"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 juillet 2009

Saint Nicodème de la sainte Montagne (vie, écrits, icônes)

Nicodème de la Sainte Montagne (OrthodoxWiki)
http://orthodoxwiki.org/Nikodemus_of_the_Holy_Mountain




Notre vénérable et Théophore père Nicodème de la Sainte Montagne – ou Nikodemos l'Hagiorite – fut un grand théologien et docteur de l'Église Orthodoxe, restaurateur de l'hésychasme, canoniste, hagiologue, et compositeur de poésie liturgique.

Saint Nicodème est né Nikolaos Kallivourtzis vers 1749 à Naxos, Grèce. En 1775, il devint moine à Dionysiou sur le Mont Athos. En 1777, saint Macaire de Corinthe lui rendit visite et lui donna 3 textes à éditer et réviser : la Philocalie, oeuvre magistrale sur la spiritualité monastique, un traité "Sur la Communion fréquente," et l'Evergetinos. Il composa aussi nombre d'oeuvres originales, telles que des vies de saints [..].
Saint Nicodème s'est endormi dans le Seigneur le 14/7/1809, et fut glorifié par l'Église Orthodoxe en 1955. Il est un saint local de la métropole de Paronaxia et de la Sainte Montagne de l'Athos. Son jour de commémoration est le 14 juillet.


source alopsis.gr



http://en.wikipedia.org/wiki/Nicodemus_the_Hagiorite
http://en.wikipedia.org/wiki/Nicodemos_the_Hagiorite

Saint Nicodème l'Hagiorite est un saint de l'Église Grecque Orthodoxe. Ce fut un moine qui composa de la littérature ascétique sur la prière, et influença la redécouverte de l'hésychasme, une méthode de prière contemplative datant de la période de l'empire romain d'Orient.

Biographie
Nikolaos Kallivourtsis, le futur saint Nicodème, est né en 1749 sur l'île de Naxos, qui faisait partie à l'époque de l'empire ottoman. Selon son biographe, il possédait "une grande acuité d'esprit, une perception profonde, une clarté intellectuelle, et une excellente mémoire," qualités qui furent vite remarquées par ceux qui l'accompagnèrent dans son étude. Il étudia d'abord sous la direction de son prêtre de paroisse puis passa à l'archimandrite Chrysanthos, qui était le frère de saint Cosmas d'Étolie. De là, il partit étudier à Smyrne, l'actuelle Izmir turque, où il étudia à l'académie qui allait plus tard être connue sous le nom d'Evangeliki. Il y étudia la théologie, de même que le grec ancien, le latin, le français et l'italien. Une persécution de la part des Turcs, qui régnaient à l'époque sur le monde grec, écourta ses études, et il rentra en 1770 à Naxos.
Nicolas rencontra saint Macaire Notaras quelques années après son retour à la maison, début d'une amitié de toute une vie. Ce fut peu après qu'il décida d'embrasser la vie monastique, suivant l'exemple de 3 moines qu'il avait rencontrés, Grégoire, Niphon et Arsenios. Ces hommes étaient venus du Mont Athos, qui avait été un important centre monastique durant plus de 700 ans, et ils persuadèrent Nicolas d'y aller lui aussi. Il y arriva en 1775, à l'âge de 26 ans.
Nicolas y prit le nom de Nicodème lorsqu'il fut tonsuré, coutume habituelle pour ceux qui ont abandonné le monde. Il y fut initié à la pratique de la prière hésychaste, une méthode qui implique le silence intérieur, un contrôle de la respiration, et la répétition de la "Prière de Jésus" (Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur). Nicodème s'aligna sur les moines appelés Kollyvades, qui cherchaient à raviver les pratiques Orthodoxes traditionnelles et la littérature patristique, et il passera le restant de sa vie à traduire et à publier ces oeuvres. Il composera lui-même aussi beaucoup d'oeuvres originales.
La plus célèbre de ces oeuvres, celle qu'il réalisa en coopération avec saint Macaire (Notaras) de Corinthe: saint Nicodème compila la Philocalie, qui devint une importante oeuvre de spiritualité monastique. Elle contient certains des enseignements de nombreux des anciens Pères du Désert.
Il publia aussi des éditions modernes d'autres écrits théologiques, tels que ceux de saint Syméon le Nouveau Théologien et saint Grégoire Palamas. De plus, il composa le Pedalion, un traité de droit canon, et l'Exomologetarion, un guide pour les confesseurs.
Une autre célèbre oeuvre de sa composition est le "Enchiridion de Conseils" (ou "Livre de conseils spirituels), de 1801. Ce manuel de vie religieuse, conçu tant pour le clergé que les laïcs, continue à être influent dans la vie spirituelle grecque actuelle. Il fut écrit par Nicodème suite à une suggestion de son cousin Ierotheos, qui venait récemment d'être élu évêque d'Euripos. Ce traité théologico-éthique démontre à la fois beaucoup de vision intérieure et un fin esprit scientifique, c'est un de ses plus importants livres.
Nicodème mourut le 14 juillet 1809 sur le Mont Athos, et fut canonisé par l'Église le 31 mai 1955. Sa fête est le 14 juillet.



à (re)lire : "la guerre invisible," extrait du manuel de vie spirituelle de saint Nicodème
http://stmaterne.blogspot.com/2007/03/s-nicodme-la-guerre-invisible.html

et bien d'autres textes & icônes :
http://stmaterne.blogspot.com/search/label/saint%20Nikod%C3%A8me%20l%27Hagiorite
http://stmaterne.blogspot.com/search/label/saint%20Nicod%C3%A8me%20l%27Hagiorite


Amis de l'Athos, une organisation sous la présidence du métropolite Kallistos (T. Ware) et patronage de s.e. le Prince de Galles
http://www.athosfriends.org

A l'occasion du bicentenaire de sa mort, exposé sur la vie et l'oeuvre de saint Nicodème l'Hagiorite, par Mme Vassa Kontouma-Conticello, maître de conférences à l’École pratique des hautes études et directrice scientifique de la bibliothèque de l’Institut français d’études byzantines


Aucun commentaire: