"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

23 janvier 2009

Contre l'oecuménisme: une ado' Orthodoxe s'exprime avec feu!

http://www.orthodox.net/articles/against-ecumenism.html


Par Christina Holland.
St Nicholas Russian Orthodox Church, McKinney (Dallas area) Texas

"Je vous engage, frères, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, à vous mettre d'accord. Qu'il n'y ait point de divisions parmi vous. Vivez en bonne entente, n'ayant qu'un même esprit, qu'un même sentiment" (1 Co 1,10).

Ce verset explique clairement et directement que les Chrétiens doivent rester ensemble, parler, penser et croire aux mêmes choses. L'Orthodoxie, qui a maintenu unis en un corps divin les fidèles Chrétiens depuis 2 millénaire, est le parfait accomplissement de ces instructions. Dans l'Église Orthodoxe, les fidèles conforment leurs pensées et volonté avec les enseignements sacrés de la Foi, et c'est cela qui amène à la parfaite unité spirituelle.

Une hérésie mortelle, qui a de plus en plus de prévalence de nos jours, s'oppose directement à ces instructions que saint Paul nous commande de suivre. Cette hérésie semble ne pas diviser l'Église mais au contraire l'unir; elle semble être pleine d'amour, de tolérance et de bien. Mais ce n'est pas le cas – ce qu'elle fait réellement, c'est saper les fondations même de l'Église, et la déchirer de l'intérieur, permettant des innovations et des changements dans les traditions et pratiques, plaçant l'unité physique (administrative) au dessus de la vérité, et préparant le chemin à l'antéchrist. C'est l'hérésie de l'oecuménisme, un enseignement terrible et faux, aussi trompeur et destructeur qu'un loup caché sous une peau de mouton. Plutôt que d'attaquer frontalement l'Église en prêchant ouvertement l'hérésie, comme l'ont fait l'arianisme, le monophysitisme et l'iconoclasme, l'oecuménisme entreprend un assaut différent et bien plus terrible contre l'Église; ça regroupe du pouvoir et une suite tout en ayant l'apparence de rester au sein des limites de l'Église et d'adhérer à ses dogmes traditionnels. En acceptant toutes les croyances, l'oecuménisme divise l'Église, car nous ne saurions pas être parfaitement un d'esprit avec ceux qui croient à des hérésies et ont dès lors des manières de vivre faussées.

Le verset de Corinthiens ci-dessus enseigne de manière explicite contre l'hérésie d'oecuménisme, et c'est une infaillible défense à son encontre. On ne nous y dit pas seulement d'être un seul corps, ce que les oecuménistes s'efforcent d'atteindre en essayant d'amener toutes les religions à être en communion les unes avec les autres, mais aussi que nous devons être un groupe "n'ayant qu'un même esprit, qu'un même sentiment."
Cela signifie que nous devons penser et croire la même chose. L'oecuménisme tente de regrouper tout le monde dans un même corps, alors que les esprits et les croyances et les pratiques restent dissemblables et contradictoires. Ce n'est pas l'unité! Comment pourrait-il y avoir un seul corps mais différents esprits? C'est impossible! (parlant du Christ,) L'épître aux Colossiens (1,18) dit : "Il est la tête du corps, de l'Église." Afin d'appartenir à ce Corps dont le Christ est la tête, nous devons être un corps, croyant aux mêmes choses. Car de même qu'une tête ne saurait avoir plusieurs corps, nous ne saurions avoir des croyances différentes et malgré tout appartenir à la même tête. L'oecuménisme tente de créer une église unie, mais cependant il n'unit pas véritablement. Il porte un regard aveugle sur les différences de foi, de croyance, de doctrine et de pratique, comme si tout cela n'avait pas d'importance. Au contraire, ces choses-là sont de la plus haute importance! Ces choses sont la base même et le fondement de nos vies; c'est ce qui fait l'Église. Si nous laissons tout cela de côté, que reste-t'il? Tout ce qui subsiste, c'est une coquille vide de ce qui avait auparavant été la plénitude de l'Église. Si nous laissons tout cela de côté, nous laissons notre Salut de côté.

Ca ne marche tout simplement pas, leur système de tout abaisser au plus petit dénominateur commun, et de décréter que le seul critère pour être considéré Chrétien, c'est que tous nous croyons que Jésus est le Fils de Dieu. Ou certains iront aussi loin qu'à affirmer que même si ce n'est pas une vérité pour tous, au moins tous croient en un dieu, et ça, ça suffit – peu importe que certains ne croient même pas dans le Dieu chrétien. Ce serait bien pour eux que Chrétiens et musulmans et juifs et païens se réunissent tous ensemble; la seule chose importante serait simplement qu'on s'aime les uns les autres. Les différences n'ont pas d'importance, uniquement les similitudes. C'est le fond de l'argumentaire oecuméniste. Mais ce n'est pas vrai! Ca, ce n'est pas du tout l'enseignement apostolique. Ce n'est pas la Foi véritable. Ca, c'est l'oecuménisme! Les apôtres nous ont enseigné d'être un d'esprit et de corps en croyant, exprimant et accomplissant tous les mêmes choses que celles qui nous ont été transmises depuis les origines par les premiers disciples du Christ. Nous devons être complètement unis dans tout ce que nous croyons, être parfaitement unis de même esprit et de même jugement. Réduire les prérequis pour être un chrétien à une simple déclaration de croyance en un dieu, minimalisant par là même le Christianisme, brise cette unité qui nous est pourtant ordonnée de vivre.

En essence, il y a 2 niveaux d'oecuménisme. Dans le cas extrême, le plus haut niveau d'oecuménisme incorpore même les religions non-chrétiennes. Chrétiens, juifs, musulmans, hindous, religions amérindiennes, .., tous sont unis dans un même culte religieux. Ces religions n'affirment pourtant même pas adorer le même dieu,
http://www.rsesymposia.org/more.php?catid=173&pcatid=162
et pourtant elles célèbrent toutes ensemble. Elles vénèrent à la fois le Christ et le bouddha comme un dieu dans le même office religieux!! Mais ce n'est pas possible, ça!









Il existe des films très explicites montrant toutes ces différentes religions accomplissant leurs cérémonies religieuses dans le cadre d'une seule même grande cérémonie inter-religieuse.
Ensuite, il y a ceux qui tentent de regrouper toutes les confessions chrétiennes en une seule foi. Ils seraient horrifiés à l'idée d'une cérémonie où des hindous et des Chrétiens concélébreraient, mais cependant, ça ne leur pose aucun problème de conscience l'idée que des Orthodoxes concélèbrent avec des catholiques-romains, ceux-là qui se sont séparés d'initiative de l'Église il y a un bon millénaire déjà.

C'est une véritable tragédie que l'Orthodoxie n'ait pas réussi à rester complètement libre de tout oecuménisme. L'esprit oecuméniste a imprégné quasiment toute la société, et même certaines juridictions de l'Église Orthodoxe l'ont adopté. Il y a des Orthodoxes impliqués dans le Conseil oecuménique des églises (COE / WCC). Lorsque certains Orthodoxes ont adhéré au COE, ils ont affirmé que c'était dans le but de convertir les autres religions à l'Orthodoxie; cependant, ça n'a jamais eu lieu, et la foi de ces Orthodoxes oecuménistes a fini par s'affadir. Le patriarche de Constantinople et le pape de Rome ont prié et concélébré, côte à côte, dans divers offices. Il y a des Orthodoxes qui considèrent totalement les catholiques-romains comme nos frères et soeurs en Christ. Avec ce mépris total de l'importance de la théologie, la pratique a diminué, le jeûne n'est bien souvent plus respecté, et la rigueur et la vigueur de la vie Chrétienne est rarement enseignée, et la liste des manquements est longue. Tout ceci est fait au nom de l'amour fraternel, sous prétexte de l'acceptation de tous les gens comme frères et soeurs en Christ, n'excluant personne et donnant même amour et même acceptation à tous, sans discrimination du fait des différences théologiques – mais ce n'est pas correct. Ce n'est pas ainsi que ça peut marcher. En étant impliqué avec ceux d'autres religions, et en acceptant de considérer leurs croyances comme acceptables si pas tout simplement vraies, l'Orthodoxie est affaiblie, et la ligne entre elle, la véritable Foi, et les autres religions, est rendue floue. Bien entendu, la véritable Orthodoxie continuera toujours à rester pure et inaltérée, mais les fidèles peuvent être affaiblis en voyant l'oecuménisme se répandre comme un feu de forêt, prenant de la vitesse et semblant être bon, au milieu de toute la destruction qu'il provoque. Nous ne pouvons pas même avoir l'air d'accepter d'autres doctrines et croyances qui diffèrent de notre propre Orthodoxie, elle divinement révélée! Le mot "orthodoxe" lui-même signifie "vraie foi" (et selon ses racines grecques, "opinion correcte") – nous ne devons pas corrompre cette vraie foi ou opinion correcte en la mélangeant avec de fausses croyances et des opinions personnelles, humaines.

S'il doit y avoir une véritable unité spirituelle, celle-ci doit se faire au sein de l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, à savoir l'Église Orthodoxe. Alors que toutes les autres religions s'affadissent avec leurs efforts pour plaire à tout le monde et écartent la théologie comme si sans importance, seule l'Orthodoxie demeure ferme et inébranlable, un rempart inflexible face au désarroi du monde, illustrant de la voie étroite et abrupte. Dans l'Orthodoxie, nous nous efforçons de conformer notre nature humaine pécheresse aux enseignements et style de vie de l'Église, soit l'attitude opposée que l'on trouve dans la plupart des autres religions, celle de se plaire à soi-même, dans laquelle les gens créent leur propre catalogue de croyances afin que cela s'accorde à leur style de vie. L'Orthodoxie est ce rocher sur lequel le Christ a construit Son Église. Demeurons sur ce saint rocher, et ne permettons pas que des innovations s'introduisent dans l'Église Orthodoxe. Nous avons tant reçu dans la Foi, et nous devons la préserver incorrompue des pratiques modernes et modes de pensée, qui veulent amener à minimaliser et compromettre notre Foi avec l'esprit du monde. Nous devons être dans le monde, mais pas de ce monde, et cela ne peut se faire qu'en demeurant au sein de l'Église Orthodoxe.

Les saints et les saints pères des temps passés préféraient mourir que de renoncer à leur Foi. D'innombrables martyrs ont choisit la mort plutôt que de renoncer au Christ, même de la manière la plus minime qui soit. Nous entendons parler de ces martyrs à qui on ordonnait de sacrifier aux idoles, et qui se voyaient déposer des charbons ardents dans les mains – et cependant, ils conservaient ces charbons incandescents jusqu'à ce que leurs mains soient brûlées plutôt que de les jeter devant les idoles et d'ainsi sacrifier. Des hommes, des femmes et même des jeunes enfants ont été torturés de diverses manières, cruelles et souvent inconcevables, parce qu'ils avaient refusé de renoncer à notre Seigneur et Sauveur. Leurs récits nous remplissent de crainte face à leur amour suprême et leur zèle inébranlable pour la Foi. Les saints pères sont de radieux exemples de comment nous devrions protéger la Foi. Ils ont combattu et réfuté les hérésies d'Arius, des iconoclastes, des monophysites, et de tant d'autres. Lors du premier Concile Oecuménique, saint Nicolas de Myre, bouillonnant d'une sainte colère, gifla l'hérétique Arius. Saint Jean Chrysostome fut exilé pour avoir persisté à enseigner la vérité. On pourrait encore citer tant d'autres saints et leurs exploits héroïques pour l'amour de l'Église. Qu'elle était précieuse, la Foi, pour ces saints hommes et femmes! Imitons-les autant qu'il nous est possible d'y parvenir, alors que nous luttons pour nous accrocher fermement à l'Église, cette même Église pour laquelle ils ont volontairement donné leur vie et se sont sacrifiés, et ne nous laissons pas aller à l'esprit oecuméniste qui se répand dans notre monde actuel.

Si nous ne sommes pas un d'esprit, nous sommes en désobéissance directe à l'Évangile, à l'Église, et au Christ. Pour être un d'esprit, nous devons suivre les enseignements et nous conformer à l'antique Église Chrétienne, la véritable Église du Christ, l'Église Orthodoxe.

Ô Saint Seigneur Jésus-Christ, aide-nous à demeurer fermement ancrés dans les saints enseignements de Ton Église, et à repousser les manières erronées de croire, de penser et de vivre qui corrompent et dispersent Ton troupeau! Accorde-nous de pouvoir préserver non-souillée la perle de grand prix qui nous a été donnée, la gardant inviolée pour toutes les générations à venir, par les prières de Ta très pure mère et de tous les saints. Amen.

Cet article est paru dans le numéro de l'hiver 1999 de la revue "Children of the Church", un périodique orthodoxe traditionnel pour la jeunesse.

************************************************

Vidéos très explicites & conférences apologétiques :

05.05.2006 "The Role of the Vatican in the Contemporary Inter-Religious Movement and the Great Fall of the Orthodox Ecumenists" (Sunday of Orthodoxy, 28 February/13 March 1995) :


"The Heresy of Ecumenism and the Patristic Stand of the Orthodox" (Sunday of Orthodoxy, 23 February/8 March 1998)


source
http://www.synodinresistance.org/Info_en/IndexRussian.html
Oui, c'est le travail d'un synode de "vieux calendristes" de Grèce, et après? Si dans nos synodes canoniques on ne se bouge pas le petit doigt, que faire? Nos mouvements de jeunesse sont corrompus à l'extrême par ce poison, nos paroisses ont fait plus de pub' pour Taizé & mesdames Teresa de Calcuta et Emmanuelle du Caire que pour les besoins urgents et criants d'évangélisation de notre propre pays. On a même entendu certains noms d'hérétiques prononcés pendant le Canon de la Divine Liturgie... Ils osent tout!
Alors il faut dénoncer et montrer où se situe la véritable voie apostolique. C'est notre devoir sacré
.

Aucun commentaire: