"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 décembre 2008

Saint Nicolas de Myre nourrit miraculeusement des pères Athonites pendant l'occupation fasciste

saint Nicolas, port de iera moni Grigoriou, dans le port, en bas du chemin montant au monastère


Iera moni Stavronikita est un monastère athonite dédié à saint Nicolas de Myre. Il possède des reliques de saint Nicolas reçues avant le vol du restant à Myre et leur enlèvement vers Bari, où elles se trouvent encore.

Saint Nicolas nourrit des pères Athonites pendant l'occupation fasciste
http://www.orthodox.net/stnicholas/miracle-nicholas-athos.html

"Que se passe-t'il?" demanda le prêtre inconnu. "Est-ce tout le blé que vous avez? Pas plus que ça?"

Les pères du monastère athonite répondirent qu'en effet, c'était tout ce qu'il leur restait. On était en décembre, et ils étaient dans l'impossibilité d'en acheter plus, à cause de l'occupation fasciste. Il est à remarquer que 10.000 oka de blé étaient nécessaires pour l'approvisionnement d'un an du monastère, et qu'ils n'avaient pas pu en acheter un seul oka (*).

Le mystérieux prêtre prit quelques grains de blé en main, les bénit, et les jeta sur le restant du blé. Il bénit les 4 points cardinaux, le monastère et la mer, puis s'apprêta à partir.

"D'où venez-vous?" demandèrent les pères. "Restez avec nous, partageons un peu de pain et des olives."

"Je viens de très loin – de Myre en Lycie," dit-il, et il partit.

Entre-temps, un des frères était partit pour chercher de la nourriture pour offrir au visiteur, mais l'ancien, qui s'était donc avéré être le protecteur du monastère, avait disparu. Les 150 oka restants de blé béni suffirent pour une demi année, à savoir depuis le mois de décembre où saint Nicolas leur était apparu, jusqu'au mois de juillet suivant, lorsque la nouvelle récolte fut moissonnée.

Récit d'un gerontikon athonite.

(*) mesure turque, 1 oka = +/- 2,5kg

Agios Nikolaos, fresque du 12ème siècle
église Agios Nikolaos tis Stegis.
On y remarque la Mère de Dieu qui lui rend son étole, que le Concile lui avait retirée pour avoir giflé l'hérétique Arius
.

Néo-Martyr Nicolas Karamos de Smyrne (+ 1657)


Saint Nicolas Karamos, néo-martyr Grec,
pendu à Smyrne

http://www.abbamoses.com/months/december.html

Nicolas était un Chrétien vivant à Smyrne durant le joug Ottoman. Un jour, il perdit son calme dans une dispute et s'exclama qu'il deviendrait "Turc" avant qu'il n'abandonne la partie. Aussitôt, des Turcs qui avaient vu la dispute s'emparèrent de Nicolas et le traînèrent devant le juge, afin qu'il y honore sa promesse. Nicolas, qui avait retrouvé son calme, déclara : "Plaise à Dieu, mais jamais je ne renierai mon Seigneur Jésus-Christ, le Vrai Dieu qui viendra juger les vivants et les morts." Le juge fit flageller et torturer l'humble confesseur pendant 36 jours, mais il demeura ferme dans sa confession du Christ, même malgré les larmes de sa mère et de sa femme. Pour finir, le juge le fit pendre, le 19 mars 1657. Ses tourments et sa fermeté dans la Foi avaient été vus par des visiteurs occidentaux; ils en furent si touchés qu'ils allèrent récupérer son corps à la mer (où il avait été jeté après la pendaison) et l'emmenèrent en Europe.

Dieu est admirable en Ses saints! Psaume 67,36 (LXX)

Tous les néo-martyrs de Grèce, tous les saints de Grande Bretagne (diacre Michael)
http://www.orthodox-christian-comment.co.uk/properofseason-all_the_new_martyrs_of_greece_&_all_saints_of_britain.htm

[homélie pour le 3ème dimanche de Matthieu]

Aujourd'hui, nous nous souvenons de ceux qui ont rendu témoignage au Christ durant les siècles de l'occupation turque. Nous devrions penser à la Grèce non pas seulement en terme du territoire que nous voyons à présent définit comme Grèce, mais aussi le pays qu'à présent nous appelons la Turquie. Parmi ces martyrs, on trouve le dernier empereur qui mourut en combattant aux portes de Constantinople; l'entièreté de la noblesse et des dirigeants tués le 29 mai 1453, et tous les Chrétiens, paysans, marchands, et fonctionnaires de quelque rang que ce soit, qui au cours des siècles qui suivirent eurent à faire le choix suivant : Christ ou le système, mon Dieu ou ma survie physique?
Nombreux furent ceux qui eurent à affronter pareille question en Russie pendant la Révolution, et le 5/7, nous commémorons sainte Élisabeth, la grande duchesse qui fut assassinée en 1918 avec sa fidèle compagne la moniale Barbara. Élisabeth avait été l'épouse bien souffrante de l'arrogant grand duc Sergei, assassiné en 1905. Après cela, elle changea complètement de vie, devenant moniale. Elle fonda un monastère, d'où en furent fondés bien des autres dans les provinces de Russie. Hôpitaux et senioreries lui envoyaient leurs cas les plus graves, et elle s'en occupait elle-même. Élisabeth vivait sa Foi en agissant, ce qui amenait des changements dans le monde qui l'entourait. En 1918, elle fut jetée vivante au fond d'un puits de mine, avec sa compagne de martyre, et on leur jeta des grenades. Avant d'être poussée en bas, Élisabeth chanta le "Phos ilaron" – "joyeuse Lumière." Alors qu'elle était à genoux à attendre d'être massacrée, elle priait : "Toi, Dieu bien-aimé, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font." Ryabov, un des meurtriers, qui avait jeté les grenades dans le fond, a rapporté l'horreur que lui inspirait le chant des victimes depuis le fond de la mine, qui chantaient "Seigneur, sauve Ton peuple." Lorsque les corps furent retrouvés, il fut évident que sainte Élisabeth avait pansé blessures et fractures avec des bandes de vêtements. Voilà la Foi active, courageuse, aimante. Le Christ avant tout, pas ma survie.

Et les saints de Grande Bretagne – que savons-nous d'eux? Pour les Orthodoxes, la Grande Bretagne ne semble pas être un endroit très probable pour trouver des saints. Mais jusqu'au 11ème siècle, lorsque les Orthodoxes furent pour finir distingués des christianismes latins d'Occident par des différences religieuses, les saints britanniques étaient en un sens aussi nos saints. Les Chrétiens de Grande Bretagne et d'Irlande étaient en relation avec les Églises d'Orient, et avaient une vie de prière et spirituelle qui étaient comme celles de l'Orthodoxie. Des saints tels Columba, Patrick, Ninian, David, Cuthbert. D'autres dont les noms ne sont à présent plus grand chose d'autre que des noms de lieux, tels les saints de Cornouailles. Cependant, chacun de ces saints pouvait chanter cette antique hymne de l'Église, Phos ilaron, avec une joie, un but, une Foi. "Joyeuse Lumière de la sainte gloire du Père.. il est digne de Te célébrer en tout temps par des louanges, ô Fils de Dieu et donateur de Vie: c'est pourquoi le monde entier Te glorifie!"

L'épître de la Liturgie du jour éclaire cette Foi (Rom. 5,1/10). Paul exprime les qualités de vie d'un croyant. Paul écrit aux Romains, qui avaient été baptisés étant déjà adultes. Ils avaient changé leurs vies, accepté l'Évangile, et vivaient avec un conflit conscient entre le bien et le mal. Devant eux, la vision de la gloire de Dieu. Tout autour d'eux, les tentations du monde païen. Paul dit que "Étant donc justifiés par la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ. À Lui, nous devons d'avoir accès à cette grâce où nous demeurons fermes, et nous mettons notre fierté en l'espérance de la gloire de Dieu." Mais Paul dit que ce n'est pas qu'en ça que nous pouvons "mettre notre fierté." Il y a aussi nos souffrances : "nous mettons notre fierté jusque dans nos afflictions, car nous savons que l'affliction produit la patience, la patience mène à la fidélité, et la fidélité conduit à l'espérance. Or, l'espérance ne trompe pas, car l'amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs par l'Esprit-Saint qui nous a été donné." Paul dit que lorsque le Christ mourut pour nous, nous étions dans l'impasse : "À peine accepterait-on de mourir pour un juste; peut-être, pour un homme de bien, consentirait-on à mourir. Mais voici une preuve de l'amour de Dieu pour nous: au temps où nous étions encore pécheurs, le Christ est mort pour nous." Ceci est vrai même pour les saints, et vrai pour nous qui luttons pour arriver à leur ressembler. Paul continue : "Si, étant encore ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de Son Fils, à plus forte raison après réconciliation, serons-nous sauvés par Sa vie." Le langage de Paul fait référence au baptême que ses lecteurs avaient vécu comme adultes, expérimentant leur cheminement vers la lumière de la véritable connaissance d'eux-mêmes et de leur Sauveur. Le Christ ou le système, mon Dieu ou ma survie physique? Paul avait eu à faire face à la question et avait choisi le Christ. Ainsi en fut-il de tous les martyrs.

L'Évangile, c'est uniquement 2 versets (Mt 6,22-23). La signification est limpide. "La lampe du corps, c'est l'oeil. Ton oeil est-il sain, ton corps entier jouira de la lumière; ton oeil est-il malade, ton corps entier sera dans les ténèbres. Si la lumière qui est en toi est ténèbres, combien épaisses seront les ténèbres elles-mêmes." Jésus dit que l'oeil apporte la lumière intérieure, ou la clairvoyance, ou la sagesse, au corps tout entier. La différence entre vue et aveuglément, c'est la capacité de l'oeil à percevoir la lumière et à la communiquer au cerveau afin que l'image soit comprise, et devienne sujet de réflexion. Le même processus, qu'il prenne une milliseconde ou une minute. "Si l'oeil est sain," dit Jésus; et le terme pour sain, "aplous," peut signifier seul, ou simple ou généreux. Dans un verset antérieur de ce chapitre, Jésus a dit qu'un disciple devrait être généreux dans ses dons à Dieu; et dans la Prière du Seigneur (v. 9-13), Il a ramené la question de nos relations à Dieu à des termes très simples : Foi, bonnes oeuvres, repentance, et pardon des offenses d'autrui. Cette constance que Jésus avait enseignée dans ce chapitre, est en contraste avec l'inconstance et le double jeu des hypocrites. Le mot pour malade, "poneros," comporte la suggestion de fausseté ou de tromperie : du mal, dans le sens de la Prière du Seigneur.

Ainsi donc, Jésus enseigne que si votre oeil spirituel est concentré sur la source de lumière, Dieu notre Père céleste, vous verrez l'intérieur de votre coeur avec clarté; mais si vous avez une vision à 2 niveaux, une vision spirituelle défectueuse, si vous êtes un hypocrite, vous ferez l'impossible – vous tenterez de servir des buts contradictoires, Dieu et l'argent, comme Jésus l'explique plus loin au verset 24. Dieu, pas le système; le Christ, pas ma survie physique.

