"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 septembre 2008

Les 3 sortes de menteurs (st Dorothée de Gaza)

http://thehandmaid.wordpress.com/2008/08/29/three-kinds-of-liars/

Le refus de se confesser, par Ilya Repin (1879-1885)

Il y a 3 sortes de menteurs : ceux qui mentent en pensée, ceux qui mentent en parole, et ceux dont la vie même est mensonge.
Le menteur en pensée, par exemple, est quelqu'un qui est soupçonneux. S'il voit 2 personnes discutant, aussitôt il s'imagine que c'est de lui qu'on parle. Si elles cessent de parler, il est convaincu que c'est parce qu'elles l'ont vu approcher. Quoi qu'on puisse dire de lui, il l'interprète comme une attaque personnelle. Une telle personne ne cherche pas la vérité, mais se nourrit de suppositions. D'où une curiosité malsaine, une culture du scandale, une habitude de l'écoute indiscrète, de la querelle, et des jugements hâtifs.

Le menteur en parole, par exemple, c'est un fainéant qui se lève tard le matin et au lieu de dire "excusez-moi, j'ai commis une faute," il prétendra qu'il s'était senti mal et incapable de se lever à temps. Ou une personne qui veut quelque chose mais au lieu de dire "j'aimerais ceci," il embobine les autres avec des paroles comme "je me sens mal, j'aurais besoin de ceci, ou de cela.."

Et enfin, il y a ceux dont la vie même est un mensonge : un débauché qui prétend être chaste, un avare qui prétend aimer les pauvres (et d'autres dans le genre). Ce sont des gens qui ont 2 façades, leur apparence externe est totalement différente de leur réalité interne. Toute leur existence n'est que duplicité, de faux-semblant.


Saint Dorothée de Gaza

17 septembre 2008

La sensibilité, atout et faille à la fois (Ancien Porphyrios)

http://thehandmaid.wordpress.com/2008/08/29/turning-upwards/

Le chemin vers le Christ, Mikhail Nesterov (1911)


Certains deviennent extrêmement affligés par l'état de ce monde. Ils sont choqués quand ils voient que de nos jours, la volonté de Dieu n'est pas accomplie par les autres, et par eux-mêmes aussi, et ils ressentent la douleur physique et psychologique des autres. Cette sensibilité est un don de Dieu. Nous la retrouvons plus fréquemment chez les femmes. Les âmes dotées de cette sensibilité sont particulièrement réceptives à la volonté de Dieu. Ces âmes sensibles ont la capacité d'effectuer beaucoup de progrès dans la vie en Christ, parce qu'elles aiment Dieu et ne veulent en rien Lui déplaire. Cependant, elles courent un danger. Si elles ne confient pas entièrement leur vie au Christ, il deviendra possible à l'esprit mauvais d'exploiter leur sensibilité, et de les guider sur la voie de la dépression et du désespoir.

On ne sait pas corriger la sensibilité. On ne peut que la transformer, la modifier et la transfigurer, de sorte qu'elle devienne amour, joie et adoration. Comment? En se tournant vers le Ciel. En transformant toute peine en connaissance du Christ, amour du Christ, et adoration du Christ. Et le Christ, Qui est toujours prêt et avide de nous aider, viendra vous donner Sa grâce et Sa force, afin de transformer la peine en joie, en amour de votre prochain, et pour L'adorer. C'est ainsi que se dissiperont les ténèbres. Rappelez-vous saint Paul. Que disait-il? "Je trouve actuellement ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous" (Col. 1,24).

Ancien Porphyrios, "Wounded by Love"



autre photo de l'Ancien Porphyrios, de bienheureuse mémoire:
http://bluedusk.blogspot.com/2007/11/saint-ancien-poprhyrios-de-kafsokalyvia.html
.

16 septembre 2008

La soif, le désert, le puits, et le serpent (apophtegmes)

http://thehandmaid.wordpress.com/2008/09/16/to-%ef%ac%81ll-a-jar-with-water/


Obédience au monastère, par Efim Volkov (pas de date)


Un jour, abba Dorothée m'envoya à son puits vers la 9ème heure, afin d'y remplir une jarre pour nous rafraîchir. Alors que j'y arrivai, je remarquai qu'une vipère se trouvait dans le puits, et je n'en tirai aucune eau, mais retournai vers lui et lui dit : "Nous mourrons, abba; j'ai vu une vipère dans le puits!"
Mais il sourit avec assurance, puis me regarda, secoua la tête et dit : "Si le diable trouve bon de se transformer en serpent ou en tortue dans chaque puits, et tombe dans notre eau de boisson, allons-nous rester assoiffés à jamais?"
Et il partit et tira de l'eau du puits en question, et il fut le premier à étancher sa soif en en buvant. Il dit ensuite : "Là où va la Croix, le démon de tout perd pied."

Pallade, Histoire Lausiaque, 2.4 (début 5ème siècle)

15 septembre 2008

Ouvre-Moi (st Ambroise de Milan)

http://thehandmaid.wordpress.com/2008/08/22/open-to-me/



Même lorsque tu dors, si le Christ en est venu à connaître la dévotion de ton âme, Il vient et frappe à sa porte et dit "Ouvre-Moi, Ma soeur."
"Soeur" est tout à fait approprié, car le mariage du Verbe et de l'âme est spirituel. Car les âmes n'ont pas besoin d'alliances de mariage ou de l'union corporelle, mais elles sont tels les Anges au Ciel. "Ouvre-Moi", mais reste fermée pour les étrangers. Fermée au temps qui passe, fermée au monde, ne franchissant pas sa porte pour les choses matérielles, n'abandonnant pas sa propre lumière pour partir à la recherche d'une autre car la lumière matérielle répand un brouillard sombre, de sorte que la lumière de la vraie gloire ne puisse plus être vue. Dès lors, "Ouvre-Moi" et ne sois pas ouverte à l'adversaire, ni ne laisse passer le démon. "Ouvre-toi à Moi", ne reste pas confinée, mais accueille, et Je te comblerai. Et parce que, durant Mon passage par ce monde, J'ai trouvé beaucoup de trouble et de contrariété, et n'ai pas même eu de lieu où reposer, alors toi, ouvre-toi, de sorte que le Fils de l'Homme puisse reposer Sa tête en toi, car Il ne trouve repos nulle part si ce n'est chez l'humble et le doux.

Saint Ambroise de Milan

14 septembre 2008

Pas de Résurrection sans la Croix – homélie pour l'Exaltation universelle de la sainte Croix

video
Vénération de la Croix pendant la Divine Liturgie
paroisse saint Silouane l'Athonite & saint Martin de Tours
Bruxelles, 14/9/2008

Homélie pour le 14 septembre 2008,
dimanche de l'Exaltation de la sainte Croix

alt.religion.christian.east-orthodox


Épître : 1 Corinthiens 1,18 - 24
Évangile : saint Jean 19,6-11; 13-20; 25-28; 30-35

"Pour moi, Dieu me garde de trouver ma fierté autre part que dans la Croix de notre Seigneur Jésus Christ."

Ces paroles du grand Apôtre des Nations, Paul, les adressa aux Galates (ch 6, v.14), faisant référence à la sainte Croix. Pour nous Chrétiens, pour toute l'Église Orthodoxe, la Croix constitue un grand don de Dieu sur terre et dans nos vies. Un don d'une immense valeur, qui manifeste l'amour sans limites de Dieu. Elle a été teintée du plus saint des sangs, celui de notre Seigneur, elle est devenue le symbole de la rédemption, la bannière de la victoire, la fierté de notre Église.

Elle tient la place principale et centrale dans notre église. Quelle preuve plus profonde de son salut personnel pourrait avoir un Chrétien, que le fait que Dieu S'est Lui-même sacrifié pour lui? C'est pourquoi l'âme Chrétienne a placé la Croix à la position du plus grand honneur dans l'Église, et la place dans les maisons comme signe d'offrande et de prière. Chaque croyant porte une croix sur sa poitrine, lui chante des louanges et l'identifie au Christ Sauveur, Qui a souffert sur elle. L'âme Orthodoxe honore la Croix de notre Seigneur, avec pour résultat que la toute première chose qu'une mère enseigne à son enfant, c'est comment convenablement tracer sur soi le Signe de Croix.

Le motif de la Crucifixion, qui est folie et stupidité pour certains, et un obstacle pour d'autres, est pour nous croyants "la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu." La Croix est le plus grande arme contre le démon, rien ne fait peur à celui qui a la Croix incrustée dans son âme. Aujourd'hui, notre Église célèbre l'Exaltation universelle de la sainte Croix, et au moyen de cette cérémonie, elle cherche tout d'abord à nous montrer toute la signification de la position de la Croix, non seulement dans l'église, mais aussi dans son culte, et afin de nous offrir l'opportunité de l'honorer en la vénérant.

Le fidèle se tient à l'ombre de la Croix, afin de confier toute sa foi, ses angoisses, ses joies et ses craintes, et de là, il tire la force pour continuer sa lutte, dans sa marche semblable à celle du Christ, menant le bon combat. Sur la Croix, le Seigneur "étendit Ses mains et réunit tout ce qui était autrefois séparé," comme le proclame une si belle hymne du Mercredi Saint. La Croix a abrogé tout ce qui était péché, et fendu le mur de séparation en deux. Elle a libéré l'homme charnel et lui a donné bien d'autres perspectives spirituelles. Elle l'a élevé jusqu'à la sphère de l'Esprit et de la vie éternelle. Elle a fait descendre Dieu en personne sur terre, elle est devenue l'échelle par laquelle l'homme peut monter au Royaume de Dieu, et c'est pour tout cela qu'elle est devenue notre fierté.

Mon frère, le Christ a été crucifié pour notre Salut, et par Son sacrifice, Il a sanctifié ce symbole sacré afin de nous sauver, toi et moi, d'unir le céleste au terrestre, et les choses du présent avec celles du temps futur, d'accorder (même) dès maintenant le Salut et la joie au lutteur Chrétien, et à l'homme qui combat et peine pour son Salut.

Dans l'Ancien Testament, nous voyons Moïse dans le désert, qui éleva le serpent d'airain comme modèle de la Croix, de sorte que tout ceux qui tournèrent leur regard vers cela avec foi furent sauvés de la mort corporelle. Dans le Nouveau Testament, le Salut de l'homme est obtenue de cette manière unique. Le Christ, Se sacrifiant Lui-même, monte sur la Croix afin de nous donner le précieux Salut pour notre âme. Aujourd'hui, en cette époque qui est caractérisée par le rationalisme, le motif de la Crucifixion constitue une folie, une stupidité pour certains, et un obstacle pour d'autres – l'homme rationnel, dans son aspiration à voir sa faim et sa soif de Dieu comblées, est pris au piège des étroits labyrinthes de sa pensée logique, et il n'est pas capable de comprendre le mystère de la Crucifixion, le mystère de la justice de Dieu, le mystère du Salut de l'humanité. La Croix constitue le commencement et l'aboutissement de l'amour de Dieu pour l'homme. Et alors que pendant ces jours-ci, nous aurons le regard tourné vers le bois vivifiant de la Croix de notre Seigneur, souvenons-nous des paroles du philosophe Blaise Pascal : "Jésus sera en état d'agonie jusqu'à la fin du monde."



Ô Maître, nous vénérons Ta Croix, et nous louons et glorifions Ta sainte Résurrection.
Amen.

lifting up of the Holy Cross


Archimandrite Ioannis Tsaftarides
archevêché de Johannesburg et Prétoria
Afrique du Sud
http://www.orthodoxjohannesburg.org.za/




.