"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 janvier 2009

Vasilopita, Nouvel An, philanthropie & saint Basile le Grand (historique, spiritualité & recettes)


Chaque Nouvel An civil, nombre de familles Orthodoxes de par le monde célèbre la "fête de la Vasilopita." Cette coutume a commencé au 4ème siècle, lorsque l'évêque de Césarée, saint Basile le Grand, voulu redistribuer discrètement l'argent des collectes aux pauvres de son troupeau spirituel. Pour éviter de choquer ce peuple fier, saint Basile demanda à des dames de sa paroisse de faire cuire des pains spéciaux, doux et sucrés, avec une pièce d'or dedans. Ainsi, l'argent était dissimulé. Lorsque les familles coupaient le pain si nourrissant, elles avaient la surprise d'y découvrir les pièces d'or, et c'est ainsi qu'est née la tradition de faire cuire une sorte de gros cake rond en pâte levée avec une pièce de monnaie dedans.
L'étymologie du terme est :
Βασίλειος (Basile) ou βασιλεύς (roi) + πίτα "gateau" / "tarte"

Voici quelques articles & recettes



Philanthropie historique
http://orthodoxwiki.org/Philanthropy#Historical_philanthropy

Dans le "Pasteur" d'Hermas, un auteur Chrétien du 2ème siècle, on encourage le riche à aider le nécessiteux de toutes les manières possibles. Il dit "Au lieu de champs, rachetez donc des âmes éprouvées, dans la mesure de vos moyens, et visitez les veuves et les orphelins (Jc 1, 27), ne les méprisez pas : votre richesse et toutes vos installations, dépensez-les à des champs et des demeures de ce genre, puisque vous les avez reçues de Dieu. 9. Car le Maître vous a enrichis pour que vous Lui rendiez ces services. Il vaut beaucoup mieux acheter des champs, des biens, des maisons de ce genre : tu les retrouveras dans ta cité quand tu y retourneras. 10. Cette richesse-là est noble et sainte, elle n'entraîne ni chagrin, ni crainte, mais de la joie. Ne recherchez pas les richesses des païens, c'est dangereux pour vous, les serviteurs de Dieu" (Pasteur d'Hermas 50,8-11).
De plus, Hermas nous rappelle qu'aider le pauvre est une grande joie, et que comme Chrétiens, nous avons ce devoir envers Dieu, accomplir ici Son oeuvre. Dans une de Ses paraboles, celle de l'ormeau et de la vigne (ch. 51), on apprend une leçon importante : la vigne et l'ormeau sont mutuellement bénéfiques. Hermas explique cela en disant que ces 2 arbres symbolisent les serviteurs de Dieu. La vigne est un arbre qui produit du fruit, alors que l'ormeau n'en a pas. La vigne qui porte du fruit s'accroche et grandit le long de l'ormeau, car sinon, elle pousserait sur le sol et son fruit pourrirait. Ce n'est que lorsqu'elle pousse le long de l'ormeau qu'elle porte du fruit, grâce au soutien de l'ormeau. Dans ce scénario du meilleur possible, l'ormeau et la vigne portent ensemble le fruit du fait de leur coopération. Cette parabole s'applique aux "serviteurs de Dieu, le pauvre et le riche." La parabole continue : les riches ont l'argent, mais ils sont pauvres auprès du Seigneur car ils sont distraits par leurs richesses, et dès lors leur prière devant Dieu est pauvre. C'est lorsque le riche dépend du pauvre que le riche trouve faveur auprès de Dieu. Les pauvres qui voient leurs besoins comblés par les riches remercient alors Dieu de leur avoir donné quelqu'un pour les aider au temps de leurs épreuves. In fine, Dieu accorde bienfaits à la fois au riche et au pauvre, car tout ce que nous recevons ici sur terre nous est donné du Ciel. Ceci n'est qu'une des nombreuses illustrations de la philanthropie Chrétienne telle qu'elle était enseignée par l'Église antique.
Saint Basile est un exemple classique d'un saint philanthrope et qui prêta grande attention au message évangélique tel que rappelé en Romains 13,9-10 : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même. La charité ne fait point de mal au prochain. La charité est donc l'accomplissement plénier de la loi." Cette citation de l'épître de saint Paul aux Romains est la véritable définition de ce qu'est la philanthropie; c'est aussi le 2ème commandement de Dieu, qu'aimer son prochain comme soi-même. En Occident, il y a eu confusion entre saint Basile et saint Nicolas, car on y a entremêlé les vies des deux saints. Les attributs de saint Basile, s'occuper des pauvres et donner des présents aux enfants, se sont vus donnés à saint Nicolas de Myre. Saint Basile vécu au 4ème siècle, et fut l'évêque de Césarée, une ville d'Asie Mineure. Un de ses nombreuses et bien-connues vertus, ce sont ses grandes activités charitables et l'éducation des enfants. Dans sa ville, il a fondé des institutions pour prendre soin des personnes âgées, et il visitait régulièrement malades et pauvres. Saint Basile rappelle aux Chrétiens la philanthropie du Christ, Son amour envers l'homme, quand il dit "à chaque fois que nous nous agenouillons puis nous nous relevons, nous montrons par ce geste qu'à cause de notre péché, nous avons chuté par terre, et que nous sommes invités à retourner au Ciel par la philanthropie de notre Créateur."
Une importante tradition Orthodoxe qui honore saint Basile et sa philanthropie est aussi supposée encourager le fidèle à donner aux pauvres. Dans cette tradition, qui a lieu chaque année le jour de l'An Neuf civil, un pain "vasilopita" est fait par des personnes choisies pour ce faire dans la paroisse. Vasilopita signifie simplement pain de Basile. Le pain est cuit avec une pièce de monnaie à l'intérieur, et amené à l'église pour être bénit; on l'y vend ensuite aux enchères. L'argent ainsi gagné est versé dans un fond pour les pauvres. Cependant, certains sont bien trop intéressés de couper le pain afin d'y trouver la pièce qui s'y trouve cachée. La croyance populaire, sans rapport avec la tradition Chrétienne, prétend que celui qui trouve la pièce aura de la chance et du succès toute l'année durant. Cet empressement à trouver la pièce de monnaie pourrait minimiser l'importance de l'acte d'aumône, et le véritable honneur de la philanthropie de saint Basile. Le rituel, en effet, est voulu pour mettre l'accent sur la philanthropie.


saint Basile donne 3 pains à l'empereur Julien l'Apostat
Psautier de Saint-Bertin, vers 1200


Vasilopita (gateau grec du Nouvel An)
http://www.prosphora.org/page17.html#Vasilopita


Ingrédients:

* 1 tasse de beurre ou de margarine, travaillé / ramolli
* 1 tasse 3/4 + 1 cuillère à soupe de sucre blanc
* 5 oeufs
* 2 cuillères à soupe d'eau
* 2 cuillères à thé d'extrait de vanille
* 3 tasses de farine de pâtisserie
* 1 cuillère à thé de poudre levante
* 1/2 tasse d'amandes émincées
* 2 cuillères à soupe de graines de sésame


1. Préchauffer le four à 170°
2. dans un grand plat, mélanger beurre & tasse de sucre
3. Ajouter 2 oeufs et 3 jaunes d'oeufs au mélange de beurre
4. Ajouter et mélanger la vanille et l'eau
5. dans un autre plat, mélanger farine et poudre levante
6. Ajouter la farine mélangée à la mixture de beurre
7. Battre les 3 blancs en neige. Ajouter la cuillère à soupe de sucre. Continuer à battre les blancs jusqu'à ce qu'ils soient fermes mais pas secs; incorporer délicatement à la pâte.
8. Placer la pâte dans un plat rond et haut (génoise)
9. Emballez une grande pièce de monnaie dans un morceau de papier aluminium et introduisez-la dans la pâte
10. Enfoncez-la bien, elle doit être totalement cachée
11. Répandez amandes & graines sur le dessus de la pâte
12. Faire cuire 70 minutes, ou jusqu'à ce qu'il soit cuit. Laisser refroidir sur une grille
(note de l'auteur : recette testée et approuvée)



Autre recette de Vasilopita
Ingrédients:

* 2 paquets de levure chimique sèche
* 3/4 de tasse de lait chaud
* 5 tasses de farine à pâtisserie
* 4 oeufs
* 1 cuillère à thé de sel
* 3/4 de tasse de sucre
* zeste de citron
* 1/2 tasse de beurre ramolli
* 1 oeuf pour glacer le dessus
* 1 cuillère à thé 1/2 de mastika (liqueur grecque, optionnel)
* graines de sésame


1. dissoudre la levure dans le lait chaud
2. y ajouter 2 tasses de farine, et mélanger la pâte jusqu'à ce qu'elle soit souple
3. couvrir et laisser une heure lever au chaud
4. battre les oeufs, le sel, le sucre et le zeste de citron (et l'éventuelle liqueur)
5. Incorporer le mélange dans la pâte; ajouter le restant de la farine et pétrir, ajoutant progressivement le beurre travaillé, jusqu'à obtention d'un mélange souple et élastique
6. Recouvrir d'un linge et laisser reposer au chaud jusqu'à ce que cela ai doublé de volume – environ 2 heures
7. Pétrir la pâte et la verser dans un plat à gâteau rond, beurré, de +/- 30cm de diamètre
8. Couvrir et laisser au chaud jusqu'à ce que cela ai presque doublé de volume
9. Glacer le dessus avec l'oeuf légèrement battu et répandre les graines de sésame, ou garnir de demi-amandes
10. Faire cuir à four moyen pendant 45 minutes
11. Lorsqu'il est froid, faire par dessous une fine incision au couteau, et y introduire une pièce d'argent ou d'or.
Recette testée par l'auteur, mais longue vu les temps de levée de pâte.



La tradition de la Vasilopita dans l'Orthodoxie grecque
http://www.saint-anthonys.org/orthodox/vasilopita_observance.htm

Une des toutes belles et inspirantes traditions et coutumes de l'Église Orthodoxe, c'est la "vasilopita." C'est une célébration annuelle, qui, avec nombre d'autres traditions, rassemble nos familles et accroît notre conscience des besoins des pauvres.
Le pain de saint Basile ou vasilopita est coupé et partagé la veille ou le jour de l'An Neuf. Habituellement, c'est la personne la plus âgée de la famille qui le coupe.
Les portions de l'agiovasilopita ou vasilopita sont distribuées de la sorte : la première portion est coupée en mémoire de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. La seconde pour la très sainte Mère de notre Seigneur, la Vierge Marie. La 3ème est pour saint Basile le grand; les autres le sont pour les membres de la famille, pour l'église, la maisonnée, pour le voyageur, le visiteur et le pauvre.
Dans une de ces portions se trouve une pièce de monnaie, et celui qui la reçoit aura une bénédiction spéciale pour la nouvelle année. La vasilopita traditionnelle, avec son rassemblement des membres de la famille et l'atmosphère de jour de fête, est une des plus belles traditions de nos familles.



Marmarini – la recette de la vasilopita de l'empereur venue de l'île de Marmara (Preikoneisos)
Cette version de la traditionnelle vasilopita de Marmara a une légende qui dit que l'empereur Justinien était si content du marbre de l'île qu'il avait utilisé pour construire Sainte-Sophie, qu'il construisit à Marmara un palais de marbre et donna l'île à sa fille comme "preika" ou dot. Longtemps durant, l'île fut appelée "île de la dot" ou Preikoneisos. De plus, pour honorer la relation spéciale de l'île à l'empereur, leur recette de vasilopita fut ramenée à Constantinople et perpétuée à la cour impériale. Une traditionnelle, et une autre de pâte avec des couches à la cannelle, au sucre et au beurre.
La recette (en anglais) :
http://www.saint-anthonys.org/orthodox/vasilopita_recipe.htm



Recette de Vasilopita de Nikola
http://recettes.doctissimo.fr/Vasilopita-de-Nikola.htm

4 oeufs
1/2 kg de sucre
1 kg de farine
1 verre d'huile
1 verre jus d'orange
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
1 sachet de sucre vanille
beaucoup de zestes d'orange et de citron hachés

Préparation de la recette de Vasilopita :
Dans un grand plat à pâte, battre les oeufs pendant 2 minutes, ajouter le sucre. Mélanger progressivement, ajouter la farine, le bicarbonate de soude et la vanille, l'huile, le jus d'orange, et bien mélanger. Enfin, ajouter les zestes d'orange et de citron et encore mélanger un peu. Quand tout est bien souple et mélanger, verser dans un moule de taille suffisante pour ne pas dépasser la moitié de la hauteur. Cuire à 180° pendant 45 minutes.
Laisser refroidir et bon appétit!



src


La Vasilopita, un catalyseur pour une authentique philanthropie Chrétienne
http://www.holytrinitysf.org/familian/jan2007/

Le principe puritain que "Dieu aide ceux qui s'aident eux-mêmes" est totalement étranger à l'esprit du Chrétien Orthodoxe. Pour le fidèle, ce n'est en effet qu'une partie d'une plus grande équation. Dépendre et se confier à Dieu et faire preuve de philanthropie envers les autres, voilà ce qui complète l'équation. Une réécriture de l'axiome reflétant mieux l'ethos Orthodoxe serait quelque chose comme "Dieu aide ceux qui aident leur prochain."
Dans la personne de saint Basile le Grand, que l'Église honore le premier jour de chaque nouvelle année civile, nous avons une puissante et progressive incarnation d'un tel axiome. En dehors de ses accomplissements dans les domaines du ministère pastoral, du monachisme et de l'éducation, saint Basile le Grand est probablement mieux connu comme étant le père de la philanthropie Chrétienne. Au 4ème siècle, alors que la Foi Chrétienne venait d'être libérée de la persécution directe, l'empereur embrassa la Foi et cela devint la pierre angulaire d'une nouvelle civilisation.
Les vérités de l'Évangile du Christ, rapidement acceptées, devinrent la plus haute forme de culture, et eurent un impact direct sur les aspects sociaux de l'empire pendant près d'un millénaire, de manière ininterrompue. Les arts, la musique, la rhétorique et la poésie, tous furent mis à contribution pour rendre gloire à la victorieuse promesse du Christ. A la base de cette culture, on trouvait une compréhension de très haut niveau et un système organisé de philanthropie. Les admonitions du Christ pour prendre soin des pauvres, infirmes, orphelins et veuves furent pris à coeur par les habitants de l'empire romain à Constantinople, et cela devint la mesure de la grandeur et la longévité de sa civilisation. Saint Basile lui-même créa une petite ville appelée Basiléide (Vasiliada), qui mettait en pratique et actualisait ces aspects de la philanthropie Chrétienne. En prenant soin des marginalisés et des exclus de la vie publique, la plus grande révélation fut que les fidèles devenaient les vrais bénéficiaires des bénédictions, et apprenaient ce que cela signifiait vraiment que d'être semblable au Christ.
Une survivance persistante de la philanthropie de saint Basile, qui continue à être expérimentée dans les paroisses et maisonnées Orthodoxes de nos jours, c'est le partage de la vasilopita ou pain de Basile. En pratique, une prière spéciale est dite, la vasilopita est bénie, puis tous les participants attendent pendant qu'elle est coupée et distribuée, afin de savoir qui recevra la pièce de monnaie contenue dans son morceau; j'ose le dire, mais la nature quasiment triviale de la pratique actuelle est un piètre simulacre de l'idéal de philanthropie voulu par saint Basile.
Cependant, même si de nos jours ce n'est souvent plus qu'une observance nostalgique, les origines de cette pratique sont instructives, pour rehausser notre compréhension de l'essence du don Chrétien de charité. Assurément, le pain est un élément essentiel pour la vie. Le Christ S'est Lui-même comparé au pain, a multiplié les pains dans le désert pour nourrir les multitudes, et à la Dernière Cène, Il a pour finir donné Son Corps aux Apôtres sous forme apparente de pain, instituant de la sorte l'Eucharistie. Le pain s'est rapidement identifié à l'amour du Christ.
Saint Basile comprit bien vite qu'il n'était pas suffisant de prier pour les pauvres. Accomplir vraiment la volonté du Christ, cela requiert de concrétiser les sentiments et la prière en les étendant discrètement à des actes pleins d'amour, de philanthropie. C'est ainsi que camouflant des pièces d'or en les faisant incorporer dans des miches de pain, saint Basile ne donna pas seulement aux bénéficiaires un symbole de l'amour du Christ, mais il leur donna aussi des moyens concrets de subsistance.
Alors que nous, fidèles, sommes rassemblés pour couper et partager la vasilopita, saint Basile ferait sûrement cette prière, que nous commencions la nouvelle année du bon pied, en apprenant de cette ancienne pratique, et en lui permettant de nous être une source d'inspiration pour des manières créatives de donner discrètement à ceux qui sont dans le besoin.

+ P. Michael

Comme un peu partout dans le monde Orthodoxe en cette période, le 11 janvier 2009, à la cathédrale grecque-orthodoxe de Bruxelles, aura lieu une grande fête de la Vasilopita.

Vasilopita à la paroisse Hagia Barbara

.

Aucun commentaire: