"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 janvier 2009

Noël au ghetto: l'épreuve permanente des Serbes au Kosovo (nouvelles & épître arch. Artemije)

Les serbes du Kosovo ramassent les branchages de Noël, pas d'incidents
http://www.kosovocompromise.com/cms/item/latestnews/en.html?view=story&id=1699&sectionId=1

(KosovoCompromise Staff) mercredi 7 janvier 2009
Aux premières heures du mardi, les Serbes du Kosovo ont été couper et récolter le "badnjak," des branches mortes de chêne, trouvées dans les forêts avoisinantes, et des automobiles ornées de ces branches font résonner leurs klaxons dans la ville de Mitrovica, pour annoncer la Noël selon le calendrier julien, tel qu'il est en usage chez les Chrétiens Orthodoxes serbes.
Une présence renforcée de troupes de la KFOR, de membres de la police du Kosovo (KPS) mais aussi des patrouilles de policiers européens de l'EULEX, a été déployée en divers endroits de la ville de Mitrovica.
Le centre des célébrations de Noël a lieu au monastère de Gracanica, au milieu du Kosovo.

*-*-*-*




Et encore une église pillée au Kosovo :
http://www.orthodoxie.com/2009/01/une-%C3%A9glise-pill%C3%A9e-au-kosovo.html

*-*-*-*

NOËL AU GHETTO:
épître de la Nativité par l'évêque Artemije

http://www.eparhija-prizren.com/defaultE.asp?idvestep=3355

05 Janvier 2009. 15:30
Source: Diocèse de Ras-Prizren & Kosovo-Metohija

Vu du Kosovo et Metohija

Nous tous ici, nous attendons Noël, nous nous réjouissons, jeunes et vieux, personnes malades et en bonne santé, personnes libres ou non. Noël – une joie générale. Et qu'est donc Noël, en fait? Le savons-nous tous, le comprenons-nous tous, l'attendons-nous tous? Il est aussi simple que difficile d'apporter une réponse à cette question. La réponse peut tenir soit dans une seule phrase, soit dans une interminable dissertation doctorale. Notre réponse ne sera ni l'une ni l'autre, mais quelque chose entre les deux, adaptée pour les personnes de tous âges, pour toutes les âmes aimant Dieu.

Noël, la Nativité terrestre du Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ, venu comme Dieu-enfant, représente pour tous les êtres humains, pour toute l'humanité, pour la planète terre et tout l'univers, la seule véritable "nouvelle sous le soleil," l'événement le plus important depuis la Création du monde. En réalité, c'est exactement ce que le Seigneur a dit pour Lui-même – le Commencement; le commencement de tout bien, de toute avancée, et du salut en l'homme et pour l'homme, en l'humanité et pour l'humanité. Par Sa naissance dans la chair, le Seigneur Jésus-Christ a entamé le plus magnifique des exploits, la révolution la plus bouleversante à avoir eu lieu dans l'histoire de l'humanité, la révolution et la rébellion de l'Homme contre tout péché, tout d'abord au dedans de soi-même, ensuite autour de soi, contre tout mal et tout démon. Assurément, cette lutte consciente est bien la lutte pour le Salut de l'Homme. Dès lors, la fête de la naissance du Christ – Noël – est une fête Chrétienne très joyeuse, qui imprègne l'âme de tout humain, de toute famille, et de toute nation Chrétienne. C'est la fête la plus ornée et embellie de coutumes et pratiques populaires, avec des détails différents de lieu en lieu, mais symbolisant et exprimant toujours l'essence profonde de l'événement célébré – c'est-à-dire, que le Dieu-enfant nouvellement né à Bethléem représente le Pain de Vie, la Lumière de Vérité, la Vivifiante chaleur, l'éternelle Jeunesse et la joie sans fin pour tout homme. C'est pour cela que Noël a toujours été joyeusement célébré dans notre peuple, que ce soit sous l'esclavage ou la liberté, dans l'abondance ou la pauvreté, dans les châteaux royaux et parmi ceux qui ont dû se réfugier. Cette joie que nous apporte Noël est surtout ressentie et particulièrement expérimentée par les enfants, car ils sentent que Celui Qui est né en cette nuit de Noël dans l'étable de Bethléem, est au plus proche d'eux. Et Il a par la suite montré et rayonné tant d'amour pour les enfants, les montrant en exemple pour les adultes : "A moins que vous ne changiez et ne deveniez tels des enfants, vous n'entrerez jamais dans le Royaume des Cieux."
La Noël, comme toutes les autres fêtes Chrétiennes, faisant partie de la joie spirituelle globale et générale, est attendue et vécue avec certaines différences et pratiques pour la décoration et l'ornementation. D'où le dicton "des centaines de villages, des centaines de coutumes différentes." Mais il n'y a pas de différence cruciale, en réalité. D'un autre côté, quant aux circonstances, il y a une énorme différence pour nous qui attendons et célébrons ce jour Noël au Kosovo et Metohija, une très grande différence par rapport à Lelic ou n'importe quel autre endroit en Serbie, hors du Kosovo et Metohija. C'est l'infâme situation en matière de sécurité et une vie de ghetto que nous vivons, nous privant de nombre d'opportunités, de droits humains les plus basiques, de la liberté de mouvement – même d'aller librement ramasser les bois coupés pour Noël. Cependant, même au milieu de conditions aussi troublées, rien ne pourra enlever la joie intérieure apportée par la fête de Noël elle-même, c'est pourquoi la Nativité du Christ est attendue et célébrée au Kosovo et Metohija en suivant aussi les coutumes serbes. Et ici aussi, ce sont les enfants qui trouvent leurs plus grands délices dans la joie de Noël.
Un ornement particulier de la Noël "serbe," et que les enfants aiment particulièrement, c'est la bûche de Noël que l'on flambe, et toutes les coutumes qui l'accompagnent. Hélas, certains prétendent que ce bois serait un héritage païen. Au lieu de Noël, nous attendrions le "Père Gel." Qu'en dire? Où nous serions-nous trompés et où allons-nous? Rien à en dire, sinon que ce n'est que le point de vue et l'opinion de ceux qui n'ont rien de sacré, de ceux qui n'ont toujours pas rencontré le Christ Dieu-enfant nouvellement né. Dès lors, ils découvrent du paganisme partout. Non seulement concernant ce bois de Noël et même Noël, mais aussi dans la fête du Slava [le saint familial; ndt], impressionnante coutume des Orthodoxes Serbes. A ces gens-là, notre présent de Noël, c'est que nous leur envoyons notre souhait porté par la prière qu'ils puissent expérimenter leur rencontre personnelle avec le Seigneur, afin de comprendre eux-mêmes Noël.
Dans nombre de nations Orthodoxes, la place de la bûche de chêne est prise par un sapin (Grecs, Russes, etc). Non seulement c'est entré dans les maisons, mais même dans les églises. Pourtant, on sait bien que les Grecs utilisaient auparavant la bûche. Qu'en est-il des Russes? C'est un point qui n'a pas encore été investigué. On sait cependant que les Russes (et par la suite nombre d'autres nations Orthodoxes sous leur influence) ont fait l'expérience d'une énorme influence de la théologie scolastique occidentale, chose qui n'a pas épargné même certaines parties de notre propre peuple. Une telle influence (pression) a encore lieu de nos jours, et même peut-être plus que jamais. Ce sapin de Noël n'en ferait-il pas partie? Il est à présent entré dans nombre de maisons serbes, quoique parfois ensemble avec la bûche.
Pendant plus de 60 ans de socialisme, le peuple serbe a été exposé à une sécularisation planifiée et systématique, à des épreuves destinées à le séparer de ses saints prédécesseurs et de ses fondations Orthodoxes. Le début de ce 21ème siècle est le début du désenchantement des Serbes par rapport à l'idéologie socialiste. Elle est semblable à la guérison d'un homme après une maladie longue et douloureuse. Après plusieurs décennies d'une destruction athée et impie de notre peuple, quand toutes les valeurs spirituelles étaient remises en question, quand nombre de générations furent élevées sans la moindre éducation religieuse, aujourd'hui est venu le temps pour un retour graduel mais spontané vers Dieu, vers l'Église, vers nous-mêmes. En ce qui concerne le peuple serbe, il n'y a pas de différence particulière entre ceux qui vivent au Kosovo et en Metohija, et les Serbes d'autres parties de la Serbe, dans les territoires de l'ex-Yougoslavie, ou n'importe où dans le monde. Hélas, nous sommes encore "ornés" d'une méconnaissance de notre propre foi et de la vie selon la Foi. Cependant, nous croyons au rétablissement de notre peuple dans le sens spirituel, quand bien même ce processus est dur et pénible.
Les troubles et les souffrances des Serbes et de leurs sanctuaires au Kosovo et en Metohija, qui durent depuis 10 ans déjà, et ne cessent de prendre des proportions de plus en plus horribles, contribuent beaucoup à faire réfléchir notre peuple. C'est la douleur et le souci de notre vie quotidienne. Nous entendons souvent la question : "Que devons-nous faire en tant que peuple, à propos du Kosovo et de la Metohija?" C'est pour nous une question difficile à répondre. Cependant, en cette Nuit de Noël, nous pensons qu'il est plus que nécessaire que nous tous, tant les représentants de l'autorité que tous ensemble en tant que nation, revenions à Dieu et à nous-mêmes, que nous commencions à penser à la nation et à l'État comme à un tout, que les séparations mutuelles et oppressions cessent, que nos esprits et nos moeurs redeviennent sains. En un mot, pour reprendre ce qu'en disait saint Nicolas [Velimirovic] de Zica, que nous nous renouvelions biologiquement, que nous nous multipliions, entrions dans la déification, et nous unifions. Alors on trouvera une solution à toutes nos questions et problèmes, même pour le problème du Kosovo et Metohija. En même temps, sans tenir compte de la proclamation unilatérale, illégale et illégitime d'indépendance du Kosovo et Metohija par les Albanais, et l'attitude internationale face à ce problème, il est de notre devoir de nous efforcer et de développer la conscience dans notre peuple que le Kosovo et Metohija sont pour nous, et ça doit être fait depuis le jardin d'enfant jusqu'à l'université et dans les maisons de repos. Pour finir, nous devons réaliser que c'est la partie la plus sainte et la plus importante de notre patrie, que c'est le coeur de notre spiritualité, de notre culture et de notre État; que pour la Serbie et le peuple serbe, le Kosovo est ce que le coeur est à l'homme. Quand vous arrachez ce coeur, l'homme n'est plus; et si, Dieu nous en préserve, nous devions perdre le Kosovo, alors il n'y aurait plus de Serbes en tant que nation. Le Kosovo est notre identité inaliénable, notre document d'identité, sans lequel nous serions méconnaissables. Dès lors, nous attendons que le processus de renouvellement spirituel continue, que ces autorités réussissent là où les précédentes ont échoué, à savoir de créer et clairement définir l'état et l'intérêt national quand il s'agit du Kosovo et Metohija; que leur approche de ce problème soit d'une manière unifiée, responsable, une manière d'homme d'état, et non pas de particratie, divisée et égoïste, comme cela a été le cas jusqu'à présent. De la communauté internationale, nous attendons un engagement conséquent pour l'application de la Résolution 1244 des Nations Unies, et des relations impartiales envers tous les habitants du Kosovo et Metohija, en particulier au sujet du retour des réfugiés et le respects des droits de l'homme les plus élémentaires.
C'est avec de telles pensées et des souhaits priants que nous saluons tous les frères et soeurs, tous les fidèles enfants de l'Église Orthodoxe de Serbie, tous les lecteurs et tous les Chrétiens Orthodoxes, par la traditionnelle salutation de paix et de joie

PAIX DE DIEU! CHRIST EST NÉ! EN VÉRITÉ IL EST NÉ!
JOYEUSE NOUVELLE ANNÉE 2009!

En la nuit de Noël 2008
+ évêque ARTEMIJE

*-*-*-*-*


Homélie originale en serbe :
http://www.eparhija-prizren.com/default.asp?s=vesti&idvestep=3354


L'évêque Artemije s'adresse aux fidèles lors de la Vigile de Noël à Gracanica, province du Kosovo et Metohija, Serbie


Une jeune Serbe à l'église de Gracanica pour Noël, province du Kosovo et Metohija, Serbie

Monastère de Gracanica, daté du 13ème siècle, construit par le roi Milutin de Serbie.
Photo de l'hiver 2009, province du Kosovo et Metohija, Serbie

*-*-*-*

Rapports "Reuters Television" Grande Bretagne

http://rtv.rtrlondon.co.uk/2009-01-07/7601687.html


La police escorte un groupe de Serbes à l'église pour aller y célébrer la Noël Orthodoxe dans le sud de la ville ethniquement divisée de Mitrovica.

REPORTAGES/Photos: MITROVICA (7 janvier 2009) (REUTERS - ACCESS ALL)
1. Divers Serbes du Kosovo entrent à l'église Saint-Sava
2. Policier de l'EULEX de garde
3. Divers Serbes du Kosovo entrant à l'église
4. Liturgie de Noël
5. Choeurs de l'église
6. Prêtres Chrétiens Orthodoxes célébrant la Liturgie
7. Vieux prêtre Orthodoxe serbe de la région de Mitrovica, père Milia Arsovic, disant:
"Durant plus de 106 ans, nos grands-pères et arrières-grands-pères et nos prêtres se sont rassemblés dans cette église-ci et y ont servi ensemble avec notre peuple."
8. Divers prêtres et fidèles allumant des cierges
9. Dirigeant du parti serbe du Kosovo, Ljubomir Kragovic :
"C'est un jour bien triste pour les Serbes, car pour pouvoir célébrer Noël dans notre propre église, nous devons venir en étant escortés dans ce 'fantôme' de Kosovo indépendant. Mais j'ai bon espoir pour des temps meilleurs pour les Serbes et la nation serbe."
10. Fidèles sortant de l'église
11. Divers fidèles dans le bus
12. Autobus quittant sous escorte policière
13. Divers magasins albanais brûlés dans le nord de Mitrovica [A]
14. Divers soldats Otan patrouillant
Récit : quelque 50 serbes du nord de Mitrovica arrivent pour célébrer la Noël Orthodoxe à l'église Saint-Sava, dans le sud de la ville, mercredi 7 janvier.
Sous escorte de l'EULEX (mission de police et de justice de l'Union Européenne au Kosovo) et de la police du Kosovo [B], ils ont effectué le court voyage en bus depuis la partie nord de Mitrovica, contrôlée par les Serbes, passant au dessus de la rivière pour entrer dans la partie sud de la ville, essentiellement albanaise.
Chaque année, des Serbes du nord du Kosovo sont amenés à l'église pour les célébrations religieuses marquantes, église qui fut abandonnée lorsque la ville fut divisée à la fin de la guerre en 1999. C'est la première fois que la Noël Orthodoxe est célébrée dans un Kosovo indépendant [C]
"Durant plus de 106 ans, nos grands-pères et arrières-grands-pères et nos prêtres se sont rassemblés dans cette église-ci et y ont servi ensemble avec notre peuple," dit Milia Arsovic, vieux prêtre Orthodoxe serbe de la région de Mitrovica.
Le Kosovo a déclaré son indépendance le 17 février 2008 et été reconnu par 53 pays, dont la plupart des membres de l'Union Européenne et les États Unis. La Serbie et la Russie alliée ne reconnaissent pas l'indépendance du Kosovo.
Mitrovica a été le point de friction entre la majorité albanaise et la minorité serbe depuis la déclaration d'indépendance. Quelque 20.000 Serbes vivent dans le nord de Mitrovica, mais ils refusent d'avoir affaire aux institutions kosovares et ne reconnaissent que Belgrade comme leur capitale.
"C'est un jour bien triste pour les Serbes, car pour pouvoir célébrer Noël dans notre propre église, nous devons venir en étant escortés dans ce 'fantôme' de Kosovo indépendant. Mais j'ai bon espoir pour des temps meilleurs pour les Serbes et la nation serbe," déclare le chef du parti serbe du Kosovo, Ljubomir Kragovic.
Deux explosions et de violentes protestations ont éclaté à Mitrovica vendredi 2 janvier au soir, détruisant des voitures et endommageant des propriétés, à la fin d'une émeute qui a éclaté lorsqu'un jeune Serbe a été blessé dans une bagarre.
Six personnes ont été blessées par une des explosions.
Samedi 3 janvier, la police a dit que la première explosion avait détruit 7 voitures près d'un bistrot dans la partie Serbe de Mitrovica. Des Serbes en colères ont alors bouté le fin à 2 magasins albanais, et quand les pompiers sont arrivés pour éteindre le feu, une deuxième bombe a explosé.
Les tensions ethniques à Mitrovica restent fortes après qu'un jeune Serbe ait été poignardé par 2 jeunes Albanais le 30 décembre, ce qui avait amené des centaines de Serbes à se révolter et à incendier plusieurs magasins albanais et endommager des voitures portant une marque d'immatriculation du Kosovo.

*-*-*-*


notes de traduction :

[A] étonnamment, alors qu'il ne se passe pas une semaine voire un jour sans profanations de cimetières, destructions d'églises, attaques de civils Serbes à leur domicile ou en rue, dans sa liste de reportages, Reuters ne trouve qu'à parler des rares représailles que les moins résignés des légitimes habitants du Kosovo (les Serbes) ont commises contre leurs bourreaux. C'est ainsi qu'on fabrique les opinions publiques...
[B] La Résolution 1244 de l'ONU prévoyait le désarmement et le démantèlement des groupes terroristes de l'UCK. Sous administration européenne et ONU, ces terroristes ont été "transformés" en policiers. Les massacres et pillages de Serbes qu'ils ont permis, couvert, voire encouragés, depuis cette "transformation" sont incalculables. Alors pourquoi Israël devrait se plier aux résolutions ONU à Gaza, quand l'ONU ne se plie pas à ses propres résolutions en Serbie?...
[C] très surprenante affirmation des journalistes : l'ONU ne peut pas reconnaître une indépendance du Kosovo... puisqu'elle a voté sa Résolution 1244 reconnaissant l'intégrité territoriale de la Serbie, provinces du Kosovo et Metohija comprises! Là aussi, voilà comment on fabrique les opinions publiques... et celles de nos politiciens, si peu au fait de l'Histoire et des réalités humaines mais très sensibles aux pressions de Washington. Et aux "valises" qui accompagnent les "bonnes" décisions..
Le Kosovo est donc et reste légalement une province de Serbie, et toute opinion contraire va à l'encontre de la Résolution légale des Nations Unies, votée par toute la Communauté Européenne et les USA.

*-*-*-*




église Sveti Dimitrije, nord de Mitrovica, province serbe du Kosovo, 16/2/2008
Photos Reuters

Le prince héritier de la couronne de Serbie, Aleksandar Karadjordjevic, à l'église Sveti Dimitrije
Photo AP, Srdjan Ilic


*-*-*-*

Des craintes d'actes de violences gênent le Noël des Serbes au Kosovo

http://news.yahoo.com/s/afp/20090107/wl_afp/kosovoserbiareligionunrest_newsmlmmd

par Maja Radojevic Maja Radojevic – mercredi 7 janvier 2009, 1:20 pm ET
MITROVICA (AFP) – Les Serbes célèbrent leur premier Noël au Kosovo depuis l'indépendance ce mercredi, au milieu de craintes d'une nouvelle explosion de violence dans la ville ethniquement divisée.
Comme la Serbie, la minorité serbe au Kosovo célèbre Noël le 7 janvier, conformément au calendrier Julien.
Des dizaines de fidèles sont venus prier à l'église orthodoxe Sveti Dimitrije dans la partie nord de Mitrovica, une ville principalement peuplée de Serbes. Mais suite à une récente vague de violence, la traditionnelle Liturgie de minuit a été postposée jusque tôt le matin.
Les maisons et magasins serbes étaient décorés de branches de chêne, et l'antique bûcher appelé "badnjak" brûlait lors de la nuit de Noël devant l'église, suivit de feux d'artifice.
La ville est divisée entre les Serbes, qui vivent sur la rive nord de l'Ibar, et les Albanais qui vivent au sud, où se trouvent nombre de cimetières serbes, et la principale église Orthodoxe, Saint-Sava.
Escortés par des soldats de la force de l'Otan pour le Kosovo (KFOR) et de la mission européenne de police (EULEX), un groupe de Serbes est venu à cette église. La police rapporte qu'il n'y a pas eu d'incident pendant ce bref pèlerinage.
Mais Milijana Radovanovic, 65 ans, se plaint que les célébrations étaient assombries par des craintes de nouvelles violences. "Au lieu de la joie pour notre fête, nous avons tous peur de possibles incidents. Ce qui se passe ici est terrible," dit Radovanovic.
Un calme précaire est revenu dans les villes de Mitrovica, après que des renforts de la KFOR soient arrivés dans la partie serbe de la ville, suite à 2 explosions la semaine dernière.
Sept pompiers, tous Serbes, furent blessés lors de la seconde explosion, alors qu'ils tentaient d'éteindre l'incendie ravageant un magasin albanais, apparemment allumé par un groupe de Serbes en colère suite à la première explosion.
Milan Djordjevic, 28 ans, dit que Noël n'était pas aussi joyeux que d'habitude, à cause de la violence. "Nos concitoyens ont été blessés alors qu'ils accomplissaient leur devoir. C'est une véritable tragédie."
Depuis lors, la KFOR a renforcé sa présence, avec des troupes patrouillant dans le petit quartier de Bosnjacka Mahala dans le nord de Mitrovica, où vit une petite communauté albanaise. Mais les escarmouches sont fréquentes, et la veille de Noël, des dizaines de Serbes et d'Albanais se sont attroupés prêts à en découdre apparemment après un accident de voiture.
Seule une forte présence policière permit à l'accident de ne pas dégénérer en une explosion de violence.
"Aussitôt que nous croyons que la situation est calme, les incidents reprennent," dit Radovanovic.
Son voisin, 57 ans, Dragan Milisavljevic, dit que Noël a "été célébrée en respectant les traditions et vieilles coutumes, mais dans une angoisse croissante."
"Ces incidents ne font pas que nous troubler, mais aussi nous amènent la question cruciale, à savoir si nous seront à même de survivre ici," ajoute Milisavljevic.
Le Kosovo a déclaré son indépendance il y a presqu'un an, après avoir été sous gestion de l'ONU depuis que la guerre aérienne lancée par l'OTAN en 1999 avant retiré le contrôle de la province à la Serbie. Plus de 50 pays ont reconnu cet état kosovar, ce à quoi Serbie et Russie s'opposent fermement. [*]

*-*-*-*


[*] ainsi que la Chine, et l'Espagne, et l'Inde, et le Brésil, etc, etc.. Bref, en dehors des nations corrompues par Washington, personne ne soutien ce simulacre d'état dirigé par la maffia, créé uniquement pour permettre aux USA de conserver leur immense base militaire installée en plein centre, à 30km du pipeline approvisionnant la Bulgarie (heureux hasard).

*-*-*-*

Les Serbes du Kosovo doivent célébrer Noël sous escorte militaire

http://www.b92.net/eng/news/in_focus.php?id=91&start=0&nav_id=56243

6 Janvier 2009


Jeunes filles Serbes près de Gračanica ce jour (Beta)

Les habitants de Gračanica et des villages avoisinants recevront aujourd'hui une escorte de la KFOR et de la police kosovare (KPS).
Ils recevront une protection pour s'aventurer hors de chez eux afin d'aller couper les badnjaks (bûches) pour Noël.
Cette année à nouveau, les Serbes pourront aller couper sous escorte policière leurs badnjaks du côté droit de la route principale Prština-Gnjilane, depuis le lac de Gračanica jusqu'au pont d'Androvački, et sur le côté gauche près de la ville de Ploče.
La principale célébration de la Vigile de Noël aura lieu au monastère de Gračanica, dans le Kosovo et Metohija. La Liturgie sera suivie du traditionnel feu du badnjak.
La Vigile de Noël sera marquée par la bénédiction et l'allumage du badnjak dans d'autres parties du Kosovo.
Les Serbes du nord du Kosovo couperont le badnjaks tôt le matin, alors que les fidèles Orthodoxes vivant au centre du Kosovo pourront le faire pendant toute la journée, a rapporté la radio KIM d'après les informations de la police à Gračanica.
Les Serbes de Metohija célébreront Noël dans des conditions très difficiles, comme les années précédentes. La plupart des fidèles couperont le badnjak dans leur village, sans la moindre force de KFOR ou police présente.
Comme les années précédentes, les Serbes du Kosovo célébreront Noël au milieu d'importantes fortes coupures d'électricité. Dans la plupart des villages serbes, mais aussi quelques villages albanais, l'électricité est souvent coupée, sans annonce de rétablissement, avec des coupures durant jusque 5 heures.
Noël est une fête célébrée en famille. On sert le repas sur la paille en souvenir de la naissance du Christ. Le repas est toujours carémique, mais riche.
Les Chrétiens considèrent que la nuit de Noël est une bonne occasion pour la réconciliation, et pour surmonter les mésententes de l'année écoulée.

*-*-*-*


Un peu partout en Serbie et dans les territoires volés par le gouvernement et le lobby militaro-industriel des USA, avec la complicité des dirigeants politiques de la Communauté Européenne et de l'ONU, les Serbes célèbrent Noël, envers et contre tout!




Aucun commentaire: