"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 janvier 2009

Église & contraception (Patristique, OCA & Antioche)

Église et contraception
http://southern-orthodoxy.blogspot.com/2009/01/church-post-contraception.html



Voici un extrait du dernier numéro de "TOUCHSTONE magazine" (une excellente revue):

Par une résolution adoptée lors de sa Conférence de Lambeth en 1930, l'église Anglicane devint le premier groupe chrétien à approuver officiellement l'usage de contraceptifs. Dans un éditorial publié le 22 mars 1931, le Washington Post réagit ainsi :


"Il est impossible de réconcilier la doctrine de l'institution divine du mariage avec quelque plan moderniste que ce soit pour une régulation mécanique ou une suppression de la naissance humaine. L'Église doit soit rejeter l'intégralité des enseignements de la Bible, ou alors rejeter les plans pour la production "scientifique" d'âmes humaines. Si on le pousse jusqu'à sa conclusion logique, ce rapport de la Conférence, si on le laisse porter ses effets, il sonnera le glas du mariage en tant qu'institution sacrée, en instaurant des pratiques dégradantes qui encouragerons une immoralité sans bornes. La suggestion que l'usage de contraceptifs légalisés serait "prudent et limité" est grotesque."

* * *


C'était il y a moins de 80 ans. Mon Dieu, nous en avons fait du chemin depuis, ou plutôt, nous avons coulé bien profondément..
prêtre Joseph Huneycutt, patriarcat grec-orthodoxe d'Antioche, Houston, TX, USA



http://www.haloscan.com/comments/huneycutt/1258410396555177781/
Merci père pour avoir posté ceci. Je crois que bien trop d'Orthodoxes sont cavaliers dans leurs attitudes et idées à propos de la contraception. Beaucoup trop pensent "oh, c'est le pape de Rome qui a déclaré qu'on ne pouvait pas faire ça, et nous ne sommes PAS catholiques-romains." Même nos théologiens ont des attitudes très "mesurées" vis-à-vis de la contraception. Cette question n'est sûrement pas un dogme dans l'Église Orthodoxe, mais le conseil classique et général, c'est que dans un couple Orthodoxe, l'époux et son épouse ne devrait utiliser la contraception qu'avec la bénédiction de leur père spirituel.
Je ne suis pas certain que tout cela rend justice à la question. Pour moi, l'Orthodoxie, c'est fondamentalement à propos de plénitude, et de rassembler et réparer ce qui a été déchiré par le péché. Si c'est bien cela, alors comment pourrions-nous – Orthodoxes – déchirer une union sacramentelle, une alliance sainte, le plaisir de notre vie intime, et le fruit naturel de ces choses que sont les enfants qui nous naissent?
père David Thatcher
(ndt : prêtre marié, père de 4 enfants)


St. Mary Magdalene Orthodox Church (OCA)
P. O. Box 3704
Merced, CA 95344-3704, USA
http://stmarymagdalenechurch.org/


Oui, on ne peut qu'être étonné, comme le p. David ci-dessus, qu'au sein de l'Église, il puisse exister des théologiens Orthodoxes (hélas majoritaires en Occident), et même des médecins "Orthodoxes" (j'en ai rencontré..), qui puissent oser dire qu'avortement et/ou contraception seraient "Orthodoxes" et ancrés dans la tradition. Le serment d'Hippocrate disait pourtant "Je ne remettrai du poison à personne, même si on m'en demande." Le médecin qui fait le contraire nage dans le serment d'hypocrite..

Un bref panel des premiers écrits Chrétiens suffit à balayer radicalement et définitivement leurs erreurs. Et à rappeler que pour le Chrétien, nulle part sur terre il ne sera jamais chez lui, car sa véritable Patrie, c'est le Ciel :

"Vous savez que vous habitez sur une terre étrangère, vous les serviteurs de Dieu. En effet, votre Cité est loin de celle-ci" (Le Pasteur, Similitude I, 50,1).

Les deux Voies
[...]
II, 1. Deuxième précepte de la doctrine :

2. "Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d'adultère" (Ex 20,13-14; Dt 5,1 7-18; cf. Mt 19,18), tu ne séduiras pas de jeunes garçons, tu ne commettras pas de fornication, " tu ne voleras pas" (Ex 20,15; Dt 5,19; cf. Mt 19,8), tu ne t'adonneras pas à la magie, tu ne feras pas mourir par le poison, tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance, "Tu ne convoiteras pas les biens de ton prochain" (cf. Ex 20, 7).
[...]
V, 1. Mais la voie de la mort est celle-ci : avant tout elle est mauvaise et pleine de malédiction : "Meurtres, adultères, convoitises, débauches, vols, idolâtrie, pratiques magiques, empoisonnements, rapines, faux témoignages " (Mt 15,19; Ga 5,20), hypocrisie, duplicité du coeur, "fourberie, orgueil, méchanceté", arrogance, cupidité , propos obscènes, jalousie, insolence, faste, fanfaronnade , «absence de crainte" (cf. Rm 1,29 s; Col. 3,8).

2. Persécuteurs des hommes de bien, ennemis de la vérité, amis du mensonge, ignorants de la récompense de la justice, qui ne sont pas " attachés au bien (cf. Rm. 12,9), ni au juste jugement, en éveil non pour le bien mais pour le mal, loin de qui se tiennent la douceur et la patience, "qui aiment ce qui n'est rien" (Ps. 4,3), "sont avides de profit" (Is 1,23), qui sont sans pitié pour le pauvre et ne se mettent pas en peine de l'affligé, ne reconnaissent pas leur propre créateur, "assassins des enfants" (Sg. 12,5), meurtriers par avortement de la créature de Dieu, qui se détournent de l'indigent, accablent l'opprimé, avocats des riches, juges iniques des pauvres, pécheurs de part en part ! Puissiez-vous, mes enfants, être préservés te tous ces gens-là !
[...]


Faisant partie des écrits dits "des pères apostoliques," c'est un texte écrit dans la 2ème moitié du 1er siècle, en milieu apostolique, avant même que l'épître de saint Jude et la 2ème épître de saint Pierre ne l'aient été.
Le mot grec Διδαχη ("didakè") signifie "enseignement" ou "doctrine" en grec koinè. Le manuscrit retrouvé est intitulé : "Doctrine du Seigneur transmise aux nations par les douze apôtres."
Saint Irénée de Lyon, saint Clément d'Alexandrie, Eusèbe de Césarée et Origène y font référence.
Saint Athanase le grand en recommandait la lecture. Ignoré pendant des siècles, le texte a été retrouvé vers 1873 par le métropolite Philothée (Bryennios) de Nicomédie, dans un manuscrit grec conservé à présent dans la Bibliothèque du Patriarcat de Jérusalem contenant aussi le texte complet de "l'épître de Barnabé" et 2 épîtres de saint Clément d'Alexandrie. Le manuscrit a été copié à Jérusalem en 1056, par "Léon, scribe et pécheur." La formulation des "logia" (paroles du Christ) qu'elle utilise semble être plus ancienne encore que celle des versions évangéliques. Les prescriptions disciplinaires témoignent d'une époque où vivaient les Apôtres et où existaient des prophètes itinérants.


épître de Barnabé
(1ère moitié du 2ème siècle, milieux syro-palestiniens)
http://www.orthodoxievco.fr/ecrits/peres/apo/barnabe.htm
[..]
XX, 1. La voie du "ténébreux " est au contraire tortueuse, et pleine de malédictions. C'est le chemin de la mort éternelle et du châtiment. On y rencontre tout ce qui perd les âmes : l'idolâtrie, l'impudence, l'orgueil de la puissance, l'adultère, le meurtre, la rapine, la vanterie, la désobéissance, la ruse, la malice, l'arrogance, les drogues, la magie, la cupidité, le mépris de Dieu,

2. Les persécuteurs des justes, les ennemis de la vérité, les amis du mensonge; car tous ces gens ne connaissent pas la récompense te la justice, ils "ne s'attachent pas au bien" (Rm 12,9), ils ne secourent pas la veuve ni l'orphelin; ils sont toujours en éveil non pour craindre Dieu, mais pour faire le mal. Bien loin de la douceur et de la patience, "ils aiment les vanités" (cf. Ps 4,3), "poursuivent le gain " (Is 1,23); sans pitié pour le pauvre, sans compassion pour l'affligé, ils sont prompts à la médisance, et, ne reconnaissant pas leur Créateur, "ils tuent les enfants" (Sg 12,5), font périr par avortement des créatures de Dieu. Ils repoussent le nécessiteux, accablent l'opprimé, se font les avocats des riches, les juges iniques des pauvres. Bref, ils pèchent de toutes les manières.
[..]


Première Apologie, Saint Justin le philosophe & martyr
(Rome, + vers 165)
http://www.orthodoxievco.fr/ecrits/peres/justin/index.htm
[..]
27. Quant à nous, loin de commettre aucune impiété, aucune vexation, nous regardons comme un crime odieux l'exposition des enfants nouveau-nés;
[..]
Quand Dieu créa la nature humaine, il la fit intelligente et libre de choisir le bien et de s'y attacher, en sorte qu'à l'homme raisonnable et intelligent il ne restât aucune excuse devant la justice divine. Aussi prétendre que Dieu ne se met point en peine des choses de ce monde, c'est dire qu'il n'y a pas de Dieu, ou que, s'il y en a, il ne se plaît que dans le mal ou dans une insensibilité de pierre; c'est dire qu'il n'y a ni vice, ni vertu, et que le bien et le mal ne sont que des distinctions chimériques inventées par l'imagination humaine, ce qui est une haute impiété et une odieuse injustice.

29. Quant à l'exposition des enfants, il est un motif encore qui nous la fait abhorrer. Nous craindrions qu'ils ne fussent pas recueillis, et que notre conscience restât ainsi chargée d'un homicide. Au reste, si nous nous marions, c'est uniquement pour élever nos enfants; si nous ne nous marions pas, c'est pour vivre dans une continence perpétuelle.
[..]

Pour le grand saint philosophe d'origine samaritaine, qui défend toute la Chrétienté devant l'empereur à Rome, il est bien clair que la naissance d'enfants fait partie du fruit naturel de l'union sexuelle dans le couple Chrétien. Fruit impossible avec la contraception, cela va sans dire, car il ne devient qu'un produit que l'on choisit en fonction de ses besoins et aspirations propres, et plus un don reçu du Ciel.



L'Octavius - Marcus Minucius Félix
(début 3ème siècle - écrivain loué par Lactance & saint Jérôme)
http://www.orthodoxievco.fr/ecrits/peres/apo/max.htm
[..]
30. J'arrive maintenant au reproche qu'on nous fait d'immoler un enfant dans nos initiations. Pensez-vous que nous soyons assez cruels pour verser et pour boire le sang d'un être aussi faible et qui ne vient que de naître? une telle atrocité ne peut trouver de créance qu'auprès de ceux qui sont capables de la commettre. C'est vous qui exposez vos enfants nouveau-nés aux bêtes féroces et aux oiseaux de proie; c'est vous qui, devenant parricides avant d'être pères, les étouffez dans le sein de leur mère par des breuvages empoisonnés.[..]

L'auteur Orthodoxe romain est ici très précis, ce n'est pas seulement l'avortement post-mortem mais aussi dès le sein maternel qui est condamné.


épitre à Diognète
auteur inconnu, 2ème ou 3ème siècle
http://www.orthodoxievco.fr/ecrits/peres/apo/diognete.htm
[..]
V. 1. Car les Chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les vêtements.
[..]
6. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n'abandonnent pas leurs nouveau-nés.
7. Ils partagent tous la même table, mais non la même couche.
8. Ils sont dans la chair, mais ne vivent pas selon la chair.
9. Ils passent leur vie sur la terre, mais sont citoyens du ciel.
[..]


n'a pas de passage spécifique sur l'avortement et la contraception, mais sur l'adultère, autre sujet très délicat en cette période où les moeurs se sont effondrés. La vision du remariage en cas d'adultère vaut lecture.


philosophe et apologiste athénien, une référence pour Méthode d'Olympe. Saint Épiphane de Salamine (Panarion) et saint Photios le grand (Bibliothèque) le citent aussi. Il dirigea la première école (didaskaleion) d'Alexandrie à l'époque d'Hadrien et Antonin, et c'est à eux qu'il adressa ce discours apologétique.
[..]
"Celles qui recourent à des moyens abortifs commettent un crime et devront rendre compte de leurs avortements devant Dieu (..): le foetus est un être vivant, et pour cette raison, Dieu a soin de lui" (L. XXXXV, 6)
[..]

nb: je n'ai pas le temps ni le courage d'aller replonger chez Tertullien & saint Cyprien de Carthage, de même que saint Cyril d'Alexandrie, mais de mémoire, je suis 100% certain qu'au moins 2 sur 3 en parlent de la même manière, si pas les 3.



à lire aussi :
Jean-Claude LARCHET, Pour une éthique de la procréation. Éléments d'anthropologie patristique, (Théologies), Paris : Cerf, 1998. 24 cm. 175 p. ISBN 2-204-05858-0

Aucun commentaire: