"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 janvier 2009

Jésus-Christ interdit à Noël! (USA - enseignement public / OrthodoxyToday)

http://www.orthodoxytoday.org/blog/2008/12/20/no-christ-isn%e2%80%99t-allowed-in-christmas/

20 décembre 2008

Un professeur de l'enseignement public dans le Mississipi a coté un poème de Noël d'un élève de 11 ans, et a demandé à l'élève de le recomposer, car il avait utilisé le mot "Jésus," ce qui, comme l'a expliqué le professeur, était un terme interdit dans une école.
Liberty Counsel, une association sans buts lucratifs dont le but est la promotion de la liberté de conscience, a rapporté ce cas; Andrew White, élève de 6ème primaire à Hattiesburg, Mississippi, avait choisit d'écrire un poème sur le sujet imposé "Ce à quoi Noël me fait penser." Cependant, après que White ait rendu son brouillon, son professeur a encerclé le terme "Jésus" et enlevé un point à la cote. Ensuite, le professeur a expliqué qu'il y aurait besoin de réécrire le poème sans faire usage du mot offensant.
Lorsque les parents de White ont interpellé l'enseignant, rapporte Liberty Counsel, ils ont reçu une réponse par e-mail leur disant ceci : "[Andrew] et un autre élève ont composé un poème à propos du Christ. Je sais qu'on ne peut pas discuter ce type de choses [sic] à l'école, dès lors je leur ai demandé à tous les 2 de composer un autre poème de leur choix."
Mathew D. Staver, fondateur de Liberty Counsel et doyen de la Liberty University School of Law, a exprimé sa désapprobation, car malgré nombre de clarifications légales sur le sujet, il y a encore et toujours des représentants de l'enseignement officiel qui croient erronément que les étudiants n'ont pas le droit de parler de leur foi à l'école.
"Certains éducateurs ont besoin qu'on les éduque, afin qu'ils sachent que l'histoire de Noël n'est pas bannie des écoles publiques," dit Staver dans une déclaration.
Staver dit qu'il était "horrifié de voir qu'un enfant de cet âge-là se voyait dire par son enseignant que 'l'on ne peut pas discuter de ce type de choses à l'école.' Je ne comprends pas comment certaines personnes en sont encore là. Noël est une fête fédérale, au niveau de tout l'état. Les écoles sont fermées pour célébrer cette fête. De toute évidence, Noël est constitutionnel."
Le directeur de l'école où va White, la Thames Elementary School, est d'accord avec Staver.
Après que les Whites aient encouragé leur fils Andrew à rendre à nouveau son premier poème, non-modifié, la principale, Carrie Hornsby, a changé la cote de l'élève, lui mettant 100, et concéda qu'il n'y avait rien d'anormal à utiliser le nom de Jésus. Hornsby a aussi adressé un courrier à tous les parents, expliquant que l'expression religieuse des étudiants était autorisée d'après les consignes fédérales.
Cependant, les parents White ont déclaré à OneNewsNow que la situation les avait amené à considérer à présent à faire l'école à domicile pour leur fils, préoccupés par les autres oppositions à la foi qu'Andrew pourrait subir à leur insu.
Le poème original d'Andrew, "Un grand Noël," disait ceci :
"Le plus beau Noël, c'est quand tout le monde est présent. C'est quand tout le monde rit ici et là. Voilà le Noël que je veux partager. Noël, ça parle de la naissance de Jésus. De la paix sur la terre. C'est ça, Noël. C'est quand Il se trouva dans une mangeoire. Et que les 3 mages sont venus pour voir. Voilà ce que cela signifie pour moi."


photocopie du poème original :
http://lc.org/media/9980/images/andrewwhitepaper1.jpg

Aucun commentaire: