"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 janvier 2009

Sainte Juliana Lazarevskaïa (+ 1604)


"Sainte Juliana Lazarevskaïa" - voir livre d'Elisabeth Behr-Siegel, "prière et sainteté dans l'Eglise Russe", éditions Bellefontaine, collection "spiritualité orientale" n°33, une perle! La vie passionante de sainte Juliana y tient un chapitre entier.

Sainte Juliana de Lazarevsk et Murom (+ 1604)
http://ocafs.oca.org/FeastSaintsViewer.asp?FSID=100010

Sainte Juliana de Lazarev et Murom est un exemple époustouflant de l'abnégation de la femme Chrétienne Russe. Elle était la fille d'un noble, Justin Nediurev. Dès son enfance, elle vécut pieusement, respectant strictement les jeûnes de l'Église et consacrant beaucoup de temps à la prière. Étant encore jeune, elle devint orpheline et fut confiée à des proches, qui ne l'apprécièrent pas et se moquèrent d'elle. Juliana supporta tout avec patience et sans se plaindre. Son amour pour les gens s'exprimait dans son souci des malades, et elle recousait les vêtements des pauvres.
La vie pieuse et vertueuse de la jeune fille attira l'attention du chef du village de Lazarev, Yurii Osoryin, qui l'épousa bientôt. Les parents de l'époux aimèrent vite leur douce belle-fille, et lui laissèrent le soin de s'occuper de la maison. Les soucis domestiques ne perturbèrent pas les efforts spirituels de Juliana. Elle trouvait toujours du temps pour la prière, et était toujours à même de nourrir l'orphelin et de vêtir le pauvre.
Durant une période de terrible famine, elle demeura sans nourriture pour elle, ayant donné son dernier morceau à un mendiant. Quand une épidémie éclata après la famine, Juliana se dévoua entièrement aux soins des malades.
Sainte Juliana eut 6 fils et une fille. Après le décès de 2 de ses fils, elle décida de se retirer dans un monastère, mais son mari la persuada de rester dans le monde, et de continuer à élever ses enfants. Sur le témoignage de Kallistrat Osoryin, un des fils de Juliana, qui rédigea sa Vie, dès ce moment, elle devint de plus en plus exigeante envers elle-même : elle intensifia son jeûne et sa prière, ne dormit plus que 2 heures par nuit, et encore, la tête sur une planche.
A la mort de son mari, Juliana distribua sa part d'héritage aux pauvres. Vivant dans une extrême pauvreté, elle n'en était pas moins débordante de vie, cordiale, et en toute chose elle rendait grâce à Dieu. La sainte fut gratifiée dans une église d'une visite de saint Nicolas le Thaumaturge, et des conseils de la Mère de Dieu. Quand sainte Juliana s'endormit dans le Seigneur, elle fut enterrée aux côtés de son mari à l'église de Saint-Lazare. On y enterra aussi par la suite sa fille, la moniale "du grand schème" Théodosie. En 1614, les reliques de sainte Juliana furent élevées, exhalant un parfum de myrrhe, et nombreux en reçurent une guérison.

Tropaire de sainte Juliana Lazarevskaïa ton 4
Par tes justes actions tu montra au monde
Une image de la parfaite servante du Seigneur.
Par tes jeûnes, vigiles et prières,
Tu fus inspirée dans ta vie évangélique,
Nourrissant l'affamé et prenant soin du pauvre,
Soignant le malade et renforçant le faible.
A présent que tu te tiens à la droite du Maître, le Christ,
O sainte Juliana, intercède pour nos âmes.



synaxe des saints de Murom – Icône complète avec scènes de vie
à droite, saint prince Pierre (David dans le monachisme), sainte princesse Febronia (Euphrosyne dans le monachisme) et sainte Juliana Lazarevskaia
.

Aucun commentaire: