"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 janvier 2009

Hiéromartyr Isidore et 72 compagnons, à Yuriev, Estonie

http://ocafs.oca.org/FeastSaintsViewer.asp?FSID=100117


Saint Isidore était prêtre de l'église Saint-Nicolas dans la ville de Yuriev (Derpto, à présent Tartu, en Estonie). D'après les termes du traité conclu en 1463 entre le grande prince Ivan III de Moscou et les chevaliers Livoniens, ces derniers étaient obligés d'accorder toute protection aux Orthodoxes à Derpto. Mais les chevaliers Livoniens, qui étaient catholiques-romains, rompirent le traité et tentèrent de forcer les Orthodoxes à devenir catholiques-romains.
Le prêtre Isidore se dressa dans une ferme défense de l'Orthodoxie, préférant accepter la couronne du martyre plutôt que d'apostasier et se soumettre aux catholiques-romains. L'évêque latin et la noblesse catholique-romaine de Yuriev s'étaient vu raconter que saint Isidore et les Orthodoxes de la ville avaient critiqué les croyances et les coutumes des Germains.
Lorsque saint Isidore et 72 de ses paroissiens s'en allèrent pour bénir les eaux d'Omovzha (ou Emaiyga, à présetn Emajogi), pour la fête de la Théophanie, ils furent arrêtés et déferrés devant l'évêque latin, André, et les juges civils de la ville. On leur mit la pression pour les convertir au catholicisme-romain, mais le saint et ses fidèles refusèrent de renoncer au Christ et à la Foi Orthodoxe. Furieux, les autorités les firent jeter en prison.
Saint Isidore encouragea ses fidèles à se préparer à la mort, et à ne pas redouter la torture. Il prit les saints Dons qu'il avait pu emporter, et tous communièrent, hommes, femmes et enfants, aux Saints et vivifiants Mystères du Christ.
Ensuite l'évêque et les juges firent à nouveau comparaître les Orthodoxes devant eux, leur redemandant de choisir le catholicisme-romain. Vu leur refus, ils furent traînés jusqu'à la rivière, et jetés dans le trou qu'ils avaient creusé dans la glace pour bénir les eaux. C'est ainsi qu'ils souffrirent tous et moururent pour le Christ, Qui leur accorda la couronne de gloire éternelle.
Durant les crues de printemps, les corps incorrompus des saints martyrs, y compris le corps du hiéromartyr Isidore encore revêtu de ses habits sacerdotaux, furent retrouvés par des marchands Russes naviguant sur ce cours d'eau. Ils donnèrent sépulture aux saints autour de l'église Saint-Nicolas.
Bien que le peuple commença à vénérer ces saints peu après leur mort, ils ne furent officiellement glorifiés par l'Église qu'en 1897.


le monachisme évangélisateur version vatican...

.

Aucun commentaire: