneur nous enseigne que "le Sabbath fut fait pour l'homme, et non pas l'homme pour le Sabbath" (Mc 2,27). Les temps et les périodes de l'année liturgique sont des dons qui nous sont offerts par Dieu pour notre guérison, notre édification et notre croissance en Sa divine image. Le Grand Carême est un temps qu'il faut chérir comme un don très précieux, sachant que les fruits qu'il offre valent bien un effort supplémentaire.

Le Grand Carême nous offre le don de la "purification de nos âmes et nos corps." De même qu'un moteur ne saurait fonctionner convenablement sans être nettoyé, nous ne savons pas fonctionner convenablement si nous sommes affaiblis par des polluants matériels et spirituels. Jeûner est bon pour le corps et l'âme. Cela nous nettoye physiquement et nous permet une clarté spirituelle qui ne sait venir que par la lutte ascétique. Notre Seigneur Jésus-Christ nous rappelle que certains esprits impurs ne peuvent être chassés que "par la prière et le jeûne" (Matthieu 17,21). Étant plus vigilants, plus concentrés, nous prions avec moins de distraction, nous rendant nous-mêmes plus ouverts à l'inhabitation du Saint Esprit en nous.

Par le jeûne, Dieu est à même d'oeuvrer en nous, et nous nous voyons gratifiés du don de la "limitation des passions." La signification originale de "passion" est souffrance. La souffrance n'est pas limitée à la douleur physique, mais peut aussi être le résultat d'un profond conflit intérieur. Tout Chrétien se trouve face à la tension interne entre suivre le Chemin du Christ et suivre les préceptes de notre nature déchue; ce choix est au coeur de la "repentance," pour "changer d'esprit," s'éloigner du péché et se tourner vers Dieu, ce à quoi nous sommes sans cesse appelés durant le Grand Carême. Bien que cela puisse sembler un choix facile, c'est en fait un choix très difficile à faire, et il est encore plus difficile d'y persévérer. C'est ainsi que saint Paul disait aux Romains : "Car je ne fais pas ce que je veux, je fais ce que je hais" (Rom. 7,15). Par l'auto-discipline du jeûne, nous sommes plus ouverts à la présence active de Dieu en nous. Cette présence active nous donne la force, la sagesse et le courage nécessaires pour nous détourner de nos inclinations pécheresses et fixer notre regard sur le Royaume céleste. Comme disait saint Paul aux Galates, "ce n'est plus moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi;" c'est le premier fruit de notre jeûne.

La sainte saison du Grand Carême est en effet un temps d'efforts accrus. C'est un temps pour poser un regard sobre et honnête sur nous-mêmes, sur notre vie et notre relation avec Dieu. Ce n'est pas une tâche aisée, et il est capital de garder présent à l'esprit le contexte de nos efforts. Nous ne nous attelons pas à cette tâche en tirant la tête, mais remplis de la joyeuse "espérance de la Résurrection." C'est l'anticipation de Pâques, le triomphe du Christ Ressuscité, que nous gardons en nos coeurs tout en jeûnant. Nous luttons avec l'abnégation, cherchant la purification corps et âme, et la guérison interne des passions, afin de participer plus pleinement à l'éclat de la Résurrection du Christ.

Dans sa lettre à l'Église de Corinthe, saint Paul disait : "celui qui sème chichement, moissonnera chichement; celui qui sème copieusement, moissonnera copieusement. Que chacun donne suivant le mouvement de son coeur, sans regret ni contrainte: Dieu aime celui qui donne avec joie" (2 Co 9,6-7). Bien que l'Apôtre parle spécifiquement de dons monétaires, ce principe s'applique à tous et à tout don que nous faisons pour le Christ, y compris tous ces "abandons" que nous faisons durant les jeûnes. Emprumptant ces paroles de saint Paul, nous pouvons dire que nous sommes appelés à jeûner "chacun suivant le mouvement de son coeur, sans regret ni contrainte," mais avec joie, sachant que notre but se trouve dans la célébration de la vivifiante Fête des fêtes, Pâques, la Résurrection de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

C'est notre tradition, au commencement du Grand Carême, de demander pardon à ceux que nous avons mis en colère, offensés, ou contre qui nous aurions péché d'une autre manière. Nous nous trouvons à un point dans notre histoire où beaucoup ressentent de la douleur et de la colère à cause de méfaits qui ont été commis au sein de l'Église. Si j'ai péché contre vous de quelque manière que ce soit, et en particulier si mes actions pour m'occuper de ces méfaits vous ont affligé, je vous demande votre pardon et vos prières.

Vous souhaitant une période de Grand Carême et une Semaine de la Passion spirituellement édifiantes, et une joyeuse célébration de la Sainte Pâques, je vous adresse mes bénédictions archipastorales et d'un amour paternel, je reste vôtre,

Dans l'amour du Christ,

+ HERMAN
Archevêque de Washington et New York
Métropolite, primat d'Amérique du Nord et du Canada
metropolite Herman, primat de l'Eglise Orthodoxe d'Amerique

14 mars 2008

saint Benoît de Nursie et l'appel au Grand Carême permanent

Si dans le calendrier byzantin, c'est aujourd'hui, dans le calendrier liturgique du Rite Orthodoxe Occidental, saint Benoît de Nursie est fêté le 11 juillet. Voici donc une brève biographie. Une version plus complète viendra donc plus tard. C'est saint Grégoire le Grand, que nous fêtions ce 12 mars, qui nous a rapporté la plupart des détails que nous connaissons de la vie de saint Benoît, ce "géant d'humilité" qui appelle encore et toujours les hommes et femmes de toutes conditions à la conversion radicale au Christ.


"Benoît naquit en 480 à Nursie (Norcia), une province d'Italie, de parents riches et distingués. Il ne resta pas longtemps à l'école car il vit que du fait de l'absence de connaissance on sait perdre "la grande compréhension de son âme." Il quitta l'école "en homme sage sans connaissances et en fou comprenant tout." Il se retira dans un monastère où il fut tonsuré par le moine Romanus, après quoi il se retira dans une abrupte montagne où il demeura dans une caverne durant plus de 3 ans, menant un grand combat sur son âme. Romanus lui apportait du pain et le descendait le long de la montagne avec une corde jusque dans l'ouverture de la caverne. Lorsque Benoît devint connut dans les environs et afin de s'éloigner de la gloire humaine, il se retira de sa caverne. Il était sans pitié pour lui-même. Une fois, lorsqu'une passion de la chair, malsaine et enragée, s'empara de lui, il retira ses vêtements et se roula nu dans les buissons épineux jusqu'à ce que toute pensée de femme soit évanouie. Dieu le dota de nombreux dons spirituels : il discernait les pensées; il guérissait; il chassait les esprits malins; il releva des morts; il apparut à certains; et à d'autres qui étaient distants, il apparut en songes. Une fois, Benoît perçut que le verre de vin qu'on lui servait était empoisonné. Après qu'il eut fait le Signe de la Croix sur le verre, ce dernier éclata. Au début, il établit 12 monastères et en chacun d'eux, il plaça 12 moines. Plus tard, il fonda l'Ordre des Bénédictins [qui existe encore de nos jours dans l'Église Orthodoxe]. Le 6ième jour avant sa mort, il ordonna que sa tombe qui avait été préparée soit ouverte, car le saint pressentait sa proche mort. Il rassembla tous les moines, les conseilla, et puis rendit son âme au Seigneur Qu'il avait fidèlement servit dans la pauvreté et la pureté. Sainte Scholastique, sa soeur par la naissance, vivait dans un couvent et suivant son frère, elle se mortifia beaucoup et atteint un haut niveau de perfection spirituelle. Lorsque saint Benoît rendit son âme, 2 moines, un voyageant par route et l'autre en prière dans une lointaine cellule, eurent simultanément la même vision. Ils virent un chemin s'étendant de la terre au Ciel, couvert de précieuses fibres tissées et illuminé de chaque côté par des rangs d'hommes. Au sommet du chemin se tenait un homme d'une indescriptible beauté et lumineux qui leur dit que ce chemin était préparé pour Benoît, élu de Dieu. Suite à cette vision, ces 2 frères apprirent que leur bon abbé avait quitté ce monde. Il mourut en paix en 543, et entra dans le Royaume éternel du Christ Roi."
Prologue d'Ochrid
Saint Nicolas Velimirovic, évêque de Zica & Orchid



saint Benoit et sa soeur sainte Scholastique
enluminure, fragment de Psautier
Den Haag, KB, 76 F 5 32r sc. 1A


L'appel à la conversion
extrait du Prologue de la Règle de saint Benoît de Nursie (vs. 8-18, 35-38).
"Levons-nous donc enfin, l'Écriture nous y invite : "L'heure est venue, dit-elle, de sortir de notre sommeil" (Rom 13,11). Les yeux ouverts à la Lumière déifiante, les oreilles frappées du tonnerre, écoutons la voix puissante de Dieu qui chaque jour nous presse : "Aujourd'hui, écoutez Sa voix, n'endurcissez pas votre coeur" (Ps 95,8). Et encore "Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises" (Apoc. 2,7). Et que dit-Il? "Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur" (Ps 34,12). "Courez tant que la vie vous éclaire, pour que les ténèbres de la mort ne vous enveloppent pas" (Jn 12,35). Et le Seigneur, Se cherchant un ouvrier dans la multitude, dit encore : "Quel est l'homme qui veut la vie?" (Ps 33,13). Si tu L'entends et réponds "me voici," Dieu te dit "Veux-tu la vraie vie, l'éternelle?" Alors "garde ta langue du mal et tes lèvres des paroles trompeuses. Détourne-toi du mal et fais le bien, cherche la paix avec ardeur et persévérance" (Ps 33,14-15). Et quand vous agirez de la sorte, Je poserai les yeux sur vous, Je prêterai l'oreille à vos prières, "et avant même que vous ne M'invoquiez, Je vous dirai: Me voici" (Ps 33,16).
[..]
Ceci dit, le Seigneur attend de nous que, chaque jour, nous répondions à Ses saints conseils par des actes. Car les jours de cette vie nous sont concédés comme un sursis en vue de l’amendement de notre mauvaise conduite, selon le mot de l'Apôtre : "Ne sais-tu pas que la patience de Dieu t’est donnée pour t’amener à changer de vie?" (Rom. 2,4). Car le Seigneur dit dans Sa tendresse: "Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive" (Éz. 18, 23; 33, 11).


enluminure du 10eme siecle, Christ en majeste entre saint Gregoire le Grand et saint BenoitChrist en majesté entre saint Grégoire le Grand et saint Benoît
Orléans - BM - ms. 0175, folio 149
Gregorius, Homiliae in Ezechielem
vers 988-1004
source & (c)


Quelques monastères et prieurés Orthodoxes vivent sous la Règle de saint Benoît et Liturgie bénédictine (dans leurs versions Orthodoxes originelles), dans le Synode Hors Frontières, au sein du patriarcat de Moscou. Le plus connu est celui de monastère "Christminster," qui a récemment déménagé des USA vers le Canada.
http://www.christminster.org/

à (re)lire :
Oblats Bénédictins Orthodoxes : les joies de l'Oblation

Saint Benoît et le Carême : quels "outils" utiliser pour faire le bien? - le 4ème chapître de la "Regula", programme de Grand Carême idéal

Camp d'été 2008 du Mouvement de Jeunesse Orthodoxe en France


Camp de l'ACER-MJO à la Servagère, 4 juillet - 1er août 2008
Le camp des jeunes se déroule dans le Parc Naturel Régional du Vercors, zone nordique des Coulmes, près du village de Malleval-en-Vercors (F-38470)

Quelques photos du camp et de son cadre montagnard
http://www.acer-mjo.org/html/Servagere-vg.htm


Les inscriptions au camp sont ouvertes à partir du 10 mars. Vous pouvez télécharger la plaquette et le bulletin d'inscription ou demander au secrétariat de vous les faire parvenir par courrier : +33 1 42 505 53 66 ou secretariat@acer-mjo.org

Cette année encore un retour et un départ en groupe depuis Paris sont prévus à mi camp, le vendredi 18 juillet.


Le camp d’été de l’ACER-MJO reste l’un des moments privilégiés des activités du Mouvement. Chaque année au mois de juillet, et ce depuis 1927, ce sont près de 150 jeunes Chrétiens orthodoxes et une trentaine d’encadrants, venus de toutes les régions de France et certains même de l’étranger qui se retrouvent à la Servagère, afin de faire l’expérience d’une vie communautaire basée sur un approfondissement de la Foi Orthodoxe. Ce sont aussi des vacances très sportives!


Le camp de l’ACER-MJO est de tradition Orthodoxe russe, il est ouvert aux jeunes Orthodoxes de toutes origines à partir de 7 ans. Il accueille des enfants & jeunes Orthodoxes d’origine française, belge, roumaine, canadienne, libanaise, serbe, etc. Les différentes traditions Orthodoxes nationales, dont l’héritage culturel est très riche, peuvent ainsi être partagées par tous les participants au camp. Le français est la langue commune pour les Offices comme pour les activités.

Informations générales sur le camp (les modalités à jour voir plus bas):
http://www.acer-mjo.org/html/camp.html

Inscriptions 2008 et informations pratiques pour 2008



le monastère du père Placide (Deseille) se trouve aussi dans le Vercors, et est un des lieux de ressourcement spirituel des jeunes de l'acer-mjo

13 mars 2008

Dieu créa tout hors du néant / "Ex nihilo" (p. Jean Breck)

Le récit de la Création rapporté dans la Genèse étant lu aux Vêpres pendant le Grand Carême, voici une analyse du problème moderne, créationnisme contre évolutionisme



Au tout début, il n'y avait rien. Strictement rien.

Il n'y avait ni temps ni espace, ni matière ni énergie, ni vie ni mort. Il n'y avait ni galaxies, ni étoiles ou planètes; il n'y avait ni molécules, ni atomes, ou quoi que ce soit de la vaste étendue de particules subatomiques qui constituent la réalité physique telle que nous la connaissons. Il n'y avait rien.

Le concept de "néant" nous est impossible à saisir. Le "néant" suggère un vide, une vacuité, entourée de quelque chose. Cependant, rien n'existait pour circonscrire ce vide ou apporter un contraste à ce vide. Le néant n'est pas juste l'absence d'être; c'est sa négation, son rejet. C'est une négation absolue, incommensurable et incompréhensible. C'est de la non-existence, du non-être, une puissance négative qui par sa nature même est dépourvue de toute signification, but ou espoir. En tant que tel, le néant trouve sa plus proche analogie humaine dans le désespoir.

Puis, soudainement, "au commencement" quelque chose fut. Dans cet instant intemporel, d'un lieu qui transcende toute notion d'espace ou de dimension, Dieu créa ex nihilo. Il façonna l'être à partir du non-être, l'espace-temps à partir de la non-existence. De ce commencement, Dieu – Qui est Lui-même cet "archè" ou ultime commencement, principe et source de tout ce qui est – fit jaillir les cieux et la terre.

Dieu, le Père ou Créateur de toutes choses visibles et invisibles, créa par ce que saint Irénée de Lyon appelle Ses "2 mains," l'éternel Fils ou Verbe, et le Saint Esprit. La Création est un acte Trinitaire, un acte de communion, un acte d'amour. Le Père parla, et à travers Son Verbe Créateur, Il suscita la lumière. Cette lumière, qui précéda l'apparition du soleil (créé le 4ème jour), ne peut être comprise que comme la réflexion de la Lumière divine, la Lumière qui définit l'être même de Dieu (1 Jn 1,5). Depuis le premier instant de la création jusqu'au dernier, cette lumière bânit les ténèbres. Elle relègue le "skotos" primaire à son propre domaine, éloigné de la sphère de la lumière. Cette lumière, Dieu l'a appelée "jour," et les ténèbres Il les a appelées "nuit." Au cours du premier jour de la Création, Dieu les a séparés, le jour de la nuit, l'illumination spirituelle des ténèbres, du désespoir et de la mort.


Afin de faire briller cette lumière hors des ténèbres, le Père a aussi eu besoin de Son "autre main," le divin Esprit. A l'instant de la Création, "La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l'abîme et l'Esprit de Dieu planait sur les eaux." En cet instant originel, l'Esprit planait telle une grande tempête sur l'abysse, le vide sans forme, afin d'amener le cosmos à l'être, le marquant de l'ordre, de l'harmonie et de la beauté.

A partir de cet instant, l'oeuvre de création continua, effectuée par l'effort coopératif des 3 Personnes de la Sainte Trinité. Dès le début apparurent distinction et séparation : le jour de la nuit, l'eau du firmament (cieux), et le firmament de la terre sèche (la terre physique). Puis la végétation fut suscitée, des plantes portant leurs semences, et des arbres fruitiers, "chacun selon son espèce." Dieu vit l'oeuvre de Ses Mains et la trouva bonne. Et Il y eu un soir, et il y eu un matin, jour trois.

Ces versets d'ouverture ne veulent pas décrire un processus historique ou fournir une explication scientifique à l'apparition et au développement du monde et de la vie humaine. Le passage ne dit rien qui puisse être exploité d'une manière ou d'une autre dans l'ennuyeux débat entre "créationistes" et "évolutionnistes." Son sujet d'intérêt n'est pas l'historiographie ou la paléontologie, et son étrange chronologie (l'eau existant avant le ciel ou la terre, des êtres vivants apparaissant sur terre avant la création du soleil et de la lune) ne devrait troubler l'esprit que de ceux qui insistent pour lire le récit comme étant une description du développement cosmologique ou biologique. Le récit de la Création dans la Genèse ne traite pas d'événements scientifiquement déterminables. Comme nous le verrons au paragraphe suivant, il traite de l'histoire du Salut, l'oeuvre créatrice et rédemptrice de Dieu, depuis la première jusqu'à la dernière création.

Alors que la divergence s'intensifie dans nos écoles et législations entre "croyants" et "Darwinistes," il est important pour nous de nous souvenir de ce point. De plus en plus de scientifiques chrétiens en viennent à comprendre que c'est un faux choix, que sur la question de l'origine et du développement des espèces il n'y a pas nécessairement de conflit entre d'une part le témoignage biblique, et de l'autre, les découvertes des géologues, paléontologues et biologistes moléculaires (cfr à cet égard le récent livre de Francis Collins, "The Language of God," Free Press, 2006). Les théoriciens de la "jeune Terre" et les fondamentalistes de diverses origines rejetteront ce point, de même que ceux qui insistent sur le "hasard" total des mutations dans le processus de sélection naturelle. Le processus d'évolution (peut-être pas dans tous les détails de la théorie darwinienne) a été confirmé par de récentes études sur l'ADN, le code génétique des organismes vivants. Cependant, cela ne doit pas appeler à remettre en question la conviction de base que le Créateur de toutes choses est Dieu, que Dieu a créé ex nihilo, qu'Il insuffle à toutes choses une signification et un but ultime, et que l'apparent hasard se conforme entièrement à Sa divine volonté, même si pour nous ça reste imperceptible.

En plus de présenter une typologie de l'oeuvre rédemptrice de Dieu en Christ, le récit de la création dans la Genèse nous appelle à l'adoration. C'est l'idée transmise par les paroles attribuées à saint Basile le Grand, qui combinent prière d'émerveillement et action de grâce, avec une invitation à offrir incessante louange à Dieu pour l'oeuvre de Ses mains :

"Tu as orné les cieux, embellit la terre, et peuplé la mer de ses propres créatures.
Tu as remplis les airs d'oiseaux, qui se meuvent dans toutes directions."
Pieux fidèles, contemplez ces oeuvres de création, que Dieu a tirées hors du néant.
Contemplez la sagesse de Dieu partout et en toutes choses.
Ne cessez jamais de vous émerveiller.
Et à travers toute créature, glorifiez le Créateur!"


*+*+*+*+*+*+*

Bien que non-scientifique, je me permettrai cependant d'exprimer mon opinion sur le sujet, opinion qui est un léger bémol face aux résultats proclamés par la science. Car ce n'est pas la première fois que des méthodes un peu biscornues sont utilisées pour "prouver" une partie des théories scientifiques. Une simple recherche dans une base de données médiatiques ou sur google rappellera les nombreuses et célèbres arnaques (ogm, clonage, etc) des dernières années. Tenez, prenez ce célèbre et récent exemple.
Lors de la découverte d'un "homme préhistorique" au Tchad qui fit tant de tapage médiatique pendant 1 ou 2 mois, un professeur d'un très célèbre institut scientifique de France fustigea son cher collègue qui en rajoutait tant et plus sur les plateaux de télévision, avec "son" "chaînon manquant."




Et ce professeur de rappeler que parler d'homme avec un restant de crâne était pas scientifique, et qu'en prime, publier des dessins d'extrapolation de l'apparence, où on tirait vers l'humain au niveau nasal, alors que le nez est justement ce qu'il manque (cartillage & chair disparaissant), et qu'en plus les orbites occulaires étaient typiquement simiesques et non pas humaines.. Ce scientifique cita clairement l'idéologie comme moteur de recherche chez son célèbre confrère.

la deesse raison, archetype de la folie et de l'orgueil des humainsLe vrai scientifique n'était pas invité des télévisions, le vendeur d'esbrouffe oui. Car on en a même vendu des films, les enfants en ont été abreuvés comme "sujet scientifique obligatoire"... et le soufflé est retombé. Donc méfiance de rigueur. Ensuite, sur le problème où on voudrait mèler la religion et même en faire l'accusée, il y a beaucoup à redire. A commencer que l'on confond quasi partout sur terre l'Église - qui est Orthodoxe ou n'est pas - avec ce qui se prétend l'être (vatican) et qui en effet depuis des siècles mène aussi une guerre anti-science. C'est une erreur. Et la science en commet d'autres. Petit aperçu:

a. L'Église n'est pas partie-prenante mais subit les "dégâts collatéraux" de la lutte "création contre évolution." Et entre ses protagonistes, tous les coups sont bons, et des implications sociologiques et politiques non-négligeables découlent de certaines "découvertes." Bien des dictatures – même sous apparence de régimes "démocratiques" – ont basé leur "justification" sur les principes darwiniens stricts. En Russie, l'Église appelait l'an dernier le monde scientifique à un peu plus d'humilité et de rigueur, et, puisque pour les scientifiques (athées) le darwinisme pur et dur était "prouvé," elle demandait que cela puisse être débattu de la même manière que les scientifiques prétendent vouloir débattre et même interdire toute interprétation religieuse. Le débat n'a toujours pas été accepté. Par la suite, et c'est un problème pas assez soulevé, elle a réagit car les programmes scolaires imposent aux enfants des vues présentées comme "certaines" alors qu'un certain nombre d'entre elles relèvent de l'hypothèse.
Et des parents ont commencé à s'élever contre le système d'athéisme obligatoire dans l'enseignement, héritage soviétique, résidu non-expurgé... que devraient-ils dire en Belgique ou en France, où c'est carrément dogme public?!

b. Pour la question des origines de l'humain, une des "clés" du système serait – je ne suis pas scientifique – "l'Ève mitochondriale" et les recherches d'ADN ont travaillé dessus. On lit des résultats pour l'origine et la datation qui vont au "tout Afrique," par principe idéologique, et d'autres qui rejettent par principes idéologiques opposés. Dans les 2 cas, la méthodologie consiste parfois à utiliser les paramètres de ce qu'on veut définir de manière différente. Voire à utiliser le résultat que l'on veut comme .. point de départ. En réalité, nous nous trouvons aujourd'hui face à une foule de théories ayant toutes, sans exception, la prétention d'être "vérité scientifique," et nous serions priés de cesser d'être "obscurantistes" face à cette foule de contradictions flagrantes.

c. "The Mitochondrial Clock" est une page en anglais. L'auteur est visiblement un "créationiste," et n'est pas Orthodoxe. Mais il parle de ce problème de méthodologie.
Ce qui nous intéresse particulièrement dans son article, comme Orthodoxes, c'est comment la méthodologie habituelle a été entièrement remise en question. En bref et si j'ai bien tout compris, les scientifiques avaient pour principe de calcul X centaines d'années avant changement dans la génération au niveau adn. Ils utilisaient des extrapolations basées sur ce qu'ils estimaient être la norme pour les races de grands singes, et considérant que l'homme est une évolution du singe – ce qui, en l'absence de preuve scientifique formelle, est donc une démarche strictement idéologique, pas scientifique, soit dit en passant – dès lors, ils extrapolaient à nouveau aux humains leurs données supposées pour les singes. La méthode des approximations est classique et utilisée dans divers domaines, elle n'est pas méprisable en soi – il faut bien des points de comparaison – mais quand elle est utilisée comme base voire comme "preuve," elle quitte simplement le domaine scientifique et rentre dans l'idéologie, athée en l'occurrence.
Comment donc la méthode de calcul s'est vue remise en question, de manière radicale? Lors de la découverte des saintes reliques de la famille impériale martyre de Russie! En utilisant les critères habituels de calcul, rien ne correspondait. Ils ont dû tout réévaluer, car d'autres indices prouvaient que c'était bien la découverte des restes sacrés du tsar-martyr et des siens. En réévaluant la fameuse "horloge," ils sont parvenus aux résultats. Mais du coup, la base de calcul habituelle tombait à l'eau pour toutes les découvertes "d'hominidés"
The Mitochondrial Clock: TICKING SINCE CREATION?
http://www.imssdarm.org/Publications/youthanchor/archive/mtclock.htm

Et on quitte le domaine de l'affrontement idéologique quand on voit que le magazine scientifique français "La Recherche," il y a quelques années, publiait une étude sur cette "Ève mitochondriale," où on avait recalculé la chronobiologie et cela ramenait l'ancêtre commun par branche maternelle aux tous débuts... de l'ère de l'écriture. Soit après les hominidés, les cavernes, etc.. et.. très très loin après les singes et l'hypothétique "embranchement" vers l'humain.
"Quelle que soit la cause possible d'un rythme de mutation plus rapide, les spécialistes de l'évolution se posent surtout des questions sur ses conséquences. Ils ont par exemple calculé que l'« Eve mitochondriale » - la femme dont l'ADNmt
serait l'ancêtre de celui de tous les humains - vivait en Afrique il y a quelque 100 000 à 200 000 ans(III). Avec la nouvelle horloge, elle aurait à peine 6 000 ans."

d. La Foi n'a pas pour vocation d'expliquer la géologie, mais la science n'est pas là pour expliquer les raisons philosophiques des choses. Car la science n'a déjà pas les moyens de prouver de manière 100% certaine tout ce qu'elle "découvre" – à savoir des choses qui existent déjà, qui la précèdent – voire de transformer la plupart de ses théories en "lois irréfutables," alors imaginer qu'elle pourrait juger, peser, analyser ce qu'elle ne comprend pas et qui restera toujours inaccessible à ses outils d'analyse...
Et pour tout (candidat) scientifique, avant de proclamer une nouvelle "découverte" ou théorie "bouleversante" et "fermement établie," ne serait-il pas bon d'aller d'abord vérifier les critères de falsificabilité tels qu'établis par le grand philosophe des sciences, Karl Popper, et d'y confronter ce qu'il pense être "vérité scientifique" suite à ses travaux?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper

Cela étant dit, le débat a encore de beaux jours devant lui et c'est très bien ainsi, ça ramènera sérénité et humilité. De tous côtés. Enfin, chez ceux que la "vérité vraie" intéresse..

A (re)lire :
Une lecture spirituello-philosophique de Genèse 1-3 (p. Patrick Reardon, patriarcat d'Antioche)


*+*+*+*+*+*+*

Sculpture "Ex Nihilo"
cathédrale nationale (protestante), Washington DC, USA
http://www.trekearth.com/gallery/North_America/United_States/photo595636.htm
"Détail d'Ex Nihilo, une frise d'une puissance subtile et extraordinaire crée pour la cathédrale nationale à Washington DC par Frederick Hart, qui a intuitivement employé la spirale logarithmique en organisant sa composition.
En 1974, le sculpteur, alors âgé de 31 ans, fut commissionné pour 3 frises pour la façade ouest de la cathédrale – peut-être la plus importante sculpture religieuse du 20ème siècle. En termes d'architecture, la description du programme de sculpture comprend les 3 tympans de portails, chacun supportés par une colonne, un personnage central – une saint Pierre, une Adam et une saint Paul. La sculpture représentant la création des humains, Ex Nihilo, devait être placée au portail central, et la création du jour et de la nuit respectivement aux portails latéraux.
L'ami de Hart, l'auteur Tom Wolfe, a décrit la frise comme "dépeignant l'humanité qui émerge du rapide tourbillon de chaos." Ce rapide tourbillon est en effet une description appropriée pour ce maelström de 8 corps qui semblent sortir spontanément de la masse de pierre. Mais peut-être que l'inspiration de la composition se trouvait dans les messages subliminaux que nous recevons de la nature et de ses formes de tournesols, cyclone et nautiles. (..)"
[Né en 1943, Hart a été frappé d'un ACV à 54 ans, le paralysant du côté gauche, lui faisant perdre sa capacité de perception dans l'espace. En août 1999, 18 mois après l'ACV, on lui diagnostiqua un cancer et 3 jours plus tard il en mourut.
De sa création, il disait : "J'ai vu Ex Nihilo comme étant une simple expression de création, comme la métamorphose de l'esprit divin et de l'énergie. Les personnages émergent hors du néant du chaos, pris dans l'instant de l'éternelle transformation – la majesté et le mystère de la force divine dans un état de devenir." Sa veuve, Lindy Hart, expliqua que c'était la forme tourbillonnante d'un groupe de nuages qui avait inspiré son mari – un peu comme la légende le dit pour Michelangelo et sa formation de nuages dans la chapelle sixtine.]


+*+*+*+*+*+*+

Un vrai scientifique, de renommée mondiale, et Orthodoxe? Dmitri Ivanovich Mendeleev (1834-1907)


Né à Tobolsk, en Sibérie, dernier d'au moins 14 enfants, survécu à plusieurs attaques de tuberculose qui emportèrent une partie de sa famille au cours de sa jeunesse.
Sa mère, veuve, parti pour Moscou où elle tenta de le faire admettre à l'université, mais en vain. Elle parti alors pour Saint-Petersbourg et grâce à un ami, il pu y entrer à l'automne 1850. Maria, sa mère, mourut peu après, puis sa soeur Élisabeth. Turberculose..
Plus tard, Dmitri Mendeleev allait honorer la mémoire de sa mère dans son "Livre des Solutions"

"Cette étude est dédiée à la mémoire d'une mère, de la part de son plus jeune enfant. Dirigeant une entreprise, elle ne pu l'éduquer que par son propre travail. Elle l'instruisit par l'exemple, le corrigea avec amour, et afin de le consacrer à la science, elle quitta la Sibérie avec lui, dépensant ainsi ses dernières ressources et forces."

"En mourant, elle lui dit: 'Abstiens-toi des illusions, insiste sur le travail et non pas sur les paroles. Cherche patiemment la vérité divine et scientifique.' Elle comprenait combien souvent les méthodes dialectiques trompaient, et qu'il y avait encore tant à apprendre, et comment, avec l'aide de la science, sans violence, avec amour mais fermeté, toute superstition, toute contre-vérité et toute erreur sont effacées, apportant à leur place la sécurité de la vérité méconnue, la liberté, pour continuer dans le développement, le bien-être général, et le bonheur intérieur. Dmitri Mendeleev tient pour sacrées les paroles d'une mère mourante."

Il se montra digne de la confiance maternelle, et ses études allèrent bon train. Hélas, en 3ème année, il fut frappé par une maladie qui le tint alité un an durant. Mais il poursuivit ses études grâce aux professeurs et élèves lui rendant visite pour lui donner la matière, etc. Mendeleev obtint son diplôme comme prévu, couronné par la médaille de l'excellence pour sa première place. Puis il se lança dans la vie du chercheur passionné.

Anecdote : dans la mentalité occidentale moderne, on affirme souvent qu'il a été bigame. Cela provient de l'ignorance du typikon russe strict. Mendeleev avait divorcé de sa première femme en 1876, et n'avait pas tout à fait attendu le délai prescrit de 7 ans pour se remarier. D'où il était quelque part spirituellement considéré comme "bigame," mais pas effectivement.
Il avait épousé Feozva Nikitchna Lascheva en 1863; cependant, c'était un mariage arrangé par sa soeur aînée Olga, qu'il n'avait qu'accepté par coutume familiale. Ils eurent 2 enfants, mais lui vivait pour la science. Et la question de la bigamie se posa une première fois : vu ses absences, Feozva lui demanda un jour s'il était marié à elle ou à la science, et il répondit "au 2, sauf si c'est de la bigamie. Dans ce cas, je suis marié à la science."
En janvier 1882, il épousa par amour Anna Ivanova Popova, et sa vie changera. Il n'y avait que 6 ans depuis le divorce, mais il se remaria quand même. Et le mariage civil n'existait pas à l'époque, d'où toute conjecture sur ce que disait l'Église reste.. conjecture. L'influence du tsar Alexandre n'est cependant probablement pas étrangère à ce remariage "un peu avant la date prévue;" quand on lui fit remarquer cet état de fait, le tsar répondit avec humour : "Oui, Mendeleev a deux femmes, mais moi je n'ai qu'un seul Mendeleev!"
Anna Ivanova fera de Dmitri un homme neuf. Ils auront 4 enfants, il se lancera dans la peinture, et sera même admis à l'Académie des Arts.

Dmitri Mendeleev
C'est en 1869 qu'il établira son célèbre principe ayant donné naissance au "tableau périodique des éléments." Le 29 novembre 1870, il s'avança dans son concept en déclarant qu'il était possible de prédire les propriétés d'éléments non-découverts. Et il établit celles de 3 nouveaux éléments encore non-découverts – aluminium, bore et silicium. Il suggéra leurs propriétés, y compris la densité, rayon, et leur ratio de combinaison avec l'oxygène, entre autres. Une partie du monde scientifique fut perplexe, et nombreux se moquèrent des prédictions de Mendeleev. Jusqu'à ce qu'en novembre 1875, après 5 ans de moqueries, enfin la preuve. Le Français Lecoq de Boisbaudran découvrit un des éléments prédits (aluminium) qu'il nomma Gallium, et là les idées de Dmitri furent prises au sérieux. Les deux autres éléments furent découverts par la suite, et leurs propriétés furent trouvées remarquablement similaires à celles prédites par Mendeleev. Ces découvertes, confirmant ses prédictions et donnant assise à sa loi, le placèrent au sommet du monde scientifique. Il avait 35 ans lorsqu'il présenta son premier travail sur le sujet.

timbre commemoratif de Dmitri Mendeleev
Bien que le "tableau de Mendeleev" ou "Tableau / classification périodique des éléments" soit probablement une des rares vraies grandes découvertes scientifiques à valeur universelle des 2 derniers millénaires – puisqu'à elle seule elle ouvrit la compréhension de tant d'autres – Mendeleev n'obtint pas le prix Nobel. Il avait été présenté au vote en 1906. Un des membres du comité expliqua la non-attribution par le fait que l'oeuvre de Mendeleev, entamée en 1869, était déjà largement acceptée comme étant la base de la connaissance chimique, et avait déjà été utilisée par le chimiste italien Stanislao Cannizzaro. Quand on voit à qui et pour quoi ils attribuent certains prix Nobel, c'est plutôt un honneur! Dmitri Mendeleev mourut le 20 janvier 1907, en paix, occupé à lire "Le voyage au Pôle Nord," un roman de Jules Vernes. Il était âgé de 72 ans.

Dmitri Mendeleev
Sur Wikipédia anglo-saxon, il est logiquement repris dans la liste des personnalités Orthodoxes célèbres :
http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Eastern_Orthodox_Christians



manuscrit de 1869


timbre commemoratif sovietique de 1969 en l'honneur de Dmitri Mendeleevtimbre commémoratif soviétique de 1969

tableau de Mendeleev

12 mars 2008

Theotokarion: Canon de saint Photios à la Mère de Dieu

Icone Orthodoxe de la Mere de Dieu de Pskov, par Poimen Sofronov
Mère de Dieu de Pskov
iconographe : Pimen Sofronov


LE MERCREDI SOIR
Canon de saint Photius, patriarche de Constantinople, ayant pour acrostiche: Première intercession de Photius à la Vierge.

Ode 1, t. 1
Ta droite victorieuse, magnifique en Sa force, s'est couverte de gloire, * car, ô Seigneur immortel, * grâce à Ta puissance, * elle a broyé les ennemis * en ouvrant pour Israël * une voie nouvelle au profond de la mer.
Porte de l'immatérielle Clarté, * fais que s'ouvrent pour moi * les portes du repentir; * illumine mon esprit, * chassant la sombre nuée, * la ténèbre des passions et du péché, * Vierge tout-immaculée.
Arrache, en ta bonté, * mon âme au pouvoir * du perfide serpent * qui, par l'appât des voluptés * et sa funeste séduction, * désire l'entraîner * vers les gouffres de la perdition.

Gloire: Puisque des biens surnaturels le Seigneur a fait de toi * l'intendante auprès du genre humain, * Souveraine immaculée, * sois pour moi également * l'intendante du Salut * et de l'allégresse éternels.
Maintenant: Celui qui a créé l'univers par Sa propre volonté * et la force de Sa divinité, * le Verbe éternel, * ô Vierge, tu L'as abrité * en ton sein lorsqu'Il prit corps * pour le bienfait des mortels.


Ode 3
Toi qui seul connais la faiblesse de la nature humaine, * lui étant devenu semblable, dans Ta compassion, * revêts-moi de la force d'en-haut, * pour que je chante devant Toi: * Saint est le temple spirituel * de Ta gloire immaculée, * Seigneur ami des hommes.
Toi qui nous sauves et nous défends, toi la force et le rempart * de ceux qui te louent, * Vierge digne de chants nombreux, * en tout temps préserve-moi de l'affliction * et garde-moi des dangers de cette vie, * afin que je puisse te glorifier.
Souveraine du monde, en ta bonté, prie le seul Miséricordieux, * l'Océan de compassion, * le Fils qui a pris chair * de tes entrailles immaculées, * afin qu'Il me prenne en pitié, * moi qui d'innombrables maux suis devenu la proie.

Gloire: Vu ta grande compassion, * la tendresse de ton coeur, * ta bonté surpassant l'esprit, * Vierge tout-immaculée, * fais-m'en profiter moi aussi * qui accours auprès de toi, * et de mes fautes immenses procure-moi le pardon.
Maintenant: Ton sein, en vérité, toujours-vierge Marie, * s'est montré plus vaste que le ciel, * puisqu'il a pu loger, * par la force de la divinité, * le Roi et Créateur de l'univers, * que l'entière création ne peut contenir.


Ode 4
Montagne ombragée par la Grâce de Dieu, * Habacuc t'a reconnue de son regard de voyant. * De toi, a-t-il prédit, * sortira le Saint d'Israël * pour notre Salut * et notre restauration.
Sauve-moi, ô Mère virginale, sauve-moi: * dans ta bonté, ne me dédaigne pas * qui ploie sous le fardeau * des voluptés et des passions, * des pensées impures, des mauvais désirs * et du trouble que me causent les démons.
Je m'approche, suppliant, * ô ma protectrice immaculée * et dans l'ardeur de mon âme je te crie: * pitié, sauve-moi * de l'éternel châtiment par le feu, * en intercédant auprès de Dieu.

Gloire: Ranime comme il faut * ma chair affaiblie * et mon âme relâchée * par la puissance de ton intervention, * sainte Dame, en leur dispensant * les soins appropriés * pour l'accomplissement de la divine volonté.
Maintenant: Le mystère divin, sublime et sacré * du dessein de Dieu le plus secret * en toi s'est réalisé, * Vierge pure, en toute vérité, * car le Dieu que l'entière création ne peut contenir * a trouvé place en ton sein.


Ode 5
Par l'éclat de ton avènement * tu as illuminé les confins de l'univers * en les éclairant, ô Christ, * par la splendeur de Ta Croix: * fais briller aussi la lumière de la divine connaissance * dans les coeurs qui Te chantent selon la vraie Foi.
Toi le chandelier doré * portant le feu de la divinité, * dissipe la brume de mes passions * pour allumer en mon coeur * la flamme de l'amour divin, sainte Enfantrice de Dieu.
Défais les pièges, les lacets * si fort enchevêtrés * que le perfide serpent * trame contre ton serviteur, * essayant par ruse de mettre la main sur moi, virginale Mère de Dieu.

Gloire: Toute aide humaine me faisant défaut, * j'accours avec piété * vers ton éminente protection: * rends-moi
digne également, * ô Vierge immaculée, * de ton bienveillant empressement.
Maintenant: Les images de la Loi jadis obscurément * ont d'avance révélé * que tu serais la divine Mère pure et sans défaut; * et nous qui les voyons réalisées, * nous chantons sans cesse pour toi.


Ode 6
Le fond de l'abîme nous entourait,* et nous n'avions personne pour nous délivrer, * nous étions comptés comme brebis d'abattoir. * Sauve Ton peuple, ô notre Dieu, * car Tu es la force des faibles * et leur relèvement.
Demeure toute-sainte de notre Dieu, * par tes prières purifie * mon âme, mon corps et mon esprit * des actions mauvaises et des honteuses pensées * pour faire de moi * le temple de ton Fils.
Fais que je puisse aborder * au calme spirituel * en dissipant le trouble, les remous *et repoussant les vagues du plaisir, * Vierge sainte qui enfantas la divine sérénité.

Gloire: Des mystiques ondes de tes intercessions * emplis, dans ta bonté, * mon coeur consumé par la flamme du péché * et fais-lui porter comme fruits * les discours amis de Dieu * et les oeuvres qu'il agrée.
Maintenant: Étant pure et sans défaut, en ton sein tu as reçu * le Verbe immaculé, * Vierge sainte, et l'enfantas pour racheter de la condamnation nos premiers ancêtres.


Cathisme, t. 1
Toi seule, tu as enfanté * sans semence le Christ, * devenant mère et vierge demeurant: * merveille qui dépasse l'entendement; * c'est pourquoi, nous prosternant devant toi, * nous te glorifions comme Enfantrice de Dieu; * supplie le Roi de gloire né de toi * de faire au monde le don de la paix * et d'accorder à nos âmes le salut.


Ode 7
Nous les fidèles, nous reconnaissons en toi, * ô Mère de Dieu, * la fournaise spirituelle; * et de même qu'Il a sauvé les trois Jeunes Gens, * le Très-Haut a renouvelé * en ton sein le monde entier, * le Seigneur Dieu de nos Pères, * digne de louange et de gloire.
Avec amour et grande foi * j'ai recours à ta divine protection: * Vierge sainte, sois pour moi * refuge et propitiation; * délivre-moi de tout danger, * des épreuves, des afflictions, * divine Mère, de tout mal * et de toute infirmité.
Souveraine qui fis lever * le Soleil spirituel, * par l'éclat resplendissant * de ta divine intercession * fais luire en ta compassion * sur moi l'aurore du repentir, * dissipant la brume de mes péchés, * la ténèbre de mes passions.

Gloire: Nous qui t'acclamons, délivre-nous * de la tyrannie de l'ennemi * qui cherche furieusement * notre perdition; * rends vaine sa perversité, * ô Vierge tout-immaculée, * par ta puissance démontant * toutes ses machinations.
Maintenant: Le trône de Dieu, son vivant palais, * divine Enfantrice, c'est bien toi * et, le sachant en vérité, * nous les fidèles, avec foi * nous te crions: sauve-nous, * tes serviteurs, de tout danger * afin que sans cesse nous puissions * te bénir et nous prosterner devant toi.


Les 3 Jeunes Hebreux dans la Fournaise, Catacombe Priscilla, Rome
Les 3 Jeunes Hébreux dans la Fournaise
Catacombe de Priscilla, Rome


Ode 8
Dans la fournaise, comme en un creuset, * brillèrent les enfants d'Israël * par l'éclat de leur piété plus pure que l'or fin, * et ils se mirent à chanter: * Bénissez le Seigneur, toutes Ses oeuvres, * louez-Le, exaltez-Le dans tous les siècles.
Sur le ferme roc de l'amour divin établis mon âme solidement, * divine Mère, et garde-la * inflexible sous les coups des passions, * afin que d'un coeur assuré * je te chante et glorifie dans les siècles.
Trempe la fermeté de mon coeur, Souveraine immaculée, ceins-moi de ta force contre les passions, * me gardant sain et sauf * de leur emprise, de leur amère tyrannie, * afin qu'allégrement * sans cesse je te puisse glorifier.

Gloire: Vierge souveraine, ainsi qu'il est écrit, * mon âme est collée à toi: * étends donc ta droite immaculée * pour me sauver en tout, * me défendre, me garder * et m'obtenir l'éternelle joie.
Maintenant: Divine Mère, tu es devenue * le lumineux tabernacle de notre Dieu, * Sa demeure vivante, immaculée * et le trône flamboyant de l'éclatante divinité; * aussi, nous les fidèles, nous te chantons * et te glorifions dans tous les siècles.


Ode 9
Pour image de ton enfantement nous avons le buisson ardent * qui brûlait sans être consumé; * en nos âmes nous te prions d'éteindre * la fournaise ardente des tentations, * pour qu'alors, ô Mère de Dieu, * sans cesse nous te magnifiions.
Tu es la splendeur de la pureté, * virginale Mère, surpassant* l'entière Création; * moi qui ai terni par la souillure des voluptés, * plus que tous, mon âme et mon corps, * accueille-moi, purifie-moi * par ton intercession.
Me conduisant par les divins sentiers * de la pénitence, fais revenir * mon âme de la route conduisant * à la mort, à l'éternelle perdition, * ô Marie, Mère de Dieu, * propitiation des pécheurs.
Pourquoi m'abandonnes-tu, * toi la lumière de mes yeux, * l'allégresse de mon coeur? * Les épreuves m'encerclent: prends pitié, * sauve-moi, ô Vierge, toi la consolation de tous dans le chagrin et l'affliction.

Gloire: Montagne sainte de notre Dieu, * que la droite du Seigneur * a d'avance préparée, * viens me chercher, car je suis égaré * sur les monts de perdition, * tombé dans les précipices et les ravins: * conduis-moi vers la montagne des vertus.
Maintenant: Par toi, Souveraine immaculée, * nous adressons une hymne à Celui qui sans semence est né de toi * et sans cesse nous te glorifions, * te priant de sauver du châtiment * ceux qui t'honorent avec amour * et te vénèrent selon la vraie foi.


Stichères, t. 1
Réjouis-toi, fertile mont * qu'a franchi notre Dieu, * illustre merveille qui des Anges fais l'admiration, * réjouis-toi, qui remplis de force les Martyrs, * vénérable ornement des pontifes sacrés, * inviolable trésor des indigents, * réjouis-toi, fierté des fidèles t'honorant.
Réjouis-toi, inébranlable donjon, * puissance royale, gloire des croyants, * redressement des hommes déchus, * réjouis-toi, Vierge Mère de Dieu; * réjouis-toi, qui mets en échec * le diable et toute forme de désespoir, * car tu as enfanté le Christ, l'espérance de tous.
Réjouis-toi, Pléiade réunissant * au premier Astre du Ciel * comme étoiles tous tes enfants, * l'ensemble des Chrétiens professant la vraie Foi, * comme mère les chérissant, * leur assurant ta chaleureuse protection * et leur procurant le céleste Paradis.

Gloire... Maintenant
Tes merveilles, qui les dira, * ô Vierge, car Celui * dont l'armée des Anges ne supporte pas la vision, * tu L'as porté comme trône des Chérubins; * Toute-pure, demande-Lui * d'épargner à tous le châtiment * au jour de Sa redoutable Parousie.

(texte d'après l'édition 1996 de la traduction de l'archimandrite Denis Guillaume, sans qui l'Orthodoxie de langue française n'existerait tout simplement pas, dal Bog dobro!)

icone Orthodoxe de la Mere de Dieu source de Vie

Une prière communautaire typique du Grand Carême :
Metr. Stylianos: A l'occasion des salutations à la très sainte Mère de Dieu - explication et méditation de l'archevêque Grec-Orthodoxe d'Australie.


Usage du Theotokarion et la paraklesis à la Mère de Dieu, explications (en anglais) de l'archimandrite Ephrem (monastère grec-orthodoxe de saint André, Manchester, Angleterre)
http://web.ukonline.co.uk/ephrem/lit-parak.htm


Grand Carême : Prière, jeûne & Eucharistie

Une prière personnelle, familiale et communautaire pour le temps du Grand Carême:
P. Schmemann: Carême & prière de saint Ephrem le Syrien

La Liturgie eucharistique particulière pendant les semaines du Grand Carême :
P. Hopko : la Liturgie des saints Dons Présanctifiés (Quinisexte Canon 52)

P. Schmemann : "RADIEUSE TRISTESSE", signification du culte liturgique du Grand Carême

Le jeûne du Grand Carême, explication du p. Thomas Hopko, avec rappel que dans l'Église, les samedis et dimanches sont aussi jours de jeûne. Liens vers les Règles du jeûne dans divers Synodes Orthodoxes de Rite Occidental & méditations sur le jeûne

Garde-manger et recettes pour le Carême Orthodoxe byzantin - réflexions sur le jeûne, les règles, le sens du jeûne et des règles, et .. saint Martin de Tours

Grand Canon de saint André de Crête, in extenso :
http://www.forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=1789



aaah, enfin un vrai repas carémique! ;-)

NOTES LITURGIQUES
(d'après une page de 2006 du site de l'Église Orthodoxe en Estonie)

Le lundi qui suit le Dimanche de l'abstinence de laitage ("tyrophagie") est le premier jour du Grand Carême proprement dit. Pendant 40 jours l'Église nous invite à nous préparer au temps de la Passion et au temps de Pâques.

1) LE JEÛNE
On ne peut ignorer ou traiter à la légère la question du jeûne alimentaire, à laquelle s'attache une authentique valeur spirituelle. Car le jeûne est une "mise en disponibilité" envers le Christ et sa Parole. Mais il ne faut pas non plus le restreindre autour de la seule abstinence alimentaire. Le jeûne doit surtout nous aider à mieux contrôler nos actes, nos pensées, nos paroles; à mieux concentrer notre attention sur les exigences du Seigneur, à nous ramener à nos vraies dimensions pour que le prochain soit rehaussé. Le jeûne est un "tout" dont on ne doit pas scinder les aspects intérieurs et les aspects extérieurs, mais où les premiers sont les plus importants.

2) LES LITURGIES EUCHARISTIQUES
a) En semaine
Selon notre discipline, les jours de jeûne (c'est-à-dire tous les jours de Carême, sauf le samedi et le Dimanche, jour de la Résurrection), il n'y a pas de célébration de la Divine Liturgie en signe de pénitence. Pour permettre cependant aux fidèles de communier, les Saintes Espèces sont soigneusement conservées après la Liturgie du Dimanche et sont offertes aux fidèles, les mercredis et vendredis, au cours d'une Liturgie dite des Présanctifiés, c'est-à-dire dont les Saintes Espèces ont été préalablement consacrées. Aussi cette Liturgie qui est plus exactement un office de Vêpres suivi de Communion, ne comporte pas de consécration eucharistique.
Le Samedi, on célèbre la Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome.
b) Le Dimanche
Durant tout le Carême, on célèbre la Liturgie de saint Basile le Grand au lieu de celle de saint Jean Chrysostome.
Cette Liturgie est célébrée 10 fois par an dans l'Église, comme suit :
- les 5 premiers Dimanches de Carême,
- le Jeudi Saint, le Samedi Saint,
- la veille de Noël et de la Théophanie (Épiphanie) -mais si ces fêtes tombent un dimanche ou un lundi, la Liturgie de Saint Basile aura lieu le jour même de la fête -,
- le 1er janvier, fête de Saint Basile.

3) LES GRANDES COMPLIES
C'est le dernier des Offices du jour, que l'on dit les lundis, mardis, mercredis et jeudis du Grand Carême.
Dans cet office on lit une grande prière biblique de pénitence, celle de Manassé, roi de Juda.

4) LE GRAND CANON DE SAINT ANDRÉ DE CRÊTE
Il est lu par partie aux Grandes Complies, les lundi, mardi, mercredi et jeudi de la première semaine de Carême, et intégralement le mercredi soir de la cinquième semaine. C'est un grand poème de 250 strophes, réparties en 9 Odes.

5) L'HYMNE DE L'ACATHISTE
C'est un long poème de louange à la Sainte Vierge Marie, qui comprend 24 strophes, disposées selon un ordre alphabétique et divisées en 4 parties. Les 4 premiers vendredis de Carême, on en lit successivement une partie le soir à Complies. Le cinquième vendredi, on lit tout l'hymne.
L'office s'appelle "acathiste" parce qu'on le chante debout. Littéralement c'est l'hymne pendant le chant duquel on ne s'assoit pas.
En 626, les Avares et les Perses assiégeaient Constantinople, dont l'empereur était Héraclius. Le clergé et le peuple passèrent alors passé la nuit entière en prière, chantant debout cet hymne à la Vierge. Et la ville fut sauvée. On ajouta par la suite le souvenir de 2 autres délivrances de Constantinople, lorsque la ville eut à soutenir le siège des Arabes en 677 et 717. L'auteur de l'hymne serait pour les uns le patriarche Serge de Constantinople, pour les autres son archiviste, Georges le Pisside.


icone de la Protection de la Mere de Dieu, Russie, 19sLa Protection de la Vierge
seconde moitié du 19ème siècle, 21,8 x 18 x 1,4cm.
Lithographie sur métal. Atelier des frères Jako et Bon Akker.
Source & (c)



6) LE PREMIER SAMEDI DE CARÊME
nous faisons mémoire du miracle des "kolybes" (kolyva, kolyba) de saint Théodore le conscrit, qui mourut martyr au 4ème siècle. Voici comment eut lieu ce miracle : Julien l'Apostat ayant ordonné d'exposer au marché des produits déjà offerts aux idoles et pollués par le sang des victimes, le saint martyr apparut au patriarche de Constantinople Eudoxe pour avertir les Chrétiens de ne se nourrir que de kolybes, grains de blé bouillis à l'eau et assaisonnés de sucreries, et que nous consommons encore quand nous célébrons nos requiem.

Saint Grégoire le Grand (12/3)

Il y a une telle quantité de saints et de textes à traduire & publier ces jours-ci que j'ose cette impasse : remettre saint Pol de Léon et saint Grégoire le Grand à l'année prochaine. Voici cependant une brève notice et enluminures en son honneur.


Saint Gregoire le Grand enseignant
Saint Grégoire le Grand enseignant
Auxerre - BM - ms. 0128, f. 004v
Vita s. Gregorii Magni, par Johannes Hymonides diac., milieu 12ème s.
Quincy, abbaye Notre-Dame probablement
source & (c)




"Fils du sénateur Gordianus, et par la suite lui-même sénateur et gouverneur de la ville de Rome. A la mort de son père, Grégoire s'abandonna à la vie spirituelle. Avec sa richesse héritée, il bâtit 6 monastères en Sicile et le 7ième dans la ville de Rome, en l'honneur de l'Apôtre saint André. C'est là qu'il fut tonsuré moine. Sa mère Sylvia entra au couvent et fut tonsurée moniale. Après la mort de l'évêque Pélage 2, pape de Rome, Grégoire fut choisit comme évêque. Il fuit cet honneur et cette autorité en se cachant dans les montagnes et ravins, mais le Seigneur le dévoila à ceux qui le cherchaient de la manière suivante : une colonne de feu s'éleva du sol vers le ciel à l'endroit où Grégoire se cachait.
Il fut exceptionnellement charitable. Tous ses revenus étaient utilisés pour bâtir des abris et des hospices pour les nécessiteux. Souvent, il invitait les moins bien lotis et les servait à table. Il passait son temps à écrire des livres inspirés. Il est aussi appelé 'Dialogos' à cause d'un livre qu'il rédigea sous ce titre, dans lequel il rapporte les miracles accomplis par des saints d'Italie. Il composa aussi la "Liturgie des Pré-Sanctifiés," que l'on célèbre les mercredi et vendredi durant le Grand Carême. Son archidiacre Pierre vit une colombe voler au-dessus de la tête de Grégoire pendant qu'il était assis et occupé à écrire. Il se présenta devant le Seigneur en 604."
Prologue d'Ochrid
Saint Nicolas Velimirovic, évêque de Zica & Orchid

Le site Orthodoxia "pages du Rite Orthodoxe Occidental" est dédié à saint Grégoire le Grand :
http://home.scarlet.be/orthodoxia/

Jeûner: La belle leçon de la grande duchesse-martyre Anastasia

La véritable princesse Anastasia ne se trouve pas dans le dessin animé hollywoodien bien connu, mais au Ciel, d'où elle intercède, elle aussi, pour qui la prie de le faire. Et nous qui entamons le jeûne du Grand Carême dans l'opulence et les facilités, regardons un peu cette famille martyre qui, soumise aux manques et persécutions, ne négligeait cependant pas ses devoirs sacrés, comme veiller aux soins de son âme, et jeûnait (au point d'en ressentir les effets physiques) et se préparait toute la semaine durant pour aller à l'église, et s'en réjouissait. Quelle leçon!


sainte grande duchesse martyre Anastasia de RussieEnfant-martyre impériale et porteuse de la Passion,
grande duchesse Anastasia,
prie Dieu pour nous, моли Бога о нас!


Anastasia, fille cadette [du couple impérial russe], naquit en 1901; au départ, c'était un peu un garçon manqué et le clown de la famille. Elle était de plus petite taille que les autres, avait un nez droit, et de magnifiques yeux gris. Raffinée et spirituelle, elle avait aussi des talents de comédienne et faisait rire tout le monde. Elle était douce et aimait les animaux. Elle avait un petit chien [appelé Shvybzik], de race japonaise, que toute la famille appréciait. Anastasia emporta son chien dans ses bras, lorsqu'elle descendit dans la cave à Ekaterinburg, en cette nuit fatale du 4 juillet, et le petit chien fut massacré avec elle.
massacre de la sainte famille imperiale de Russie en 1917
Biographie traduite de (Source: Orthodox America (Newspaper) Editor: Mary Mansur., par Matushka Natalia Sheniloff de Baltimore, Maryland- Vol. XVI, No.6 (146)., February, 1997., pp. 8 & 10)

Pendant des décennies, l'Occident a vécu avec une image de la famille impériale qui lui avait été fournie par .. les assassins, les dirigeants de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Une image déformée, contredite par tous les témoins directs d'époque. On ne comprend pas pourquoi nos media, nos livres scolaires, etc, ont toujours préféré les versions mensongères à celles des témoins directs, comme p.ex. Celle de m. Pierre Gilliard, ce citoyen Suisse qui avait été précepteur des enfants impériaux de 1905 à 1918, ayant suivit volontairement leur exil et été forcé par les soviétiques à les abandonner 2 mois avant le martyre. Ou les ambassadeurs, et autres personnalités ayant fréquenté la famille impériale de Russie. Qui tous donnaient une image radicalement différente. Et puis il y avait les courriers des martyrs. Même ceux la jeune Anastasia, comme le montre cette lettre de Tobolsk, adressée à sa tante Xenia Romanova, soeur du Tsar saint Nicolas II. Elle l'a écrite dans cette avant-dernière étape, en Sibérie, avant l'Oural, avant le martyre. Le Parti Socialiste Soviétique, les Bolchéviques donc, a déjà le contrôle du pays, la famille sait que son sort est scellé. Leur vie y était éprouvante. Et pourtant..


Grande Duchesse Xenia Romanovna -->

Tobolsk 8/21 Mars 1918
Ma chère et douce tante Xenia,

Mille mercis pour la carte postale qui vient juste d'arriver. Pour le moment, grâce à Dieu, nous sommes vivants et en bonne santé. Nous sommes toujours si heureux de recevoir de vos nouvelles. Comment va la santé de grand-mère? Nous nous souvenons et parlons souvent de vous tous.

Ces jours-ci sont presque toujours ensoleillés et il commence à faire chaud, c'est plutôt agréable! Nous faisons notre possible pour aller pendre l'air. Nous ne savons plus glisser de la colline (quoi qu'elle soit encore là) car ils l'ont endommagée, et ont placé un drainage à travers, de sorte que nous ne pouvons plus l'utiliser. Apparemment, ils semblent s'être calmés à ce sujet car ça choquait la vue pour beaucoup de gens tout un temps durant. C'est vraiment bête et pathétique.

C'est bien, nous avons trouvé de nouvelles choses à faire. Nous scions, coupons et fendons le bois de chauffage, et c'est une tâche très utile et agréable. Nous y sommes déjà plutôt adroites. Ce faisant, nous pouvons en aider beaucoup, et pour nous c'est un passe-temps. Nous nettoyons les allées et le porche, nous sommes devenues gardiennes des portes! Je ne suis pas encore devenue un éléphant, quoi que cela pourrait bien vite arriver. Je ne sais vraiment pas pourquoi tout ça, peut-être est-ce à cause du manque de mouvement, bien que je n'en sache rien.

Je vous en prie, pardonnez mon écriture hésitante, ma main tremble si terriblement. Nous avons tous jeûné cette semaine et chanté les hymnes entre nous à la maison. Pour finir, nous avons pu aller à l'église! Et nous avons pu y recevoir la Communion.

Quant à vous, comment allez-vous tous, et comment vous en sortez-vous? Rien de particulier ne nous est arrivé que je devrais mentionner.

A présent je dois terminer, car nous allons au jardin pour travailler, etc. Nous vous embrassons tous très fortement, et moi aussi, et tous les autres ici!
Au revoir, Tantine bien-aimée!
Dieu vous sauve! Tout le monde vous remercie beaucoup pour vos salutations et vous envoie les sienne aussi.
Votre A. chérie
Anastasia Nikolaevna