Parfois, nous pourrions penser que si nous pouvions vivre dans une situation entièrement Orthodoxe, en Grèce, à Chypre, ou dans quelqu'autre patrie de la Foi, notre propre vie spirituelle serait bien plus complète, plus sainte. C'est une illusion. La vérité est que dans chaque pays il y a des problèmes pour la Foi et des tentations pour la vertu. Toujours la même question : Christ ou le système, mon Dieu ou ma survie physique? Il y a toujours besoin de lutter; il y a toujours besoin de prier "alla risai imas apo tou ponirou." Les Nouveaux Martyrs de Grèce, et de Russie, et tous les saints de Grande Bretagne ont tous vécu la même lutte. Simplement, cette lutte c'est pour voir la Lumière, pour être pleinement baigné de lumière, et pour refléter cette Lumière au monde. Et quand nous réalisons cet effort, même si nous échouons et que nous avons à recommencer la lutte, alors nous permettons aux autres de voir la gloire. Car, comme le disait saint Irénée de Lyon, "la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, et la vie de l'homme, c'est de voir Dieu" (S. Irenaeus, Adv. Haer. IV, xx, 6).

Diacre Michael R. Brett-Crowther, 6 juillet 2003

Le diacre Michael est un clerc du patriarcat de Constantinople; avec la bénédiction du métropolite roumain Joseph, il sert dans la paroisse roumaine de la Protection de la Mère de Dieu à Toulouse, France.


Αγιος Νικόλαος, Αρχιεπίσκοπος Μύρων της Λυκίας, ο Θαυματουργός
Saint Nicolas, archevêque de Myre en Lycie et thaumaturge

.

Pub de la honte: Saint Perrier Sexy Tour contre saint Nicolas de Myre


Un peu partout dans Bruxelles, de grandes affiches annoncent une "soirée chaude" avec une affiche présentant une mascarade de saint Nicolas. Comme chaque année, à l'approche soit de Pâques, soit de Noël, les plus mécréants et les plus nuls d'entre les responsables & commanditaires de nos agences de publicité ressortent leurs vieilles idées anti-chrétiennes pour faire la promotion de tel ou tel produit de grande consommation. C'est lassant, ce manque d'imagination. Et insupportable de nous obliger à subir ces agressions dans nos rues, car nous aussi, par nos impôts, nous les avons payées.


Et puis, posons-nous un peu la question suivante.

En dehors d'émeutes et de massacres un peu partout sur terre mais surtout chez nous, que pensez-vous qu'il se passerait si ce publiciste qui salit saint Nicolas, un des Pères du 1er Concile Oecuménique, célèbre archevêque de Myre en Lycie et thaumaturge, si ce courageux blasphémateur utilisait un personnage célèbre de la religion musulmane, l'affublant d'une prostituée accrochée à ses basques, le héros étant montré en slip de bain, et que ce publiciste utilisait cela pour une campagne de promotion d'une boisson populaire? En dehors des prévisibles et pacifiques émeutes des populations exogènes que cela choquerait, tout le ban et l'arrière-ban du monde politique condamnerait, les "associations anti-racistes" (pourvu que la victime soit non-occidentale) appelleraient sans hésiter au lynchage, le pouvoir médiatique clouerait l'individu au pilori socio-économique, et le pouvoir judiciaire, "indépendant" comme on sait, se ferait un devoir autant qu'un plaisir d'instruire (à charge) le malandrin.
Idem s'il lui avait pris l'idée d'utiliser un rabbin, un moine bouddhiste, etc.
Et pourquoi le larbin de la donzelle doit-il porter une croix brillante bien grande et visible?
C'est tout de même étrange que le blasphème est toujours toléré et même largement diffusé dès lors qu'il s'agit de Christianisme, non? Il paraît que c'est leur libre-pensée qui veut cela. On se demande le poids de leurs chaînes, pour être si peu libres qu'ils ont ce besoin maladif d'attaquer le Christ partout et en tout, les pauvres.
En tout cas, cette eau gazeuse-là ne rentrera plus ici!
www.saintperriersexytour.be

05 décembre 2008

Décès du patriarche Alexis II de Moscou (5/12/2008)

qu'on l'aime/aimait ou pas, qu'on l'idéalisait, qu'on le respectait vraiment ou machinalement ou sans plus, qu'on avait un regard réaliste sur son passé et son action, peu importe. Quand la mort d'un frère en Christ est là, c'est le temps du recueillement et de la prière, plus des règlements de compte. Je ne traduirai que les articles que j'ai trouvés ce soir, et je n'ai pas de temps libre ce week-end, et je ne rajouterai pas de commentaire personnel à ce que j'aurai traduit. Donc ça en restera là. Afin d'éviter toute inutile polémique, les commentaires sur cet article sont clos.. et la prière est ouverte.

(c) agences photos via news.yahoo.com



Le patriarche Alexis II de Moscou est mort
http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=5452

Moscou, 5 décembre 2008, 12h17, Interfax – Le patriarche Alexis II de Moscou est décédé à sa résidence à Peredelkino, dans la région de Moscou, "il y a une heure, une heure et demi d'ici," a déclaré le responsable des relations publiques du patriarcat de Moscou, le prêtre Vladimir Vigilyansky.

---------------------------------




Sur cette photo du 20 avril 1999, le patriarche Alexis II de Moscou, Russie, à gauche, en compagnie du patriarche Pavle de Belgrade, Serbie, pendant les bombardements de l'OTAN. Alexis II était venu montrer concrètement son soutien aux Serbes en état de guerre.
(AP Photo/Srdjan Ilic,file)



Le patriarche Alexis II célèbre à la cathédrale Yelokhovsky, Moscou, 30 avril 2000.
REUTERS/Vladimir Suvorov

Laur & Alexis: les voilà à nouveau réunis, éternellement cette fois.Sur cette photo du 17 mai 2007, à gauche, le métropolite Laur, primat de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières, et à droite, le patriarche Alexis II, primat de l'Église Orthodoxe de Russie, ensemble à la cathédrale du Christ-Sauveur, Moscou.
(AP Photo/Misha Japaridze, file)


Le président russe Dmitry Medvedev et le patriarche Alexis II, pendant une célébration au monastère Danilovsky, Moscou, septembre 2008.
(AFP/Pool/Vladimir Rodionov)


28 juin 2008, le premier ministre russe Vladimir Poutine reçoit le patriarche Alexis II au Kremlin de Moscou.
(AP Photo/RIA Novosti, Alexei Nikolsky, pool, file)

Le président russe Boris Yeltsin (Eltsine) et le patriarche Alexis II participe à la cérémonie d'inauguration de la restitution du terrain de la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, 3 septembre 1997.
REUTERS/Yuri Gripas/Files (RUSSIA)

La veuve d'Eltsine loue le dirigeant de l'Église Orthodoxe qui vient de mourir
http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=5467

Moscou, 05 Décembre 2008, 22h19, Interfax – La veuve de l'ancien président russe Boris Eltsine dit que le primat de l'Église Orthodoxe de Russie, le patriarche Alexis II, qui est mort ce vendredi, a réalisé un travail inestimable pour la Russie, et "était pour tous un homme qui insufflait l'espérance dans le coeur."
"Il a tant fait. C'est son oeuvre, si la spiritualité a repris vie et est si vivante ici en Russie – des milliers d'églises, de monastères, la cathédrale du Christ Sauveur. Il a insufflé cette spiritualité dans le coeur de chaque Russe, ceux qui louent Dieu et même ceux qui n'y croient pas; il a insufflé la Foi," a déclaré Naina Yeltsina à la télévision russe Vesti.
Et d'ajouter "qu'il y avait une merveilleuse entente" entre son mari et Alexis, et "qu'ils se voyaient fort souvent."


---------------------------------

Décès du patriarche Alexis II de l'Église Orthodoxe de Russie
http://www.guardian.co.uk/world/2008/dec/05/russia-religion-patriarch-alexy

Luke Harding à Moscou
Vendredi 5 décembre 2008 10h38 GMT

Feu le primat de l'Église Orthodoxe de Russie, Alexis II, lâchant une colombe après une Liturgie au Kremlin, avril 2004.
Photographe: Yuri Kadobnov/AFP/Getty Images


Le primat de l'Église Orthodoxe de Russie, le patriarche Alexis II, qui joua un rôle influent en dénonçant le coup d'état du KGB contre Mikhaïl Gorbachev, est décédé.
L'Église a dit que l'homme, âgé de 79 ans, est mort à sa résidence dans la banlieue de Moscou ce vendredi. Elle n'a pas précisé la cause de la mort, mais le patriarche souffrait de problèmes cardiaques – et il était notoire qu'il était fortement malade depuis le début de cette année.
L'éminent évêque avait dirigé depuis 1990 la plus grande Église Orthodoxe du monde, présidant sur un peuple que la plupart estiment comporter les 2/3 de la population de Russie, qui compte 142 millions d'habitants.
Né Aleksey Ridiger, d'une famille d'aristocrates allemands émigrés, le patriarche a présidé pendant une des périodes les plus troublées de l'histoire de la Russie moderne. Il a aussi dû faire face à des accusations persistantes – déniées par l'Église – d'avoir été un agent du KGB. [*]
Il entra à l'Académie théologique de Leningrad en 1947, dont il fut diplômé en 1949. Il servit comme prêtre en Estonie, qui faisait alors partie de l'Union soviétique, et gravit rapidement les rangs hiérarchiques, devenant métropolite à l'âge de 39 ans, puis se voyant élu patriarche en 1990, alors que l'Union Soviétique s'effondrait.
Comme patriarche, Alexis II se fit le vigoureux avocat du retour de l'Église Orthodoxe au centre de la vie et de la spiritualité russe. Il veilla à un renouveau religieux majeur en Russie, avec des centaines d'églises construites ou reconstruites dans tout le pays.
Il protesta aussi contre ceux qui avaient tenté de renverser Gorbachev, le dirigeant soviétique, en août 1991.
Ce matin, Gorbachev a dit être choqué par ce décès. "Je le respectais profondément," a déclaré Gorbachev à l'agence de presse Interfax, ajoutant qu'il était "si bouleversé qu'il lui était très difficile de trouver les mots qui conviennent."
La télévision russe a aussitôt commencé à rediffuser des extraits de la dernière entrevue télévisée d'Alexis II, fin octobre 2008.
Selon un transfuge du KGB vivant en Angleterre, Oleg Gordievsky, Alexis aurait travaillé 40 ans durant pour le KGB, et était repris dans les archives du KGB sous le nom de code de Drozdov. Le patriarcat de Moscou a nié cette affirmation, mais Alexis II lui-même a reconnu que pendant le communisme, les évêques étaient forcés de se compromettre avec le pouvoir soviétique.
Les funérailles d'Alexis devraient avoir lieu à la cathédrale du Christ Sauveur – la monumentale église en face du Kremlin de Moscou, à côté du fleuve Moskva, détruite par Staline mais reconstruite au milieu des années 1990 sous Boris Eltsine. C'est en cette cathédrale qu'on eu lieu les propres funérailles d'Eltsine l'an dernier.

---------------------------------

[*] NDT: Il a reconnu les faits et demandé pardon, expliquant ce que tout le monde savait, c'est-à-dire que tous les évêques survivants des persécutions socialistes étaient forcés de coopérer avec l'État soviétique depuis la Révolution.

05/12/2008 13:50
Преставился ко Господу Святейший Патриарх Московский и всея Руси Алексий II
http://www.mospat.ru/index.php?page=43505



05/12/2008 09:52
Фоторепортаж с богослужения в день празника Введения Пресвятой Богородицы во храм
http://www.mospat.ru/index.php?page=43507

Le Saint-Synode de Russie va tenir une réunion extraordinaire ce samedi
http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=5454

Moscou, 05 Décembre 2008, 15h20, Interfax – Le Saint-Synode va avoir une réunion extraordinaire ce samedi pour organiser les funérailles du patriarche Alexis II de Moscou, a déclaré à Interfax l'évêque Marc de Yegoryevsk, vice-président du département des affaires extérieurs du patriarcat de Moscou.
Un "locum tenens" patriarcal sera élu pendant la réunion, a-t'il dit.
Tous les membres du Synode se sont rassemblés à la résidence patriarcale à Peredelkino, région de Moscou, où Alexis II est mort ce vendredi matin, a-t'il ajouté.
D'après les statuts de l'Église Orthodoxe de Russie, le Saint-Synode élit un locum tenens patriarcal issu de ses membres permanents lorsque le siège patriarcal est vacant.
Toujours selon les statuts, le locum tenens patriarcal et le Saint-Synode devraient convoquer un Concile de l'Église pour élire un nouveau patriarche de Moscou moins de 6 mois après que le siège patriarcal se soit retrouvé vacant.
Les candidats au patriarcat doivent être des évêques âgés de plus de 40 ans, diplômés en théologie et avec une expérience suffisante de gouvernance éparchique.

**********


Vue de la résidence patriarcale à Peredelkino, près de Moscou, 5 décembre 2008
(AP Photo/Mikhail Metzel)

Des prêtres viennent pour un Office / Litie pour feu le patriarche Alexis II, Riga, Estonie, 5 décembre 2008.
REUTERS/Stringer (LATVIA)


Des moines attendent pour entrer dans la résidence patriarcale à Peredelkino, ce vendredi 5 décembre 2008.
(AP Photo/Mikhail Metzel)


Une femme allume un cierge à la mémoire de feu le patriarche Alexis II, dans une église de Kiev, 5 décembre 2008. Fortement conservateur, le patriarche Alexis II avait fait renaître l'Église Orthodoxe de Russie après l'effondrement du communisme et s'était fermement affronté avec Rome concernant l'activité prosélyte catholique-romaine en Russie. Il est mort ce vendredi à l'âge de 79 ans.
REUTERS/Konstantin Chernichkin (UKRAINE)

Une femme pose une gerbe de fleurs à l'extérieur du bureau de feu le patriarche Alexis II de Moscou, 5 décembre 2008.
REUTERS/Sergei Karpukhin (RUSSIA)

Des fidèles Chrétiens allument des cierges pendant un Office à la mémoire du patriarche Alexis II, à la cathédrale du Christ Sauveur, Moscou, 5 décembre 2008.
(AP Photo/Alexander Zemlianichenko)

mise à jour du 9 décembre, jour des funérailles


AP Photo



AP Photo/Alexander Zemlianichenko


Reuters/Sergei Karapukhin


AFP/Dmitry Kostyukov




AFP/Alexey Sazonov


AP Photo/Alexander Zemlianichenko



AP Photo/Alexander Zemlianichenko


Le patriarche-catholicos de Géorgie, Ilia II, embrasse & bénit feu le patriarche Alexis II, qui repose dans son cercueil, posé au centre de la cathédrale du Christ Sauveur, Moscou, Russie, lundi 8 décembre 2008. Le primat de l'Église de Géorgie a loué la mémoire de feu le patriarche russe Alexis II et exprimé l'espoir que les relations russo-géorgiennes iront en s'améliorant, maintenant que la guerre d'août appartient au passé. Le patriarche-catholicos Ilia II s'est joint aux cérémonies funèbres à Moscou ce lundi. (AP Photo)



AP Photo/Misha Japaridze



La première dame de Russie, Svetlana Medvedeva, très pieuse fidèle Orthodoxe, vient prier et allumer un cierge près du cercueil du défunt patriarche Alexis.
AP



Le mufti principal de Russie, dirigeant religieux islamique, Talgan Tadzhuddin, vient se receuillir près du cercueil du défunt patriarche russe Alexis.



AP Photo/Mikhail Metzel



.

Calendrier liturgique 2009


128 pages - calendrier liturgique : 11 €, frais de port inclus pour la France comme pour la Belgique, car la Fraternité a eu la bonne idée d'envoyer un colis à Bruxelles et c'est de là que partirons les exemplaires pour les acheteurs belges.

Calendrier édité par :
Fraternité Orthodoxe
Service des publications liturgiques
9, allée d'Arques
F-91390 Morsang-sur-Orge
France
courriel : ovicto@club-internet.fr

pour rappel 2009:

Début du Grand Carême : 2 mars
Pâques : 19 avril
Ascension : 28 mai
Pentecôte : 7 juin


Missel de Leofric, pré-schisme
folio 39 recto
(c) Bodleian library, Oxford

Avortement: et pourquoi ne pas plutôt tuer l'autre enfant? (p. Demetrios)


Vladivostok, juillet 2007 : l'Église manifeste contre l'avortement par la prière..


L'avortement est l'actualisation du massacre des saints Innocents.. mais réalisé de manière industrialisée et hypocrite, derrière le voile pudique de la médecine dévoyée...
En France, la femme qui en est la promotrice légale a été reçue à l'Académie Française pour y siéger comme... "immortelle." Encore heureux pour cette personne sans coeur que ni le ridicule ni le scandale ne tuent.. au contraire de la loi mortifère dont elle est si fière d'avoir été la cheville ouvrière..



De: P. Demetrios Carellas
Date: Samedi 22 novembre 2008 10:25 PM
Sujet: Une proposition à propos d'avortement

Quelqu'un m'a envoyé ceci. Cela ne dure pas longtemps à lire, et ne nécessite pas de remarque introductive.
+ P. Demetrios

La sagesse d'un médecin.

Une femme inquiète vint en consultation chez son gynécologue et lui dit : "Docteur, j'ai un sérieux problème et j'ai désespérément besoin de votre aide! Mon bébé n'a pas encore un an et je suis à nouveau enceinte. Je ne veux pas un autre enfant si proche du premier.
Le médecin répondit : "Ok, et que voulez-vous que je fasse?"
Elle dit : "Je veux que vous interrompiez ma grossesse, et je compte sur votre aide pour ça."

Le médecin réfléchit un peu, silencieusement, puis il dit à la femme : "Je pense que j'ai une meilleure solution pour votre problème. Et bien moins dangereuse pour vous, en plus!"
Elle sourit, pensant que le médecin allait accéder à sa demande.
Et lui continua : "Vous voyez, pour que vous n'ayez pas à prendre soin de 2 bébés en même temps, tuons simplement celui qui est dans vos bras. Ainsi, vous pourrez vous reposer avant que l'autre ne naisse. Puisque nous allions devoir en tuer un des deux, ça n'a pas d'importance lequel c'est. Et au moins, il n'y aura ainsi aucun risque pour votre corps, si on prend celui qui est dans vos bras."

Visage horrifié de la femme. Elle glapit : "Oh non, docteur, c'est monstrueux, c'est un crime que de tuer un enfant!"
"Tout à fait d'accord avec vous," répondit le médecin. "Mais vous sembliez être prête à le faire, alors j'ai pensé que c'était en effet la meilleure solution."

Le médecin sourit, voyant qu'il avait bien fait comprendre l'étendue du problème. Il avait réussi à faire comprendre à la femme qu'il n'y avait pas de différence entre tuer un enfant déjà né et un qui était encore dans le sein maternel. Le crime est le même!

Si vous comprenez cela, s'il vous plaît, faites circuler ce texte.
Ensemble, nous pourrons aider à sauver de précieuses vies! AMEN.

P. Demetrios



L'Europe paganisée tue ses enfants en masse
Et elle interdit le retour de la Vie...



à (re)lire : p. Jean Breck, "le statut de l'enfant à naître"

.